P. 1
LE BUTEUR PDF du 09/02/2009

LE BUTEUR PDF du 09/02/2009

4.0

|Views: 513|Likes:
Publicado porPDF Journal
Journal le buteur édition PDF du 09/02/2009
Journal le buteur édition PDF du 09/02/2009

More info:

Published by: PDF Journal on Feb 09, 2009
Direitos Autorais:Public Domain

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/10/2014

pdf

text

original

MCA-USMH dimanche à Bologhine

Bouguèche, Babouche et Besseghir boudent
Lundi

Lachkham out 1 mois
9
Février 2009

Coup dur pour le Mouloudia

QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N°775 PRIX 20 DA

USMA-CABBA jeudi

Les Usmistes en colère

« Pourquoi je ne convoquais plus Chaouchi »
Lang
fait son constat

Saâdane

JSK

Mouassa : « Je n’y comprends plus rien ! »

ESS 1-USMB 0

«Achiou est notre «Dans ma tête,régisseur»
Blida, tout pour le maintien
Aujourd’hui votre national
je suis là pour 20 ans» «Azuka n’a que 19 ans, ne l’oubliez pas !»
Hammouche « La coupe n’était pas notre objectif »
supplément inter

Avec Reportage Berchiche

chez Matoub

« J’étais prêt à payer» pour jouer à la JSK

USMH Charef renvoie T. Guessoum

2

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

Coup d’œil EQUIPE NATIONALE Le coach défend Lacen

Contrairement à ce que beaucoup espé-

raient, M. Rabah Saâdane n’a pas fermé les portes de la sélection à Mehdi Lacen. « D’abord parce que des joueurs comme lui ne courent pas les rues, ensuite parce qu’il a été sincère avec moi. Peut-être qu’après avoir visité l’Algérie, il acceptera de jouer pour la sélection », a expliqué Saâdane qui est revenu sur les épisodes Benarbia et Hemdani qui avaient longtemps hésité avant de venir jouer avec nous. « J’ai besoin d’un joueur comme Lacen, surtout que Mansouri revient de blessure et que Hemdani ne joue plus en club », a ajouté Saâdane qui a décidé d’attendre Lacen même jusqu’en juin.

les 3 premiers matchs !»

Saâdane « Jugez-nous après

L

Avec le déroulement des différents championnats européens, le sélectionneur national ne pourra regrouper tous les joueurs que le mardi lors de la troisième séance d’entraînement du stage. Hier, il n’y avait que les locaux à l’entraînement au stade de Rouiba. Aujourd’hui, presque tout le monde sera là, exceptés Ghezzal, Djebbour, Ziani, Halliche, Bougherra et Ghilas qui ont joué hier. Saâdane n’aura finalement qu’une seule séance pour préparer le match face au Bénin, le dernier match amical avant le début des éliminatoires.

Le groupe au complet mardi

e sélectionneur national, M. Rabah Saâdane, est sans doute sous pression. Hier lors de la conférence de presse qu’il a animée à l’hôtel Hilton, son habituel stoïcisme a laissé place à des réactions intempestives qui prouvent, si besoin est, que plus la date du début des éliminatoires avance, plus la pression monte au sein du staff technique national.

dans la rue qui me demandent de battre à tout prix l’Egypte. Je ne peux pas leur répondre à tous, mais mon objectif n’est pas de battre l’Egypte, mais plutôt de me qualifier. Et la meilleure des méthodes, c’est d’aborder les matchs les uns après les autres en commençant par le Rwanda. » Le bilan, Saâdane le fera après le 3e match face à la Zambie. « C’est à ce moment-là que vous pourriez nous juger », nous a-t-il dit.

« Saïfi et Yahia ne viendront pas »
Comme un cheveu dans la soupe, les blessures de Saïfi et Anthar Yahia sont venues brouiller encore plus les cartes du sélectionneur. « Je peux vous apprendre que Saïfi et Yahia sont forfaits pour ce stage. Le premier, qui a rechuté, a demandé à travers les responsables de Lorient à être dispensé de ce stage, alors que Yahia, que je n’ai pas encore réussi à joindre, ne peut pas non plus venir », a expliqué Saâdane qui a pensé à tout en envoyant une liste de 50 joueurs à la FIFA. « Le problème, c’est que je ne sais pas encore avec quel groupe je vais affronter le Rwanda, car n’oubliez pas que je dois arrêter ma liste deux semaines avant le

« Djebbour et Bouazza, décision à la fin du stage »
Comme tout le monde le sait, Rafik Djebbour et Hameur Bouazza seront seulement invités à ce stage qui a débuté hier. Explication de M. Saâdane : « Tant que je n’ai pas discuté avec eux et tant que je ne serai pas rassuré à 100% quant à leur total engagement avec l’équipe nationale, je ne prendrai pas de décision. » Pour rappel, Bouazza a quitté la sélection au lendemain du match Sénégal-Algérie à cause de son statut de remplaçant, alors que Djebbour a demandé au sélectionneur de ne pas le convoquer pour le match Algérie-Sénégal, car ne pouvant apporter un plus à la sélection. R. B.



prochain stage, j’ai donc devant moi trois semaines seulement pour décider », a ajouté le sélectionneur des Verts.

«Pour moi, le Rwanda est plus important que l’Egypte»
Saâdane est inquiet parce que pour lui, « le match du Rwanda est

plus important que celui de l’Egypte. » Le sélectionneur national nous en donne les raisons : « Parce que c’est tout simplement le premier match des éliminatoires. Si on le rate, tout sera à refaire, et si on fait quelque chose là-bas, on affrontera l’Egypte dans les meilleures conditions psychologiques. Je suis harcelé par les supporters

« Ifticen devrait titulariser Gaouaoui »
La non titularisation de Lounès Gaouaoui à Annaba a mis le sélectionneur dans l’embarras. Il était prévu que Gaouaoui et Ousserir laissent leurs places à leurs remplaçants en Coupe d’Algérie pour la reprendre en championnat. Or, un match de mise à jour opposant l’USMA à l’USMA a eu lieu entre les deux derniers tours de la Coupe d’Algérie et Gaouaoui s’est retrouvé encore une fois sur le banc. « C’est lui le numéro 1 et il doit rester compétitif, à quelques semaines du match du Rwanda. Il y va de l’intérêt national », nous a dit Saâdane qui a demandé à Ifticen de l’aider dans sa tâche en titularisant de nouveau Gaouaoui dès la prochaine journée du championnat.

A la guerre comme à la guerre, comme dirait l’autre. Toutes les équipes engagées dans ces éliminatoires combinées de la CAN et du Mondial-2010 comptent utiliser tous les moyens pour passer. Ainsi, le sélectionneur national, M. Rabah Saâdane, nous a appris que le 3e match de ces éliminatoires qui opposera la Zambie à l’Algérie n’aura pas lieu à Lusaka, la capitale, mais dans une ville de province. Il y aura donc plus de pression et plus de difficultés pour les équipes visiteuses.

Zambie-Algérie n’aura pas lieu à Lusaka

«Les gardiens de but ne travaillent pas assez dans leurs clubs»
M. Rabah Saâdane a décidé d’organiser des stages réguliers pour les gardiens de but internationaux ou susceptibles de l’être. Jusqu’à présent, quatre gardiens de but y prennent part : Gaouaoui, Benhamou, Ousserir et Zemmamouche. Une liste qui sera élargie dès le prochain stage des gardiens de but avec l’arrivée de Chaouchi, Ferradji et Kial. Pourquoi ces stages particuliers ? « Parce que les gardiens de but ne travaillent pas assez dans leurs clubs et moi j’ai besoin de gardiens de but prêts pour la compétition », nous a répondu Saâdane qui a élargi la liste des portiers à sept pour pallier toute mauvaise surprise.

Beaucoup l’ignoraient avant la conférence de presse de M. Saâdane, mais la 8e cérémonie du Ballon d’Or a posé une vraie colle au sélectionneur national. Un joueur nominé qui a appris que Saâdane avait voté pour Saïfi a boudé le sélectionneur durant tout le stage pour ensuite passer à côté face au Mali. « Cela prouve que les joueurs, même s’ils jouent dans des clubs professionnels, sont fragiles mentalement. En quoi ma voix aurait influencé sur le vote », s’est interrogé Saâdane. Cela prouve au moins une chose : le Ballon d’Or est devenu la référence du football algérien et le rêve de tous les internationaux.

Le Ballon d’Or a mis Saâdane dans l’embarras

Saïfi « Si je ne viens pas, c’est pour l’intérêt de l’EN »
M. Saâdane vient de nous apprendre que vous avez rechuté et que vous vous serez forfait et pour le stage et pour le match de mercredi face au Bénin… Je crois qu’il y a un petit malentendu. En fait, je n’ai pas rechuté, mais je ne suis pas guéri non plus. La preuve hier (Ndlr : entretien réalisé dimanche), je n’étais même pas sur le banc de touche. M. Gourcuff et les dirigeants sont venus m’expliquer qu’il valait mieux pour moi de ne pas prendre part au stage de l’équipe nationale pour pouvoir être justement à 100% lors des rencontres officielles. Je les ai orientés vers les responsables de la FAF et le sélectionneur national et apparemment, les deux parties ont trouvé un accord. Et vous, souhaitiez-vous prendre part à ce regroupement ? Bien sûr que oui. Cela m’aurait permis de voir la famille, de retrouver les copains en sélection et de me retremper dans l’ambiance du pays. Même en sachant que je ne pouvais jouer, j’aurais aimé prendre part à deux ou trois séances d’entraînement avec le groupe. Mais à bien y réfléchir et pour l’intérêt de l’équipe nationale, il vaut mieux que je reste ici à Lorient et continuer à me soigner convenablement pour être utile à l’équipe nationale. Votre présence à Kigali n’est donc pas compromise ? Pas du tout. Au contraire, d’ici là j’aurai trois ou quatre matchs dans les jambes avec Lorient, ce qui me permettra d’être compétitif, donc utile à la sélection. Quand allez-vous reprendre la compétition ? J’espérais jouer quelques minutes hier face à Monaco, du moment que je me suis entraîné pour la première fois une semaine durant avec le groupe. Mais le coach a jugé que j’étais à court physiquement. Si j’arrive à enchaîner une deuxième semaine de travail avec le groupe, je pourrais peut-être jouer 30 minutes lors de notre déplacement à Caen. Avez-vous discuté avec Saâdane ? Non, mais j’ai eu son adjoint M. Djelloul qui s’est montré très compréhensif. M. S.

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

3

Coup d’œil JSK Les joueurs régularisés
A mi-saison, le président de la JSK, Moh Chérif Hannachi, a tenu sa promesse en régularisant ses joueurs, ce qui a certainement constitué une bonne nouvelle pour ces derniers. A l’issue de la rencontre face au RCK, le président kabyle s’est adressé à ses joueurs, leur annonçant qu’ils devraient être régularisés dans les plus brefs délais. Cela aura pour effet de les motiver à quelques jours du coup d’envoi de la phase retour.

Saâdane

«Pourquoi je ne convoquais plus Chaouchi»
il a eu des problèmes avec Hannachi et Saïb entraîneur de la JSK alors. Je leur ai donc demandé si je devais le convoquer ou pas, ils m’ont répondu qu’il valait mieux ne pas le faire. Cela ne m’a pas empêché de le rappeler dès qu’il a réglé ses problèmes avec la JSK. Là aussi, il envoie un certificat médical et m’explique qu’il portait un plâtre. »

Abdeslam et Meftah absents
Deux joueurs ne se sont pas présentés à la reprise des entraînements. Il s’agit de Rabie Meftah et Chérif Abdeslam. Et pour cause, ces derniers s’étaient rendus au stage de l’équipe nationale en prévision du match amical face au Bénin.

L

Derrag se contente de tours de piste
Blessé au talon au cours de la rencontre face au RCK, Mohamed Derrag a été dispensé d’entraînement hier. L’attaquant kabyle s’est contenté de quelques tours de piste.

e cas Chaouchi n’a pas cessé de faire couler l’encre tant l’absence de ce gardien de but aux grandes qualités en sélection a surpris plus d’un, à commencer par l’intéressé. Son rappel par Saâdane dans la liste des sept gardiens de but qui prendront part à des stages réguliers à Dar Diaf a naturellement été commenté par Saâdane qui, finalement, n’avait pas eu tort en se passant des services du gardien de but kabyle. Ecoutons plutôt Saâdane : « Avant d’expliquer pourquoi je ne convoquais plus Chaouchi, laissezmoi vous dire que c’est un excellent gardien qui jouera tôt ou tard en sélection avec ou sans Saâdane. Mais il y a des raisons objectives qui m’ont contraint à ne pas compter sur lui. » Lesquelles ? Saâdane préfère commencer par dire : « J’ai déjà convoqué Chaouchi pour le match face à la RDC en France. Il était même le numéro 2 puisqu’il a joué toute une mi-temps. Jusque-là, tout se passait bien. Par la suite, je l’ai convoqué avec la A’, mais il m’a présenté un certificat médical selon lequel il ne pouvait pas répondre à cette convocation. Ensuite,

«Il était sans plâtre et se promenait dans la rue Didouche-Mourad»
Surprise ! Au moment où l’équipe nationale était en France sous la férule de Saâdane, un coup de fil vient prévenir ce dernier que Chaouchi n’était pas blessé. « On m’appelle d’Alger pour me dire qu’il ne portait plus le plâtre et qu’il se promenait dans la rue Didouche-Mourad en plein Alger-Centre. Que feriez-vous à ma place ? », s’est interrogé Saâdane qui a quand même décidé de donner une autre chance à Chaouchi. « A lui de me prouver qu’il est le meilleur à son poste. » R, B,

Maroci avec le groupe
Après avoir été astreint à un programmé spécifique suite à l’intervention qu’il a subie au niveau du genou, Tayeb Maroci a repris le chemin des entraînements lors de la séance de travail d’hier après-midi. Le milieu de terrain kabyle a donné l’air d’être totalement rétabli de sa blessure. Il s’est entraîné normalement.

NAHD-JSK ce dimanche
La Ligue nationale de football a publié hier sur son site officiel le programme de la première journée de la phase retour. Ainsi, la JSK connaît la date de sa rencontre face au NAHD. Elle se déroulera le dimanche 13 février au stade Zioui.

Boussefiane blessé
Mohamed Boussefiane n’est pas allé au bout de la séance d’entraînement d’hier, et cela, après avoir ressenti une vive douleur au niveau de la cuisse. Une blessure qui remet en cause la participation de l’attaquant kabyle au match amical face à l’EN Espoirs prévu cet après-midi.

Lang match de l’ESS a été «Le
le déclencheur»
sorte d’avoir quatre éléments internationaux dans mon effectif. En ce moment, j’éprouve un grand plaisir à entraîner mes joueurs. En un mot, c’est un régal ! Cette bonne ambiance est due bien évidemment au fait que nous enregistrons de bons résultats. Toutefois, je ne cesse de répéter à mes joueurs qu’ils ne doivent pas s’enflammer, même si je dois reconnaître que le match face à l’ESS a été le déclencheur à tout point de vue. » en matière de résultats. D’ores et déjà, je ne compte pas vous répondre sur un quelconque objectif pour la suite de la saison. Moi, mon objectif, c’est de préparer notre prochain match, ni plus ni moins. On a tendance à parler du titre dès maintenant, mais, à mon avis, tout se décidera dans les dernières journées et pas avant. »

« Je n’ai jamais vu un président aussi passionné comme Hannachi »
« Tout au long de ma carrière, j’ai eu affaire à des présidents de clubs, mais jamais je n’ai connu un président aussi passionné que Hannachi. Il a tout simplement la JSK dans la peau. Il aime le club au plus haut point, ça se sent à travers les discussions que j’ai avec lui. Ce qui est positif pour le club, c’est qu’il est proche de son club et attentif à ce qui s(y passe. En plus de cela, on a la chance de discuter avec un président qui maîtrise le sujet, ce qui est normal pour quelqu’un qui a eu une longue carrière en tant que joueur, puis de président. »

« Bensaïd a retrouvé la joie de jouer »
« Peut-être que notre problème offensif est encore perceptible, mais je dirai qu’il y a un léger mieux et que les attaquants ont fait beaucoup d’efforts depuis quelques matches. Ce que je retiens de positif, c’est que des attaquants comme Derrag et Bensaïd font à nouveau parler d’eux, mais dans le côté positif. Un gars comme Bensaïd a retrouvé la joie de jouer, de marquer à nouveau des buts. C’est le plus important pour moi. »

«Berchiche et Belkalem, une surprise ? Pas pour moi»
« Il est vrai que je constate que les gens et la presse ont beaucoup tendance à parler de Berchiche et Belkalem comme des joueurs surprises, des joueurs que personne n’attendait. Eh bien, ce n’est pas mon avis ! Moi, j’ai la chance de les voir à l’œuvre pratiquement tous les jours à l’entraînement, ce qui signifie que je sais de quoi ils sont capables et je ne suis pas du tout étonné de leurs prestations le jour du match ; ils ne font que confirmer tout le bien que je pense d’eux. Vous me dites qu’il y a une possibilité qu’ils prennent la grosse tête parce qu’ils sont encore jeunes, eh bien je peux vous dire que s’ils ont le cigare, je serai là pour leur faire tomber la cendre. »

« Azuka n’a que 19 ans »
« Je suis d’accord avec vous que Azuka tarde à faire parler de lui. C’est un élément qui a des circonstances atténuantes. C’est la raison pour laquelle je suis indulgent et patient avec lui. Il vient d’un pays et d’un championnat totalement différents de ce qu’il a trouvé en Algérie. Il a besoin d’un certain temps pour s’adapter. Même sur le plan culinaire, il doit s’adapter car ce ne sont pas les même habitudes sur ce plan-là. De ce côté-là et comme vous savez, il est très important pour un joueur de bien se nourrir. Sur le plan du jeu, Azuka joue encore comme s’il était au Nigeria, sans parler du fait qu’il a des difficultés sur le plan de la communication avec ses coéquipiers. Malgré tout cela, je reste confiant. Je sais qu’il fera parler de lui tôt ou tard. N’oubliez pas qu’il n’a que 19 ans. » Ali Hamouche

entraîneur de la JSK, Jean Christian Lang, est en ce moment un entraîneur heureux, tout baigne pour lui. En championnat, il reste sur quatre matches sans défaite, un parcours qui a permis à son équipe de se positionner à la sixième place, et sur le plan de la gestion de l’effectif, il trouve un plaisir à se retrouver au milieu de ses joueurs comme il nous l’a avoué lui-même : « Je suis satisfait à tout point de vue. Sur le plan personnel, je ne vous cache pas que je me plais en Algérie, particulièrement en Kabylie. Sur le plan professionnel, j’ai atteint les objectifs que je me suis fixés, à savoir donner une certaine mentalité à mes joueurs, redonner goût à ces éléments de jouer pour les couleurs du club et enfin faire en

L

«Dans ma tête, je suis à la JSK pour 20 ans»
« Le métier d’entraîneur est un métier ingrat, un jour vous êtes là, un autre vous êtes ailleurs. Je sais que mon contrat prendra fin le 31 mai, mais il y a une possibilité que je n’aille pas jusqu’à la fin de cette date. Mais personnellement, je ne prends pas en considération ce paramètre Moi, je me contente de faire correctement mon travail. En toute franchise, dans ma tête, je suis à la JSK pour 20 ans. »

«Achiou est le régisseur»
« Achiou est tout simplement le pion qui manquait à cette équipe, ce qui explique parfaitement ma vision des choses : Achiou fait partie intégrante d’un groupe. Certes, beaucoup de mes choix je les fais autour de lui, mais en contrepartie, celui-ci joue pour l’équipe. En un mot, ce n’est pas à lui de tout faire. Je sais que beaucoup le comparent à un leader. Dans le jargon des entraîneurs, on dit qu’il est un régisseur. »

«Mon objectif : notre prochain match »
« Je ne me prononce jamais sur les objectifs

4

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

Coup d’œil REPORTAGE
Reportage réalisé par Achour Aït Ali

Berchiche ( )
Gar d e
à vous
Indéniablement, Kouceïla Berchiche est l’homme qui monte à la JSK, voire dans le championnat algérien. Pourtant, il a dû galérer avant de voir se réaliser un rêve d’enfant : porter un jour le maillot de la JSK, porteflambeau de toute une région. C’est une cette région que Berchiche nous a fait découvrir pour nous permettre de réaliser le reportage que voici :
Un jour de samedi à l’Académie !

Kouceïla

!

sa Tout heureux de conduire

nouvelle voiture...

es douze coups de minuit n’ont pas encore retenti. La citrouille est toujours carrosse ! Et ça roule carrosse pour Kouceila Berchiche au sens propre comme au figuré. Le joueur était tout heureux de s’essayer ce samedi-là au volant de sa nouvelle Peugeot 207 que le club venait de lui octroyer en guise de deuxième tranche de sa prime de signature. Cendrillon, ce n’est pas qu’un conte de fée ! Et comment ne pas en faire le rapprochement au regard de ce qu’est en train de vivre le stoppeur kabyle. Il y a six mois à peine, il était encore un inconnu au bataillon. L’on se souviendra de ce joueur à la course chaloupée qui avait débarqué chez les Canaris presque sur la pointe des pieds. Sans faire de bruit, autrement dit. Venant du WAR, il ne fallait pas s’attendre à ce que les très exigeants supporters kabyles l’accueillent avec des fleurs, lui pourtant l’enfant de la région. Berchiche a sans doute pris sur lui à ce momentlà, même s’il ne le dit pas ouvertement sans doute pour ne pas écorner cette réputation qu’il vient de se construire. En tout les cas pour lui confier les clés d’une défense à qui il est arrivé de boire la tasse, après le départ de Demba, Jean-Christian Lang n’hésitera pas une seconde. « Pour palier le départ de Demba, moi je vote Berchiche ! », nous avait confié l’entraîneur français il y a quelques deux mois de cela au cours d’une discussion en marge du match face aux FAR de Rabat. L’on ne demandait qu’à voir. De toutes les façons, l’on allait voir ce qu’on allait voir. Et qu’est-ce qu’on a vu ? « Une ascension fulgurante. Il n’arrête pas de progresser depuis son premier match face à Annaba », témoigne Kamel Kaci-Said, son entraîneur en sélection nationale militaire. L’ex-joueur du Zamalek venait spontanément de nous résumer en deux phrases le parcours de son stoppeur. Petit à petit, Berchiche a fait son trou. Du banc, il a fait le bond ! Retracer ce parcours en sa compagnie fut un plaisir. Bagou, il l’a été jusqu’au bout. Spontané aussi. Comme le fut cette balade qui nous a emmenés du CREPS de Ben Aknoun à Thaourirth n’Moussa à Beni Douala dans la demeure même du défunt Matoub Lounès. On avait rien prévu. On a marché, il a parlé. Ce fut un réel plaisir qu’on va essayer de partager ici avec vous. Alors, appréciez !

L

gorge déployée ! ». Petite explication, programme Rendez-vous est donc pris avec Kouceila à la poche et… vroom ! Berchiche pour ce samedi 7 février au CREPS Nous quittons alors le (Centre Régional d’Education Physique et Spor- CREPS, direction Tizi. tive) de Ben Aknoun. Le défenseur kabyle était Petit crochet chez Peugeot PS de Ben Akoun. rappelé en regroupement par Kamel Kaci-Said. où le joueur s’est vu livrer Comme chez lui au CRE La sélection militaire prépare un match de sa nouvelle 207 flambant khalfa coupe. Kaci-Saïd avait déjà pris le soin d’annon- neuve et ça repart. pour l’envoyer au MOB. Pour ce faire, il n’en falcer notre venue. Il ne restait donc qu’à montrer lait pas plus qu’un coup de pouce de Kamel patte blanche, décliner notre identité au poste de Une formation perturbée Sur la route, la discussion a tourné naturelle- Marek qui avait décelé chez lui des qualités cerpolice et on était déjà sur la piste cyclable du tertaines. « C’est Marek qui m’avait proposé au MOB. rain principal, non sans s’être vu remettre des ment autour de la carrière de Berchiche qui d’un Je ne m’en cache pas. Il m’avait vu jouer et il avait badges en guise de laisser-passer. Ce jour-là, Kaci ton posé et apaisé à vous faire somnoler sur votre appelé Laklak pour lui parler de moi. A peine Saïd avait décidé de mélanger l’équipe du CREPS siège s’est mis à nous raconter ses débuts dans le deux jours après, je me suis retrouvé dans le buavec la sélection. A 10h pile, les joueurs s’adon- football. « J’ai débuté en poussins à la JSK. C’était reau de ce dernier à signer mon contrat. » Petite naient déjà un footing en petites foulées sous une en 97 je crois », racontait-il. A la JSK, Berchiche anecdote : « Je ne l’ai dit à personne ! Ce n’est pluie fine. Les grosses bourrasques de vent ren- ne fera pas de vieux os. « J’ai dû raccrocher au qu’une fois le contrat signé que je l’ai dit à mes padaient leur course éclopée. Régime militaire bout de deux ans. Mon cursus sportif était per- rents. Mon père l’avait mal pris au départ, mais le oblige ! Là-bas, pas de place aux ronchonneurs. turbé et mon père m’a alors retiré du club. Il avait stage en Pologne auquel j’avais pris part avait temIslam Aït Ali-Yahia (USMA), Malik Asselah refusé d’entendre parler de foot. C’est vrai que péré ses ardeurs », racontait-il. Au MOB, Ber(NAHD) et Abdelkader Harizi (CRB) étaient quelque temps après, j’y suis retourné, mais je ne chiche jouera une saison. Il aura suffi d’un parmi le groupe. Pour l’Usmite, il était facilement faisais que m’entraîner avec le groupe. Je n’avais contact de l’USMA et il tourne casaque. « Mais reconnaissable, nageant dans son parka aux cou- pas de licence. Mon père avait refusé de me signer c’était plus le challenge qui m’emballait. C’était l’autorisation leurs du club. Cupaternelle. Ab- l’USMA, quand même. J’avais toujours rêvé de rieusement, point delmounaâm jouer dans un grand club et cette opportunité de Kouceïla BerK h a r o u b i s’était présentée avec cette touche de Aksouh qui chiche. Nous m’avait autorisé était venu me voir au sortir d’un match amical avait-il posé un quand même à (MOB-USMA, ndlr) pour me proposer de signer lapin ? « Il est à m’entraîner », à l’USMA et j’ai dit oui… » Son expérience usl’infirmerie pour raconte Ber- miste sera aussi courte que celle au MOB. Au des soins… », nous chiche. Celui-ci final, Berchiche connaîtra deux clubs en l’espace rassura illico Lyes signera sa li- de deux ans alors qu’il n’a pas encore terminé son Izri, membre du cence quelques cycle de formation. A l’été 2006, il se retrouve staff technique de années après, sans club. Il signe alors au WAR. la sélection milimais loin du taire. Avant 1er-Novembre La sélection militaire, d’ajouter. « Il ne va et de la JSK. « un tremplin salutaire pas tarder à arris d'enKouciela Berchiche passera deux saisons Sur insistance e le contact avec ses ami ver. » En attenMalgré le succès, il gard de ma mère, j’ai complètes à Rouiba. Un record pour un joueur fance. dant, va pour une signé une li- alors instable. Hocine Yahi, l’entraîneur en chef, petite discussion cence à la JS Boukhalfa. Le le prendra sous son aile. « Yahi m’a beaucoup avec Kaci-Said aidé. Avec lui, j’ai progressé sur tous les plans. Rien dans son bureau. «C’est moi qui l’ai fait venir de fait de ne pas avoir décroché complètement m’a que par ses conseils et ses orientations, il m’a beauRéghaïa. J’ai tellement entendu du bien de lui que aidé à reprendre vite », se souvient-il. coup aidé. Même lorsque les clubs voulaient me je n’ai pas hésité une seule seconde à l’intégrer dans prendre cet été, il était là. Il m’a protégé. Pour tout la sélection. Ça a sauté aux yeux. Ce garçon avait Au MOB sans préavis ! A cette époque, Berchiche était loin de se cela, je lui serai reconnaissant toute ma vie. » Au de la qualité », témoignait-il. Le sélectionneur WAR, Berchiche terminera son apprentissage. Il national fut coupé par la toux sèche du joueur douter qu’une simple partie de foot endiablée au gagnera en expérience mais aussi en temps de qui frappait à la porte. Berchiche toussait à « quartier allait l’extraire du sableux stade de Bou- jeu. « Je ne regrette pas le temps que j’ai passé là-

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

5

Coup d’œil REPORTAGE

Même l’imam du village est un mordu du foot !

Dans «sa» salle de classe avec les enfants...

Avec Kaci Saïd et le staff de la sélection nationale militaire.

bas. Même lorsqu’on me disait dans la rue que je perdais mon temps et qu’il fallait que je me trouve un club, je ne bronchais pas. Car j’avais besoin de jouer, de progresser et au WAR j’avais cette opportunité. J’aurais pu partir à une époque où le NAHD insistait pour m’avoir. Mais j’ai préféré rester. J’avais encore beaucoup à apprendre et franchement, les expériences du MOB et de l’USMA m’ont appris à être patient », avoua Berchiche. Mais si l’expérience du WAR l’a construit, ou autrement l’a préparé au haut niveau, mais c’est la sélection militaire qui le révélera au grand public. « La sélection militaire est en quelque sorte le top ! Je me suis tout simplement fait un nom », reconnaît-il. Son entraîneur, Kamel Kaci-Saïd, témoigne. « Avec la sélection, on avait joué contre des clubs de l’élite. Seize ou dix-sept matches au total. Et à chaque fois, Berchiche nous en mettait plein les yeux. Sa lecture du jeu, son placement et sa relance faisaient de lui un libéro comme on n’en trouve plus de nos jours. Il n’y avait aucun doute quant à ses qualités », témoigne Kaci-Saïd.

«Avec toi Berchiche, on peut faire quelque chose…»
C’est donc en plein été, période où la chasse aux « stars » et autres oiseaux rares était déclarée ouverte que Berchiche débarque à la JSK. A Tizi Ouzou, on a accueilli cette arrivée du coin de l’œil. Pour beaucoup, Berchiche n’allait pas tarder à se casser les dents, comme c’était le cas pour Bourekba et Saïbi qui, comme lui, ont débarqué d’en bas et n’ont jamais réussi à faire leur trou. « Ce n’était pas facile de se débarrasser de cette étiquette de joueur qui vient d’en bas. L’expérience de Bourekba et Saïbi ont fait que les gens n’y croyaient pas trop. Ce n’était pas évident », reconnaît-il aujourd’hui. Ça démarre donc mollo. C’est vrai que l’ex-entraîneur Alexander Moldovan avait décelé chez lui des qualités certaines lors du stage au Maroc, mais la concurrence était telle que Berchiche était destiné, du moins à l’époque, pour la voie de garage. D’autant que le club kabyle a enregistré un renfort en défense : Belabbès. « Ber-

Fergani le voulait à l’USMA, Khalef le place à la JSK
La sélection nationale militaire donnera à la carrière de Berchiche un autre élan. Ce fut carrément le tournant. « A chaque fois qu’on affrontait une équipe de l’élite, on venait me poser des questions à la fin du match sur lui », confie encore Kaci-Saïd. C’est aussi lors d’un match avec la sélection militaire qu’il tapera dans l’œil averti de Mahieddine Khalef. Comme il est rare que celuici se trompe sur la valeur d’un joueur, il a vite repéré chez Berchiche les qualités d’un futur grand. « Khalef, il n’y a pas si longtemps, je ne le connaissais que de nom. Enfin, jusqu’au jour où il était venu dans le vestiaire au sortir d’un match amical avec la sélection militaire et demandait à me voir. Quand on m’avait dit que Khalef m’attendait dehors, j’ai dit waou ! Je suis sorti le voir. Il m’avait dit qu’il m’a trouvé bon. Il m’avait encouragé à persévérer », raconte Berchiche. Ali Fergani, l’ex-sélectionneur national, l’avait aussi remarqué au cours d’un match. « Il avait voulu me placer à l’USMA. Il en a même parlé aux dirigeants de ce club, je crois. » Mais c’était compter sans l’influence de Khalef qui parlera de Berchiche à Hannachi et le transfert était conclu. Enfin presque, car au même moment, le MCA, le NAHD et l’USMB s’y sont alignés. « On avait même raconté que j’avais signé à l’USMA. Hannachi m’avait alors appelé pour me rappeler l’accord que nous avions passé tous les deux quelques jours auparavant. Pour prouver ma bonne foi, je suis allé au bureau et j’ai demandé de signer mon contrat. Le président s’est montré quelque peu étonné, car on n’avait pas alors négocié les modalités. J’ai signé quand même. Hannachi m’avait dit : Et l’argent ? Je lui ai répondu qu’on en reparlera un autre jour. Aujourd’hui, je ne regrette rien, car le président s’est comporté toujours en homme avec moi. Je n’oublie pas ça, même si je veux que les gens sachent que je n’ai jamais signé à la JSK pour l’argent. Si c’était ma motivation, j’aurais opté pour le NAHD dont un dirigeant m’avait ramené du cash ! »

chiche, avec toi, on peut faire quelque chose ! », lui a lancé un jour le Roumain, qui, au grand dam du Kabyle, démissionnera quelques jours après. Berchiche passera du coup presque toute la phase aller à s’entraîner et à enchaîner les stages avec la sélection militaire. « La sélection militaire était mon refuge. Là-bas, je retrouvais la confiance, la joie de jouer. Je renaissais… » Une coupe d’Afrique réussie avec une finale à la clé, le destin s’occupera du reste. Fin décembre, le transfert du Malien Barry Demba à Al Hilal du Soudan était conclu. Une place se libère et Berchiche l’a saisie. Une juste récompense pour un joueur qui a su rester patient. « Je n’ai jamais douté. L’Armée m’a appris la patience et la discipline. Ça m’a beaucoup servi », avoue Berchiche et d’ajouter. « Aujourd’hui, je n’ai pas besoin d’être motivé par des primes alléchantes. Quand je me rappelle le discours du général en Coupe d’Afrique, j’en ai encore la chair de poule ! Après, on a qu’une seule envie : entrer sur le terrain et tout casser ! », raconte fièrement Berchiche.

« Si Dda Meziane était encore de ce monde, il aurait été fier »
Le trajet Alger- Tizi est rendu léger par toutes ces anecdotes croustillantes qui ont marqué l’itinéraire du joueur. Celui-ci a quelque peu forcé sur le champignon. Prochaine station, Aguemoune, son village natal. Petite bourgade située en plein cœur de la daïra de Beni Douala, wilaya de Tizi Ouzou. Là-bas, le nom des Berchiche est intimement lié à la JSK. Et pour cause, un de ses oncles, Meziane Berchiche, est l’un des membres fondateurs de la JSK. « Il était cordonnier et c’est lui qui chaussait les joueurs de l’époque. S’il était vivant, il aurait été fier », nous a informé Hocine, un autre oncle de Kouceïla. En cette journée d’hiver à ne pas mettre un chat dehors, les gens du village vaquaient à leurs taches quotidiennes en bravant le froid. Nos deux véhicules s’engouffrent dans les très étroites ruelles du village. Aguemoune, village de son enfance. « Mourad, te souviens-tu des interminables parties de foot sur ce terrain ? (il désigne du doigt un terrain gazonné, aujourd’hui clôturé par du fil barbelé) On pariait des pièces et l’équipe qui gagnait se partageait le butin », lançait-il à Berrefane son coéquipier à la JSK et cousin maternelle. « Lui (Berrefane, ndlr), il encaissait des buts par douzaines », tentait-il de le chambrer. Petite virée à l’ancienne maison familiale, aujourd’hui en ruine, ou presque. Le froid glacial qui soufflait ne se déteindra point sur cette chaleur que le joueur dégageait lorsqu’il est retourné à l’école du village. « Ça me rappelle mon enfance. J’ai commencé mon cursus scolaire ici avant qu’on ne déménage à Tizi. » Les yeux d’une dizaine de bambins entassés dans une petite salle de classe étaient braqués sur Berchiche. Certains le connaissent, d’autres non, mais tous étaient tout contents de poser avec lui pour des photos souvenir. Les crépitements de l’appareil photo de Zahir notre photographe brisaient le silence qui régnait en ces lieux où l’assiduité rimait avec discipline. Comme tout Kabyle qui se respecte, Berchiche ne pouvait quitter Beni Douala sans se recueillir sur la tombe du défunt Matoub Lounès. « Ce n’est pas loin d’ici. On y sera dans dix minutes, un quart d’heure au plus. » C’était, en effet, le temps qu’il nous a fallu pour rallier Taourirt n’Moussa, village du « Rebelle ». Moment émouvant. Le joueur ne souffla pas un mot. Berrefane, en connaisseur des lieux, faisait office de guide. La voiture du défunt criblée de balles, comme un monument, posait là pour la postérité. Seule la voie tristounette, mi-fatiguée, mi-chagrinée de Nna Aldjia, la mère de Matoub, retentissait dans ce salon où subsiste toujours une atmosphère aussi triste qu’étaient ces larmes versées par la vieille. Ce fut chaud, émouvant et passionnant à la fois. Ça a soufflé le chaud et le froid comme lors de cette journée où le temps qui régnait alternait avec ces deux extrémités. Finalement, conte de fée ou pas, le destin de Berchiche semble tout tracé en tout cas… A. A. A.

e au café du Il n'oublie jamais une viré

village...

re. Sa maison natale, un repè

Nna Aldjia entre Berrefan

e et lui.

son Le «pélerinage» à la mai ! de Matoub est obligatoire

6

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

Coup de colère MCA
Le Mouloudia risque de perdre
le complexe Ferhani
On avait annoncé dans une de nos précédentes livraisons que les dirigeants du Mouloudia d'Alger envisageaient de bâtir un centre de formation pour le club, afin de changer la politique du club. Amrous, voulant stabiliser le club, a jeté son dévolu sur le complexe Ferhani pour en faire un centre de formation dont les travaux ont pris fin tout récemment. Selon les échos en notre possession, ce centre devrait ouvrir ses portes dans deux ou trois semaines. Le président s'est même déplacé au MJS pour rencontrer le ministre Djiar en compagnie du président de la commission de jeunes, Ahmed Lagoune et Tafat, membre du comité directeur, afin de lui expliquer les grandes lignes de ce projet. Le ministre avait d’ailleurs donné son accord de principe pour sa mise en application. En outre, l'entraîneur Alain Michel avait même été sollicité par les responsables du club, afin de mettre en place une stratégie pour la réussite de ce projet, sachant que le Français a déjà une expérience dans ce domaine. Mais selon une source digne de foi, ce projet pourrait tout simplement tomber à l'eau pour plusieurs raisons. Parmi elles, le fait que le président mouloudéen, Sadek Amrous compte mettre ce complexe à la disposition de l'équipe fanion pour s'y entraîner et disputer les matchs amicaux. Ce revirement n’a pas été apprécié par la DJSL qui a décidé de gérer ce complexe jusqu'à nouvel ordre, soit jusqu'à ce que les Mouloudéens revoient leur décision. Voilà une nouvelle qui ne fera sans doute pas plaisir aux dirigeants du Mouloudia, le président Amrous en particulier.

