Você está na página 1de 6
2012015 ‘ordancs inf: Facebock peut tromper une fos 600 000 personnes mais. affordance.info Le blog d'un maitre de conférences en sciences de Vinformation. ISSN 2260-1856 Accueil Quisuis-ie? ‘Quelques-uns de mes cours Identité numérique ; LE LIVRE !! 30 juin 2014 Facebook peut tromper une fois 600 000 personnes mais . "On peut tromper mille fois mille personnes, non, on peut tromper une fois mille personnes, mais on ne peut pas tromper mille fois mille personnes. Non, on peut tromper une fois mille personne mais on peut pas tromper mille fois une personne. Non. Emile, in La Citédela peur. Facebook a done mené une petite expérience. Pendant une semaine, ila pris un échantillon randomisé d'un peu plus de 600 000 personnes (quand méme ...} et a légérement modifié les contenus safichant sur leur mur, avee, pour la moitié de l'échantillon, davantage de contenus "positifs", et pour l'autre moitié, davantage de contenus négatifs. Histoire de voir si les émotions se propageaient sans interaction physique, et de quelle maniére. Le résultat semble sans appel : quand tu es exposé d des contenus positifs, tu texprimes toi-meme de maniére plus positive, ¢t inversement. Donc oui les émotions se propagent bien & travers les réseaux sociaux, et oui, les contenus auxquels nous sommes exposés plusieurs heures par jour influent sur notre humeur. Plus exactement et pour reprendreles termes mémes del'étude “Lorsque les expressions positives ont réduites, les gens ont produit moins de messages positfs et davantage de messages négatifs ; quand les expressions négatives ont été réduites, le schéma opposé s'est produit. Ces résultats indiquent que les Emotions exprimées par d'autres sur Facebook influencent nos propres émotions, constituant une preuve expérimentale de contagion sociale de masse d travers les réseaux sociaux", se flicitent les chercheurs de la firme de Palo Alto." (Source ‘Numerama) Lhistoire est (notamment) résumée dans cet article du Hulfington Post, et l'article scientifique en question (car il s'agisait bien d'une ‘expérience scientifique" s'appelle: "Experimental evidence of massive-scale emotional contagion through social networks.” Devant le tollé suscité, et la floraison d’éditorialistes et de dépéches AFP en rendant compte, ("quoi, j'ai 66 le sujet d'une experience et ‘on ne m'a rien dit 22" "quoi 22! on a modifié les contenus de mon mura Finsu de mon plein gré 72", Tun des auteurs de article et de expérience -a été contraint de publier un posto elle explique en gros que les modifications opérées étaient statistiquement minimales, ‘quele pourcentage d'utilisateurs concemés était quasi-insignifiant, et que'expérience n'a duré qu'une semaine “Regarding methodology, our research sought to investigate the above claim by very minimally deprioritizing a small percentage of content in News Feed (based on whether there was an emotional word in the post) for a group of people (about 0.04% of users, or 1 in 2500) for a short period (one week, in early 2012).” Et que, bien sir, tout cela n'a pour objectif que d'améliorer l'expérience utilisateur learn how to provide a better service." the goal of all of our research at Facebook is to Ledébat prend actuellement del'ampleur sur le net autour des arguments suivants + cette expérience était-clle vraiment "scientifique" + Facebook a-tillle droit de mener des expériences sans avert les utilisateurs ? + sommes-nous une nouvelle fois manipulés ? + faut-ily voirla poursuite d'une déja ancienne désive émotionnelle ? joint un autre débal, celui dela surveillance massive des populations (affaire Snowden, NSA, ele.) hipzaferdance.typepac common _weblag/201416/acobook- pki romper-ne-fos-600-000-porsonnes-mals him 2012015, ‘fordancs info: Facebock peut tromper une fos 600000 personnes mais. hea Clay Johnson < «2 Follow icjoh In the wake of both the Snowden stuff and the Cuba twitter stuff, the Facebook "transmission of anger” experiment is terrifying. 