Você está na página 1de 256

Guide technique

ISOLATION THERMIQUE

Performances
énergétiques
des éléments
opaques et
transparents

ADEME
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques et transparents

Avant-propos

Après une période de relative pause dans l'attention portée à la progression des économies d'énergie, on assiste désormais
à une remontée en puissance des préoccupations liées aux performances énergétiques des bâtiments. La nouvelle étape
de la réglementation thermique pour la construction neuve est significative à cet égard et va constituer une incitation forte
à l'innovation des matériaux, produits et systèmes d'enveloppe.

Dans le même temps, il est aujourd'hui clair que le contexte est nettement différent de ceux qui prévalaient lors des
précédentes étapes de l'évolution réglementaire en matière d'économie d'énergie.

De nouvelles préoccupations se sont faites jour ; on citera par exemple la prise en compte de la protection de
l'environnement, les risques éventuels pour la santé, les conséquences des choix techniques et des hiérarchies d'exigence
sur l'apparition de désordres compte tenu des conditions réelles d'usage.

Dans ces conditions, les acteurs du bâtiment et plus particulièrement les industriels se déterminent de plus en plus en
fonction d'un ensemble élargi de critères dans une vision plus systémique.

Il apparaît donc aujourd'hui indispensable d'examiner quelles sont les évolutions possibles ou probables en termes
d'exigences à prendre en compte afin d'identifier pour les différents matériaux, produits ou systèmes d'enveloppe comment
il sera possible de progresser en matière de performances énergétiques.

On vise donc ici les objectifs suivants :


• Établir un état de l'art des solutions couramment utilisées aujourd'hui ainsi qu'émergentes, disponibles sur le marché
français,
• Identifier pour les principales familles, les risques et opportunités que les hypothèses d'évolution des exigences
constituent dans le cadre du renforcement de la performance thermique ; on notera que pour ce qui concerne cette
analyse des risques et opportunités on s'attachera d'une part aux évolutions tendancielles à court et moyen terme
(qu'il s'agisse d'apparitions de solutions nouvelles ou de l'émergence sur le marché français de solutions existant dans
d'autres pays qui sont actuellement absentes du marché français et dont l'évolution du contexte favorisera le
développement). Par ailleurs, on proposera également des hypothèses en rupture dans le cadre d'une approche
prospective à plus long terme,
• Permettre de disposer d'éléments structurés et cohérents pour aider au choix de pistes porteuses d'innovation en
matière de matériaux, produits et systèmes d'enveloppe et servir de base à une mobilisation des acteurs (et plus
particulièrement des plus innovants) autour des préoccupations d'économies d'énergie.
En matière d'économies d'énergie, on prendra ici comme hypothèses de référence les principes généraux de la RT2000.
La première partie présente l'état de l'art ; la deuxième porte sur les perspectives d'évolution ainsi que la prospective
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques et transparents - Sommaire général 1

Performances énergétiques
des éléments opaques et transparents

S O M M A I R E G É N É R A L
Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1. La nouvelle réglementation thermique RT 2000 . . . . . 1
1.1 Consommation d'énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2 Température intérieure (Tic, Tic-réf) . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3 Gardes fous ou caractéristiques thermiques
minimales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
2. Le confort d'été et l'inertie thermique des bâtiments 5
3. Condensation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.1 Propriétés de l’air humide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.2 Humidité Absolue W . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.3 Humidité relative HR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.4 Température de rosée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.5 Humidité absolue dans les locaux d’habitation . . . . . . 6
3.6 L’air humide et les matériaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.7 Condensations superficielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.8 Condensations internes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
4. Rappels de notion d’acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
4.1 L’indice d’affaiblissement acoustique R d’une paroi . . 7
4.2 L’isolement acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
4.3 La réglementation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
5. Santé et environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
5.1 Inventaire et interprétation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
5.2 Environnement et santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
5.3 Rubrique «Santé et environnement» dans
les fiches «Isolants» . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Éléments opaques - État de l’art . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Éléments transparents - État de l’art . . . . . . . . . . . . . 1
1. Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1. Rappel des notions d’optique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.1 Préambule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.1 Comportement d’un corps face au rayonnement . . . . 1
1.2 Isolant thermique : définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 1.2 Propriétés lumineuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.3 Procédure d’Avis technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1.3 Propriétés énergétiques et facteur solaire g . . . . . . . . . 2
2. Le marché de l’isolation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.4 Propriétés géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
2.1 Les isolants thermiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.5 Calcul des facteurs optiques lumineux,
2.2 Les autres produits utilisés pour isoler les bâtiments . 4 énergétiques et solaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
2.3 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.6 Glossaire optique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
3. Domaines d’utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 2. Fiches Baies vitrées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
4. Fiches Procédés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 3. Fiches Composants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
5. Fiches Isolants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 4. Fiches produits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

Éléments opaques - Perspectives & prospective . . . 1 Éléments transparents -


Préambule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Perspectives & prospective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1. Les progrès réalisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1. Conséquences des évolutions réglementaires . . . . . . . 1
1.1 Vitrages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
2. Les conséquences des évolutions réglementaires 1.2 Menuiseries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
en cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5 1.3 Les protections solaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
3. Vers des sauts technologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 2 Vers des sauts technologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
3.1 Les matériaux super-isolants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 2.1 Vitrages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
3.2 Les matériaux à changement de phase . . . . . . . . . . . . 8 2.2 Menuiseries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Annexe : Conductivité thermique équivalente . . . . . . . . . . 9
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques et transparents - Généralités - Sommaire 3

Performances énergétiques
des éléments opaques et transparents
Généralités

S O M M A I R E
1. La nouvelle réglementation thermique RT 2000 . . . 1
1.1 Consommation d'énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.1.1 Déperditions à travers l'enveloppe (Ubât et Ubât-rèf) . . . 1
1.1.2 Apports de chaleur à travers l'enveloppe . . . . . . . . . . . 2
1.2 Température intérieure (Tic, Tic-réf) . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3 Gardes fous ou caractéristiques thermiques minimales . . 3
1.3.1 Isolation thermique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3.2 Confort d'été . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2. Le confort d'été et l'inertie thermique
des bâtiments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
3. Condensation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.1 Propriétés de l’air humide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.2 Humidité Absolue W . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.3 Humidité relative HR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.4 Température de rosée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.5 Humidité absolue dans les locaux d’habitation . . . . . . . . . 6
3.6 L’air humide et les matériaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.7 Condensations superficielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.8 Condensations internes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
4. Rappels de notion d’acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
4.1 R : indice d’affaiblissement acoustique d’une paroi . . . . . . 7
4.2 L’isolement acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
4.3 La réglementation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

5. Santé et environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques et transparents - Généralités - 1. RT2000 1

Performances énergétiques
des éléments opaques et transparents
Généralités HT
U bât =
AT
A.2 Des apports solaires à travers les parois vitrées,
transparents ou translucides, calculés notamment en
1. La Réglementation Thermique 2000 fonction du facteur solaire de ces parois.
B. Le calcul de la température intérieure s'effectue en fonction
de l'inertie et des caractéristiques thermiques et
énergétiques des parois opaques et transparentes.
C. Les gardes fous concernent aussi bien les composants de
Principes l'enveloppe que les systèmes.

Pour respecter la nouvelle réglementation thermique 2000, un


bâtiment résidentiel ou non résidentiel devra satisfaire aux trois
1.1 Consommation d'énergie
exigences suivantes :
1 - Sa consommation conventionnelle d'énergie devra être
inférieure ou égale à une consommation d'énergie de référence
1.1.1 Déperditions à travers l'enveloppe
calculée en fonction de caractéristiques thermiques de
(Ubât et Ubât-rèf)
référence (isolation, chauffage, eau chaude sanitaire,
Le coefficient Ubât est le coefficient moyen de déperdition par
ventilation) et, pour les bâtiments tertiaires, à l'éclairage :
transmission à travers les parois et les baies du bâtiment, il
C ≤ Créf s'exprime en W/(m2.K) et se calcule d'après la formule
2 - En période estivale, sa température intérieure convention- suivante :
H
nelle maximale devra être inférieure ou égale à une Ubât = T
AT
température intérieure de référence calculée à partir de
caractéristiques thermiques de référence (protections solaires, où
possibilité d'ouvrir les fenêtres, …) : AT est la surface intérieure totale des parois qui séparent
l'espace chauffé de l'extérieur, du sol et des locaux non
Tic < Tic réf
chauffés, en m2.
3 - Les caractéristiques de l'isolation thermique des parois, et HT est le coefficient de déperdition par transmission entre
des équipements de chauffage, de ventilation, d'eau chaude l'espace chauffé d'une part et l'extérieur, le sol et les locaux
sanitaire, d'éclairage, de climatisation et les protections non chauffés d'autre part. Il se calcule par la formule
solaires doivent présenter des performances minimales. Ces suivante :
gardes fous signifient que certains produits seront interdits sur HT = HD + HS + HU
le marché de la construction parce que leurs performances ne
sont pas suffisantes par rapport aux objectifs de la RT2000.
La validation de ces trois exigences peut se faire soit par calcul
à l'aide d'un logiciel dont le cœur de programme a été
développé par le CSTB (méthode destinée aux professionnels
avertis), soit sans calcul par le biais de solutions techniques
validées par le ministère et réputées respecter la
réglementation thermique (méthode destinée aux artisans et
particuliers).
L'enveloppe du bâtiment est concernée par les trois exigences
citées ci-dessus, en effet :
A. Le calcul de la consommation d'énergie passe par un calcul
préalable :
A.1 Des déperditions à travers l'enveloppe du bâtiment,
calculées en fonction d'un coefficient de transmission
surfacique moyen. Ce coefficient s'appelle Ubât et sa
valeur de référence nommée coefficient Ubât-réf est
calculée en fonction de caractéristiques thermiques de
référence;
Sol,
Coefficients de déperdition par transmission à travers les parois Vide sanitaire
limitant l'espace chauffé d'un bâtiment. Sous-sol non chauffé
Isolation Thermique
2 Performances énergétiques des éléments opaques et transparents - Généralités - 1. RT2000

où A7 surface des baies destinées à recevoir des fenêtres, des


HD est le coefficient de déperdition par transmission à travers portes-fenêtres ou des parois transparentes et
les parois donnant directement sur l'extérieur, en W/K, translucides équipées de fermetures;
HS est le coefficient de déperdition par transmission à travers L8 linéaire de la liaison périphérique des planchers bas avec
les parois en contact direct avec le sol ou donnant sur un un mur;
vide sanitaire ou sur un sous-sol non chauffé, en W/K, L9 linéaire de la liaison périphérique des planchers
HU est le coefficient de déperdition par transmission à travers intermédiaires ou sous comble aménageable avec un mur;
les parois donnant sur des locaux non chauffés (à L10 linéaire de la liaison périphérique avec un mur des
l'exception des sous-sols et des vides sanitaires), en W/K. planchers hauts pris en compte pour le calcul de A3.
Ubât-réf. est un coefficient de référence pour Ubât, appelé Les surfaces A1 à A7 sont les surfaces intérieures des parois et
"coefficient moyen de référence de déperdition par les parois et les linéaires L8 à L10 sont déterminés à partir des dimensions
les baies du bâtiment". intérieures des locaux. Seules sont prises en compte, pour les
Il permet de situer la déperdition par transmission à travers déterminations de ces surfaces et de ces linéaires, les parois
l'enveloppe par rapport à une valeur de référence calculée en ou liaisons donnant sur un local chauffé, d'une part, et, d'autre
fonction de caractéristiques thermiques de référence des part, sur l'extérieur, un local non chauffé, le sol ou un vide
composants d'enveloppe. sanitaire.
Le mode de calcul de Ubât-réf est similaire à celui de Ubât. Il Dans le cas où la liaison périphérique d'un plancher se situe à
s'effectue en fonction de coefficients de références, donnés la jonction d'un plancher intermédiaire avec un plancher bas ou
dans l'arrêté de la réglementation thermique, pondérés par les un plancher haut, le linéaire à prendre en compte est
caractéristiques géométriques réelles du bâtiment. respectivement L8 ou L10.
La surface à prendre en compte pour les portes, les fenêtres et
a 1 A 1 + a 2 A 2 + a 3 A 3 + a 4 A 4 + a 5 A 5 + a 6 A 6 + a 7 A 7 + a 8 L 8 + a 9 L 9 + a 10 L 10
U bât −réf = les portes-fenêtres est celle en tableau.
A1 + A 2 + A 3 + A 4 + A 5 + A 6 + A 7
Les surfaces des parois et des baies prises en compte pour le
On distingue dans cette formule les coefficients de référence ai, calcul de Ubât-réf sont identiques à celles prises en compte
les surfaces Ai et linéaires Li pour le calcul de Ubât.
Les coefficients a1 à a10 dépendent de la zone climatique du Toutefois, lorsque la somme des surfaces des baies, A6 et A7,
lieu de construction du bâtiment, on distingue entre la zone H3 est supérieure au taux indiqué ci-après, la part de la surface
d'une part et les zones H1 et H2 d'autre part. qui dépasse cette limite est considérée, pour le calcul de
Les coefficients ai sont donnés dans le tableau ci-après et Ubât-réf, comme une surface de paroi verticale opaque, A1, et
s'expriment en W/(m2.K) : est ajoutée à celle-ci. Cette limitation doit être effectuée de
façon à conserver le rapport existant entre surfaces équipées
Tableau I
ou non de fermetures.
Coefficient
Zones H1 et H2 Zone H3 Pour les bâtiments d'habitation, la limite est de 25% de la
ai
a1 0,40 0,47 surface habitable au sens de l'article R. 111-2 du code de la
a2 0,23 0,30 construction et de l'habitation.
a3 0,30 0,30 Pour les bâtiments à usage autre que d'habitation, la limite est
a4 0,30 0,43
a5 1,50 1,50
de 50% de la surface de façade, prise égale à la somme des
a6 2,40 2,60 surfaces des parois transparentes, translucides et verticales
a7 2,00 2,35 opaques, en contact avec l'extérieur ou avec un local non
a8 0,50 0,50 chauffé.
a9 0,70 pour les maisons 0,7 pour les maisons
individuelles individuelles
0,9 pour les autres 0,9 pour les autres 1.1.2 Apports de chaleur à travers
bâtiments bâtiments l'enveloppe
a10 0,7 pour les maisons 0,7 pour les maisons
individuelles individuelles Les apports de chaleur solaire de référence d'un bâtiment,
0,9 pour les autres 0,9 pour les autres
pour le calcul de Créf sont déterminés en considérant que les
bâtiments bâtiments
surfaces des baies de référence sont celles utilisées pour le
A1 surface des parois verticales opaques, y compris les calcul de Ubât-réf. Ces baies sont supposées verticales sans
parois verticales des combles aménagés; masque proche et orientées pour un quart au nord, à l'est, au
A2 surface des planchers sous combles ou rampants, y sud et à l'ouest.
compris les parois horizontales des combles aménagés; Le facteur solaire de référence des baies est de 0,40.
A3 surface des planchers hauts autres que ceux pris en
compte dans A2;
A4 surface des planchers bas;
A5 surface des baies destinées à recevoir des portes,
exception faite des portes entièrement vitrées;
A6 surface des baies destinées à recevoir des fenêtres, des
portes entièrement vitrées, des portes-fenêtres et des
parois transparentes ou translucides non équipées de
fermetures;
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques et transparents - Généralités - 1. RT2000 3

Tableau II

Inertie Zone climatique d'été Ea Eb Ec Ed


quotidienne Exposition au bruit BR1 BR2 BR3 BR1 BR2 BR3 BR1 BR2 BR3 BR1 BR2 BR3
Baie verticale nord 0,45 0,45 0,25 0,45 0,45 0,25 0,25 0,25 0,15 0,25 0,15 0,15
Légère Baie verticale courante 0,25 0,25 0,15 0,25 0,25 0,15 0,15 0,15 0,10 0,15 0,10 0,00
Baie horizontale ou inclinée 0,15 0,15 0,00 0,15 0,15 0,00 0,10 0,00 NA 0,00 0,00 NA
Baie verticale nord 0,65 0,45 0,25 0,45 0,45 0,25 0,45 0,45 0,25 0,25 0,25 0,15
Moyenne Baie verticale courante 0,45 0,25 0,15 0,25 0,25 0,15 0,25 0,25 0,15 0,15 0,15 0,10
Baie horizontale ou inclinée 0,25 0,15 0,00 0,15 0,15 0,00 0,15 0,15 0,00 0,10 0,00 NA
Baie verticale nord 0,65 0,45 0,45 0,65 0,45 0,45 0,65 0,45 0,25 0,45 0,25 0,25
Lourde Baie verticale courante 0,45 0,25 0,25 0,45 0,25 0,25 0,45 0,25 0,15 0,25 0,15 0,15
Baie horizontale ou inclinée 0,25 0,15 0,15 0,25 0,15 0,15 0,25 0,15 0,00 0,15 0,10 0,00
Baie verticale nord 0,65 0,65 0,45 0,65 0,65 0,45 0,65 0,45 0,45 0,65 0,45 0,25
Très lourde Baie verticale courante 0,65 0,45 0,25 0,65 0,45 0,25 0,45 0,25 0,25 0,45 0,25 0,15
Baie horizontale ou inclinée 0,45 0,25 0,15 0,45 0,25 0,15 0,25 0,15 0,15 0,25 0,15 0,00

1.2 Température intérieure 1.3 Gardes fous ou caractéris-


(Tic, Tic-réf) tiques thermiques minimales
Le facteur solaire de référence des baies, pour le calcul de
Tic-réf, est défini dans le tableau II en fonction de leur exposition 1.3.1 Isolation thermique
au bruit, leur orientation et leur inclinaison ainsi que de la zone
climatique et de l'inertie quotidienne du bâtiment ou de la zone Chaque paroi d'un local chauffé, dont la surface est supérieure
du bâtiment. ou égale à 0,5 m², donnant sur l'extérieur, un vide sanitaire, un
Pour les bâtiments d'inertie légère et très lourde, Tic-réf est parking collectif, un comble ou le sol, doit présenter une
calculée soit avec l'inertie du projet, soit avec une autre inertie isolation minimale, exprimée en coefficient de transmission
du tableau ci-dessus. thermique U, exprimé en W/(m².K), de la paroi, dont la valeur
maximale est donnée dans le tableau ci-dessous.
Pour les bâtiments d'inertie très légère, les facteurs solaires de
référence sont ceux du tableau ci-dessus donnés pour l'inertie Tableau III
légère et le calcul de Tic-réf est mené avec une inertie très Coefficient U
légère. PAROIS maximal
W/(m².K)
Pour les locaux à occupation passagère, le facteur solaire de Murs en contact avec l'extérieur ou avec le sol 0,47
référence des baies est de 0,65 pour les baies verticales et
Planchers sous combles et rampants des
0,45 pour les baies horizontales. 0,30
combles aménagés
Les cases marquées NA correspondent à des configurations Planchers bas donnant sur l'extérieur ou sur un
non autorisées pour mener le calcul. parking collectif, et toitures-terrasses en béton
0,36
ou en maçonnerie à l'exclusion des toitures
Les baies sont supposées sans masque proche. prévues pour la circulation des véhicules
L'inertie séquentielle de référence est égale en termes de Autres planchers hauts, à l'exclusion des toitures
0,47
capacité thermique à l'inertie quotidienne. prévues pour la circulation des véhicules
Planchers bas donnant sur un vide sanitaire 0,43
Pour les locaux à usage autre que d'habitation, le facteur
solaire de référence de la partie ouverte des baies est pris égal Fenêtres et portes-fenêtres prises nues 2,90
à 1 quand le facteur solaire de baie de référence est de 0,65 Façades rideaux 2,90
ou 0.45 dans le tableau ci-dessus ; il est égal à 0,50 dans les
autres cas. Les planchers bas sur terre plein doivent être isolés (par
dessus ou par dessous) par un isolant dont la résistance
Si le calcul conduit à une valeur de Tic-réf inférieure à 26°C, thermique est supérieure ou égale à 1,4 m².K/W.
Tic-réf est alors égale à 26°C.
En cas d'isolation périphérique en sous face, les planchers
Les coefficients d'absorption des parois opaques pris en doivent être isolés à toute leur périphérie sur une largeur d'au
référence pour le calcul de Tic-réf sont de 0,5 pour les parois moins 1,5 m.
verticales et de 0,7 pour les parois horizontales.
L'isolation des parois et le système de ventilation pris en
référence pour le calcul de Tic-réf sont ceux pris en compte
pour le calcul du coefficient C du projet.
Isolation Thermique
4 Performances énergétiques des éléments opaques et transparents - Généralités - 1. RT2000

1.3.2 Confort d'été


Dans tout local destiné au sommeil et non climatisé, le facteur
solaire des baies doit être inférieur ou égal au facteur solaire de
référence défini dans le tableau II.
Les valeurs nulles ou indiquées "NA" correspondent à des
situations interdites.
Sauf si les règles d'hygiène ou de sécurité l'interdisent, les
baies d'un même local non climatisé autre qu'à occupation
passagère doivent pouvoir s'ouvrir sur au moins 30% de leur
surface totale. Cette limite est ramenée à 10% dans le cas des
locaux pour lesquels la différence d'altitude entre le point bas
de son ouverture la plus basse et le point haut de son ouverture
la plus haute est égale ou supérieure à 4m.
Le coefficient U maximal pris en compte pour les fenêtres et les
portes-fenêtres est celui correspondant à la position verticale. Pour tout bâtiment climatisé à usage autre que d'habitation, le
ratio d'ouverture solaire équivalente, noté "Rose" doit être
Les parois séparant les locaux à occupation continue des
inférieur ou égal à la valeur donnée dans le tableau suivant :
locaux à occupation discontinue doivent présenter un
coefficient de transmission thermique U de la paroi qui ne peut Tableau V
excéder 0,5 W/(m².K). Zone
Ea Eb Ec Ed
Le coefficient de transmission thermique linéique moyen Ψ du climatique
pont thermique dû à la liaison de deux ou plusieurs parois dont Rose maximal 0,35 0,30 0,25 0,25
une au moins est en contact avec l'extérieur, ne peut excéder
les valeurs indiquées ci-après :
Pour tout bâtiment climatisé à usage d'habitation, le facteur
Tableau IV
solaire moyen des baies doit être inférieur ou égal à la valeur
Type de bâtiment Coefficient Ψ maximal donnée dans le tableau suivant :
W/(m.K) Tableau VI
Maisons individuelles 0,99
Zone climatique Ea Eb Ec Ed
Bâtiment à usage d'habitation 1,10
Baies verticales nord 0,65 0,65 0,65 0,45
Bâtiment à usage autre que
1,35 Autres baies verticales 0,45 0,45 0,45 0,25
d'habitation à compter du 01/01/2004
Baies horizontales 0,25 0,25 0,25 0,15
Ψ étant la valeur moyenne calculée pour chacun des linéaires
L8, L9 et L10.
Dans le cas des bâtiments à usage d'habitation, le coefficient
moyen de déperditions par les parois et les baies du bâtiment
(Ubât) ne peut excéder de plus de 30 % le coefficient moyen de
déperditions par les parois et les baies de bâtiment de
référence (Ubât-réf).
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques et transparents - Généralités - 2. Confort d’été 5

A contrario, une paroi avec isolation intérieure sans contre-


cloison a une contribution nulle à l'inertie thermique.
2. Le confort d'été et l'inertie
Nous présentons ci-après la méthode de détermination
thermique des bâtiments forfaitaire, qui situe des exemples de ces principes au niveau
des planchers hauts, planchers bas et parois verticales :
 Les éléments dits "lourds" sont définis comme suit :
Le confort thermique d'été des bâtiments non climatisés est • Plancher haut lourd :
évalué en fonction de la zone climatique dans laquelle le
bâtiment est situé, et de trois facteurs essentiels liés au – béton plein de 8 cm au moins isolé par l'extérieur et sans
bâtiment : faux plafond,
– l'inertie thermique du bâtiment, – béton plein de plus de 15 cm sans isolant et sans faux-
– la protection solaire des baies vitrées, plafond.
– les possibilités de ventilation naturelle ou mécanique. • Plancher bas lourd :
La RT2000 définit les exigences de moyens à mettre en œuvre – plancher, chape ou dalle sans isolant thermique (plancher
pour limiter les températures excessives en période chaude intermédiaire),
Les valeurs maximales du facteur solaire individuel ou moyen – béton plein de plus de 15 cm, chape ou dalle béton
des baies exposées sont fixées en fonction de la zone de bruit, de 4 cm ou plus côté intérieur.
de l'inertie du bâtiment, de la zone climatique d'été, de
• Paroi verticale lourde :
l'orientation et de l'inclinaison de la façade.
(voir document : "Performances énergétiques des éléments  Mur de façade et pignon isolés par l'extérieur avec à
transparents") l'intérieur :
En ce qui concerne les éléments opaques, leur contribution se – béton plein de 7 cm ou plus,
caractérise par la classe d'inertie attribuée au bâtiment. – bloc agglo 11 cm ou plus,
– brique pleine ou perforée de 10,5 cm ou plus,
Il s'agit essentiellement ici de l'inertie dite "quotidienne", utilisée
– brique creuse de 15 cm ou plus enduite.
pour caractériser l'amortissement de l'onde quotidienne de
Règle de détermination forfaitaire de l'inertie
température et d'ensoleillement.
Tableau VII
Cinq classes d'inertie quotidienne sont définies :
– très légère, Plancher bas Plancher haut Paroi verticale INERTIE
– légère, lourd lourd lourde très lourde
- lourd lourde lourde
– moyenne, lourd - lourde lourde
– lourde, lourd lourd - lourde
– très lourde. - - lourde moyenne
On définit également une inertie dite "séquentielle" pour - lourd - moyenne
lourd - - moyenne
caractériser l'amortissement de l'onde séquentielle de
- - - très légère
température en saison chaude sur une période de 12 jours, qui
est utilisée uniquement pour l'option "Calculs".
La classe d'inertie quotidienne peut être déterminée par l'une
ou l'autre des approches suivantes :
– détermination forfaitaire,
– détermination par "points d'inertie" ,
– détermination par le calcul.
La détermination par points d'inertie offre une cotation précise
de la contribution de chaque type de paroi, la somme des
points d'inertie situant la classe d'inertie du bâtiment.
Le paramètre significatif pour la contribution d'une paroi est
la masse thermique de la partie de la paroi située du côté
intérieur du local et présentant le cas échéant un revêtement dit
"sans effet thermique", c'est-à-dire sans résistance thermique
significative.
Isolation Thermique
6 Performances énergétiques des éléments opaques et transparents - Généralités - 3. Condensation

quantité d'eau maximale accessible et Pvs augmentent avec la


température donc HR augmente quand T diminue et
3. Condensation inversement alors que l'humidité absolue reste constante.