Bouguèche, Besseghir et Babouche
Dans notre précédente livraison, on avait annoncé que trois joueurs avaient fait une virée du côté du siège du club sis à la villa de Chéraga afin de rencontrer les dirigeants pour réclamer l'argent que le club leur doit. Il s'agit de Amine Besseghir, Hadj Bouguèche et Hamza Yacef. Ces derniers ont tenté de discuter avec Amrous afin d'en savoir plus concernant leur dû. Malheureusement pour eux, ils n'ont pas pu rencontrer le président du club qui n'était pas à la villa. Cependant, on croit savoir que Bouguèche aurait rencontré le président Amrous dans l'après- midi du même jour. Néanmoins, un autre problème vient de surgir pour les dirigeants du Mouloudia. En effet, trois joueurs, en l'occurrence Réda Babouche, Amine Besseghir et Hadj Bouguèche ne se sont pas entraînés hier matin. Selon une source digne de foi, les trois joueurs ont pris la décision de ne pas se rendre aux entraînements, afin de protester auprès des dirigeants du club pour leur non régularisation. Autrement dit et selon des échos qui nous sont parvenus, les trois joueurs ont opté pour le boycott de leur équipe.

boycottent
Une situation qui a mis certains joueurs en colère contre la direction du club. Pour rappel, Hadj Bouguèche doit toujours au club une partie de la troisième tranche de la saison passée et une partie de la première tranche de l'actuelle saison. Le joueur semble plus que jamais décidé à récupérer son argent le plus vite possible. Réda Babouche, pour sa part, doit toujours au club la somme de 70 millions, comme l'a déclaré le président Amrous lors de l'entretien qu'il nous a accordé dans notre précédente livraison. Néanmoins, le joueur ne semble pas du tout convaincu par les propos du président. Besseghir Amine, quant à lui, semble avoir pris la décision de boycotter les entraînements à cause de sa non régularisation.

un proche avenir, il sera confronté au même problème.

Que fera Amrous ?
Le président du club, Sadek Amrous, va se retrouver sans aucun doute dans l'embarras, pour espérer convaincre ces joueurs de revenir à la raison, si, bien sûr, cette information venait à se confirmer. En effet, les caisses du club sont actuellement vides. L'argent du sponsor Djezzy qui est rentré dernièrement dans les caisses du club a été dépensé. Amrous ne trouvera pas d'argent pour convaincre ses poulains. Même dans

Un des sponsors a résilié son contrat
Selon une source bien informée, le Mouloudia vient de perdre un de ses sponsors. Il s'agit d'un quotidien d'information en langue arabe. Ce sponsor vient, en effet, de demander la résiliation du contrat le liant au club phare de la capitale pour promesse non tenue. Ainsi donc, le Mouloudia vient de perdre 500 millions représentant la deuxième tranche de la subvention. Hamza R.

Régularisation de certains joueurs en catimini
Les joueurs ont eu vent dernièrement de la procédure prise par les dirigeants mouloudéens, à savoir la régularisation de certains joueurs en catimini. Selon une source autorisée, ils sont trois joueurs à avoir été régularisés, dont le capitaine Fayçal Badji.

Hamza R.

Alors que leur président dit qu’ils ont été payés La proposition de destitution de Amrous sera soumise à Marif
Alors que Amrous se montre serein, au moment où le comité directeur a entamé les démarches nécessaires pour sa destitution, les membres dudit comité semblent à leur tour décidés à aller au bout de leur intention d’opérer un changement à la tête du club d’ici à la fin de la semaine. Amrous sera donc une nouvelle fois mis à rude épreuve, puisqu’on lui demandera de démissionner comme on l’a déjà rapporté, sinon la confiance lui sera retirée. D’ailleurs, les membres du comité directeur auraient déjà établi un rapport à travers lequel ils avancent les raisons de leur démarche qu’ils présenteront au président d’honneur du club, en l’occurrence Rachid Marif. Ces derniers tiennent à ce que les choses se passent dans un cadre organisé et en concertation avec toutes les parties. Ainsi donc et dans la maison du Doyen, on attend l’arrivée de Rachid Marif pour tirer les choses au clair.

q

Michelhier est rentré
Alain Michel a reporté sa venue en Algérie pour hier, alors qu'il devait rentrer samedi. L'entraîneur mouloudéen a dû reporter sa venue à cause d'un problème familial qu'il devait régler. Par ailleurs, l'entraîneur Michel ne connaît toujours pas la date de la reprise officielle de la compétition. Cela est un véritable casse-tête pour l'exentraîneur du Grenoble afin d'établir son programme.

Les joueurs réclament toujours leur argent

L

e problème financier qui oppose les joueurs à leurs dirigeants risque de mener l’équipe à l’implosion au moment où le Mouloudia a besoin plus que jamais de travailler dans un climat serein pour entamer la phase retour dans de bonnes conditions. Certains joueurs, qui n’ont toujours pas perçu le reste de la première tranche de la prime de signature, ont mal apprécié les déclarations de leur président qui continue à affirmer que la direction du club a honoré ses engagements. Ainsi, les joueurs en question attendent toujours un geste de la part de leur président pour percevoir le reste de leur dû, puisque durant toute la semaine passée, ils ont tenté de le rencontrer mais il était préoccupé à régler des affaires personnelles.

Amrous attend une subvention des pouvoirs publics cette semaine
Toutefois une source proche de la formation mouloudéenne nous a confié que le président Sadek Amrous, bien qu’il affirme que ses joueurs ont été régularisés, veut apaiser la tension qui règne dans l’entourage du club, surtout que des proches de l’équipe l’ont sollicité pour qu’il puisse régler définitivement le problème. Mais il se trouve que Amrous attend une subvention de la part des pouvoirs publics qui doit renflouer les caisses du club au cours de cette semaine. Ce qui lui permettra de payer ses joueurs.

Le comité directeur compte remettre en cause la gestion de Amrous
se dit, les comité directeur, et lors de la réunion qu’ils tienqContrairement à ce quiremettre àmembres duun dront avec Marif, comptent ce dernier rapport accablant sur Amrous qu’ils considèrent avoir failli à sa mission, du fait que l’équipe n’est pas à l’abri d’une mauvaise surprise en fin de saison, sachant que l’écart qui sépare le Mouloudia des autres équipes du bas du tableau est vraiment mince. Les membres du comité directeur ne veulent donc en aucun cas être associés à cette gestion, eux qui n’ont jamais été sollicités par le président du club depuis deux mois. Seulement, ces derniers souhaitent que Amrous rende le tablier de son propre gré, sans avoir recours à la procédure légale pour le destituer. La même source ajoute que le changement à la tête du club devrait avoir lieu d’ici à la fin de semaine, car Amrous aurait perdu toute forme même de soutien, même de la part du président d’honneur. K. M.

Il n'aura pas beaucoup de problèmes
L'entraîneur des Vert et Rouge n'aura pas trop de problèmes concernant les joueurs blessés. Comme annoncé dans notre précédente livraison, quatre joueurs sont actuellement blessés, à savoir Lachkham, Hamadou, Bouguèche et Hadjadj. Cependant, ce dernier a repris hier. Il ne reste donc que trois joueurs blessés. Néanmoins, cela ne va pas constituer un problème pour le driver Alain Michel. En effet, il dispose de plusieurs solutions au milieu de terrain comme Daoud, Bentocha ou Boumechra. En attaque, il y a la présence de Badji, Bénie, Amroune, Belkheir et même Younès. Ainsi, il aura le choix pour remplacer les blessés. Toutefois, il n'a pas caché son optimisme de récupérer les blessés, afin d'avoir le groupe au complet sous sa coupe.
H. R.

Pas question de parler de la deuxième tranche de la prime de signature
Cependant, certains éléments, même s’ils avaient perçu l’intégralité de la première tranche de la prime de signature, réclament tout simplement une partie de la seconde tranche. Et dire que, parmi eux, il y a des éléments qui allaient être libérés au cours du mercato pour insuffisance technique. Le président du Mouloudia, qui va essayer de régulariser la situation financière des joueurs qui n’ont pas perçu le reste de leur argent, ne veut pas entendre parler de la deuxième tranche de la prime de signature avant que les résultats ne suivent. Pour lui, il est inconcevable de payer des joueurs à coup de millions sans qu’ils ne remplissent leur partie du contrat. Autrement dit, les joueurs n’ont qu’à retrousser leurs manches s’ils veulent avoir le reste de leur argent. K. M.

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

7

Coup dur MCA
Hadjadj a enfin repris avec le groupe
à Longtemps absent en raisonstd’une blessuredeslamatin cuisse gauche, Fodil Hadjadj a dû suivre soins intensifs pour se remettre. C’e finalement hier que l’ex-Nantais a pu reprendre avec le groupe à la forêt de Bouchaoui. Le milieu de terrain mouloudéen compte se préparer convenablement pour la reprise du championnat, avec ce match choc contre l’USMH qu’il ne veut rater pour rien au monde. Cependant, le retour un peu tardif de Fodil pourrait inciter Michel à se passer des services de son joueur pour le match face à l’USMH, surtout qu’il n’aura que l’embarras du choix pour composer son milieu de terrain.

Hier, footing sous la grêle à Bouchaoui
à l’accoutumée, les du n’ont eu droit qu’à une seule séance travail, Contrairement hierBouchaoui. UnejoueursdequiDoyen le matin, à la forêt de séance a été dirigée par Achouri et Benamer en l’absence de Michel qui se trouvait en France. C’est sous un froid glacial et sous la grêle que les partenaires de Badji se sont entraînés. Le footing était donc au menu du jour. A un certain moment, les joueurs se sont imaginés dans une course de cross country.

Plusieurs absents à l’entraînement Le derby avec l’USMH aura lieu dimanche à Bologhine
Après plus de deux semaines de spéculation, le derby MCA - USMH aura finalement lieu dimanche prochain au stade de Bologhine. Une programmation qui arrange les affaires du Mouloudia, dans la mesure où la trêve forcée à laquelle ont été soumis les poulains d’Alain Michel sera écourtée. Le technicien français, qui devait rentrer hier soir à Alger, aura donc toute une semaine pour préparer le match.

Lachkham sera absent un mois
Le mercato hivernal n’a pas encore dévoilé plus de 400 millions de centimes pour une durée de six mois, l’ex-international tunisien Chakib Lachkham sera indisponible pour plus d’un mois, d’après ce que nous a confié une source proche du MCA, du fait qu’il souffre d’une déchirure musculaire. En effet, tout a commencé lors du stage de préparation effectué à Sousse ; le milieu de terrain tunisien a été mis à l’essai par l’entraîneur Alain Michel à l’occasion du deuxième match amical que le MCA avait disputé face au CC Sfax. A l’issue de la rencontre, Lachkham avait ressenti quelques douleurs au niveau de la cuisse, et c’est logiquement qu’il n’avait pas pris part au dernier match amical que le MCA avait joué face à Makarem Mahdia. Cependant, au lieu de lui faire passer des examens médicaux approfondis avant de lui faire signer un contrat, les dirigeants du MCA ont recruté Lachkham pour refléter l’image d’une équipe qui a «réussi son recrutement», ne se doutant qu’il souffrait d’une ancienne blessure. Après quelques jours d’entraînement avec l’équipe, Lachkham qui venait juste de terminer sa période de rééducation a pris part à la rencontre amicale disputée face au NAHD, où il a fait sa rentrée sur le terrain en deuxième période de jeu. Là aussi, Lachkham a ressenti une douleur au niveau de la même cuisse, c’est à ce moment que les Mouloudéens ont commencé à se poser des questions sur la nature de la blessure de leur nouvelle recrue. Après avoir bénéficié de quelques jours de repos, Lachkham a passé une échographie qui a révélé qu’il souffrait bel et bien d’une déchirure musculaire. L’information est tombée comme un couperet au MCA, et les pensionnaires de Cheraga n’ont pas ébruité cette affaire par crainte de subir la colère de leur entourage, qui leur reproche déjà l’échec de l’opération du recrutement puisque jusqu'à présent seul Bénié est opérationnel parmi les quatre éléments recrutés durant cette trêve hivernale. Le Mouloudia a donc dépensé une somme faramineuse pour un joueur qui sera indisponible, au moins, pour une durée d’un mois K. M.

pour le Mouloudia

dur

Coup

difficile pour le technique du Doyen de des une C’estd’devenuréunir l’e;nsemble staffjoueurs pourchaque séance entraînement pour diverses raisons, à fois les Vert et Rouge ont bossé amoindris par l’absence de plusieurs joueurs. Hier, c’était la même chose à la forêt de Bouchaoui avec plusieurs éléments qui manquaient à l’appel. Bouguèche, Besseghir, Babouche, Ouamane, Lachkham, Bénié, Bencharif, Amroune, Daoud et Bedbouda ont tous brillé par leurs absences. Même si pour la plupart des joueurs ce forfait s’explique par leur présence en équipe nationale espoirs, il n’en demeure pas moins que le staff technique mouloudéen doit toujours œuvré avec un groupe amoindri. Pas du tout rassurant, surtout à quelques jours de la reprise du championnat et ce fameux match face à l’USMH qui tient tous les Chnaoua en haleine.

Le professionnalisme de Benhamou
abituellement, lorsqu’ils ont un regroupement avec l’équipe nationale au programme, les joueurs ont tendance à faire l’impasse sur la séance de travail avec leur club. Ce n’est pas le cas de Mohamed Benhamou qui a tenu à prendre part, hier avec ses partenaires, à la séance effectuée à Bouchaoui avant de rejoindre les Verts à l’hôtel Hilton.

H

K. M. tous ses secrets au Mouloudia. Recruté pour

Michel : « Cette date nous convient »
« Cette programmation nous convient, car on craignait que la trêve allait durer plus longtemps ; mais on aimerait bien qu’on nous communique la date de la deuxième journée de cette phase retour Quant à l’équipe, je ne pense pas qu’il y aura beaucoup d’absents pour ce derby face à l’USMH, et il se peut que je fasse confiance à certains jeunes qui ont montré de belles choses sur le terrain lors des derniers matches amicaux que nous avons disputés.»

Aujourd’hui, biquotidien au programme
partenaires de Badji gramme biquotidien au menu. Les séanceschargé, avec unauront aujourd’hui un proDeux qui auront lieu à l’annexe du 5-Juillet. C’est Alain Michel qui devra reprendre les choses en main, puisque son retour de France était programmé pour hier soir.

K. M.

Recruté à l’intersaison, le demi défensif du Mouloudia, Maâmar Bentocha, a réussi en l’espace de quelques mois à s’imposer pour devenir un élément indétrônable. De quoi conforter les dirigeants du club dans le choix de l’avoir fait venir de Saida, eux qui ont été très critiqués pour le recrutement effectué.

Bentocha : « Nous avons hâte de reprendre la compétition face à l’USMH »
On imagine qu’à l’instar de vos partenaires vous êtes lassé de ses coupures, qui portent préjudice à la bonne marche d’un groupe ? C’est le cas pour toutes les équipes de l’élite. Le fait d’observer souvent des minitrêves a pour effet de couper le rythme. Il n’y a que les équipes qui ont disputé les matches de coupe qui ont pu rester compétitives. Tout le monde est concerné par cette situation, à nous donc de bien gérer cette période de repos afin d’être au top lors de la reprise du championnat. Parlons un peu de vous, après un début de saison difficile vous êtes parvenu grâce à votre abnégation à vous imposer pour devenir un élément indispensable dans la défense de votre équipe ; ça doit être une source de motivation n’est-ce pas ? Ce n’était pas évident de gagner une place de titulaire au sein d’un grand club comme le Mouloudia. D’ailleurs, lorsque j’ai accepté de venir au MCA je savais que je devais mettre les bouchées doubles pour gagner ma place. Après avoir chauffé le banc de touche des semaines durant, je suis parvenu grâce à mon abnégation et ma persévérance à gagner la confiance du coach. A présent, mon seul souci est de préserver cette constance en terme de performance, car comme je le dis souvent le plus difficile n’est pas d’arriver mais de rester en haut de l’affiche. Justement, il va falloir bosser très dur pour préserver votre place de titulaire vu que la concurrence fait rage au milieu de terrain, avec l’immersion de Daoud qui a montré qu’il avait toutes les qualités pour s’imposer ?

Dans le sport de haut niveau on ne peut pas se permettre de dormir sur ses deux oreilles. Il faut se battre pour gagner sa place ; la concurrence permet à chaque joueur de se remettre en cause continuellement. Pour ce qui est de Daoud, je pense que ce joueur a toutes les qualités pour réussir une grande carrière. C’est motivant de se sentir bousculer par une jeune génération qui en veut. A quelques jours de la reprise du championnat, la polémique enfle sur le lieu et la date exacte du déroulement du match face à l’USMH ; que pensez- vous de cette situation ? Je trouve qu’on est en train de trop polémiquer sur ce match. Ce que je peux vous dire, c’est qu’on a hâte de se mettre à nouveau dans le bain en jouant ce match qui est pour moi ordinaire. Si nous voulons jouer les premiers rôles, il est primordial

de réussir un carton plein lors de nos trois premiers matches de la phase retour. Après que tous les matches retard aient été joués, vous vous retrouvez à la neuvième place au classement général ; pas de quoi pavoiser à quelques jours de la reprise des débats… Que ce soit sixième ou neuvième, le plus important c’est qu’il n’y a pas un grand écart de points. Il faut savoir que toutes les équipes se tiennent dans un mouchoir de poche. Il suffit d’enchaîner deux victoires pour se retrouver aux avant-postes. Donc, tout est possible durant cette phase retour où chaque équipe voudra faire bonne figure. A nous donc de nous donner les moyens de réussir, car notre objectif est de décrocher une place qualificative pour une compétition continentale. Entretien réalisé par Tarek-Che

Alors Maâmar, on imagine que vous avez eu droit à une douche écossaise, lors de la reprise des entraînements qui s’est déroulée sous une pluie diluvienne ? Sourire. C’est difficile d’accomplir convenablement notre travail lorsque les conditions climatiques ne s’y prêtent pas. Malgré cela, nous avons tenu à aller au bout du programme établi, car avant toute chose nous sommes des professionnels.

8

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

Coup de gueule USMA
Premier jour de stage

Douze joueurs à l’entraînement
La séance d’hier, la première d’un mini-stage bloqué programmé en cette période, a été caractérisée par beaucoup d’absences au point où les quelques présents venus assister à l’entraînement se demandaient s’il n’y avait pas un mouvement de grève. Presque la moitié de l’effectif était absent. Seulement douze joueurs, en plus des trois gardiens, étaient présents, ce qui a dû perturber le travail de ce premier jour de stage. Deux raisons sont apparemment derrières ces nombreuses absences, la convocation de pas moins de cinq joueurs en équipe nationale espoirs et les blessures. Les éléments retenus par Heddane sont : le gardien Mazouzi, Saïdoune, Habbache, Meklouche et Sayah, en plus de Kedjour qui n’a pas l’habitude de s’entraîner avec les seniors. A ces internationaux, il faut ajouter six blessés : Moncharé, Anderson, Ammour, Bourahli, Benaldjia et Oudni, sans oublier Aït Ali et Mansouri qui sont sous les drapeaux et qui ne peuvent rejoindre le groupe qu’à partir de mardi. En tout, 13 joueurs de l’effectif seniors se sont absentés hier. Devant cette situation, Kamel Mouassa a composé avec les moyens de bord en mettant en application quelques exercices de résistance et de force physique. Il a essayé de varier le travail en scindant l’effectif présent, tantôt en groupes de trois, tantôt en groupes de six. Tout ce qu’on peut dire de ce premier jour de stage, c’est qu’il ne s’est pas déroulé comme le coach usmiste l’aurait souhaité. Si cette situation perdure, il y a de quoi s’inquiéter. B. M.

CABBA-USMA ce jeudi à Bordj

La colère des Usmistes

Les Usmistes s’entraînent à Zéralda

A partir d’aujourd’hui, les Rouge et Noir s’entraîneront sur le terrain du stade de Zéralda. Ce choix s’explique par la proximité des lieux de l’hôtel Dar Diaf de Chéraga où l’équipe est actuellement en regroupement. Les joueurs éviteront ainsi de faire tous les jours la navette jusqu’à Bologhine avec les ennuis des embouteillages.

Du biquotidien au menu
Deux séances d’entraînement sont prévues aujourd’hui à Zéralda et ce programme se poursuivra jusqu’à la fin du stage. C’est pour cette raison que le staff technique a opté pour le terrain de Zéralda dans la mesure où l’équipe fera tous les jours deux allers et retours jusqu’au stade.

ous le disions, la Ligue nationale de football peut pondre un communiqué d’un moment à l’autre pour fixer la date de la reprise du championnat. Celui-ci vient d’être publié hier sur le site officiel de la LNF à la surprise de nombreux clubs qui ne s’y attendaient pas, contrairement à d’autres qui étaient déjà au courant. Pour l’USMA, l’information est tombée tel un couperet. L’équipe vient juste d’entrer en stage avec un programme précis, à objectif précis. Les chambres d’hôtel ont été louées jusqu’à jeudi, ainsi que des créneaux d’entraînement sur le terrain du stade de Zéralda. Aussi, un match amical a été même programmé pour jeudi prochain contre le NAHD. Tout cela va tomber à l’eau, et le staff technique va devoir revoir tout le programme

N

qui a été tracé pour revoir les lacunes constatées à tous les niveaux depuis l’arrivée de Mouassa. Ce dernier était hier dans tous ses états, et ne savait pas trop quoi faire avec cette nouvelle programmation. Doit-il libérer les joueurs ? Les gardera-t-il jusqu’à mercredi ? En tout cas, une chose est sûre, le programme des entraînements va changer, le biquotidien sera annulé et le rythme de travail sera baissé. A tout cela, il faudra ajouter un autre souci, celui des joueurs blessés. On avait tracé un programme spécial pour eux, on devait les ménager un peu afin qu’ils puissent se remettre complètement de leurs blessures, mais à présent que la date de la prochaine journée est connue, l’USMA jouera jeudi prochain à Bordj. Là aussi, on ne sait pas trop quoi faire, si on devrait les rappeler

ou non. Du côté de l’administration, on doit dès maintenant préparer le déplacement de l’équipe à Bordj, prévu mercredi prochain.

Possibilité d’un match amical contre le NAHD

Les joueurs quittent l’hôtel
Suite à l’information parue hier sur le site de la LNF, qui concerne la date de la reprise du championnat, le staff technique des Rouge et Noir a décidé d’interrompre le stage qui avait débuté hier. Les entraînements au stade de Zéralda et le match amical contre le NAHD ont été également annulés. Dans l’après-midi d’hier, les responsables de l’USMA ont demandé aux joueurs de quitter les chambres de leur hôtel et de rentrer chez eux. Le rendez-vous est donné aujourd’hui au stade Omar-Hamadi. B. M.

Ce ministage qui a débuté hier prendra fin jeudi prochain. Il est probable qu’il soit ponctué par un match amical contre le NAHD. Cela va dépendre de la date de la reprise du championnat qui n’a pas encore été communiquée aux clubs. En tout cas, il y a de fortes chances pour que cette rencontre soit programmée ce week-end.

Les blessés se soignent à Bologhine

Les internationaux ne seront disponibles mardi

Mouassa : «Je ne comprends plus rien»
Au sujet des nombreuses absences constatées hier à l’entraînement, l’entraîneur de l’USMA avoue que son travail va être perturbé dans la mesure où il ne peut pas bénéficier de l’ensemble de son effectif, du moins jusqu’à mercredi. «Il est clair qu’on ne peut pas bien travailler dans ces conditions. Le pire, c’est qu’on n’y peut rien. Nous étions amoindris pendant la compétition par des absences pour cause de blessures, et aujourd’hui, nous vivons la même situation pendant ce mini-stage alors que nous espérions avoir tout le monde pour accomplir du bon travail», déclare le coach usmiste qui dit que le stage de l’équipe nationale espoirs l’a pénalisé. «Pour les blessés, on n’y peut rien. Ils sont là, ils se soignent et nous pouvons les récupérer d’un moment à l’autre. Mais le stage de l’équipe nationale espoirs nous a beaucoup gênés. Je ne dis pas qu’il est mal tombé, mais l’absence de tous les internationaux nous pénalise vraiment.» Ces déclarations, Mouassa nous les faites hier matin, avant que le nouveau programme de la prochaine journée du championnat ne tombe. Joint dans l’après-midi par téléphone, l’entraîneur de l’USMA n’a pas trouvé les mots pour commenter le nouveau communiqué de la LNF. «Je ne sais pas vraiment quoi dire, c’est du n’importe quoi et tout cela n’est pas normal. Pourquoi on ne nous a pas avisés à l’avance ? J’aurais au moins su quoi faire. On nous a laissés jusqu’à ce qu’on entame notre stage pour fixer la date de la reprise. J’avoue que je ne comprends plus rien», s’est-il contenté de nous dire hier en fin d’après-midi. B. M.

Apparemment, Mouassa continuera à travailler jusqu’à demain sans les internationaux. Ces derniers ne seront disponibles qu’à partir de ce mardi et il est même probable qu’ils bénéficient d’un jour de repos avant de reprendre l’entraînement avec leur équipe. Ils joueront aujourd’hui un match amical avec la JSK à Tizi Ouzou.

Même s’ils ne s’étaient pas entraînés, la majorité des joueurs blessés étaient présents hier à Bologhine. Ils se sont soignés dans le vestiaire du stade, dans la salle qui a été spécialement aménagée afin de permettre au kiné du club d’examiner les joueurs et d’intervenir sur place en cas de pépins.

Ammour en solo

Les blessés posent problème

Ammar Ammour s’est contenté hier de quelques tours de piste en solo avant d’aller prendre sa douche et faire un tour dans la salle des soins. On ne sait pas quand il pourra réintégrer le groupe.

Les six joueurs blessés de l’USMA posent un véritable problème au staff technique qui ne sera pas en mesure de mettre correctement en place le travail prévu avant la reprise du championnat. Selon le staff médical, il ne s’agit pas de blessures graves, mais tout de même, ils restent indisponibles pour le moment.

L’AGE, un non-événement ?

L

es jours passent et se ressemblent pour l’USMA depuis son dernier match face à Annaba. C’est le calme total, même si la journée de demain sera caractérisée par la tenue de l’assemblée générale élective du

club. Une assemblée qui va avoir lieu presque dans l’indifférence totale. L’AG, qui allait être historique pour le club, est devenue aujourd’hui un non-événement puisqu’elle ne suscite ni intérêt ni engouement. Toutefois, il sera bien intéressant de suivre ses

travaux et l’intervention du président sortant, candidat à un autre mandat, après avoir refusé, dans un premier temps, de se présenter. Rappelons encore une fois que le vice-président Abdelkrim Mechia n’a pas encore retiré sa candidature et la liste des

candidats à l’élection du nouveau bureau n’a pas encore été arrêtée de manière définitive, selon nos informations. Il est à noter, par ailleurs, que l’assemblée aura lieu au stade OmarHamadi, à 17h. B. M.

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

9

Coupe d’Algérie USMB-ESS
8 de finale
es

USMB 0 - ESS 1

Serrar voit double
Au cours d’une discussion qu’on a eue avec lui, le président ententiste nous a fait savoir que son ambition est de donner à l’Entente une autre dimension, encore plus grande qu’elle ne peut l’être à présent. Serrar nourrit en fait le désir de faire évoluer son club à la hauteur de ce qui se fait ailleurs chez les grandes équipes, à savoir parvenir à se doter d’un effectif encore plus étoffé, qualitativement et quantitativement, à même de permettre à l’Entente de jouer sur plus d’un front en présentant à chaque fois deux équipes différentes, tout en prenant cependant soin de garder une ossature permanente reposant sur trois ou quatre joueurs. De la sorte, l’Entente n’aura pas à demander à chaque fois le report de ses matches en championnat et ça évitera entre autre aux joueurs d’être trop mis à contribution.

L’Entente voit triple
Stade : 20 Août-55 (Ruisseau)
Arbitres : Abed, Omari, Benarous Affluence : nombreuse Avertissement : Hamiti (63’), Saâdi (68’)
(USMB) Buts : Benchadi (30’) (ESS)

USMB :
Toual, Senouci, Chebira, Zemmouchi, Boumsong, Zmit, Saâdi, Mahdaoui, Hamiti, Abdellali (Hadj Saâd 58’), Bellinga Entraîneur : Hammouche

ESSRaho, Benchadi, Laïfaoui, Diss, : Feradji,
Francis (Delhoum 61’), Lemmouchia, Belkaïd, Hadj Aïssa, Djediat (Seger 86’), Hemani (Ziaya 76’) Entraîneur : Aït Djoudi

Diss ine capitaaurait pu paraître sans ation

Du côté de Sétif, ce n’est pas d’aujourd’hui que le charme de Dame coupe agit pour les faire tous succomber dans un même élan avec cette même envie de renouer avec la légende du fameux second souffle sétifien. En attendant, ce souffle nouveau on l’a bel et bien senti chez les dirigeants qu’on n’avait pas vus depuis longtemps autant nombreux à se déplacer avec l’équipe. Ainsi anciens et nouveaux se sont donnés le mot pour épauler Serrar à l’occasion de ce match de coupe face à l’USMB où les Lafi, Hamar, Sadi, Larbaoui et autre Salhi ne sont pas passés inaperçus.

Les dirigeants en force

L’innov grande signification de voir Diss hériter du brassard de capitaine et ce, le jour du retour de Slimane Raho, si en face l’adversaire n’avait pas pour nom l’USM en Blida. En effet, le geste est fort et on t peut deviner sa portée telle que l’auron urs, même si pour voulue ses initiate notre part on se contentera de l’inters préter comme un message des Sétifien disant aux Blidéens : « Voyez comme de votre ancien on prend bon soin chouchou qui ne manque de rien chez nous !»

Serrar a assisté au match
Abdelhakim Serrar, le premier responsable de l’ESS, a tenu hier à se présenter au stade 20-Août 55 pour assister au match qui a mis aux prises son équipe à celle de la ville des Roses. Pour rappel, l’homme fort de Sétif, qui se contentait de suivre les matches de son équipe à domicile, a fait cette fois le déplacement à Alger, vu l’importance de la rencontre.

ésormais, le nom de la huitième équipe qui disputera les quarts de finale de la Coupe d’Algérie est connu. Il s’agit de l’Entente de Sétif. En effet, l’actuel leader du championnat national a réussi à décrocher son billet qualificatif au prochain tour à l’issue de la rencontre qui a opposé les protégés de Aït Djoudi à leurs homologues de l’USM Blida, en s’imposant sur le score d’un but à zéro. Un but qui a suffi à faire le bonheur des coéquipiers de Hadj Aïssa. Lors de cette rencontre, il nous a fallu attendre jusqu’à la demi-heure de jeu pour assister à l’ouverture du score. L’unique réa-

D

lisation sétifienne a été l’œuvre de Benchadi. Le défenseur de l’Entente profite d’un bon centre de Raho pour tromper la vigilance de Toual d’une belle tête. Ce but a poussé les Blidéens à réagir. Abdellali, à la 36’, va tenter sa chance d’un puissant tir, sans succès. Toujours d’attaque, les Sétifiens ont failli doubler le score à deux reprises. La première à la 38’ par Francis qui s’est présenté seul face à Toual, mais sa frappe est passée au-dessus de la cage du portier blidéen. Hemani va rater le KO, à deux minutes de la pause. Servi par Hadj Aïssa, l’ex-attaquant kabyle verra son tir repoussé par un

Toual irréprochable. En seconde période, deux tentatives méritent d’être mentionnées. Une de chaque côté. La première est signée Hadj Aïssa. Le Batnéen tire au but, mais sa balle n’est pas cadrée. La seconde est venue de Bellinga qui a raté une occasion en or d’égaliser. Le Camerounais adresse un bolide, mais Ferradji repousse le cuir. L’arbitre met fin aux débats ponctués par la qualification des Sétifiens qui voient triple, eux qui sont toujours en course en Coupe d’Algérie, en Ligue des champions arabes et bien sûr en championnat. A. C.

Le 20 Août au rythme de « kahla ou beïda »
Comme à leur habitude, voire plus cette fois, les fans de « kahla ou beida » étaient présents en force dans les gradins du stade du 20-Août pour soutenir leurs favoris. Ils étaient un peu moins d’une dizaine de milliers, 8000 selon certaines estimations, à se faire entendre en créant une ambiance du tonnerre, digne de l’épreuve populaire.

L’Entente en bleu
Est-ce un clin d’œil au Ciel pour l’implorer à les couvrir de Sa Grâce que l’Entente s’est présentée à ce match face à Blida en arborant des maillots bleus ? En tout cas c’est pour la première fois cette saison que les joueurs sétifiens évoluent avec cette tenue de substitution qu’ils avaient eu l’occasion de porter les deux dernières années.

Benchadi conforte Aït Djoudi
Par rapport à la dernière sortie en match retard du championnat face à El Harrach, Aït Djoudi a reconduit pour cette rencontre de coupe contre Blida la même composante à deux éléments près. En effet, avec le retour de Raho en défense, Aksas s’est retrouvé hors du onze alors que Metref a fait les frais de l’incorporation d’entrée de Benchadi qui n’avait plus joué depuis le fameux match contre la JSK à Tizi Ouzou. D’aucuns ont dû sourciller devant ce dernier choix, mais ils ont dû vite se raviser lorsque le revenant s’est trouvé à point nommé pour ouvrir le score, confortant ainsi de la plus belle des manières qui soit l’option de son coach.

Aït Djoudi « Notre qualification est méritée »
« Dans l’ensemble, nous avons réussi à dominer notre adversaire. C’est ce qui nous a permis de prendre l’avantage. Je pense que notre qualification est amplement méritée, vu notre prestation. Toutefois, je tiens à préciser qu’aujourd’hui, la prestation de mon équipe n’a pas été assez convaincante à mes yeux. Et cela est dû au report du match. Mes joueurs ont été quelque peu perturbés. Maintenant que nous avons décroché notre billet au prochain tour, on doit gérer match par match. »

Hammouche « La coupe n’a jamais été notre objectif à» que la Coupe d’Al« Pour commencer, je tiens souligner
gérie n’a jamais été notre objectif. La défaite d’aujourd’hui est due au manque de réalisme. Mes joueurs avaient eu, en seconde période, quatre occasions pour égaliser, mais nous avons péché dans le dernier geste. Contrairement à la première mitemps, nous avons réalisé une bonne deuxième période, mais cela n’a pas suffi. Pour conclure, je tiens à dire que notre objectif reste le maintien. Mon équipe progresse, ce qui me permet de dire qu’on pourra réaliser notre objectif. »

A table chez le Chabab
Profitant de la présence des Sétifiens à Alger pour leur match de coupe contre l’USMB, les dirigeants du CRB représentés par Adlène Djaâdi et Mahfoudh Kerbadj, ont tenu à inviter tous leurs homologues ententistes à un dîner dans un restaurant sur les hauteurs de la capitale. Un geste fortement apprécié par Serrar et son staff et qui prouve que tout n’est pas si malsain que ça dans les milieux du football algérien.

Alors que tout portait à croire que l’avenir immédiat de Adel Maïza ne pouvait qu’épouser les contours d’un retour au bercail, cette perspective vient de tomber à l’eau avec l’expiration, hier, des délais que le défenseur international avait fixés à Serrar. Il semblerait que ce dernier n’ait rien pu faire d’autre après avoir eu la promesse du président de la FAF, Hamid Hadjadj, d’accorder une dérogation au joueur pour le qualifier à l’Entente sans que rien dans ce sens n’ait été fait depuis. Une situation qui poussera l’ancien joueur du Ahly Djeddah à étudier les autres offres qui lui sont parvenues, mais sans prendre pour le moment une décision quant à sa prochaine destination, préférant attendre que se déroule le prochain match amical international entre les Verts et le Benin pour ensuite faire son choix en concertation avec son manager.

Maïza ne viendra pas

Accueil spécial pour les Sétifiens…

… ainsi que pour Hadjaoui
Samir Hadjaoui, le deuxième gardien de but de l’Entente de Sétif, a été ovationné. En effet, même si l’ex-portier international a quitté le Chabab depuis deux ans, il jouit toujours d’une certaine notoriété auprès des supporters du club belouizdadi. A.C.

Comme il fallait s’y attendre, les coéquipiers de Khaled Lemmouchia ont eu droit hier après-midi au stade 20-Août 55 à un accueil spécial de la part de leurs supporters, ainsi que des Belouizdadis présents en force pour soutenir les Sétifiens. En effet, dès leur apparition sur le terrain, les joueurs de l’équipe phare de la

ville des Hauts Plateaux ont été applaudis par les 8.000 supporters qui ont fait le déplacement spécialement pour soutenir le double champion arabe en titre. Un geste qui a sûrement motivé les protégés de Aït Djoudi avant le coup d’envoi du dernier match des 8es de finale de la coupe d’Algérie.

Abdelhak Gharbi, c’est ce jeune supporter harrachi qui a trouvé la mort dans la cohue qui a eu lieu au stade Lavigerie lors du dernier match retard de championnat entre l’USMH et l’ESS. Un triste événement qui avait beaucoup touché les Sétifiens qui avaient alors tenu à insister pour rappeler que tout ce qui avait pu se passer ce jour-là ne devait en rien affecter les relations entre les deux clubs. Pour preuve de leur bonne foi, les dirigeants de l’Entente, à leur tête le président Serrar, ont profité de ce déplacement de leur équipe à Alger pour se rendre au domicile du défunt à Meftah, accompagnés de deux responsables du club harrachi. Une fois sur les lieux et après les condoléances d’usage, Serrar a tenu, au nom de son club et de tous les supporters de l’Entente à remettre à la famille Gharbi un chèque de 300.000 DA et un mouton, l’assurant de toute sa sympathie et de son aide en cas de besoin. A ce dernier propos, et en voyant que l’habitation des Gharbi nécessite encore des travaux de finition, Serrar a promis qu’il allait s’en charger créant ainsi autour de lui un fort moment d’émotion.