4 Reply #7 Retweet wollte sii wo «= 46 (< surleméme sujet, que je compléterai au fur Floraison n'est pas raison, donc je vous mets ici au chaud quelques articles dignes dint et A mesure + Surle fond : + Blle était attendue, la tribune de Danah Boyd qui souligne a quel point cette "expérience" a pour premier effet d’aceroitre notre anxiété par rapport aux manipulations et traitements de Big Data. Elle revient également surla noeive collusion entre "recherche" et "marketing", Et elle en sail quelque chose, ayant elle-méme été recrutée par Microsoft ;-) ‘+ Chris Peterson en profite pour revenir surle fonctionnement du "newsfeed! et rappeler qu'aucun algorithme ne peut étre “naturel! simplement étre plus ou moins "représentatit" + Jaron Lannier en appelle de son cdté dans une tribune au New-York Times, a "moderniser le processus du consentement éelairé” : ‘All of us engaged in research over networks must commit to finding a way to modernize the process of informed consent. Instead of lowering our standards to the level of unread click-through agreements, let's raise the standards for everyone.” + Sur"The Atlantic’, Kate Crawford mppelle que ces manipulations sont anciennes (cf expérience de Milgram notamment) et conclut Ge belle maniére: "Itis a failure of imagination and methodology to claim that itis necessary to experiment on millions of people without their consent in order to produce good data science. Shifting to opt-in panels of subjects might produce better research, and mare trusted platforms.’ + Antonio Casili, qui n'a pas le temps de faire un billet mais prend quand méme le temps de renvoyer vers 3 articles - scientifiques -) ~éelairants, dans l'un desquels on peut notamment lire Ge souligne) : "vou should be outraged because during the last 10 years you've been more interested in crap stories about Web celebrities, adorable dogs, and violent teenagers that we've been feeding you in our techaology columns, and you never took the time to realize that the very mission ofa medium like Facebookis to manipulate people's feelings, opinions, and moods.” + Camille Alloing revient surle “eapitalisme émotionnel” Surla forme (et la scientificité) + Janet Vertesi, professeur de sociologiea Princeton, pointe un fait essentiel: "As a sociologist of technology, I've witnessed these changes firsthand. have grants from Microsoft and Yahoo!; Intel fands my colleagues’ students; our graduates staffthelabs at Facebook and Google. These collaborations aim to keep Internet research both current and practical. But there are other reasons ‘why social scientists are turning to tech companies. Public money for social science research is being slashed at the federal level.” Et oui. Quand on coupe dans le budget de a recherche publique, on entretient le "salariat" des chercheurs parles grandes firmes technologiques. Ft 'on doit alors prendre sa part de responsabilité dans les collusions entretenues entre "recherche publique” et “inancements privés”. ‘+ Hdito de Forbes avee plein d'infos surle peer-reviewing et la scientificté de Vétude (que bon en fait 'étudea bien été validée mais jeux de données - datasets -associés, bref, c'est eompliqué;-) itt, doctorante sur les enjeux épistémologiques des Big Data qui raméne cette fameuse "étude" A sa juste proportion et A sa pauvreté scientifique) + Repéré par BoingBoing, James Grimmellmann ré deVétude est tout simplement... illégale : deux des chercheurs (universitaires) ont en effet bénéficié de fonds publics dans le cadre d’un projet englobant ladite étude, or ces fonds publics obligent a obtenir le consentement éelairé des participants, ee qui n'a pas été fit. wohlejoyeuxbordel datasets” que la oolleste et Vanalyse des données (es famenx Et un petit dessin humoristique pour inir, mais qui résume assez bien notre rapport schizophréne A ces technologies ;-) _gJJuillet: Sheryl Sandberg (n°2 de chez Facebook) s'excuse, Sur le mode : “On ne voulait pas vous ficher. On a mal communiqué. On ne Jeera plus". (lire aussi sur Numerama) Comprenez : "A l'avenir, on continuera bien sir dee faire mais on ne sera pas assez stupide pour Teraconter dans un article scientifique.” hipsfordance.typepaccomimon_weblog/201416facebok- pki romper-ne-fos-600-000.porsonnes-mals hi 56 2012015, ‘fordancs inf: Facebock peut tromper une fos 600 000 personnes mais. — a ‘Agonda:renconve Créer, trouver et Géopoliique du RPIST 2009 expllterlos blogs. web. Rédigéle go juin 2014 a 11:32 dans Big Data, EcologiedeT'info, HDR, Moteurs et autres engins, Réseaux sociaux | Lien permanent ‘TrackBack URL TrackBack de ctte note hutp//www.typepad.com services /trackback/6a00d83410622¢530f0199/42827709700 Voiet ls sites qui parlent de Facebook peut romper une fois 600 000 personnes mais Commentaires ‘BVous pouver suivre cette conversation en vous sbonnant au flux des eummentaires de cette note, Liutilisation des commentaires est désaetivée pour cette nate, affordance info Powered by TypePad ‘Tous Jes eontenus de ce blog sont sous lieence Creative Commons hipzaferdance.typepac common _weblag/201416/acobook- pki romper-ne-fos-600-000-porsonnes-mals him 66