3.4 Température de rosée


La température de rosée, appelée aussi point de rosée, est la
3.1 Propriétés de l'air humide température à laquelle il faut refroidir l'air humide pour atteindre
la saturation et donc obtenir un début de condensation (d'où le
L'air humide est un mélange d'air sec et de vapeur d'eau et nom de rosée). Lorsque cette température de rosée Tr est
l'humidité est la masse d'eau contenue dans une masse d'air atteinte, la pression partielle de la vapeur est égale à la
ou de gaz. pression de saturation (Pv = Pvs), et on a un taux d'humidité
relative de 100 %.
Cette définition n'est pas accessible à la plupart des appareils
de mesure et il a fallu faire appel à d'autres notions telles que
la température humide, l'humidité relative ou le point de rosée. 3.5 Humidité absolue dans les
Soit un volume d'air humide, à une température T et une locaux d'habitation
pression Pt. La masse M d'air humide contenue dans ce
volume est la somme d'une masse Ma d'air sec et Mv de vapeur La quantité de vapeur d'eau Wi en g/m3 contenue dans l'air
d'eau. d'un logement est essentiellement liée à trois paramètres qui
Mt = Ma + Mv sont :
La pression totale Pt est la somme des pressions partielles Pa 1 - l'apport et la production de vapeur d'eau,
de l'air et Pv de la vapeur d'eau.
2 - le renouvellement d'air,
Pt = Pa +Pv
3 - la température ambiante.
La vapeur d'eau est un gaz et il faut savoir qu'une goutte d'eau
transformée en vapeur occupe à 100 °C un volume 1700 fois
plus grand qu'à l'état liquide. 3.6 L'air humide et les matériaux
Parmi les matériaux du bâtiment, un grand nombre présente un
3.2 Humidité absolue W caractère hygroscopique, c'est à dire qu'ils sont capables
d'absorber une quantité d'eau plus ou moins importante quand
L'humidité absolue W est le rapport de la masse de vapeur l'humidité relative de l'air ambiant augmente. Le caractère
d'eau Mv à la masse d'air sec Ma présente dans un même hygroscopique d'un matériau dépend essentiellement du
volume :
M volume de cavités, dont la taille caractéristique est inférieure à
W= v [kg / kg air sec] 0,1 µm, contenu dans le matériau.
Ma
La fixation de la vapeur d'eau dans un milieu poreux est
Ce rapport est difficile à mesurer car il faut utiliser un système
complexe car elle met en jeu deux phénomènes fondamentaux
de dessiccation pour séparer l'air sec de la vapeur. En
qui apparaissent soit successivement, soit simultanément :
pratique, on ne mesure jamais l'humidité absolue directement.
– l'adsorption (mono-moléculaire et pluri-moléculaire).
Les appareils de mesure donnent en général l'humidité relative
– la condensation capillaire.
ou le point de rosée.
Les quantités d'eau fixées par adsorption surfacique (3 à 4
couches de molécules d'eau) sont généralement très faibles et
3.3 Humidité relative HR seul le phénomène de condensation capillaire explique les
quantités d'eau importantes qui sont adsorbées par certains
Pour l'air humide non saturé, la capacité d'adsorption de matériaux, en particulier ceux à base de ciment, bois ou argile.
vapeur d'eau dépend du rapport entre la masse Mv de vapeur
d'eau contenue dans un volume V et la masse Mvs qu'il y aurait
à l'état saturé.
3.7 Condensations superficielles
L'humidité relative (ou degré hygrométrique) est le rapport
Les condensations se produisent là où la température de
entre la pression partielle de vapeur d'eau Pv et la pression de
surface des ouvrages Tsi est inférieure à la température de
vapeur saturante Pvs pour une température et un volume d'air
rosée Tr de l'air intérieure. C'est un phénomène qui est donc
donné :
fonction des facteurs qui déterminent ces températures, à
Mv P W
HR = = v = savoir :
M vs Pvs Ws – l'humidité relative et la température pour la température de
La pression de vapeur d'eau saturante Pvs désigne la valeur rosée ;
maximum que peut atteindre la pression partielle Pv de la – la température extérieure, la température intérieure et les
vapeur, en état d'équilibre avec l'eau liquide à une température caractéristiques thermiques des ouvrages, pour Tsi .
T ; au-delà, il y a condensation. Les conséquences défavorables des mesures de réduction du
L'humidité relative s'emploie le plus souvent à la pression taux de renouvellement d'air par calfeutrage des joints de
atmosphérique, mais il faut préciser la température. En effet, la fenêtres et des bouches de ventilation et d'abaissement des
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques et transparents - État de l’art - 4. Notions d’acoustique 7

températures intérieures s'expliquent ainsi par l'élévation de la


température de rosée de l'air intérieur et la diminution des
températures superficielles intérieures des ouvrages (la 4. Rappels de notions d'acoustique
production de vapeur restant bien entendu constante).
Dans ce cas, les condensations apparaissent d'abord où la
température est la plus faible (ponts thermiques) du fait de la
différence entre les surfaces d'échanges extérieure et Dans un bâtiment, on distingue deux grands types de bruit :
intérieure et/ou de la conductivité thermique élevée de certains – les bruits aériens qui sont émis dans un local ou proviennent
matériaux. de l'extérieur et se propagent dans l'air,
Exemples : angles verticaux, liaisons entre les planchers, les – les bruits solidiens émis ou transmis par les structures, tels
balcons, les refends, nervures, ... que les bruits d'impact ou d'équipements.
Ces phénomènes peuvent ensuite s'étendre aux parties Un bruit peut être caractérisé par son intensité I (W/m²) ou sa
courantes si celles-ci ne sont pas suffisamment isolées ou si la pression P (Pa). En pratique, on utilise le niveau de pression
ventilation n'évacue pas une quantité suffisante de vapeur repéré sur une échelle logarithmique dont l'origine est le seuil
produite à l'intérieure. d'audibilité (P0).
Comme règle générale, on retiendra que les facteurs Pour tenir compte de la différence de sensibilité de l'oreille
déterminant l'apparition des condensations dans les bâtiments humaine suivant la fréquence (sons graves, médium, aigus), on
sont dans l'ordre : pondère les niveaux acoustiques qui sont alors exprimés en
– les conditions d'occupation qui conditionnent la production dB (A).
de vapeur ;
– la température obtenue dans les locaux ;
– la ventilation des locaux qui doit être conçue de manière à 4.1 R : indice d'affaiblissement
ne pas gêner l'occupant et assurer un débit d'air en rapport acoustique d'une paroi
avec ces activités ;
– l'isolation thermique. Les indices d'affaiblissement traduisent la différence entre les
niveaux de pression acoustiques qui règnent de part et d'autre
de l'élément testé, ils s'expriment en dB(A) et sont mesurés en
3.8 Condensations internes laboratoire. L’indice d'affaiblissement représente les caracté-
ristiques d'un élément (paroi, fenêtre, vitrage) pour chaque
Pour le transfert de vapeur d'eau en régime établi dans les
bande de 1/3 d'octave comprise entre 100 Hz et 5000 Hz (18
parois de construction, on utilise une loi qui régit la densité de
valeurs). A partir de ces 18 valeurs d'affaiblissement
flux de vapeur traversant les matériaux. Cette loi est fonction
acoustique, on calcul un indice unique R. Le calcul permet
des pressions de vapeur d'eau, de l'épaisseur du produit, et
d'exprimer de façon différente les qualités acoustiques de
d'un coefficient propre à chaque matériau. Ce coefficient,
l'élément testé.
appelé δ, représente la perméabilité à la vapeur d'eau du
matériau. La perméabilité est en kg/(s.m.Pa) ou en Deux spectres de références sont généralement utilisés :
g/(m.h.mmHg). – le bruit de trafic routier pour les éléments de façade, l'indice
correspondant est appelé Rroute
Pour éviter les risques de condensations superficielles et
– le bruit rose (énergie acoustique identique dans chaque
internes, deux méthodes sont disponibles et décrites dans la
intervalle de fréquence) pour des éléments de séparation
norme EN ISO 13 788.
entre deux locaux, l'indice correspondant est appelé Rrose.
Au niveau européen, l'indice unique retenu est Rw, mais des
termes d'adaptation permettent de retrouver Rroute et Rrose.
L'indice d'affaiblissement R d'une fenêtre prend en compte la
menuiserie. D'une façon générale, l'indice R de la fenêtre est
égal au minimum à l'indice R du vitrage. Une menuiserie
classique permet de réduire de 2 à 3 dB(A) le niveau de bruit.
Une menuiserie performante sur le plan acoustique permet de
gagner 4 à 5 dB(A).
D'une manière générale, plus R est grand, plus l'élément de
paroi a un isolement acoustique élevé. Par exemple, les
conversations normales et téléphoniques sont nettement
intelligibles à travers une paroi lorsque son indice
d'affaiblissement est inférieur ou égal à 30dB(A), par contre à
50 dB(A) toutes les conversations sont inaudibles.
Les produits d'isolation utilisés en paroi sont généralement
caractérisés par les paramètres suivants :
A. L'efficacité d'un doublage
Un doublage est caractérisé par un indice ∆R en dB(A), calculé
pour un bruit rose à l'émission, à partir du spectre d'efficacité
du doublage par tiers d'octave mesuré entre 100 et 5000 Hz.
Pour chaque tiers d'octave, on mesure la différence ∆R entre
Isolation Thermique
8 Performances énergétiques des éléments opaques et transparents - Généralités - 4. Notions d’acoustique

l'indice d'affaiblissement acoustique R du mur support doublé 4.2 L'isolement acoustique


et celui du mur support seul.
Le mur support le plus souvent utilisé est un mur de béton plein L'isolement brut D est la différence de niveau de pression
de 16 cm, dont l'indice d'affaiblissement acoustique Rrose est acoustique entre deux locaux adjacents, celui d'émission et
de 56 dB(A). L'efficacité du doublage augmente lorsque la celui de réception.
masse surfacique du support, sur lequel l'isolant est appliqué,
Il est mesuré in-situ prend en compte la totalité du bruit qui
diminue.
arrive dans le local de réception, c'est à dire par transmission
B. L'absorption acoustique directe (paroi séparative) et par les transmissions latérales
(autres parois liées à la paroi séparative).
Le coefficient αs d'absorption d'un matériau est le rapport de
l'énergie acoustique absorbée à l'énergie incidente pour une L'isolement acoustique est défini pour chaque type de bruit
bande de fréquence déterminée. Ce coefficient est compris (rose ou route) et il tient compte des caractéristiques des
entre 0 et 1, un coefficient égal à 0 signifie qu'aucune énergie locaux, telles que la réverbération.
n'est absorbée, à l'inverse s'il est égal à 1, toute l'énergie est L'isolement normalisé DnT est l'isolement brut corrigé en
absorbée. fonction du rapport entre la durée de réverbération réelle
mesurée dans le local de réception, et la durée de référence
C. Le niveau de bruit de choc normalisé Ln (0,5 seconde à tourtes fréquences dans les logements).
L'isolement normalisé DnAT permet de caractériser par une
Quant aux bruits d’impact en plancher, ils sont caractérisés par seule valeur exprimée en dB(A), l'isolement entre deux locaux.
le paramètre suivant :
P Il existe une méthode de calcul normalisé de l’isolement
Ln = 20 log exprimé en dB accoustique, prenant en compte les transmissions directes et
P0
latérales et avec comme données d’entrée les paramètres
Cette mesure est faite en laboratoire entre deux salles d'essais
définis en 4.1.
superposées, ayant des transmissions indirectes négligeables.
Elle est faite par tiers d'octave à l'aide d'une machine à chocs
normalisée posée sur le plancher. Le niveau Ln est mesuré 4.3 La réglementation.
dans la pièce inférieure.
D. L'efficacité ∆L La loi sur le bruit du 31 décembre 1992 formule, dans son
article 1er, le double objectif de protéger les hommes et
L'efficacité ∆L d’un revêtement de sol est mesurée en
l'environnement. La réglementation est fondée sur une
laboratoire sur une dalle pleine de béton 14 cm d'épaisseur, à
exigence de résultats, ce qui laisse aux professionnelles le
l'aide d'une machine à choc. On fait d'abord une mesure Ln sur
choix des moyens. Les exigences minimales à satisfaire en
la dalle nue par tiers d'octave puis une seconde avec la couche
matière d'acoustique sont décrites dans le NRA (Nouvelle
résiliente. La différence obtenue pour chaque tiers d'octave
Réglementation Acoustique) et les textes élaborés pour
donne l'efficacité du revêtement, sous forme de courbe ou
l'application de la loi. Tableau VIII.
exprimée globalement en dB(A). Par exemple, l'efficacité d'une
chape flottante varie d'environ 12 à 28 dB(A) suivant la nature Les exigences du tableau VIII relatives aux isolement aux bruits
et l'épaisseur de la couche résiliente. aériens et aux bruits d’impact viennent récemment d’être
exprimés avec de nouveaux indices européens.
Tableau VIII La réglementation distingue les
bâtiments d'habitation des autres
Dispositions Réglementaires NRA catégories de bâtiment (scolaires,
Atténuer le bruit de : hopitaux, ...).
54 dB(A) entre les pièces principales de 2 logements.
51 dB(A) pour la cuisine et la salle d'eau. La NRA comporte des améliorations par
Bruits aériens intérieurs rapport à la réglementation de 1969, en
54 dB(A) entre les logements et parties communes,
– bruits de voix, particulier pour les bruits aériens
s'il y a moins de 3 portes de séparation, l'isolement est
– télévision,
– chaîne HIFI,
ramené à 41 dB(A). intérieurs (isolement entre logements), la
56 dB(A) entre logement et parking transmission des bruits d'impacts et les
– voiture dans garage…
59 dB(A) entre pièces principales du logement et local bruits d'équipement provenant des
d'activité
56 dB(A) entre cuisine et salle d'eau, et local d'activité.
logements voisins, mais elle introduit
Transmissions des bruits d'impacts surtout de nouvelles dispositions
(pas, chutes d'objets, mouvements Limiter le bruit à : 65 dB(A) en 1996 réglementaires concernant la diminution
de chaise …) du bruit dans les circulations
Bruits d'équipements provenant
Limiter le bruit à :
communes, les bruits d'équipements à
des logements voisins ou l'intérieur des logements et l'isolement
30 dB(A) pour les pièces principales.
d'un équipement collectif des façades aux bruits extérieurs.
61 dB(A) pour les cuisines.
(chauffage, ascenseurs …)
Diminution des bruits dans L'arrêté du 30 mai 1996 introduit un
circulations communes Revêtements absorbants dans les parties communes classement des voies de transport
(halls d'entrée, couloirs …) terrestre (de 1 à 5) qui a pour consé-
Bruits d'équipements à l'intérieur quence dans le cas d'une construction
même du logement Limités à 35 dB(A) neuve, d'imposer un isolement
(chauffage, climatisation …)
acoustique DnAT pouvant aller de 30 à
Isolement minimal aux bruits
extérieurs Atténuer le bruit de 30 dB(A) - (bruit route) 45 dB(A).
(trafic routiers, bruits d'enfants …)
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques et transparents - Généralités - 5. Santé et environnement 9

Lorsque l'on veut construire un bâtiment d'habitation répondant


aux exigences de la NRA, on peut utiliser les Exemples de
solutions, qui sont présentés dans un document du CSTB, ou le 5. Santé et environnement
logiciel Acoubat (cacul des isolements par la méthode
normalisée mentionnée en 4.2 et distribué par le CSTB).
Références :
– isolations thermique et acoustique en résidentiel, Sophie L'information sur les caractéristiques environnementales et
Brindel-Beth et Paul de Tricaud, Les guides CFE, 1998. sanitaires des produits de construction est une préoccupation
– NRA, Exemples de solutions, Edition 1995, CSTB. récente. Leur prise en compte parmi les critères de décision
– ACOUBAT, Logiciel de Calcul : Aide à la Conception dans les projets de construction, effective dans un nombre
Acoustique des Bâtiments, LASA-CSTB croissant de réalisations, (notamment lorsque la Haute Qualité
Environnementale -HQE- fait partie des exigences du cahier
des charges) s'inscrit dans la perspective du développement
durable.
Cependant, les référentiels permettant une véritable évaluation
des impacts sanitaires et environnementaux sont seulement en
cours d'élaboration. Avant de présenter succinctement
l'avancement des travaux dans ce domaine, il convient de
distinguer clairement :
• les deux étapes de l'évaluation environnementale et
sanitaire : L'inventaire des caractéristiques (étape 1) et leur
interprétation en terme d'impact (étape 2);
• les deux familles d'impacts : Les impacts sanitaires (effets
sur la santé humaine des occupants des bâtiments) et les
impacts environnementaux (effets sur l'environnement,
depuis le confort intérieur du local jusqu'à l'équilibre de la
planète).

5.1 Inventaire et interprétation


L'étape d'inventaire est un bilan comptable des flux de matière
et d'énergie prélevés et rejetés dans l'environnement à chaque
étape du cycle de vie, "du berceau à la tombe". C'est l'Analyse
de Cycle de Vie -ACV- qui permet cet inventaire, outil normalisé
(NF X 30 300, ISO 14040) à l'image duquel le CSTB a
développé avec l'aide de l'ADEME un logiciel appelé
EQuity 2.0, adapté aux particularités des produits de
construction.
L'étape d'interprétation de ces caractéristiques en terme
d'impacts est nécessaire pour les rendre utilisables dans les
processus décisionnels. Mais d'une part cette interprétation
repose sur certaines hypothèses pour lesquelles le consensus
fait défaut, et d'autre part, un produit de construction ayant
pour vocation son incorporation dans un ouvrage donné, peut
conduire à des impacts différents en fonction de ses conditions
de mise en œuvre et d'usage.
Le nombre de produits de construction ayant fait l'objet d'ACV
est encore réduit, et jusqu'à maintenant, faute de règles
communes, la communication de l'information pour sa prise en
compte dans le processus décisionnel était disparate. Cette
situation évolue rapidement :
• Le comité P01E de l'AFNOR vient de publier la norme
expérimentale XP 01010-1 (Information sur les
caractéristiques environnementales des produits de
construction- partie 1 : Méthodologie et modèle de
déclaration de données) qui énonce les règles de
communication des résultats d'inventaires. La partie 2 est en
cours de rédaction, elle traitera du cadre d'exploitation des
caractéristiques environnementales pour application à un
ouvrage donné.
Isolation Thermique
10 Performances énergétiques des éléments opaques et transparents - Généralités - 5. Santé et environnement

• Le CSTB a développé un outil d'organisation et 5.2 Environnement et santé


d'interprétation des caractéristiques environnementales et
sanitaires appelé "grilles INIES". Elaboré avec l'aide de La démarche de communication des caractéristiques
l'ADEME et du Ministère du logement, et en collaboration environnementales est actuellement de type volontaire de la
avec les Centres Techniques Industriels et des part des producteurs de produits de construction. Il n'existe
professionnels (architectes et bureaux d'etudes), à aucune obligation ni aucune exigence quantitative dans ce
l'occasion d'un travail sur les produits de structure, il a été domaine, notamment relative aux consommations
ensuite appliqué à d'autres familles de produits. Avec l'aide énergétiques, ou aux consommations de matières premières.
de l'ADEME, une série de grilles INIES sera mise à la
disposition des prescripteurs sur Internet sous forme de Il faut cependant mentionner la réglementation sur le devenir
base de données en fin d'année 2001. Les données des déchets, qui est en pleine évolution. En effet, la directive
d'entrées de ces grilles étant par définition les européenne 1999/31/CE du conseil du 26 avril 1999 sur la mise
caractéristiques environnementales communiquées selon la en décharge des déchets est en cours de transcription en
norme XP 01010-1, il n'existe donc actuellement que des France. Cet exercice devait selon la directive 1999/31/CE être
grilles provisoires, qui seront progressivement actualisées, achevé au plus tard 2 ans après son entrée en vigueur
au fur et à mesure de la publication de caractéristiques (parution au JOCE le 16 juillet 1999). Un guide technique relatif
conformes à la norme. La figure 1 montre la structure des aux installations de stockage de déblais et déchets inertes est
grilles INIES illustrée par des exemples d'informations d'or et déjà disponible.
fournies. Jusqu'alors, la grande majorité des déchets de chantiers en
• Les grilles INIES servent aussi de base à l'élaboration de mélange étaient admissibles en centre de stockage de
Rapports Environnement et Santé, documents élaborés par classe 3. Le présent guide technique les classe dans la
le CESAT (Comité Environnement et Santé de l'Avis catégorie à caractère inerte incertain. Il est donc aujourd'hui
Technique). Ces rapports sont établis à la demande des très difficile de savoir si les déchets en mélange seront toujours
industriels qui souhaitent que les aspects admissibles en installation de stockage de classe 3.
environnementaux et sanitaires soient examinés dans le
En matière de santé, la situation est différente. On entend par
cadre de la procédure d'Avis Technique. A la date de
caractéristiques sanitaires les caractéristiques d'un produit de
publication de ce rapport, seuls ont été établis des rapports
construction pertinentes pour l'évaluation et la gestion des
à caractère expérimental, et aucun produit d'enveloppe
risques sanitaires. Les caractéristiques d'inventaires
n'est concerné.
pertinentes sont, en particulier, les teneurs en substances
dangereuses, les données d'émissions de composés
chimiques (dans les milieux : eau, air, sol), les données
d'émission de rayonnements ionisants, les données relatives à
la croissance des micro-organismes relatives aux produits.
Mais pour être traduites en risques sanitaires, ces données
doivent être rapportées aux informations relatives au danger
des substances ou agents considérés, aux circonstances
d'exposition (intensité, durée, fréquence) des populations
concernées et aux caractéristiques de ces populations (age,
sensibilité, ...). L'expression du risque sanitaire est une
interprétation, et n'est donc possible que si l'on dispose
d'informations complémentaires, notamment sur l'ouvrage
considéré.
Les risques sanitaires relatifs aux phases du cycle de vie du
produit qui se déroulent sur des sites ou sous la responsabilité
de professionnels dans le champ de la réglementation du
travail sont traités dans les textes portant sur la santé des
travailleurs. Il convient donc de considérer ici les risques
apparaissant lors de la phase "vie en œuvre" du bâtiment, dans
l'environnement intérieur de l'ouvrage.
A titre indicatif, la Directive Européenne sur les Produits de
Construction, dans sa description de l'exigence 3 (hygiène,
santé, environnement), précise que pour évaluer les effets sur
la santé lors de la phase "usage" des produits, et dans
l'environnement intérieur de l'ouvrage, il faut considérer 5 flux
d'émission : les Composés Organiques Volatils (COV), les
particules viables, les particules non viables (dont les fibres), le
radon et les autres gaz, et les rayonnements.
Un cas particulier de risque sanitaire est celui qui apparaît
uniquement en cas d'incendie, notamment limité, et auquel
peuvent être exposés ponctuellement les occupants habituels
du bâtiment. Les flux correspondant à ce type de circonstance
ne sont pas inventoriés dans les phases de l'ACV, et le risque
sanitaire existe.
Performances énergétiques des éléments opaques et transparents - État de l’art - 5. Santé et environnement
Isolation Thermique
Extraction/production
Fabrication Mise en œuvre Vie en œuvre Fin de vie
matières premières

Thèmes environnementaux

Flux Santé et
Préservation Préservation Gestion des déchets Préservation
environnement
des ressources des milieux et des effluents du cadre de vie
intérieur

Energie consommée Contenu énergétique

Matières entrantes

Matières premières Ressource Référence à une fiche


vierges renouvelable ou non produit de base

Matières premières Filière


secondaires de valorisation

Matières sortantes

Emissions dans l ’eau Eutrophisation Phrases R

Emissions dans l ’air Effet de serre Odeurs

Déchets Valorisation/élimination

11
Figure I : Structure des grilles INIES - Exemples non axhaustifs d’informations fournies
Isolation Thermique
12 Performances énergétiques des éléments opaques et transparents - Généralités - 5. Santé et environnement

5.3 Rubrique A. Devenir des déchets d'isolants


"Santé et Environnement" Selon le guide technique relatif aux installations de stockage de
dans les fiches "Isolants" classe 3, de nombreux déchets de matériaux isolants ne
peuvent pas, de fait, avoir le statut de déchets inertes ; ils sont
Nous avons décrit ci-dessus le panorama actuel, en pleine soient biodégradables (cellulose), soient inflammables
évolution, qui entoure la démarche d'évaluation (polystyrène, polyuréthanne). Pour les autres, leur stockage en
environnementale et sanitaire. Il était difficile dans ces installation de stockage classe 3 est incertain et leur élimination
conditions, et surtout en l'absence de données d'inventaires devra peut être se faire en installation de stockage de classe 2
publiées, ou de fiches de type "déclaration environnementales" avec les autres déchets ménagers et assimilés ou pire en
validées, de donner un contenu très détaillé à la rubrique installation de classe 1 s'ils sont mélangés à des déchets
"Santé et Environnement" figurant dans les fiches relatives aux dangereux. L'admissibilité en installation de classe 3 se fera
isolants. Cependant il nous a semblé utile de fournir sur la base d'un test de perco-lixiviation et d'analyse des
l'information disponible en l'état actuel des connaissances, en lixiviats. Dans ce contexte, le tri et la valorisation des matériaux
l'accompagnant de nos références et des recommandations isolants deviennent des enjeux économiques et
d'usage sur son caractère purement informatif. La rubrique fait environnementaux de première importance.
apparaître deux sous-rubriques : B. Situation réglementaire les fibres minérales artificielles
• impacts environnementaux et sanitaires fréquemment (source INRS)
mentionnés. On précise chaque fois que cela est possible la
catégorie d'impact, les phases du cycle de vie plus Il existe une réglementation spécifique pour les fibres minérales
particulièrement concernées, et on fournit les références. On artificielles entrant dans la composition des laines minérales
indique les risques apparaissant en cas d'incendie ; isolantes.
• solutions innovantes et modes de gestion des impacts. La Directive 97/69/CE du 5 décembre 1997. Journal officiel des
gestion des risques liés aux impacts mentionnée est Communautés européennes, n° L.343 du 13 décembre 1997,
envisagée à 4 niveaux : informer du risque, diminuer le pp. 19-24 :
risque d'apparition, diminuer le risque d'exposition, diminuer Elle introduit les laines minérales, les fibres céramiques
les conséquences. A chaque niveau, et en conclusion réfractaires et les fibres à usage spécial dans la liste des
générale si cela est pertinent, on fait état des innovations de substances dangereuses figurant à l'annexe I de la directive
nature à réduire les risques (nouveaux conditionnements, 67/548/CEE.
nouvelles techniques, nouveaux produits).
Arrêté du 28 août 1998 modifiant l'arrêté du 20 avril 1994 relatif
Rappelons encore qu'il s'agit là d'informations et de à la déclaration, la classification, l'emballage et l'étiquetage
recommandations "en l'état actuel des connaissances", qu'il des substances. Journal officiel du 10 septembre 1998.
convient d'utiliser sans les séparer du contexte du document,
De plus la circulaire DRT 99/10 du 13 août 1999 concerne les
et notamment du présent paragraphe.
dispositions réglementaires applicables aux fibres minérales
Certaines remarques s'appliquant à plusieurs familles, nous artificielles.
donnons ici deux références auxquelles plusieurs fiches vont
Le ministère chargé du Travail a fixé des Valeurs Limites
renvoyer.
d'Exposition professionnelle - VLE - sous la forme de Valeurs
Moyennes d'Exposition sur 8 heures - VME - pour les
produits suivants :

Tableau IX (Source : INRS)


1
Produits de substitution Valeurs moyennes d’exposition Étiquetage /Classification ( )
sur 8 heures (VME)
3
Fibres ou laines de verre, 1 fibre /cm Cancérogène catégorie 3 (2) (UE),
de roche et de laitier R401-R38
3
Fibres de verre 1 fibre /cm
3
Fibres céramiques réfractaires 0,6 fibre /cm Cancérogène catégorie 2 (UE),
R49-R38
3
Fibres d’aramides 1 fibre /cm
3
Fibres végétales 0,5 fibre /cm (fraction thoracique)
3
Fibres de cellulose et poussières 10 mg/cm (fraction inhalable)
3
5 mg/cm (fraction alvéolaire)
1. La classification européenne des substances cancérogènes :
Cancérogène de catégorie 2 (UE) : "Substances devant être assimilées à des substances cancérogènes pour l’homme".
Cancérogène de catégorie 3 (UE) : "Substances préoccupantes pour l’homme en raison d’effets cancérogènes possibles. Néanmoins les informations
disponibles à leur sujet ne permettent pas une évaluation satisfaisante. Des études appropriées sur l’animal ont fourni des éléments, mais ils sont
insuffisants pour classer ces substances dans la deuxième catégorie". Le CIRC, Centre international de recherche sur le cancer, a établi une autre
classification des substances cancérogènes qui n'est pas réglementaire, consultable sur son site internet.
Les phrases de risque doivent obligatoirement figurer sur les étiquettes des substances ou des préparations :
R49 : peut causer le cancer par inhalation
R40 : possibilité d’effets irréversibles
R38 : irritant pour la peau
2. Sauf les laines minérales exonérées de la classification cancérogène catégorie 3 (UE) en référence à la note Q de la directive 97/69/CE.
Guide technique
ISOLATION THERMIQUE

Éléments
opaques
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - Sommaire 1

Performances énergétiques
des éléments opaques
État de l’art

S O M M A I R E
1. Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 FICHE Pr 16 Procédé d'isolation par panneaux de façade en bardages
1.1 Préambule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 rapportés
1.2 Isolant thermique : définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 FICHE Pr 17 Procédé d'isolation par enduits minces ou épais sur
1.3 Procédure d’Avis technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 isolants
1.3.1 Certification ACERMI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 FICHE Pr 18 Procédé d'isolation par vétures
1.3.2 Certication NF-Blocs de terre cuite . . . . . . . . . . . . . 3 FICHE Pr 19 Procédé d'isolation de toiture par la méthode "sharking"
1.3.3 Certification NF-Blocs de béton . . . . . . . . . . . . . . . . 3 FICHE Pr 20 Procédé d'isolation des rampants de toiture
2. Le marché de l’isolation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 FICHE Pr 21 Procédé d'isolation par éléments industriels supports de
2.1 Les isolants thermiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 couverture
2.2 Les autres produits utilisés pour isoler les bâtiments 4 FICHE Pr 22 Procédé d'isolation sous étanchéité de toitures terrasses
2.3 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 FICHE Pr 23 Procédé d'isolation sur étanchéité de toitures terrasses
«toitures inversées»
3. Domaines d’utilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 FICHE Pr 24 Procédé d'isolation de toitures terrasses par projection de
mousse polyuréthanne
4. Fiches Procédés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11 FICHE Pr 25 Constructions modulaires à ossature bois
FICHE Pr 1 Procédé d'isolation sous dalle de plancher sur terre plein
FICHE Pr 2 Procédé d'isolation sur dalle de plancher sur terre plein 5. Fiches Isolants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
FICHE Pr 3 Procédé d'isolation à l'extérieur du mur de fondation FICHE I1 Laine de roche (MW)
FICHE Pr 4 Procédé d'isolation sous les plafonds de sous sol FICHE I2 Laine de verre (MW)
FICHE Pr 5 Procédé d'isolation en sous couche de dalle flottante FICHE I3 Polystyrène expansé moule en bloc ou en continu
FICHE Pr 6 Procédé d'isolation en sous couche de carrelage FICHE I4 Polystyrène extrudé
FICHE Pr 7 Procédé d'isolation de plancher par entrevous FICHE I5 Mousse de polyuréthanne et mousse phénolique
FICHE Pr 8 Procédé d'isolation par remplissage de plancher bois FICHE I6 Verre cellulaire (CG)
FICHE Pr 9 Procédé d'isolation de combles inaccessibles FICHE I7 Liège expansé pur (ECB)
FICHE Pr 10 Procédé de maçonnerie à isolation répartie FICHE I8 Fibres de bois (WF) ou de cellulose
FICHE Pr 11 Procédé de maçonnerie blocs-coffrages isolants FICHE I9 Perlite (EPB) et vermiculite
FICHE Pr 12 Procédé d'isolation par panneaux de bardages industriels FICHE I10 Béton cellulaire (BCA)
FICHE Pr 13 Procédé d'isolation par éléments de remplissage FICHE I11 Blocs de terre cuite alvéolaire et bétons allégés
FICHE Pr 14 Procédé d'isolation avec contrecloison ou remplissage de FICHE I12 Fibres végétales
lame d'air
FICHE I13 Films minces dits "réfléchissants"
FICHE Pr 15 Procédé d'isolation par complexes de doublage ou
complexes isolants
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 1. Généralités 1

1.2 Isolant thermique : définition


1. Généralités Un isolant thermique de bâtiment est un matériau qui, par sa
composition ou sa nature, ralentit la dissipation de l'énergie
calorifique. Dans le bâtiment, l'appellation "isolant thermique"
est réservée aux produits dont la résistance thermique est au
moins égale à 0,5 m2.K/W, et dont le rapport de l'épaisseur par
sa résistance thermique (conductivité thermique) est au plus
1.1 Préambule égal à 0,065 W/(m.K) (référence à la norme NF P 75-101).
La résistance thermique (R) est l'aptitude d'un matériau à
Un bâtiment doit permettre de protéger des agressions ralentir la propagation de l'énergie qui le traverse. La
extérieures les personnes et les biens à l'intérieur de celui-ci. conductivité thermique (λ) est le flux de chaleur qui traverse un
Ainsi, un bâtiment doit permettre : matériau d'un mètre d'épaisseur par unité de surface et par un
– de réduire les pertes énergétiques lorsque le chauffage ou degré de différence de température.
la climatisation des locaux est nécessaire, Les parois, constituées de plusieurs produits, sont
– d'atténuer les variations de température extérieure. caractérisées par un coefficient de déperditions thermiques U.
Les parois qui composent l'enveloppe des bâtiments, doivent Les liaisons entre parois peuvent engendrer des déperditions
donc posséder les qualités thermiques qui les feront réagir thermiques dites "linéiques" Ψ.
d'une façon satisfaisante à différentes sollicitations. Ces Ces deux derniers coefficients sont déterminés conformément
sollicitations varient constamment en intensité et en durée, elles aux Règles Th-Bât.
entraînent des échanges d'énergie entre l'extérieur et l'intérieur
On peut trouver sur le marché Français, des produits isolants
des bâtiments.
thermiques de bâtiment que l'on rajoute à une structure
Les échanges d'énergie à travers les matériaux peuvent porteuse ou des produits qui sont à la fois porteurs et isolants.
prendre plusieurs formes : Ces derniers, ne répondant pas à la norme NF P 75-101,
– le rayonnement (énergie traversant une matière solide peuvent être utilisés dans le bâtiment pour diminuer les
transparente à ce rayonnement ou traversant un gaz inerte), déperditions thermiques. Ce sont des produits en :
– la convection (dissipation par un mouvement de gaz), – blocs de béton cellulaire,
– la conduction (dissipation par la matière solide ou par un – blocs de terre cuite multialvéolaires,
gaz inerte). – blocs de béton allégé (béton de ponce, béton d'argile
D'autres paramètres peuvent conditionner le comportement expansé, etc...)
thermique d'un bâtiment : Les valeurs de conductivité thermique annoncées par les
– son implantation, fabricants ne sont pas forcément directement comparable. La
– son orientation, valeur à prendre en considération est la valeur utile pour
– son inertie. l'application à laquelle est destiné l'isolant.
L'inertie d'un bâtiment correspond à l'aptitude de celui-ci à La conductivité thermique à l'état sec conventionnel, c'est à
accumuler la chaleur pour la restituer ensuite. L'inertie permet dire après séchage à 70 °C jusqu'à masse constante du
de réguler naturellement l'ambiance intérieure. Les produit est une conductivité thermique conventionnelle qui
maçonneries, par la capacité calorifique des matériaux, jouent correspond à la valeur de base d'un isolant donné.
un rôle primordial dans cette inertie.
La conductivité thermique utile, qui correspond à celle définie
Pour répondre à ce besoin d'isoler thermiquement les dans les Th-Bât, ou dans les Avis Techniques, tient compte des
bâtiments, notamment après la crise pétrolière de 1973, les conditions en œuvre du produit (humidité, température, ...) :
industriels ont développé des produits isolants.  l'humidité du matériau en œuvre,
L'eau sous forme vapeur ou liquide, peut altérer la
conductivité thermique d'un matériau. En règle générale,
pour les produits à l'abri de la pluie, l'état d'équilibre
conventionnel est l'état d'équilibre du matériau dans une
ambiance 23 °C et 50 % d'humidité relative.
Pour des applications spécifiques, qui entraînent des
humidifications très importantes des matériaux, la part de
l'humidité sur la conductivité thermique est traitée
directement dans l'Avis Technique par l'intermédiaire du
CTAT (Comité Thermique de l'Avis Technique) pour
chacune des applications. Pour la plupart des matériaux
isolants thermiques (laines minérales, plastiques
alvéolaires,...) la variation de la conductivité thermique en
fonction de l'humidité est négligeable entre l'état d'équilibre
conventionnel et l'état sec.
Par contre les autres produits, et en général les matériaux
organiques, ont un taux d'humidité d'équilibre jusqu'à 5 %
en masse et même pour certains produits jusqu'à 40 % en
masse. Pour un taux d'humidité de 5 % un kilogramme de
produit contient 952 g de produit sec et 48 g d'eau
Isolation Thermique
2 Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 1. Généralités