Séance émotions

10

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

Coup d’œil USMB
Zaïm évite de lourdes sanctions à son club
C’est, somme toute, une décision raisonnable que celle qui a été prise par Zaïm de ne pas boycotter le match de Coupe face à l’ESS. En effet, dès qu’il a pris connaissance de la décision prise par la commission de l’organisation de la Coupe d’Algérie de faire jouer la rencontre USMB-ESS au stade du 20Août, Zaïm avait annoncé que son équipe ne ferait pas le déplacement à Alger. Samedi, en début de soirée, il fera machine arrière et informera Hamouche que ses poulains défendront leurs chances face aux Sétifiens. Il faut dire que le boycott d’une rencontre de Coupe d’Algérie est sévèrement puni. Le club coupable se verra exclu de cette épreuve pour au moins deux années et cette sanction est généralement assortie d’une lourde pénalité financière.

L’USMB occupe la dernière place au classement

Des insuffisances à tous les niveaux…

Le PAC débouté
Comme tout le monde s’y attendait, les réserves émises par le PAC, en ce qui concerne la qualification de Ghalem ont été jugées recevables dans la forme mais pas dans le fond. En effet, les membres de la commission chargée de traiter cette affaire ont confirmé que l’ex-portier du RCK était bel et bien qualifié à l’USMB à la date du match USMB-PAC. C’est une décision logique, ce qui l’est moins est qu’elle a été prise la veille de la rencontre devant opposer les Blidéens aux Sétifiens.

Benmeghith, encore une semaine de repos

Il est retourné au Cameroun hier

Chameni : «J’aurais voulu au moins terminer la saison»
Son aventure en Algérie est bel et bien terminée pour Chameni qui, hier, a pris le vol pour Yaoundé, via Paris. Avant son départ, il s’est confié à nous et il nous a dit qu’il aurait voulu que les choses se passent autrement : «Je suis bien sûr déçu, car je pense que lors de toutes ces années passées en Algérie, j’ai servi honnêtement mes clubs employeurs. Pour ce qui est de l’USMB, j’aurais voulu au moins terminer la saison. Sincèrement, au vu de mon rendement lors de la phase aller, je ne méritais pas d’être libéré… Je voudrais souhaiter quand même bonne chance à mes coéquipiers et à l’OMR de retrouver l’élite au plus vite… En ce qui me concerne, je continuerais à jouer au football au Cameroun.» Slimane B.

I

l est intéressant, avec un peu de recul d’essayer de déceler ce qui n’a vraiment pas marché lors de la première partie du championnat pour le club phare de la Mitidja. Depuis le début de la saison et comme lors de la dernière sortie en championnat, face au RCK (0-1) Blida manque toujours de réalisme devant le but. L’USMB se crée beaucoup d'occasions mais n'arrive pas à conclure Le mal est identifié. Un peu trop peut-être. Pour savoir pourquoi son équipe marque le pas en championnat, Saïd Hammouche n'a pas à chercher très loin. C'est tout sauf un scoop : Blida manque terriblement de réalisme devant le but depuis le début de la saison. Contre l’ASO, le MCA et le RCK, si les gardiens de ces formations ont fait un bon match, l'USMB a surtout fait preuve de grosses carences dans le domaine de la finition. Et au final, c'est une énième contre-performance. "Nous avons eu des occasions mais nous n'avons pas su les concrétiser", regrettait l'entraîneur blidéen à la fin de la rencontre disputée à Kouba. Une chanson bien connue du côté de la Mitidja. Les joueurs de Blida n’ont même

pas eu la satisfaction de marquer, eux qui n’ont pas réussi à trouver le chemin des filets, en championnat, s’entend, depuis près de trois mois. C’est ce qui, quelque part, s’appelle perdre sur tous les tableaux. Bien sûr, les choses sont on ne peut plus simples, quand on n’arrive pas à marquer de buts en football, on ne peut que perdre ou dans le meilleur des cas, faire match nul. C’est ce que sont en train d’alterner les protégés de Zaïm et à ce rythme, on peut craindre le pire des dénouements.

Pas du tout rose… l’avenir !
Depuis que leur équipe occupe toute seule le dernier strapontin, les dizaines de milliers de fans montrent de réels signes d’inquiétude. Le bon parcours en coupe d’Algérie n’est, en réalité, pas arrivé à dissiper les doutes et à faire retomber la pression. C’est une certitude, « El Djamiia » comme ils aiment à appeler l’USMB, est un réel danger et on veut s’accrocher à tout ce qui peut générer de l’espoir. Condamner dès maintenant cette

équipe de Blida, serait aller trop vite en besogne, car il y a des raisons d'y croire. Si la défense présente des garanties intéressantes (malgré des errements lors de certains matches), Blida montre surtout un visage séduisant. Le jeu de passe est ainsi bien léché. En fait, il manque seulement les buts. Un détail qui fait toutefois toute la différence au final. Depuis la sixième journée, les Blidéens n'avancent plus et commencent à regarder derrière même si les cinq points qui les séparent de l’équipe qui occupe la neuvième place au classement sont loin d’être insurmontables. Avant de se déplacer à El Eulma pour le compte de la prochaine journée, l’USMB attend de voir la chance tourner et croise les doigts pour que Ezeichel, Bellinga et, à un degré moindre, Hamiti, toujours muets cette saison, retrouvent un peu de réalisme. "Il faut souhaiter à l’USMB de se mettre de nouveau à marquer car nous jouons bien", souffle l'entraîneur blidéen qui attend des jours meilleurs et surtout que ses attaquants fassent parler la poudre.... Slimane B.

Blessé lors du match de championnat face au RCK, Benmeghith se trouve actuellement au repos. Il restera inactif pendant encore une semaine selon son médecin. «Il était question dans un premier temps que je subisse une opération, mais mon médecin m’a informé que, finalement, elle n’était pas nécessaire…J’espère reprendre la compétition au plus vite», nous dira l’exjoueur de l’OMA.

Bizarre autant qu’étrange : Ghalem a joué deux seizièmes de finale dans la même saison
C’est un fait pratiquement unique dans les annales de notre football et peut être au niveau mondial. Un joueur a participé à deux seizièmes de finale, avec deux clubs différents, bien sûr, au cours de la même saison. En effet Ghalem a porté les couleurs du RCK contre l’ESS et celles de l’USMB contre le PAC et cela pour le compte du même tour de l’épreuve reine. Il n’y a que chez nous que les choses se passent ainsi, bien sûr… Slimane B.

présent face à l’ESS»
L’attaquant blidéen, N’Douassel Ezeichel, nous a dit que c’est la mort dans l’âme qu’il a dû se résigner à ne pas être de la partie face à l’ESS. Il nous a dit qu’il aurait payé cher pour être avec ses coéquipiers sur le terrain et les aider à franchir ce tour de coupe d’Algérie. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, il nous parle des chances de son équipe de conserver sa place en D1. Vous ne serez pas avec vos coéquipiers sur le terrain face à l’ESS. Avezvous des regrets ? Bien sûr, c’est un match très important pour nous car il y a une place en quart de finale à prendre. J’aurais aimé être avec mes coéquipiers sur le terrain et les aider. Vous regrettez donc avoir écopé d’un carton face au PAC, n’est-ce pas ? Il n’est pas question de regretter car ce carton je l’ai pris dans le feu de l’action et je reconnais qu’il est mérité. Cette suspension est mal tombée, c’est tout. Disons que vous serez d’attaque pour le cham-

Ezechiel : «J’aurais aimé être
pionnat, c’est quand même important, non ? Le championnat est notre priorité et nous avons pour mission de sauver le club de la relégation. Nous sommes décidés à nous surpasser pour remonter au plus vite au classement. Il nous faut faire le plein à domicile et aussi prendre des points à l’extérieur. Justement, vous jouerez le premier match comptant pour la phase retour à El Eulma. Avez-vous les moyens de réaliser une belle performance ? Il est impératif de ne pas revenir bredouilles de ce déplacement. Un mauvais résultat aura pour conséquence de nous faire distancer. Ce sera difficile mais nous avons les moyens de prendre des points à El Eulma. En ce qui vous concerne, vous gardez de bons souvenirs de cette équipe… C’est vrai, le match aller contre le MCEE était le premier pour moi sous le maillot de l’USMB et je me rappelle avoir marqué deux buts ce jour-là,. Pour ce qui est du prochain match, ma joie sera la même si c’est l’un de mes coéquipiers qui marque. Parlons de vous. Serezvous encore blidéen à la fin de la saison ? Sincèrement, je ne peux rien vous dire à ce sujet. Je veux pour le moment me consacrer totalement à mon club. Nous avons des matches importants à jouer et je me dois de rester concentré sur cela. Nous en reparlerons le moment venu. Entretien réalisé par Slimane Baghdali

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

11

Coup d’œil USMH
En amical

Chéraga au menu
La formation de l’USMH et celle de l’USM Chéraga se donneront la réplique ce matin au stade Lavigerie dans une rencontre qui permettra aux deux équipes de préparer leurs prochaines échéances dans leurs championnats respectifs. Charef, le coach harrachi, devrait profiter de cette occasion pour mettre en application sa stratégie qu’il compte adopter à ses poulains à l’occasion de la prochaine rencontre de championnat prévue contre le Mouloudia.

« Je peux remplacer Saïbi »
ex-attaquant du MCO sofiane Hanister a pris part à la séance d'entraînement avec l'ensemble de ses coéquipiers. Satisfait, Hanister, que nous avons interrogé, n'a pas omis de nous faire part de ses sentiments et de sa reconnaissance à l'égard de ses nouveaux coéquipiers et de son espoir de voir sa suspension réduite. «Ce qui m'a fait le plus plaisir, c'est l'accueil que m'ont réservé les dirigeants, joueurs et les supporters. Mais ce qui m’a le plus frappé, c'est la belle ambiance qui existe parmi les joueurs. Je trouve que cette belle ambiance est un facteur important pour moi, car je pense sincèrement pouvoir rebondir au sein d'un groupe pareil. » Et d’ajouter : « Les joueurs m'ont, dès mon arrivée, laissé apparaître un sentiment d'être le bienvenu parmi eux, comme Tayeb Guessoum que je connaissais déjà à l'USMA. Parlant de son avenir avec le club harrachi, l'ancien goléador de l'équipe de M’dina J’dida garde maintenant l'espoir de voir sa suspension réduite, tout en estimant que la FAF a le pouvoir de le gracier en tant qu'instance suprême. A ce propos, il nous dira : « Je compte beaucoup sur une éventuelle grâce de la part de la fédération. Je veux que les membres de la FAF sachent que je suis innocent et que j'ai été injustement suspendu. Je garde l'espoir de voir ma suspension réduite pour que je puisse jouer rapidement. » Concernant sa forme actuelle, Hanister avoue qu'il n'est pas encore en possession de tous ses moyens et qu'il a besoin de travailler plusieurs semaines pour pouvoir atteindre son véritable niveau. « Il me faut encore quelques semaines de travail et une préparation spécifique pour retrouver mon véritable niveau. Je suis persuadé que si j’arrive à retrouver mon véritable niveau, je pourrai remplacer Saïbi. » N. R.

Hanitser :
L’

Briki, Bourekba et Aïssaoui reviennent aux entraînements

Après avoir raté quelques séances d’entraînement pour des raisons qu’on ignore, Briki et Bourekba ont repris le chemin du stade samedi. Les deux joueurs ont, avant d’entamer la séance, pris le soin de parler avec le coach pour justifier leur absence. Briki et Bourekba ont fait savoir à Charef qu’ils étaient malades. Aïssaoui, blessé à la tête face à l’Entente, s’est présenté en tenue de ville avec une bande sur la tête pour justifier son absence. Mais Charef n’a rien voulu savoir en lui ordonnant de prendre part à la séance d’entraînement. Ce qui a contraint le joueur de retourner jusqu’à chez lui pour chercher sa tenue.

Tayeb Guessoum campe sur sa position

Malgré les menaces des dirigeants de sévir contre les absentéistes et leur décision de faire passer certains devant la commission de discipline, cela n’a pas fait ramener Tayeb Guessoum à la raison, puisqu’il continue de bouder l’équipe. Le défenseur harrachi ne semble s’inquiéter ni pour sa place de titulaire ni pour les sanctions qu’il encourt. Il continue à boycotter les entraînements faisant la sourde oreille à tous les appels et tentatives de rappel à l’ordre des dirigeants.

Sur demande du comité de supporters, une délégation emmenée par le président de ladite commission, en l’occurrence Mustapha Doumi, a été reçue hier matin par monsieur Djiar, ministre de la Jeunesse et des Sports. Cette rencontre a permis aux deux parties d’aborder certains sujets relatifs aux problèmes que rencontrent les jeunes de la commune d’El Harrach sans négliger bien entendu les pro-

Doumi reçu par Djiar
blèmes du premier club harrachi, l’USMH. Le ministre s’est montré très attentif au discours du président du comité de l’USMH qui lui a également fait part que les moyens mis en place pour la pratique du sport sont insuffisants par rapport au nombre de jeunes de la commune d’El Harrach, entre autres, le manque d’infrastructures sportives et particulièrement un stade digne de la dimension de l’USMH. Le

représentant des fans de l’USMH a également expliqué au ministre que ce manque d’infrastuctures est ressenti chez les jeunes comme une injustice et c’est surtout cela qui pousse parfois les jeunes supporters de l’USMH à agir de façon violente lors de certains matches, comme cela a été le cas contre l’Entente de Sétif il y a une dizaine de jours.

La gestion du stade Lavigerie est totalement remise en cause par la direction de l'USMH qui n'arrive plus à comprendre les raisons des maigres recettes du stade depuis que cette infrastructure sportive a été reprise par l'APC de Mohammadia. Selon un dirigeant de l'USMH, il est anormal que les re-

L'USMH veut la gestion du stade Lavigerie
cettes atteingnent un aussi bas seuil. Mais si l’on tient compte de l’avis des responsables, « la quotepart de l'USMH dépasse rarement les dix millions de centimes », nous confiera ce responsable l’air étonné avant de d'enchaîner : « Il y a quelques années, la recette du stade dans une rencontre importante pouvait dépasser les 80 millions de centimes. Il est donc anormal que dix ans après la recette baisse de plus de la moitié. » On a appris à cet effet qu'une réunion sera tenue incessamment entre la direction de l'USMH et les élus de l'APC de Mohammadia pour trouver un arrangement qui pourrait servir les

intérêts des deux parties. Les responsables de l'USMH veulent saisir cette occasion pour discuter avec les élus de l'APC locale l'idée de la prise en charge de la gestion du stade par la direction de l'USMH.

Souakir : «Nous sommes très motivés»
Malgré la défaite contre l’Entente, on constate qu'il y a une bonne ambiance au sein du groupe… Il est tout à fait normal que les joueurs soient satisfaits et puis nous n’avons rien à nous reprocher. Tout le monde a bien vu comment l’Entente nous a battus. Même après la défaite, la reprise a eu lieu dans une bonne ambiance et cela nous a permis de travailler avec une grande volonté pour préparer notre prochain rendez-vous. Justement, votre prochain rendez-vous, ce sera face au MCA, une équipe que vous connaissez bien, n'est-ce pas ? Certes, on a une idée sur notre adversaire pour l'avoir affronté lors de la phase aller, mais cela ne peut servir de référence. Les matches ne se ressemblent jamais. Comment alors se présente pour vous cette rencontre ? Elle se présente plutôt bien, si l'on en juge par rapport à l'ambiance et la détermination qui animent l'ensemble des joueurs. On comprend par là que vous êtes décidés à enchaîner avec une victoire ? Effectivement. Il n'y a aucun doute à cela. Le groupe est très motivé pour arracher une victoire, que ce soit contre le Mouloudia ou une autre équipe. Pensez-vous que votre équipe est capable d’arracher les trois points ? La rencontre sera difficile, mais on a les moyens de gagner. Devant notre public, nous serons mieux armés sur le plan psychologique. Sur le plan personnel, vous êtes en train de réaliser une saison exceptionnelle. A quoi est due cette grande forme ? Vous savez, personnellement je suis convaincu que lorsque le moral est au beau fixe, le joueur retrouve une certaine volonté et l'envie de jouer. En ce qui me concerne et Dieu merci, je ne me suis jamais senti aussi déterminé comme lors de cette saison. Cela est dû, bien entendu, aux bonnes conditions dans lesquelles nous sommes soumis. Et à ce propos, je peux vous dire que c'est la première fois que les joueurs sont mis sur un même pied d'égalité par les responsables du club. Mais on constate aussi que ces derniers temps, vous avez beaucoup de réussite devant le but. Des explications ? La réussite ne peut être que le fruit d'un travail et beaucoup de volonté. Concernant les buts que j'ai inscrits, sachez que depuis mon jeune âge, j'ai toujours eu ce don de marquer des buts, mais j'ai dû aussi me perfectionner dans cette spécialité.

Entretien realisé par Nacer Eddine Ratni

12

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

Coup d’œil Division 1

CRB
Il n’a pas été convoqué contre le CAB

JSMB
C'est aujourd'hui que Chay donnera sa réponse
En se réunissant avec le staff technique et les dirigeants, juste après la séance d'entraînement de samedi passé le très probable futur entraîneur des Vert et Rouge a posé beaucoup de questions relatives à la situation du club depuis l'entame de la saison jusqu'à la fin de la phase aller en passant par la Coupe nord-africaine. Toutefois pour concrétiser l’engagement du technicien français, les dirigeants, à leur tête Zahir Tiab, avaient négocié avec le manager de Chay qui s'est déplacé à Bejaia spécialement en provenance de France où il réside. D'ailleurs c'est ce même manager, originaire de la région de Smaoun, qui a ramené Zerdab à la JSMB. Le premier round des négociations s'est achevé par la décision de se revoir dans la soirée du même jour mais cette fois en présence du concerné, à savoir Jean Yves Chay. Durant cette entrevue, plusieurs aspects ont été abordés, notamment le volet financier sur lequel il n'y a pas eu d'entente pour le moment. Par contre, l'accord de principe pour conclure un contrat d'une saison et demie, c'est-àdire le restant de la présente saison et la saison prochaine, a été réglé entre les deux parties. « En principe il est avec nous et il repartira probablement vendredi en France pour ramener ses affaires et commencer le travail avec le groupe » nous avait déclaré le chargé de la communication du club. Tard dans la soirée de samedi, les négociations n'avaient pas encore abouti et, selon Jean Yves Chay, les négociations continueront durant la journée de dimanche, juste après la séance d'entraînement à laquelle il assistera, et c'est lundi qu'il décidera de la position à prendre. Massi G.

Fenier en colère
Hocine Fenier n’a pas été retenu parmi les 18 joueurs convoqués pour le match de jeudi passé contre le CAB. Une non convocation qui n’a pas été du goût du joueur. L’attaquant du CRB a discuté avec ses dirigeants et leur a fait part de son mécontentement. Il compte d’ailleurs demander des explications à son entraîneur, puisqu’il ne comprend pas les raisons de son écartement. Mohamed Henkouche lui avait préféré la nouvelle recrue, l’attaquant burkinabé Alain Nébié. Le joueur devra donc rencontrer son entraîneur aujourd’hui pour s’expliquer sur sa non convocation pour ce match. Pour Fenier, il n’y a aucune raison valable pour qu’il ne soit pas du voyage à Sétif. L’entraîneur belouizdadi réussira-t-il à convaincre son joueur, qui réclame plus de temps de jeu ? Pour rappel, l’ex-joueur de l’USMAn n’a pas beaucoup joué lors de la phase aller et n’a pas pu s’imposer en tant que titulaire. Il a même été annoncé comme joueur libérable lors du mercato passé. La direction du club, en concertation avec l’entraîneur Henkouche, a fini par le garder et libérer Kerras. Fenier a marqué un seul but lors de la dernière rencontre de la phase aller à Béjaïa, contre la JSMB ; sa situation risque donc de se compliquer davantage en cette deuxième phase de championnat, avec l’arrivée du burkinabé, Alain Nébié. N. B.

Boukedjane
« Nous avons tiré les enseignements de la rencontre contre le CAB »

En l’absence de Mohamed Henkouche, c’est le duo Talis-Bouhila qui a assuré la séance d’entraînement d’hier, effectuée au stade du 20-Août.

Talis et Bouhila assurent l’intérim

Si l’on revient à la dernière rencontre contre le CAB, que pouvez-vous nous dire ? C’est un match qu’on redoutait. Nos appréhensions se sont avérées justes, puisque cette équipe nous a créé beaucoup de problèmes et nous a fait douter surtout en première mi-temps. Le CAB est un habitué de première division et possède des joueurs de première division. On était crispés en première mi-temps car les joueurs ne sont pas rentrés dans le match. Heureusement qu’on a pu nous ressaisir en deuxième période. Après avoir marqué ce but, on était libérés. On a même raté d’autres occasions. L’essentiel a été fait, à savoir la qualification. Cela dit, votre prestation n’a pas convaincu ; quelles explications donnez-vous ? C’est vrai, l’équipe n’a pas montré son véritable visage. Je pense que l’absence de Aouad, un élément important dans l’équipe, a laissé des séquelles. Il est parti aux Emirats arabes unis, on lui souhaite bonne réussite. La rentrée de

Harizi en deuxième période a porté ses fruits. Harizi est un bon joueur mais manque de matches dans les pieds. Je souhaite qu’il réussisse dans son poste. Ne pensez-vous pas que l’excès de confiance suite à la victoire contre le MCA y est pour quelque chose ? Oui, je suis d’accord avec vous. La qualification en huitièmes de finale contre le Mouloudia nous a causé des problèmes. Après la victoire, on s’est mis dans la tête qu’on est déjà arrivés en finale. C’est faux, les matches ne sont jamais gagnés d’avance. Dorénavant, il ne faut jamais prendre un adversaire à la légère, quel que soit le palier dont il évolue. Ce match nous servira de leçon. Avez-vous tiré des enseignements dans ce match contre le CAB ? Evidemment. Le match que nous avons livré jeudi passé nous poussera à nous remettre en cause et nous poser des questions sur ce qui n’a pas marché. Comme on dit, à quelque chose malheur est

bon. C’est une expérience pour nous. Maintenant, on sait qu’un grand travail nous attend. On doit corriger les erreurs commises lors de cette rencontre. Vous avez repris les entraînements aujourd’hui (dimanche), comment ça s’est passé ? Dans de bonnes conditions. Même si on a mal joué, on a arraché notre billet qualificatif pour les quarts de finale de la Coupe d’Algérie. C’est la première séance de la semaine, il y a des absences, c’est normal. Demain, le groupe sera au complet. Avez-vous évoqué cette rencontre avec votre entraîneur ? Non pas encore. Comme le groupe n’est pas au complet, le staff technique a préféré reporter à demain la réunion afin que tout le monde soit présent. C’est normal que nous fassions notre autocritique pour ne plus refaire les mêmes erreurs. Entretien réalisé par Noureddine B.

Chay présent aux séances d'entraînement
C'est en présence de son manager que Jean Yves Chay s'est rendu au stade de l'Unité Maghrébine pour assister à la séance de reprise des entraînements des Vert et Rouge. Il s'est aussi présenté le lendemain au stade pour assister aux entraînements.

Il est logé à l'hôtel Salam
Durant son séjour à Bejaia, l'invité des Bejaouis et néanmoins futur entraîneur du club, a élu domicile à l'hôtel Salam, propriété de la famille du vice-président de la section foot-ball, Djamel Chellouak, en l'occurrence.

Ousserir avec l’EN A, Maziz avec les espoirs

Chay fait son premier constat
Le premier constat fait par Jean Yves Chay est le mauvais état de la pelouse. D'ailleurs, il souhaiterait qu'elle soit mieux entretenue. C'est ainsi qu'il avait déclaré, juste après la première réunion avec les dirigeants, que la situation dans le club est acceptable mais qu'il y a quand même des améliorations à apporter concernant les conditions d'entraînement .

Le portier Nassim Ousserir a rejoint la sélection nationale pour préparer le prochain match contre le Bénin, prévu le 11 du mois en cours au stade de Blida, alors que son co-équipier Nadjib Maziz se trouve actuellement en stage avec l’EN espoirs.

Séance de musculation aujourd’hui

Reprise sans Henkouche
La reprise des entraînements effectuée hier matin au 20-Août a été marquée par l’absence de l’entraîneur en chef Mohamed Henkouche. Ce dernier, qui est rentré chez lui n’a pas pu arriver à temps ; il devra reprendre son travail aujourd’hui.

Le staff technique du CRB a programmé une séance de travail qui sera s consacrée au plan physique. Les joueur du Chabab s’adonneront à une séance musculation dans une salle à Chede raga.

Les deux attaquants Hamid Berguiga et Seddik Berradja ont raté la reprise des entraînements d’hier. Si Berradaja a averti la direction du club qu’il arrivera en retard, on ne connaît pas les rasions de l’absence de Berguiga.

Berguiga et Berradja absents

Belkheir a repris les entraînements
Mohamed Lamine Belkheir était présent à la séance d'entraînement du samedi. Il semblerait qu'il a justifié son absence en présentant un certificat médical prouvant qu'il était réellement malade . Par conséquent, il ne sera pas traduit en commission de discipline.

Aït Ouamar en tenue de ville

Hamza Aït Ouamar s’est présenté hier en tenue de ville au stade du 20-Août. Le milieu de terrain belouizdadi ne pouvait pas s’entrainer à cause d’une blessure au pied, contractée jeudi passé.

E

tincelant depuis le début de la saison, meilleur joueur du monde en valeur pure, Leo Messi est le catalyseur du Barça. Le risque est que l’équipe soit privée de son génie à cause d’une blessure voire d’une suspension. La Messi dépendance atteint des sommets en ce début 2009. Si le FC Barcelone rayonne de cette manière ces dernières années, il le doit notamment à un homme: Lionel Messi. Successeur de Ronaldinho dans l’entrejeu catalan, Messi a pris cette saison une nouvelle dimension. Celle de patron technique à part entière des Blaugrana. On connaissait déjà son immense talent, on sait désormais que Messi résiste totalement à la pression des attentes placées en lui par Pep Guardiola, son coach.

Mais si

les Catalans, Messi est la clé de voûte du onze de Guardiola. Digne héritier du 10 jadis porté par Maradona, Romario ou Ronaldinho au Nou Camp, le petit Argentin a déjà inscrit 16 buts cette saison en Liga. Sans compter la pléthore de passes décisives qu’il a adressé à Eto’o et Henry, ses complices offensifs. On a vu lors du match de Liga contre Getafe, en l’absence du phénomène de 21 ans, que le Barça n’était plus tout à fait le même. 1-1 face au club de la banlieue de Madrid. Lors du dernier match de Liga, à Santander, Messi a même renversé la vapeur à lui tout seul ... faisant gagner un match que Barcelone ne méritait pas forcément de gagner.

Messi se blessait…
N° 775 Lundi 9 février 2009

13

Ballon d’Or 2009, s’il maintient un tel rythme de croisière. CR7 ne pourra alors même pas prétendre à sa propre succession. Il serait alors le premier Argentin à gagner le prestigieux trophée de France Football, mettant fin à l’hégémonie brésilienne en Amérique du Sud.

jeu de ces équipes n’augmente pas d’ici-là.

Pour peu qu’il aille à la Coupe du Monde 2010 intact
Mais si Messi (sans jeu de mot !) venait à se blesser, le rendement du Barça baisserait fortement et son statut de favori de la C1 en serait fortement compromis. Malgré des joueurs de génie à chaque poste, Messi n’a pas de remplaçant au poste de meneur de jeu: Eto’o, Henry, Xavi ou Iniesta n’ont pas la compétence pour, malgré leurs talents intrinsèques respectifs. Tout simplement parce que Messi, comme Zidane, Pelé ou Van Basten avant lui, est tout simplement irremplaçable. Croisons donc les doigts pour Leo, qu’il pourra aller au bout de son œuvre, qui doit le porter jusqu’à la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud, où il pourrait ramener le trophée tant attendu en Argentine depuis 1986, année d’un certain Diego Maradona, dont Messi se veut le grand héritier ...

Le digne héritier des grands numéros 10
Si Xavi, Iniesta ou Samuel Eto’o sont d’autres artisans de la forme st r ato sphérique affichée par

Le premier Argentin à gagner le Ballon d’Or ?
Peu d’équipes (clubs ou sélections) furent dans le

passé aussi dépendantes d’un seul joueur. Maradona en 1986 avec l’Argentine, Cruyff en 1974 avec les Pays-Bas, Di Stefano au Real, Van Basten en 1992 au Milan AC, Ronaldo en 1997 à Barcelone, R. Baggio en 1993 à la Juventus, Zidane en 2000 avec la France, Romario en 1994 avec le Brésil, Beckham en 1999 à MU ou encore Kakà au Milan en 2007...En tout cas voilà Messi tout droit lancé vers le

La Ligue des champions d’abord avec le Barça
Mais, si la Liga est presque déjà en poche, Barcelone ne devra pas faiblir pour battre les ténors du Vieux Continent en C1, dont il est le favori suprême, trois ans après sa victoire en 2006. Manchester United, voire l’Inter Milan, semblent les rivaux les plus solides cette saison de l’ogre catalan. Chelsea, Liverpool, la Juventus ou le Real Madrid marquant le pas, l’AS Rome, Lyon, Arsenal ou le Bayern Munich étant trop tendres pour aller au bout. Ceci, bien sûr, si le volume de

«Avec les filles, ça a toujours marché !»
(Rires). Non, je n’ai jamais reçu de tels cadeaux. C’est vrai que je reçois souvent des lettres de filles qui me donnent leur numéro et leur photo, mais je n’en profite pas ! Elles veulent me contacter parce que je suis un footballeur. Je veux que l’on s’intéresse à la personne que je suis, pas à mon argent. Quels sont tes goûts musicaux ? Je suis davantage rap français, surtout celui qui vient d’en haut. Je kiffe Rohff et Booba. Et ouais, ce sont des mecs de Paris, mais ce n’est pas grave ça. Et en termes de cinéma ? Ah j’aime bien regarder des DVD, ça te détend, tu te déconnectes un peu du quotidien. Mon film préféré, c’est Scarface, avec Al Pacino, que j’adore aussi. Et tu dois sûrement aimer les séries télé… Comme tout le monde ! Je regarde Lost, Les Experts, Prison Break et j’adore le suspense de ces séries. Pour Prison Break, dès qu’un épisode se ter-

Nasri

Non, ne croyez pas que Samir Nasri ait pris la grosse tête. Répondant timidement aux questions «décalées» de Foot-Interview, le milieu d’Arsenal a confié qu’avec les filles, «ça a toujours marché». Mais ce n’est pas pour autant que le pote de Ribéry en profite ! Explication...
mine, on a absolument envie de regarder la suite… Pour toi, le pire look de footballeur ? (Il réfléchit). Ah, je ne sais vraiment pas. Alors le joueur qui a le meilleur style ? Bah à l’OM, il y avait Djibril Cissé, qui comme tout le monde le sait, est à la mode. A Arsenal, tout le monde s’habille bien alors… Oui, il y a intérêt (rires) ! De toute façon, quand un joueur manque de goût au niveau des vêtements, on lui fait savoir. Il retrouve ses habits à la poubelle et on l’affiche ! Tout ça dans la bonne ambiance bien sûr… Il y a-t-il une personne que tu adules ? Zinédine Zidane ! Tant au niveau du foot que dans la vie, même après son expulsion à la Coupe du Monde. J’admire sa carrière et son charisme.

Enorme intérêt pour l’organisation de la Coupe du Monde
En date du délai imparti du 2 février 2009, la FIFA a reçu au total 11 déclarations officielles d'intérêt pour la candidature à la Coupe du Monde de la FIFA 2018 et/ou 2022. Les associations membres qui ont officiellement confirmé leur intérêt pour l'organisation de la compétition phare de la FIFA sont dans l'ordre alphabétique : l'Australie, l'Angleterre, la Belgique et les Pays-Bas, l'Espagne et le Portugal, les ÉtatsUnis, l'Indonésie, le Japon, le Mexique, le Qatar, la République de Corée et la Russie. La course à l'organisation des Coupes du Monde 2018 et 2022 sera âprement disputée et la FIFA veillera fermement à ce que le fair-play soit de la partie. À cette fin, la Commission d'Éthique de la FIFA sera étroitement impliquée dans la procédure". La FIFA enverra le 16 février prochain le formulaire de candidature aux associations membres qui ont déclaré officiellement leur intérêt pour présenter leur candidature pour l'organisation des Coupes du Monde de la FIFA 2018 et 2022.

Samir, Habib (Bamogo) a confié à Foot-Interview.fr qu’à PES, tu étais le meilleur… C’est vrai qu’à chaque fois que j’ai eu l’occasion de jouer contre Habib, je l’ai mis à l’amende. On fait quelques matches entre les joueurs quand on est en mise au vert, mais ce n’est pas pour autant que je gagne toujours. Et puis ça reste un jeu. Hors du terrain, tu te craques donc sur console ? C’est vrai que je joue pas mal de temps à PES à la maison. Depuis que je suis pro, c’est un peu plus difficile de

sortir sans se faire remarquer… Notamment au niveau des fans féminines ? Oui (rires). Justement, depuis que tu es le nouveau chouchou d’Highbury, ça marche mieux avec les filles ? Ah mais moi, je n’ai jamais eu de problème ! Ça a toujours marché. Mais ça ne veut pas dire que j’en profite… Pour revenir encore à Habib (Bamogo), il avait reçu la photo et le numéro d’une fille dans une enveloppe. Ç’a doit sûrement t’arriver souvent ce genre d’histoire…

14
N° 775 Lundi 9 février 2009

Sauget rattrapé
Après Sidney Govou et Stéphane Sessegnon, la Ligue 1 se targue d'une nouvelle frasque nocturne. Pas de test d'alcoolémie outrageusement positif, ni de Ferrari démolie, mais une bagarre à la sortie d'une boite de nuit, un peu comme Steven Gerrard du côté de Liverpool. Dans la nuit du 17 au 18 mai 2008, David Sauget, alors joueur de l'AS Nancy-Lorraine, s'était bagarré avec un lycéen majeur. L'actuel défenseur de Saint-Etienne a notamment porté un coup de tête et deux coups de

forfait pour Italie- Brésil de mercredi
Le Brésilien s’est blessé au pied droit avec Milan contre la Reggina samedi soir (1-1). Sorti à un quart d’heure de la fin de la rencontre, Kaka souffre d’une distorsion au niveau du pied droit selon les premiers examens. Aucun trait de fracture n’a été révélé. Son indisponibilité n’est pas encore connue. Inquiet après la rencontre, Carlo Ancelotti a d’ores et déjà indiqué que le Ballon d’Or 2007 serait forfait pour le match amical Italie- Brésil mercredi prochain.

Kaka

par son passé

poing mais nie avoir fracturé le péroné de la victime, étant blessé à la jambe droite. De quoi donner à réfléchir à ses adversaires…

Le cauchemar de Robinho
L'attaquant brésilien de Manchester City, Robinho, avait été arrêté par la police, pour une sombre histoire d’agression sexuelle qui aurait été commise dans une boîte de nuit de Leeds, le 14 janvier dernier. La star des Citizens a réfuté avec conviction les allégations de Scotland Yard et a été libéré sous caution. Le porteparole du joueur a déclaré que Robinho était prêt à collaborer avec les forces de l'ordre.

L'annus horribilis de Robinho ?
Le jeune prodige brésilien de Manchester City rêvait de conquérir l'Angleterre et l'Europe aux côtés de Kaka et consorts, appâtés par les pétrodollars des Emirats Arabes Unis. Las, son compatriote et ami Kaka a finalement refusé de

Tevez, doit-il repasser son

C

A 10 contre 11 et avec le match de Coupe d'Espagne contre l'Athletic Bilbao dans les jambes, Le FC Séville a subi une qui suivait, l'internatio- le FC Séville ne pouvait troisième défaite consé- nal Sergio Garcia échap- revenir. Il encaissait cutive en Liga, face à son pait à la vigilance de même un second but, grand rival, le Betis Sé- Sébastien Squillaci et marqué par la nouvelle ville, et accuse neuf battait Andrés Palop recrue du Betis, le Brésipoints de retard sur le (70e). lien Ricardo Oliveira. Real. Tout a basFrédéric Kaculé à la 69e pour nouté sauvait le FC Séville, qui juste l'honse retrouvait en neur pour le infériorité numéFC Séville rique après l'ex(90+2). L'enclusion de traîneur Mal'Argentin Aldo nolo Jimenez Duscher pour un se trouve dans second avertisseune situation ment logique. délicate. Dans la minute

Troisième défaite d’affilée pour Séville

v

en suspens

traverser le pont d'or offert par le club des Citizens. Comme pour marquer le coup après l'échec des négociations avec le Ballon d'Or 2007, le Brésilien avait même séché un entraînement, provocant la colère de son entraîneur, Mark Hugues. Malgré de belles performances en Premier League depuis le début de la saison, avec 11 buts en 16 rencontres, Robson de Souza ne s'attendait pas à un tel scénario. Étiqueté mercenaire, il incarne désormais les dérives du football business. Et ce n'est pas cette nouvelle affaire qui risque d'améliorer son image...

cela est nécessaire», a-t-il expliqué. Les tabloïds s'en donnent bien sûr à coeur joie. Dans les colonnes du Sun, on apprend ainsi que la jeune victime, âgée de 18 ans, est une étudiante de l'université de Yorkshire et que le présumé "viol", selon les dires mêmes du Sun, se serait produit dans le carré VIP du night-club, The Space, très fréquenté par le petit monde du ballon rond.

Comme si de rien n'était...
Là où l'affaire se complique, c'est que le joueur a semblé fuir ses responsabilités en quittant précipitamment le camp d'entraînement des Citizens, installé aux Canaries, alors même qu'il était déjà prévenu des faits qui lui étaient reprochés par la justice anglaise. Revenu finalement à Man-

Une sombre histoire d'agression sexuelle
Robinho s'est déclaré «heureux de collaborer avec la police et se dit prêt à l'assister dans l'enquête si

chester, après une semaine de repos au Brésil, Robinho est donc passé par la case prison, puis libéré sous caution. Mais si la justice démontre sa culpabilité, il ne pourra pas échapper à un séjour beaucoup plus long derrière les barreaux...

