Você está na página 1de 1
CUB. La Lyonnaise aurait percu 38 millions de surcroit de rémunération et accumulé 31 millions de réserves Le pactole de I’assainissement pprés avoir obtenu une sérieuse renégociation du contrat de conces- sion de Yeau avec la Iyonnaise, le président socialiste de la Communauté urbaine de Bordeaux Cub), Alain Rousset, est en train de poser les bases d’une autre renégociation quinquenna- eaveclaméme société, Elle porte sur le contrat d’affermage du ser- vice public de 'assainissement, passé en 1993 pour une durée de vingt ans. Abordé dans un silence glacial jeudi soir en bureau dur ‘conseil de Communauté urbaine, le sujet s‘annonce une nouvelle fois trés politique. Habilement, le viceprésident Gérard Chausset [Verts/Mérignac) est parvenu 8 le rendre public hier lors du conseil de CUB. « Assainissons T'assainis sement, atl lancé en synthéti- sant le contenu du rapport de la commission de contre. Une rémunération & 13 %. En. résumé, Tanalyse financiére me née parla Cub afin de déterminer Ja rentabilité du contrat pour la Iyonnaise, conclut & un surcroit derémunérationde29,3 millions euros pour la période 1993- 2004. Une somme actualisée & 38 millions d’eurosen 2006. Pour Gtablir ce surcroit de rémunéra- tion, le service de Inspection gé- La Lyonnaise provisionne chaque année des réserves pour sa garantie de renouvellement quand ces investissements sont autofinancés depuis 1995 nérale dirigé par Jean-Louis Joec- Klé a reconstitué Ja situation comptable de la société fermiére Et Ya comparée avec le compte rendu financier présenté par la Iyonnaise. Le fermier aurait mas qué ce surcroit de rémunération de deux maniéres. En basant son compterendu financier sur une «garantie de renouvellement » quineréfléteraitpasleniveauréel et comptable des provisions de re nouvellement et en tenant compte de frais financiers cal- culés sur un besoin en fonds de roulement surestime, La rémuné- ration moyenne de la Lyonnaise sétablitainsi, selon a CUB, 213 % 2-5» 8G nes 207 du chiffve d'affaires quand un in- dustriel prend généralement le risqued’investircontreunerému- nération de 6 %. Une belle opéra- tion done pour a Lyonnaise. D'au- tant qu'elle se contente | dexploiter leservice (contrat d'af fermage) en assurant seulement les investissement de renouvelle mentdu matériel. Cestd'ailleurs Ta que se situe Faure trouvaille desservices dela CUB.Silecontrat signéen 1992entre alyonnaiseet 1aCUBn’encadre paslarémunéra tion dudélégataire, il plafonneen revanche les investissements de renouvellement auxquels est as- treinte la société fermitre, La Lyonnaise provisionne ainsi chaqueannéedesréserves poursa garantie de renouvellement quand ces investissements sont intégralement autofinancés de puis 1995. Moralité: la Lyonnaise a engrangé depuis le départ 31 millions d’euros au titre de cet- te eréserve » que la CUB aimerait bien voir réinvestis dans le ser- vice.« Nous n’avons pas eu connaissance du rapport de Ia commission de contrdle,s’étonne- Ine Dirick, responsable de la Iyonnaise 3 Bordeaux. Je constate que ce dossier de renégociation sétablit sur des bases politiques. Or la transparence est totale. Nos chiffres‘he sont pas encore finali- sés. I] est certain que Pévolution démographique et des volumes a entrainé une augmentation des recettes. 1a révision quinquenna- Ieservirajustementa rééquilibrer les choses,