La variation de la conductivité thermique pour les produits cellules.


utilisés pour isoler un bâtiment dans les conditions D'autres produits, tels les polystyrènes extrudés ou mousses
d'équilibre conventionnel peut se présenter sous la forme : de polyuréthanne emprisonnent un autre gaz que l'air dans
λhumide = λsec (1+ατ) ou α est le coefficient de corrélation leurs cellules. Le gaz est utilisé pour permettre l'expansion de
obtenu pour le taux d'humidité d'équilibre, et τ est le taux ces produits lors de leur fabrication. Celui-ci est plus isolant
d'humidité d'équilibre en masse (τm) ou en volume (τv). que l'air.
Le coefficient α, relié au taux d'humidité en masse, peut
Les isolants thermiques dans le bâtiment se présentent sous
varier de 0,005 à 0,05 suivant les produits isolants et jusqu'à
plusieurs formes, rouleaux, panneaux, plaques, en vrac dans
0,3 pour d'autres produits.
un sac, ou directement projetés in situ sur un support.
 l'âge du matériau s'il a une influence sur les caractéris-
tiques du matériau. Il est difficile d'obtenir ou de connaître les caractéristiques des
Pour les produits contenant un autre gaz que l'air (mousses produits isolants et l'aptitude à l'emploi de ceux-ci.
de polyuréthanne, polystyrènes extrudés, mousses Pour obtenir ces informations ou s'assurer de l'aptitude à
phénoliques) la composition des gaz dans les cellules varie l'emploi d'un matériau, il existe la procédure d'Avis Technique
avec le temps. A l'expansion, les cellules contiennent le ou ou des certifications comme la certification ACERMI.
les gaz d'expansion, avec, en quantité moins importante, de
l'air et du gaz carbonique.
Du fait du déséquilibre de pression entre l'intérieur des
cellules et l'ambiance qui entoure le produit, les gaz en
présence vont traverser les parois des cellules afin
d'atteindre un équilibre de pression.
La composition des gaz variant, la conductivité thermique
évolue. Cette évolution est fonction de la nature des
matières constituant le produit et les gaz en présence.
L'évolution de la conductivité thermique peut être
représentée par la différence, appelée Écart, entre une
mesure initiale et la mesure à un instant t. Figure 1.
Cette variation de conductivité thermique avec le temps
peut durer quelques dizaines d'années voir plus d'une
centaine d'années pour certains produits. L'équilibre final
sera atteint quand les gaz d'expansion seront remplacés par
de l'air.
La valeur, que les prescripteurs doivent prendre en
considération pour les calculs de dépenses énergétiques,
est celle correspondant à une durée de vie suffisante pour
le bâtiment.
La majorité des produits, utilise de l'air calme comme isolant
thermique. L'air est emprisonné entre des fibres ou dans des

12
11
10
thermique en mW/(m.K)
Ecart de conductivité

9
8
7
6
5
4
3
2
1
0
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100 1200 1300 1400 1500
Temps en jours
Figure 1 - Produits contenant un autre gaz que l’air
Variation de l’écart de conductivité thermique en fonction du temps
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 1. Généralités 3

1.3 Procédure d'Avis Technique 1.3.2 Certification NF-Blocs de terre cuite

Chaque produit ou procédé, correspondant à une application La certification NF-Blocs de terre cuite est une certification de
non traditionnelle, peut faire l’objet d’un Avis Technique. Une conformité à des normes produits. Elle est destinée aux briques
application est considérée non traditionnelle, si pour le produit creuses de terre cuite selon la norme NF P 13.301 et aux
ou le procédé utilisé, il n'y a pas de référence (normes produits) briques pleines ou perforées et blocs perforés en terre cuite à
ou s'il n'y a pas de règles de mise en œuvre définies par des enduire selon la norme XP P 13.305.
textes codificatifs (Documents Techniques Unifiés). L'Avis Les caractéristiques certifiées sont dans la majorité des cas
Technique contient notamment les différentes caractéristiques des caractéristiques mécaniques et dimensionnelles. La
minimales d'aptitude à l'emploi et, les règles de mise en œuvre, caractéristique thermique spécifique d'un produit (caractéris-
spécifiques du produit ou du procédé pour une application tique complémentaire) peut être certifiée sur la base d'un suivi
particulière. thermique.
Pour certains produits une procédure de certification appelée
CSTBât est associée à l’Avis Technique. Cette certification 1.3.3 Certification NF-Blocs de béton
concerne le produit lors de sa fabrication. L’Avis Technique ne
vaut que pour les fabrications bénéficiant du certificat. Il est La certification NF-Blocs de béton est une certification de
délivré par le CSTB pour des dizaines de produits. conformité à des normes de produits. Elle est destinée aux
D’autre part, la caractéristique thermique est donnée dans blocs de béton de granulats courants ou légers et aux blocs de
l’Avis Technique par le Comité Thermique de l’Avis Technique béton cellulaire.
(CTAT). La caractéristique thermique d’un produit donné peut Les caractéristiques certifiées sont dans la majorité des cas
faire l’objet d’un suivi équivalent à celui exercé dans le cadre des caractéristiques mécaniques et dimensionnelles. La
de la certification des matériaux isolants (voir ci-dessous). caractéristique thermique spécifique d'un produit (caractéris-
tique complémentaire) peut être certifiée sur la base d'un suivi
1.3.1 Certification ACERMI thermique.

Le certificat ACERMI est délivré par l'association pour la


certification des matériaux isolants thermiques manufacturés
sur la base d'une certification de produit avec audit de l'unité
de production et essais par un laboratoire extérieur. Cette
association a désigné deux laboratoires indépendants, le
Laboratoire National d'Essais (LNE) et le Centre Scientifique et
Technique du Bâtiment (CSTB) pour effectuer l'ensemble des
opérations de certification.
Les propriétés certifiées permettent de définir la résistance
thermique du produit considéré pour vérifier s'il répond à la
réglementation thermique et de s'assurer de son aptitude à
l'emploi à l'aide de différents critères hygromécaniques.
Cette certification apporte une information sûre et vérifiée des
caractéristiques des produits :
 domaine d'application
Les produits isolants thermiques en plaques, rouleaux ou
panneaux fabriqués en usine peuvent bénéficier d'un certificat
s'ils sont conformes à la norme NF P 75-101.
 caractéristiques certifiées
La résistance thermique et les caractéristiques d'aptitude à
l'emploi sont les caractéristiques certifiées par l'association.
Les caractéristiques d'aptitude à l'emploi sont :
I : propriétés mécaniques en compression avec
5 niveaux : I1 à I5.
S : comportement aux mouvements différentiels avec 4
niveaux : S1 à S4
O : comportement à l'eau avec 3 niveaux : O1 à O3
L : propriétés mécaniques utiles en cohésion et flexion avec
4 niveaux : L1 à L4
E : perméance à la vapeur d'eau avec 5 niveaux : E1 à E5.
Ces caractéristiques d'aptitude à l'emploi sont directement en
relation avec l'emploi du produit et les caractéristiques
demandées dans les Documents Techniques Unifiés (DTU)
(voir "exemples d'usages des propriétés certifiées par
l'ACERMI" cahier du CSTB N°2907 livraison 372 de septembre
1996).
Isolation Thermique
4 Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 2. Marché de l’isolation

2.2 Les autres produits utilisés pour


isoler les bâtiments
2. Le marché de l’isolation
D'autres produits qui ne répondent pas à la définition d'isolants
thermiques définis page précédente, peuvent être utilisés en
tant que composant du bâtiment permettant d'atteindre les
performances thermiques requises dans la réglementation
thermique :
2.1 Les isolants thermiques – béton cellulaire (environ 0,5 millions de m3),
– bloc de terre cuite multialvéolaire
Le marché de l'isolation thermique en France est stable depuis (0,5 millions de tonnes pour les produits à perforations
plusieurs années. Environ 17 millions de m3 de produit sont verticales et 1,3 millions de tonnes pour les produits à
vendus par an, ce qui représente un chiffre d'affaire de l'ordre perforations horizontales),
de 5 milliards de francs. – bloc d'argile expansé et (ou) de ponce.
Il existe deux grandes familles de produits isolants qui se D'autres produits encore sont représentés sur le marché. Ils
partagent ce marché, tableau I : n'appartiennent ni aux produits dits isolants thermiques de
– les laines minérales (laine de verre et laine de roche), bâtiment et ne sont pas suivis dans le cadre d'Avis Technique
– les plastiques alvéolaires (polystyrène expansé, polystyrène ou de normes. Ce sont les produits dits "réfléchissants" qui sont
extrudé, polyuréthanne, mousse phénolique). constitués d'une âme en fibre synthétique ou bulles d'air
Les autres produits représentent de l'ordre de 1% à 2% du revêtus de chaque côté d'un film métallisé. Ces produits de
volume total. faible épaisseur (inférieur à 20 mm) ont une résistance
thermique inférieure à 0,5 m2.K/W
Tableau I Les produits dits "réfléchissants" prennent une part de plus en
plus importante sur le marché qui s'établit à 0,4 % en volume
Part de
Produits Abr. Présentation
marché pour près de 3 millions de m2 installés.
Rouleaux nus et revêtus,
Laine de verre MW panneaux nus et revêtus 53 %
vrac, projection
2.3 Applications
Polystyrène Plaques vrac projection
EPS 25 % La répartition par type d'application et par type de produit du
expansé
Rouleaux nus et revêtus, marché français est la suivante.
Laine de roche MW panneaux nus et revêtus 15 % Tableau II
vrac, projection
Polystyrène XPS Plaques vrac Planchers Toiture et Murs et Autres non
3% et sol combles façades définis
expansé extrudé
Mousse de Laines minérales 15 % 91 % 50 %
PUR Plaques projection
polyuréthanne Polystyrène expansé 77 % 4% 46 %
2% Polyuréthanne 3% 4% 2%
Mousse PF Plaques
phénolique Polystyrène extrudé 5% 1% 2%
Perlite expansée EPB Plaques vrac Total 13 % 42 % 34 % 10 %
Verre cellulaire CG Plaques
Dans cette répartition, 60 % est utilisé en bâtiment neuf et 40 %
Liège expansé ICB Plaques en réhabilitation.
2%
Fibre de bois WF Plaques vrac
Mousse PVC Plaques
Fibres végétales Plaques vrac
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 3. Domaines d’utilisation 5

3. Domaines d’utilisation

Figure 2 : Domaines d’utilisation


Isolation Thermique
6 Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 3. Domaines d’utilisation

TABLEAU III - PLANCHERS


INDICE

SCHEMA DESIGNATION DU PRESENTATION
DESTINATION MATÉRIAU ISOLANT UTILISE FICHE
ET FICHE PROCEDE DE L’ISOLANT
ISOLANT
PROCEDE
PLANCHERS SUR TERRE- Pr 1 Isolant sous dalle Panneau Laine de roche I1
PLEIN de plancher Laine de verre I2
Polystyrène expansé I3
Polystyrène extrudé I4
Mousse de polyuréthanne I5
Mousse phénolique I5
Verre cellulaire I6
Terre cuite et béton allégé I11
Pr 2 Isolant sur dalle Panneau Polystyrène expansé I3
de plancher composite
Pr 3 A l'extérieur du mur Plaque Polystyrène expansé I3
de fondation Polystyrène extrudé I4
PLANCHERS SUR Pr 4 Sous les plafonds Panneau Laine de roche I1
LOCAUX NON CHAUFFES de sous-sol sans parement Laine de verre I2
(DONT VIDES
Polystyrène expansé I3
SANITAIRES)
Liège expansé pur I7
Mousse de polyuréthanne I5
Mousse phénolique I5
Panneau fibres bois I8
avec parement Laine de roche I1
Laine de verre I2
Polystyrène expansé I3
Projection Laine de roche I1
Laine de verre I2
Fibres de cellulose I8
Vermiculite expansé I9
Mousse de polyuréthanne I5
Polystyrène expansé I3
Pr 5 Isolation intégrée Sous couche Fibres de bois I8
dans le plancher de dalle flottante Laine de roche I1
Laine de verre I2
Liège expansé pur I7
Polystyrène expansé I3
Polystyrène extrudé I4
Mousse de polyuréthanne I5
Mousse phénolique I5
Perlite expansée I9
Verre cellulaire I6
Pr 6 Sous couche Polystyrène expansé I3
de carrelage Polystyrène extrudé I4
Fond Laine de roche I1
de coffrage Liège expansé pur I7
Polystyrène expansé I3
Polystyrène extrudé I4
Verre cellulaire I6
Pr 7 Entrevous Polystyrène expansé I3
Terre cuite I11
Éléments de Béton cellulaire I10
maçonnerie
isolants
Modules Polystyrène expansé I3
spéciaux
Pr 8 Remplissage Laine de roche en vrac I1
d'un plancher de Laine de verre en vrac I2
bois I9
Vermiculite expansée
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 3. Domaines d’utilisation 7

TABLEAU III (SUITE) PLANCHERS


INDICE

SCHEMA DESIGNATION DU PRESENTATION
DESTINATION MATERIAU ISOLANT UTILISE FICHE
ET FICHE PROCEDE DE L’ISOLANT
ISOLANT
PROCEDE
PLANCHERS DE Pr 9 Isolation de combles Panneau sans Laine de roche I1
COMBLES inaccessibles parement Laine de verre I2
I8
Fibres de bois
I7
Liège expansé pur
I3
Polystyrène expansé
I4
Polystyrène extrudé
I5
Polyuréthanne
I5
Mousse phénolique
I6
Verre cellulaire
Vrac Fibres de roche I1
Fibres de verre I2
I9
Vermiculite expansée ou exfoliée
I8
Fibres de cellulose I11
Argile expansée I9
Perlite expansée
Isolation avec Panneau Polystyrène expansé I3
circulation composite (avec
occasionnelle fibragglo ou fibre
de bois)

TABLEAU IV - MURS
INDICE

SCHEMA DESIGNATION DU PRESENTATION
DESTINATION MATÉRIAU ISOLANT UTILISE FICHE
ET FICHE PROCEDE DE L’ISOLANT
ISOLANT
PROCEDE
ELEMENTS POUR Pr 10 Système à isolation Multialvéolaire Bloc de terre cuite alvéolaire I11
MAÇONNERIE ISOLANTE répartie
Bloc ou dalle Blocs de béton cellulaire I10
Blocs de béton de bois I11
Blocs de béton de ponce I11
Blocs de béton de laitier I11
Blocs de béton d’argile I11
Blocs de béton de verre I11
expansé I11
Blocs de béton de liège I11
expansé
Béton de polystyrène
Systèmes à isolation Bloc béton avec Polystyrène expansé I3
intégrée isolant côté
intérieur
Bloc avec isolant Polystyrène expansé I3
en partie médiane
Bloc de terre cuite Polystyrène expansé
associé à un isolant I3
Bloc avec isolant Polystyrène expansé I3
côté extérieur Béton cellulaire + polyuréthanne I10+I5
Terre cuite + polystyrène
I3+I11
Pr 11 Systèmes blocs- Bloc de béton Polystyrène expansé I3
coffrages isolants associé à un isolant
Isolation Thermique
8 Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 3. Domaines d’utilisation

TABLEAU IV (SUITE) - MURS


INDICE

SCHEMA DESIGNATION DU PRESENTATION
DESTINATION MATÉRIAU ISOLANT UTILISE FICHE
ET FICHE PROCEDE DE L’ISOLANT
ISOLANT
PROCEDE
PANNEAUX DE FAÇADES Éléments porteurs Panneau associé Polystyrène I3
préfabriqués à du béton, du Laine de verre I2
bois ou du plâtre I1
Laine de roche
Pr 12 Bardages industriels Panneau associé Polystyrène I3
à de l’acier ou du Polyuréthanne I5
béton

Panneau Acier + polyuréthanne + acier I5


sandwich Acier + laine de roche + acier I3
Acier + laine de roche + acier I1
Pr 13 Éléments de Panneau Laine de roche I1
remplissage Laine de verre I2
I3
Polystyrène expansé
I4
Polystyrène extrudé
I5
Polyuréthanne
Façade rideau Panneau Laine de roche I1
Laine de verre I2
PROCEDES D'ISOLATION Pr 14 Isolant avec contre Panneau simple Laine de roche I1
PAR L’INTERIEUR cloison Laine de verre I2
Polystyrène expansé I3
Polyuréthanne I5
Mousse phénolique I5
Verre cellulaire I6
Liège expansé pur I7
PROCEDES D'ISOLATION Pr 15 Complexes isolants Panneau à 1 ou 2 Laine de roche I1
PAR L’INTERIEUR parements Laine de verre I2
Polystyrène I3
Mousse phénolique I5
Polyuréthanne I5
Remplissage de lame Vrac Liège expansé pur I7
d'air Verre cellulaire I6
Laine minérale I1 ou I2
Polystyrène expansé I3
Fibres de cellulose I8
Vermiculite expansée I9
Perlite exfoliée I9
Polyuréthanne I5
PROCEDES D'ISOLATION Pr 16 Bardages rapportés en Panneau Laine de roche I1
PAR L’EXTERIEUR clins, écailles, lames, Laine de verre I2
plaques en bois, terre
cuite, PVC, ardoises, Polystyrène extrudé I4
pierre, béton, métal sur Polystyrène expansé I3
isolant
Enduits de liants Panneau Verre cellulaire I6
hydrauliques sur Polystyrène expansé I3
support métallique
(treillis ou métal Laine minérale I1 ou I2
déployé) avec lame Polyuréthanne I5
d'air et isolant
Pr 17 Enduits minces et épais Panneau Laine de roche I1
sur isolant Polystyrène expansé I3
Enduits légers En trois couches Mortier + billes de polystyrène I3
PROCEDES D'ISOLATION Pr 18 Vêtures Composant Laine de roche I1
PAR L’EXTERIEUR Laine de verre I2
(SUITE) I3
Polystyrène expansé
I4
Polystyrène extrudé
I5
Polyuréthanne
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 3. Domaines d’utilisation 9

TABLEAU V - COUVERTURES
INDICE

SCHEMA DESIGNATION DU PRESENTATION DE MATÉRIAUISOLANT
DESTINATION FICHE
ET FICHE PROCEDE L’ISOLANT UTILISE
ISOLANT
PROCEDE
ISOLATION METHODE Pr 19 Panneau Polystyrène extrudé I4
"SARKING" Polystyrène expansé I3
ISOLATION DES Pr 20 Rouleau Laine de roche I1
RAMPANTS DE Laine de verre I2
TOITURE
Panneau nu associé Laine de roche I1
à un isolant Laine de verre I2
Polystyrène expansé I3
Polystyrène extrudé I4
Polyuréthanne I5
Mousse phénolique I5
Liège expansé pur I7
Panneau avec Laine de roche I1
parement plâtre ou Laine de verre I2
fibragglo ou I3
Polystyrène expansé
panneaux de
particules Polystyrène extrudé I4
Polyuréthanne I5
Mousse phénolique I5
Liège expansé pur I7
ELEMENTS Pr 21 Supports de Panneau sandwich Polystyrène expansé I3
INDUSTRIALISES couverture panneau de Polystyrène extrudé I4
ISOLANTS DE TOITURE particules ou
contreplaqué associé
à un isolant et une
plaques de plâtre ou
de bois
Caisson chevronné Mousse de polyuréthanne I5
ou contre latté Polystyrène expansé I3
Panneau de I1 ou I2
Laine minérale
particules ou
contreplaqué + plâtre Polystyrène extrudé I4
en sous face ou
lambris associé à un
isolant
Isolant porteur à Polyuréthanne I5
liteau intégré Polystyrène extrudé I4
Panneau Polystyrène expansé I3
Éléments porteurs Panneau à 1 ou 2 Polyuréthanne I5
parements
Isolation Thermique
10 Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 3. Domaines d’utilisation

TABLEAU VI - TOITURES TERRASSES


INDICE

SCHEMA DESIGNATION DU PRESENTATION
DESTINATION MATÉRIAU ISOLANT UTILISE FICHE
ET FICHE PROCEDE DE L’ISOLANT
ISOLANT
PROCEDE
ISOLANTS SOUS Pr 22 Isolant non porteur, Panneau Polyuréthanne I5
ETANCHEITE support d'étanchéité Laine de roche I1
Perlite expansée + fibres de I8 + I9
cellulose
Polystyrène expansé I3
Verre cellulaire I6
Panneau à 2 Polystyrène expansé I3
parements
ISOLANTS SUR Pr 23 Toiture inversée Panneau Polystyrène extrudé I4
ETANCHEITE
ISOLATION ET Pr 24 Projection in situ Mousse Polyuréthanne I5
ETANCHEITE
ELEMENTS PORTEURS Support direct Dalles Béton cellulaire I10
ISOLANTS d'étanchéité

TABLEAU VII - CONSTRUCTIONS A OSSATURES BOIS


INDICE

SCHEMA DESIGNATION DU PRESENTATION
DESTINATION MATÉRIAU ISOLANT UTILISE FICHE
ET FICHE PROCEDE DE L’ISOLANT
ISOLANT
PROCEDE
BATIMENT Pr 25 Construction en bois Panneau Laine de roche I1
Laine de verre I2
Polystyrène expansé I3
Polystyrène extrudé I4
Mousse de polyuréthanne I5
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés 11

4. Fiches Procédés

FICHE Pr 1 Procédé d'isolation sous dalle de plancher sur terre plein


FICHE Pr 2 Procédé d'isolation sur dalle de plancher sur terre plein
FICHE Pr 3 Procédé d'isolation à l'extérieur du mur de fondation
FICHE Pr 4 Procédé d'isolation sous les plafonds de sous sol
FICHE Pr 5 Procédé d'isolation en sous couche de dalle flottante
FICHE Pr 6 Procédé d'isolation en sous couche de carrelage
FICHE Pr 7 Procédé d'isolation de plancher par entrevous
FICHE Pr 8 Procédé d'isolation par remplissage de plancher bois
FICHE Pr 9 Procédé d'isolation de combles inaccessibles
FICHE Pr 10 Procédé de maçonnerie à isolation répartie
FICHE Pr 11 Procédé de maçonnerie blocs-coffrages isolants
FICHE Pr 12 Procédé d'isolation par panneaux de bardages industriels
FICHE Pr 13 Procédé d'isolation par éléments de remplissage
FICHE Pr 14 Procédé d'isolation avec contrecloison ou remplissage de lame d'air
FICHE Pr 15 Procédé d'isolation par complexes de doublage ou complexes isolants
FICHE Pr 16 Procédé d'isolation par panneaux de façade en bardages rapportés
FICHE Pr 17 Procédé d'isolation par enduits minces ou épais sur isolants
FICHE Pr 18 Procédé d'isolation par vétures
FICHE Pr 19 Procédé d'isolation de toiture par la méthode "sharking"
FICHE Pr 20 Procédé d'isolation des rampants de toiture
FICHE Pr 21 Procédé d'isolation par éléments industriels supports de couverture
FICHE Pr 22 Procédé d'isolation sous étanchéité de toitures terrasses
FICHE Pr 23 Procédé d'isolation sur étanchéité de toitures terrasses «toitures inversées»
FICHE Pr 24 Procédé d'isolation de toitures terrasses par projection de mousse polyuréthanne
FICHE Pr 25 Constructions modulaires à ossature bois

Code graphique des figures des fiches "procédés"


Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 1
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation sous dalle de plancher sur terre plein

Description :
Ce procédé d'isolation consiste à réaliser une isolation sous
la dalle de plancher sur terre plein. Cette isolation peut être
périphérique (couronne d'isolant sur le pourtour du sol sur
terre plein), ou une isolation générale du plancher.
Les isolants utilisés sont, dans la plupart des cas, des
panneaux en plastique alvéolaires. Parfois la laine minérale
peut être utilisée en forte densité.
Les isolants utilisés, pour cette application, doivent être
insensibles à l'humidité et posséder une bonne résistance à
la compression.
Les isolants utilisés dans ce procédé ont pour dimensions :
- longueur de 0,5 à 2,5 m,
- largeur de 0,5 à 0,6 m,
- épaisseur de 20 à 100 mm.

Documents de référence :
D.T.U 20.1 à 23.1

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Pour les produits certifiés par l'ACERMI les caractéristiques Le niveau I3 est spécifié pour limiter l'écrasement du produit
minimales pour cet emploi sont : I3, S1, O1, L1, E1. sous une charge importante.

Mise en œuvre :
Ce système doit être mis en œuvre par des entreprises Lors des travaux les produits suivants sont placés
expérimentées en respectant les règles d'exécution indiquées successivement :
dans les Documents Techniques Unifiés. - une couche de sable bien répartie et aplanie
- une couche d'étanchéité mince,
- l'isolant,
- une barrière de vapeur,
- une dalle en béton armé.
Pour éviter les ponts thermiques une bande d'isolant doit
permettre de désolidariser la dalle de la paroi verticale.

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 0,6 et 4,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
L'isolant pouvant être en contact avec l'humidité venant du sol, il Pour une isolation sur terre plein périphérique il faut limiter en
faut limiter les remontées d'eau et les transferts de vapeur d'eau plus les risques de tassements différentiels générateurs de
venant de l'intérieur de l'habitation. fissurations.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 2

Procédé d'isolation sur dalle de plancher sur terre plein


Performances Énergétiques des Éléments Opaques

Description :
Ce procédé d'isolation rapportée est constitué, en général,
de deux parement en bois et d'une âme isolante en
polystyrène. Ces panneaux se posent sur la dalle et peuvent
recevoir directement le revêtement de sol.
Les isolants utilisés pour cette application doivent posséder
une bonne résistance à la compression.
Les isolants utilisés dans ce procédé ont pour dimensions :
- longueur de 2,0 m,
- largeur de 0,5 m,
- épaisseur de 15 à 125 mm.

Documents de référence :
D.T.U 20.1 à 23.1 et
D.T.U 52.1

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Pour les produits certifiés par l'ACERMI les caractéristiques Le niveau I3 est spécifié pour limiter l'écrasement du produit
minimales pour cet emploi sont : I5, S1, O1, L1, E1. sous une charge importante.

Mise en œuvre :
Ce système doit être mis en œuvre par des entreprises Le surfaçage et la planéité de la dalle doivent être bien exécutés.
expérimentées en respectant les règles d'exécution indiquées
dans les Documents Techniques Unifiés.

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 0,5 et 5,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Le complexe est rapidement mis en place.
Un pont thermique important peut être créé dans le cas d'une
isolation thermique par l'extérieur.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 3
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation à l'extérieur du mur de fondation

Description :
Ce procédé d'isolation est préconisé lorsqu'il est associé à
une isolation par l'extérieur.
Les isolants utilisés pour cette application doivent posséder
une bonne résistance à la compression et un bon
comportement à l'eau.
Le procédé et les produits utilisés doivent permettre une
protection des rejaillissements d'eau, de drainage et
d'étanchéité du sol.
Les isolants utilisés dans ce procédé ont pour dimensions :
- longueur de 0,5 à 1,0 m,
- largeur de 0,5 à 0,6 m,
- épaisseur de 40 à 120 mm.

Documents de référence :
D.T.U 20.1 à 23.1
et Fiche Pr 17

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Pour les produits certifiés par l'ACERMI les caractéristiques Le niveau O3 est spécifié pour limiter la pénétration de l'eau et le
minimales pour cet emploi sont : I2, S1, O3, L3, E1. niveau L3 pour la résistance à l'arrachement.

Mise en œuvre :
Ce système doit être mis en œuvre par des entreprises Cette isolation est réalisée comme suit :
expérimentées en respectant les règles d'exécution indiquées - dégagement du soubassement voulu,
dans les Documents Techniques Unifiés (voir la Fiche Pr 15 - pose par collage ou fixations mécaniques, de l'isolant,
concernant l'isolation par l'extérieur). - mise en place d'une protection mécanique
(plaque de fibro-ciment ou enduit armé),
- application éventuelle d'une couche d'étanchéité,
- mise en place éventuelle d'un drainage,
- remblai au moyen de sable et gravier.

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 1,0 et 5,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Ce procédé est préconisé lorsqu'il y a une isolation par La mise en œuvre doit être minutieuse. Elle requiert une
l'extérieur. entreprise spécialisée.
D'un point de vu thermique il subsiste un pont thermique non
négligeable par les fondations.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 4
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation sous les plafonds de sous sol

Description :
Pour ce type d'isolation il existe trois types de techniques :
- panneaux manufacturés isolant avec parements sur une ou
deux faces fixés mécaniquement,
- panneaux isolants suspendus,
- isolants projetés.
Les panneaux manufacturés sont constitués d'une âme isolante
en plastique alvéolaire ou en laine minérale. Des plaques de
parements sont associées à l'isolant pour assurer une protection
mécanique et éventuellement contre le feu. Les panneaux
isolants suspendus sont en général en laine minérale. Ces
panneaux sont insérés dans un système de suspente.
La technique d'isolation projetée est le plus souvent utilisée pour
obtenir une bonne protection contre l'incendie et elle est bien
adaptée à des sous faces non planes.
Documents de référence :
Les produits isolants utilisés dans cette technique sont :
- des fibres minérales (roche, laitier ou verre) associées à un D.T.U 20.1 à 23.1, 27.1
liant hydraulique (solution traditionnelle), ou sec inorganique et Avis Technique.
(domaine de l'Avis Technique).
Les épaisseurs d'isolant peuvent être comprises entre 20 à
120 mm.

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Pour les produits manufacturés certifiés par l'ACERMI les
caractéristiques minimales pour cet emploi sont : I1, S1, O1, L2,
E1.