Mexès

insulté et bousculé en boîte

Diouf sort le poignard et menace
«Je vais te poignarder !» Voici les derniers mots d'une violente rixe qui a eu lieu entre El Hadji Diouf et Anton Ferdinand, quelques heures avant le départ du Sénégalais pour Blackburn. Coéquipiers à Sunderland, les deux hommes avaient commencé à se disputer sur le pré, lors du match contre Fulham (victoire 1-0). Selon The Sun, les deux joueurs s'accusaient mutuellement de ne pas faire assez d'efforts sur le terrain, avant d'en venir violemment aux mains dans les vestiaires. C'est là que l'ancien Lensois l'a clairement menacé de mort. Réputé pour son tempérament impulsif, le Lion de la Teranga a finalement quitté Sunderland pour Blackburn, six mois seulement après son arrivée en provenance de Bolton. Espérons pour Sam Allardyce et les Rovers que l'attaquant de 28 ans saura contrôler ses nerfs au côté du Paraguayen Roque Santa Cruz.

arlos Tevez a été arrêté au volant de sa voiture vendredi par la police. Motif : les vitres du véhicule étaient trop teintées. Mais ce n'est pas tout puisque les gendarmes britanniques ont découvert que l'attaquant de Manchester United n'avait pas de permis de conduire valable pour circuler en Grande-Bretagne. Non seulement l'Argentin a écopé d'une amende mais il a aussi vu sa voiture immobilisée jusqu'à ce que l'enquête soit bouclée. La loi européenne n’autorise les conducteurs étrangers à circuler avec le permis de conduire de leur pays, qu’une fois ce dernier déclaré et échangé à la préfecture de la ville dans laquelle ils s’établissent. Sauf que cela doit se faire dans l’année même de leur arrivée dans le pays. A la deuxième année, il seront donc dans l’obligation de le repasser depuis le début avec tous les ennuis du code et la méticulosité de la conduite. Tevez est donc averti.

permis de conduire ?

Le Real Madrid a remporté samedi son septième match consécutif en Championnat d'Espagne, à domicile contre Santander (1-0) à l'occasion de la 22e journée, alors que le FC Séville, battu par le Betis dans le derby sévillan (2-1) accuse le coup. Le Real, plus sûr de lui depuis l'arrivée sur le banc de l'entraîneur Juande Ramos, se rapproche une nouvelle fois à neuf points du leader, le FC Barcelone, qui recevait hier le Sporting Gijon. Le club madrilène n'a pas toujours été serein face au Racing même s'il a dans l'ensemble largement dominé.

Le Real ne lâche rien

Le rugueux défenseur de l'AS Roma, Philippe Mexès, et son coéquipier de l'attaque, Jérémy Menez, ont été pris à partie dans une discothèque de la capitale, le Gilda, par un groupe de supporters de la Lazio de Rome, selon la radio Rete Sport. Insultés puis bousculés, les deux Français ont failli en venir aux mains avant que les Carabinieri n'interviennent. Finalement, les trois tifosi de la Lazio et les deux joueurs romains se sont serrés la main pour mettre fin au conflit...

Bons débuts pour Faubert au Real
Pour sa première apparition avec le Real Madrid, Julien Faubert a connu la victoire contre Santander (10). Un temps annoncé comme titulaire, Julien Faubert a finalement dû patienter jusqu’à l’heure de jeu pour faire ses débuts sous le maillot merengue en remplacement d’Arjen Robben. Un départ marqué du sceau de la victoire puisque Higuain avait inscrit le seul but de la partie un peu plus tôt (49e). A rappeler que Faubert fait partie des nombreux français à s’être converti à l’Islam.

Les records de Raul et Casillas attendront
Au début de la seconde période, Gonzalo Higuain, parfaitement lancé par une déviation de la tête de Raul -qui devra attendre pour dépasser Di Stefano et devenir le meilleur buteur de l'histoire du clubest allé battre Toño d'une frappe précise dans le petit filet (49e). Iker Casillas, qui a rejoint Paco Buyo comme gardien de but ayant joué le plus de matches avec le maillot du Real (454), est ensuite parfaitement sorti devant le remuant Jonathan Pereira, parti vers l'égalisation (75e).

15

Dhorasoo
«Je suis le premier footballeur de sang indien à jouer une Coupe du Monde»
était joueur, Vikash Dhorasoo était à part. Passé Le Havre, Lyon, Lorsqu'il18 sélections et une Coupe du Mondeun peuFIFAterrain vifpartechnique delespetitBordeaux, l'AC Milan, le Paris Saint-Germain et Livourne, ce milieu de et gabarit (1,68m), qui compte de la (2006) en Bleu, affolait défenses et détonnait par son esprit, plutôt libre. Certes, sa fin de carrière a été cahoteuse, entre des ennuis relationnels à Paris puis Livourne et un film réalisé lors d'Allemagne 2006 qui a fait polémique en France. Mais depuis, ce garçon de 35 ans d'origine mauricienne et indienne a bien rebondi. Touche-à-tout, sa dernière lubie consiste à étudier et surtout aider la promotion du football en Inde. Vikash, expliquez-nous ce que Pour moi c'est un réel engagevous faîtes en ce moment ? ment et qui, au fond, est à relier J'ai un projet sur le football en avec ce projet en Inde. Car ce sera Inde. Nous avons senti une envie nécessairement tourné vers les endu monde du football et en parti- fants des rues, ceux pour qui c'est culier de la FIFA de se tourner vers difficile, comme c'est difficile pour ce pays. J'ai donc voulu rencontrer certains gosses à Paris. La FIFA et des gens de la FIFA pour voir com- le football ont fait beaucoup pour ment nous pourrions travailler en- faire progresser le sort des gens, semble, car il me semble que si une c'est aussi un ascenseur social iminstitution est parfaitement adaptée portant. Tout cela m'intéresse. au développement et à la promoQue retenez-vous de votre cartion du football en Inde, c'est bien rière ? la FIFA. J'ai vécu des grands moments. Pourquoi spécifiquement Surtout cette Coupe du Monde l'Inde ? 2006, une vraie cerise sur mon gâJ'ai été "identifié" comme le pre- teau, un événement mondial où les mier footballeur de sang indien à yeux étaient braqués sur nous. J'ai participer à une Coupe du Monde. Même si j'y ai peu joué, la France est arrivée en finale, j'ai gagné en notoriété. Or cela a correspondu à un moment où les Indiens se sont tournés vers l'Occident et vers le football, vecteur majeur pour rapprocher les cultures. De mon côté, mon projet de cinéma est lié au football, via une exposition prévue à Paris en 2010, justement autour de l'Inde. Bref, il y a ici plusieurs projets qui été sélectionné parmi les meilleurs ont les mêmes centres d'intérêt. En joueurs de mon pays, c'est une discutant avec les gens de la FIFA, chance. Dans cette compétition, j'ai été ravi de voir que nous avons malgré une notion "nationaliste" les mêmes idées. Le football en évidente, j'ai senti de la fraternité et Inde vu par la FIFA correspond des échanges amicaux. Cet esprit bien à ma vision des choses. J'ai me correspond. La FIFA cultive ça l'impression que dans chacun des et c'est un des derniers lieux où pays où la FIFA démarre un projet, l'idée de vivre bien enil y a un volet social et j'aime semble, de jouer ça. au football En dehors de cela, sans haine, J'ai quelles sont vos actien luttant l'impression que dans vités au quotidien ? contre chacun des pays où la Je suis chargé de les disFIFA démarre un projet, mission à la Mairie de criminaParis. Je travaille dans tions, est il y a un volet social et le domaine social, pas préponj'aime ça. directement dans le footdérante. ball. Cependant, quand Quelles ont j'arrive dans un quartier, les été vos plus gens me parlent tout de suite de grandes satisfactions ? football, du PSG. C'est un excellent J'ai rencontré des gens fantasmoyen de créer un lien et libérer la tiques, partout. Finir mon parcours parole de ces gamins. Ils me disent à Paris fait également partie de mes peut-être plus de choses qu'à d'au- satisfactions. Mais ce que j'ai vu tres, je fais remonter l'information aussi, c'est le changement dans la jusqu'au maire et nous pouvons tête des enfants. Il y a 20 ans, je faire avancer les choses. C'est la voulais jouer au foot pour jouer, crise en France comme partout, il sans me dire que je gagnerais un faut réinventer la perception de la gros salaire. Aujourd'hui je parle à société. Cela passe par un travail en des gamins qui veulent gagner profondeur, en particulier avec les beaucoup d'argent, sans savoir vraiplus jeunes. ment s'ils veulent jouer au foot. Je On vous sent très impliqué, en voudrais inverser de nouveau cette particulier auprès des enfants... tendance. Ce sera difficile, il faudra

N° 775 Lundi 9 février 2009

«

»

beaucoup de pédagogie et d'engagement pour changer les mentalités. C'est dur, mais il faut être ambitieux. Le foot a une force fédératrice unique, il faut s'en servir pour développer la solidarité. Lorsque vous jouiez, avez-vous subi le racisme ? J'ai vécu et subi des discriminations. On m'a proposé de devenir parrain du "Paris Football Gay", qui lutte contre l'homophobie et j'ai accepté parce que c'était une façon de vourne. Mais à ce moment-là j'ha- dans les grands championnats eulutter contre toutes les discrimina- bitais à Paris, une ville que j'adore ropéens a quelque chose de dramations. J'ai été touché par le racisme et le Maire m'a proposé de venir tique. Les sommes astronomiques, dans ma vie de tous les jours, et travailler dans son équipe. Tout l'explosion des droits télé, tout cela aussi comme footballeur, à Milan s'est alors bien goupillé et a un côté indécent dans par exemple. La bataille sera longue ce moment plutôt cette période. Il fauet périlleuse mais il faut triste a finalement drait revenir à la J'ai vu ce continuer. bien tourné et à raison. Ce qu'on qu'était un grand l'heure actuelle, propose aux Vous avez joué à l'AC je suis ravi. jeunes avec ce club. Je ne faisais pas Milan, comment avezBien sûr, cela spectacle qui vous vécu ce moment de partie des stars quand je reste un moa tant d'imvotre carrière ? suis arrivé, pourtant j'ai pact sur eux, Milan a représenté une ment difficile : été traité de la même c'est de gagner grande expérience, j'y ai le football est manière toujours plus rencontré des joueurs de ma passion, je n'ai fait que cela d'argent. Ils ne très haute tenue. C'est une comprennent pas institution pour laquelle toute ma vie. Ce n'est toutes les implications j'ai un énorme respect, j'ai donc pas simple quand ça des transferts, ils pensent que ce vu ce qu'était un grand se termine. sont les joueurs qui touchent de club. Je ne faisais pas parEt maintenant, vous suivez enl'argent, des commissions. On a le tie des immenses stars core le football ? quand je suis arrivé, pourJ'aime beaucoup le foot, j'aime le devoir d'expliquer aux enfants qu'il tant j'ai été traité de la regarder à la télévision mais pour faut jouer pour le plaisir, pas avec même manière. l'instant, je le trouve trop violent l'objectif de devenir millionnaire. pour aller au stade. Je ne veux pas Ce qu'a fait Kaká en refusant d'aller En France on vous a très vite emmener mes enfants au Parc des à Manchester City est une bonne catalogué comme "l'intello" du Princes par exemple. Le football chose. Dans les quartiers, ça a fait milieu, comment l'avez-vous peut être autre chose, il n'y a pas de parler. Les jeunes ont réalisé qu'il vécu ? avait refusé de doubler son salaire Les médias ont toujours besoin raison que les stades soient si vio- pour l'amour d'un maillot. d'étiqueter. Il faut trouver le co- lents. Je rêve de changer le monde, Vous avez tourné un film en mique, le boute-en-train, le timide, changer les stades et changer les 2006, puis joué dans un autre il l'intellectuel. J'ai eu droit à ce der- mentalités. y a peu. Doit-on y voir une carnier qualificatif, ça ne m'a pas touQuel est votre regard sur le rière potentielle ? jours servi quand j'étais footballeur, football actuel ? Je suis curieux, on m'a proposé en revanche ça m'a beauCe qui se passe en ce moment un petit rôle dans un film. Je me coup servi à la fin de ma suis dit «pourquoi pas ?» et j'y suis carrière. Or ma vie Ce qu’a fait Kaká allé. Mais je n'ai pas l'intention de post-footballeur risque est une bonne faire une carrière d'acteur ! Cela a d'être plus longue que été la pire journée de ma vie, j'ai ma carrière ! Finale- chose. Les jeunes ont joué avec des acteurs confirmés ment je suis bien réalisé qu'il avait refusé comme Roschdy Zem ou Marie content qu'on m'ait ca- de doubler son salaire Gillain, j'étais terrorisé. Mais ça talogué de la sorte pour l’amour d'un s'est bien passé et puis c'est du ci(rires) ! maillot néma, on peut tricher un peu, pas Le jour où vous avez comme au foot... Si c'était à refaire, dit "stop", cela a été je le referais. dur ? Avez-vous l'intention un jour L'arrêt de carrière, de revenir dans le milieu du c'est nécessairement football ? compliqué. Je n'ai pas Je reviendrai, oui. J'y suis encore fini en pleine gloire, ce en un sens, c'est pour ça qu'il était sont presque les autres important pour moi de venir à la qui me l'ont imposé FIFA aujourd'hui. J'écris également même si inconsciempour une revue de football, So Foot, ment j'avais sans doute ce qui m'oblige à rester au contact. envie d'arrêter. J'ai été Mais j'aimerais un jour revenir de viré du PSG, ça ne s'est l'autre côté de la barrière, à la tête pas bien passé à Lid'un club par exemple...

«

»

«

»

16
N° 775 Lundi 9 février 2009

«Les Arabes n’ont pas pour culture de poignarder quelqu’un dans le dos»

M

17
N° 775 Lundi 9 février 2009

arco Materazzi

n’était pas équilibrée et nous avons perdu nos chances dès le premier match. Il y a beaucoup de choses à revoir. Quelle surprise attendez-vous de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud ? La surprise sera l’Angleterre. Les Anglais remporteront la Coupe du monde avec Fabio Capello qui sait très bien conduire les équipes qu’il a en charge vers le sacre. Capello est capable de tirer le maximum d’un joueur et de le motiver pour la victoire. Qu’en est-il de l’Italie ? L’Italie sera au rendez-vous comme d’habitude pour se battre jusqu’au bout. Nous avons une équipe forte et des joueurs excellents. Marcello Lippi est un grand entraîneur qui sait varier les styles et les joueurs l’apprécient beaucoup. Il jouit d’un grand respect auprès des supporters et c’est très important. Nous sommes naturellement prêts et nous défendrons notre titre à fond. Selon vous, quel est le meilleur championnat au monde à l’heure actuelle ? Assurément, le championnat d’Italie et celui d’Angleterre. Le premier allie la culture tactique à la puissance et la lutte y est très ouverte. Le second est celui où le jeu est le plus rapide, le plus excitant. J’aime beaucoup le football anglais car les Anglais ont une culture footballistique et des traditions particulières. Je comprends parfaitement Fabio Capello lorsqu’il a dit qu’il avait toujours rêvé d’entraîner la sélection anglaise. En Italie, quels sont les clubs emblématiques, en plus de l’Inter ? Il y a les quatre grands après l’Inter qui sont l’AS Roma grâce à Totti, le Milan AC dont le milieu de terrain typiquement italien est formidable, la Fiorentina de l’entraîneur chevronné Prandelli et la Juventus, toujours solide. L’Inter marche très fort sur le plan local depuis trois ans, mais il ne fait rien sur la scène européenne. Quelle en est la cause, selon vous ? L’Inter de cette année est différent de celui des années précédentes. Nous sommes meilleurs que jamais, avec une plus grande expérience du niveau européen. Il est sûr que nous tirerons profit de l’esprit positif qui règne au sein de l’équipe, surtout avec José Mourinho. Dans le vestiaire, les joueurs sont unis et tout le monde encourage tout le monde : les remplaçants encouragent les titulaires et vice versa. Qui choisiriez-vous entre Ibrahimovic et Kaka ? Je suis un fan d’Ibrahimovic et c’est sûr que c’est lui que je choisirais, même si Kaka est lui aussi un grand champion. Ibrahimovic est un joueur exemplaire en attaque et nous s o m m e s contents de lui à l’Inter. Vous faites montre d’une grande énergie bien que vous ayez dépassé la trentaine. Jusqu’à quel âge comptez-vous jouer ?

arabe possède des atouts pour constituer une destination sûre pour ceux qui aspirent à des vacances calmes. Vous avez visité les Emirats arabes unis avec l’Inter. Quelle impression vous a laissé cette visite et le Golfe de manière générale ? L’Inter est toujours bien accueilli et considéré au Golfe et cela s’est vérifié aux Emirats. Mon impression personnelle sur cette région est qu’elle est en train d’avancer à pas sûrs vers un avenir radieux au plan footballistique. Je peux même dire que le Golfe constitue l’avenir du football. En revanche, une chose m’a frappé : l’attachement de la population à son identité et à sa culture. Les Emiratis acceptent le progrès et le renouveau à la seule condition que cela n’aille pas à l’encontre de leur culture. C’est une chose magnifique car le football peut se jouer dans un endroit nouveau et fertile, avec un style nouveau porteur de l’âme et de la culture de celui qui le pratique. Je garde de bons souvenirs de ce voyage et il n’y eut qu’un seul incident isolé qui m’avait déplu. Tout le reste était très bien.

Un journaliste à Dubaï m’a harcelé pour avoir une interview. Je connaissais ses intentions malsaines : il voulait publier une interview imaginaire. J’ai refusé catégoriquement de lui parler. Avant de partir, il m’a dit avec insolence : «Je vais écrire sur toi, souiller ton image et faire de toi un mauvais exemple».
Marco Materazzi a accordé un entretien à un confrère de Doha Stadium dans lequel il parle très ouvertement de sa conception de la vie et des relations qu’il a avec le monde. Matrix s’est ouvert de manière sincère qui le rend encore plus «humain» aux yeux des Arabes qui ne le portaient plus dans leur cœur depuis la finale de la Coupe du Monde et son incident avec l’icône du football mondial, Zinedine Zidane. En multipliant les interviews avec les médias arabes, dont Le Buteur, Materazzi a réussi à prouver qu’il n’avait rien à voir avec cette image de «bad boy» qui lui collait à la peau. Dans cet échange avec notre confrère de Doha Stadium, l’Italien de l’Inter de Milan évoque son rapport avec le Golfe arabique et reconnaît les valeurs culturelles des Arabes. Dégustez.
Quel est le vrai message du football ? C’est en fait un message de vie. Je veux dire par là que nous pratiquons le football comme nous pratiquons beaucoup de choses dans notre vie quotidienne. Nous jouons pour gagner et nous faisons face à des défis, nous connaissons l’adversité et nous créons des amitiés, nous faisons montre de respect et nous faisons preuve de rigueur… Toutes ces choses, nous les faisons également dans notre vie quotidienne. Un homme respectable attire le respect parce qu’il reste propre et transparent comme du verre. Concernant le jeu, il y a des lois et des règlements immuables qui sont ceux-là mêmes que nous pratiquons dans notre vie de tous les jours. Un joueur vit sur le terrain la vraie personnalité qu’il montre dans sa vie. Est-il vrai que l’Italie n’a remporté la Coupe du monde que parce que vous avez provoqué l’expulsion de Zidane ? Bien sûr que ce n’est pas vrai. Nous avons battu la France parce que notre équipe était mieux organisée et plus réaliste. Nous avons battu la France parce que nous avions une équipe unie qui privilégie l’esprit de groupe. Nous avons constitué un bloc difficile à transpercer. Vous avez bien vu tous les grands matches que nous avons livrés lors du Mondial. Contre l’Allemagne, nous nous sommes serrés les coudes et nous nous sommes beaucoup battus. Face à la France en finale, nous nous sommes bien répartis sur tout le terrain pour bloquer les accès. C’est avec cet état d’esprit que nous avons remporté la Coupe du monde. Après la victoire en Coupe du monde, vous êtes entré dans l’Histoire comme un homme coupable et un mauvais exemple. Que répondez-vous à cela ? Je ne suis pas un mauvais exemple. Je suis un footballeur qui sert mon équipe de mon mieux. J’ai fait tout ce qui pouvait être fait sur un terrain. Depuis mon enfance, j’ai appris que la victoire ne s’obtient qu’après un combat. Lorsque j’étais petit, nous jouions sur des terrains poussiéreux à Lecce. Je m’étais souvent blessé et j’ai appris à souffrir. Tout ce que nous endurions était pour gagner un match de football. Avez-vous toujours un problème avec Zidane ? Pour moi, le sujet est clos. Je n’ai aucun problème. Je me suis excusé pour ce que j’ai fait, mais il doit lui également s’excuser pour ce qu’il a fait. Je répète encore une fois : je n’ai aucun problème, mais je ne peux rien y faire. Le problème réside en Zidane. Je ne vois pas l’utilité d’aborder ce sujet. Il fait partie du passé. Nous sommes en 2009 et ce qui s’est passé date de 2006. Je ne veux pas être otage du passé. Pourquoi avoir fait ce que vous avez fait ? Je n’ai rien fait du tout. Ce qui est arrivé arrive dans tous les matches et se termine avec le coup de sifflet de l’arbitre. Je ne m’attendais pas à sa réaction et surtout pas à son ampleur. Ce qui s’est passé entre lui et moi se passe tous les jours, mais tous ceux qui le font n’ont pas vraiment conscience de leurs paroles. En un mot, cela fait partie de la pression psychologique du jeu. De quoi rêve «Matrix» ? Je rêvais de remporter l’Euro-2008 avec l’Italie. Nous étions bien préparés et notre objectif était de soulever la Coupe d’Europe dont nous étions dignes en notre qualité de c h a m pions du monde. J u s q u ’à cet instant, je ne comprends toujours pas ce qui s ’ e s t passé. L’é q u i p e

«

Quel est cet incident ? C’est un incident isolé et je préfère ne pas en parler. Je bouclerai mes 36 ans cette année. J’espère jouer jusqu’à l’âge de 40 ans, peut-être même jusqu’à ce que la flamme qui entretient mon envie de jouer s’éteigne. Je prendrai ma retraite lorsque je sentirai que je dois le faire. De nature, je suis un homme qui aime partager et je pense que l’essence de la vie est faite d’amour. Lorsque je sentirai qu’il y a un désamour, je partirai. En ce moment, je ressens l’amour du jeu et c’est pour ça que je veux continuer. Avant de communier avec le monde, je dois communier avec moi-même et avec ma famille. C’est comme ça que je conçois la vie : une épouse merveilleuse que j’aime et des enfants qui m’adorent. C’est ce que je dis toujours à mes amis. Je vous le dis à vous aussi car vous êtes aussi mes amis. Je leur dis et vous dis que je joue au football tant que je suis bien dans ma tête. Même lorsque je le fais à la maison avec mes enfants, nous ressentons du bonheur en le faisant. Nous pouvons choisir et c’est le secret des belles choses dans la vie. Cependant, un joueur trentenaire comme vous depuis des années ne peut pas aspirer à être titulaire lors de tous les matches… C’est juste, mais dans le football, il n’y a aucun joueur qui joue tous les matches. Nous jouons sur trois fronts : le championnat, la Coupe d’Italie et la Ligue des champions. Il y a donc beaucoup de matches pour beaucoup de joueurs. Je pense que tout le monde aura sa chance. Nous avons un groupe uni et toutes ses armes seront utilisées sur le terrain. Avez-vous déjà joué pour un club en dehors de l’Italie ? Oui, je l’ai déjà fait. J’ai joué à Everton, dans la ville de Liverpool. C’était une expérience formidable. J’étais titulaire dans la majorité des rencontres et j’ai même marqué un très beau but. J’étais très heureux. Je n’ai pas peur de tenter ce genre d’expérience, mais rien ne me motive à le faire présentement. Je veux terminer ma carrière sportive à l’Inter parce que ce club m’a beaucoup donné. Ce n’est quand même pas dramatique de terminer votre carrière à l’étranger, surtout que votre père a terminé la sienne en Chine… Effectivement, mon père Giuseppe Materazzi a terminé sa carrière d’entraîneur en Chine. C’était une belle expérience qui lui a fait découvrir une autre culture et lui a fait connaître des gens bien. Il a beaucoup appris de cette expérience, mais ma situation diffère de la sienne. J’aime beaucoup l’Inter et je suis heureux d’y être. Que connaissez-vous du Golfe arabe ? Je connais beaucoup de choses. Géographiquement, c’est varié : un beau désert, des montagnes à l’est, des plages dont certaines ressemblent à celles de Lecce où je suis né et j’ai grandi… Les gens de là-bas aiment beaucoup la mer et sont très gentils. Ma visite dans le Golfe arabique avec l’Inter m’a permis d’approcher cette culture que je considère comme unique. J’aime cet endroit et mes enfants aiment regarder le sable. Touristiquement parlant, je peux dire que le Golfe Nous avons pour habitude de tout dire à nos lecteurs. Pouvez-vous donc nous raconter ce qui s’est passé ? Je n’ai pas aimé le comportement d’un journaliste à Dubaï après notre match contre les Brésiliens de Porto Allegre. Il me harcelait en insistant pour avoir une interview pour son journal. Je connaissais ses intentions malsaines : il voulait publier une interview imaginaire. J’ai refusé catégoriquement de lui parler. Avant de partir, il m’a dit avec insolence : «Je vais écrire sur toi, souiller ton image et faire de toi un mauvais exemple.» Je ne l’avais pas cru car je savais que les Arabes ne sont pas comme lui et ne permettront pas à quelqu’un de s’en prendre à un invité. Donner des coups de poignard dans le dos ne fait pas partie de la culture des Arabes. Je sais que ses supérieurs hiérarchiques, s’ils apprenaient qu’il travaillait pour une partie donnée, ne lui permettraient pas d’agir ainsi. Le monde arabe est connu pour sa moralité exemplaire. Les droits des invités sont protégés. Comme vous le dites, c’est un comportement isolé… Oui. Il y a partout des parasites dans tous les domaines. Il existe des pseudo-journalistes, comme il existe des pseudojoueurs et des pseudo-chanteurs. Un journaliste te demande de prendre une photo avec lui en se présentant comme un admirateur et, le lendemain, tu découvres la grande surprise : une interview et des questions imaginaires. Il y en a qui prennent des photos et qui les conservent et lorsque l’occasion se présente des mois ou des années plus tard, ils la proposent à des magazines ou à des revues comme étant des interviews exclusives avec une star, mais ils ne remarquent pas que le maillot arboré par ladite star a changé dans l’année où l’interview était censée avoir été faite. Vous avez écrit un livre autobiographique. A quelle fin ? Je suis un homme qui aime beaucoup les détails. Je voulais parler de petites choses, du stade, de ma famille, de mes amis. De mon point de vue, nous pouvons donner beaucoup à la vie à travers les fonctions de footballeur, de médecin, d’architecte… Nous pouvons apporter quelque chose à travers une chanson, un tableau ou un livre. Nous pouvons apporter beaucoup à la vie juste lorsqu’on aime une femme, par exemple ou ses enfants. C’est ce que j’essaie d’expliquer dans ce livre.

»

«

Un journaliste te demande de prendre une photo avec lui en se présentant comme un admirateur et, le lendemain, tu découvres la grande surprise : une interview et des questions imaginaires.

»

«

Les Arabes ne permettront pas à l’un des leurs de s’en prendre à un invité.

»

18
N° 775 Lundi 9 février 2009

«Je voulais juste que la balle rentre !»
Aujourd'hui encore, Andreas Brehme est considéré comme l'un des meilleurs latéraux de tous les temps. Son élégance, ses centres précis et ses frappes puissantes exécutées indifféremment des deux pieds ont contribué à construire la légende de l'international allemand. Toujours aussi accessible, l'homme aux 86 sélections a bien voulu répondre aux questions de FIFA.com.
Andreas Brehme, pour les fans du monde entier, votre nom évoque le penalty que vous avez inscrit en finale de la Coupe du Monde 1990. Vous arrive-t-il de repenser à ce fameux match contre l'Argentine ? Oui et même souvent. C'était un grand moment, qui me donne encore aujourd'hui la chair de poule. C'est le genre d'expérience qui ne s'oublie pas. Pouvez-vous nous dire à quoi vous avez pensé, au moment de vous élancer pour tirer ce fameux penalty ? [rires] Vous croyez que je m'en souviens ? Bien sûr que non ! J'imagine que je n'ai pensé à rien. Je voulais seulement que la balle rentre. Une fois au fond des filets, le bonheur et le soulagement ont pris le pas sur tout le reste. Quel jugement portez-vous sur votre carrière, avec le recul ? Je garde beaucoup de très bons souvenirs. Evidemment, il y a la victoire en Coupe du Monde 1990, mais je pense également à mon passage à l'Inter Milan, aux côtés de Lothar Matthäus et Jürgen Klinsmann. J'ai vécu de très belles choses en Italie. Je repense aussi souvent avec émotion aux années passées à Kaiserslautern. Le 1.FC restera toujours le club de mon cœur. Si vous le pouviez, y changeriezvous quelque chose ? Non, je referai tout exactement de la même manière. Sans hésiter. Que faites-vous en ce moment ? Je travaille comme ambassadeur de la Fédération allemande. Je prends beaucoup de contacts et je fais de la représentation. Récemment, j'ai ainsi assisté au match d'adieu d'Oliver Kahn. Kahn était un joueur unique, doté d'une forte personnalité. Pensezvous qu'il va manquer au football allemand ? Sans doute. Oliver n'était pas seulement un gardien de but exceptionnel, c'était aussi un vrai patron sur le terrain. De nos jours, les footballeurs essayent d'avoir l'image la plus lisse possible. Oliver était différent. Michael Ballack s'est imposé comme la star de l'équipe d'Allemagne. Est-il devenu un grand joueur, selon vous ? Michael a du talent, c'est un excellent joueur. Pourtant, je pense qu'il n'est pas encore au niveau des plus grands, comme Matthäus par exemple. Lothar est recordman des sélections en équipe d'Allemagne et il a été sacré champion du monde. Je souhaite sincèrement à Michael d'arriver à remporter un jour une compétition internationale. Ballack peut-il mener l'Allemagne à la victoire lors de la Coupe du Monde de la FIFA 2010 ? Ce ne sera pas simple, mais l'Allemagne a l'habitude de se transcender dans les grandes occasions. Et puis, tout est toujours possible. Qu'avez-vous pensé de l'UEFA Euro 2008 ? Nous avons eu droit à un très beau tournoi. Le meilleur a gagné. L'Espagne mérite largement son titre. Vous avez déjà entraîné le 1. FC Kaiserslautern et Unterhaching et vous avez également travaillé comme assistant de Giovanni Trapattoni au VfB Stuttgart. L'idée d'une nouvelle aventure sur un banc de touche vous attire-t-elle ? Oui, absolument !

Brehme

Emana n’a plus le droit à l'erreur» «Le Cameroun
e 28 mars prochain, le Cameroun entamera le dernier tour de qualification pour la Coupe du Monde qui aura lieu en 2010 en Afrique du Sud. Un déplacement au Togo attend Achille Emana et ses partenaires pour le lever de rideau d'un troisième tour qui s'annonce très disputé. Achille Emana le milieu de terrain du Betis Séville, est catégorique quant à la rigueur qui doit caractériser le jeu de son équipe.

L

«14 buts inscrits pour seulement deux encaissés»
Sous la houlette d'Otto Pfister, qui avait dirigé le Togo en phase finale d'Allemagne 2006, le Cameroun a parfaitement entamé son parcours dans la compétition préliminaire au sein d'un groupe relativement modeste composé du Cap-Vert, de l'Île Maurice et de la Tanzanie. Seul un nul chez les Kilimanjaro Stars a entâché une copie presque parfaite, dont un 5-0 à domicile devant les Mauriciens en octobre 2008. Le bilan chiffré est parle de lui-même : 14 buts inscrits pour seulement deux encaissés.

«Nos aînés ont laissé une trace, ils ont fait du pays une figure de proue sur le continent. Nous nous devons de faire perdurer ce nom»
Avec les grands frères et leaders que sont Geremi Njitap et Rigobert Song, ces Lions ont de l'expérience dans la besace pour accompagner les jeunes talents comme Stéphane Mbia et Alexandre Song et les déjà confirmés Jean II Makoun, Modeste Mbami, Timothée Atouba et bien entendu Achille Emana. Chaque génération est consciente, à entendre l'Andalou, de la responsabilité qu'implique le port du maillot vert et rouge avec son étoile.

Un parfum de revanche dans le vestiaire des Lions Indomptables
«Aucun droit à l'erreur» ! C’est le message que l’ancien embaume Toulousain a voulu lancer de manière très claire à l'aube des six derniers matches menant vers le précieux sésame, le passeport pour l'Afrique du Sud. La blessure de la qualification pour Allemagne 2006 perdue à la dernière minute est cicatrisée, mais un sentiment de revanche parfume le vestiaire des Lions Indomptables.

«Nous avons suffisamment montré nos qualités, maintenant à nous de nous donner les moyens de nos ambitions»
La désillusion de la finale perdue au Ghana lors de la Coupe d'Afrique des Nations 2008 devant l'Egypte a été digérée. «Nous avons été obligés de vite passer par dessus malgré la déception évidente. Perdre sur la fin est toujours difficile à encaisser. Mais nous avons su relever la tête. Pour moi, nos prestations de la première phase ont été largement suffisantes», commente Emana d'une voix aussi rauque que son physique est roc.

« Nous avons plus de forces que de faiblesses »
«La défense a été critiquée. A en entendre certains, elle n'était pas bonne. Mais elle nous a permis de n'encaisser que très peu de buts. Nous avons également plus de forces que de faiblesses. Notre milieu est solide et devant, nous marquons. Nous avons suffisamment montré nos qualités, maintenant à nous de nous donner les moyens de nos ambitions», ajoute le milieu de terrain polyvalent, qui après deux CAN passées en majeure partie sur le banc est devenu titulaire indiscutable depuis la dernière édition.

« Le premier objectif est déjà de nous qualifier »
«L'expérience amère prouve que c'est sur le terrain que tout se décide. Nous ne pensons pas encore à l'Afrique du Sud ni à l'avantage que nous aurons de disputer cette compétition sur notre continent. Le premier objectif est déjà de nous qualifier», assure le Sévillan, de retour sur la terre de ses premières amours après son long passage à Toulouse, lui qui a été formé en Espagne, à Valence.

« Faire perdurer ce nom »
Meilleur buteur des Lions lors de la première phase avec six buts, Sa-

muel Eto'o sera une fois encore pour le vice-champion d'Afrique un atout presque sans égal sur le continent, seuls Didier Drogba en Côte d'Ivoire et Emmanuel Adebayor au Togo pouvant rivaliser avec lui. «Avoir Samuel est une chance. Il apporte un poids offensif énorme. C'est une grande star mais ça ne nous pose aucun problème.» Pourtant, posséder un joueur de grand talent peut s'avérer délicat à gérer pour une équipe. «Avec un grand nom comme Adebayor, nous avons vu que les Togolais avaient plus de difficultés quand ils étaient attendus au tournant. C'est devenu plus difficile, c'est normal. D'ailleurs pour moi les Eperviers restent les favoris du groupe même si aujourd'hui nous sommes au 14e rang mondial du classement FIFA».

« Quels que soient le coach, sa nationalité, ou l'équipe avec laquelle tu joues le match, la base, c'est la fierté de porter la tenue de l'équipe nationale »
«Quels que soient le coach, sa nationalité ou l'équipe avec laquelle tu joues le match, la base c'est la fierté de porter la tenue de l'équipe nationale. Nous sommes les Lions Indomptables, nos aînés ont laissé une trace, ils ont fait du pays une figure de proue sur le continent. Nous nous devons de faire perdurer ce nom. A nous d'avoir la même volonté que ceux qui ont réussi des grandes choses avant nous.»

19
N° 775 Lundi 9 février 2009

Olympique Lyonnais
Depuis le début de la semaine, les dirigeants lyonnais ont fait passer ce message : Fred peut toujours partir au Brésil, le marché des transferts, là-bas, ne s’achevant que le 8 avril. Et pour le buteur désormais relégué en CFA, l’avenir pourrait être à Fluminense. Le club de Rio de Janeiro a officialisé, vendredi, la tenue de discussions semble-t-il assez avancées avec Fred et son entourage. Alexandre Faria, directeur sportif du club, déclarait dans la nuit : «Pour que le joueur signe son contrat et joue pour les Tricolores, il suffit que Lyon et le joueur se mettent d'accord». Alexandre Faria est attendu à Lyon dans les prochaines heures pour dénouer ce dossier. Fred s'entraîne toujours avec les amateurs du club rhodanien. Claude Puel a précisé ce vendredi qu'il ne reviendrait pas avec les professionnels pour l'instant. Par conséquent, l'avant-centre brésilien cherche un nouveau point de chute. Interrogé par L'Equipe à ce sujet, Olivier Blanc, directeur de la communication de l'OL a donné quelques informations supplémentaires : «Le mercato ne sera clos que le 8 avril au Brésil. Fred y cherche de nouveau un point de chute avec son frère. Nous lui avons répété que l'OL, dans ce cas, le libérait de ses dernières semaines de contrat.»

Newcastle

AS Roma

Fred vers Fluminense ?

Kinnear à l’hôpital
Joe Kinnear, le manager de Newcastle, a été conduit à l'hôpital de Birmingham samedi après un malaise. Celui-ci est survenu quelques heures avant le coup d'envoi de la rencontre face à West Bromwich Albion. Âgé de 62 ans, Kinnear fait l'objet d'une «mesure de précaution» selon le club. «Il a été examiné par le staff médical du club avant d'aller à l'hôpital où il est en observation» a exactement déclaré un porteparole des Magpies. C'est son adjoint Chris Hughton qui dirigera l'équipe, actuellement en lutte pour rester en Premier League.

Mexès veut rester, mais...