Mise en œuvre :
Ce système doit être mis en œuvre en respectant les règles - les supports des projections doivent être préparés et
d'exécution indiquées dans les Documents Techniques Unifiés. dépoussiérés pour les techniques de projection de fibre
Lors de l'application il faut veiller à ne pas mettre de barrière de (verre, roche, laitier) avec un liant hydraulique (domaine
vapeur et les produits doivent assurer une protection au feu. traditionnel D.T.U 27.1) ou avec liant organiques (domaine
Avis Technique) ou les projections de mousse de
Suivant les techniques de mise en œuvre des produits isolants polyuréthanne(domaine de l'Avis Technique), ou les
les points particuliers sont les suivants : projections de cellulose avec liant ciment (domaine de l'Avis
- pour les produits suspendus ou fixés mécaniquement le Technique).
choix des vis et des rondelles doit être adapté à la nature du
plancher,

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 0,5 et 5,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Ce procédé est préconisé lorsque le plancher n'est pas plan. Une attention particulière doit être apportée pour ce qui
Ce procédé associé à une isolation thermique par l'extérieur concerne les transferts de vapeur d'eau (pas de barrière de
entraîne un pont thermique non négligeable . vapeur).
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 5
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation en sous couche de dalle flottante

Description :
Ce procédé consiste à disposer l'isolant sur une dalle
porteuse, puis à couler dessus une chape ou dalle armée ou
non (voir DTU 26.2), destinée à repartir la pression des
charges.
Un feutre bitumineux ou un film plastique peut être posé sur
l'isolant afin d'éviter une pénétration de la laitance.
Les panneaux isolants sont en générale en plastique
alvéolaire parfois en laine minérale.
Les isolants utilisés ont pour dimensions :
- longueur de 0,5 à 2,5 m,
- largeur de 0,5 à 0,6 m,
- épaisseur de 20 à 120 mm.

Documents de référence :
D.T.U 20.1 à 23.1,
26.2, 51.3, 52.1
et Avis Technique

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Pour les produits manufacturés certifiés par l'ACERMI les
caractéristiques minimales pour cet emploi sont : I2 à I5, S1, O2,
L2, E1.

Mise en œuvre :
Ce système doit être mis en œuvre en respectant les règles Lors de l'application il faut s'assurer de l'épaisseur de chape en
d'exécution indiquées dans les Documents Techniques Unifiés fonction des armatures et de l'isolant utilisé. Il faut vérifier que
(DTU 26.2, DTU 52.1, DTU 51.3). des dispositions sont prises au pourtour pour désolidariser les
chapes ou dalles des parois.

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 0,6 et 4,5 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Ce procédé est préconisé lorsqu'il est prévu une isolation par
l'intérieur.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 6
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation en sous couche de carrelage

Description :
Ce procédé consiste à poser l'isolant sur une dalle, puis à
disposer un lit de colle pour appliquer le carrelage de finition
directement.
Un feutre bitumineux ou un film plastique peut être posé sur
l'isolant afin d'éviter une pénétration de la laitance.
Les panneaux isolants sont en général en plastique
alvéolaire.
Les isolants utilisés ont pour dimensions :
- longueur de 0,5 à 2,5 m,
- largeur de 0,5 à 0,6 m,
- épaisseur de 20 à 100 mm.

Documents de référence :
D.T.U 20.1 à 23.1,
26.2, 51.3, 52.1
et Avis Technique

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Pour les produits manufacturés certifiés par l'ACERMI les
caractéristiques minimales pour cet emploi sont : I5, S1, O2, L2,
E1.

Mise en œuvre :
Ce système doit être mis en œuvre en respectant les règles
d'exécution indiquées dans les Avis Technique et les
Documents Techniques Unifiés (DTU 52.1, DTU 51.3).

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 0,6 et 4,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Ce procédé est préconisé lorsqu'il est prévu une isolation par
l'intérieur.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 7
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation de plancher par entrevous

Description :
Les planchers réalisés suivant ce procédé sont constitués de
poutrelles en béton précontraint ou en béton armé sur
lesquels reposent des entrevous isolants pleins ou perforés
en polystyrène avec languette destinée à assurer la
continuité de l'isolation. En sous face un panneau peut-être
ajouté pour améliorer la protection incendie du plancher.
L'ensemble, poutrelles-entrevous, est ensuite recouvert
d'une chape de finition.
Les entrevous sont soumis à l'Avis Technique ou peuvent
faire l'objet d'une certification CSTBat.
Les entrevous isolants utilisés ont pour dimensions 0,5 à
0,6 m de longueur et 0,5 m de largeur.

Documents de référence :
D.T.U 20.1 à 23.1
et Avis Techniques

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Ces produits sont fabriqués par moulage à l'unité ou découpés
dans des blocs. Le produit final doit avoir une bonne résistance
mécanique.

Mise en œuvre :
Ce système doit être mis en œuvre en respectant les règles
d'exécution indiquées dans les Avis Techniques et les
Documents Techniques Unifiés (DTU).

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 2,0 et 4,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
L'isolation thermique de ce procédé n'est pas continue. Des Les languettes permettent de réduire notablement cette
distorsions de flux se situent au niveau des poutrelles. distorsion.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 8
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation par remplissage de plancher bois

Description :
Les planchers réalisés suivant ce procédé sont constitués de
solives, d'un plafond bois ou de plaques de plâtre, d'un
plancher bois et d'une isolation injectée ou déversée entre
solives avant la pose du plancher.
Le soufflage de laine minérale et de vermiculite est du
domaine traditionnel. Par contre pour certains produits
comme le soufflage de cellulose est du domaine de l'Avis
Technique.
Les isolants utilisés se présentent dans des sacs qu'il faut
déverser ou souffler. Les épaisseurs rencontrées sont
comprises entre 50 et 200 mm.

Documents de référence :
DTU et Avis Technique

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Les caractéristiques mécaniques et d’hygroscopicités ne sont
pas nécessaires pour cette application.

Mise en œuvre :
Ce système doit être mis en œuvre en respectant les règles
d'exécution indiquées dans les Avis Technique et les
Documents Techniques Unifiés (DTU). Une barrière de vapeur
est recommandée. Elle sera placée au-dessus de l'isolant (côté
intérieur).

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 1,0 et 5,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
L'isolation thermique de ce procédé n'est pas continue. Il faut
tenir compte des solives dans la détermination de la résistance
thermique. Les caractéristiques thermiques de l'isolant ne seront
pas les mêmes si l'isolant est soufflé ou s'il est déversé.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 9
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation de combles inaccessibles

Description :
Les planchers réalisés suivant ce procédé sont constitués de
solives d'un plafond bois ou plaques de plâtre ou d'un
plancher lourd et d'une isolation en rouleau, panneau, soufflé
ou déversée.
Le soufflage de laine minérale et de la vermiculite est du
domaine traditionnel par contre pour certain produit comme
le soufflage de fibre de cellulose est du domaine de l'Avis
Technique.
Les produits manufacturés en rouleaux ou panneaux
peuvent être certifiés ACERMI. Tous les types de produits
(laines minérales, plastiques alvéolaires, etc.) peuvent être
utilisés mais on retrouve pour cette application généralement
de la laine minérale.
Les isolants utilisés se présentent dans des sacs pour les
produits à déverser ou à souffler et sous forme de panneaux
ou rouleaux pour les autres.
Les épaisseurs sont comprises entre 100 et 250 mm pour Documents de référence :
les produits à soufflés ou déversés et comprises entre 70 et DTU 40.11 à 40.46
300 mm pour les autres. et Avis Technique

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Pour cette application les caractéristiques minimales d'aptitude
à l'emploi des isolants utilisés sont : I1, S1, O1, L1. La
caractéristique concernant les transferts de vapeur d'eau
dépendra de l'application et du type de couverture (voir DTU
40.11 à 40.46).

Mise en œuvre :
Ce système doit être mis en œuvre en respectant les règles Lorsqu’une barrière de vapeur est nécessaire, elle sera placée
d'exécution indiquées dans les Avis Technique et les en sous face de l'isolant.
Documents Techniques Unifiés (DTU).

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 1,0 et 6,5 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Il faut absolument respecter les dispositions décrites dans les Un pont thermique peut subsister dans le cas de plancher lourd
DTU 40.11 à 40.46. et une isolation des murs verticaux par l'intérieur.
Lors de la pose des panneaux ou rouleaux d'isolant il faut veiller
à ne pas créer de lame d'air parasite entre le plafond et l'isolant
et entre les couches d'isolant.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 10
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé de maçonnerie à isolation répartie

Description :
Les murs en maçonnerie d'éléments à isolation répartie sont
constitués d'une seule paroi en briques perforées, blocs de
terre cuite, blocs de béton cellulaire, blocs de béton de
granulats légers, ou composée d'une partie en terre cuite ou
en élément maçonné associé à une isolation. Ces parois
sont, le plus souvent enduites au plâtre côté intérieur et
revêtu d'un enduit côté extérieur. Les blocs sont montés à
joints minces, à joints colles ou à joints traditionnels.
Les briques de terre cuite possèdent des alvéoles en
position horizontale. Les blocs de terre cuite comportent un
nombre important d'alvéoles en position verticale. Ces
derniers blocs sont du domaine de l'Avis Technique
notamment lorsque les joints sont non traditionnels et de la
marque NF Briques de terre cuite pour les autres.
Les blocs de béton cellulaire autoclavé sont des blocs
découpés. Ils sont constitués d'un matériau silico-calcaire.
Ces blocs font l'objet de l'Avis Technique pour des joints Documents de référence :
collés et sont soumis à la marque NF Blocs de béton pour les
joints traditionnels. DTU 20.1, 20.11
Les éléments maçonnés associés à des isolants. Ce sont et Avis Technique
des systèmes dans lesquels la partie porteuse, à base de
terre cuite ou de béton, est associée à un isolant en
polystyrène expansé.
Les dimensions rencontrées sont :
- longueurs et largeurs comprises entre 200 et 600 mm,
- épaisseurs comprises entre 200 et 450 mm.

Mise en œuvre :
Ce système doit être mis en œuvre en respectant les règles
d'exécution indiquées dans les Avis Techniques et les
Documents Techniques Unifiés (DTU 20.1, DTU 20.11).

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante (sans effet de ponts
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels thermiques structurels) obtenue avec ce système est comprise
dégradent la résistance thermique en partie courante de la entre1,0 et 4,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Il faut respecter les dispositions décrites dans les DTU 20.1 et Ce système permet d'éviter les ponts thermiques s'il est bien
20.11 ou dans les Avis Techniques. utilisé et procure une bonne inertie thermique pour le confort
d'été.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 11
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé de maçonnerie blocs-coffrages

Description :
Ce procédé permet la construction d'une paroi par
empilement d'éléments isolants de plus ou moins grandes
dimensions. Ces éléments peuvent être de hauteur d'étage
ou reliés par écarteurs. L'isolant utilisé est dans la plupart
des cas du polystyrène expansé. Ces éléments forment le
coffrage perdu et permettent de couler du béton de
structure. Les enduits sont soit appliqués en finition soit pré-
enduits. Ce procédé est soumis à l'Avis Technique.
Les dimensions rencontrées sont :
- longueurs et largeurs comprises entre 200 et 2500 mm
- épaisseurs comprises entre 200 et 300 mm.

Documents de référence :
Avis Technique

Mise en œuvre :
Ce système doit être mis en œuvre en respectant les règles
d'exécution indiquées dans les Avis Techniques.

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 2,0 et 3,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Il faut absolument respecter les dispositions décrites dans les
Avis Techniques. La mise en œuvre sur chantier est rapide. Ce
système permet d'éviter les ponts thermiques s'il est bien conçu.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 12
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation par panneaux de bardages industriels

Description :
Les panneaux de bardages industriels sont des produits en
panneaux de grande longueur pour une largeur de 0.6 à
1.2 m.
Ces grands panneaux sont fixés à l'ossature porteuse (paroi
béton ou armature métallique) par des systèmes vis-chevilles
adaptés.
Les panneaux sont constitués d'un isolant en mousse de
polyuréthanne, ou parfois, en polystyrène expansé, ou en
laine minérale, recouvert sur ces deux faces par un
revêtement épais soit en acier, soit en polyester renforcé.
L'épaisseur de l'isolant varie de 30 à 200 mm. Ce système de
bardage est du domaine de l'Avis Technique.

Documents de référence :
Avis Techniques

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Les isolants utilisés sont spécifiques pour ces systèmes. En Il faut que l'isolant possède de bonne performance mécanique.
général ils sont expansés directement sur le parement en
fabrication.

Mise en œuvre :
Ce système doit être mis en œuvre en respectant les règles Il y a lieu de s'assurer du bon traitement des joints de liaison
d'exécution indiquées dans les Avis Techniques. entre panneaux pour éviter toute pénétration de vapeur d'eau.
Les panneaux sont fixés à la paroi ou à l'ossature métallique par
des systèmes vis-chevilles adaptés à la paroi ou à l'ossature.

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 0,8 et 10,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Comme tous systèmes d'isolation thermique par l'extérieur ils Il faut veiller à la bonne exécution des traitements des joints de
permettent de diminuer les ponts thermiques s'ils sont bien liaison entre panneaux.
conçus.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 13

Éléments de remplissage
Performances Énergétiques des Éléments Opaques
Description :
Les éléments de remplissage regroupent deux familles de
produits. La famille dite "CB-E" dont les panneaux sont
constitués d'une âme isolante en plastique alvéolaire ou laine
minérale encadrée bois sur laquelle s'assemblent par
collage une paroi intérieure en tôle métallique et une paroi
extérieure de nature diverse. La famille dite "CB-P" dont les
panneaux sont constitués d'une âme isolante en plastique
alvéolaire encadrée bois sur laquelle s'assemblent par
collage des parois en stratifié mélamine ou des parois en
fibres ciment de type NT.
La paroi intérieure est en tôle d'acier (galvanisée, émaillée ou
inoxydable) ou en tôle d'aluminium.
La paroi extérieure peut être constituée soit de produit
métallique, organique, en fibres ciment, soit de verre émaillé.

Documents de référence :
Avis Technique et Cahier du
CSTB N° 3076 d'octobre 1998

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Pour cette application les caractéristiques minimales d'aptitude
à l'emploi des isolants utilisés dans les systèmes d'éléments de
remplissage sont : I ≥ 3, S ≥ 2, O ≥ 2, L ≥ 4, E ≥ 3.

Mise en œuvre :
Les éléments de remplissage doivent être posés conformément Les éléments de remplissage sont des produits finis. Toute
aux Avis Techniques et aux Cahiers du CSTB de telle façon que opération telle découpe et perçage est à exclure. Les éléments
leurs chants soient protégés des intempéries et plus doivent être vérifiés et préparés avant mise en œuvre.
particulièrement de l'humidité.
Les éléments ne doivent pas faire fonction de bâti pour la
façade.

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 0,7 et 3,5 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Les éléments préfabriqués sont adaptés au système de façade
légère.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 14
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation avec contre cloison
ou remplissage de lame d'air

Description :
Ce procédé est constitué d'une paroi qui permet de soutenir la
structure, d'un isolant thermique et d'une contre cloison.
Cette dernière étant réalisée après avoir inséré l'isolant ou
avant. Dans ce dernier cas l'isolant est injecté.
Le procédé avec contre cloison mise en œuvre après la pose
de l'isolant est du domaine traditionnel (DTU 20.1).
Par contre pour les procédés d'isolation injectée, la présence
d'une lame d'air dans un mur a normalement pour but de
constituer une coupure capillaire. Ces murs ne peuvent être
isolés par injection ou insufflation que lorsque leur
configuration et leur exposition à la pluie le permet.
Les systèmes d'insufflation d'isolant en vrac font l'objet d'Avis
Technique. L'isolant en vrac est insufflé dans la lame d'air à
l'aide de machine. Les matériaux isolants utilisés sont des
copeaux de liège, de polystyrène extrudé, de polystyrène
expansé, des granulats de vermiculite, de fibres de cellulose, Documents de référence :
de verre ou de roche.
Les systèmes par injection d'une mousse isolante font l'objet
DTU 20.1 et Avis Technique
de l'Avis Technique. L'isolant s'obtient par moussage sur
chantier de plusieurs composants au moyen d'un pistolet. Ces
mousses se polymérisent en place dans les minutes qui suivent
l'injection. Depuis le décret et arrêté du 6 mai 1988 relatifs à l'injection de
Les mousses utilisées actuellement sont des mousses de mousse urée-formol, le domaine d'emploi et les conditions de
polyuréthanne ou formophénolique. La mousse urée formol a mise en œuvre sont limités.
été très utilisée en rénovation dans les années 70-80. Les épaisseurs d'isolant peuvent varier de 30 à 120 mm.

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Pour cette application les caractéristiques minimales d'aptitude
à l'emploi des isolants utilisés dans les systèmes de contre
cloison sont : I1, S1, O2, L2, E2/E3.

Mise en œuvre :
Le système d'isolation par injection doit suivre scrupuleusement éviter les apports trop importants d'eau. Dans les zones très
les procédures de mise en œuvre définies dans les Avis froides une barrière de vapeur de perméance très faible est
Techniques. nécessaire sur la face intérieure.
Il faut veiller aux risques de condensation. Pour s'affranchir de
ce risque, il faut placer, dans certains cas, un pare vapeur et

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 0,5 et 3,5 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Le procédé d'isolation par contre cloison permet d’obtenir une Les systèmes par remplissage sont adaptés pour les doubles
inertie plus importante que le système de doublage classique. murs existants et pour une isolation complémentaire. Ils sont
plutôt destinés à la réhabilitation.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 15
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation par complexes de doublage
ou complexes isolants

Description :
Dans ce procédé d'isolation par complexes dits aussi
"doublage", l'isolant et son parement sont posés en une seule
opération. Un complexe est constitué d'un isolant collé sur
une plaque de plâtre, revêtue éventuellement en sous-face
d'un pare vapeur. Ce procédé fait l'objet soit d'un Avis
Technique soit de la norme avec suivi et marquage.
Les isolants utilisés sont, dans la plupart des cas, des
panneaux en polystyrène expansé, extrudé, polyuréthanne,
ou laine minérale de forte densité.
Les parements peuvent être de différentes nature. Les
plaques de plâtre cartonnées en épaisseur de 10 ou 13 mm
sont les plus utilisées ensuite les panneaux de particules ou
de contreplaqué.
Les complexes du marché ont les dimensions suivantes :
- longueur de 2 à 3,6 m,
- largeur de 1,2 m,
- épaisseur de 30 à 130 mm. Documents de référence :
DTU XX.2 et XX.3

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Pour les produits certifiés par l'ACERMI les caractéristiques Le niveau S2 conditionne la stabilité dimensionnelle en fonction
minimales pour cet emploi sont : I1, S2, O2, L3, E2 ou E3. du module d'élasticité transversale afin d'éviter une flèche
importante du complexe par retrait ou gonflement de l'isolant. Le
niveau L3 assure une cohésion minimale de l'isolant.

Mise en œuvre :
Si le mur est sec et sain, et présente une surface plane, l'isolation Les complexes sont appliqués sur le mur en frappant à plat sur
peut se faire par collage de complexes. Les murs anciens toute la surface à l'aide d'une règle.
doivent être exempts de toutes traces d'humidité, sains et ne La liaison, entre deux plaques de complexe, est réalisée à l'aide
sonnant pas creux. d'un enduit associé à une bande de joint en papier kraft. Enduit
Dans le cas contraire, mur humide ou non plan, il est préférable et bande font l'objet de certificats du CSTB.
d'isoler par un autre moyen. Dans les pièces humides (salles de bains, cuisines,...), des
Les murs sont décapés par ponçage ou brûlage des solutions adaptées sont à prévoir en fonction du risque
revêtements (papier-peint, peinture,...) lorsque la colle est d'humidification.
appliquée sur le complexe, ou au gabarit à l'endroit des plots ou
bandes lorsque la colle est appliquée directement sur le mur.

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 0,6 et 4,3 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
L'isolation par l'intérieur permet une mise en œuvre simple et Par contre, les ponts thermiques sont nombreux et l'inertie est
rapide. faible. Le gros œuvre subit l'ensemble des fluctuations de
température.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 16
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation par panneaux de façade
en bardages rapportés

Description :
Les systèmes de bardages rapportés sont :
- soit traditionnels, à ossature bois ou métallique et
parement en matériau traditionnel (ardoises, tuiles,
écailles, céramique, bois, zinc, aluminium laqué, pierre
naturelle, …
- soit non traditionnels, du fait de l'isolant, de l'ossature, du
parement ou de la conception. Ces systèmes peuvent
faire l'objet d'Avis Technique.
Le parement peut être constitué selon le cas de petits
éléments ou écailles, de clins ou de lames, de plaques de
grandes dimensions, ou encore d'enduits hydrauliques
projetés sur grillage métallique.
Parmi les matériaux, utilisés en bardages non traditionnels,
figurent notamment les PVC extrudés pleins ou alvéolaires,
les mortiers de polyester ou acryliques, les mortiers de
ciment armés de fibre de verre, les stratifiés mélaminés à
base de cellulose, les sandwiches à parement aluminium ou
acier, les enduits hydrauliques armés, les pierres naturelles Documents de référence :
hors DTU 55.2 ou reconstituées. Ces bardages non Reef spécialisé " Mur manteau "
traditionnels sous Avis Technique ont un classement reVETIR volume 1 et 2,
(voir cahier du CSTB N° 2929 de décembre 1996).
Cahier du CSTB N°1661,
Les isolants utilisés sont, en général, constitués de laine
minérale, ils ont entre 30 et 200 mm d'épaisseur. Classement reVETIR
et les Avis Technique

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Pour les produits isolants certifiés par l'ACERMI les Le niveau O2 est spécifié pour limiter l'absorption d'eau et le
caractéristiques minimales pour cet emploi sont : I1, S1, O2, L2, niveau L2 définit les panneaux semi-rigides.
E1.

Mise en œuvre :
Ce système doit être mis en œuvre en respectant les règles Les montants (chevrons bois ou profilés métalliques) verticaux
d'exécution indiquées dans les Avis Technique et les cahiers du sont fixés par des équerres ancrées dans le gros œuvre support.
CSTB N° 2545, 2929, 3491 et 1661 traitant des ossatures L'ancrage est réalisé par des chevilles adaptées à la nature de
support (bois et métal). la paroi support. Le type et la densité de chevilles doivent
prendre en compte le poids propre du bardage et des efforts
maximaux dus au vent.

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 0,7 et 5,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Ce système permet d'éviter les ponts thermiques comme les Certains bardages sont sensibles aux chocs de petits corps
autres systèmes d'isolation thermique par l'extérieur s'il est bien durs qui provoquent rupture ou marque.
conçu.
Ce procédé a une bonne durabilité.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 17
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation par enduits minces
ou épais sur isolants

Description :
Ce procédé d'isolation est une isolation dite par l'extérieur.
Un isolant thermique est collé ou fixé mécaniquement par
profilés ou chevilles sur une paroi support. L'isolant est
recouvert ensuite d'un enduit mince (organique) ou épais
(hydraulique) armé d'un treillis, le tout est ensuite recouvert
d'un revêtement de finition. Ce procédé est du domaine de
l’Avis Technique.
Les isolants utilisés sont, dans la plupart des cas, des
panneaux en polystyrène expansé. Parfois la laine minérale
peut être utilisée en forte densité.
Les enduits minces sont composés d'un sous enduit dans
lequel est marouflée une armature en fibre de verre protégée
contre l'alcalinité du ciment. Un revêtement fait office
d'enduit de finition. Les parties exposées aux chocs sont
renforcées par une armature supplémentaire.
Les enduits épais (de 10 à 30 mm d'épaisseur), sont à base
de liants hydrauliques renforcés par une armature Documents de référence :
métallique, en verre de Kevlar; ou en fibres de verre
incorporées dans le mortier.
Cahier des prescriptions
Les isolants utilisés dans ce procédé ont pour dimensions :
techniques
- longueur de 0,5 à 1,2 m, Cahier du CSTB N°3035
- largeur de 0,5 à 0,6 m, d'Avril 1998
- épaisseur de 40 à 120 mm.
et Avis Techniques

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Pour les produits isolants certifiés par l'ACERMI les caractéris- d'un côté à l'autre de l'isolant afin de ne pas détériorer le mur
tiques minimales pour cet emploi sont : ≥I2, S4, O3, L4, ≥E2. support. Enfin le niveau L4 permet au procédé d'avoir une tenue
Le niveau S4 conditionne la stabilité dimensionnelle du produit mécanique suffisante pour supporter les efforts extérieurs.
afin de limiter les contraintes et ainsi les fissurations de l'enduit.
Le niveau O3 est spécifié pour éviter des transferts d'eau liquide

Mise en œuvre :
Ces systèmes doivent être mis en œuvre par des entreprises - la préparation du support (décapage éventuel, ...),
expérimentées en respectant le cahier des prescriptions - la mise en œuvre (conditions atmosphériques, respect des
techniques du cahier du CSTB N° 3035 et des préconisations temps de séchage des enduits, des épaisseurs et des
décrites dans les Avis Techniques notamment en ce qui quantités d'enduit appliquées, ...).
concerne :

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 1,0 et 3,5 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
L'isolation par l'extérieur permet - d'augmenter l'inertie thermique,
- de réduire les variations de température inter saisonniers - de limiter les mouvements différentiels et les contraintes
dans le gros œuvre, d'origine hygrothermique.
- de réduire la plupart des ponts thermiques d'un bâtiment, Par contre, la mise en œuvre doit être effectuée par des
entreprises expérimentées.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 18
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation par vêtures
Description :
Ces systèmes possèdent un parement manufacturé en usine
et ne comportent pas nécessairement de lame d'air ventilée,
ni d'ossature. Ils font l'objet d'Avis Technique.
Une vêture est constituée d'un isolant et d'un parement de
dimensions similaires, posés en une seule fois sur le mur, en
général, par fixation mécanique.
Le parement manufacturé peut être en aluminium, en acier,
en PVC, en mortier de résine armé de fibre de verre, ou
chargé en granulat de pierre, de plaquettes de terre cuite ou
de pierre.
Les dimensions des éléments varient de 200 à 3000 mm
pour la largeur et la hauteur.
Les isolants utilisés sont en général des polystyrènes
expansés ou extrudés ayant entre 30 et 120 mm d'épaisseur.
Ces systèmes font l'objet du classement reVETIR (voir cahier
du CSTB N° 2929 de décembre 1996).
Documents de référence :
Avis Technique

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Les caractéristiques, des isolants utilisés, nécessaires à
l'application, sont définies dans chaque Avis Tecnique.

Mise en œuvre :
L'isolant thermique est posé par collage ou fixé mécaniquement,
puis le parement est fixé mécaniquement au mur au travers de
l'isolant, en général par vis chevillées ou clous chevillés.

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 0,8 et 4,5 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Ces systèmes présentent en général une bonne durabilité, peu Ces systèmes permettent d'éviter les ponts thermiques comme
de risques d'aléas de chantier, une pose rapide et pas ou peu les autres systèmes d'isolation thermique par l'extérieur s'ils sont
d'entretien. bien conçus.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 19
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation de toiture par la méthode "sarking"
Description :
Ce procédé d'isolation thermique de toitures en pente par
l'extérieur consiste à mettre en place sur une charpente un
parement formant plafond, une isolation thermique en
continu, un réseau de contre bois, un support de couverture
et la couverture.
Les isolants utilisés sont en polystyrène extrudé de 30 à
120 mm d'épaisseur.
Ce système est du domaine de l'Avis Technique.

Documents de référence :
DTU 40.11 à 40.45
et Avis Technique

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


La caractéristique principale demandée à l'isolant est une bonne
tenue des caractéristiques mécaniques dans le temps et
notamment le fluage à long terme car le produit supporte le
poids de la toiture.

Mise en œuvre :
La charpente est constituée de pannes et de chevrons de 60 mm Enfin les supports et la couverture sont posés suivant les
de largeur minimale. Le plafond est fixé sur les chevrons suivant prescriptions des DTU de la série des 40 ou suivant les Avis
les DTU correspondants. Techniques des couvertures non traditionnelles.
L'isolant est posé en décalé. Les premiers panneaux sont
bloqués en bas de la pente par des cales. Les contre bois sont
cloués à travers l'isolant (veiller à l'enfoncement minimal des
clous sur les chevrons).

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entreentre 1,0 et 5,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Ce système permet d'assurer une isolation thermique continue Ce système permet de gagner du volume sous les combles.
sans pont thermique, de contribuer à l'étanchéité à l'air, de Il faut veiller à la bonne fixation de l'ensemble.
protéger la charpente thermiquement et contre l'humidité.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 20
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation des rampants de toiture
Description :
Ce procédé d'isolation thermique de toitures en pente est
destiné à isoler les combles aménagés. Il ne faut pas isoler
les rampants d'un comble perdu non chauffé.
L'isolation peut être réalisée entre chevrons ou fermettes ou
sous les chevrons et fermettes en une ou plusieurs couches
d'isolant.
Différents systèmes de fixation existent.
De nombreux types de produit isolant peuvent être utilisés,
rouleaux de laine minérale, panneaux rigides ou semi-
rigides, plaques de polystyrène, d'extrudé ou de
polyuréthanne.
Les épaisseurs d'isolants rencontrées vont de 50 à 200 mm.

Documents de référence :
DTU 40.11 à 40.45

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Pour les produits manufacturés certifiés par l'ACERMI, les Il est recommandé de mettre un pare vapeur en sous face de
caractéristiques minimales pour cet emploi sont : I1, S1, O1, L1. l'isolant.

Mise en œuvre :
Les rouleaux de laine de verre associés à un pare vapeur se Il faut absolument ménager une lame d'air sous les liteaux ou
posent par embrochage sur des suspentes vissées sur les support de couverture de 2 à 4 cm selon le cas (voir DTU 40.11
chevrons. Des lattes de bois ou des profilés métalliques viennent à 40.45).
se fixer sur les suspentes pour poser le revêtement de finition. L'isolation n'est utile que si la paroi obtenue est étanche à l'air ;
L'isolation, entre chevrons ou fermettes, est réalisée au moyen pour ce faire, on utilisera des feutres de largeur adaptée aux
de feutres de laine minérale, munis de languettes, et agrafés sur ossatures.
les chevrons. Le parement intérieur est ensuite fixé aux
chevrons.

Caractéristique thermique :
PLe coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 1,2 et 6,5 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Ce système est le plus usité pour la maison individuelle. La pose Pour l'isolation entre chevrons, la caractéristique thermique doit
de l'isolant est facile. tenir compte des ponts thermiques créés par les chevrons.
Il faut veiller à la bonne étanchéité à l'air, à la bonne ventilation
de la couverture et il faut s'affranchir des transferts de vapeur
d'eau.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 21
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation par éléments industriels
supports de couverture

Description :
Pour ce type de procédé il existe des panneaux sandwiches,
des caissons chevronnés et des panneaux isolants à
supports incorporés.
Ce sont des produits manufacturés qui permettent une
diminution des tâches lors de la mise en œuvre sur chantier.
Ces éléments intègrent le plafond et les chevrons ou les
supports de couverture. Après fixation des panneaux il n'y a
plus qu'à poser les liteaux et la couverture.
Tous ces éléments font l'objet d'Avis Technique.
Les types d'isolant que l'on rencontre sont des plaques de
polystyrène, d'extrudé ou de polyuréthanne.
Les caissons chevronnés et les panneaux sandwiches
comprennent une sous face en contre plaqué, en panneau
de particules, en plaque de plâtre ou du lambris. Les
dimensions rencontrées sont de 0,6 m de largeur par des
longueurs pouvant atteindre 8 m.
Les épaisseurs d'isolants rencontrées vont de 50 à 200 mm.
Documents de référence :
Avis Technique et DTU
40.11 à 40.45

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Les caractéristiques demandées aux isolants dépendent de la
configuration du procédé et des charges supportées par
l'isolant.

Mise en œuvre :
Les panneaux sont, en général, livrés aux dimensions de la
toiture. Les panneaux sont fixés suivant les indications décrites
dans l'Avis Technique correspondant. Puis les liteaux sont
cloués pour poser la couverture. La lame d'air de ventilation de
la toiture est assurée en général directement par les panneaux.

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 1,5 et 8,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Ce système permet de limiter les interventions sur le chantier et Il faut veiller à la bonne étanchéité à l'air, à la bonne ventilation
la pose de l'isolation est rapide. de la couverture et il faut s'affranchir des transferts de vapeur
d'eau.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 22
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation sous étanchéité de toitures terrasses

Description :
Une toiture terrasse est une toiture lourde en béton armé ou
à base de poutrelles et entrevous.
L'ensemble des travaux doit être conçu et réalisé
conformément au DTU 43. Sa mise en œuvre est délicate et
nécessite l'intervention d'une entreprise spécialisée.
L'isolation est réalisée par des panneaux isolants posés en
une ou deux couches, qui servent de support continu, sur
lequel est appliqué le revêtement d'étanchéité.
Le procédé d’isolation doit faire l'objet d'un Avis Technique.
L'étanchéité est soit traditionnelle (DTU 43), soit visée par
l'Avis Technique.
L'isolant le plus employé est le polyuréthanne. Mais on peut
rencontrer des panneaux de laine de roche, de polystyrène,
de verre cellulaire.
Ces panneaux font en général 0,3 à 1,2 m de largeur et entre
0,6 et 1,2 m de longueur.
Les épaisseurs d'isolants rencontrées vont de 50 à 200 mm.
Documents de référence :
Avis Technique et DTU 43

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Les caractéristiques demandées aux isolants dépendent de la importante pour la durabilité du système. La résistance au
configuration du procédé et des charges supportées par poinçonnement est un critère de choix de l'isolant.
l'isolant. La stabilité dimensionnelle est une caractéristique

Mise en œuvre :
Sur la dalle de toiture une barrière de vapeur est posée, puis Il faut veiller à la hauteur des relevés d'étanchéité sur les reliefs.
l'isolant, ensuite l'étanchéité est appliquée et enfin une Pour les toitures accessibles, une protection lourde doit être
protection est ajoutée. réalisée (DTU 43), et pour les toitures terrasses jardins des
Le choix de l'isolant est fonction des sollicitations dues, dispositions particulières sont à prendre (voir Avis Technique).
notamment, à l'utilisation de la toiture (inaccessible, technique,
accessible ou destinée à un usage en terrasse jardin), de la
nature de l'élément porteur et de la nature de l'étanchéité.

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 1,3 et 5,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Ce système doit être réalisé par une entreprise spécialisée.
Un pont thermique important subsiste en général au niveau de
l'acrotère.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 23
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d'isolation sur étanchéité de toitures terrasses

Description :
L'ensemble des travaux doit être conçu et réalisé
conformément au DTU 43. Sa mise en œuvre est délicate et
nécessite l'intervention d'une entreprise spécialisée.
L'isolant est posé directement sur l'étanchéité. Une
protection lourde (gravillons ou dallettes) est posée sur
l'isolant.
L'isolant est directement en contact avec l'eau de pluie. Le
système doit faire l'objet d'un Avis Technique.
L'étanchéité est soit traditionnelle (DTU 43), soit visée par
l'Avis Technique.
L'isolant le plus employé est le polystyrène extrudé.
Ces panneaux font en général 0,5 à 0,6 m de largeur et entre
0,6 et 1,2 m de longueur.
Les épaisseurs d'isolants rencontrées vont de 50 à 140 mm.

Documents de référence :
Avis Technique et DTU 43

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Les caractéristiques demandées aux isolants dépendent de la des caractéristiques importantes pour la durabilité du système.
configuration du procédé et des charges supportées par La résistance au poinçonnement est un critère de choix de
l'isolant. La stabilité dimensionnelle et l’absorption d’eau sont l'isolant.

Mise en œuvre :
Sur la dalle de toiture une barrière de vapeur est posée, puis Il faut veiller à la hauteur des relevés d'étanchéité sur les reliefs
l'étanchéité est appliquée, ensuite l'isolant est posé et enfin une qui doivent tenir compte de l'épaisseur de l'isolant. Pour les
protection lourde est ajoutée. toitures accessibles, une protection adaptée doit être réalisée
Le choix de l'isolant est fonction des sollicitations dues, (DTU 43).
notamment, à l'utilisation de la toiture (inaccessible, technique,
accessible), de la nature de l'élément porteur.

Caractéristique thermique :
Le coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 1,5 et 5,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Ce système doit être réalisé par une entreprise spécialisée.
Un pont thermique important subsiste en général au niveau de
l'acrotère.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 24
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Procédé d’isolation de toitures terrasses
par projection de mousse polyuréthanne

Description :
Le procédé consiste à projeter sur la toiture les constituants
d'un polyuréthanne alvéolaire rigide.
L'expansion in situ conduit à un revêtement adhérent
continu, simultanément étanche et isolant.
Le procédé comporte une protection contre la lumière par
épiderme mince.
Cette technique doit être mise en œuvre strictement comme
spécifié dans l'Avis Technique. Elle ne s'emploie que sur
terrasses non accessibles ou techniques.
L'ensemble des travaux doit être conçu et réalisé
conformément au DTU 43. Sa mise en œuvre est délicate et
nécessite l'intervention d'une entreprise spécialisée.
Les épaisseurs d'isolants rencontrées vont de 40 à 60 mm.

Documents de référence :
Avis Technique et DTU 43

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Les caractéristiques demandées à l’isolant sont spécifiques et
dépendent de la configuration du procédé.

Mise en œuvre :
La mise en œuvre présente une grande souplesse d'adaptation, - ne s'applique que sous certaines conditions atmosphériques,
mais : et nécessite un matériel de projection adapté.
- relève d'une double compétence d'étancheur et de Il faut veiller aux relevés d'étanchéité sur les reliefs.
projecteur,
- requiert une préparation rigoureuse des supports,

Caractéristique thermique :
PLe coefficient de transmission surfacique U de ce procédé est paroi, leur mode de calcul sont donnés dans les règles Th-U,
fonction de la résistance thermique de la paroi en partie fascicule "parois opaques".
courante et des ponts thermiques structurels (ossature porteuse, La résistance thermique en partie courante de l’isolant (sans
dispositifs de fixation, …). Les ponts thermiques structurels effet de ponts thermiques structurels) obtenue avec ce système
dégradent la résistance thermique en partie courante de la est comprise entre 1,3 et 2,0 m2.K/W.

Avantages et inconvénients :
Ce système doit être réalisé par une entreprise spécialisée.
Un pont thermique important subsiste en général au niveau de
l'acrotère.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 4. Fiches Procédés Pr 25
Performances Énergétiques des Éléments Opaques Constructions modulaires à ossature bois

Description :
Cette construction légère à ossature porteuse en bois est
formée d'éléments modulaires tridimensionnels, entièrement
fabriqués en usine. L'assemblage de ces éléments permet
de réaliser des constructions modulaires à rez-de-chaussée
ou à un étage.
L'ossature principale est formée de poutres ou poteaux en
bois. Des panneaux en bois sont fixés à l'ossature principale
une âme isolante et un pare vapeur étant insérés entre ces
deux panneaux préalablement. Ensuite des revêtements
intérieur et extérieur sont appliqués sur l’ossature en bois.

Documents de référence :
Avis Technique et DTU 31.2

Caractéristiques de l’isolant nécessaires pour l’application :


Pour cette application les caractéristiques minimales d'aptitude
à l'emploi des isolants utilisés sont : I1, S1, O2, L2, E2/E3.

Mise en œuvre :
L'assemblage de chaque élément est réalisé en usine. Les Les modules sont posés et éventuellement ancrés sur le
éléments murs et planchers sont préalablement assemblés en soubassement. Sont réalisés les liaisons horizontales entre
usine. modules, puis les liaisons entre planchers, les habillages des
La construction est érigée sur un soubassement maçonnerie baies et enfin les joints entre modules.
formant vide sanitaire ou sous-sol ou sur plots béton.

Caractéristique thermique :
Pour répondre à la réglementation en vigueur et à la RT2000 le Les résistances thermiques obtenues avec ce système sont
procédé est adapté. Il suffit de prendre des épaisseurs d'isolant comprises entre 1,0 et 6,0 m2.K/W.
suffisants pour atteindre la résistance thermique nécessaire au
respect de la réglementation.

Avantages et inconvénients :
Les modules sont entièrement fabriqués et montés en usine ce Il faut soigner la mise en œuvre du pare vapeur, des liaisons et
qui limite les opérations sur le chantier. La mise en œuvre des joints entre modules.
nécessite des remorques spéciales et un matériel de
manutention spécifique.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - État de l’art - 5. Fiches Isolants 51

5. Fiches isolants

FICHE I1 Laine de roche (MW)


FICHE I2 Laine de verre (MW)
FICHE I3 Polystyrène expansé moule en bloc ou en continu
FICHE I4 Polystyrène extrudé
FICHE I5 Mousse de polyuréthanne et mousse phénolique
FICHE I6 Verre cellulaire (CG)
FICHE I7 Liège expansé pur (ECB)
FICHE I8 Fibres de bois (WF) ou de cellulose
FICHE I9 Perlite (EPB) et vermiculite
FICHE I10 Béton cellulaire (BCA)
FICHE I11 Blocs de terre cuite alvéolaire et bétons allégés
FICHE I12 Fibres végétales
FICHE I13 Films minces dits "réfléchissants"
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants I1

Performances Énergétiques des Éléments Opaques Laine de roche (MW)


Description de la fabrication :
La laine de roche est obtenue à partir de fibre de roche continu. Ce matelas passe dans un four de polymérisation et c'est
volcanique. dans ce four que l'épaisseur du produit fini est figée. Ensuite le
Le mélange de matières premières est acheminé vers un four de matelas continu est découpé et emballé.
fusion à environ 1400 °C. Les fibres sont obtenues par Les produits en vrac sont de plus en plus issus de fabrications
centrifugation du mélange en fusion. Ces fibres sont aspergées spécifiques. Les fibres ne reçoivent pas de liant et sont
de liant en tombant sur un tapis roulant pour former un matelas récupérées directement pour les ensacher.

Présentation et conditionnement :
Les produits en laine de roche se présentent soit sous forme de Le conditionnement est soit en paquets, en rouleaux ou en
panneaux, rouleaux ou en vrac. sachets. Les paquets et rouleaux peuvent être rassemblés sur
une palette.

Caractéristiques thermiques :
Actuellement les caractéristiques thermiques de Laine de roche
ces produits sont indiquées soit dans le Règles variation de la conductivité thermique en fonction de la masse volumique
Th-Bât, sauf pour les produits en vrac, soit dans les
certificats délivrés par l'ACERMI.
Les résultats de mesure de conductivités
thermiques obtenues dans le cadre de la
certification ACERMI sont donnés ci-contre.

Caractéristiques d’aptitude à l’emploi :


Les caractéristiques d'aptitude à l'emploi que doivent remplir Le niveau de perméance à la vapeur d'eau (E) de ces produits
ces produits sont indiquées, soit dans les DTU spécifiques à est obtenu en ajoutant au produit un revêtement plus ou moins
l'application considérée, soit dans l'Avis Technique pour le étanche aux transferts de vapeur d'Eau.
procédé considéré. Ces caractéristiques peuvent être
comparées aux caractéristiques propres au produit qui sont
indiquées dans le certificat ACERMI.

CARACTÉRISTIQUES
Masse volumique
en kg/m 3 Conductivité thermique
I S O L E
en W/(m.K)
18 à 25 0,047 - 0,035 1 4 1-2 1-2 1-5
25 à 35 0,041 - 0,034 1 4 1-2 1-2 1-5
35 à 45 0,038 - 0,033 1 4 1-2 1-2 1-5
45 à 60 0,038 - 0,032 1 4 1-2 1-2 1-5
60 à 100 0,039 - 0,032 1 4 1-2 1-2 1-5
100 à 140 0,041 -0,032 1-3 4 1-2 1-2 1-5
140 à 220 0,045 - 0,034 1-3 4 1-2 1-2 1-5
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants

Santé et environnement :
A - Impacts environnementaux et sanitaires fréquemment B - Solutions innovantes et modes de gestion des impacts
mentionnés environnementaux :
• Gestion des déchets • Informer du risque
- les déchets de fabrication sont recyclés dans le procédé - les précautions d'utilisation sont indiquées dans les brochures
(fusion). d'information et sur des pictogrammes sur les emballages des
- les déchets de mise en œuvre en quantités dispersées sont produits.
généralement mis en décharge de classe III (code : • Diminuer le risque d'apparitions
17.06.02.01). - l'utilisation de laines sans liant dont les fibres sont fixées
- la dépose sélective et le tri sont difficiles. Les déchets en mécaniquement est possible.
mélange avec d'autres matériaux sont stockés en décharge de - l'utilisation de liant sans formaldéhyde est possible.
classe III (code : 17.07.01.02). - l'introduction d'agents inhibiteurs de poussière (huile) est
• Impacts sanitaires possible.
- la manipulation de ces produits peut entraîner des irritations • Diminuer le risque d'exposition
des voies respiratoires, de la peau et des yeux. - l'utilisation de laine préemballée est possible.
- les fibres de roche provoquent des fibroses pulmonaires chez - une technique de pose avec encapsulage évite le contact
l'animal d'expérience aux forts taux d'exposition. direct avec les fibres.
- un dégagement de formaldéhyde est possible lors d'une - ue port d'équipement de protection individuelle (masque,
première élévation de température au-dessus de 200°C lunettes, gants) évite les irritations lors des manipulations.
(incendie). • Diminuer les conséquences
• Confort - l'utilisation de produits sans découpe et la collecte et reprise
- ces fibres minérales sont rêches au toucher. des chutes de pose par le fabricant favorisent la gestion des
• Références : déchets.
- FILMM - Laines minérales et Santé - Livre blanc - Novembre - de nouvelles fibres de dimensions et compositions différentes
1997 sont proposées.
- INRS - Fibres minérales artificielles et amiante - Rapport du
Groupe Scientifique pour la surveillance des atmosphères de
travail (G2SAT)DMT 69 TE 46 (1997)
- INRS - Matériaux Isolants formés de fibres minérales artificielles
- Cahiers de Notes documentaires n° 150 (1993)
- INSERM - Rapport expertise collective (synthèse) : effet sur la
santé des fibres de substitution à l'amiante - Établi pour le
Ministère de l'Emploi et de la Solidarité - Paris (1998)

Utilisations :
Les produits en laines de roche peuvent se rencontrer dans les Les utilisations les plus importantes sont :
planchers sur terre plein, dans les planchers sur locaux non - l'isolation des toitures et combles perdus et des rampants de
chauffés, dans les planchers de combles, dans les panneaux de toitures,
façade (éléments porteurs), dans les procédés d'isolation par - les complexes de doublage.
l'intérieur (isolant avec contre-cloison, complexe isolant et Dimensions courantes des panneaux:
remplissage de lame d'air), dans les procédés d'isolation par - longueur : 1 à 2,5 m,
l'extérieur (bardage rapporté, enduits sur isolant, vêtures,), dans - largeur : 0,3 à 1,2 m,
les isolations de rampant de toiture, dans les éléments - épaisseur : 20 à 220 mm.
industrialisés isolants de toiture et dans l'isolation sous étanchéité.

Évolution de ces dernières années :


Les fabricants de produit en laine de roche ont, à partir des ont également des certifications d'entreprise ISO 9000 D'autres
contrôles de production, amélioré leurs produits pour que ceux-ci part, les fabricants ont mis au point des produits dits "bio-
correspondent mieux aux applications auxquelles ils sont solubles" pour limiter les risques de ces fibres sur la santé. Ce
destinés. Une grande partie des produits du marché français sont sont des produits dont la nature chimique des fibres a changé.
maintenant certifiés par l'ACERMI. Certaines unités de production

Évolution à venir :
Les produits sont sans cesse améliorés pour coller à l'application
à laquelle ils sont destinés. Les fabricants sont aussi vigilants à
l'évolution européenne dans le cadre de la normalisation et de la
certification.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants I2

Performances Énergétiques des Éléments Opaques Laine de verre (MW)


Description de la fabrication :
La laine de verre est obtenue à partir de silice. Les produits en vrac sont de plus en plus issus de fabrications
Le mélange de matières premières est acheminé vers un four de spécifiques. Les fibres ne reçoivent pas de liant et sont
fusion à environ 1100 °C. Les fibres sont obtenues par récupérées directement pour les ensacher.
centrifugation du mélange en fusion. Ces fibres sont aspergées
de liant en tombant sur un tapis roulant pour former un matelas
continu. Ce matelas passe dans un four de polymérisation et
c'est dans ce four que l'épaisseur du produit fini est figée.
Ensuite le matelas continu est découpé et emballé.

Présentation et conditionnement :
Les produits en laine de verre se présentent soit sous forme de Le conditionnement est soit en paquets, en rouleaux ou en
panneaux, rouleaux ou en vrac. sachets. Les paquets et rouleaux peuvent être rassemblés sur
une palette.

Caractéristiques thermiques :
Actuellement les caractéristiques Laine de verre
thermiques de ces produits sont variation de la conductivité thermique en fonction de la masse volumique
indiquées soit dans le Règles Th-Bât,
sauf pour les produits en vrac, soit dans
les certificats délivrés par l'ACERMI.
Les résultats de mesure de conductivités
thermiques obtenues dans le cadre de la
certification ACERMI sont donnés ci-
contre.

Caractéristiques d’aptitude à l’emploi :


Les caractéristiques d'aptitude à l'emploi que doivent remplir Le niveau de perméance à la vapeur d'eau (E) de ces produits
ces produits sont indiquées, soit dans les DTU spécifiques à est obtenu en ajoutant au produit un revêtement plus ou moins
l'application considérée, soit dans l'Avis Technique pour le étanche aux transferts de vapeur d'eau.
procédé considéré. Ces caractéristiques peuvent être
comparées aux caractéristiques propres au produit qui sont
indiquées dans le certificat ACERMI.

CARACTÉRISTIQUES
Masse volumique
en kg/m3 Conductivité thermique
I S O L E
en W/(m.K)

7 à 10 0,056 - 0,038 1 4 1 1 1-5


10 à 13 0,053 - 0,036 1 4 1 1 1-5
13 à 18 0,048 - 0,032 1 4 1-2 1-2 1-5
18 à 25 0,043 - 0,031 1 4 1-2 1-2 1-5
25 à 45 0,036 - 0,030 1 4 1-2 1-2 1-5
45 à 65 0,037 -0,030 1 4 1-2 1-2 1-5
65 à 150 0,040 - 0,032 1 4 1-2 1-2 1-5
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants
Santé et environnement :
A - Impacts environnementaux et sanitaires fréquemment B - Solutions innovantes et modes de gestion des impacts
mentionnés environnementaux :
• Gestion des déchets • Informer du risque
- les déchets de fabrication sont recyclés dans le procédé - des précautions d'utilisation sont indiquées dans les brochures
(fusion). d'information et sur des pictogrammes sur les emballages des
- les déchets de mise en œuvre en quantités dispersées sont produits.
généralement mis en décharge de classe III (code • Diminuer le risque d'apparition
17.06.02.01). - l'utilisation de laines sans liant dont les fibres sont fixées
- la dépose sélective et le tri sont difficiles. Les déchets en mécaniquement est possible.
mélange avec d'autres matériaux sont stockés en décharge de - l'utilisation de liant sans formaldéhyde est possible.
classe III (code : 17.07.01.02). - l'introduction d'agents inhibiteurs de poussière (huile) est
• Impacts sanitaires possible.
- la manipulation de ces produits peut entraîner des irritations • Diminuer le risque d'exposition
des voies respiratoires, de la peau et des yeux. - l'utilisation de laine préemballée est possible.
- un dégagement de formaldéhyde est possible lors d'une - une technique de pose avec encapsulage (emballage) évite le
première élévation de température au-dessus de 200°C contact direct avec les fibres.
(incendie). - le port d'équipement de protection individuelle (masque,
• Confort lunettes, gants) évite les irritations lors des manipulations.
- ces fibres minérales sont rêches ou toucher. • Diminuer les conséquences
• Références - l'utilisation de produits sans découpe et la collecte et reprise
- FILMM - Laines minérales et Santé - Livre blanc - Novembre des chutes de pose par le fabricant favorisent la gestion des
1997 déchets.
- INRS - Fibres minérales artificielles et amiante - Rapport du
Groupe Scientifique pour la surveillance des atmosphères de
travail (G2SAT)DMT 69 TE 46 (1997)
- INRS - Matériaux Isolants formés de fibres minérales artificielles
- Cahiers de Notes documentaires n° 150 (1993)
- INSERM - Rapport expertise collective (synthèse) : effet sur la
santé des fibres de substitution à l'amiante - Établi pour le
Ministère de l'Emploi et de la Solidarité - Paris (1998)
- Applied Chemistry n° 26 - John Wiley (1989)
- J.P. HOUDAER - Les principales matières premières verrières
- Verre, vol. 4, n° 6, 1998

Utilisations :
Les produits en laines de verre peuvent se rencontrer dans les Les utilisations les plus importantes sont :
planchers sur terre plein, dans les planchers sur locaux non - l'isolation des toitures et combles perdus et des rampants de
chauffés, dans les planchers de combles, dans les panneaux de toitures,
façade (éléments porteurs), dans les procédés d'isolation par - les complexes de doublage.
l'intérieur (isolant avec contre-cloison, complexe isolant et Dimensions courantes des panneaux:
remplissage de lame d'air), dans les procédés d'isolation par - longueur : 1 à 10 m,
l'extérieur (bardage rapporté, enduits sur isolant, vêtures), dans - largeur : 0,3 à 1,2 m,
les isolations de rampant de toiture, dans les éléments - épaisseur : 20 à 260 mm.
industrialisés isolants de toiture et dans l'isolation sous étanchéité.

Évolution de ces dernières années :


Les fabricants de produit en laine de verre ont, à partir des part, les fabricants ont mis au point des produits dits "bio-
contrôles de production, amélioré leurs produits pour que ceux-ci solubles" pour limiter les risques de ces fibres sur la santé. Ce
correspondent mieux aux applications auxquelles ils sont sont des produits dont la nature chimique des fibres a changé.
destinés. Une grande partie des produits du marché français sont Des produits entièrement revêtus, afin d'éviter toutes irritations
maintenant certifiés par l'ACERMI. Certaines unités de production lors de la pose, sont disponibles sur le marché.
ont également des certifications d'entreprise ISO 9000 D'autres

Évolution à venir :
Les produits sont sans cesse améliorés pour coller à l'application
à laquelle ils sont destinés. Les fabricants sont aussi vigilants à
l'évolution européenne dans le cadre de la normalisation et de la
certification.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants I3

Performances Énergétiques des Éléments Opaques Polystyrène expansé moule en bloc ou en continu
Description de la fabrication :
Le polystyrène expansé moulé est obtenu par expansion de bille
de styrène renfermant du pentane. Ces billes sont ensuite
collées entre elles par thermofusion pour former des blocs ou
des panneaux. Ces blocs ou panneaux sont ensuite découpés
pour obtenir le produit que l'on rencontre sur le marché.

Présentation et conditionnement :
Les produits en polystyrène expansé se présentent sous forme
de plaques. Ces plaques sont conditionnés en paquets. Les
paquets peuvent être rassemblés sur une palette.

Caractéristiques thermiques :
Actuellement les caractéristiques
Polystyrène expansé moulé en blocs ou en continu
thermiques de ces produits sont
variation de la conductivité thermique en fonction de la masse volumique
indiquées soit dans les Règles Th-Bât
soit dans les certificats délivrés par
l'ACERMI.
Les conductivités thermiques obtenues
par mesure dans le cadre de la
certification ACERMI sont données ci-
contre.

Caractéristiques d’aptitude à l’emploi :


Les caractéristiques d'aptitude à l'emploi que doivent remplir procédé considéré. Ces caractéristiques peuvent être
ces produits sont indiquées, soit dans les DTU spécifiques à comparées aux caractéristiques propres au produit qui sont
l'application considérée, soit dans l'Avis Technique pour le indiquées dans le certificat ACERMI.

CARACTÉRISTIQUES
Masse volumique
Conductivité thermique
en kg/m3 I S O L E
en W/(m.K)
>10 0,055 - 0,045 1-2 1-4 1-2 2 1-3
10 à 13 0,050 - 0,037 1-2 1-4 2 2-3 2-3
13 à 15 0,047 - 0,035 2-3 1-4 2-3 2-3 2-3
15 à 19 0,044 - 0,033 2-4 1-4 2-3 2-4 2-3
19 à 24 0,040 - 0,032 2-5 1-4 2-3 2-4 2-3
24 à 30 0,037 - 0,032 3-5 1-4 2-3 2-4 2-3
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants

Santé et environnement :
A - Impacts environnementaux et sanitaires fréquemment B - Solutions innovantes et modes de gestion des impacts
mentionnés environnementaux
• Gestion des déchets • Informer du risque
- les déchets de fabrication sont recyclés dans le procédé. - il existe un risque d'incendie pour les nuances M4
- les déchets de mise en œuvre sont mis en décharge ou • Diminuer le risque d'apparition
incinérés. - il est préférable d'utiliser des produits ignifugés et des
- la dépose sélective de plaques de plâtre collées à l'isolant polystyrènes expansés sans solvant.
entraîne une difficulté du tri des matériaux.
• Impacts sanitaires
- aucun impact sanitaire n'est à signaler, excepté les poussières
qui sont produites à la découpe des panneaux.
- en cas d'incendie, des émissions gazeuses peuvent apparaître
du polystyrène sous forme de CO et de fumées.
• Confort
- les produits se présentent sous la forme de panneaux rigides
faciles à manipuler.

Utilisations :
Les panneaux de polystyrène expansé peuvent se rencontrer Les utilisations les plus importantes sont :
dans les planchers sur terre plein, dans les planchers sur locaux - les complexes de doublage,
non chauffés, dans les planchers de combles, dans les murs - l'isolation intégrée dans les planchers.
(système à isolation intégrée, système blocs coffrant), dans les Dimensions courantes des panneaux:
panneaux de façade (éléments porteur et bardage industriel), - longueur : 1 à 2,5 m,
dans les procédés d'isolation par l'intérieur (isolant avec - largeur : 0,5 à 1,2 m,
contrecloison, complexe isolant et remplissage de lame d'air), - épaisseur : 20 à 200 mm.
dans les procédés d'isolation par l'extérieur (bardage rapporté,
enduits sur isolant, vêtures, bardures et vêtages), dans les
isolation de rampant de toiture, dans les éléments industrialisés
isolants de toiture, dans l'isolation sous étanchéité et dans
l'isolation sur étanchéité.

Évolution de ces dernières années :


Les fabricants de polystyrène expansé moulé ont à partir des D'autres part, les fabricants ont mis au point des produits dits
contrôles de production amélioré leurs produits pour que ceux-ci "acoustiques" ou "élastifiés" pour satisfaire à la réglementation
correspondent mieux aux applications auxquelles ils sont acoustique. Ce sont des produits qui ont été comprimés pour
destinés. Une grande partie des produits du marché français sont réduire les diamètres des cellules dans le sens de l'épaisseur.
maintenant certifiés par l'ACERMI. Certaines unités de production
ont également des certification d'entreprise ISO 9000

Évolution à venir :
Les produits sont sans cesse améliorés pour coller à l'application
à laquelle ils sont destinés. Les fabricants sont aussi vigilants à
l'évolution européenne dans le cadre de la normalisation et de la
certification.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants I4

Performances Énergétiques des Éléments Opaques Polystyrène extrudé


Description de la fabrication :
Le polystyrène extrudé est obtenu par extrusion de granulés de mélange à travers la buse d'extrusion. Le produit se durcit
styrène mélangé avant extrusion à un gaz lourd (HCFC 141b, rapidement, et forme, en quelques secondes, des plaques. Elles
HCFC 142b, HFA 22, HFA 134a, CO2). Le mélange est réalisé sont stabilisées avant découpe.
dans le corps de la machine qui ramollit le styrène et pousse le

Présentation et conditionnement :
Les produits en polystyrène extrudé se présentent sous forme
de plaques. Ces plaques sont conditionnés en paquets. Les
paquets peuvent être rassemblés sur une palette.

Caractéristiques thermiques :
Actuellement les caractéristiques Famille de produit - Polystyrène exrudé
thermiques de ces produits sont variation de la conductivité thermique en fonction de la masse volumique
indiquées soit dans le Règles Th-Bât soit
dans les certificats délivrés par
l'ACERMI.
Les conductivités thermiques obtenues
par mesure dans le cadre de la
certification ACERMI sont données ci-
contre.

Caractéristiques d’aptitude à l’emploi :


Les caractéristiques d'aptitude à l'emploi que doivent remplir procédé considéré. Ces caractéristiques peuvent être
ces produits sont indiquées, soit dans les DTU spécifiques à comparées aux caractéristiques propres au produit qui sont
l'application considérée, soit dans l'Avis Technique pour le indiquées dans le certificat ACERMI.

CARACTÉRISTIQUES
Masse volumique
en kg/m3 Conductivité thermique
I S O L E
en W/(m.K)

25 à 45 0,027 – 0,037 3-5 1-2 2-3 4 2-4


Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants

Santé et environnement :
A - Impacts environnementaux et sanitaires fréquemment B - Solutions innovantes et modes de gestion des impacts
mentionnés environnementaux
• Gestion des déchets • Informer du risque
- les déchets de fabrication sont recyclés dans le procédé. - il existe un risque d'incendie pour les nuances M4
- les déchets de mise en œuvre sont mis en décharge ou - une émanation de l'agent gonflant peut se produire à la
incinérés. découpe du panneau pour certaines variantes de polystyrène
- la dépose sélective de plaques de plâtre collées à l'isolant extrudé.
entraîne une difficulté du tri des matériaux. • Diminuer le risque d'apparition
• Impacts sanitaires - il est préférable d'utiliser des produits ignifugés
- aucun impact sanitaire n'est à signaler, excepté les poussières
qui sont produites à la découpe des panneaux.
- en cas d'incendie, des émissions gazeuses peuvent apparaître
du polystyrène sous forme de CO et de fumées.
• Confort
- les produits se présentent sous la forme de panneaux rigides
faciles à manipuler.

Utilisations :
Les panneaux de polystyrène extrudé peuvent se rencontrer dans L'utilisation la plus importante est :
les planchers sur terre plein, dans les planchers sur locaux non - l'isolation intégrée dans les planchers.
chauffés, dans les planchers de combles, dans les murs, dans Dimensions courantes des panneaux:
les procédés d'isolation par l'intérieur (isolant avec contrecloison, - longueur : 1 à 2,5 m,
complexe isolant et remplissage de lame d'air), dans les - largeur : 0.5 à 1,2 m,
procédés d'isolation par l'extérieur (bardage rapporté, enduits sur - épaisseur : 20 à 140 mm.
isolant, vêtures), dans les isolations de rampant de toiture, dans
les éléments industrialisés isolants de toiture, dans l'isolation sous
étanchéité et dans l'isolation sur étanchéité.