Il y a quelques semaines, Philippe Mexès avait dû déminer le terrain quelques heures après avoir laissé filtrer, sur Canal+, un certain intérêt pour l'AC Milan, qui le lui rend bien. C'est sans pression particulière que le défenseur des Bleus confie ce samedi La piste Carlos Fernandez au Corriere dello sport son envie de rester, même s'il Carlos Fernandez, l'arrière gauche du Deportivo Anzoategui, intéresserait l'Olympique Lyonnais. Selon le quotidien anglais Daily Mail, l'Olympique Lyonnais se pensait qu'un transfert est vite arrivé... cherait sur le cas de Carlos Fernandez (18 ans), l'arrière gauche vénézuélien du «Je veux rester à la Roma. J'y suis content, je suis Deportivo Anzoategui. Le Bayern Munich, le Real Madrid, Tottenham et le FC Barcecontent de mes coéquipiers, je l'ai toujours dit, marlone seraient aussi sous le charme. tèle l'ancien Auxerrois. L'histoire avec Milan a commencé dans les journaux mais je n'ai jamais eu aucun contact avec eux. Mais qu'une équipe telle que Milan Juventus Sunderland puisse être intéressée par moi, c'est quelque chose qui ne peut que me faire plaisir, à quoi bon mentir». Mexès laisse d'ailleurs entendre qu'il n'aura peut-être pas les moyens de rester. «Je veux rester (à Rome) mais dans le football, il peut arriver des choses qu'un Selon le quotidien italien Corriere dello Sport, la joueur ne choisit pas». L'AC Milan serait prêt à aliA en croire Juventus Turin serait très attentive au cas de Franck gner 20 millions d'euros et l'AS Roma est un club encertains échos Ribéry, le milieu offensif du Bayern Munich. Alors detté... de la presse anque de plus en plus de doutes planent sur son aveglaise (Daily nir sous les couleurs du Bayern Munich, le milieu Mirror) Daroffensif Franck Ribéry, 25 ans, figureraient notamrent Bent, ment dans les petits papiers de la Juventus qui prél'avant-centre pare la succession de Pavel Nedved. Sous contrat Selon le quotidien italien Il de Tottenham, jusqu'en juin 2011 avec le club bavarois, l'internaMessaggero, Fabio Quagliafigurerait toutional français intéresserait également le Real rella, l'attaquant de l'Udinese, Madrid, Manchester City et le FC Barcelone. jours dans les intéresserait fortement l'AS petits papiers Rome. Pisté par la Juventus de Sunderland. Turin, l'attaquant international Sous contrat Stefano Guberti, le milieu offensif de Bari italien Fabio Quagliarella (26 jusqu'en juin (Serie B), ne laisserait pas insensible la Juventus ans, Udinese) figurerait égale2013 avec TotTurin. Selon le quotidien italien La Gazzetta ment dans les petits papiers de l'AS Rome. Les Gialtenham, l'attaquant international anglais de dello Sport, la Juventus Turin suivrait Stefano lorossi pourraient prochainement passer à la phase 25 ans, serait toujours dans le viseur de TotGuberti, le milieu offensif de Bari (L2 italienne). concrète des opérations pour le récupérer à la fin de tenham. Les Black Cats se seraient d'ores et Agé de vingt-quatre ans, l'ex-joueur d'Ascoli inla saison. Sergio Floccari (27 ans, Atalanta Bergame) déjà positionnés pour l'été prochain. téresserait aussi l'AS Rome. Libre en juin prochain, l'Italien aurait également quelques serait aussi dans le viseur du club de la Louve. touches à l'étranger.

Darren Bent toujours pisté

Ribery dans le viseur

La louve suit Quagliarella

Un œil sur Guberti

FC Barcelone

Paris Saint-Germain
Victorieux de Nante du résultat, c'est la manière Ligue 1. Pour Jérôme Rothen, au-delà la belle victoire du PSG qui a de quoi se satisfaire. Interrogé après à mettre en avant le plaisir à Nantes (1-4), Jérôme Rothen a tenu bien ! Quand on gagne et qu'il avait eu à jouer ce match. «Quel s'est-il exclamé. Ca fait longqu'on joue de cette façon, quel plaisir, e ça dans le jeu. Collectivetemps qu'on ne s'est pas trouvé comm individuellement, on était ment, on a joué de la même façon, mais aux, c'est bien.» On est provisoirement à égalité de Borde plus fort.

Excellent depuis le début de saison, le FC Barcelone semble connaître une baisse de régime depuis quelques semaines. Si le club catalan continue de gagner quasiment tous ses matches, les scores sont plus étriqués. «Nous sommes moins brillants, c'est vrai, à cause de l'accumulation des matches. Mais cela n'est pas préoccupant», a indiqué Guardiola en conférence de presse. Une bonne nouvelle pour les Lyonnais, qui affronteront les Catalans à la fin du mois pour le compte des huitièmes de finale de la Ligue des Champions.

Guardiola reconnaît une baisse de régime

Rothen a pris du plaisir podium de la s (1-4), le PSG reste sur le

AC Milan

Angleterra

Beckham, offre r e j e t é e
Les Los Angeles Galaxy ont rejeté une offre de l'AC Milan pour David Beckham, selon le Los Angeles Times. «Nous avons reçu une offre et elle a été rejetée», a indiqué le directeur général d'AEG, société propriétaire des Galaxy, Tim Leiweke, l'homme qui avait fait venir Beckham à Los Angeles en 2007. Leiweke n'a pas révélé le montant proposé par l'AC Milan. Le prêt de Beckham, qui a émis le souhait de rester jouer en Italie, se termine le 9 mars et le Championnat nord-américain redémarre mi-mars. «Il faut mettre fin à ce cirque, a ajouté Leiweke, cité par le quotidien. Si David veut finir la saison à Milan et que Milan dédommage les Galaxy de façon à ce que ni le club ni nos fans ne subissent de préjudice, alors nous regarderons ça de près. Ils (les Italiens) comprennent qu'il est sous contrat avec nous et que in fine tout devra se régler au bénéfice des Galaxy.»

Beckham da ns les 23 con t re l' Es pa gn e

Fabio Capello, le sélectionneur de l'Angleterre, a annoncé samedi sa liste de 23 joueurs pour le match amical contre le champion d'Europe espagnol, mercredi à Séville. David Beckham est dans le groupe retenu par le technicien italien. Le joueur des Los Angeles Galaxy prêté à l'AC Milan est le seul joeur du groupe à ne pas évoluer en Premier League. GARDIENS : David James (Portsmouth), Robert Green (West Ham United), Joe Hart (Manchester City) DEFENSEURS : Wayne Bridge (Manchester City), Ashley Cole (Chelsea), Rio Ferdinand (Manchester United), Glen Johnson (Portsmouth), John Terry (Chelsea), Matthew Upson (West Ham United), Phil Jagielka (Everton), Luke Young (Aston Villa) MILIEUX : Gareth Barry (Aston Villa), Michael Carrick (Manchester United), James Milner (Aston Villa), Frank Lampard (Chelsea), Stewart Downing (Middlesbrough), David Beckham (LA Galaxy), Shaun WrightPhillips (Manchester City), Ashley Young (Aston Villa) ATTAQUANTS : Gabriel Agbonlahor (Aston Villa), Carlton Cole (West Ham United), Peter Crouch (Portsmouth), Emile Heskey (Aston Villa).

20
N° 775 Lundi 9 février 2009

Verón
«Il reste toujours des choses à gagner»
A 33 ans, Juan Sebastián Verón s'épanouit toujours sur les terrains de football. Depuis son retour en Argentine, la Brujita (la petite sorcière) confirme qu'il est resté le grand footballeur connu sur les terrains européens, de l'Italie à l'Angleterre. Il s'est même offert le luxe de décrocher le titre national en 2006 avec le club de son cœur, celui qui l'a vu naître, Estudiantes de La Plata. Mieux encore, l'ancien joueur de la Lazio a retrouvé la sélection par la grande porte. Diego Maradona vient en effet de confirmer qu'il le convoquera pour le match amical face à la France, le 11 février...
Avez-vous toujours voulu jouer milieu de terrain ou aviez-vous d'autres envies à un certain stade de votre carrière ? Chez les jeunes, j'ai commencé à jouer attaquant, puis défenseur. Mon positionnement en milieu de terrain s'est fait progressivement, au fur et en mesure que mes qualités se sont révélées. Pour tout dire, à ce stade de ma carrière, je ne crois pas que je vais changer de poste car je l'aime beaucoup ! (rires). des matches, la façon d'aborder les rencontres sont très différentes. Mais quand un joueur s'y sent bien, peu importe d'où il vient, il peut très bien réussir. Pourquoi n'avez-vous jamais joué en Espagne ? Parce que je n'en ai jamais eu l'occasion. Il y a eu beaucoup de rumeurs et de discussions, mais jamais rien de concret. Pourtant, j'aurais aimé jouer à Barcelone ou au Real Madrid. Ça ne m'empêche pas de dormir, mais ça aurait été quelque chose d'important pour ma carrière. Selon vous, pourquoi l'Argentine éprouve-t-elle autant de difficultés dans les éliminatoires mondialistes ? C'est parce que les cadres de toutes les autres équipes évoluent aujourd'hui à l'étranger. Même le Venezuela, qui était le pays le plus faible, possède aujourd'hui deux ou trois internationaux qui jouent à l'étranger. Ça se ressent sur le terrain. On a as-

J'aurais aimé jouer à Barcelone ou au Real Madrid. Ça ne m'empêche pas de dormir, mais ça aurait été quelque chose d'important pour ma carrière

«

se croire arrivé. Car c'est quand on commence à se la raconter qu'on régresse. J'ai lu que vous êtes un admirateur du Che Guevara (tout comme moi). Quelles relations entreteniez-vous avec les supporters de la Lazio durant votre passage dans ce club ? Au début, ça ne s'est pas très bien passé. Ils m'ont demandé de retirer le tatouage du Che que je porte sur l'épaule. Mais quand on a gagné le championnat, certains d'entre eux sont entrés dans le vestiaire ; ils me l'embrassaient ! Pour moi, ce n'était qu'un détail, mais à partir de là, notre relation s'est améliorée Pourriez-vous résumer votre carrière en un mot ? Un seul mot : vertigineuse. Après vous avoir vu sur le terrain, après avoir regardé ou lu vos interviews, on a le sentiment que vous possédez toutes les qualités pour devenir entraîneur. N'aimeriez-vous pas devenir l'Alex Ferguson d'Estudiantes ? Non, jamais de la vie. Je ne suis pas attiré par une carrière d'entraîneur. Ce n'est pas que je n'aime pas "enseigner", c'est que ça ne me permettra jamais de vivre ce que j'ai vécu en tant que joueur. Pour moi, ça reviendrait à prolonger ma carrière dans un domaine où je ne me sentirai pas à l'aise.

»

De tous les championnats dans lesquels vous avez évolué, lequel préférez-vous et pour quelles raisons ?
Mon préféré, ç'a été le championnat italien, car c'est là-bas que je me suis construit en tant que joueur. Je ne sais pas si c'est le plus beau en termes de spectacle, beaucoup de monde préfère d'autres championnats. Par exemple, la Premier League est peut-être plus agréable à regarder, mais moi, j'ai toujours un faible pour la Serie A. Les sept années que j'y ai passées ont marqué ma carrière. Dans quel club avez-vous vécu la rivalité la plus acerbe ? Ici, à La Plata. En tant que fervent supporter d'Estudiantes, je ressens cette rivalité au jour le jour, en ville. Sinon, parmi les autres clásicos que j'ai eu l'occasion de disputer, j'ai été marqué par les Lazio - AS Roma car la passion et la ferveur qu'ils déclenchent sont très similaires à ce que l'on peut vivre en Argentine.

l'élimination de l'Argentine à la Coupe du Monde 2002. Qu'avez-vous à dire à ce sujet ? Rien du tout, je n'ai jamais prêté attention à ce genre de commentaires, je ne le ferai jamais. J'ai appris à relativiser aussi bien les louanges que les critiques. Les gens peuvent dire ce qu'ils veulent, pour moi, ça n'a pas d'importance. Parfois, le nombrilisme du football est assez difficile à supporter ; c'est pour ça que j'essaie de garder une certaine distance.

Qu'est-ce qui vous procure le plus de fierté : jouer sous la direction de Diego Maradona ou avoir été à ses côtés sur le terrain ? Avoir joué avec lui. Il ne m'a pas encore entraîné, mais les matches joués à ses côtés font partie des meilleurs moments de ma carrière. Ses phrases, le vestiaire, les stages, les déplacements... Aux côtés de Diego, tout prend une dimension incroyable. J'ai le sentiment qu'il restera à jamais le joueur le plus représentatif de l'histoire du football argentin.

Avez-vous réussi tout ce que vous vouliez dans le football ? Si ce n'est pas le cas, que vous reste-t-il à accomplir ? Là où je suis passé, j'ai pratiquement tout réussi. Mais il reste toujours des choses à gagner, même s'il est impossible de tout réussir. Je pense que j'ai fait une très belle carrière. Que signifie la bande que vous portez sous le genou droit ? Estce un porte-bonheur ?

Selon vous, l'Argentine était-elle assez forte pour gagner les Coupes du Monde 1998 et 2002? J'ai Si oui, comment expliquezécrit ma propre vous ses échecs ? Quels projets avez-vous histoire, mais je ne sais pas si Difficile de répondre par Beaucoup de gens estipour votre après-football ? j'ai marqué l'Histoire... Rares «oui» ou «non» à la première ment que le style de J'aimerais devenir dirisont les personnes à l'avoir fait, partie de la question. Dans jeu anglais ne convient geant dans le football. En Eules deux cas, il y avait un effecquel que soit pas aux footballeurs rope, c'est fréquent de voir tif de grande qualité. En 1998, sud-américains. Qu'en le domaine d'anciens footballeurs occuper des nous avons manqué de chance, car le pensez-vous, vous qui avez évopostes de dirigeant, mais ici, c'est ensisté à un nivellement des valeurs, par match contre les Pays-Bas aurait pu lué en Premier League ? core assez rare. Vélez Sarsfield a fait Je ne partage pas cette opinion. le haut et non par le bas comme j'ai basculer d'un côté ou de l'autre. Et à Tout a commencé par une blessure, quelque chose avec Christian BasseSelon moi, cela dépend beaucoup du pu l'entendre en Amérique du Sud. partir des demi-finales, tout devient en 1997. Ensuite, c'est vrai que je l'ai das, Boca Juniors a Carlos Bianchi, possible. En 2002, en revanche, il ne moment où le joueur découvre ce Même le Brésil a du mal... mais ça s'arrête là. C'est quelque nous manquait pas grand-chose, mais gardée par superstition. Je ne pense championnat et des conditions dans pas que je vais l'abandonner mainte- chose d'important et en Argentine, il nous sommes passés à côté. lesquelles il arrive en Angleterre. Tout nant, car elle m'a plutôt bien réussi ! y a un manque de ce côté. La relation Carlos Tévez, par exemple, s'est Certaines personnes vous ont dirigeant - footballeur est essentielle. (rires). d'abord, il faut être très bien adapté. C'est vrai attribué la responsabilité de Quand on a déjà connu le terrain, on heureux dans ce que l'on fait. Que conseillez-vous aux enfants que là-bas, la préparation Ensuite, il faut suivre ses rêves. comme nous, qui dé- est mieux placé pour comprendre et maîtriser ce que pense un joueur, ce butons tout juste et Enfin, il faut travailler dur et dont il a besoin qui voulons passer

«

»

«

beaucoup s'investir

»

pro pour connaître les plus grands championnats du monde, comme vous ? Tout d'abord, il faut être heureux dans ce que l'on fait. Ensuite, il faut suivre ses rêves. Enfin, il faut travailler dur et beaucoup s'investir. Le plus important, c'est de ne jamais

Pensez-vous avoir marqué l'Histoire du football ? Drôle de question ! L'Histoire, c'est un grand mot... Je ne sais pas, je ne me suis jamais posé la question. J'ai écrit ma propre histoire, mais je ne sais pas si j'ai marqué l'Histoire... Rares sont les personnes à l'avoir fait, quel que soit le domaine. Il faudrait peut-être poser la question à quelqu'un d'autre ou y réfléchir une fois ma carrière terminée. Seul le temps le dira.

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

21

Coup d’œil Division 1
La dernière ligne droite

Le Nasr d’Hussein Dey a entamé hier la dernière ligne droite dans sa préparation pour la reprise du championnat. Une préparation qui sera beaucoup plus axée sur le volet psychologique pour affronter la JSK armée d’une bonne dose de motivation, sans négliger l’aspect technicotactique pour contrer l’adversaire. Le groupe devait être au complet hier avec le retour de Hadiouche et Camara et surtout Galoul qui a manqué le match contre l’OMR à cause de l’état de santé de son fils. Benzekri ne peut que se réjouir du retour de ses joueurs clés, même si Gana (blessé) et Jimmy (suspendu) seront les grands absents face à la JSK. Le coach souhaite organiser un autre match, si le championnat ne se déroule pas ce week-end, afin de tester éventuellement l’équipe qui entamera la phase retour et porter les dernières retouches.

Attafen : « Une victoire nous suffit pour rebondir »
Vous avez enregistré trois victoires consécutives en matchs amicaux. Est-ce un bon signe en prévision de la reprise du championnat ? Vous savez, l’équipe était confrontée à une crise de résultats à partir de la seconde moitié de la phase retour. Nous n’avons plus gagné depuis le match face au CRB. Mais durant la trêve nous avons bien travaillé, notamment durant le stage effectué en Tunisie. Je pense qu’on est en train d’en récolter les fruits. Les derniers résultats en matches amicaux sont un bon signe, comme vous le dites. J’espère qu’on arrivera à gagner notre premier match de la phase retour pour repartir à nouveau. Pour le premier match de la reprise, vous allez accueillir la JSK qui revient à la charge, un commentaire ? Quelle que soit la qualité de l’adversaire, notre but est d’engranger les trois points de la victoire pour espérer rebondir. Nous avons les capacités de revenir en force. Il suffit d’une seule victoire pour que tout rentre dans l’ordre. Beaucoup estiment que le regain de santé de l’équipe est dû à votre bonne forme durant les trois derniers matches ; qu’en pensez-vous ? Je sais que quand l’équipe ne marche pas, beaucoup attendent un exploit individuel de ma part parce qu’ils estiment que je suis le meneur de jeu de l’équipe. Mais, comme dit l’adage, une hirondelle ne fait pas le printemps. Je pense plutôt que si l’équipe commence à retrouver son rythme du début de saison, c’est grâce à la conjugaison de tous les efforts. Tous les joueurs travaillent d’arrachepied pour être prêts le jour de la reprise. Vous avez beaucoup de joueurs blessés qui risquent d’être absents contre la JSK. La plupart disent que cela est dû à l’état du tartan en dégradation graduelle. Etes-vous de cet avis ? Il y a une part de vérité dans tout cela. Effectivement, le terrain est surutilisé ces derniers temps. Mais comme on est habitués à cette pelouse, on essayera de surmonter ce handicap surtout que c’est le seul stade pour le moment pour accueillir nos adversaires. Malgré cet inconvénient, le stade Zioui constitue un avantage pour nous car on a nos repères. Vous serez soutenus par votre public, un autre avantage n’est-ce pas ? C’est vrai que cela fait longtemps qu’on n’a pas évolué devant notre public. La sanction du huis clos lors des trois derniers matches à Zioui nous a énormément handicapés. Nous avons toujours besoin de son soutien pour nous surpasser dans les moments difficiles et fêter ensemble la victoire. Par exemple face au CRB, en dépit de la victoire, nous n’avons pas beaucoup jubilé parce que nous avons joué sans nos supporters. Comment est l’état d’esprit des joueurs à une semaine de la reprise ? Une bonne ambiance règne au sein du groupe. Nous avons hâte de reprendre la compétition car cela fait presque un mois qu’on n’a pas joué de match officiel. Le groupe est fin prêt pour la reprise et on espère gagner notre premier match pour entamer la manche retour comme on l’a fait à l’aller. Entretien réalisé par Slimane H.

NAHD

Du tartan pour Bensiam

Le stade Bensiam, longtemps à l’état précaire, sera bientôt doté d’une pelouse synthétique, apprend-on de source proche du club. C’est la DJSL Alger qui s’occupera des frais de l’opération, ajoute notre source. Le NAHD, par le biais de son président Toumi, avait, rappelons-le, sollicité le MJS pour la réfection du stade Bensiam et le doter d’une pelouse synthétique. Un dossier a été déposé au niveau du MJS pour bénéficier d’une aide financière pour engager plusieurs travaux sur ce stade mythique qui a enfanté des stars internationales ayant fait le bonheur du football national, à l’image de Madjer, Fergani, Guendouz, Merzekane, Khedis, Dziri. Ainsi, avec cette décision, les jeunes catégories du Nasria pourront désormais s’entraîner dans de meilleures conditions loin des risques des blessures dans l’espoir de continuer à enfanter d’autres talents.

Derrardja avec la sélection espoirs

Les contacts avec le nouveau sponsor en bonne voie

L’attaquant nahdiste, Walid Derrardja, est entré vendredi en stage d’une semaine avec l’équipe nationale espoirs qui prépare les jeux Méditerranéens de Pescara (Italie). Derrardja, qui a pris quelques jours de repos à la suite de la fatigue ressentie à l’entraînement, déclare qu’«il a bien récupéré et est prêt à reprendre avec le groupe pour préparer le prochain match face à la JSK». L’attaquant nahdiste devra d’abord affronter la JSK avec l’EN espoirs, aujourd’hui en match amical. Il disputera un autre match mercredi contre le MCA, à moins que la reprise du championnat soit fixée pour ce week-end (peu probable). Notre interlocuteur nous apprend aussi que l’EN espoirs est invitée à assister au match amical de l’équipe nationale A contre le Bénin, mercredi, à Blida. S. H.

Les contacts avec la boîte pharmaceutique, qui devrait parrainer l’équipe, sont en bonne voie, annonce une source. Une réunion est prévue en fin de cette semaine pour débattre des modalités et de la durée du parrainage, ajoute notre qui a refusé de dévoiler le nom de l’entreprise jusqu’à la finalisation du contrat. S. H.

Comme nous Saïd Matari est de nos précédentes éditions, et aurait déjà pris de retour à la gestion du club -président. Mases fonctions de premier vice le boss husest toujours en contact avec tari ontres ont eu lieu seindéen. Plusieurs renc qui a fait dire à cerentre les deux hommes, ce compagne du prétains que celui qui a fait la pté le poste et la sident en été dernier a acce ée. Matari était inmission qui lui a été confi r d’amples inforjoignable samedi pour avoi mission et son mations sur sa nouvelle source proche du programme de travail. Une est pris par des concerné nous informe qu’il qui l’a obligé à ce obligations professionnelles, tive. s’éloigner de la scène spor S. H.

de Mataril’avions retour l’une annoncé dans

CABBA
En marge de l’entretien que nous avons eu avec Abderrahmane Hachoud, samedi soir, celui-ci nous a fait savoir qu’il venait juste de sortir de chez un spécialiste à Bordj qui lui a prescrit un repos d’une semaine. Le professeur Lefkir lui a conseillé une légère intervention chirurgicale au niveau du genou mais Hachoud s’est montré hésitant et préfère temporiser pour décider sachant qu’il peut jouer sans problème en attendant la fin de la saison. La reprise des entraînements était programmée pour hier, dimanche, à partir de 15 h. Tous les joueurs étaient rentrés chez eux juste après le match face à l’ESM, à l’exception de Hachoud, Zazoua, Medjemem qui sont restés à l’hôtel les Bibans ainsi que le Lusitanien, Linares, et les Camerounais Essomba et Mahoman.

Repos d’une semaine

Hachoud : « Je mérite de porter les couleurs nationales plus que d’autres, M. Heddane ! »
Lors des trois tours précédents, votre équipe s’est contentée seulement d’assurer sa qualification avec des scores étriqués mais cette fois, en plus des quatre buts inscrits, il y a eu aussi la manière. Comment expliquez-vous ce changement de situation ? Plus on avance en coupe, plus on y croit et je pense que nous avons retenu la leçon de nos deux dernières sorties durant lesquelles nous avions en quelque sorte sousestimé nos adversaires. Avec du recul, nous nous sommes dit qu’on aurait pu y laisser des plumes. Face à l’ESM, on a pris le taureau par les cornes dès le début du match et le fait qu’on ait inscrit deux buts nous a mis plus en confiance. Vous n’avez pas lâché en seconde période en doublant la mise notamment, ce qui laisse supposer que vous ne vouliez pas donner l’occasion à votre adversaire de réagir, n’est-ce pas ? Exactement. Et on aurait pu gagner par un score plus large mais je pense que 4 buts à 1, c’est assez bien payé. On a retenu la leçon et on ne voulait en aucun cas laisser un brin d’espoir à l’adversaire. Maintenant, il faut redescendre sur terre pour se concentrer sur le reste du parcours. Ne croyez-vous pas que cette année, vous êtes en mesure d’offrir son premier trophée à votre équipe ? Bien sûr que oui et tout peut arriver que ce soit en coupe ou en championnat. En tout cas, nous sommes en train de travailler dans cet objectif et je suis sûr que nous serons récompensés en fin de saison. Nous avons une bonne équipe composée essentiellement de jeunes talents bien encadrés par des éléments d’expérience… donc pourquoi ne pas être ambitieux ? En ce qui vous concerne, vous avez été encore l’élément le plus en vue de votre équipe en inscrivant notamment un doublé ; on imagine que vous avez le sentiment du devoir accompli surtout que vous étiez blessés. Il est vrai que j’ai été atteint au genou et à la cheville suite à une intervention musclée dès la 10e minute du match mais cela ne m’a pas empêché de continuer à jouer et à marquer deux buts. Cela dit, il ne faut pas passer sous silence les efforts de tout le groupe et c’est la qualification qui me satisfait le plus. Cependant, je suis déçu quand je constate que mes prestations sont passées sous silence. Soyez plus explicite… J’ai été très déçu de ne pas voir mon nom parmi la liste des sélectionnés en équipe nationale espoirs. Honnêtement, j’ai largement ma place dans cette équipe lorsque je constate à titre d’exemple que Meguenni, qui évolue au même poste que moi, et, le comble, qui n’a joué aucune rencontre avec son équipe, soit convoqué et moi non. Je dis à Monsieur Heddane que je mérite, beaucoup plus que d’autres, l’honneur de porter les couleurs nationales et je le prouverai encore n’en déplaise à certains techniciens qui sont en train d’enfoncer encore plus notre football par leur bricolage. Entretien réalisé par Abderrahmane Benbacha

Reprise hier

Finalement, un consensus a été trouvé entre Salah Bouda et l’ancien président, Farid Tebbakhi, qui avait eu gain de cause par voie de justice pour récupérer son argent ou, du moins, une partie. En effet l’accord entre les deux parties permettra à l’actuelle l’administration du CABBA de régulariser ses joueurs, notamment certaines primes de matches. A. B.

Le compte du club débloqué

22

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

Coup d’œil Division 1

RCK
Après une phase aller chaotique

De quoi sera fait demain ?
ue dire du parcours de l’équipe koubéenne en cette première manche du championnat ? La question mérite bien d’être posée dans la mesure où les avis sont partagés et chacun est allé donner son propre diagnostic. En jetant un premier coup d’œil sur la récolte du RCK, on ne peut constater que le bilan des Sang et Or demeure positif même si au fond des choses, les coéquipiers de Djerradi auraient nettement peu faire mieux. A vous de jugez. L’équipe a terminée l’aller à l’avant-dernière place au classement avec un capital de 15 points (quatre victoires contre neuf défaites et trois nuls, avec 9 buts marqués et 14 encaissés). Une maigre moisson, en dépit de tout ce qu’a vécu le RAED depuis l’été dernier. Le club peut il relever la tête lors de la phase retour est éviter un retour probable en super D2 ?

Q

10 points perdus à domicile et 0 ramené de l’extérieur
C’est le premier constat amer de cette première manche du championnat. Les Vert et Blanc auraient pu terminer l’aller au milieu du tableau s’ils ont bien négocier leurs matches at home. En dépit des deux succès face au CRB et l’USMB, les Koubéens ont concédé deux défaites (CABBA et ESS) et deux nuls (MCS et MSPB) dans leur fief de Ben Haddad. Ce qui leur fait dix points de moins. Quant à l’extérieur, ils n’ont pu imposer leur loi et sont rentrer bredouilles à chaque sortie.

L’une des meilleures défenses et plus des mauvaises attaques
L’une des rares satisfactions du RCK reste bien la défense qui demeure solide malgré quelques lacunes. En effet, le staff technique peut se targuer d’avoir l’une des meilleures défenses du championnat avec 14 buts encaissés. Par contre, les attaquants n’ont été à la hauteur et la machine avant du Raed est la plus mauvaise du championnat. Avec 9 buts marqués, soit une moyenne de 0.56 but par match. Le meilleur joueur du RCK, Sid Ali Yahia-Chérif, a réussi à lui seul de marquer plus que la moitié (5 buts). Farès Amrane et Amine Bassaïd ont marqué chacun deux buts. Les prédécesseurs de l’actuel coach du RCK sont les premiers à avoir reconnu que la cause principale du mauvais classement du Raed est ce cruel manque d’efficacité en attaque. Dalger aura-t-il assez de temps pour non seulement rééquilibrer, mais réorganiser le compartiment avant de son équipe ? Réponse en début de la phase retour…

pour son équipe. D’abord, il a permis au RCK d’enregistrer son premier succès de la saison grâce à son coup franc direct des 25 mètres à la 87’ lors du derby contre le CRB. Ensuite, il a permis au Raed de quitter la dernière place du classement pour la première fois de la saison suite à son but de la tête à la 83’ face à l’USMB. Certes, Yahia-Chérif est le meilleur buteur mais Bassaïd reste le plus efficace…

Les Koubéens rois d’Alger à huis clos
Les Vert et Blanc sont incontestablement les maîtres des derbies algérois. Ils ont récolté dix points des cinq matches disputés dans la capitale. Trois victoires contre le CRB, l’USMA et le NAHD, contre une défaite face au MCA et un nul face à l’USMH. Dans ce sens, le RCK s’est familiarisé avec le huis clos dans la mesure où il a disputé cinq rencontres en l’absence des supporters. C’était face aux MCA, CRB, l’USMA, le NAHD et la JSK. Un parcours qui lui a offert le statut symbolique de roi d’Alger, en attendant la confirmation lors de la deuxième manche du championnat.

Aït Djoudi, Chérif El Ouazzani, Hammouche, Mihoubi et Dalger sont les coaches qui ont pris en main l’équipe koubéenne depuis l’inter-saison. Seul Mihoubi a réussi son passage puisqu’il a pu monter une équipe combative, compétitive et surtout efficace. En effet, le RCK a enregistré sous sa coupe deux succès face au CRB et l’USMA. Il a réussi à inculquer une bonne culture footballistique et l’équipe était en nette progression. Pour ce qui est de Dalger, il est attendu au tournant, soit à la phase retour, pour faire ses preuves…

Mecheri doit revenir
En plus de Rebrab, le Raed a beaucoup souffert de la mise à l’écart de son secrétaire général, Sofiane Mecheri. En dépit de ce qu’il s’est passé, Mecheri doit revenir au sein du club afin de contribuer au redressement de la situation. Désormais, le RCK aura besoin de tous ses enfants, surtout ceux qui peuvent apporter un plus sur le plan financier. Ainsi, celui qui n’est pas en mesure d’aider le Raed n’a qu’à se taire…

Le départ de Rebrab, le gâchis
La démission du président Omar Rebrab a plongé le club dans une crise sans précédent. Depuis son retrait prématuré, la direction koubéenne ne sait plus où donner de la tête et n’arrive même pas à se débrouiller pour assurer un déplacement. Sur le plan financier, les caisses sont vides et le club est au bord de l’asphyxie. Comment résistera le RCK lors de la phase retour, surtout que les joueurs attendent avec impatience la deuxième tranche de la prime de signature ? Les supporters espèrent que leur boss fasse machine arrière et revienne à la tête du club, en compagnie de son bras droit, Kamel Oughlis…

L’arbitrage mis à l’index
Il est vrai que le RCK a présenté un visage sombre durant cette première manche et une place au milieu du tableau aurait été largement à sa portée, mais les Vert et Blanc ont été victimes de l’arbitrage. Sans citer de noms, puisque les responsables de cette corporation sont eux-mêmes convaincus que certains arbitres ont faussé les résultats de l’équipe koubéenne à maintes reprises, les amoureux du Raed se souviendront longtemps de cette saison, ou au moins, de cette phase aller. On ne va pas s’étaler sur ce dossier noir qui nécessite des pages et des pages, mais les inconditionnels espèrent que les arbitres seront corrects avec leur équipe lors de la phase retour… Youcef Mimoune

Bassaïd, décisif
Même s’il ne jouit pas de la confiance du staff technique, qui lui confie le rôle de joker, le milieu, Amine Bassaïd, est le joueur le plus décisif du Raed. Et pourtant, il n’a inscrit que deux buts mais qui valent leur pesant d’or dans le décompte final. En effet, Pintcha, était derrière deux succès très importants

La valse des entraîneurs ou le paradoxe koubéen
C’est une première à Kouba que cinq entraîneurs se succèdent à la tête du staff technique en six mois.

MSPB
Reprise sous la houlette de Bogdanovic et Aïssaoui
Jusqu’à la dernière minute, la majorité des observateurs s’attendaient à un changement significatif à la barre technique. Il fallait attendre la reprise des entraînements samedi aprèsmidi au stade Chaoui, lieu habituel de l’entame de la semaine, pour s’apercevoir que rien n’a changé. C’est Bogdanovic en personne qui a entamé la séance. Il est assisté dans sa tâche depuis quelques semaines déjà par le technicien Aïssaoui. Il n’y a point eu de Bougherara. Tout porte à croire que les dirigeants se sont ravisés au sujet de cette perspective. Les contacts entre

Zidani réunit les joueurs et le staff technique
Flanqué de ses proches collaborateurs, le président du Mouloudia de Batna a réuni les joueurs et les membres de son staff technique dans l’après-midi de samedi. Une rencontre rendue nécessaire après les bruits qui ont couru depuis pratiquement l’arrivée du Monténégrin à la barre technique et qui laissaient croire à un changement imminent à ce niveau. Cette réunion, qui a été marquée par l’absence d’El Hadj Zedam à l’occasion, se voulait aussi, nous confiait une source proche du club, une sensibilisation autour des objectifs du club à quelques encablures de la reprise du championnat.

Plus besoin de présenter patte blanche pour sécher une séance Du

Onka malade
Le gardien de but Destin Onka est malade depuis samedi dernier. La séance de la reprise a été pénible pour le portier qui avait de la fièvre due à un virus de la grippe récalcitrant. Bougherara et les dirigeants se sont arrêtés le week-end dernier. Cela rappelle le contact avec El Hadi Khezzar, mais qui n’avait connu aucune suite en son temps. Il semble bien que les dirigeants ont décidé de jouer la carte Bogdanovic jusqu’à la première sortie du Boubiya en championnat. Il est certain que le coach n’aura pas plusieurs chances, dit-on dans l’entourage du club. «Laissons Bogdanovic arriver au moins jusqu’à la rencontre face à la JSMB et on verra bien par la suite», disent les plus optimistes.

Sidibé absent à la reprise
Conséquence de sa prise de bec avec Yahia Djillali jeudi dernier lors du match amical contre l’USB qui n’a duré qu’une quarantaine de minutes, l’attaquant Rafan Sidibé n’est pas venu à l’entraînement de reprise ce samedi. Ecarté momentanément par la direction du club, le Malien risque de passer en conseil de discipline avant de songer à reprendre les entraînements avec son équipe. Son président est très en colère. Il a jugé inadmissible le comportement de son élément face à Biskra. C’est sans doute aussi pour cela que son président a décidé d’appeler à cette réunion avec les joueurs. Malgré le départ de Mouassa, Zidani veut prouver que le groupe reste discipliné.

Batna. Les temps changent au Mouloudia de e à l’entraîtemps de Kamel Mouassa, une absenc maladie ou pour blessure devait avoir nement pour lequel. Il fall’aval du médecin et pas de n’importe club qui n’est lait passer par les soins du toubib du de Mouassa, autre que Dr Dehili. Depuis le départ sésame pour on n’a pas plus besoin de ce précieux là les sames’absenter. En plus, le Guelmi n’est plus dire que dis pour compter les absents. Ceci pour , n’en dél’ancien coach n’avait pas que des défauts aient sa tête coûte que plaise aux joueurs qui cherch coûte.

Braham-Chaouch en marge du groupe
Karim Braham-Chaouh continue à s’entraîner en marge du groupe. N’étant toujours pas rétabli de sa blessure, il prend toutes ses précautions dans le but de ne pas rechuter.

Froid glacial au stade Chaoui
Les températures jouent au yoyo depuis quelque temps à Batna. Après les éclaircies et le climat ensoleillé, il a fait un froid sibérien sur la ville accompagné de la chute de quelques flocons de neige. La température avoisine zéro degré. Ce climat est inhabituel pour les joueurs congolais et ivoirien du MSPB qui connaissent rarement des températures en dessous de 15° C. Les basses températures sont aussi une catastrophe pour la pelouse du stade OPOW à cause du gel.

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

23

Coup d’œil Division 1
Dernière séance demain matin

ASO

Les joueurs chélifiens auront au programme une dernière séance d’entraînement demain matin avant de rallier l’après-midi la capitale où ils passeront la nuit afin de pouvoir prendre le lendemain le vol Alger/Conakry. Amrani compte consacrer ladite séance à un travail tactique lié à la stratégie qu’il compte mettre en application lors du match retour des éliminatoires de la Ligue des champions d’Afrique.

« On saura faire abstraction de cette élimination pour bien aborder notre match de Ligue des champions »
Avez-vous digéré votre élimination en coupe ? C’est une grosse déception qu’on ressent encore au fond de nous même, tellement nous étions loin de nous attendre à une telle sortie par la petite porte. C’est vraiment désolant et pourtant nous nous étions présentés sur le terrain avec la ferme intention d’arracher la qualification mais ça n’a pas marché. Qu’est-ce qui n’a pas marché ? Je dirais que rien n’a été comme on l’espérait. Nous avons tout d’abord été surpris par ce but qu’on encaisse contre le cours du jeu et sur une faute défensive et ensuite alors qu’on avait réussi l’égalisation, rebelote avec cette mauvaise appréciation en jouant la ligne dont notre adversaire a profité pour ajouter un deuxième but qui nous a complètement abattus. Après ça on a encore couru derrière le score mais il était dit que ce n’était pas notre jour de chance avec le nombre d’occasions de but qu’on a pu avoir sans parvenir à concrétiser. Pensez-vous que c’est le même problème de la défense, qui vous avait tant empoisonné l’existence lors de la phase aller en championnat, qui refait surface ? Ce n’est pas à moi de faire un tel constat ni d’en tirer de quelconques conclusions, s’agissant là d’un sujet entrant dans les prérogatives du coach, mais toujours est-il qu’on a encore commis des erreurs de débutants derrière et cela est impardonnable. Pourtant l’on croyait bien s’être débarrassés de cette tare à laquelle vous faites allusion et voilà qu’on retombe dans ces mêmes travers, j’ose espérer que c’est passager. Mais même devant ça n’a pas l’air d’aller et cette fois le but de Messaoud n’a réussi qu’à sauver l’honneur alors que d’habitude il a toujours été le sauveur, comment expliquez-vous cette inefficacité chronique de vos attaquants ? Oui comme vous dites heureusement qu’il y a Messaoud, mais n’oubliez pas aussi que cela fait un bon bout de temps qu’on n’arrive pas, pour différentes raisons entre blessures et suspensions, à aligner nos attaquants de métier comme Daoud et Soudani qui auraient pu apporter ce plus devant. Il n’est pas facile de remplacer ces deux éléments dont l’expérience manque beaucoup à l’équipe. Pourtant, malgré ça, on arrive à se créer des occasions de but mais il y a cette absence de réussite qu’on aurait justement pu pallier par l’expérience de nos deux fers de lance attitrés dont on attend avec impatience le retour. Cette élimination ne risque-telle pas de vous peser sur le moral lors de votre tout prochain match retour en éliminatoires de ligue des champions africaine face à Fello Star ? Certes on aurait préféré se préparer à ce rendez-vous dans des circonstances différentes, mais croyezmoi, ça va être une autre paire de manches à, laquelle on se présentera avec un état d’esprit approprié. C'est-à-dire qu’on aura d’ici là fait totalement abstraction de cette élimination en coupe d ’A l g é r i e pour pouvoir mener à bien une mission que nous aurons à accomplir sans perdre de vue que nous sommes aussi les représentants de tout un pays. Entretien réalisé par : Ahmed Feknous

Mekkioui :

Boudaoud, Babanda et Soudani absents

Ce voyage en Guinée verra l’absence de Babanda, Boudaoud et Soudani. Les deux premiers qui relèvent de blessure ne sont toujours pas aptes physiquement pour reprendre la compétition alors que Soudani a toujours la jambe plâtrée.

Daoud de retour

Encore sous le coup d’une suspension dans le cadre de la compétition nationale, il ne reste à Daoud que la scène continentale pour pouvoir se défouler. N’ayant pas déçu lorsqu’il avait été incorporé en cours de jeu lors du match aller, il y a fort à parier que Amrani n’hésitera pas à le titulariser à Conakry, d’autant qu’en plus de l’absence de Soudani, l’attaque n’a pas donné satisfaction lors du dernier match de coupe face à Tlemcen.

Touché aux adducteurs lors du dernier match de coupe face au WAT, le défenseur Ziane Chérif demeure incertain pour ce match retour des éliminatoires de ligue des champions africaine. Néanmoins le match n’étant prévu que dans une semaine, et vu que sa blessure ne semble pas trop grave, Amrani a tout de même prévu de l’emmener avec l’équipe et devrait attendre jusqu’à la dernière minute avant de prendre une décision quant à sa titularisation ou non.

Ziane incertain

Lors de la reprise des entraînements samedi après-midi, il y avait quatre joueurs absents. Il s’agit de Belahouel , Drioueche Maichi et Derrar qui doivent s’attendre à des remontrances de la part de leur président qui avait pourtant mis en garde les joueurs contre ces absences qui ont tendance à se répéter à chaque séance de reprise.

Quatre joueurs absents à la reprise

MCS Ouaddah : « L’équipe nationale est un rêve d’enfance »
Comment est l’ambiance au sein de votre groupe ? L’ambiance est parfaite et le groupe travaille dans la sérénité. Il y a un esprit d’équipe et de famille, ce qui nous aide beaucoup à travailler dans de bonnes conditions. Il faut dire aussi que le retour en force de notre équipe durant les derniers matchs de la saison nous a remonté le moral. Cette trêve qui a tendance à se prolonger pour vous depuis votre élimination en coupe, n’a-t- elle pas affecté le moral des troupes ? Je pense que nous sommes dans le même cas que la majorité des autres équipes sauf celles qui sont qualifiées en coupe d’Algérie. Il est vrai aussi que tout ce temps passé sans compétition ne joue pas à notre avantage et nous a déjà fait perdre le bénéfice de notre stage hivernal. Ce qui fait que l’on va devoir refaire le travail pour être prêts à entamer la phase retour du bon pied. Donc la compétition vous manque ? Bien sûr que les matchs me manquent beaucoup et je pense que tout les joueurs vous diront la même chose car la compétition est plus que nécessaire et le fait de contre l’USMBA ? C’est dommage, on aurait bien aimé que le match soit maintenu, mais il paraît que les Belabessiens ont refusé de venir car ils craignaient des blessures pour leurs joueurs. Ce n’est là, à mon avis, qu’un faux prétexte car nous avons déjà joué contre eux à Belabbès et c’est plutôt eux qui ont été agressifs. Mais bon, je pense que c’est là un problème qui me dépasse. Est-il vrai que Saâdane vous a mis dans la liste des joueurs retenus pour le prochain stage ? Jusqu'à maintenant je n’ai rien reçu (entretien réalisé samedi après-midi) et personne ne m’en a parlé au club. Pour le moment je me concentre avec mon équipe pour préparer la reprise du championnat. Mais vous vous attendez tout de même à être convoqué en équipe nationale ? Bien sûr que j’aimerais bien être convoqué en équipe nationale car c’est un rêve que je caresse depuis mon enfance et si ça se concrétise je serais l’homme le plus heureux du monde. Cela dit je ne perds pas de vue que c’est en même temps une grande responsabilité. Entretien réalisé par Amar Bensadek

Le milieu de terrain du MCS le Gambien Abderrahmane Dampha sera à Saida ce week-end après avoir passé plusieurs semaines chez lui. Il est à rappeler que ce joueur avait annoncé son retour pour la semaine passée mais il a dû le retarder pour un problème de réservation comme ils disent tous. Espérons que cette fois sera la bonne.

Dampha arrivera en fin de semaine

Retour à la case départ

En gagnant son dernier match de la phase aller, le MCS s’était hissé à la dixième place mais sans compter les matchs retard des autres équipes. Le week-end dernier s’est joué le dernier match de cette première phase du championnat et finalement le MCS s’est retrouvé à la 14e place à quatre points du premier reléguable qui est le RCK. Par conséquent, les Saidis sont revenus à la case départ et vont devoir cravacher plus dur que prévu pour espérer réaliser le maintien dès les premiers matches de la phase retour.

reste depuis le mois de décembre sans jouer risque de vous démobiliser. Heureusement que nous avons pu jouer un match amical qui nous a permis de rester un peu en jambes même si ça reste insuffisant car rien ne remplace la compétition officielle. Que pensez-vous de l’annulation du match amical que vous deviez jouer

24

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

Coup d’œil Division 1

USMAn

Frioua :«Mascara s’est

Menadi veut chiper Maïza à Serrar
près avoir rompu le contrat qu’il a paraphé au profit du Ahly de Djeddah, Adel Maïza est annoncé de retour au sein de son ex-club, l’ESS. Son nom revient souvent dans la presse ces derniers jours et on évoque avec insistance la possibilité que la Fédération algérienne de football lui délivre une dérogation spéciale en sa qualité de joueur international pour qu’il puisse signer un contrat au profit de l’Entente et prendre part à la deuxième partie de la saison alors que les règlements ne le lui permettent pas. Alors que nous n’en sommes pas encore là, voilà que le président de l’USMAn, Aïssa Menadi, a décidé de se mêler de cette histoire, faisant du recrutement de Maïza l’une de ses priorités du moment. En effet, Menadi veut que ce soit son club qui bénéficie de cette dérogation. Il a d’ailleurs pris ses dispositions dans ce sens, surtout que le joueur n’a rien conclu avec l’Entente. M. T.

avéré un gros morceau»
Vous avez arraché une qualification à la force des jarrets face au GCM vendredi dernier ; voulezvous faire un bref retour avec nous sur les péripéties de ce match ? Une qualification à la force des jarrets, mais méritée aussi à voir la détermination et l’endurance qui ont caractérisé notre équipe pendant toute la rencontre. Certes, Mascara nous a contraints à passer par l’étape des prolongations, mais nous n’avions pas dit notre dernier mot encore. Nous marquons un premier but vers la fin de la première prolongation et nous portons l’estocade à quelques minutes de la fin. Pour moi, c’est le scénario idéel devant une équipe qui a résisté tout de même pendant la majeure partie du temps. Si on s’attarde un peu sur la manière, on verra que Annaba n’était pas vraiment au top pour un 8e de finale de Coupe d’Algérie ; qu’en dites-vous ? Mascara défendait en bloc lorsque nous avions la possession du ballon et forcément ce genre de dispositif ne pouvait que freiner nos élans offensifs. Il n’empêche, on a continué à pousser sans se poser trop de questions. Ce n’était pas facile, mais à force de persévérance, on est parvenus à faire la différence. Vous me diriez que c’est des conditions identiques à celles qui nous ont vus arracher notre qualification au tout précédent, je vous le concède, mais sans plus. Mascara s’est avéré, comme on dit, un gros morceau. Au contraire de l’attaque qui n’arrive apparemment pas à rependre du poil de la bête, votre rendement défensif approche de la maximale avec une série de quatre matches sans encaisser le moindre but ; un commentaire ? Oui, il y des améliorations palpables en ce qui concerne notre compartiment défensif, au contraire de ce qu’on a montré en début de saison. La communication entre les défenseurs est devenue plus efficace. Je vous rappelle aussi que nous en sommes à notre sixième match sans défaite. Bouacida et vous formez un axe de rêve depuis quelques rencontres surtout avec ce dispositif qu’on appelle défense plate sur lequel vous basez votre travail défensif ; votre sentiment ? Oui la défense plate est devenue une réalité aujourd’hui. On a davantage tendance à se défaire de cette notion de libero et de stoppeur et d’écarter plutôt l’axe central sur les deux côtés. Je m’entends à merveille avec Bouacida c’est vrai et cela ne peut qu’ajouter à notre rendement en défense. Entretien réalisé par Mehdi T.

A

Menadi : « Maïza jouera à Annaba, Raouraoua m’a assuré qu’il aura une dérogation »
Comme à chaque fois, le président annabi semble certain de son coup en matière de recrutement. « Maïza est le meilleur joueur à son poste en Algérie et sa venue à Annaba est une question de jours pour ne pas dire d’heures. En ce qui concerne sa situation administrative, j’ai eu l’occasion de l’évoquer avec Raouraoua qui m’a assuré qu’il bénéficierait d’une dérogation à partir du moment où l’équipe nationale a besoin de ses services », dira Menadi en substance.

Maïza : « Je prendrai une décision jeudi »
Le joueur, lui, nous a assuré qu’il n’y avait rien d’officiel pour le moment entre lui et l’USMAn : « Pour le moment, je suis avec l’Equipe nationale, je préfère prendre le temps de décider de mon avenir, je dois discuter avec des personnes qui me sont proches, entre autres le sélectionneur national. J’aime Annaba car je suis natif de cette ville même si je n’ai jamais eu l’occasion de porter le maillot de l’USMAn, j’ai joué à El Hadjar avant d’aller au CSC puis à l’ESS. Dans ma tête, je prendrai une décision ce jeudi. »

ASK
Haïmoud : «Le championnat de l’élite ne m’impressionne pas»
Aujourd’hui, l’ASK est emmenée pour la première fois depuis son accession parmi l’élite par un enfant du Khroub et du club en même temps. Quel sentiment cela vous inspire-t-il ? Effectivement, c’est tout le club qui m’a témoigné sa confiance en me nommant comme entraîneur en chef après avoir occupé un poste d’adjoint. Et si je suis le premier entraîneur khroubi à la tête de l’équipe, cela ne signifie pas pour moi que je suis meilleur que les autres. Tout le monde sait que le Khroub regorge de compétences et de potentialités dans ce domaine. Voilà, on m’a confié les destinées techniques de ce club et je ferai en sorte d’honorer comme il se doit cette grande responsabilité. Avez-vous discuté de tout avec Milia notamment en ce qui concerne vos honoraires ? Le président a pris attache avec moi pour me dire que j’étais officiellement l’entraîneur en chef et que le comité directeur a accepté que Belechter soit à mes côtés comme adjoint. Par la suite, il a demandé qu’on rejoigne nos fonctions sans plus tarder avec la possibilité qu’on se revoie pour discuter des autres détails concernant nos contrats. N’avez-vous pas hésité avant d’accepter cette offre ? Et pourquoi j’aurais hésité. Je vous informe que j’ai déjà eu à entraîner l’ASK le temps de cinq journées de championnat lorsque l’équipe évoluait en Régionale et les résultats ont été plus que satisfaisants. C’était la saison qui a suivi l’élection de l’ancien président Khettabi. Pour répondre à votre question, je vous dirai que j’ai considéré cette offre comme vous dites comme un appel du devoir et j’y ai répondu sans calcul. Cela dit, je n’aurais pas refusé que le club recrute un autre entraîneur. Oui, mais à présent, l’ASK n’est plus en bas comme il y a dix ans. Vous êtes un entraîneur de la D1 avec toute la charge et toute la pression qui vont avec cette fonction. Alors, comment Haïmoud pense gérer les choses ? Je suis parfaitement conscient de tout cela, mais laissez-moi vous dire que les quatre mois que j’ai passés aux côtés de Bougherara m’ont permis de me frotter à ce championnat et de connaître ses difficultés, mais ses sensations aussi. C’est plutôt l’envie de réussir quelque chose avec cette équipe qui me pousse à garder un brin d’optimisme. Aussi, vous n’êtes pas sans savoir que les joueurs se sont dit prêts à œuvrer sous ma coupe. Alors, je peux vous dire que ce championnat ne m’impressionne pas du tout. N’avez-vous pas le sentiment que la quatrième place que l’ASK occupe actuellement au classement est comme une pression supplémentaire sur vos épaules ? Déjà, lors de la prochaine journée de championnat, vous serez opposés au leader sétifien… Il faut être francs avec nous-mêmes. A ce que sache, l’ASK joue pour son maintien cette saison et à partir de là, je ne vois pas pourquoi on commencerait à nous mettre la pression avec ce match face à Sétif. En plus, on ne va pas se permettre de juger un entraîneur ou une équipe sur un match bien que mon ambition personnelle soit de travailler à engranger plus de résultats positifs et de refaire, pourquoi pas, le parcours qui a été le nôtre de la phase aller. Passons à votre adjoint Belechter qui a été nommé en même temps que vous ; comment voyez-vous son utilité au sein du staff technique ? Je connais très bien Belechter qui a une grande expérience dans le domaine technique. Je dis cela parce que j’ai eu le plaisir de travailler à ses côtés. Il a été d’une grande aide à des entraîneurs comme Zekri, Boulahdjilet ou Belaribi lorsque ceux-ci entraînaient l’ASK. Ses compétences vont être d’une grande utilité à l’équipe c’est certain, et cela, sans parler de son humilité et de son grand sens du partage. Les joueurs vont apprécier sa présence. On sait tous que Bougherara préconisait souvent des tactiques défensives parfois ultradéfensives dans les matches de l’ASK; verra-t-on l’équipe portée plus vers l’attaque après son départ ? Je pense que ce qui se dit sur les stratégies défensives de Bougherara n’est pas très juste parce que, depuis que je suis à l’ASK, je sais que nos deux latéraux font toute la longueur du terrain pour porter le surnombre au milieu puis en attaque. A mon avis, même si l’équipe paraît à vocation défensive, cela ne signifie pas qu’elle ne fait que défendre. Sous Bougherara, certains joueurs voulaient être titularisés quoi qu’il arrive et inévitablement il y a eu les clashes que vous savez ; ne craignez-vous pas de revivre le même genre de situation ? Tout joueur a droit à une place dans le onze rentrant pour peu qu’il se montre capable de mener sa mission à bien. Il y a l’entraînement et les matches et l’équipe qui sont des indicateurs fiables pour tout entraîneur. Le mieux préparé et le plus motivé aussi fera son entrée. Nous avons un effectif de 26 joueurs et nous ferons en sorte Belechter et moi d’en tirer le meilleur pour le bien de l’équipe. Entretien réalisé par Chouaïb Z.

cem Nommé en rempla me de ce fait le troisiè rara, Haïmoud est destinées techme à présider aux cession du club hom uis l’ac niques de l’ASK dep preson dernière. Le parmi l’élite la sai aribi, n’est pas allé r, Bel mier entraîneu rnées de champion au-delà de cinq jou cer au pied levé par , se faisant rempla nat mra qui était déjà me Lyamine Boughera e à cette époque-là. iqu bre du staff techn t de dixla place au bou Ce dernier a cédé e. sept mois de ser vic C. Z.

e C’est le troisièm is entraîneur depu on l’accessient de Boughe-

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

25

Coup d’œil Super D2

WAT

USMBA
Reprise au complet
Exception faite à Moussouni, autorisé à prolonger sa « permission » d'une journée pour des raisons familiales, tout l'effectif d'El Khadra était présent aux séances d'entraînement de samedi effectuées sous la houlette de Hadjar, aidé en cela par ses deux assistants. Au programme de la journée, des exercices physiques et de musculation, la matinée, et un travail tactico-technique, avec une certaine prédominance physique, l'aprèsmidi. Il faut noter que malgré la charge, les entraînements se sont déroulés dans une bonne ambiance.

Kada Benyacine : «J’apprends au quotidien»
Kada, le WAT est qualifié pour les quarts de finale de la coupe d’Algérie. Ça n’a pas été sans mal pourtant, n’est-ce pas ? Bien sûr, on s’attendait à un match difficile et il l’a été. Au bout du compte, le plus important, c’est la qualification. On a tout donné du début à la fin et on a su sortir vainqueur d’un très beau combat sur le plan physique et même tactique, ce qui prouve une nouvelle fois, que nous possédons un très beau groupe qui continue sa marche en avant. Que retenez-vous de ce match intense jusqu’au bout ? En premier lieu, je retiens la qualification. Nous avions tous à cœur de nous qualifier pour le prochain tour. Aujourd’hui, nous voulons aller jusqu’au bout de cette compétition, désormais il faut encore passer deux tours pour rééditer le parcours de l’an dernier. C’est bien beau d’arriver en finale mais si nous ne gagnons pas, cela n’aura servi absolument à rien. Nous sommes tous très motivés à l’idée de remporter ce trophée. Malgré votre jeune âge, vous étiez présent sur le terrain durant une bonne vingtaine de minutes. Comment avez-vous vécu l’immense pression qui régnait autour du match ? J’ai essayé de rester moi-même, de jouer comme j’ai l’habitude de le faire depuis le début de saison, à savoir respecter les consignes du coach, sans trop me soucier de l’importance du rendez-vous, car cela peut me jouer vraiment un mauvais tour et me faire commettre des fautes graves, mais bon je pense que je n’ai pas loupé mon match. Vous étiez même l’un des sauveurs de l’équipe, en sortant le cuir de la ligne de but après une attaque chélifienne a quelques «miettes» du coup de sifflet final… Exactement, c’était plus précisément un corner, et je suis resté à côté de la barre, donc je n’ai pas eu trop d’effort pour dévier le ballon en corner, j’étais très content de pouvoir éloigner le danger, surtout que l’arbitre n’a pas mis beaucoup de temps pour donner le coup de sifflet final. Personnellement, êtes-vous satisfait de votre rendement depuis le début de saison ? Je ne veux pas parler de moi. Je préfère insister sur nos progrès collectifs. Nous avons, en partie, gommé certaines erreurs que nous commettions la saison dernière. Nous avons progressé, dans la gestion des matches, et cela se voit sur le terrain, en renversant, pas mal de fois, des situations vraiment âpres. Comment abordez-vous la venue de l’OMR en championnat, vendredi prochain ? On sait que tous les matchs vont être compliqués, jusqu’à la dernière journée. Certes, l’OMR est dans une

position de reléguable, mais on va devoir se méfier de cette formation qui va tout faire pour repartir avec un bon résultat, donc de ce côté on est prévenu : ça ne sera pas simple. On ne les prendra pas à la légère. A nous de faire ce qu’il faut sur le terrain. Mais avant cela, vous deviez jouer un match important avec les juniors, ce lundi à Sidi BelAbbès, face au MCO pour le dernier tour régional de la coupe d’Algérie… Oui, on va tout faire pour passer ce dernier tour régional, face à une bonne équipe du MCO, mais lors d’un match de coupe, il faut tout donner pour ne pas avoir des regrets à la fin de la rencontre. Le groupe a conscience de l’importance du rendez-vous, et j’espère qu’on aura la

même réussite que les seniors en passant aussi cet obstacle. Vu votre expérience avec les seniors, avez-vous un nouveau rôle en jouant aussi avec les juniors ? Je ne suis pas le seul à avoir cette immense chance d’évoluer souvent avec les seniors, puisque l’équipe junior possède pas moins de six joueurs qui s’entraînent régulièrement avec l’équipe A, donc on forme un groupe vraiment de qualité. De mon côté, j’essaie toujours de rester le même, en gardant les pieds sur terre, donner le maximum en senior et même en jouant avec les juniors, car il ne faut jamais prendre la grosse tête, ce qui peut briser l’avenir d’un jeune joueur. Entretien réalisé par Othmane Riyad Baba Ahmed

Les blessés récupérés
Même Abed, Bessaoud et Boutnef ont pris part aux entraînements. Souffrants il y a quelques jours, ces trois éléments se sont entraînés normalement avec leurs camarades. Leur retour à la compétition dépendra de l'évolution de leurs blessures. Selon une source médicale, il n'y a pas lieu de s'inquiéter sur leur état de santé. Ce qui est sûr, c'est qu'ils seront d'un grand apport dans l'échiquier de Hadjar.

Hadjar prépare l'ASMO
C'est avec un moral gonflé à bloc que la troupe à Hadjar travaille sans relâche en prévision de la prochaine rencontre face au voisin de M'dina J’dida. Profitant de quelques jours qui lui restent avant le jour j, le coach se concentre désormais sur cette confrontation. " Le match du CAB est oublié et maintenant tous nos efforts sont concentrés sur l'ASMO ", affirme-t-il. Les joueurs sont conscients que le plus dur est à venir, néanmoins il faut souligner que les camarades de "Nounou" ne semblent pas faire de calculs d'épiciers. Ils savent pertinemment que la victoire est exigée pour conforter leur position, eux qui ont recueilli bien des suffrages après le nul méritoire arraché à face au CAB. Dans ce contexte, Hadjar n'a rien laissé au hasard, sachant que ce derby ne sera pas du gâteau ; il table toute sa préparation sur l'aspect psychologique. Un facteur prépondérant dans de telle situation surtout que la pression, née d'elle-même, grandit au fur et à mesure que le rendezvous approche.

Reprise, dimanche après-midi
Après avoir laissé énormément de forces et d’énergies sur le pelouse de Mascara, pour le compte des huitièmes de finale de la coupe d’Algérie, jeudi dernier face à l’ASO Chlef, l’entraîneur tlemcénien Fouad Bouali, a préféré accorder 48 heures de repos à ses joueurs, avant de reprendre les entraînements dimanche après-midi au stade de Birouina.

ASMO
Belaroussi : «On se déplacera à Bel-Abbès pour arracher les trois points»
Pourquoi avez-vous opté pour l’ASMO alors que d’autres formations telles l’USB et l’USMS vous ont été proposées ? Si j’ai choisi ce club ce n’est pas pour des considérations financières mais plutôt pour apprendre, car il se trouve que l’ASMO est l’un des rares clubs à investir dans la formation. D’un autre côté, le challenge asémiste m’intéresse au plus haut point, vu que l’équipe a toujours joué les premiers rôles en championnat. Comment avez-vous trouvé l’ambiance au sein du groupe ? Mon intégration s’est faite le plus normalement du monde. J’ai été bien accueilli par le groupe. L’ambiance y est chaleureuse et familiale. Je n’ai jamais connu une équipe aussi saine et solidaire que celle de l’ASMO. C’est d’ailleurs ce qui fait sa force actuellement. Après quatre mois d’inactivité, ne pensez-vous pas qu’il est difficile pour vous de revenir à votre meilleur niveau ? J’ai vécu difficilement cette période, étant donné que j’avais pris la décision d’arrêter de jouer pour être au chevet de ma mère malade. Maintenant que tout va pour le mieux, je suis disposé à mettre les bouchées doubles afin de retrouver la plénitude de mes moyens. Si je continue à travailler au rythme imposé actuellement par notre coach, nul doute que je vais monter en puissance, ce qui me permettra certainement d’être prêt pour la compétition. Pour l’heure, je dois continuer ma progression tout en restant à l’écoute des anciens qui sont toujours à mes côtés pour me conseiller. Vous n’avez pas été convoqué pour la reprise du championnat, peut-on savoir pourquoi ? Pour la simple raison que je me suis blessé légèrement lors d’une rencontre amicale qui a précédé le match du CSC. L’entraîneur n’a pas voulu prendre de risque inutile et de ce fait m’a dispensé de compétition. Je pense qu’il a pris la bonne décision, ce qui me permettra de me soigner avant de reprendre du service. Pensez-vous que vous aller faire partie des 18 joueurs qui seront appelés à affronter l’USMBA ? Ce n’est pas mon rôle de faire des choix, c’est celui du coach, car lui seul prendra les décisions qui s’imposent. A moi de les respecter. S’il estime que je peux faire partie de ses plans, je serai prêt le jour « J » en mettant mon savoir-faire au service de l’équipe. Qu’espérez-vous de ce match ? Il est important, comme d’ailleurs tous les matches à venir. Mais celui de Bel-Abbès revêt un cachet particulier dans la mesure où il représente un tournant, non négligeable, pour la course à l’accession. C’est dans cet état d’esprit qu’on se déplacera là-bas avec la ferme intention d’arracher les trois points de la victoire qui nous permettront de rester au contact des formations de tête. Sur le plan individuel, quels sont vos objectifs à atteindre avec votre club ? Revenir au premier plan en inscrivant le maximum de buts. C’est d’ailleurs dans cette perspective qu’on a fait appel à mes services. D’autre part, j’aimerais bien être l’un des artisans de l’accession de l’ASMO au palier supérieur. Entretien réalisé par M. DANI

Il a supervisé l'ASMO contre l'US Remchi
Voulant avoir tous les atouts d'avant-match de son côté, Hadjar a saisi l'opportunité du match amical qui a opposé l'US Remchi à l'ASMO pour superviser les Oranais. L'entraîneur des Vert et Rouge a noté sur son calepin quelques données pouvant lui être utiles le jour de vérité, mais Hadjar sait aussi que les Asémistes non pas joué sur leur véritable valeur et non pas dévoilé toutes leurs cartes.

SAM
Entraînement dans la salle omnisports
Les entraînements de samedi dernier ont eu lieu à la salle omnisports au lieu de la forêt, et cela à cause des conditions climatiques. Après une séance de dix minutes, il pleuvait des cordes et le travail a été perturbé, d'où la nécessité de s'entraîner en salle.

Radja indisponible ...
L'attaquant de poche de l'équipe, Radja, sera éloigne des terrains pour deux semaines. Il devra subir une petite intervention chirurgicale au nez dans le courant de la semaine suite au coup de coude qu'il a reçu en plein visage lors de SAM-USMS. Il devra cependant prendre son mal en patience, lui qui commençait à prendre ses repères. Deux semaines, ce n'est pas long, il pourra de nouveau faire vibrer les supporters lors des prochaines échéances.

Lembarkia plâtré
Après avoir purgé sa suspension, revoilà Lembarkia qui doit faire l'impasse sur la prochaine rencontre, non pas pour suspension mais pour cause de blessure. Pour rappel, il a reçu un vilain tacle à la cheville qui l'a contraint à terminer la rencontre en boitillant, lors du match de Coupe d'Algérie face à l'IRB Maghnia. Après examen, la pose d'un plâtre a été nécessaire et un repos d'une semaine lui a été prescrit.

En amical : USMBA-El Amria aujourd'hui
Comme annoncé, l'USMBA disputera cet après-midi un match d'application contre l'équipe d'El Amria, sociétaire de la Régionale 2 Ouest. Ça sera un bon test pour le match de jeudi contre l'ASMO. Le coach des Vert et Rouge devra procéder à une revue d'effectif sans pour autant se "désarmer". Après tout ce n’est qu'un match d'application dont le but est de replonger les joueurs dans le bain de la compétition. M. O. Noureddine

Du biquotidien au menu
L’entraîneur a programmé pour ce lundi un biquotidien. Ainsi, la matinée sera réservée au travail physique et l'après-midi au technico-tactique. Le coach Benfetta compte raffermir les liens entre les trois compartiments en utilisant plusieurs variantes afin de trouver la meilleure composante qui sera appelée à disputer le match face à la JSM Skikda ce vendredi. Aussi, le trajet se fera par route et le départ est prévu pour jeudi matin.

... Mouffok opérationnel
Retenu par ses obligations professionnelles lors du match de Coupe d'Algérie face à l'IRB Maghnia, le milieu de terrain, Mouffok, sera bel et bien présent pour le prochain match face à la JSM Skikda ce week-end. Allam Athmane

26

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

Coup d’œil Super D2

CSC
Belhamadi : «Les reproches qu’on m’a fait sont infondés»
Le milieu du terrain Belhamadi qui s’est vu faire partie du groupe ciblé par Mazar, comme étant le meneur de cette grève, s’est dit étonné et perplexe à la fois : «Je suis outré par ce qui se dit à mon sujet dans cette affaire de grève. Personnellement mon tort a été le fait d’inviter certains de mes coéquipiers à partager des repas. Partant de là on m’a collé l’étiquette de vouloir pousser les joueurs à faire n’importe quoi. Jusqu’à preuve du contraire chaque élément est majeur et adulte, il peut prendre sa propre décision sans être influencé par quiconque. La décision d’observer un arrêt de travail a été prise après la rencontre de l’ASMO au niveau des vestiaires, donc en présence de tous y compris des dirigeants et du président. Pourquoi alors vouloir incriminer tel ou tel élément et le salir aux yeux de nos supporters. C’est une histoire montée de toutes pièces et qui vraiment me laisse perplexe tant je reste étranger à tout ce qui s’est dit sur ma personne.»

JSMS
Merabet Mourad (responsable de la section des supporteurs) : «L’entraîneur Ouardi a la confiance des supporteurs»
Le comité des supporteurs, et par le bais de son premier responsable, a déclaré que « l’entraîneur Ouardi, qui vient à peine de prendre la JSMS en main peut être assuré de la confiance des nombreux supporteurs du V noir et qu’il n’est plus question de céder au chantage de quiconque voulant porter atteindre à la bonne marche du club ». Mourad Merabet, tout en appelant les joueurs à aider l’entraîneur dans sa tâche, ajoutera que entraîneur Ouardi a toutes les capacités requises pour donner à la JSMS l’envergure qui lui permettra de voir la venir avec plus d’ambition et de sérénité. Le responsable des supporteurs a dit que son comité est prêt à assister joueurs et entraîneur aux entraînements en leur apportant le soutien moral nécessaire au moment même où l’équipe va devoir affronter des adversaires sérieux pour la suite du championnat.

Réunion de crise en l’absence de Mazar

A

Dob pourrait être le futur capitaine
L’épisode pour désigner un capitaine d’équipe est loin de connaître un dénouement avec la mise à l’écart du dernier capitaine à savoir Chaouaou et son repêchage dans l’urgence. Et comme Medjoudj n’est plus intéressé et que Kabri est en rupture de relation, les dirigeants pensent à désigner un nouveau. Le nom de Dob, un ancien qui a roulé sa bosse un peu partout a été évoqué. Le tout serait de connaître l’opinion de celui-ci, car le port du brassard est devenu une véritable source de problèmes au sein du club de la ville des Ponts.

défaut de prendre part à la séance d’entraînement du samedi en fin d’après-midi au stade de Daksi, les éléments clubistes ont préféré rencontrer leurs dirigeants pour une consultation ultime avant de reprendre du service. Une réunion qui a vu le staff administratif, au complet, prendre part à cette entrevue. En l’absence du président Mazar, qui selon les dires de ses proches se trouve en France, les débats furent menés par Sanaâ, Bouhouche, Dilmi, Boudeffa et Ghazi. Parmi les points discutés l’on croit savoir que le plus gros a tourné autour de l’éventualité de la reprise des entraînements. Le cas traité en particulier fut celui des cinq éléments qui viennent de se voir signifier la mise à l’écart. Quatre d’entre eux étaient présents, à savoir Medjoudj, Belhamadi, Chaouaou et Kabri. Seul l’avant-centre Djabelkheir était absent. A noter aussi

qu’après de longues discussions, Kabri a quitté la salle pour un motif que nous ignorons encore. Une source proche de l’équipe dirigeante a laissé entendre que le cas de Medjoudj, Belahmadi et Chaouaou a trouvé solution, alors que pour les deux autres, à savoir Djabelkheir et Kabri, le problème reste posé dans son entité. Notre source ajoute que la reprise effective du travail pourrait se faire dès le lendemain du fait que des solutions vont être trouvées aux doléances des uns et des autres. A noter que le staff technique, au complet, c'est-à-dire Cuckovic, Boukhedena et Merahi était sur place au lieu d’hébergement des joueurs, là où la rencontre a eu lieu et ce, dans le but de s’enquérir des mesures à prendre. A noter que durant tout ce temps les supporters qui savaient que leur équipe allait s’entraîner à 16 heures à Daksi ont envahi le stade

et ont affiché clairement leur mécontentement en apprenant que l’entraînement n’allait pas se tenir. Certains d’entres eux n’ont pas été tendres dans leurs propos, tant vis-à-vis du président Mazar que des joueurs. Une certitude c’est que la reprise risque d’être des plus chaudes.

Il se trouve à l’étranger
Le président clubiste Mazar était absent lors de la rencontre qui a eu lieu entre les joueurs et le comité au complet. Il se trouve à l’étranger selon ses proches. Ces derniers ont laissé entendre que ce déplacement concernerait les affaires du club constantinois. Pour leur part les nombreux supporters espèrent que l’absence de leur président va être de courte durée car sa présence dans ces moments de crise est indispensable. T. A.

Mroufel : «Je suis effectivement malade»
Face aux rumeurs qui ont couru dans le milieu des supporteurs faisant part que le joueur Mroufel, à peine arrivé au club, serait en rupture de ban avec le club pour une histoire de contrat, le concerné lui-même vient de nous faire part qu’il se trouve chez lui à Oran : « Je n’ai aucun problème avec le club, je couve une bronchite qui m’a contraint à garder le lit. » Mroufel a fait savoir qu’il serait parmi ses camarades dans les prochaines 48 heures.

Dilmi pressenti à la tête de la section
L’actuel président du comité des jeunes, Dilmi, serait pressenti pour prendre le poste de président de section du club. Sa présence à la dernière réunion avec les joueurs prouve, si besoin est, le bienfondé de l’information proprement dite. L’autre prétendant à ce poste, en l’occurrence Brahim Khodja, a décliné l’offre de Mazar en évoquant la situation chaotique du club sur tous les plans. Ce qui va à coup sûr favoriser la désignation de Dilmi à ce poste laissé vacant après le départ de Souilah depuis un mois environ.Mais les tensions existantes pour l’heure au sein du club pourraient décourager ce dernier, qui n’a pas encore donné son accord.

Cuckovic aurait demandé son dû
Certains proches de l’administration Mazar ont laissé entendre que l’idée de jeter le tablier de l’entraîneur en chef, Cuckovic, faisait suite à son non-payement. Celuici s’attendait peut à être payé avec ses éléments. Et comme rien n’est venu, il a affiché un mécontentement le poussant jusqu’à évoquer le principe de quitter le club. Notre source ajoute que le staff technique est dans l’attente de sa régularisation, mais devant les demandes des joueurs qui bloquent l’activité, les composantes techniques ont préféré différer leur demande à plus tard.

MOC
Aujourd’hui devant le MSP Batna
En reprenant du service, hier, par un léger biquotidien l’entraîneur Janackovic a voulu préserver ses éléments pour la rencontre amicale de ce jour contre le Mouloudia de Batna, à Batna. Pour cette rencontre la logique voudrait que le staff technique puisse aligner son onze rentrant en apportant seulement les changements qui s’imposent. Cet état de fait devait lui permettre de dégager l’équipe devant prendre part aux futures rencontres de championnat. De plus ce serait l’occasion de parfaire la cohésion entre des éléments censés évoluer côte à côte. Avec les deux matchs prévus contre deux grosses cylindrées, le but recherché par l’entraîneur pourrait être atteint et ce, en dépit des résultats techniques des deux empoignades.

Reprise des entraînements avec des absences
Les joueurs ont repris le chemin des entraînements après le match amical contre le MOC et l’on a signalé des absences pour la reprise avec le joueur Amrous, grippé, et Defnoune, qui vient à peine de se relever d’un problème d’allergie et enfin le joueur Belal, plâtré pour une entorse de la cheville et une indisponibilité de 21 jours.

MOC - ASK en amical ce jeudi
Selon l’administration du club constantinois du Mouloudia, une rencontre amicale serait sur le point d’être programmée, ce week-end, entre la formation de l’élite l’AS Khroub et le Mouloudia de Constantine. Une manière de meubler le temps mort dû à l’absence de championnat. C’est aussi l’occasion pour les deux staffs techniques de jauger la valeur actuelle de leurs éléments. Le Khroub préparera sa rencontre devant Sétif, alors que le MOC devra préparer son périlleux déplacement à Mohammadia. Le lieu de la rencontre sera fixé ultérieurement, car la direction de l’OPOW Hamlaoui n’a pas encore rendu sa réponse. L’éventualité que ce match se déroule au Khroub est sérieusement avancée. T. A.

Madani décidé à régler les dettes du club
Devant les problèmes que rencontre le club à chaque saison pour encaisser ses subventions des collectivités et des sponsors l’assainissement des dettes est un sujet qui a été pris en charge par l’administration du président Madani. En tentant de collecter toutes les informations fiables pour les confier ensuite à des spécialistes tant financiers que juridiques le président voudrait éviter de régulariser des dettes fictives et non concrètes. Une commission a entamé ses travaux et une solution pourrait voir le jour dans les meilleurs délais possibles. Partant de là, l’on assistera alors aux déblocages des comptes du club et des contraintes engendrées. Selon notre source la gestion du dernier président, Berahail, pourrait ne pas être prise en compte du fait que jusqu’à ce jour le bilan financier n’a pas été remis à la nouvelle équipe. T. A.

Meftah de retour à Constantine
Le défenseur central, Meftah, touché durant la rencontre de son équipe disputée à Biskra, serait sur le point de regagner Constantine afin de reprendre du service. L’envie du joueur de vouloir ne point perdre du temps lui a permis de réduire la durée de son repos. Le médecin lui a prescrit 14 jours de repos, mais le joueur n’en a pris que 10. Ce qui prouve, si besoin est, le professionnalisme de Meftah qui ne voudrait pas accuser plus de retard que la normale.
Contact@lebuteur.com

Aoued Djamel rejoint le staff technique des seniors
Aoued Djamel, auparavant entraîneur de l’équipe junior A vient de rejoindre le staff technique des seniors où il travaillera en étroite collaboration avec le duo Ouardi – Kadim. M. L. Hafiane

QUOTIDIEN SPORTIF ANNEXE DE PANORAMA

¥ Tél. (021) 73-15-73 / Fax : (021) 73-16-47 Maison de la Presse Tahar Djaout 01, Rue Bachir Attar - Alger e-mail : lebuteurdz@yahoo.fr

Directeur de la publication : Boussaâd Kahel - Rédacteur en chef : Mohamed Saâd - Rédacteur en chef adjoint : Ali Hamouche - Rédaction : Achour Aït Ali, Noureddine Benazzou, Tarek Bouchikhi, Adel Cheraki, Kamel Manane, Abdelbasset Mogdad, Mohamed Raber, Hamza Rahmouni, Nacer Eddine Ratni. Imprimerie : SIA - Distribution : Entreprise Nationale de Distribution.