Évolution de ces dernières années :


Les fabricants ont du faire face il y a quelques années à la Les fabricants de polystyrène extrudé ont à partir des contrôles
modification des gaz d'expansion. Précédemment le gaz utilisé de production amélioré leurs produits pour que ceux-ci
était le CFC 12 qui permettait d'obtenir une très bonne correspondent mieux aux applications auxquelles ils sont
conductivité thermique. Avec le nouveau gaz employé, le HCFC destinés. Une grande partie des produits du marché français sont
142b les performances thermiques ont diminué de l'ordre de maintenant certifiés par l'ACERMI. Certaines unités de production
10 %. ont également des certifications d'entreprise ISO 9000.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants I5

Performances Énergétiques des Éléments Opaques Mousse de polyuréthanne et mousse phénolique

Description de la fabrication :
Les mousses de polyuréthanne et phénolique sont obtenues à Le mélange pulvérisé est réparti sur un revêtement. Le mélange
partir d'un polymère (mélange d'isocyanate et de polyol pour le s'expanse puis est entraîné vers un four de polymérisation.
polyuréthanne) et d'un gaz d'expansion. Le polymère est Ensuite le produit est découpé.
mélangé aux additifs. Ce mélange est acheminé jusqu'à la tête
de pulvérisation où le gaz est ajouté. Le gaz utilisé est soit un
HCFC 141b, soit un HCFC 142b, soit un pentane.

Présentation et conditionnement :
Les produits en mousse de polyuréthanne ou phénolique se
présentent sous forme de plaques. Ces plaques sont
conditionnés en paquets. Les paquets peuvent être rassemblés
sur une palette.

Caractéristiques thermiques :
Actuellement les caractéristiques thermiques de ces produits Les conductivités thermiques obtenues par mesure dans le
sont indiquées soit dans leS Règles Th-Bât soit dans les cadre de la certification ACERMI sont données ci-après.
certificats délivrés par l'ACERMI.
Famille de produit - Mousse de polyuréthanne
variation de la conductivité thermique en fonction de la masse volumique

Caractéristiques d’aptitude à l’emploi :


Les caractéristiques d'aptitude à l'emploi que doivent remplir comparées aux caractéristiques propres au produit qui sont
ces produits sont indiquées, soit dans les DTU spécifiques à indiquées dans le certificat ACERMI ou dans les Avis
l'application considérée, soit dans l'Avis Technique pour le Technique.
procédé considéré. Ces caractéristiques peuvent être

CARACTÉRISTIQUES
Masse volumique
en kg/m3 Conductivité thermique I S O L E
en W/(m.K)

25 à 45 0,.023 – 0,035 1-4 1-2 2-3 4 1-4


Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants

Santé et environnement :
A - Impacts environnementaux et sanitaires fréquemment B - Solutions innovantes et modes de gestion des impacts
mentionnés environnementaux :
• Gestion des déchets • Informer du risque
- les déchets de fabrication sont recyclés dans le procédé ou - il existe un risque d'incendie pour les nuances M4
servent à la fabrication d'autres produits isolants. - une émanation de l'agent gonflant peut se produire à la
- les déchets de mise en œuvre sont mis en décharge ou découpe du panneau pour certaine variante de mousse.
incinérés. - il faut veiller au risque d'allergie aux amines.
- la dépose sélective de plaques de plâtre collées à l'isolant • Diminuer le risque d'apparition
entraîne une difficulté du tri des matériaux dans le cas d'une - il est préférable d'utiliser des produits ignifugés M1 ou des
collecte en vue du recyclage. mousses expansées au CO2.
• Impacts sanitaires
- aucun impact sanitaire n'est à signaler, excepté les poussières
qui sont produits à la découpe des panneaux.
- en cas d'incendie, il faut penser à une émission possible de
fumées et de gaz comme CO et HCN.
• Confort
- les produits se présentent sous la forme de panneaux rigides
faciles à manipuler.

Utilisations :
Les panneaux de polyuréthanne peuvent se rencontrer dans les Les utilisations les plus importantes sont :
planchers sur terre plein, dans les planchers sur locaux non - l'isolation de toitures terrasses,
chauffés, dans les planchers de combles, dans les murs, dans - l'isolation de toiture.
les procédés d'isolation par l'intérieur (isolant avec contre cloison, Dimensions courantes des panneaux:
complexe isolant et remplissage de lame d'air), dans les - longueur : 1 à 2,5 m,
procédés d'isolation par l'extérieur (bardage rapporté, enduits - largeur : 0.5 à 1,2 m,
sur isolant, vêtures), dans les isolations de rampant de toiture, - épaisseur : 20 à 120 mm.
dans les éléments industrialisés isolants de toiture, dans
l'isolation sous étanchéité et dans l'isolation sur étanchéité.

Évolution de ces dernières années :


Les fabricants ont du faire face il y a quelques années à la Les fabricants de polyuréthanne ont à partir des contrôles de
modification des gaz d'expansion. Précédemment le gaz utilisé production amélioré leurs produits pour que ceux-ci
était le CFC 11 qui permettait d'obtenir une très bonne correspondent mieux aux applications auxquelles ils sont
conductivité thermique. Avec le nouveau gaz employé, le HCFC destinés. Une grande partie des produits du marché français sont
142b les performances thermiques ont diminué de l'ordre de maintenant certifiés par l'ACERMI. Certaines unités de production
15 %. ont également des certifications d'entreprise ISO 9000.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants I6

Performances Énergétiques des Éléments Opaques Verre cellulaire (CG)

Description de la fabrication :
Le verre cellulaire est obtenu à partir de verre en fusion mélangé A la sortie des fours les produits sont démoulés et découpés aux
à un agent chimique qui permet d'expanser le verre. dimensions définitives.
Le mélange est déposé dans des moules qui sont ensuite
stabilisé dans des fours.

Présentation et conditionnement :
Les produits en verre cellulaire se présentent sous forme de Le conditionnement est en paquets. Les paquets peuvent être
plaques de petites dimensions. rassemblés sur une palette.

Caractéristiques thermiques :
Actuellement les caractéristiques thermiques de ces produits Les résultats de mesure de conductivités thermiques obtenues,
sont indiquées soit dans les Règles Th-Bât, soit dans les à l'état sec, dans le cadre de la certification ACERMI, sont
certificats délivrés par l'ACERMI. donnés ci-après.

Famille de produit - Verre cellulaire


variation de la conductivité thermique en fonction de la masse volumique

Caractéristiques d’aptitude à l’emploi :


Les caractéristiques d'aptitude à l'emploi que doivent remplir procédé considéré. Ces caractéristiques peuvent être
ces produits sont indiquées, soit dans les DTU spécifiques à comparées aux caractéristiques propres au produit qui sont
l'application considérée, soit dans l'Avis Technique pour le indiquées dans le certificat ACERMI.

CARACTÉRISTIQUES
Masse volumique
en kg/m3 Conductivité thermique I S O L E
en W/(m.K)
100 à 180 0,035 – 0,055 5 2 3 4 3-5
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants

Santé et environnement :
A - Impacts environnementaux et sanitaires fréquemment B - Solutions innovantes et modes de gestion des impacts
mentionnés environnementaux :
• Gestion des déchets - la dépose et le tri sélectif amélioreront la gestion des déchets.
- les déchets de fabrication sont vraisemblablement recyclés - le port d'équipement de protection (masques, lunettes) limitent
dans le procédé. les effets des poussières éventuelles à la mise en œuvre.
- les déchets de mise en œuvre en quantité dispersées s'ils sont - le port de gants est conseillé.
assimilés à des déchets de verre devraient être mise en
décharge de classe II, s'ils sont assimilés à des déchets
inertes, ils peuvent être mis en décharge de classe III. Il en est
de même pour les déchets de démolition en mélange.
• Impacts sanitaires
- l'émission de poussière est possible à la mise en œuvre et lors
de la découpe (absence de données).
• Confort
- les produits se présentent sous la forme de panneaux rigides
faciles à manipuler.

Utilisations :
Les produits en verre cellulaire peuvent se rencontrer dans les Dimensions courantes des panneaux :
planchers sur terre plein, dans les planchers sur locaux non - longueur : 0,5 à 1,0m,
chauffés, dans les planchers de combles, dans les procédés - largeur : 0,3 à 0,6 m,
d'isolation par l'intérieur et dans l'isolation sous étanchéité. - épaisseur : 20 à 150 mm.
Les utilisations les plus importantes sont :
- l'isolation sous étanchéité,
- dans les planchers.

Évolution de ces dernières années :


Les fabricants de produit en verre cellulaire ont, à partir des
contrôles de production, amélioré leurs produits pour que ceux-ci
correspondent mieux aux applications auxquelles ils sont
destinés. Une grande partie des produits du marché français sont
maintenant certifiés par l'ACERMI.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants I7

Performances Énergétiques des Éléments Opaques Liège expansé pur (ECB)

Description de la fabrication :
Le liège expansé pur est obtenu à partir d'écorce de chêne Ces blocs sont ensuite refroidis et stabilisés. Ils sont ensuite
liége. Cette écorce est broyé. Les copeaux sont insérés dans un découpés pour former les panneaux que l'on trouve dans le
moule. Par l'effet de la vapeur d'eau et de la température les commerce.
copeaux subissent une expansion et se collent entre eux grâce
à la sève qu'ils renferment.

Présentation et conditionnement :
Les produits en liège expansé pur se présentent soit sous forme Le conditionnement est en paquets. Les paquets peuvent être
de plaques. rassemblés sur une palette.

Caractéristiques thermiques :
Actuellement les caractéristiques thermiques de ces produits La conductivité thermique utile est obtenue à partir de la
sont indiquées soit dans les Règles Th-Bât, sauf pour les conductivité thermique sèche ci-dessous, multipliée par un
produits en vrac, soit dans les certificats délivrés par l'ACERMI. facteur compris entre 1,02 et 1,3 en fonction du taux d’umidité.
Les résultats de mesure de conductivités thermiques obtenues,
à l'état sec, dans le cadre de la certification ACERMI, sont
donnés ci après.
Famille de produit - Liège expansé pur
variation de la conductivité thermique en fonction de la masse volumique

Caractéristiques d’aptitude à l’emploi :


Les caractéristiques d'aptitude à l'emploi que doivent remplir procédé considéré. Ces caractéristiques peuvent être
ces produits sont indiquées, soit dans les DTU spécifiques à comparées aux caractéristiques propres au produit qui sont
l'application considérée, soit dans l'Avis Technique pour le indiquées dans le certificat ACERMI.

CARACTÉRISTIQUES
Masse volumique
en kg/m3 Conductivité thermique
en W/(m.K) I S O L E

75 à 175 0,035 – 0,050 2-3 1-2 1-3 2-3 1-3


Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants

Santé et environnement :
A - Impacts environnementaux et sanitaires fréquemment B - Solutions innovantes et modes de gestion des impacts
mentionnés environnementaux :
• Gestion des déchets - l'utilisation de format limitant les découpes, la collecte et le tri
- les déchets de fabrication sont vraisemblablement recyclés des déchets favorisent la gestion des déchets.
dans le procédé.
- les déchets de mise en œuvre en quantité dispersées sont
assimilés à des déchets de bois (code 17020199) et mis en
décharge de classe II ou incinérés en centre agréés. Les
déchets de démolition en mélange sont stockés en décharge
de classe II.
• Impacts sanitaires
- aucun liant n'étant utilisé aucun impact n'est identifié (absence
de données).
• Confort
- les produits se présentent sous la forme de panneaux souples
ou rigides faciles à manipuler.

Utilisations :
Les produits en liège peuvent se rencontrer dans les planchers Les utilisations les plus importantes sont :
sur locaux non chauffés, dans les planchers de combles, dans - l'isolation des toitures et combles perdus et des rampants de
les procédés d'isolation par l'intérieur, dans les isolations de toitures.
rampant de toiture. Dimensions courantes des panneaux:
- longueur : 1 à 2 m,
- largeur : 0,3 à 1,2 m,
- épaisseur : 20 à 250 mm.

Évolution de ces dernières années :


Les fabricants de produit en liège ont, à partir des contrôles de
production, amélioré leurs produits pour que ceux-ci
correspondent mieux aux applications auxquelles ils sont
destinés. Les écorces sont sélectionnées suivant la destination
des produits et le parc des chênes liège est géré comme un parc
de matières premières.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants I8

Performances Énergétiques des Éléments Opaques Fibres de bois (WF) ou de cellulose

Description de la fabrication :
Le bois est la matière première de ces produits. Le fibres sont destinés à limiter les risques de dégradation à l'eau
réalisées suivant plusieurs principes. Ces fibres sont assemblées (moisissures), d'inflammabilité et augmenter leurs durabilités.
et liées entre elles pour former des panneaux qui sont découpés Ces fibres peuvent être vendues en sac pour l'épandage de
aux dimensions voulues. Elles sont enrobées de produits produit en vrac.

Présentation et conditionnement :
Les produits en fibres de bois ou de cellulose se présentent conditionnés en paquets ou en sachets. Les paquets ou sachets
sous forme de plaques ou en vrac. Ces produits sont peuvent être rassemblés sur une palette.

Caractéristiques thermiques :
Actuellement les caractéristiques thermiques de ces produits La conductivité thermique utile est obtenue à partir de la
sont indiquées soit dans les Règles Th-Bât soit dans les conductivité thermique sèche ci-dessous, multipliée par un
certificats délivrés par l'ACERMI. facteur compris entre 1,02 et 1,3 en fonction du taux d’humidité
Les conductivités thermiques obtenues, par mesure à l'état sec, utile.
dans le cadre de la certification ACERMI, sont données ci après.
Famille de produit - Fibre de cellulose ou de bois
variation de la conductivité thermique en fonction de la masse volumique

Caractéristiques d’aptitude à l’emploi :


Les caractéristiques d'aptitude à l'emploi que doivent remplir procédé considéré. Ces caractéristiques peuvent être
ces produits sont indiquées, soit dans les DTU spécifiques à comparées aux caractéristiques propres au produit qui sont
l'application considérée, soit dans l'Avis Technique pour le indiquées dans le certificat ACERMI.

Masse volumique CARACTÉRISTIQUES


Conductivité thermique
en kg/m3 en W/(m.K)
I S O L E

20 à 40 0,035 - 0,043 1-2 1-4 1-3 2-3 2


40 à 100 0,035 - 0,055 1-3 1-4 1-3 2-4 2-3
100 à 300 0,035 - 0,055 1-3 1-4 1-3 2-4 2-3
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants

Santé et environnement :
A - Impacts environnementaux et sanitaires fréquemment B - Solutions innovantes et modes de gestion des impacts
mentionnés environnementaux :
• Gestion des déchets - la dépose sélective et le tri amélioreront la gestion des déchets.
- les déchets de fabrication ne sont vraisemblablement pas - les protections individuelle sont à adapter au type de matériau.
recyclables.
- les déchets de mise en œuvre en quantité dispersées peuvent
être assimilés à des déchets de bois (code 17020199) et
stockés en décharges de classes II ou incinérés
- les déchets de démolition sont en mélange et ne contiennent
pas de déchets dangereux (code 17070199). Ils doivent être
stockés en décharge de classe II.
• Impacts sanitaires
- les effets potentiels sont probablement dépendants de la
nature du liant utilisé.

Utilisations :
Les panneaux de fibres de bois peuvent se rencontrer dans les Les utilisations les plus importantes sont :
planchers sur locaux non chauffés, dans les planchers de - les planchers de combles.
combles, dans les procédés d'isolation par l'intérieur, dans les Dimensions courantes des panneaux :
isolations de rampant de toiture. - longueur : 0,5 à 1,2 m,
- largeur : 0,5 à 1,2 m,
- épaisseur : 20 à 100 mm.

Évolution de ces dernières années :


Les fabricants de fibres de bois et de cellulose ont à partir des
contrôles de production amélioré leurs produits pour que ceux-ci
correspondent mieux aux applications auxquelles ils sont
destinés.

Évolution à venir :
Les produits sont sans cesse améliorés pour coller à l'application
à laquelle ils sont destinés. Les fabricants sont aussi vigilants à
l'évolution européenne dans le cadre de la normalisation et de la
certification.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants I9

Performances Énergétiques des Éléments Opaques Perlite (EPB) et vermiculite


Description de la fabrication :
La matière de base de la vermiculite est de l'argile de formule La perlite est obtenue sous forme de granulés assemblés par un
complexe. Cette matière, en la chauffant, s'exfolie et devient liant.
feuilletée.

Présentation et conditionnement :
Les produits se présentent sous forme de plaques ou en vrac.
Ces plaques sont conditionnés en paquets ou en sachets. Les
paquets ou les sachets peuvent être rassemblés sur une
palette.

Caractéristiques thermiques :
Actuellement les caractéristiques thermiques de ces produits La conductivité thermique utile est obtenue à partir de la
sont indiquées soit dans les Règles Th-Bât soit dans les conductivité thermique sèche ci-dessous, multipliée par un
certificats délivrés par l'ACERMI. facteur compris entre 1,02 et 1,3 en fonction du taux d’humidité
Les conductivités thermiques obtenues, par mesure à l'état sec, utile.
dans le cadre de la certification ACERMI, sont données ci
après.

Caractéristiques d’aptitude à l’emploi :


Les caractéristiques d'aptitude à l'emploi que doivent remplir procédé considéré. Ces caractéristiques peuvent être
ces produits sont indiquées, soit dans les DTU spécifiques à comparées aux caractéristiques propres au produit qui sont
l'application considérée, soit dans l'Avis Technique pour le indiquées dans le certificat ACERMI.

Santé et environnement :
A - Impacts environnementaux et sanitaires fréquemment B - Solutions innovantes et modes de gestion des impacts
mentionnés environnementaux :
• Gestion des déchets - d'éventuelles précautions d'utilisation sont à indiquer dans
- les déchets de fabrication sont vraisemblablement recyclés les brochures d'information et sur les pictogrammes des
dans le procédé. emballages.
- les déchets de mise en œuvre des éléments en plaque en - le port d'équipement de protection individuelle (masques,
quantité dispersées peuvent être assimilés à des déchets de lunettes) évite les risques prévisibles lors des manipulations.
matériaux d'isolation en laines minérales (code 17060201) et
stockés en décharge de classe III.
- les déchets de démolition en mélange avec d'autres
matériaux sont stockés en décharge de classe III (code
17070102).
• Impacts sanitaires
- la manipulation ou la mise en œuvre de ces matériaux peut
provoquer l'émission de poussière dont les effets sont à
préciser (absence de données).

Utilisations :
Les panneaux peuvent se rencontrer dans les planchers sur L'utilisation la plus importante est :
locaux non chauffés, dans les planchers de combles, dans les - l'isolation des planchers de combles.
procédés d'isolation par l'intérieur, dans les isolations de Dimensions courantes des panneaux:
rampant de toiture et dans l'isolation sous étanchéité. - longueur : 0,5 à 1,2 m,
- largeur : 0,5 à 1,2 m,
- épaisseur : 20 à 100 mm.

Évolution de ces dernières années :


Les fabricants ont à partir des contrôles de production amélioré
leurs produits pour que ceux-ci correspondent mieux aux
applications auxquelles ils sont destinés.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants I 10

Performances Énergétiques des Éléments Opaques Béton cellulaire (BCA)

Description de la fabrication :
Le béton est obtenu à partir de mélange de sable, de chaux et Les blocs de béton sont découpés. Ils sont ensuite mis dans des
de ciment. Un agent spécifique permet une réaction chimique. autoclaves pour durcir le produit.
Lors de cette réaction des cellules se forment dans le béton. Le Les blocs sont assemblés en palette pour l'expédition.
mélange est disposé dans des moules. Une stabilisation est
nécessaire pour permettre cette réaction.

Présentation et conditionnement :
Les produits se présentent en blocs de 250 mm de hauteur, de plaques sont conditionnés en paquets. Les blocs sont
600 mm de longueur et de 50 à 350 mm d'épaisseur. Ces rassemblés sur des palettes.

Caractéristiques thermiques :
Actuellement les caractéristiques thermiques de ces produits La conductivité thermique utile est obtenue à partir de la
sont indiquées soit dans les Règles Th-Bât, soit dans les conductivité thermique sèche ci-dessous, multipliée par un
certificats NF Blocs de béton. facteur compris entre 1,02 et 1,3 en fonction du taux d’humidité
Les conductivités thermiques obtenues, par mesure à l'état sec, utile.
dans le cadre de la normalisation européenne, sont données ci-
après.

Famille de produit - Béton cellulaire


variation de la conductivité thermique en fonction de la masse volumique

Caractéristiques d’aptitude à l’emploi :


Ces produits sont utilisés pour isoler thermiquement les dernier cadre les blocs doivent répondre aux critères définis
habitations mais aussi en tant que structure porteuse. Dans ce dans la norme NF P 14-306.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants

Santé et environnement :
A - Impacts environnementaux et sanitaires fréquemment B - Solutions innovantes et modes de gestion des impacts
mentionnés environnementaux :
• Gestion des déchets - la collecte des déchets de mise en œuvre par le fabricant
- les déchets de fabrication peuvent être recyclés dans le favorise la gestion des déchets.
procédé ou stockés en décharge de classe III. - la dépose sélective et le tri favorisent la gestion des déchets.
- les déchets de pose en quantité dispersées peuvent être - le port d'équipement de protection (masques, lunettes) limite
stockés en décharge de classe III (code 17010100) les effets des poussières éventuelles à la mise en œuvre.
- les déchets de démolition en mélange peuvent être stockés en
décharge de classe III (code 17010102).
• Impacts sanitaires
- l'émission de poussière est possible lors de la mise en œuvre
(découpe)

Utilisations :
Les blocs de béton cellulaire peuvent se rencontrer dans les Dimensions courantes des panneaux:
planchers sur locaux non chauffés, dans les murs à éléments - longueur : 0,6 m,
pour maçonnerie isolante et dans l'isolation de toitures terrasses - hauteur : 0,25 m,
par éléments porteurs isolants. - épaisseur : 50 à 350 mm.
Les utilisations les plus importantes sont : Il existe aussi des blocs de grandes dimensions.
- l'isolation de murs verticaux,
- l'isolation de toitures terrasses.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants I 11

Performances Énergétiques des Éléments Opaques Blocs de terre cuite alvéolaire et bétons allégés

Description de la fabrication :
Les blocs de terre cuite sont obtenus à partir de mélange de Les produits en béton allégés sont obtenus à partir de béton
terre et notamment d'argile. Ce mélange est ensuite extrudé à dans lequel a été rajouté une agent ou un adjuvant (sciure,
travers une filière pour obtenir la forme et les alvéoles du produit polystyrène, ponce, etc…) permettant de réduire la masse
fini. Le produit est découpé à la hauteur ou à la longueur voulues. volumique du produit fini. Ce procédé permet d'améliorer les
Les blocs sont ensuite séchés dans des étuves avant une performances thermiques du produit fini.
éventuelle rectification. Ils sont cuits puis palettisés et recouverts Ce mélange est coulé dans des moules aux dimensions des
d'un film plastique avant expédition. blocs. Ils sont séchés et palettisés avant expédition.

Présentation et conditionnement :
Les produits se présentent en blocs de 200 à 250 mm de d'épaisseur. Les blocs sont rassemblés sur des palettes.
hauteur, de 500 à 600 mm de longueur et de 50 à 350 mm

Caractéristiques thermiques :
Actuellement les caractéristiques thermiques de ces produits La conductivité thermique utile est obtenue à partir de la
sont indiquées soit dans les Règles Th K-Bât, soit dans les Avis conductivité thermique sèche ci-dessous, multipliée par un
Techniques. facteur compris entre 1,02 et 1,3 en fonction du taux d’humidité
Les conductivités thermiques obtenues, par mesure à l'état sec, utile.
dans le cadre de la normalisation européenne, sont données
ci-après.

Famille de produit - Béton allégés et Terre cuite


variation de la conductivité thermique en fonction de la masse volumique

Caractéristiques d’aptitude à l’emploi :


Ces produits sont utilisés pour isoler thermiquement les
habitations mais aussi en tant que structure porteuse. Dans ce
dernier cadre les blocs doivent répondre aux critères définis
dans la norme NF P 13-301 à 13-306.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants

Santé et environnement :
A - Impacts environnementaux et sanitaires fréquemment B - Solutions innovantes et modes de gestion des impacts
mentionnés environnementaux :
• Gestion des déchets la dépose et le tri sélectif favorisent la gestion des déchets.
- les déchets de fabrication de certains produits peuvent être
recyclés dans le procédé ou valorisés dans d'autres usages
(terre cuite).
- les déchets de mise en œuvre en quantité dispersées sont mis
en décharge de classe III (code 17010100, 17010200)
- les déchets de démolition en mélange sont stockés en
décharge de classe III.
• Impacts sanitaires
- aucun impact sanitaire connu (absence de données).

Utilisations :
Les blocs de terre cuite ou de béton allégé peuvent se rencontrer Dimensions courantes des blocs :
dans les planchers sur locaux non chauffés, dans les planchers - longueur : 0,5 à 0,6 m,
de combles et dans les murs à éléments pour maçonnerie - hauteur : 0,20 à 0,25 m,
isolante. - épaisseur : 50 à 350 mm.
Les utilisations les plus importantes sont : Il existe aussi des blocs de grandes dimensions.
- l'isolation de murs verticaux.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants I 12

Performances Énergétiques des Éléments Opaques Fibres végétales

Description de la fabrication :
Ce sont des produits à base de végétaux, en général sous forme Ces fibres peuvent être vendues en sac pour l'épandage de
de fibres soit en vrac soit assemblées par un liant. Des agents produit en vrac.
ignifugeant et anti-moisissures sont rajoutés.

Présentation et conditionnement :
Les produits se présentent sous forme de plaques ou en vrac. paquets ou sachets peuvent être rassemblés sur une palette.
Ces produits sont conditionnés en paquets ou en sachets. Les

Caractéristiques thermiques :
Actuellement les caractéristiques thermiques de ces produits La conductivité thermique utile est obtenue à partir de la
sont indiquées dans les Avis Techniques. conductivité thermique sèche ci-dessous, multipliée par un
Les conductivités thermiques obtenues, par mesure à l'état sec, facteur compris entre 1,02 et 1,3 en fonction du taux d’humidité
dans le cadre de la normalisation européenne, sont données, utile.
ci-après.

Famille de produit - Fibres végétales


variation de la conductivité thermique en fonction de la masse volumique

Caractéristiques d’aptitude à l’emploi :


Les caractéristiques d'aptitude à l'emploi que doivent remplir l'application considérée, soit dans l'Avis Technique pour le
ces produits sont indiquées, soit dans les DTU spécifiques à procédé considéré.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants

Santé et environnement :
A - Impacts environnementaux et sanitaires fréquemment B - Solutions innovantes et modes de gestion des impacts
mentionnés environnementaux :
• Gestion des déchets • Informer du risque
- les déchets de culture des végétaux utilisés sont valorisables. – les limitations dues au comportement au feu doivent être
- les données sur les déchets de fabrication et de dépose sont signalées.
insuffisantes.
- la fabrication de fibres cellulosiques peut générer des " boues • Diminuer le risque d'apparition
de papeterie ". - des traitements d'ignifugation et de préservation sont
possibles.
• Impacts sanitaires
- les fibres végétales peuvent poser problème de comportement • Diminuer le risque d'exposition
au feu. - l'utilisation de matériaux en vrac est à éviter.
- des maladies respiratoires liées à certaines fibres ont été - l'insuffisance des données conduit à préconiser le port
identifiées dans l'industrie textile. d'équipement de protection individuelle lors de la manipulation.
– un caractère pro-inflammatoire par inhalation est signalé. Les
données sont à préciser.
• Confort
– les fibres végétales sont généralement douces au toucher.
• Références
- A.A. HODGSON - Alternatives to Abestos The Pros and Cons -
Critical Reports on Applied Chemistry n° 26 - John Wiley (1989)
- J.P. HOUDAER - Les principales matières premières verrières -
Verre, vol. 4, n° 6, 1998

Utilisations :

Ces produits sont surtout utilisés en isolation de toiture.


Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - États de l’art - 5. Fiches isolants I 13

Performances Énergétiques des Éléments Opaques Films minces dits "réfléchissants"

Description de la fabrication :
Ce sont des produits associant plusieurs film en polyéthylène, ou
polyéthylène et aluminium avec des fibres polymères ou des
bulles d'air.

Présentation et conditionnement :
Ces produits se présentent sous forme de rouleaux.

Caractéristiques thermiques :
Actuellement les caractéristiques thermiques de ces produits ne Les conductivités thermiques obtenues, par mesure à l'état sec,
sont pas référencées dans un document normatif. Mais ces par différents laboratoires Français, Européens ou Américains,
procédés peuvent faire l'objet de la procédure d'Avis Technique sont données ci après.
produits et procédés d'isolation dits "spéciaux". Actuellement
seul l'Avis Technique peut permettre une évaluation correcte
des caractéristiques d'aptitude à l'emploi du produit ou procédé
en œuvre.

Produit associé à une lame


Produit associé à une lame
Produit seul d’air non ventilée de part et
d’air non ventilée
d’autre du produit

Schéma de principe

Ext Int Ext Int Ext Int

Résistance thermique
0,2 à 0,5 0,5 à 1,0 1,0 à 1,5
en m2.K/W

Caractéristiques d’aptitude à l’emploi :


Les caractéristiques d'aptitude à l'emploi que doivent remplir
ces produits sont indiquées, soit dans les DTU spécifiques à
l'application considérée, soit dans l'Avis Technique pour le
procédé considéré.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - Perspectives et prospevtive - Sommaire 1

Performances énergétiques
des éléments opaques
Perspectives et prospective

S O M M A I R E
Préambule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1. Les progrès réalisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2. Les conséquences des évolutions réglementaires
en cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
3. Vers des sauts technologiques . . . . . . . . . . . . . . . . 9
3.1 Les matériaux super-isolants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
3.2 Les matériaux à changement de phase . . . . . . . . . . . . 10

Annexe : Conductivité thermique équivalente . . . . 11


Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - Perspectives et prospevtive - Préambule 1

Performances énergétiques
des éléments opaques
Perspectives et prospective

Préambule

La fabrication des produits isolants thermiques s'est


développée à partir de 1973.

En 1985 l'association pour la certification des matériaux


isolants thermiques de bâtiment (ACERMI) a été créée pour
valoriser les produits de qualité.

Depuis 1985 les fabricants ont fait des progrès sur leurs
produits, leurs process pour améliorer leurs produits, leurs
dispersions de fabrication, et tenir compte des évolutions
réglementaires.

Les fabricants de laines minérales ont amélioré le fibrage, le


diamètre des fibres, et la dispersion de fabrication pour garantir
une constance de qualité.

Les fabricants de polystyrènes expansés ont entrepris des


études pour connaître les paramètres pouvant intervenir dans
les caractéristiques mécaniques et de transferts thermiques
dans leurs produits afin de pouvoir sélectionner les matières
premières en fonction de l'application finale de leurs produits.