Pour vos insertions publicitaires, contactez notre service publicité. Tél : 021 73 14 37 / Fax : 021 73 14 17 ou bien contactez lʼANEP : 1, avenue Pasteur - Alger Tél : 021 73 76 78 Fax : 021 73 95 59 / Télex : 56150

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

27

Coup d’œil Super D2

USB
Après une suspension automatique qu’il l’a privé du premier match de la phase retour, Riadh se dit être prêt pour affronter le MCO ce week-end. Vous êtes rentré comme titulaire face au MSPB après une longue absence. Un commentaire ? En effet, j’étais suspendu et quelque peu déconnecté après une mise à l’écart. Comment avez-vous encaissé le coup ? Très mal. Quand on passe du statut de titulaire à celui de remplaçant, il y de quoi perdre le moral. J’ai même songé à répondre à certains contacts au mercato. Qu’est-ce qui vous a retenu ? Ce sont les dirigeants qui m’ont convaincu à rester et qui m’ont remis en confiance. La concurrence est à présent posée au poste de demi. Cela ne vous gène pas ? Pas du tout, bien au contraire, elle va me stimuler car c’est une concurrence saine et avec Latrèche, il n’y a pas de demi-mesure, ne joue que celui qui est performant à son poste. Vous avez rebondi face au MSPB en amical. Votre impression ? J’ai senti l’équipe adverse très lourde dans ses mouvements à cause de la surcharge et la préparation que nous a programmées notre coach m’a été très profitable. J’ai repris ma forme initiale et je me sens capable d’apporter le plus attendu. Ce but face au MSPB appellerat-il d’autres ? Tout dépendra des choix de l’entraîneur. Pour ma part, je me sens prêt à casser la baraque et face au MCO vendredi prochain, j’espère avoir la chance de prouver mon retour en forme. Entretien réalisé par T. S.

MOB

Rezzoug : «Prêt à casser la baraque»

Les Béjaouis se préparent à affronter le CSC

JSD-MOB en amical hier
Afin d'assurer la meilleure préparation possible pour la prochaine rencontre du championnat face au CS Constantine prévue pour ce vendredi, le staff technique du MOB a programmé une autre rencontre amicale en l'espace de quatre jours pour la journée d'hier, face à la JS Jijel. Une rencontre qui sera consacrée par le coach Mehdaoui pour tester tous ces joueurs et leur permettre d'être en forme afin d'engranger le maximum de points possible et reprendre confiance en prévision des matches restants. D'ailleurs, le groupe a affiché un bon visage jusque-là, et le match d'hier pourrait être bénéfique sur le plan psychologique pour les joueurs pour aborde le rendez-vous de ce vendredi avec une grande détermination, et beaucoup de volonté.

près avoir bénéficié d'une journée de repos à l'issue de la rencontre amicale disputée jeudi dernier face à l'équipe de l'USOA (1-0), les Crabes du MO Béjaïa ont repris les entraînements avant-hier, samedi, et ce afin de préparer les prochaines rencontres à commencer par celle de ce weekend face au CS Constantine. Un

A

match important pour les Béjaouis, dans la mesure où une victoire reste plus que jamais nécessaire afin de sortir de la mauvaise situation et réaliser l'objectif assigné. Ainsi donc, la préparation se déroule dans de bonnes conditions où le staff technique insiste à ce que l'équipe soit prête pour ce match et arracher les trois points de la vic-

toire qui demeurent la seule alternative pour assurer le maintien. D'ailleurs, la rencontre amicale livrée lundi dernier face à l'USOA a eu des résultats positifs sur le rendement du groupe, les joueurs ayant livré une belle prestation qui donne beaucoup d'espoir pour l'avenir. Lhacène H.

Djabaret Y. et Bensaïd de retour
Après avoir raté la dernière rencontre amicale livrée par leur équipe face à la formation de L'USOA jeudi dernier (ils étaient grippés) le gardien Djabaret Yacine et le défenseur Bensaid ont été de retour à la compétition en début de cette semaine, où ils ont entamé la préparation du prochain match avec leurs coéquipiers. D'ailleurs, ils se trouvent en bonne santé actuellement et auraient même participé à la joute amicale, dimanche, face à la formation de la JS Jijel sur le terrain de cette dernière. Avec le retour de ces deux éléments, le coach Mehdaoui pourrait enfin compter sur la disponibilité de tout l'effectif puisque tous les joueurs se trouvent en forme actuellement, mis à part Kessassi (blessé). Lhacène H.

Kessassi et Lahlouh manquent à l'appel
La séance de la reprise effectuée dans l'aprèsmidi de samedi dernier au niveau de Capritour a été marquée par l'absence de deux éléments pour des raisons différentes. Il s'agit de défenseur Kessassi qui souffre d'une blessure ; ainsi que Lahlouh pour des raisons personnelles. Sinon, le reste du groupe était présent lors de la séance d'entraînement, se préparant activement et dans la sérénité la plus totale en prévision du prochain match face au CS Constantine.

Kessassi out pour deux semaines
Ayant contracté une blessure lors de la rencontre amicale disputée jeudi dernier face à l'USOA, qui l'a contraint à céder sa place à son camarade Hammoum en deuxième période, le défenseur axial du MOB Salim Kessassi a effectué une échographie samedi dernier. Il s'est avéré que Kessassi souffre d'une déchirure musculaire qui nécessite un repos de quelques jours. Le médecin lui aurait même prescrit un repos de deux semaines. Le joueur en question n'a pas caché sa déception, surtout qu'il vient juste de revenir à la compétition, et ce après une absence de plusieurs jours pour la même raison.

WRB
Retour au calme
Après une semaine de trêve agitée, c’est dans une ambiance bon enfant et un moral retapé que les coéquipiers de Samadi ont retrouvé le chemin des entraînements, dimanche matin, à Baraki. Donné partant, c’est Mustapha Biskri qui a assuré cette première séance d’entraînement au côté de son adjoint, Hariri, mettant ainsi un terme à toutes les spéculations faisant état d’un divorce consommé avec la direction de son club employeur Ainsi, soulagé de constater que leur entraîneur était bel et bien présent, les joueurs se sont donnés à cœur joie aux exercices proposés par le driver jaune et noir. La préparation du match de Mostaganem s’effectue donc dans un parfait état d’esprit et le président Dahmani a promis à ses protégés une prime spéciale, histoire de leur réitérer sa confiance et les pousser à se surpasser pour battre l’Espérance. Décidés à ne rien lâcher jusqu’au bout pour préserver leur seconde place au classement, les banlieusards de Bentalha promettent de tout donner contre l’ESM jeudi prochain. : «Nous allons prouver que nous avons du caractère et on arrachera les trois points pour faire taire les mauvaises langues» nous dira un groupe de joueurs en chœur. d’imposer leur joker pour diriger le WRB. Biskri, en véritable professionnel qui a déjà fait ses preuves là où il est passé, refuse de se faire avoir comme un novice. Pas du tout perturbé par les agitations des uns et des autres, il continue de travailler normalement tout en renouvelant son appel aux responsables afin qu’ils soient beaucoup plus présents et proches des joueurs. Même s’il est loin de faire l’unanimité au sein du bureau à cause de son franc-parler et ses sorties mal acceptées par certains proches de l’équipe, Biskri, qui a toujours pris ses responsabilités lorsqu’il s’agit de parler de problèmes d’ordre organisationnel, est soutenu par l’ensemble des supporters. Moumen A.

Tout le groupe présent à la reprise
Tout l’effectif d’El Khadra était présent à la reprise de samedi au stade annexe de Biskra. Latrèche a convoqué tous ses poulains pour mieux jauger les capacités du onze biskri qui devra affronter vendredi prochain un autre prétendant à l’accession, le MC Oran.

Biskri est-il visé ?
Alors que l’intéressé lui même ne cesse de multiplier les démentis relatifs à sa probable démission de la barre technique de Bentalha, certains individus malintentionnés ne ratent aucune occasion pour tenter de provoquer et d’accélérer le départ de Mustapha Biskri et ce, dans le but

L’infirmerie vide
Après Kerras, Laroubi, Mira et Zouaoui, blessés, l’infirmerie d’Azzi, le médecin de l’équipe des Ziban est à présent vide, à la grande joie de l’entraîneur Latrèche qui n’aura aucun problème à composer son onze rentrant face au MCO.

Senad : «On travaille dans une parfaite ambiance»
Dans quel état d’esprit préparez-vous le prochain match ? Tout baigne pour nous. Les joueurs sont concentrés et n’ont qu’une seule chose dans la tête, être prêts le jour du match contre l’ESM pour renouer avec le succès Beaucoup de choses ont été dites au sujet d’un clan au sein du groupe, un commentaire ? Franchement ! Parler de clans dans une équipe aussi soudée n’est que de la déstabilisation pure et simple. Croyez-moi qu’il règne un esprit familial où un grand respect existe entre les joueurs et l’entraîneur. Le résultat nul de l’OMR est semble-t-il oublié… C’est normal, et puis, à mon avis, ce nul arraché dans les ultimes moments du match est une bonne opération étant donné qu’il a été obtenu à l’extérieur. Vous avez pris part aux derniers matches de l’équipe seraitce le grand retour de Senad ? Je l’espère bien. Je n’ai jamais douté de mes capacités et j’avoue que je suis très content de pouvoir jouer et rendre service à mon club. L’ESM, ça sera comment ? Très difficile. C’est une équipe qui se bat pour assurer sa survie mais, de notre part, on n’est pas prêts à leur céder le moindre point. On doit préserver notre concentration sur ce duel et le gagner coûte que coûte. Entretien réalisé par Moumen A.

Amouri Laroussi : «L’objectif pourrait être revu»
Le président d’honneur de l’US Biskra est encore sous le coup de l’euphorie après la victoire du MOC, la semaine dernière, et promet de revoir à la hausse l’objectif d’El Khadra si la réussite continue à sourire à la bande à Latrèche face au MCO ce vendredi.

Il a la confiance de Dahmani
En dépit de tout ce qui se dit ici et là, les dirigeants de Bentalha refusent de confirmer tout désaccord avec leur entraîneur. L’un des dirigeants les plus concernés par les affaires du club, en l’occurrence Dahmani Aïssa, qui n’est autre que le frère cadet de Djillali, le patron de l’association, nous a affirmé que la direction du Widad de Bentalha continue à faire confiance au driver en place. Joint par nos soins, il dira : «Mon frère Djillali est très occupé mais cela ne veut nullement dire que son absence doit être interprétée comme un manque de confiance envers Biskri. Il est avec nous et c’est lui qui a dirigé la séance de dimanche matin à Baraki. Croyez-moi, mon frère est décidé à mettre le paquet pour exaucer le rêve de nos fans, l’accession ».

Kheloufi ne viendra pas
Annoncé à Bentalha, l’ex-driver de Boufarik, Mohammed Kheloufi, ne viendra pas cette année au WRB. Sollicité par une partie des dirigeants, Kheloufi n’a pu donner de suite favorable à cette sollicitation. Engagé avec le HAC pour l’accession, il aurait décliné poliment l’offre.

28

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

Coup d’œil Super D2

MCO
Chérif El Ouazzani viendra, viendra pas ?

Sachant que Chérif El Ouazzani a démissionné de son poste d’entraîneur à l’ESM au moment où le MCO est sorti sans gloire des huitièmes de finale de la Coupe d’Algérie face à El Eulma, les supporters ont tout de suite pensé que l’ancien capitaine des Verts serait de retour à la barre technique du Mouloudia d’Oran. En effet, du côté d’El Hamri, on a évoqué avec insistance dans la journée de samedi le come-back de Chérif El Ouazzani alors que Belatoui dirigeait le plus normalement du monde l’entraînement son équipe dans la forêt de Canastel. Il faut dire que certains proches de la direction du club n’attendent que l’aval du président qui tient encore à son coach pour aller prendre attache avec Chérif El Ouazzani de manière officielle. Cependant, le retour de l’exmilieu de terrain des Hamraoua ne serait pas aussi simple qu’il n’y paraît. Il y a tout d’abord l’ESM qui n’a pas l’intention de séparer de son coach en ce sens que le président de ce club devait venir à Oran pour convaincre Chérif El Ouazzani de revenir à de meilleurs sentiments. Même si l’entraîneur campe sur sa position de quitter Mosta, il n’est pas dit qu’il accepterait facilement de prendre les Hamraoua en main. Il faudra peut-être rappeler que Chérif El Ouazzani avait décliné l’offre du MCO à plusieurs reprises avant de l’accepter la saison écoulée. Pour le moment, Chérif El Ouazzani reste injoignable, voulant certainement prendre un peu de recul. A signaler aussi que des proches de Chérif El Ouazzani confirment qu’aucun contact n’a été établi entre les deux parties.

Belatoui : «Que les hypocrites me laissent tranquille» A
gacé par les informations qui fusent de partout au lendemain de chaque défaite parlant tantôt d’un probable changement à la barre technique tant d’un renfort supposé, Omar Belatoui estime tout simplement que c’est un complot cousu de fil blanc qui se trame contre lui. «Pour le moment, personne n’est venu me parler de quelque renfort que ce soit à la barre technique, encore moins le président du club. Cela dit, si c’est vraiment la volonté des dirigeants, alors qu’ils ramènent un entraîneur. Où est le problème ? Je veux seulement que ces gens qui se prennent pour ceux qui décident au Mouloudia viennent me le dire en face et qu’ils arrêtent leur hypocrisie», dira l’entraîneur du Mouloudia en colère avant le début de la séance d’entraînement d’hier matin au stade St-Eugène.

Chaïb, Ouasti et Chérif El Ouazzani reprennent
Bonne nouvelle pour les Hamraoua, le trio composé de Chérif El Ouazzani, Ouasti et Chaïb a repris le chemin des entraînements à l’occasion de la séance d’entraînement d’hier. Toujours est-il, ces éléments se sont contentés de quelques tours de piste.

Où est passé Mezaïr ?
Faisant l’impasse sur la séance de la veille, le portier des Rouge et Blanc, Hichem Mezaïr, a récidivé le lendemain et ne s’est pas présenté à l’entraînement. Une absence pour le moins étrange car si le Tlemcénien avait l’habitude de sécher l’entraînement de reprise, il reprenait souvent le lendemain. Ce n’était pas le cas dimanche passé, ce qui a suscité moult interrogations dans l’entourage du club. de réaliser des exploits partout où on va. Je ne me prononcerai pas sur le résultat final car cette rencontre reste ouverte à tous les pronostics.»

«El Eulma mérite sa qualification, mais…»
Concernant le 8e de finale raté face à El Eulma, Omar Belatoui affirme que les joueurs étaient très fatigués après le long trajet effectué la veille du match. «Un déplacement pareil laisse inévitablement des séquelles sur le plan physique et même au niveau mental. Cela dit, je ne pense pas que c’est la raison qui explique à elle seule notre élimination. Mes joueurs étaient dans un jour sans, ils ont pratiquement perdu tous leurs duels. Pour moi, la qualification d’El Eulma est méritée.»

Belghomari et Aïni absents
Les deux nouvelles recrues Belghomari et Aïni ont dû faire l’impasse sur la séance d’entraînement d’hier. Si l’ancien du MCA a justifié par l’état de santé de sa mère, Aïni pour sa part devait passer son permis de conduire.

«L’accession est l’affaire de tout le monde, pas seulement de Belatoui»
Le coach oranais, qui s’est dit prêt à toutes les éventualités, a voulu aussi rappeler que la réalisation de l’objectif du MCO qui est l’accession n’est pas son affaire seulement. «Ceux qui veulent incomber la faute à Belatoui au lendemain de chaque défaite doivent savoir que l’accession n’est pas seulement mon affaire. Tout le monde doit contribuer si on veut revoir le Mouloudia parmi l’élite. Dirigeants, entraîneurs, joueurs et mêmes supporters devront s’impliquer pour assurer la bonne marche du club. Moi seul, c’est clair, je ne peux rien faire. Je n’ai pas de baguette magique. Même si on engage un autre coach soi-disant meilleur que moi, il aura aussi besoin de l’apport des dirigeants et du soutien de l’entourage du club.»

«Ce n’est pas moi qui ai fait signer 29 joueurs»
Belatoui affirme qu’il est très difficile d’établir la liste des dix-huit lorsqu’on a à gérer un effectif de 29 joueurs. «C’est très compliqué de convoquer 18 joueurs parmi 29 parce que tout simplement pas moins de onze joueurs seront gagnés par la déception. Cela dit, les joueurs doivent comprendre que le championnat est encore long et que l’équipe aura besoin des services de tout le monde. Je leur dis aussi que ce n’est pas moi qui suis à l’origine de cette situation. Lorsqu’ils ont signé au MCO, ils savaient pertinemment que le club avait un effectif fourni. Celui qui n’accepte pas mes choix, n’avait qu’à partir au mercato.» Amine L.

OMA
Sur insistance des responsables arzewiens

Bensaoula reste

«A Biskra pour le rachat»
Eliminés donc de l’épreuve populaire, les poulains de Belatoui sont appelés à se racheter dès le prochain déplacement à Biskra «Ce sera un match très difficile pour diverses raisons, mais pour une équipe qui prétend jouer l’accession, on doit relever ce genre de défi et prouver à nos concurrents directs que nous avons les moyens

Benattia : «C’est en championnat qu’on ne doit pas perdre»
On a appris que vous avez refusé de prendre part à la réception que l’USMA a offerte en l’honneur des deux équipes. Est-ce vrai ? Oui et je ne veux pas entrer dans les détails. J’ai refusé de prendre part à cette réception. Les gens savent pourquoi et je n’ai nullement envie d’en parler. Chacun a sa vision des choses et moi j’ai la mienne. Je pense que ceux qui me connaissent savent pourquoi. En ce qui concerne le match, il faut dire que votre équipe n’a rien fait pour gagner. Ne trouvez-vous pas que l’élimination du MCO était logique ? Je dirai que nous étions très fatigués au cours de ce match à cause du long déplacement par route que nous avons effectué pour rallier Alger. Comme tout le monde le sait, nous avons regagné notre lieu de mise au vert à une heure tardive. Pour moi, cela explique la prestation peu convaincante de notre équipe jeudi dernier. Mis à part cette fatigue, qu’estce qui n’a pas marché ce jour-là ? Ecoutez ! Quand on est fatigué, on ne peut jamais jouer sur sa véritable valeur. On avait les jambes lourdes. Je ne pense absolument pas que le MCEE était supérieur. Cela dit, sa victoire ne souffre aucune contestation. D’ailleurs, on ne peut que lui souhaiter bonne chance pour la suite de la compétition. Au MCO, on est fair-play et sportif. On reconnaît qu’El Eulma mérite sa qualification. Ne pensez-vous pas que cette élimination aura un effet négatif sur le moral des troupes ? Non car notre objectif est clair. Certes, on était déçus en fin de match, je ne dirais pas le contraire, mais maintenant, on sait que le plus important nous attend à partir de la semaine prochaine. Je parle bien sûr de notre déplacement à Biskra. Justement, comment s’annonce cette rencontre pour votre équipe ? C’est un match comme les autres. Cela dit, c’est un déplacement qu’on devra bien préparer car personnellement, je trouve que le niveau des différents championnats n’est pas aussi fameux qu’on le pense. Si on se prépare dans les meilleures conditions, je crois qu’on pourra réaliser un résultat positif à Biskra. Qu’entendez-vous par résultat positif ? Il ne faudra pas perdre. Mais cela ne veut pas dire que nous y allons pour nous contenter de défendre pour essayer d’arracher le point du nul. Au contraire, on doit aller vers l’avant et penser à marquer pour espérer ramener un bon résultat car comme je l’ai dit aucune équipe ne nous fera peur. C’est la nôtre qui doit répondre présente si on veut améliorer nos résultats. Je trouve que nous avons l’un des meilleurs effectifs de cette division, à nous donc de croire en nos moyens et de défendre crânement nos chances. Vous avez déclaré à plusieurs reprises que le MCO devait gagner tous ses matches à Bouakeul. Ne pensez-vous pas que ce nul concédé face au WAT vous oblige à revoir vos calculs ? Ce n’est pas ce nul concédé face au WAT qui va nous démotiver à domicile. Je pense que le plus important est de savoir récupérer ces points dans nos matches à l’extérieur. Sinon, je dirai qu’il n’y a pas le feu. Nos chances sont d’autant plus intactes que nous avons un calendrier des plus favorables. A nous d’en profiter. Entretien réalisé par Amine L.

Ayant décidé dans un premier temps de quitter le club des Ouled Sidi Moussa, l'entraîneur en chef et ex-international Tedj Bensaoula, sur insistance des dirigeants olympiens qui tenaient à lui, s'est rétracté. Il a émis toutefois des conditions surtout en ce qui attrait à la discipline des joueurs qui ne faisaient qu'à leur tête. C’est ce qui l’a poussé à partir. Par ailleurs, Tedj a tenu à ce que personne ne s'immisce dans le volet technique. Il veut être le maître à bord. Ainsi, les dirigeants lui ont donné carte blanche et le coach pourra travailler en toute sérénité. En outre, ceux qui craignaient le départ de Bensaoula sont soulagés et ce ne sera que de bon augure pour l'équipe qui devra défier dans son antre le redoutable Paradou AC ce week-end.

Reprise dans une ambiance bon enfant
Alors qu'on redoutait beaucoup d'absences lors de la reprise des entraînements comme ça été la plupart du temps, cette fois-ci, ça n'a pas été le cas. Ainsi, ils étaient 23 à répondre présents, à l’exception des enfants de Tiaret bloqués par la neige. Un fait marquant : une ambiance bon enfant et sereine régnait au sein du groupe. C’est de bon augure pour le match de ce jeudi face au PAC qui s'annonce difficile, mais pas impossible. A. N.

Condoléances
C'est avec beaucoup de peine et de tristesse que le collectif des quotidiens Le Buteur et El Heddaf ont appris le décès du père de l'ancien joueur du MCO et du MCA, Mecheri Bachir. En cette douloureuse circonstance, nous présentons nos sincère condoléances à la famille du défunt. Que Dieu le Tout-Puissant l'accueil dans Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et a Lui nous reournons.

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

29

Coup d’œil Inter-Régions
JSMC NARBR
Vous avez joué un match très important jeudi dernier car ça devait être celui de la confirmation après avoir terrassé le leader, Hadjout en l’occurrence … Pour moi, c’était un match comme tous les autres, même s’il revêtait un caractère derby. Nous avions la ferme intention de glaner les trois points de la victoire, c’était d’ailleurs notre souci majeur et nous comptions le matérialiser sur le terrain. Je n’omettrai pas de dire que la tâche n’était pas de tout repos

La bande à Zemiti a négocié avec brio sa rencontre face au leader. En effet, jeudi dernier, les coéquipiers de Slimani ont donné une belle leçon aux Boufarikois en matière du jeu collectif qu’a pu instaurer M. Zemiti dans cette jeune équipe pétrie de qualités. Cela dit, les Chéraguois sont sur une courbe ascendante et ce, depuis la fin de la phase aller, où ils ont enchaîné de bons résultats que ça soit à domicile ou à l’extérieur. Avec le succès de jeudi dernier, la JSMC campe toujours à la 5e place avec un total de 24 points à 11 points de Boufarik, le leader du championnat. Les Chéraguois sont bien partis pour jouer les trouble-fête en cette deuxième manche du championnat. En effet, même si les camarades de Roukhi sont loin du peloton, il reste tout de même qu’ils cherchent à terminer la saison à une place honorable, au moins parmi les quatre premiers. En somme, vu la prestation de la JSMC face au leader, on peut d’ores et déjà prédire un bon avenir pour les jeunes loups de Zemiti et surtout pour la saison prochaine qui aura comme objectif de retrouver la Super D2. Sofiane Mehenni

La JSMC s’offre le leader

Saïdani: «Nous avons imposé notre jeu face à la JSEB»
mais nous nous sommes assez bien débrouillés, résistant au retour des El Biarois qui nous ont quand même créés quelques problèmes durant la deuxième mi-temps mais nous avons réussi à imposer notre jeu . Vous avez joué en tant que titulaire après une éclipse de deux semaines et nous pouvons dire que vous avez eu un rendement appréciable… Je n’ai fait que mon devoir de joueur consciencieux. Je voulais, pour vous dire, prouver que, bien que revenant de blessure, je suis en mesure d’apporter un plus à l’équipe. Je me suis donc dépensé sans compter, faisant tout mon possible pour éviter de faire des erreurs Justement, vous en avez commis une qui vous a coûté l’égalisation… Je vous assure que je n’ai pas déstabilisé Attek. J’ai joué le ballon sans commettre de faute mais lui a fait preuve de malice en feignant une chute. L’arbitre, qui était loin de

l’action, s’est hâté pour siffler le penalty. Si vous aviez perdu ou fait match nul on vous aurait fait porter le chapeau… Ce match nous ne pouvions et nous ne devions pas le perdre car ç’aurait été une catastrophe pour nous. Nous avons pu marquer un deuxième but et gérer comme il se doit le temps qui restait à jouer. Entretien réalisé par A. Ahnia

Le public était au rendez-vous, le fair-play aussi
Le stade Bouraâda a drainé la grande foule, à l’occasion du derby NARBR-JSEB, qui a mis aux prises deux équipes voisines, avides, l’une de confirmation, et l’autre de réhabilitation, après le semi-échec de la semaine dernière contre l’OCB. Boudés par leur public il y a deux semaines, en raison des résultats catastrophiques enregistrés durant la phase aller, les Réghaouis ont fait un travail de proximité pour que les fans reviennent à de meilleurs sentiments. Ces derniers ont promis de donner une autre chance à leur équipe, acceptant de répondre positivement au vœu des responsables mais ont exigé des victoires avec l’art et la manière. «Je veux bien aller au stade pour supporter mon club de toujours, lui montrer que je suis de tout cœur avec lui mais je demande en contrepartie des résultats positifs. Personnellement, et c’est l’avis de la majorité des supporters, maintenant que le NARBR a réappris à gagner, je ne raterai pas un match à Bouraâda. Notre équipe peut compter sur nous pour la porter à bras le corps. Je suis sûr que les joueurs ne nous décevrons plus car ils ont enfin compris que nous leur avons pardonné leurs errements de l’aller. Ils nous ont donné de la joie contre Hadjout et aussi contre la JSEB, c’est déjà un bon pas de franchi. Durant les deux matches, nous nous sommes comportés sportivement avec ces deux formations que nous avons applaudies quand elles ont produit du beau jeu. En tous les cas, nous réserverons un accueil chaleureux à toutes les équipes qui nous rendront visite mais nous les battrons à plate couture » nous dira, avec le sourire, un ultra du NARBR à la fin du match de jeudi dernier. A.Ahnia

WAR

LAMRAOUI : « Nous nous rattraperons lors des prochains matches »
Apparemment, les deux défaites consécutives que vous venez d’enregistrer vous ont fait très mal… Je mentirai en affirmant le contraire. Perdre successivement deux matches n’est pas fait pour arranger les choses mais je pense que nous avons des circonstances atténuantes parce que nous avons non seulement évolué à l’extérieur mais aussi contre des équipes hyper-motivées : Boufarik joue l’accession et Oued Rhiou veut coller au groupe de tête. Malgré cela nous avons joué à fond ces deux matches sans avoir eu la chance de matérialiser une domination territoriale surtout contre Boufarik. Ce jour-là, si nos attaquants n’avaient pas pêché par manque de réalisme, les Boufarikois auraient pris un carton plein. N’était l’arbitrage scandaleux, nous serions revenus avec le partage des points. Le même scénario s’est produit à Oued Rhiou où nous aurions pu nous en sortir avec au moins le match nul. Avec ces deux défaites vous dégringolez au classement général… Evidemment quand on perd six points en deux matches, on ne peut que se retrouver en bas. Cela dit, il n’y a pas le feu, nous avons l’espoir de nous remettre en selle car notre équipe est complète dans tous ses compartiments. Nous nous rattraperons donc lors des prochains matchs à commencer par celui de ce jeudi. Sur le plan personnel vous n’êtes pas vraiment au top… Non, j’ai repris du poil de la bête après une blessure qui s’est enfin résorbée. Il est vrai que j’ai eu quelques difficultés sur le plan physique parce que j’ai dû, soit sécher des séances, soit les écourter mais depuis ça va beaucoup mieux puisque les choses vont s’améliorant. La concurrence bat son plein au sein du compartiment dans lequel vous évoluez depuis le mercato… La concurrence, au contraire, va nous faire énormément de bien. Nous allons chacun, de son côté, travailler avec acharnement pour mériter la confiance du coach. Et, ma foi, de mon côté, il n’y a aucun problème à partir du moment où je considère que l’intérêt de l’équipe passe avant tout. Entretien réalisé par A.Ahnia

Slimani, le bourreau de Boufarik
Le buteur maison de la JSMC, Slimani Islam, été, jeudi dernier, un vrai poison pour la défense de Boufarik. En effet, il était l’auteur du premier but de son équipe et le passeur pour le second pour son coéquipier Hatem. Le jeune Slimani n’a pas cessé de se distinguer cette saison avec son équipe de toujours, et est de surcroît le buteur maison de son équipe avec dix réalisations.

JSEB

IBKEK

USMMH
Nonobstant les avis divergeants, le derby demeure blanc
Si l’entraîneur koléen, Sbaâ, estime que l’expulsion de son joueur Amirat à la 11’ de la seconde mi-temps avait tout changé dans son plan de manœuvre et qu’il aurait peut-être pu repartir à la maison avec le gain de la partie en poche, ce n’est pas l’avis du tout de son confrère hadjouti, le coach maghraoui qui dit lui aussi : «Nous étions dans la mesure de battre cette équipe de Koléa qui est venue ici à Hadjout que pour défendre son arrière-garde et jouer pour le nul. Il faut reconnaître aussi que notre équipe alignée aujourd’hui est privée de plusieurs joueurs titulaires». Quel que fut l’avis des uns et des autres, le derby, il faut le dire, n’avait pas tenu toutes ses promesses.

Atek époustouflant

Buteur de son équipe jeudi dernier contre Reghaïa, le milieu de terrain d’El Biar Juba Atek a démontré à tous ses détracteurs que sa place n’était pas du tout sur le banc de touche. Titularisé cette fois-ci par Meradi, l’ex-meneur de jeu de Khemis El Khechna a tout simplement éblouis les présents au stade Bouraâda. Très adroit dans la construction du jeu, il a surclassé adversaires et coéquipiers en étant derrière plusieurs bons ballons destinés à ses attaquants, malheureusement mal exploités au finish. En tout cas tout le monde s’accorde à dire que son incorporation a apporté un plus à la JSEB. Une bonne recrue à mettre à l’actif des responsables el biarois qui ont tout fait pour s’attacher des services de ce très bon joueur de football.

Le pari réussi de Allou
Le président de l’association Farouk Allou, qui a misé beaucoup sur la formation, est en train de récolter le fruit de sa politique prêchée avant son élection à la tête du CSA. Décrié par certains opposants, le temps lui a donné raison puisque son équipe est en train de faire nettement mieux que d’assurer sa survie en interrégions. Cinquième à huit points du leader, l’IBKEK, n’est désormais qu’à quelques encablures de son objectif principal. «Notre tactique est claire, assurer le maintien le plus vite possible, ensuite lancer les jeunes. Ce chalenge nous réussi bien jusqu’à présent. Une équipe d’avenir est en train de se dessiner et croyez-moi qu’on mettra tout pour préserver notre ossature en prévision de la prochaine saison», nous a-t-il déclaré. Moumen A.

Nakib, un exemple de dévouement
Incertain jusqu’au dernier moment, l’arrière latéral de Khemis El Khechna, Nakib Omar a finalement pris sa place dans le onze rentrant de Seddiki, jeudi contre MC Mekhadema. Souffrant d’une blessure sérieuse à la cheville, Nakib, qui n’a pu s’entraîner qu’une seule fois durant la semaine qui a précédé la rencontre, a dû recevoir des injections antidouleurs pour aider ses camarades. Son apport aura été précieux du moment que c’est lui qui a inscrit l’unique but de la victoire. « Comme à chaque fois, je prends des risques Dieu merci sans gravité. On a dû m’injecter des piqûres pour que je puisse reprendre ma place, si j’ai accepté c’est par amour à mon club formateur. » Sacré Nakib.

Hendou expulsé
La belle prestation du jeune Karim Hindou, a été effacée malheureusement par une expulsion un petit peu sévère jeudi contre le NARB Reghaïa. Ce jeune élément très correct et surtout discipliné, a été averti une première fois en première période, gratuitement, avant qu’il ne soit expulsé en fin de rencontre, suite à un second carton jaune pas du tout évident, selon les présents.

Les jeunes s’illustrent
Obligé de faire appel à plusieurs juniors pour composer son équipe type et compléter sa liste des 18 convoqués, le duo Seddiki-Hirèche, n’a pas été déçu par la prestation de leurs jeunes éléments. Ainsi, avides d’honorer leur première convocation en seniors, les Sidi Allal, Djaâdi, Senadjki, Bekalem et Kedaï se sont bien comportés. Formé au club, Kedaï qui a été titularisé en poste d’arrière gauche, s’est montré très coriace en défense. Infranchissable sur son couloir, il aura été aussi bon dans la relance. Pour ainsi dire, la relève est bel et bien présente à l’IBKEK.

Zidi Allal confirme
Promu en senior par Hirèche, en amical lors du match joué contre l’ES Berrouaghia, le jeune Sidi Allal Adel a été titularisé d’entrée par Seddiki jeudi dernier. Aligné en milieu de terrain, il a été d’une très grande rigueur dans son jeu. Déjà rayonnant en amical, il a encore une fois tiré son épingle du jeu contre le MC Mekhadema. Si pour le coach Seddiki ce joueur aura constitué une véritable découverte, son adjoint Hirèche n’a pas été du tout étonné par cette belle production de son jeune poulain : «Sidi Allal a fourni une partie honorable en amical, je suis bien entendu très content qu’il puisse confirmer» nous dira-t-il.

La subvention de nouveau bloquée
Apparemment à El Biar on n’est pas encore sorti de l’auberge. En effet, la subvention reçue il y a quelques jours, aurai été de nouveau bloquée par certains anciens joueurs et autres créanciers qui sont allés réclamer leur dû, dès qu’ils ont été avertis de l’arrivée de cet aide communale estimée à un peu plus de 300 millions de centimes. Ainsi, la régularisation des joueurs prévue pour hier dimanche a été retardée. Talahadj, le président d’El Biar, nous a signifié à ce propos : «Des sponsors m’ont promis de m’octroyer de l’argent incessamment et normalement, tout le monde sera payé avant la fin de la semaine. De toute façon, la subvention reçue ne sera pas suffisante pour régler tout le monde.» M. A.

Le spectacle fut assuré au niveau des tribunes
On peut dire que la seule satisfaction qui a caractérisé ce derby de la Mitidja est certainement cette grande foule venue y assister. Tout y était. Un spectacle coloré et des grands jours. D’ailleurs, une large banderole vert et blanc a été déployée le long de la tribune qui faisait face à celle réservée à la corporation et sur laquelle on peut lire : «Ouled Sempac fidèles à l’USMM». M. Grini

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

Coup d’œil Clubs de Kabylie

29

Pré-Honneur Béjaïa

Barbacha reprend «son» fauteuil
L
a 13e journée de la division Pré-Honneur de la wilaya de Béjaïa a été marquée par le revers subi par le leader, l’US Adekar, dans le match phare qui l’opposait à son dauphin, l’ARB Barbacha. Une défaite qui ne s’est dessinée que dans les ultimes minutes de ce match très indécis, comme prévu d’ailleurs. En conséquence, l'ARB Barbacha reprend le fauteuil de leader. Les Unionistes d'Adekar, quant à eux, se voient désormais contraints de partager la place de dauphin avec le SRB Tazmalt avec un retard de deux longueurs seulement sur le leader. Les gars de Tazmalt doivent leur seconde place au précieux succès qu’ils sont allés ramener de Oued Ghir aux dépens de l'US Toudja, plus que jamais lanterne rouge de ce championnat. Outre la JS Chemini qui a gagné sur tapis vert devant le FC Ath Abbas, la Jeunesse de Semaoun, elle encore, garde toujours le contact avec le peloton de tête grâce à son denier succès acquis à domicile devant les Bougiotes de l’US Soummam. D'autre part, le club de Gouraya de Bougie, ne cesse de gagner des galons accédant par là même à la cinquième place consécutivement à une série de victoires dont la dernière a été acquise jeudi dernier aux dépens de son homologue d'Ouzellaguen, un club en net déclin, lui pour sa part. Enfin, l'autre fait qui mérite d'être signalé à l'occasion de cette journée est le premier succès enregistré par les littoraux de Lota devant de le RC Seddouk après douze longues journées de disette. Tahar Meziane

CRB Souk El Tenine

Résultats
JS Semaoun 2 - US Soummam 1 US Toudja 0 - SRB Tazmalt 2 JS Lota 2 - RC Seddouk 1 G Béjaia 2 - WRB Ouzellaguen 0 ARB Barbacha 2 - US Adekar 1 IRB Bouhamza 3 - GC Béjaia 1 Exempt: CRB Tala Hamza

Le Chabab décroche un contrat de sponsoring
Le CRBSET, club de la division Honneur de Béjaia, vient de décrocher un contrat de sponsoring avec SONATRACH. L'Information nous a été communiquée par un dirigeant de cette formation. Nul doute que cette aide financière qui intervient juste avec la fin de la phase aller permettra au Chabab d'appréhender la suite du championnat dans la sérénité d'autant plus qu'il figure parmi les prétendants à l'accession. A signaler que le CRBSET a bouclé la première phase du championnat à la troisième place à neuf points du leader, la JS Akbou , et à seulement trois points du dauphin, l'Olympique de Melbou.

Match amical : O. Akbou 1- JS Akbou 0

Les Akbouciens affûtent leurs armes
En attendant la reprise du championnat de la Régionale 1, prévue initialement pour le 13 puis repoussée au 20 de ce mois, les responsables olympiens ont voulu profiter de cette trêve pour organiser une série de rencontres amicales. Ainsi, les protégés de Kamel Nait Yahia ont donné la réplique à une sélection de l'université de Béjaia, au SS Sidi Aich puis au voisin, la JS Akbou , leader de la division d'honneur Béjaia. Lors de cette dernière rencontre, les deux coaches ont profité de cette sortie amicale qui constitue des retrouvailles entre deux équipes de la mème ville pour faire tourner leurs effectifs respectifs. Reconnaissons tout de mème le mérite des 22 acteurs d'avoir livré une rencontre de belle facture. Une occasion inespérée pour ces deux staffs de jauger leurs bancs et avoir une meilleure idée sur ceux qui n'ont pas eu un volume de jeu conséquent. En première période, les joueurs des deux équipes essayèrent d'occuper rationnellement le terrain pour développer leur propre jeu. Cela s'était soldé par une égalité plus ou moins parfaite dans le jeu avec parfois de belles facettes étalées de part et d'autre. Ainsi, du côté des pensionnaires de la régionale 1, Ziane, Bouatba et Bouaiche ont été les plus en vue dans cette première mitemps alors qu'en face, Tigrine, Takhedmit et surtout le jeune Chikhoune ont montré tout leur talent arrivant à maintes reprises à inquiéter l'arrière-garde olympienne. A la reprise, avec l'incorporation de nouveaux éléments qui en voulaient terriblement pour gagner la confiance de leurs coaches, le jeu devint plus animé, encore plus après l'ouverture du score par Djabali (53') suite à un joli débordement de la droite. A partir de cet instant, les présents ont eu à apprécier le football que tout le monde aime voir. Les protégés de Khodir Ait Mahdi ont tenté de revenir au score en menant de dangereuses actions par Akhnak, Tigrine et surtout Abassi, mais leurs tentatives manquaient de punch dans le dernier geste. En face, les coéquipiers de Begredj ont répondu présents en se montrant vigilants au milieu comme en défense pour repousser leur visà-vis. Les dernières minutes ont vu une équipe olympienne, nettement plus fraîche physiquement, imposer un léger pressing sur la défense du voisin qui s'est traduit par des occasions qui seront toutes ratées soit par maladresse soit à cause de la vigilance du gardien de but Ourtilane qui est à créditer d'une belle partie. Finalement, et au delà du résultat technique (1 -0) qui a sanctionné les débats, cette rencontre jouée dans un esprit très fair-play a été une occasion pour les entraîneurs des deux camps d'évaluer un tant soit peu le travail accompli jusque-là. D'autres test amicaux ont été programmés avec La JSIO qui va donner la réplique aux Olympiens ce lundi et les Maillotins de la JSM'C qui en découdront avec la JS Akbou au stade de l'OPOD. Zahir Ait Hamouda

Honneur Tizi Ouzou Les Ath Ouaguenoun mettent le turbo
En concédant le match nul devant la JS Ait Yahia Moussa, le leader l’ES Sikh Oummedour a raté une bonne occasion de conserver son avance sur son poursuivant immédiat, l’ASC Ouaguenoun, qui a réduit l’écart à un seul point à la faveur de sa victoire aux dépens de l’US Kabylie. Toujours en haut du tableau, l’USM Draa Ben Khedda qui restait sur une mauvaise série a renoué avec le succès face aux Olympiens de Tizi Rached auxquels elle a assené un carton de 5-1. A la faveur de cette victoire, les gars de l’ex-Mirabeau se retrouvent seuls à la troisième place, devant le DC Boghni qui s’est racheté de sa dernière déconvenue à domicile en allant infliger une défaite à l’ASC Irdjen. Derrière, on retrouve l’US Tala Athmane qui a réussi à accrocher le CRB Mekla chez lui. La JS Tadmait n’a pas fait mieux en concédant elle aussi un nul devant l’US Sidi Belloua. Le NRB Beni Douala s’est, pour sa part, imposé par 3-1 dans le derby qui l’a opposé à l’OC Ath Douala au stade d’Ait Yahia Moussa. Une seconde victoire de suite qui permet aux hommes de Youcef Badsi de grignoter quelques marches au classement. H.K

Pré-Honneur Tizi-Ouzou
Le KC Taguemount à rude épreuve
Le leader de la Pré-Honneur , le KC Taguemount Azzouz, qui a été accroché jeudi dernier à domicile, sera soumis de nouveau à rude épreuve ce lundi à Souk El Tenine. Un déplacement des plus périlleux pour les gars d’Ath Mahmoud qui risquent de laisser des plumes face à une équipe de l’IRBSET qui revient en force. Le dauphin, la JS Tala Tgana, qui ira rendre visite à la formation de l’US Djemma Saharidj, auteur d’un excellent parcours, fera tout pour rester sur sa bonne dynamique. Deux déplacements qui pourraient profiter à l’ES Nath Irathen qui accueillera le MS Aït Abdelmoumene. Les hommes de Mouloud Ouali qui collent de près le duo de tête ne devraient pas rater l’occasion de réduire l’écart en attendant de disputer leurs deux matches de retard. Ils devront néanmoins se méfier de cette surprenante équipe du MSA qui reste sur une belle série. En bas du tableau, les choses se présentent plutôt mal pour la lanterne rouge, l’OS Maatkas qui se déplacera à M’kira pour y affronter l’OM. Dans ce match, les visiteurs risquent gros face à une équipe qui ne veut plus rien lâcher à domicile. H.K

Programme
IRB Souk El Tenine – KC Taguemount Azzouz JSC Sidi Namane – IRB Bounouh CRB Timizart – O Makouda US Djemma Saharidj – JS Tala Tgana OM Kira – OS Maatkas US Azazga – ES Assi Youcef ES Nath Irathen – MS Ait Abdelmoumene FC Mechtras – ES Draa Ben Khedda

Résultats
JS Tadmait 2 - US Sidi Belloua 2 ASC Irdjen 1 – DC Boghni 2 NRB Beni Douala 3 – OC Ath Douala 1 ES Sikh Oumedour 1 – JS Ait Yahia Moussa 1 CRB Mekla 1 – US Tala Athmane 1 US Kabylie 1 – ASC Ouaguenoun 2 USM Draa Ben Khedda 5 – O. Tizi Rached 1 Exempt: LC Ifflissen

IB Lakhdaria

Azzedine Laïfaoui : «Nous jouerons les premiers rôles»
Comment avez-vous atterri à l’IBL, alors que vous étiez entraîneur ailleurs ? Ce n’est qu’après mon départ de Beni Slimane que les dirigeants de Palestro, dont je connais la majorité, avaient pris attache avec moi pour prendre l’équipe en main et à partir de là, nous n’avons pas mis beaucoup de temps pour nous mettre d’accord sur tous les plans. Comment avez-vous trouvé l’équipe ? Sur le plan physique, il n’y a rien à dire, je dispose d’un bon groupe, très solidaire, qui possède une excellente marge de progression et de ce fait, je sais pertinemment que la cohésion entre les trois compartiments ne posera pas problème. La seule et unique chose que je redoute est l’inefficacité devant les buts car la première impression que j’ai des attaquants que j’ai sous la main est qu’ils n’ont pas le sens du but. En tout cas, mon souhait est que je me trompe dans mes jugements premiers les concernant. Nous sommes en train de travailler pendant cette trêve hivernale, un travail sanctionné par des matchs amicaux où je fais tourner l’ensemble de mon effectif pour avoir l’idée la plus fidèle possible des potentialités de mon groupe. Quels sont les objectifs qui vous ont été assignés ? Avancer dans le travail dans le but de construire un groupe compétitif et mieux organisé sur le terrain avec un fond de jeu digne, ce qui nous amènera à jouer les premiers rôles, et je crois que nous sommes capables de le faire en dépit de la difficulté de la tâche, nous devons relever ce défi. Pensez-vous y arriver avec un retour difficile et sans aucun renfort lors du mercato ? Il est vrai que la deuxième phase de tout championnat demeure toujours difficile, surtout pour nous lorsqu’on sait que les premiers matches de la phase retour, nous les jouerons contre des équipes solides. Mais, nous tâcherons de bien les négocier et inchallah, nous ferons le maximum pour venir à bout de ces équipes de gros calibre pour nous rapprocher du podium. Quelles sont les équipes que vous voyez bien parties pour le titre ? Hélas, je ne peux répondre à votre question pour la simple raison que je ne connais pas grand-chose de ce groupe, du moins pour le moment. Ce qui m’intéresse le plus c’est mon équipe, le reste viendra avec le temps. Cependant, à voir le classement et les échos qui me sont parvenus, l’équipe de La Montagne est, parait-il, bien partie pour s’accrocher en haut du classement. Entretien réalisé par Slimane Skandraoui

Classement
1 -ES Sikh Oummedour 2 - ASC Ouaguenoun 3-USM Draa Ben Khedda 4 - DC Boghni 5- - LC Ifflissen - US Tala Athmane 7- JS Tadmait - CRB Mekla 09 -NRB Beni Douala 10 -O Tizi Rached 11-ASC Irdjen 12 - US Sidi Belloua 13- JS Ait Yahia Moussa 14-OC Ath Douala 15 - US Kabylie 22pts 21 19 17 16 16 15 15 14 13 12 11 7 5 5 10 J 10 10 10 10 10 10 10 10 11 10 11 11 9 11

30

Le Buteur n° 775 Lundi 9 février 2009

Le-Saviez-Vous ?
Pourquoi dit-on «une conversation à bâtons Dans quel pays se trouvent rompus» ?
a- la Grèce b- la Syrie c- lʼIran d- la Jordanie

S u d o n° n Sudoku k u548°

C QCM

e-mail : Réagissez à cette page par jeux-sante@lebuteur.com

1

9

203 3

L’intrus

les grottes de Pétra classées merveille du monde ?

CIA FBI

NSA FSB

C’
Débusquez 2 personnages

était…

M
«A bâtons rompus» désigne une conversation plutôt désorganisée. Alors qu'en Afrique, une technique consistait à faire tourner un bâton (le bâton à palabres), le détenteur étant seul habilité à parler. Le bâton rompu laisse chacun libre de parler comme bon lui semble.

éli de bande dessinée dont les élo noms ont été mélangés…

Trouvez lʼactuelle appellation de

2 5 3 1 1 6 8 4 2 1 5 4 9 3 7 4 5 5 7 1 2 6 5 6 7 9 4 2 6 5 1 8 5
Comment le jouer La règle est simple. Tout ce que vous devez faire cʼest de compléter la grille de sorte que chaque rangée et colonne de la grille et chaque boîte 3x3 contiennent les nombres de 1 à 9.

LAHANRAZEMB

Marcimeni

D

evinette

E

nigme

Qu'est-ce que le coq ne doit pas avoir ?

I

nvention

Un homme habite au 12e étage. Tous les matins, il prend l'ascenseur du 12e pour aller en bas. Le soir il reprend l'ascenseur, mais s'arrête au 8e et monte l'escalier pour aller au 12 éme. Pourquoi fait-il cela ?

D’où Ça sort ?

De quel film célèbre cette photo est-elle extraite ?

Charade
Les élèves font souvent mon premier. Mon deuxième permet de voir. Mon tout sert à sʼasseoir.

1916
Pistolet Browning (automatique)
John Moses Browning (Américain)
Dirigeraient En second lieu Rengea Réfléchirai

Qui a dit ?
«La vérité doit s’imposer sans violence»
Léon Tolstoï Jack London Emile Zola Victor Hugo

Ce

jour-là

Mots fléchés n° 969
Etoiles de mer Graines Lacune Agrémentées Excusable Vallées envahies Coiffures basques Immensité Sa tenue est légère

Kassem au pouvoir depuis le coup d'État de 1958. Le parti Baas prend le pouvoir.

1963 : En Irak, assassinat du général Abd al-Karim 1969 : Premier vol d'un Boeing 747. 1992 : État d'urgence en Algérie. 2000 : Selon l'Institut fédéral américain de médecine,

Cycle de salle Propres à un corps

Bien appris Vers classiques

les erreurs médicales tuent jusqu'à 98 000 Américains chaque année, plus qu'il n'en meurt sur la route !

Humour…
 Deux tétards discutent : - Tu as remarqué, dit le premier. Le crapaud est sourd comme un pot. - Comment tu le sais ? lui demande l'autre. - Il arrête pas de dire «coâ, coâ, coâ...»  Un type rentre dans un salon de thé :

- Bonjour, monsieur ! Je voudrais une blunkderkilmaskichtmeurkpaf à la menthe. - Une blunkderkilmaskichtmeurkpaf à la quoi ?  - Bonjour, est-ce que M. Leveau habite ici ? - Y'a pas de M. Leveau ici. Y'a seulement un M. Leboeuf... - Ça doit être lui, ça fait 10 ans que je ne l'ai pas vu !...

Famélique Longues triades Fatigué Immatériels Bien arrivé Bottes de blé Démonstratif Usine à galettes Pas gratuits Bien huilé Filets de lumière Céréales Becquette Ecussonneront Dépouille Entourera Qui ne dit rien Lit du titi Saint normand Temps obscurs Guillotiné Côtoyai Mois de printemps Cabillaud Brillai CamoufRonde la (se) militaire Bouleversé Fumeur glacé Encore légère Jamais d’avant Attrapé Alla sans but Fente Point en mer Vieille mesure

Abattit Eclaircie Fougue latine Du fer en réaction Marque d’infinitif

La photo du jour

Bien dans le coup Epelée Garçon qui panse Mer grecque Distrait

S olu tio n d es jeux…
C'est un nain. Il ne parvient pas à toucher le bouton du 12° étage.

Symbole chimique Fit trempette

Enigme
La chair de poule !!!
Simulé Ile de Marseille Distend Etat de chaleur Riches décors Pâte collante Brisent la base Communauté de culture Coaliseront Etain en symbole Ville sur la Tille Fait glisser Grande cuvette Première page A côté Vases de chimiste

Devinette
Zembla et Rahan

Méli-Mélo

Aïn Beïda

C’était…

Les frères Grim

D’où Ça Sort ?

Fauteuil ( faute – oei)

Charade

S u d o k n 548 Sudokuun° ° 2 0 3 1 4 9 7 3 5 7 6 8 9 4 2 3 5 2 1 6 8 2 1 5 4 9 6 6 3 7 8 2 1 8 9 4 3 5 7 5 8 1 6 7 9 4 2 6 5 8 3 9 7 3 2 1 4
d- la Jordanie

FSB (le seul des quatre à ne pas être un service de renseignement américain)

QCM

L’intrus

Léon Tolstoï

Qui a dit ?

6 5 7 3 4 1 2 9 8

8 3 9 7 5 2 4 1 6

2 1 4 8 9 6 3 7 5

Champion Sans mélange

Belles régions

Causé un préjudice

Jamais dite

Tentatives

par e-mail : Réag issez à cett e page co m j eux -s ant é@ l eb ut eur.

Le Buteur N° 775 Lundi 9 février 2009

Le proverbe du jour
« Nul n'est dégoûté de sa propre mauvaise odeur »
Proverbe grec

S a n t e´
Le grand froid peut-il aggraver certaines maladies ?
n période de grand froid, notre organisme se mobilise pour lutter contre la baisse de température. Les réactions qu'il met en oeuvre sont susceptibles d'interférer avec certaines maladies, notamment cardiaques ou respiratoires. Il en est de même pour certains médicaments.

31

Horaires des prières

Prévisions météo pour Alger et ses environs

Lundi
Dohr Asr Maghreb Icha : 13.20 : 15.58 : 18.24 : 19.44

LUNDI
Beau temps

MARDI
Eclaircies

@@@

@

Stars

Angelina a perdu Oscar

Mardi
Fedjr : 06.16 Chourouk : 07.43

E

Matin : 8°C A-M : 14°C Vent : 32 km/h Direction : W

Matin : 9°C A-M : 15°C Vent : 36 km/h Direction : W

Re c e t t e

La belle Angelina Jolie sera peut-être une nouvelle fois oscarisée, mais si c'est pour perdre encore sa récompense chez elle... Eh oui, l'Oscar qu'elle a reçu pour sa prestation dans «Une vie volée» a disparu depuis un an et l'actrice n'a toujours pas remis la main dessus. Peut-être est-il au milieu des jouets, dans la chambre de ses enfants chéris ? L'actrice n'a plus qu'à patienter un peu jusqu'à la cérémonie des Oscars 2009 et tenter de repartir avec une nouvelle statuette dorée. Il faudra aussi penser à ranger la chambre des petits, ou à abandonner l'idée d'habiter dans un château... Britney Spears sous le collimateur de Sam Lutfi Sam Lutfi, l’ex-manager de Britney Spears, serait en négociations très avancées pour réaliser et participer à une émission que diffusera le réseau américain UPM. Dans cette émission, Sam Lutfi, de son vrai nom Osama Lutfi, envisagerait de raconter des détails croustillants sur Britney Spears, a indiqué une source sous couvert d’anonymat, citée par le site de l’hebdomadaire Us magazine. «Le but de Sam Lutfi, c’est de se venger de la famille Spears, qui a trainé son nom dans la boue. Il réalisera et participera à cette émission de télé-réalité dans laquelle il racontera la période trouble de Britney Spears. C’est l’occasion rêvée de se venger sur le Clan Spears», dit ce proche de Sam Lutfi. Il y a quelques jours, Sam Lutfi a déposé plainte pour diffamation contre les parents de Britney Spears devant la cour de Los Angeles.

QUELLES SONT LES PERSONNES LES PLUS À RISQUE ?
q Les personnes âgées, et à l'opposé les très jeunes enfants (0 à 2 ans). q Les personnes atteintes d'une maladie, en particulier cardiaque ou respiratoire, dont l'asthme, une hypothyroïdie, une maladie neuropsychiatrique, ou une infection respiratoire. q Les sujets atteints de séquelles d'un accident vasculaire cérébral, d'un traumatisme cérébral, d'une paralysie majeure… q Les personnes malnutries. q Les travailleurs en plein air.

Filet de bœuf en croûte aux champignons
q 700 à 800 g de filet (ou de rôti, moins cher) de boeuf q 500 g de champignons de Paris (ou autres) q 2 échalotes q 1 gousse d'ail q 2 noix de beurre q 1 filet de jus de citron q 1 pâte feuilletée pur beurre q 1 oeuf q 1 cuillère à café de lait
1 Dans un poêle bien chaude, saisissez le filet de bœuf avec une noix de beurre en le faisant dorer quelques minutes sur chaque face. Salez, poivrez, et laissez-le ensuite reposer sur une grille ou une assiette pour qu'il refroidisse. 2 Faites revenir les champignons de Paris hachés avec les échalotes et la gousse d'ail dans une petite noix de beurre, et le filet de jus de citron pour que les champignons ne noircissent pas trop. Faites cuire quelques minutes à feu vif pour éliminer l'eau des champignons qui risquerait de détremper la pâte feuilletée. Salez, poivrez, puis laissez refroidir. 3 Sur une plaque allant au four, déroulez la pâte feuilletée sur une feuille de papier sulfurisé, et badigeonnez-en le pourtour avec le blanc d'œuf (réservez le jaune). Etalez une couche de champignons de la longueur du filet au centre de la pâte puis déposez la viande dessus. Recouvrez cette dernière avec l'éventuel reste de champignons. 4 Repliez la pâte autour du filet en commençant par les côtés, puis en terminant par les extrémités en les repliant comme pour un paquet cadeau. Appuyez sur les bords avec les doigts pour bien les souder. 5 Badigeonnez la pâte avec le jaune d'œuf mélangé à une cuillère à café de lait, pour lui donner une belle couleur à la cuisson. Apportez une touche de décoration en ajoutant des chutes de pâte découpées à l'emporte-pièce. Enfournez à four préchauffé à 200°C pour environ 35 minutes pour une cuisson saignante.

QUELQUES RECOMMANDATIONS CONTRE LE FROID
q En période de grand froid, limitez les efforts physiques. q Evitez les efforts brusques et les passages rapides du chaud au froid. q Pour sortir, habillez-vous chaudement et couvrez bien vos extrémités (tête et mains). Couvrez également votre nez et votre bouche

pour respirer moins d'air froid. q Contrairement aux idées reçues, la consommation d'alcool ne réchauffe pas. Inversement, l'alcool aggrave l'hypothermie. Il engourdit et fait disparaître les signaux d'alerte du froid. q Ne surchauffez pas votre logement mais chauffez normalement en vous assurant de sa bonne ventilation pour éviter tout risque d'intoxication au monoxyde de carbone. q Si vous rencontrez une personne sans abri ou en difficulté dans la rue, vous pouvez appeler les services sociaux.

10 solutions contre l herpe`s
Fatigue, stress… Le virus de l’herpès ne demande qu’à réapparaître sous forme de «poussées» ou de bouton de fièvre. Solutions, prévention, traitements : 10 conseils pour le contrer.

Evitez le stress
Comme le souligne le Pr Michel Janier, dermatologue : L’herpès est une maladie qui ne guérit jamais définitivement, mais elle peut être maîtrisée. Apprenez donc à reconnaître les tout premiers symptômes afin de vous traiter le plus vite possible. Evitez les traumatismes sur les zones concernées : fuyez certains traitements de médecine esthétique comme la dermabrasion ou le laser et, en cas de sécheresse vaginale, utilisez un gel spécifique afin d’éviter l’irritation. Enfin, restez zen : le stress et la fatigue sont des facteurs de risque. Respirez, courez, dansez, relaxez-vous, bref prenez soin de vous pour mieux faire face à votre ennemi intérieur. Demain : Hydratez vos lèvres, évitez le soleil

Insolites
Un parfum de lard grillé pour se réveiller du bon pied

La question a
Les chats pressentent les tremblements de terre

Migraine à répétition
États-Unis - Un designer a mis au point un réveil d'un nouveau genre : finies les sonneries stridentes ou la radio, c'est l'odeur d'une tranche de lard grillé qui vous réveille. L'horloge «Wake n'Bacon» commence à cuire le lard 10 minutes avant l'heure indiquée par votre réveil. Le designer Matty Sallin, qui l'a mise au point, explique que le grésillement produit par la cuisson combiné à l'odeur suffisent à réveiller le dormeur. L'utilisateur de ce réveil serait donc accueilli dès le saut du lit par un sandwich au lard.
Si vous avez souvent la migraine voici quelques dispositions utiles sans avoir à prendre de médicaments : 1-Ne restez pas dans un lieu confiné, ouvrez la fenetre ou sortez prendre l'air 2-Faites une petite sieste 3-Si vous n’avez pas le temps pour la sieste, fermez les yeux quelques secondes et respirez lentement 4-Eviter l'alcool et les repas trop lourds avant de dormir 5- Trouvez quelqu'un pour vous massez les tempes ou les épaules

VRAI !
Les chats possèdent des capacités prémonitoires inexpliquées. Au Moyen Age, on les accusait même de sorcellerie et on les massacrait. Sontils plus sensibles que nous aux vibrations terrestres ? Perçoivent-ils l’augmentation de l’électricité statique qui précède un tremblement de terre ? Les scientifiques n’ont pas de réponse. Une chose est sûre : quelques heures avant la catastrophe, les chats prennent la fuite !

Chine - Un avaleur de sabres a été amené en urgence à l'hôpital après avoir tenté, pour la première fois, d'avaler un sabre courbe. Wang Liang avale des sabres droits depuis huit ans, sans avoir jamais rencontré le moindre problème. A la demande du public, il a rendu son spectacle plus excitant en s'introduisant dans la gorge, pour la première fois, un sabre courbe. Ce geste malheureux lui a valu une incision de 1,5 cm de son oesophage. Après quatre heures d'opération, les chirurgiens sont parvenus à réparer les dégâts. Sans traitement immédiat, l'homme aurait pu rapidement mourir d'une infection.

Un avaleur de sabres se blesse en tentant d'avaler un sabre courbe pour la première fois

N e w s S a n t e´

Prendre de l'aspirine ou un anti-inflammatoire de la catégorie de l'ibuprofène pourrait réduire les risques de cancer de l'estomac, révèle une étude réalisée sur plus de 300.000 personnes et publiée vendredi dans le British Journal of Cancer. Les personnes qui ont pris au moins un cachet d'aspirine dans les douze derniers mois ont 36% moins de risques de développer un cancer de l'estomac que celles qui n'en ont pas pris du tout, selon l'enquête. Celles qui ont pris un anti-inflammatoire non stéroïdien, comme de l'ibuprofène, voient leurs risques réduits de 32%. Plus la prise d'aspirine ou d'ibuprofène est importante, plus le risque diminue, selon l'étude réalisée auprès de 311.115 personnes pendant environ sept ans. La protection ne concerne cependant pas les cancers du cardia, c'est-à-dire l'orifice supérieur de l'estomac, ni les cancers de l'oesophage.

A sp ir in e e t i bu p ro f è n e ré d u is e n t le ri s qu e de ca n ce r de l’e st o mac

Astuce du jour
Des essuie-glaces au top
Nos essuie-glace sont souvent mis à rude épreuve. Comment les entretenir au mieux ? q Pour nettoyer vos essuie-glaces, utilisez une solution d'eau mélangée à du vinaigre. Une seconde vie les attend. q Pour éviter que vos essuie-glaces ne rayent le pare-prise, passez un chiffon imbibé de liquide de lave-glace.
SI CE JOUR EST VOTRE ANNIVERSAIRE : une année plus détendue vous attend, sans grandes plaies ni peines. De meilleures vacances et des événements heureux en famille. Mais attention aux excès alimentaires. Votre vie sentimentale ne sera pas bouleversée.

Le chiffre du jour

40.000
10h30 : Maleh Ya Bahr 11h30 : documentaire 12h30 : Khousoussiat Min Aâlem 13h00 : Journal Televisé (2eme Edition) 13h30 : ElTaghelibiya ELFalastiniya 15h00 : Long métrage animé 17h30 : El Djawal S.d 18h35 : Malaïbe Aâlem 19h00 : Documentaire 21h00 : Injazet Emission 22h00 : Saraha Raha Emission 23h00 : El-Aâid Haïfa 11h00 : Téléfoot 12h00 : Attention à la marche! 13h00 : Journal 13h25 : Walker, Texas ranger 14h15 : Chuck 15h10 : Monk 16h00 : New York unité spéciale 16h55 : Les experts : Miami 17h50 : Combien ça coûte, l’hebdo 18h45 : Sept à huit 20h00 : Journal 20h50 : Les experts : Manhattan 23h20 : La prison de verre 01h20 : 12h05 : Tout le monde veut prendre sa place 13h00 : Journal 14h00 : Vivement dimanche 17h55 : Stade 2 18h55 : Vivement dimanche 20h00 : Journal 20h35 : Les enfants du marais 22h35 : Basic instinct 00h35 : Journal de la nuit-météo 12h35 : Caméra café 13h20 : N.I.H : alertes médicales 15h40 : C’est du propre 16h20 : Coûte que coûte 17h30 : 66 minutes 18h50 : D&Co 20h00 : E=M6 20h45 : Zone interdite 22h45 : Enquête exclusive 00h00 : 100% foot 01h15 : Météo 16h00 : TV5MONDE, le journal 16h30 : Accoustic 17h00 : Kiosque 19h00 : Dans la nature avec Stephan Peyron 20h00 : Journal (TSR) 20h30 : Journal (France 2) 21h00 : Carnets d’expédition 22h00 : TV5Monde 22h15 : TV5MONDE, le journal 22h25 : Le plus grand cabaret du monde

37.964. Tel est le nombre de planètes susceptibles d'héberger une forme de vie intelligente, selon l'astrophysicien Duncan Forgan, de l'université d'Edimbourg, en Ecosse. M. Forgan a mis au point un programme informatique permettant de comparer les données récoltées sur les quelque 330 planètes découvertes à ce jour par l'Homme. Après avoir estimé combien d'entre elles pourraient présenter un milieu favorable à la vie, en fonction des conditions de température, de la présence d'eau, de différents minéraux... Le scientifique a extrapolé ses résultats à l'ensemble de la Voie lactée.Trois scénarios du possible développement d'une vie extraterrestre ont été pris en compte : selon le premier «il est difficile pour la vie de se développer mais facile d'évoluer» au moins 361 planètes pourraient héberger une forme de vie intelligente. Le second scénario, supposant que la vie apparaît facilement mais se développe ensuite difficilement, élève ce nombre à 31.513. Enfin, le dernier scénario, envisageant la dispersion de la vie de planète en planète par des astéroïdes, mène à un total de 38.000 planètes, selon le Journal of Astrobiology.

Lundi 9 février

Près de 40.000 planètes sont susceptibles d'héberger une vie intelligente

LES ENFANTS NES CE JOUR : bien ancrés dans le réel, bons vivants, ils seront agréables à fréquenter car joyeux et optimistes, avec une tendance à être rondouillards autant que rigolards. D'où quelques problèmes de santé. Ils aimeront la vie de famille, les enfants... et les vacances.

Suzanne
au pays des

Moncharé se convertira à l’islam, mais pas dans un stade !
Daniel Moncharé a été harcelé (en rigolant) par le gardien du stade Hamadi de Bologhine, plus connu sous le sobriquet de Pitchou, qui lui demandait de prononcer la chahada pour reconnaître l’unicité d’Allah et se convertir à l’islam. «Tu n’as qu’à dire achhadou… et tu deviendras musulman », a insisté Pitchou, qui a joué le rôle de l’imam zélé. Mais le chrétien Moncharé est resté imperturbable, se contentant juste de répondre en arabe : «Asbar chouiya, mazal, mazal… » Gageons que Pitchou ne lâchera pas sa proie de sitôt. Mais même si Daniel Moncharé embrasserait l’islam un jour, il est peu sûr qu’il le fasse en regardant les musulmans de nos stades qui ne font que proférer les pires insultes à longueur d’année.

merveilles

Les

pros

Les pros…Les pros…Les pros…

En Série A italienne, Sienne a Attention, un Kabyle peut en Réagissant à l’interview que nous a réussi à ramener le nul de son cacher un autre. C’est ce qu’on accordée son ancien joueur Mahmoud déplacement à Gênes face à la pourrait dire à notre EN miliGuendouz, Khalef Mahieddine nous a Sampdoria (2-2), ce qui lui taireμ. En effet, cette dernière appelés pour apporter la précision suiC’est tout de même rageant de voir la permet de rester au milieu que dirige l’ancien international vante : «En 1982, lorsqu’on avait pris l’EN en du classement. Abdelkader Tunisie nous battre à chaque fois qu’on Kamel Kaci Saïd n’a pas fini d’acmains Makhloufi et moi, Djamel Houhou l’affronte. Que ce soit en football ou corder le la quille au Kabyle BerGhezzal a disputé tout le n’était plus ministre de la Jeunesse et des Sports. dans les autres sports. Guendouz nous a chiche qu’un autre joueur de la match. C’est Abdennour Bekka qui était à la tête fait rappeler hier qu’on les avait pourJSK, Belkalem en l’occurdu MJS. Djamel Houhou était intertant battus 1-4 chez eux par la passé. Je rence, a déjà intégré le En Premier League anglaise, venu pour Mahiouz lors du dergroupe pour y passer voudrais signaler au passage que ce Portsmouth a été malheureux nier match pour les son service militaire. même Guendouz aurait pu laisser sa saface à Liverpool en perdant le éliminatoires de la Coupe Les dix-huit mois à lade pour un peu plus tard, au lieu de se match dans le temps additionnel venir de l’EN verdu monde contre le répondre à Guendouz déverser comme ça à quelques jours du après avoir mené au score par ront encore l’axe Nigeria. » match de l’EN. Mais bon, cela est une Lors de la conférence de presse d’hier, Rabah deux fois (2-3). Nadir Belhadj a central occupé autre histoire. Revenons donc à notre Saâdane n’a pas voulu commenter les propos viruété auteur d’une très bonne prespar un autre sujet. Vous croyez qu’ils sont vraiment lents que lui a adressés son ancien capitaine de l’EN tation en contenant très bien en joueur de la plus forts que nous, ces Tunisiens ? de 1986, Mahmoud Guendouz. Il s’est juste contenté première mi-temps l’Israélien JSK pour la Franchement, je ne le crois pas. Je pense de rappeler qu’il avait d’autres chats à fouetter au lieu Yossé Benayoun, l’obligeant à durée légale de que c’est juste une affaire de volonté. de verser dans la polémique. «Il y tellement de perchanger de côté en fin de match, 18 mois. Un Oui, c’est là que réside la différence entre sonnes qui ont voulu ternir mon image que j’ai fini par et en étant l’auteur de la passe déremplacement nous et nos voisins de l’Est. Il n’y a pas m’habituer à ces attaques. Qu’ils disent ce qu’ils cisive, sur coup franc, pour le poste pour poste de doute, les Tunisiens sont plus volonveulent. Que je n’ai pas de personnalité, que c’est deuxième but de son équipe. qui ne déplaît pas taires et moins faignants que nous. Ça quelqu’un d’autre qui a fait l’équipe… J’ai une au sélectionneur. vous énerve, hein ? L’Algérien ne bosse mission beaucoup plus importante que En Ligue 1 française, Grenoble L’histoire ne dit pas pas en général, mais dès qu’on lui dit ces bassesses qui ne mènent nulle continue de dégringoler au clascependant si Belkalem l’entraînement que le Tunisien ou le Marocain est meilpart », a-t-il dit. héritera du paquetage de sement. Hier, il a été tenu en Après s’être absenté durant une leur que lui dans un domaine particuson coéquipier. échec par Valenciennes (0-0), semaine, soit depuis le match lier, il se révolte et tente de se justifier en une équipe au sein de laquelle contre l’ESS, Tayeb Guessoum a énumérant toutes les raisons possibles Djamel Belmadi était absent repris les entraînements hier, à de son échec. Il ne voudra jamais adpour blessure. Si Sofiane Fel’occasion de la première séance de mettre ses défauts. Le cas de ce joueur ghouli a joué l’intégralité de la la journée. Charef, qui s’est retenu qui s’appelle Aïmen Demaï est très répartie, Nassim Akrour, en rede lui demander des explications, vélateur de la situation. Comment pouvanche, a été remplacé à la 76’ . invitera le joueur, lors d’un match Rabah Saâdane n’a vez-vous expliquer que ce garçon qui a d’opposition, de se poster à droite. pas tari d’éloges sur les déjà joué pour l’Algérie chez les espoirs Dans le championnat grec, Guessoum lui fera alors savoir qualités humaines se retrouve aujourd’hui dans la sélection AEK Athènes a fait jeu égal avec qu’il n’évoluerait plus à ce niveau d’Abdelkader Ghezzal tunisienne, perdu à tout jamais pour les Larissa sur le terrain de ce deret qu’il voulait retrouver son poste lors de la conférence Verts ? On l’avait bien entre les mains nier (1-1). Le match était tellede prédilection au milieu de terde presse. La perpar le passé, non ? C’est dire qu’il voulait ment équilibré que rain. Il dira même à Charef qu’il a sonne qui a servi de vraiment jouer pour le pays de son père. les deux équipes ont marqué à été insulté par les supporters parce lien entre l’entraîneur Mais on l’a relâché de la manière la plus une minute d’intervalle (89’ pour que son niveau avait régressé pour de l’AS Sienna, Marco stupide dès lors qu’il a gagné en matuLarissa, 90’ pour AEK), avec une avoir évolué en arrière droit. Irrité Giampaolo, et le sérité. Les raisons ? Personne des (ir) reségalisation signée Rafik Djebpar ce comportement, l’entraîneur lectionneur algérien ponsables de la FAF n’a jugé utile de bour, qui a joué toute la partie. harrachi renverra son joueur de n’a rapporté à Saâdane relancer un joueur qui évolue en Bunl’entraînement.. que du bon. «Il m’a dit desliga et qui est, de surcroît, capitaine Bougherra, que ce joueur est un de son équipe. Pourquoi donc ? Juste vrai professionnel qui parce qu’il avait hésité à revenir en AlHalliche, Au sujet de ne pose aucun progérie après qu’on l’ait laissé affreusement la programmation Mansouri et Saïfi blème au groupe. S’il est titulaire, il se donne à fond et s’il est seul, livré à la nature, lors du fameux du match remplaçant, il joue le jeu et accepte sans problème de se metn’ont pas joué tremblement de terre qui a frappé Boutre sur le banc. Il m’a dit que même s’il n’est pas convoqué, on merdès en 2003. Le mec avait eu telleMCA-USMH Quatre sélectionnés algériens est sûr de le voir redoubler d’efforts à l’entraînement pour rement peur de revivre le même n’ont pas joué ce week-end en prendre sa place. C’est un joueur qui ferait rêver tous les encauchemar qu’il a hésité à revenir en AlEurope. Ainsi, Rafik Saïfi a été traîneurs. Son entraîneur m’a même dit que si on a d’autres gérie. Il paraît que c’est plutôt sa maman jugé à court physiquement par joueurs comme lui, qu’on les lui envoie tous !», a confié Saâqui a eu la trouille et lui a conseillé de son entraîneur à Lorient, Chrisdane qui estime que Ghezzal a été choisi aussi pour ses quajouer là où… ça ne tremble jamais. tian Gourcuff ; Yazid Mansouri lités humaines remarquables. Allah ibarek, c’est trop Suzanne Amokrane était sur le banc de Lorient face à d’honneur à la fois pour notre Ghezzal national. suzanneamokrane@yahoo.fr Monaco, mais il n’a pas été incorInterrogé hier après la décision poré ; Rafik Halliche, pas encore de programmer le match MCAau point physiquement après son USMH pour dimanche prochain, retour de blessure, n’a pas été Stappelton, Albiston, Bayley, Muhren, Robson, Francis Trévor… le président d’El Harrach a indiconvoqué pour le déplacement Ces joueurs évoluaient tous à Manchester United et cette grande qué que « la Ligue nationale de du Nacional sur le terrain de équipe était venue dans les années 1980 à Alger pour y jouer un football est libre de programmer Naval ; Madjid Bougherra, quant match amical contre l’EN de Madjer, Belloumi, Assad, Zidane, Merzecette rencontre à la date qu’elle à lui, n’a pas joué, tout comme kane et consorts. C’était une époque faste. Les jeunes d’aujourd’hui ne veut et que les Mouloudéens sont tous ses coéquipiers des Glasgow peuvent pas imaginer qu’on puisse ramener l’actuelle Man United de libres de jouer où ils veulent. Cela Rangers, car le match de Coupe Cristiano Ronaldo. Qu’ils sachent juste que si notre football réussit à ne nous dérange nullement. Seuémerger un jour, ces grands clubs paieraient leurs billets même pour d’Ecosse face à Fofar a été relement, chacun doit assumer ses venir jouer dans l’ambiance qu’on connaît. Peut-être que les Ziani, porté en raison de l’impraticabiresponsabilités». Bougherra, Ghezzal et les autres réussiront bien à nous relever la tête lité du terrain. N. R. avec une qualification au Mondial qui nous fait tant rêver. Qui sait ?

C’est mieux là où ça ne tremble

Un Kabyle en cache un autre chez les militaires

Les précisions

de Khalef

En Liga espagnole, le Racing Santander à enchaîné un deuxième match contre un «grand» en affrontant le Real Madrid une semaine après avoir reçu Barcelone. Il a été battu (01) par le champion d’Espagne en titre. Mehdi Lacen a joué comme titulaire, avant de céder sa place à la 62’ à un joueur à vocation offensive après le but du Real.

jamais !

Saâdane ne veut pas

USMH

Tayeb Guessoum renvoyé de

Ghezzal,

le joueur parfait

Laïb :

«Chacun doit assumer ses responsabilités»

Manchester United à

Alger

You're Reading a Free Preview

Descarregar
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->