Les fabricants de polystyrènes extrudés ou de mousses rigides


de polyuréthanne ont été confrontés au changement de gaz
d'expansion en remplacement des gaz CFC. Cette modification
de gaz a entraîné des modifications de process de fabrication
et des modifications sur les caractéristiques des produits.

Les évolutions des produits n'ont pas été effectuées pour


améliorer les caractéristiques thermiques de leurs produits,
mais pour tenir compte des modifications de réglementation,
pour diminuer les dispersions de fabrication et pour adapter le
produit à l'application.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - Perspectives et prospective - 1. Les progrès réalisés 3

1. Les progrès réalisés

Ces dernières années, les nouveautés apparues sur le marché


de l'isolation ont été axées sur l'adéquation des produits aux
applications. Des produits de densités et propriétés différentes
ont vu le jour pour que le produit corresponde à une application
précise.

La nouvelle réglementation acoustique (NRA) a permis de voir


se développer des produits pouvant réduire les transferts
acoustiques tout en gardant des propriétés thermiques
satisfaisantes. Des produits en polyuréthanne ou des mousses
phénoliques à cellules ouvertes et des produits en polystyrène
expansé "élastifié" ont été développés pour répondre aux
exigences de la nouvelle réglementation acoustique.

Par ailleurs, les produits en polyuréthanne et en polystyrène


extrudé se sont adaptés à de nouveaux gaz d'expansion afin
de respecter les législations européennes et internationales
concernant l'interdiction progressive des gaz CFC. Ces
nouveaux gaz sont des HCFC ou pentane. Mais ce fût au
détriment des caractéristiques thermiques qui ont diminué
entre 5 et 10 % suivant les produits et les gaz utilisés. Les
fabricants entreprennent des études et recherches pour
réduire cet écart et revenir ainsi à des caractéristiques
thermiques identiques à celles précédemment obtenues avec
des CFC.

Quant aux laines minérales, elles évoluent pour répondre aux


exigences européennes (Directive EU 97/69/EG) sur les
dangers des fibres sur la santé. La composition des fibres a été
ou va être modifiée pour satisfaire aux dispositions de cette
Directive. Cette composition devra être telle que les fibres
devraient se dissoudre dans le corps humain dans un délai
raisonnable. Ces évolutions devront faire l'objet d'études pour
vérifier la non dégradation de la durabilité.

Pour réduire l'irritation résultant de la manipulation des produits


en fibres minérales, les produits évoluent dans deux
directions :
– soit on recherche à limiter le contact avec les fibres lors de
la pose de ces produits, en évitant les découpes ou en
emballant ces produits,
– soit on modifie la géométrie des fibres afin d'obtenir un
toucher plus doux.
Des solutions sont en cours d'élaboration dans les centres de
recherche des fabricants.

Enfin, dans la plupart des fabrications, la qualité a pris une


place de plus en plus importante et les dispersions de
fabrication ont été diminuées.

Les applications ou les modes d'intégration des isolants


thermiques dans le bâti ont peu évolué ces dernières années.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaques - Perspectives et prospective - 2. Les conséquences des évolutions 5

Pour certaines applications, les épaisseurs de produit


nécessaire pour satisfaire à la RT2000 devront entraîner de
2. Les conséquences des évolutions nouvelles technologies qui existent mais qui sont peu utilisées.
réglementaires en cours
La part des ponts thermiques va être de plus en plus
importante dans le cadre de la RT2000. La correction des
ponts thermiques deviendra une nécessité pour satisfaire à la
Tout d'abord, la réglementation thermique 2000 pourrait RT2000. Ces corrections seront les principaux boulever-
entraîner la mise en œuvre de produits de plus fortes sements de l'isolation des bâtiments dans les années à venir.
épaisseurs ou à performances thermiques améliorées. En effet, Le défi à relever résidera dans l'adéquation entre performance
sans faire évoluer les produits il suffit, pour obtenir une plus thermique et performance mécanique des corrections des
grande résistance thermique, soit d'augmenter l'épaisseur du ponts thermiques.
produit ( Résistance = épaisseur / Conductivité thermique), soit
d'augmenter la masse volumique du produit (on se reportera à Les exemples de corrections ci-dessous permettent d'évaluer
cet égard aux courbes relatives aux caractéristiques le gain potentiel :
thermiques en fonction de la masse volumique des produits Tableau I
figurant dans les fiches "produits" de la première partie).
Gain
Pour les produits en polystyrène expansé ou en laines Nature du pont Solution
potentiel
minérales, l'utilisation de produits plus denses pour certaines
applications est en cours, ce qui permet, pour de mêmes
performances thermiques, de diminuer les épaisseurs des
isolants.

La recherche de nouveaux gaz d'expansion pour les mousses


90 %
de polyuréthanne et phénolique, ainsi que pour les
polystyrènes extrudés n'est pas encore terminée. En effet, les
gaz (HCFC 141b, HCFC 142b) utilisés actuellement devraient
être interdits d'ici 2002 pour faire place à de nouveaux gaz.
Cela entraînera des modifications non négligeables. Le
passage, pour les polystyrènes extrudés, à une expansion au
CO2, au lieu du gaz HCFC 142b, entraînera une diminution des
caractéristiques thermiques de l'ordre de 15 %. Pour les
mousses de polyuréthanne, le gaz d'expansion, préconisé
actuellement pour le remplacement du gaz HCFC 141 b, est le
pentane. Les caractéristiques thermiques de ces nouvelles 90 %
mousses de polyuréthanne devraient être affectées d'une
baisse de 5% au maximum.

Pour réduire les risques en matière de santé et


d'environnement, la réduction du taux de liant des fibres
minérales est une solution, mais il faudra veiller à ne pas trop
dégrader les performances mécaniques du produit. Par contre,
cette solution permettrait d'augmenter les performances de
résistance au feu.

Pour les produits utilisés en isolation répartie (béton cellulaire, 80 %


blocs de terre cuite, béton allégé, etc.) la faisabilité en
fabrication de la réduction de la masse volumique des matières
constitutives de la structure est à l'étude pour augmenter les
performances thermiques de ces produits. Des études sont en
cours pour réduire les épaisseurs et la géométrie des parois
des blocs de terre cuite pour augmenter les performances
thermiques tout en gardant des performances mécaniques
satisfaisantes.

Les produits isolants en fibres végétales devraient se


développer surtout s'ils font l'objet de procédures d'évaluation. 95 %
Ces produits peuvent avoir des caractéristiques thermiques
comparables à celles des produits isolants traditionnels à
masse volumique identique mais les fabricants de ces produits
doivent relever le défi du prix de revient.
Isolation Thermique
6 Performances énergétiques des éléments opaques - Perspectives et prospective - 2. Les conséquences des évolutions

Les ponts thermiques les plus délicats à améliorer sans Les ponts thermiques "structurels" sont d'autres formes de
changer les systèmes constructifs sont entre autres : ponts thermiques. Ils correspondent aux ponts thermiques
– les planchers intermédiaires en isolation par l'intérieur, engendrés par des systèmes d'attaches de l'isolant et (ou) du
– les balcons que ce soit en isolation par l'intérieur comme revêtement intérieur. Ils existent mais ne sont pas forcément
par l'extérieur, pris en compte actuellement dans le calcul des déperditions.
– les acrotères des toitures terrasses que ce soit en isolation Dans la NRT ces ponts thermiques seront pris en compte.
intérieure ou extérieure,
– les planchers hauts ou bas en isolation par l'extérieur,
– les seuils de porte fenêtre sur balcon quelque soit le type
d'isolation.

Tous les procédés constructifs, utilisant des systèmes


traversant l'isolant, sont à regarder de près pour éviter des
ponts thermiques pouvant entraîner des condensations et des
déperditions aussi importantes que les déperditions par les
parties surfaciques comme par exemple :

Vitrage

Isolant

Structure métallique
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaque - Perspectives et prospective - 3. Vers des sauts technologiques 7

cavités de la structure.
Mais la réalisation d'un saut technologique; comme par
3. Vers des sauts technologiques exemple la réduction de 50 % de la conductivité thermique
pour atteindre des valeurs inférieures à 10 mW/mK ; ne peut
être obtenue que par une action sur la contribution du transfert
par conduction dans l'air emprisonné par une matrice. En effet,
comme il n'est pas possible d'éliminer totalement la partie
solide, déjà très réduite (environ 10 % en volume) d'un isolant
3.1 Les matériaux super-isolants monolithique, il ne reste qu'un seul moyen d'action : agir sur le
gaz.
La réduction de la consommation énergétique reste le moyen Pour réduire la contribution de la phase gazeuse, il existe au
le plus efficace pour réduire la pollution générée par les sites moins trois options :
de production d'énergie (émission de CO2, déchets en tout A. Changer de gaz pour un gaz lourd "autorisé",
genre ...). Or, le secteur du bâtiment (ensemble du résidentiel peu conducteur de la chaleur et qui reste dans la
et du tertiaire) est le premier consommateur d'énergie avec structure.
45 % de la consommation totale d'énergie, soit 95,89 Mtep en
1998. Dans ce cas, on ne modifie pas la structure du matériau mais
on remplace l'air par un "gaz lourd", tel que l'argon, le krypton
Par ailleurs, la meilleure façon de diminuer les besoins
ou le xénon dont les conductivités thermiques sont
énergétiques d'un bâtiment est de réduire les pertes et par
respectivement de 17,9, 12,3 et 5,5 mW/mK.
conséquent d'améliorer l'isolation thermique des parois.
lgaz < lair
Depuis, la crise pétrolière de 74, un effort important a été
réalisé pour développer des matériaux isolants performants. Les obstacles essentiels au développement de tels produits
Les meilleurs d'entre eux, les mousses polyuréthannes sont :
gonflées aux CFC ont atteint la limite de 20 mW/mK. Mais – la nature du gaz qui devra respecter la réglementation
depuis l'interdiction des CFC, la conductivité thermique de la concernant les gaz et leur coût,
plupart des isolants varie entre 23 et 44 mW/mK. La valeur seuil – la pérennité du pouvoir isolant, car le gaz piégé peut diffuser
de 23 mW/mK devraient par ailleurs remonter légèrement avec à travers les cellules ou les parois,
l'application au cours des prochaines années de la – le coût des gaz rares.
réglementation sur les substituts des CFC (HCFC, HFC, Des produits de ce type ont déjà été testés en laboratoire, en
HFA, ...). particulier pour des applications dans le domaine automobile
On peut donc prévoir un regain d'intérêt pour le où le poids et le volume des produits sont des paramètres
développement de produits nouveaux ayant des performances essentiels.
fortement améliorées. La satisfaction des réglementations B. Diminuer les pressions partielles des gaz dans le produit.
thermiques ou acoustiques ainsi que la satisfaction aux
exigences liées à la santé et environnement serviront de Dans ce cas, on modifie peu la structure du matériau mais on
stimulateurs à l'amélioration des performances mécaniques et "élimine" le gaz en créant un vide partiel.
thermiques. P intérieur du matériau < Patmosphérique
En ce qui concerne les performances acoustiques, il ne reste Les problèmes essentiels rencontrés sont les suivants :
que les produits en polystyrène extrudé pour lesquels aucune – la nature et les propriétés du matériau "cœur" : XPS, PU,
solution simple n'est à l'étude. Comme pour les fibres minérales, silice, ...
polyuréthannes, les extrudés pourraient envisager de créer des – les propriétés du procédé d'emballage et sa durabilité
produits à cellules ouvertes. (perméabilité aux gaz),
Pour améliorer les impacts sur la santé et l'environnement, les – la maîtrise du rayonnement thermique.
mousses de polyuréthannes devraient utiliser un substitut du Des produits de ce type sont déjà proposés par certains
pentane qui serait plus performant thermiquement et qui aurait industriels pour des applications dans le domaine des basses
un impact sur l'environnement moins important. Les fibres températures (cryogénie) et des produits "blancs"
végétales utilisent, des produits pour lier ces fibres, des (réfrigérateurs hauts de gamme). Les conductivités annoncées
adjuvants pour limiter les reprises d'humidité et de sont de l'ordre de 5 à 7 mW/mK avec un vide partiel de l'ordre
dégradations (moisissures,…) et des agents ignifugeants. Ces ou inférieur au millibar.
adjuvants devraient être modifiés pour limiter les impacts sur
l'environnement. C. Soit réduire fortement la taille des cellules afin
d'atteindre une taille inférieure au libre parcours moyen
Quant aux propriétés thermiques, les évolutions à venir devront du gaz.
permettre la réduction des transferts par rayonnement et par
conduction dans les produits. Dans ce cas, on modifie fortement la structure pour confiner
Pour cela plusieurs voies sont possibles : l'air dans des cellules dont la taille caractéristique δ est
– la réduction des échanges par rayonnement des produits de inférieure au libre parcours moyen de l'air lm.
faibles masses volumiques en rendant le squelette solide δ < lm
plus opaque aux rayonnements ou en introduisant des films Pour l'air, l'ordre de grandeur de lm est 0,1 µm.
opaques au rayonnement ; Les matériaux actuellement étudiés qui répondent à ce critère
– la réduction des échanges par conduction en diminuant les sont les aérogels et kérogels de silice.
transferts par la structure solide du produit ou en réduisant
la conduction par le gaz contenu dans les cellules ou
Isolation Thermique
8 Performances énergétiques des éléments opaques - Perspectives et prospective - 3. Vers des sauts technologiques

Avec ce type de matériau, des conductivités thermiques de


l'ordre de 15 mW/mK peuvent être obtenues dans les
conditions ambiantes.
Ces matériaux devront être aussi emballés pour éviter tous
risque d'adsorption d'eau ou de polluants qui dégraderont les
performances.
Une description plus détaillée des transferts thermiques à
travers ces matériaux est fournie en annexe.
Le développement de ce type de produit dans le domaine du
bâtiment est possible si leur coût de fabrication diminue. D'ores
et déjà, ces produits peuvent apporter des solutions dans le
cas des points singuliers comme les ponts thermiques. Ils
pourraient aussi être utilisés lorsque les épaisseurs disponibles
pour mettre en place un système d'isolation sont faibles ; dans
le cas de la réhabilitation par exemple.
Par ailleurs, l'utilisation éventuelle de ces produits entraînera
des modifications importantes en ce qui concerne le
renouvellement d'air et le confort car la perméabilité à l'air de
ces produits est nulle. En effet, ils sont tous emballés dans des
enveloppes étanches.

3.2 Les matériaux à changement de phase


Les matériaux à changement de phase ont été largement
étudiés dans le cadre du stockage de l'énergie solaire à la fin
des années 70 et au début des années 80. Depuis le début des
années 90, ces matériaux sont réapparus mais cette fois leur
utilisation a pour objectif l'amélioration du confort par une
régulation passive.
Les matériaux à changement de phase sont des matériaux qui
absorbent, stockent ou libèrent de la chaleur quand ils
changent d'état. Quand la température d'une pièce est au-
dessus de la température de transition du matériau, il fond et
absorbe de la chaleur. Quand la température d'air décroît, le
matériau à changement de phase libère de la chaleur et
retourne à l'état solide.
Ces matériaux permettent donc d'améliorer "l'inertie" des parois
légères et de maintenir une température plus stable à l'intérieur
du bâtiment. Dans certaines régions, ils pourraient permettre
de supprimer le besoin de systèmes d'air conditionné.
Par analogie électrique, la paroi n'est plus seulement une
résistance R, elle devient un composant RC, ou RCR …,
C représentant la capacité introduite par le matériau à
changement de phase.
Ces matériaux peuvent être soit dispersés, sous forme de
capsules, dans une matrice (plâtre, béton, brique …) ou placés
entre deux composants. Leur utilisation est aussi envisagée
avec les planchers chauffants/rafraîchissants.
Les principaux matériaux à changement de phase utilisés
actuellement sont les sels hydratés, la paraffine et les acides
gras. Avec de tels produits, il faudra veiller au risque de
corrosion, étudier le problème de l'incendie et du dégagement
d'odeur.
Un autre point important sera de trouver la température de
transition adaptée pour un climat ou une région donnée.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments opaque - Perspectives et prospective - Annexe. Conductivité thermique équivalente 9

Annexe Conductivité thermique équivalente

La conductivité thermique d'un isolant peut-être représentée Le libre parcours moyen des molécules est défini par la formule
comme la somme des contributions des deux mécanismes de suivante : σ⋅T
lm =
transfert de la chaleur suivant : 2 ⋅ π ⋅ dg 2 ⋅ P
– la conduction dans le solide (s) et dans le gaz (g).
– le transfert par rayonnement (r) T est la température (K), P la pression (Pa),
λe = λs + g + λr dg le diamètre de collision de la molécule (3,53 . 10-10 m)
σ la constante de Boltzman (1,38066.10-23).
La conductivité équivalente résultant du transfert par
conduction dans les deux phases (solide, gaz) peut être A 23 °C, lm =0,073 µm.
décrite par une combinaison linéaire (modèle parallèle) de leur La taille caractéristique δ des cavités peut être estimée par la
contribution respective pondérée : relation suivante : ε
λs + g = ελg + (1 − ε)λs δ=
ρ ⋅ Sa
ε est la porosité du matériau. ε est la porosité

La porosité des isolants étant très élevée, proche de 90 %, la Sa la surface spécifique (m²/g)
contribution de la phase gazeuse est dominante. ρ la masse volumique du matériau (kg/m3).
La conductivité d'un gaz dépend d'une part de la pression En intégrant les équations précédentes, on obtient :
totale P et d'autre part de son confinement dans des cavités λg 0
dont la taille caractéristique d est inférieure au libre parcours λg =
T
moyen (effet Knudsen). 1 + 2A
δ⋅P
La contribution du transfert par conduction gazeuse lg dans les
milieux confinés est décrite par la relation de KNUDSEN : Cette formulation a l'avantage de faire apparaître les trois
λg0 paramètres importants vis-à-vis du transfert de chaleur :
λg = – la pression,
1 + 2AK n – la taille caractéristique des cavités.
l
K n = m est le nombre de KNUDSEN et A une constante. – la température
δ La contribution de la phase gazeuse peut donc être réduite,
λg0 est la conductivité du gaz en régime moléculaire. soit en diminuant la pression, soit en réduisant la taille des
δ est la taille caractéristique des cavités cavités. Quant à l'effet de la température, il est plus difficile à
lm est le libre parcours moyen des molécules d'air dans les utiliser, car il est contrebalancé par le transfert radiatif.
cellules. Sur la figure 1, nous constatons que pour atteindre une
A est une constante proche de 1 conductivité équivalente de 10 mW/mK avec les isolants
actuels (cavités de 100 µm environ), il faut appliquer un vide
La conductivité λg du gaz est corrigée pour tenir compte des
partiel inférieur à 0,001 bar, ce qui est très difficile et coûteux.
interactions gaz/paroi ; si Kn augmente, la conduction gazeuse
Pour des matériaux ayant des cavités de 1 µm ; le vide partiel
diminue.
nécessaire n'est plus que de l'ordre de 0,05 bar. Enfin avec des
cavités de 0,1 µm, la valeur de 15 mW/mK est atteinte à la
pression atmosphérique, dans ce cas il n'y a pas de risque de
vieillissement par diffusion de l’air par l’intérieur.
0.03

0.025

Taille des cavités


Conductivité thermique W/m.k

0.02
1 cm
1 mm
100 µm
0.015
10 µm
1 µm
0.1 µm
0.01

0.005

0
0.00001 0.00010 0.00100 0.01000 0.10000 1.00000
Pression (bar)

Figure 1. Conductivité thermique de l’air en fonction de la taille des cavités qui l’emprisonnent
Guide technique
ISOLATION THERMIQUE

Éléments
transparents
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - État de l’art - Sommaire 1

Performances énergétiques
des éléments transparents
État de l’art

S O M M A I R E
1. Rappel des notions d’optique . . . . . . . . . . . . . . . . 1 Fiche C-3.1 Menuiserie bois
1.1 Comportement d’un corps face au rayonnement . . . . . 1 Fiche C-3.2 Menuiserie PVC
1.2 Propriétés lumineuses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Fiche C-3.3 Menuiserie aluminium
1.3 Propriétés énergétiques et facteur solaire g . . . . . . . . 2 Fiche C-3.4 Menuiserie acier
1.4 Propriétés géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Fiche C-3.5 Menuiserie mixte
1.5 Calcul des facteurs optiques lumineux, Fiche C-4 Fermetures, stores et coffres
énergétiques et solaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 Fiche C-4.1 Fermetures
1.6 Glossaire optique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Fiche C-4.2 Stores
Fiches C-4.3 Coffres de volets roulants
2. Fiches Baies vitrées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 4. Fiches produits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
Fiche B-1 Fenêtres Fiche P-1.1 Verre clair
Fiche B-1.1 Fenêtres de façade Fiche P-1.2 Verre Teinté
Fiche B-1.2 Fenêtres de toit Fiche P-1.3 Verre à couches
Fiche B-2 Fenêtres à isolation pariéto-dynamique Fiche P-1.4 Verre extra-clair
Fiche B-3 Blocs baie Fiche P-1.5 Verre émaillé
Fiche B-4 Façades légères Fiche P-1.6 Verres opacifiés
Fiche B-4.1 Façades légères classiques Fiche P-2 Couches : Techniques de fabrication
Fiche B-4.2 Systèmes constructifs VEP et VEC Fiche P-3.1 Films de protection solaire
Fiche B-4.3 VEA - Verre Extérieur Attaché Fiche P-3.2 Films de "sécurité"
Fiche B-4.4 Façade double peau Fiche P-3.3 Films anti-décoloration
Fiche B-4.5 Façade respirante Fiche P-3.4 Films basse émissivité
Fiche B-4.6 Verre profilé ou moulé Fiche P-4 Gaz
Fiche B-5 Verrières Fiche P-5 Intercalaires
Fiche B-6 Éclairants de toit
Fiche B-7 Vérandas

3. Fiches Composants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
Fiche C-1.11 Vitrage simple
Fiche C-1.12 Vitrage simple - Verre feuilleté
Fiche C-1.13 Vitrage simple - Cristaux liquides
Fiche C-1.21 Vitrage isolant- double vitrage
Fiche C-1.22 Vitrage isolant- triple vitrage verre
Fiche C-1.23 Vitrage isolant- double vitrage + films tendus
Fiche C-1.24 Vitrage isolant transparents
Fiche C-1.3 Vitrage Chauffant
Fiche C-1.4 Vitrage Organique
Fiche C-1.5 Produits en polyester renforcé verre (PRV)
Fiche C-1.6 Éléments de remplissage vitrés opaques
Fiche C-3 Menuiseries
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - État de l’art - 1. Notions d’optique 1

Performances énergétiques
des éléments transparents
État de l’art

A ces comportements correspondent les facteurs optiques :


– le facteur de réflexion ρ est le rapport du flux réfléchi au flux
1. Rappel des notions de base d'optique incident. Il ne dépend en première approximation que des
propriétés de la surface recevant le rayonnement incident.
– le facteur de transmission τ est le rapport du flux transmis au
flux incident. Il dépend du matériau, de sa structure et de
l'épaisseur traversée.
– le facteur d'absorption α est le rapport du flux absorbé au
flux incident. Il est le complément à un des deux
précédents.
1.1 Comportement d'un corps face
Pour classer les verres et les vitrages, il est nécessaire de les
au rayonnement. comparer au niveau optique et thermique (transmission
lumineuse, transmission énergétique, facteur solaire et
transmission thermique).
Tout matériau recevant un rayonnement de longueur d'onde λ La plus ou moins grande transparence d'un vitrage au flux
se comporte de trois façons différentes : solaire sera influencée principalement par la nature du verre de
– il peut réfléchir le rayonnement : la longueur d'onde n'est base, de son épaisseur et de sa couleur. Le rayonnement
généralement pas modifiée, sauf dans certains cas solaire au niveau du sol est composé d'environ 3% d'ultraviolet,
particuliers comme la fluorescence. 42% de lumière visible et 55% d'infrarouge. Le spectre solaire
– il peut transmettre le rayonnement : la longueur d'onde couvre la gamme de 300 à 2500 nanomètres à l'intérieur
restera aussi la même et, dans ce cas comme dans le duquel se situe le spectre visible entre 380 et 780 nanomètres.
précédent, la présence du rayonnement est sans incidence Le rayonnement ultraviolet (U.V.) s'étend de 282,5 à 377,5
sur l'évolution de la température du matériau. nanomètres et le rayonnement proche infrarouge de 780 à
– il peut absorber le rayonnement, sa température tend alors 2500 nanomètres (figure 1).
à augmenter et à devenir supérieure à celle de
l'environnement : il y a alors émission d'un rayonnement à
grande longueur d'onde dont le spectre dépend des
températures du matériau.

2000
U.V. Visible Proche Infrarouge

1500
Intensité du rayonnement (W/m²)

1000

500

500 1000 1500 2000 2500


Longueur d'onde (nm)

Figure 1 : Intensité de l'émission solaire reçue au sol en fonction de la longueur d'onde.


Isolation Thermique
2 Performances énergétiques des éléments transparents - État de l’art - 1. Notions d’optique

Les milieux transparents, comme les vitrages, sont caractérisés 1.3 Propriétés énergétiques et
par trois propriétés : la transmission, la réflexion et l'absorption.
facteur solaire g
La réflexion est une propriété qui dépend de l'interface entre le
matériau et le milieu dans lequel il se trouve. L'absorption est
Comme dans le domaine lumineux, les caractéristiques
une propriété intrinsèque du matériau. La transmission est la
énergétiques sont déterminées à partir des données spectrales
partie restante du rayonnement incident. En effet, une loi simple
en transmission (τe), réflexion (ρe) et absorption (αe) mais en
réunit ces trois propriétés :
considérant le spectre solaire. L'énergie absorbée est
transmission + absorption + réflexion = 1 redistribuée de part et d'autre du vitrage (qe et qi) (figure 3).
τ+α+ρ=1 Le facteur solaire g est défini comme étant la proportion du flux
Pour les produits à couches, on parle de réflexion face couche énergétique que le vitrage laisse passer par rapport au flux
ou réflexion face verre car il y a dissymétrie. La transmission énergétique incident. Le facteur solaire est la somme de la
reste inchangée, quel que soit le sens de l'incidence, mais la partie transmise du flux énergétique et de la partie absorbée
réflexion et l'absorption sont affectées par le sens de réémise vers l'intérieur du local (qi).
l'incidence.
Les caractéristiques fonctionnelles d'un vitrage dans le
domaine thermo-optique sont au nombre de trois :
1 la transmission lumineuse τv : c'est-à-dire la fraction de
lumière naturelle qui traverse le vitrage, elle intervient dans ρe τe
le calcul des besoins en éclairage artificiel du bâtiment. qe qi
2 le facteur de transmission totale de l'énergie solaire ou αe
facteur solaire g (somme de la transmission solaire directe
et de la fraction d'énergie réémise vers l'intérieur) est Figure 3 : Propriétés énergétiques.
déterminant pour le calcul des charges de chauffage et de
climatisation.
3 le coefficient de transmission thermique U (quantité de 1.4 Propriétés géométriques
chaleur transmise par unité de surface pendant une unité de
temps en régime stationnaire pour une différence de Pour comparer les propriétés lumineuses et énergétiques des
température de 1.K) est la caractéristique traditionnelle vitrages, les mesures sont réalisées avec un éclairage incident
permettant le calcul des déperditions thermiques. normal à la surface du vitrage à étudier. L'utilisation d'une
sphère d'intégration permet de recueillir tout le flux qui traverse
le vitrage (hémisphérique). Ce flux transmis peut être séparé en
1.2 Propriétés lumineuses flux direct et flux diffus. Cette notion de flux diffus est
importante pour quantifier les vitrages comme le verre dépoli
A partir des caractéristiques spectrales du domaine visible, et où le flux en transmission est principalement composé de
en prenant en compte la sensibilité de l'œil humain, on diffus.
détermine les caractéristiques lumineuses en transmission (τv), Direct + Diffus = Hémisphérique
réflexion (ρv) et absorption (αv) (figure 2).
Diffus

Direct

ρv αv
τv Hémisphérique

Figure 4 : Représentation géométrique


Figure 2 : Propriétés lumineuses. de la lumière à travers un vitrage.

1.5 Calcul des facteurs optiques


lumineux, énergétiques et
solaire
Facteur de transmission lumineuse
nh
normale/hémisphérique τ v

∑λ 2 Dλ ∆λ τ λ
nh
λ 1
τ nh
v =
∑λ 2 Dλ ∆λ
λ1
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - État de l’art - 1. Notions d’optique 3

Facteur de transmission directe de l'énergie solaire nh


normale/hémisphérique τe
λ 2 nh
nh ∑λ τλ Sλ ∆λ
τ e
= 1

∑λ 2

1
Sλ ∆λ

Facteur de réflexion directe de l'énergie solaire


normale/hémisphérique ρ nh
e
λ2 ρ nh S ∆λ
∑λ λ λ
nh
ρe = 1
∑λ2 Sλ ∆λ
1
Facteur solaire g
g = τ e + qi
qi dépend de l'émissivité et l'absorption du vitrage ainsi que
des conditions extérieures (température ventilation..)
Les bases de sommation λ1 et λ2 sont les suivantes (en µm) :
nh nh
Domaine lumineux, τ v , ρ v : λ1 = 0,38 λ2 = 0,78
nh
Domaine énergétique, τ , ρ
nh
e : λ1 = 0,3
e λ2 = 2,50
Les valeurs de Dλ∆λ Sλ∆λ sont issues de la norme NF EN 410
(tableaux 1 et 2). "Verre dans la construction, détermination des
caractéristiques lumineuses et solaires des vitrages".

1.6 Glossaire optique


Symbole Français
λ longueur d’onde
τ(λ) facteur de transmission spectrale
τv facteur de transmission lumineuse
τe facteur de transmission directe de l’énergie solaire
τuv facteur de transmission de l’ultraviolet
ρ(λ) facteur de réflexion spectrale
ρv facteur de réflexion lumineuse
ρe facteur de réflexion directe de l’énergie solaire
αe facteur d’absorption directe de l’énergie solaire
facteur de transmission totale de l’énergie solaire ou
g
facteur solaire
Φe flux énergétique solaire incident
qi facteur de réémission thermique vers l’intérieur
qe facteur de réémission thermique vers l’extérieur
he coefficient d’échange thermique extérieur
hi coefficient d’échange thermique intérieur
ε émissivité corrigée
Λ conductance thermique
Sλ répartition spectrale relative du rayonnement solaire
répartition spectrale relative du rayonnement

ultraviolet solaire
répartition spectrale relative de l’illuminant normalisé

D65
D65 illuminant normalisé D65
Ra Indice général de rendu des couleurs

Le tableau ci-dessous présente les nouvelles dénominations


des facteurs optique et thermiques qui sont utilisées dans les
normes européennes EN 410 (Optique) et EN 376 (Thermique).
Ancienne Nouvelle
dénomination dénomination
Déperdition ou transmission
K U
thermique (W/m²K)
facteur de transmission totale
S g de l’énergie solaire
ou facteur solaire
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - État de l’art - 2. Fiches baies vitrées 5

2. Fiches Baies vitrées

Fiche B-1 Fenêtres


Fiche B-1.1 Fenêtres de façade
Fiche B-1.2 Fenêtres de toit
Fiche B-2 Fenêtres à isolation pariéto-dynamique
Fiche B-3 Blocs baie
Fiche B-4 Façades légères
Fiche B-4.1 Façades légères classiques
Fiche B-4.2 Systèmes constructifs VEP et VEC
Fiche B-4.3 VEA - Verre Extérieur Attaché
Fiche B-4.4 Façade double peau
Fiche B-4.5 Façade respirante
Fiche B-4.6 Verre profilé ou moulé
Fiche B-5 Verrières
Fiche B-6 Éclairants de toit
Fiche B-7 Vérandas
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées B-1.1

Performances Énergétiques des Éléments transparents Fenêtres de façades


Typologie :
· Fenêtre à la française · Fenêtre à soufflet
· Fenêtre pivotante · Fenêtre coulissante
· Fenêtre oscillo-battante · Fenêtre à l'italienne
· Fenêtre basculante · Châssis fixe

Figure B.1.1.1 - Classification selon le mode d’ouverture des chassis

Matériaux :
Profils Remplissage
- Bois - Simple vitrage
- Acier - Vitrage isolant
- Aluminium
- PVC

Performances thermiques :
Selon les Règles TH-U, le coefficient Uw de la fenêtre est obtenu Pour un même type de vitrage, la fenêtre est d'autant plus
par : performante que sa menuiserie est plus isolante. Dans l'ordre
des performances croissantes :
Ug A g + Uf A f + Ψg lg - menuiseries métalliques sans coupure thermique
Uw =
Ag + Af [W/(m².K)] Uf = 7 à 8 W/(m².K)
avec - menuiseries métalliques avec coupure thermique
Ug : coefficient surfacique en partie centrale du vitrage, Uf = 3 à 5 W/(m².K)
- menuiseries bois Uf = 1,8 à 2,8 W/(m².K)
en W/(m2.K)
Uf : coefficient surfacique moyen de la menuiserie, en - menuiseries PVC Uf = 1,5 à 2,5 W/(m².K)
W/(m2.W) Les menuiseries métalliques sans coupure thermique sont
Ψg : coefficient linéique dû a l’effet thermique combiné de progressivement abandonnées en raison de déperditions
l’intercalaire du vitrage et du profilé, en (W/m.k) excessives et de condensations superficielles en hiver.
Ag : plus petite des aires visibles du vitrage, vues des deux L'influence directe du coefficient Uf de la menuiserie est
côtés de la paroi, en m2 légèrement tempérée par celle du rapport de clair du vitrage.
Af : plus grande aire projetée de la menuiserie, prise sans Ce rapport est d'autant plus grand que les dimensions du vantail
recouvrement, vue des deux côtés de la paroi, en m2 sont plus importantes, et que le matériau constitutif des profils
lg : plus grande somme des périmètres visibles du vitrage, vus est plus rigide.
des deux côtés de la paroi, en m.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées

Valeurs usuelles du rapport de clair

Métal avec
Nature de la menuiserie Bois coupure PVC
thermique
Fenêtres et portes-fenêtres battantes :
- fenêtres 0,66 0,66 0,62
- portes-fenêtres avec soubassement 0,60 0,57
- portes-fenêtres sans soubassement 0,71 0,71 0,65
Fenêtres et portes-fenêtres coulissantes :
- fenêtres 0,74 0,69
- portes-fenêtres sans soubassement 0,71 0,80 0,74
Vérandas 0,74 0,80
Fenêtres et châssisde bâtiments industriels 0,80

· Le type d'ouvrant influe sur les performances thermiques : les châssis coulissants, donc les déperditions accrues.
largeurs développées des profils sont plus importantes pour les

Performances thermiques des fenêtres actuelles :


Compte tenu des différents facteurs énoncés, les coefficients de Vitrages isolants :
transmission thermique des fenêtres nues équipées de différents - classique V1 - 4+12+4 clair Ug = 2,8 W/(m².K)
types de vitrages courants se situent dans les gammes
présentées au tableau ci-dessous : Faiblement émissif
- V.I.R. V2 - 4+16+4 type A Ug = 1,8 W/(m².K)
- haute Performance
V3 - 4+16+4 type B Ug = 1,6 W/(m².K)

Coefficients de transmission thermique Uw de fenêtres courantes


Matériau Nature de la menuiserie Vitrage V1 Vitrage V2 Vitrage V3
Fenêtres et portes-fenêtres battantes
Bois - fenêtres 2,70 à 2,90 2,00 à 2,30 1,80 à 2,20
- portes-fenêtres sans soubassement 2,70 à 2,90 2,00 à 2,30 1,80 à 2,10
Fenêtres et portes-fenêtres coulissantes
Bois - fenêtres
- portes-fenêtres sans soubassement 2,70 à 2,90 2,00 à 2,30 1,80 à 2,10
Fenêtres et portes-fenêtres battantes
Aluminium à coupure
- fenêtres 3,00 à 3,80 2,40 à 3,30 2,20 à 3,10
thermique
- portes-fenêtres sans soubassement 3,00 à 3,70 2,40 à 3,10 2,40 à 3,00
Fenêtres et portes-fenêtres coulissantes
Aluminium à coupure
- fenêtres 3,30 à 4,00 2,70 à 3,50 2,50 à 3,30
thermique
- portes-fenêtres sans soubassement 3,20 à 3,80 2,60 à 3,30 2,50 à 3,10
Fenêtres et portes-fenêtres battantes
PVC - fenêtres 2,40 à 2,90 1,90 à 2,40 1,70 à 2,30
- portes-fenêtres sans soubassement 2,50 à 2,90 1,90 à 2,40 1,70 à 2,20
Fenêtres et portes-fenêtres coulissantes
PVC - fenêtres 2,60 à 3,00 2,00 à 2,50 1,80 à 2,20
- portes-fenêtres sans soubassement 2,60 à 3,10 2,00 à 2,50 1,80 à 2,20

Exemples de valeurs de Ujn :


Dans les hypothèses suivantes correspondant au cadrage de la Impacts environnementaux et sanitaires fréquemment
NRT : mentionnés
- utilisation d'un vitrage peu émissif • Gestion des déchets
VIR 4+16+4, Ug = 1,8 W/(m².K) - le bois peut être recyclé ou incinéré, quant à l'aluminium et au
- avec un volet roulant PVC de perméabilité faible, PVC ils peuvent être recyclés; les solutions techniques
DR = 0,19 m².K/W existent mais le problème essentiel reste le tri et la collecte
les valeurs suivantes de Ujn (coefficient U moyen jour-nuit) des ces constituants lors de la démolition.
peuvent être obtenues pour les fenêtres et portes-fenêtres avec : - pour les autres constituants comme les joints d'étanchéité ou
- menuiseries bois : Ujn = 1,7 à 2,0 W/(m².K) les intercalaires, on ne dispose pas d'information. Mais le
faible volume de joints et surtout la difficulté de l'opération de
- menuiseries aluminium à coupure thermique dépose sont un obstacle, du point de vue économique, au
(battantes et autres) Ujn = 2,0 à 2,7 W/(m².K) recyclage.
- menuiseries PVC Ujn = 1,5 à 2,1 W/(m².K) - les gaz rares (Argon), très rarement utilisés, pourraient être
recyclés.
• Impacts sanitaires :
- pour le bois, les produits de préservation peuvent avoir un
impact sanitaire lors de leur application et en cas d'incendie.
- pour le PVC, il faut penser à l'émission d'acide HCl et aux
fumées en cas d'incendie.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées B-1.2

Performances Énergétiques des Éléments transparents Fenêtres de toit


Les fenêtres de toit disponibles sur le marché français sont exclusivement à menuiserie bois.
Elles peuvent être équipées d'origine de volets roulants ou/et de stores d'occultation intérieurs.
Pour des inclinaisons de vitrages inférieures à 60° par rapport à l'horizontale, les coefficients de transmission thermique des vitrages
sont plus élevés qu'en position verticale :
- double vitrage clair 4+8+4 Ug = 3,5 W/(m².K)
4+12+4 Ug = 3,4 W/(m².K)

- double vitrage type B 4+16+4 Ug = 2,2 à 2,4 W/(m².K)


peu émissif (ε ≤ 0,10)

(Les valeurs indiquées ci-dessus correspondent à des vitrages horizontaux.)

Performances thermiques des fenêtres de toit

• Avec les dimensions et les types de menuiseries les plus courantes, en inclinaison < 60° :
- double vitrage clair Uw = 2,80 à 3,50 W/(m².K)
- double vitrage peu émissif Uw = 1,80 à 2,70 W/(m².K)

• Avec store d'occultation :


- double vitrage clair Uw = 2,40 à 3,10 W/(m².K)
- double vitrage peu émissif Uw = 1,70 à 2,50 W/(m².K)

• Avec volet roulant (∆R = 0,14 m2.K/W) :


- double vitrage clair Uw = 2,20 à 3,10 W/(m².K)
- double vitrage peu émissif Uw = 1,70 à 2,50 W/(m².K)
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées B-2

Performances Énergétiques des Éléments transparents Fenêtres à isolation pariéto-dynamique

Depuis 1977 sont apparus des composants fenêtres dits Fenêtre à isolation pariéto-dynamique
"à isolation pariéto-dynamique".
Le principe consiste à faire circuler l'air entrant entre les
vitrages, au moyen d'orifices aménagés dans la menuiserie.
Dans les versions les plus performantes de ces composants, la
menuiserie est en PVC, et la partie vitrée constituée d'un simple
vitrage et de deux survitrages ouvrants côté intérieur,
ménageant ainsi deux lames d'air ventilées.
Un volet roulant PVC peut ménager, de nuit, une troisième lame
d'air améliorant l'efficacité du système.
L'air neuf entrant, sous l'effet de la ventilation mécanique,
récupère une partie des déperditions thermiques au travers du
vitrage, et est donc préchauffé.
Le vitrage peut être considéré comme un échangeur sur l'air,
dont l'efficacité dépend du débit surfacique traversant le
vitrage.
En contrepartie, les déperditions thermiques au travers du verre
intérieur sont sensiblement accrues, par rapport au cas du
même vitrage sans circulation d'air.
Un avantage du système est la diminution des courants d'air
froids dus aux entrées d'air.
La méthode de calcul des déperditions est en cours
d’adaptation aux règles Th-C.
Le fonctionnement permanent de la ventilation mécanique est
nécessaire pour éviter l'apparition de condensations à l'intérieur
du vitrage.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées B-3

Performances Énergétiques des Éléments transparents Blocs baie

Le bloc-baie est un ensemble intégré comprenant la fenêtre ou Exemples de performances :


la porte-fenêtre, le volet roulant et son coffre, prêt à installer • avec double vitrage classique:
dans l'ouverture de la paroi.
Uw = 2,4 à 2,8 Ubb,jn = 1,9 à 2,2 W/(m².K)
Il existe des blocs-baies comportant des éléments aluminium,
mais les produits les plus connus sur le marché sont réalisés • avec double vitrage peu émissif (type A) :
intégralement en PVC. Uw = 2,0 à 2,2 Ubb,jn = 1,6 à 1,8 W/(m².K)
Les blocs-baies en PVC font l'objet d'une certification
NF/CSTBat.
Les performances thermiques de ces composants peuvent
donc être appréciées globalement sous forme d'un U jour-nuit
intégrant les déperditions du coffre de volet roulant.
Les volets roulants associés sont de classe 4 (faible
perméabilité).

Bloc baie
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées B-4

Performances Énergétiques des Éléments transparents Façades légères

Par opposition aux façades traditionnelles constituées Les façades légères sont séparées en trois types, selon leur
d'éléments porteurs lourds (béton ou maçonnerie), dans position par rapport au nez de planchers :
lesquelles les éléments transparents sont du type fenêtre - façade rideau, située entièrement en avant des nez de
précédent, la façade légère est constituée d'éléments non planchers
porteurs fixés sur une structure métallique. - façade semi-rideau, multi-paroi dont la paroi intérieure est
située entre deux planchers, et la paroi extérieure en avant
des nez de planchers.
- façade panneau, située entièrement entre les planchers.

Types de façades légères

 Façades panneaux Dans le système " grille ", le plus courant, la façade est
Elles sont réalisées à partir d'un bâti dormant, très généralement composée de profils montants rigides et de traverses délimitant
métallique, fixé sur le gros œuvre. Les cadres ainsi réalisés sont les éléments de remplissage, fixés sur ces profils.
destinés à recevoir tous types de châssis ouvrants, fixes ou Plusieurs systèmes constructifs sont utilisés en façade rideau
éléments de remplissage. La technologie de ces panneaux de grille
façades est identique à celle des fenêtres métalliques vues - système classique dit " à capot et serreur "
dans la fiche B1. - système à trame marquée dit " VEP : Verre Extérieur
 Façades rideaux Pareclosé "
Deux systèmes sont utilisés : le système de type " panneaux " et - système à façade lisse dit " VEC : Verre Extérieur Collé "
le système de type " grille ". - façade en verre structurel dit " VEA : Verre Extérieur Attaché"
Le système " panneaux ", aujourd'hui peu utilisé, se compose
d'éléments de façade cadre et remplissage intégralement
fabriqués en usine, et fixés sur les planchers.

Façades panneau
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées

Calcul du coefficient U moyen des façades Protection solaire des façades légères
Le coefficient de transmission thermique moyen d'un élément de trame Les stores extérieurs - qui sont les plus performants - sont très
d’une façade rideau est calculé par : rarement utilisés en France sur les façades légères.

Ucwi = ∑U A g g + ∑ Uf Af + ∑ Up Ap + ∑ Ψg lg + ∑Ψ l p p
Il est fait appel à trois systèmes de protection solaire :
∑ (Ag + Af + Ap ) a) Vitrage isolant réfléchissant + stores intérieurs
b) Vitrages isolants ou respirants avec store intégré, vénitien ou à
où enroulement
Ag : est la plus petite aire visible du vitrage, vue des deux côtés de la c) Façade double peau - verre extérieur et vitrage isolant -, avec store
intégré dans l'espace compris entre la peau extérieure et le vitrage.
paroi, en m2;
Af : est le plus grande aire projetée de la menuiserie prise sans Un facteur solaire inférieur ou égal à 0,20 est réalisable avec ces
différentes techniques.
recouvrement, vue des deux côtés de la paroi, en m2;
Ap : est la pluspetite aire visible du panneau opaque, vue des deux Cependant, les vitrages fortement réfléchissants sont actuellement
moins prisés des architectes, ce qui limite l'efficacité de systèmes de
côtés de la paroi, en m2; type a).
Ug : est le coefficient surfacique en partie centrale du vitrage, en
W/(m2.K);
Uf : est le coefficient surfacique de la menuiserie, en W/(m2.K);
Up : esr le coefficient surfacique en partie centrale du panneau
opaque, en W/(m2.K);
lp : est le plus grand périmetre visible du panneau, vu des deux
côtés de la paroi, en m;
lg : est le plus grand périmetre visible du vitrage, vu des deux côtés
de la paroi, en m;
Ψg : est le coefficient linéique dû à l’effet thermique combiné de
l’intercalaire du vitrage et du profilé, en w/(m.K);
Ψp : est le coefficient linéique dû à l’effet thermique combiné de
l’espaceur du panneau et du profilé, en w/(m.K);
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées B-4.1

Performances Énergétiques des Éléments transparents Façades légères classiques

Système constructif " capot et serreur " (figure B-4.1.1) :


Les profilés constituant la grille de la façade ont une forme (1) Diverses dispositions sont prises pour assurer une rupture de
permettant l'insertion d'un élément de remplissage (2). Les pont thermique :
éléments de remplissage sont maintenus en position par calage - barrières d'étanchéité en joints EPDM épais au contact du
dans les feuillures des profils et par les profilés serreurs vitrage
extérieurs (3), qui sont habillés par un capot clipsé (4). - vissage ponctuel entre serreur et profil de structure,
Les profils des montants et traverses, massifs, ont une largeur - au travers d'intercalaires en matière synthétique assurant
développée intérieure importante, qui conduit à des une rupture thermique.
conductances linéiques élevées en l'absence de coupure
thermique.

Exemples de performances thermiques de trames, partie vision:


- Capot et serreur sans coupure thermique : - Capot et serreur avec coupure thermique
Uf = 8 W/(m2.K), Uf = 4 W/(m2.K)
double vitrage 6+16+6 peu émissif + argon
avec double vitrage classique 6+10+6 fixe (en serreur sans
Ug = 1,4 W/(m2.K)
châssis) Ug = 2,9 W/(m2.K)
en châssis métallique avec coupure thermique
trame 1,5 x 1,6 m Ucwi = 3,4 W/(m2.K) Uf = 2,5 W/(m2.K)
trame 1,2 x 1,2 m Ucwi = 2,2 W/(m2.K)
- Capot et serreur sans coupure thermique
Uf1 = 8 W/(m2.K),

double vitrage classique 6+10+6


Ug = 2,9 W/(m2.K)

en châssis métallique sans coupure thermique


Uf2 = 5 W/(m2.K)
trame 1,5 x 1,6 m Ucwi = 4 W/(m2.K)

Figure B-4.1.1 - Système


constructif avec capot et
serreur

Figure B-4.1.2 - Système avec rupture de pont thermique


Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées B-4.2

Performances Énergétiques des Éléments transparents Systèmes constructifs VEP et VEC

De conceptions assez voisines, les systèmes VEP (Verre ils sont maintenus par collage sur toute leur périphérie sur les
extérieur Pareclosé) et VEC (Verre Extérieur Collé) se cadres dormants fixés à l'ossature; des organes ponctuels de
distinguent par l'aspect et le mode de fixation des volumes sécurité sont obligatoires en cas de défaillance du collage ; la
verriers : façade est lisse
en VEP : (fig. B-4.2.1)
ils sont maintenus par des pattes d'attache et une pareclose
extérieure sur toute leur périphérie : la façade apparaît tramée
en VEC : (fig. B-4.2.3)

Performances thermiques :
Bien que la plus grande partie de la masse métallique soit du On distingue les vitrages VEC dits " bordés "( fig. B-4.2.3), où le
côté intérieur, les jonctions entre volumes verriers présentent cadre se prolonge jusqu'à la face extérieure du vitrage, et " non
des points faibles thermiques : bordés " (fig B-4.2.4), ces derniers étant plus favorables sur le
- dans le système VEP, la tranche des vitrages isolants est plan thermique.
"shuntée" thermiquement par le cadre dormant, en continuité Les profils destinés à recevoir des vitrages respirants de forte
métallique plus ou moins directe avec la pareclose extérieure épaisseur présentent des déperditions linéiques plus
- dans le système VEC, la tranche des vitrages isolants est importantes.
généralement directement exposée à l'ambiance extérieure, via
cependant des interstices réduits où les échanges thermiques
sont limités; un profilé d'étanchéité limitant la profondeur de
pénétration de l'air extérieur entre les vitrages joue un rôle
favorable.

Exemples de performances :
Profil VEC classique, sans dispositions particulières Les performances moyennes de la façade dépendent largement
Uf = 7 à 9 W/(m2.K) de celle des remplissages et des ouvrants.
Profil VEC avec protection thermique vinylique Il est de plus en plus fait appel à des vitrages performants (peu
Uf = 2,4 à 4,5 W/(m2.K) émissifs type B avec Air ou Argon, Ug = 1,6 à 1,2 W/(m².K).
Isolation Thermique
Performances énergétiques des

Figure B-4.2.1 - Système VEP - Coupe

Fiche B-4.2.2 - Système VEP - Coupe horizontale sur façade rideau VEP (Doc. Seplumic)

Figure B-4.2.3 - Système VEC - Coupe de principe

Figure B-4.2.4 -Système VEC non bordé- Coupe horizontale sur façade rideau VEC (Doc. Seplumic)
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées B-4.3

Performances Énergétiques des Éléments transparents VEA - Verre Extérieur Attaché

Le VEA est une technique de mise en œuvre de produits verriers Le coefficient de transmission thermique surfacique d'un élément
constituant l'enveloppe extérieure de bâtiments et qui fait de VEA est obtenu par :
intervenir, pour ces éléments verriers, au moins un dispositif de U = Ug + (n.χ + Ψ.P)/A [W/m².K]
fixation mécanique ponctuel, traversant ou non.
χ étant le coefficient de transmission ponctuel d'une attache
Il s'agit de façades généralement entièrement vitrées, [W/K]
constituées de panneaux verriers munis de garnitures n le nombre d'attaches
d'étanchéité entre vitrages. Ψ le coefficient de transmission thermique linéique périphérique
La technique VEA s'applique fréquemment en simple vitrage. dû à l'intercalaire, comme pour les vitrages isolants
Dans le cas de vitrages isolants, les points singuliers sont classiques
constitués essentiellement par les attaches traversantes. Un P le périmètre du vitrage
élément verrier comporte en général 4 ou 6 points d'attache, qui
constituent un pont thermique structurel. Exemples de valeurs du coefficient de transmission ponctuel
Des verres à couche faiblement émissive peuvent être utilisés en d'une attache :
VEA. Les applications actuelles sont réalisées avec des couches
de type pyrolitique.
- simple vitrage
e = 8 à 15 mm χ = 0,020 W/K
e > 15 mm χ = 0,025 W/K
- double vitrage
χ = 0,03 à 0,04 W/K

Attache VEA (doc. PILKINGTON)


Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées B-4.4

Performances Énergétiques des Éléments transparents Façade double peau

Souvent implantée en façade de type semi-rideau, la façade Sa protection solaire est assurée par un store vénitien ou à
double peau est constituée de deux vitrages indépendants, enroulement, soit tendu dans l'espace entre vitrages, soit
généralement : intégré au vitrage isolant intérieur.
- un simple vitrage extérieur
- un vitrage isolant intérieur
L'espace entre vitrages (inter-espace) peut être de 0,30 m à 1 m.

Ses avantages sont une isolation améliorée par la présence du Les performances thermiques de la double peau dépendent
vitrage extérieur, ainsi qu'une bonne capacité de récupération fortement de celles du vitrage intérieur.
des apports solaires en hiver. Avec un vitrage isolant intérieur classique (Ug = 2,7 W/(m².K)),
Ses contraintes particulières sont les risques de condensations le coefficient Udp de la double peau serait de l'ordre de
pouvant être engendrés par des fuites de l'air intérieur vers
2,2 W/m².K sans ventilation de l'inter-espace, et d'environ
l'inter-espace, ainsi que les risques de surchauffe d'été des
2,4 W/m².K avec ventilation.
surfaces situées dans l'inter-espace.
On peut considérer que la double peau apporte une résistance
Il est donc en général nécessaire de ventiler, l'inter-espace sur
thermique additionnelle de l'ordre de 0,10 m².K/W si l'espace
l'extérieur, de manière naturelle ou mécanique, la peau
est ventilé.
intérieure devant être la plus étanche possible pour éviter les
risques de condensation. Le facteur solaire d'une double peau peut être très performant,
la ventilation permettant d'éliminer en grande partie
Cette ventilation, très favorable à la protection solaire en été,
l'échauffement de l'inter-espace dû à la présence du store.
réduit légèrement l'isolation thermique due à la peau extérieure.
Elle est de préférence réglable en fonction des besoins. Un facteur solaire inférieur ou égal à 0,15 peut être obtenu avec
ce système.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées B-4.5

Performances Énergétiques des Éléments transparents Façade respirante

Le vitrage respirant constitue une conception alternative à celle Les verres peuvent être revêtus de couches faiblement
du vitrage isolant scellé. émissives uniquement de type pyrolitique, plus résistantes aux
L'espace d'air entre les verres est mis en communication avec effets de l'humidité.
l'extérieur par de petits orifices calibrés, situés à un seul niveau
(bas ou haut), assurant un équilibre avec la pression de vapeur Le vitrage respirant, avec couche faiblement émissive
extérieure. La durée de vie de ce vitrage est donc indéfinie. pyrolitique, peut présenter un coefficient Ug de l'ordre de
Le vitrage n'est pas ventilé, et ses performances sont 1,5 W/(m².K). La présence d'un store intégré déployé le réduit à
équivalentes à celles d'un vitrage scellé, il est seulement 1,4 W/(m².K), ou moins si le store présente lui-même une face
"respirant ". faiblement émissive.
En contre-partie, il subsiste un risque d'embuage, au moins
momentané, si les orifices d'équilibrage sont insuffisants.
Les menuiseries associées aux vitrages respirants peuvent être
Un avantage du vitrage respirant est de ne pas se mettre en en PVC ou en aluminium à coupure thermique. Les profilés
pression sous l'effet de l'échauffement. Il permet donc de correspondants sont plus volumineux que ceux utilisés en
réaliser de petits volumes, avec un espace d'air important, vitrage isolant, et se situent dans les gammes hautes des
même avec des verres épais, et d'intégrer un store entre les valeurs de Um associées à ces produits.
verres.

Performances thermiques :

Le vitrage respirant, avec couche faiblement émissive Les menuiseries associées aux vitrages respirants peuvent être
pyrolitique, peut présenter un coefficient Ug de l'ordre de en PVC ou en aluminium à coupure thermique. Les profilés
1,5 W/(m².K). La présence d'un store intégré déployé le réduit à correspondants sont plus volumineux que ceux utilisés en
1,4 W/(m².K), ou moins si le store présente lui-même une face vitrage isolant, et se situent dans les gammes hautes des
faiblement émissive. valeurs de Um associées à ces produits.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées B-4.6

Performances Énergétiques des Éléments transparents Verre profilé ou moulé

Le verre profilé ou moulé appartient à la gamme des systèmes Leur avantage est de présenter une forte résistance aux
architecturaux traditionnels de façade. contraintes mécaniques (résistance aux chocs, au vent, au feu).
Il s'agit de verres coulés, profilés généralement en U, dont une Le verre profilé peut être assemblé en double paroi, en
face peut être granitée. associant symétriquement deux profils (Ug de l'ordre de
2,7 W/(m².K)).

Verre profilé (doc. PILKINGTON)


Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées B-5

Performances Énergétiques des Éléments transparents Verrières

Les verrières sont des ouvrages inclinés associés à la Le remplissage, initialement fréquemment réalisé en verre armé
construction, généralement de grandes dimensions. Les pans simple, est actuellement généralement en double vitrage. Le
des verrières, constitués de montants (chevrons), sont divisés verre intérieur doit être feuilleté.
par des traverses. Les verres sont plus épais qu'en façade, pour assurer la
A l'origine, les verrières étaient réalisées en acier et en verre. résistance à la charge de neige.
Elles sont aujourd'hui généralement montées en aluminium, en Toutes les couches peu émissives peuvent être utilisées.
raison de sa légèreté et de sa durabilité, associé ou non à une La position inclinée du vitrage accroît le coefficient de
structure porteuse en acier. transmission thermique :
La technologie utilisée est celle des façades légères, type capot - double vitrage clair
et serreur ou VEC, avec des profilés de forte inertie.
6+8+44.2 Ug = 3,5 W/(m².K)
Les profils sont de plus en plus systématiquement à coupure
thermique. 6+12+44.2 Ug = 3,4 W/(m².K)
Ils doivent assurer l'évacuation des eaux de pluie et de - double vitrage
condensation. 6+12+44.2
La présence d'une verrière introduit différents types de profils peu émissif type A Ug = 2,6 W/(m².K)
de raccordement au gros-œuvre ou aux murs-rideaux, ainsi
qu'entre éléments de verrière situés dans des plans différents, peu émissif type B Ug = 2,3 à 2,4 W/(m².K)
qui présentent des déperditions supplémentaires relativement
importantes.

Profils pour verrières

Protections solaires des verrières :


Plus que les parois verticales, les verrières sont exposées à un - les vitrages réfléchissants, ou sérigraphiés,
fort ensoleillement, générant facilement des surchauffes - les films réfléchissants collés extérieurs, de moindre durée
intérieures. Une protection solaire est donc en général de vie
indispensable. g = 0,25 à 0,60
Les risques de casse thermique, l'échauffement des joints de - les stores intérieurs réfléchissants constituent encore une
scellement des vitrages isolants ainsi que des verres feuilletés protection efficace derrière des vitrages clairs
intérieurs constituent des limites techniques fortes pour le choix g = 0,30 à 0,50
des solutions. - les stores intérieurs clairs
Par ordre d'efficacité décroissante : - les velums atténuent surtout les apports lumineux
- les brise-soleil horizontaux g = 0,50 à 0,70
- les stores extérieurs mobiles peuvent être utilisés dans
certains cas
g = 0,10 à 0,15
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées B-6

Performances Énergétiques des Éléments transparents Éclairants de toit

Il s'agit ici essentiellement des lanterneaux, ponctuels ou filants, Les coefficients U des parties claires sont d'environ :
dont la technique est différente de celle des verrières. - 3,1 W/(m².K) pour les plaques polycarbonate alvéolaires de
Ces lanterneaux sont le plus souvent constitués : 10 mm
- soit de plaques planes ou cintrées en polycarbonate - 2,4 W/(m².K) pour les plaques polycarbonate alvéolaires de
alvéolaire, à double ou triple paroi 16 mm
- soit d'une double paroi en polycarbonate associées à une - 3,0 W/(m².K) pour les doubles parois polycarbonate
structure ouvrante ou fixe en aluminium ou PVC
- fixée sur une costière sablière en aluminium ou acier
galvanisé en raccord de toiture
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - États de l’art - 2. Fiches baies vitrées B-7

Performances Énergétiques des Éléments transparents Vérandas

La véranda est un ensemble menuisé et vitré accolé au Elle comporte de multiples profils parfois massifs : angles,
bâtiment, permettant de créer un espace tampon entre pannes sablière et faîtières, traverses. Ces profils sont
l'intérieur et l'extérieur utilisable en permanence. actuellement réalisés avec coupure thermique pour réduire les
Cet espace peut être chauffé ou non. Il doit être correctement risques de condensations.
ventilé pour éviter les condensations: ventilations naturelles Les remplissages peuvent être :
haute et basse, ventilation mécanique associée ou non à celle - des doubles vitrages, fixes ou en ouvrants
du bâtiment. - des plaques en polycarbonate alvéolaires
Avec l'utilisation du matériau aluminium, ces constructions sont - des éléments de remplissage opaques
à nouveau en plein essor, avec un marché en croissance En tant qu'espace tampon, la véranda contribue à réduire les
constante. déperditions du logement.
La structure porteuse est généralement en aluminium, parfois en Protection solaire des vérandas
PVC. Espace presque totalement vitré, la véranda nécessite des
protections solaires bien adaptées pour être utilisable en été et
même en demi-saison.
Des produits spécifiques existent sur le marché :
- store extérieur de véranda avec système de tension
- store banne de véranda à bras télescopiques
- stores intérieurs métallisés, plissés ou plans
- stores velum à lames orientables aluminium ou bois

Protections solaires des vérandas :


Espace presque totalement vitré, la véranda nécessite des
protections solaires bien adaptées pour être utilisable en été et
même en demi-saison.
Des produits spécifiques existent sur le marché :
- store extérieur de véranda avec système de tension
- store banne de véranda à bras télescopiques
- stores intérieurs métallisés, plissés ou plans
- stores velum à lames orientables aluminium ou bois
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - État de l’art - 3. Fiches composants 35

3. Fiches Composants

Fiche C-1.11 Vitrage simple


Fiche C-1.12 Vitrage simple - Verre feuilleté
Fiche C-1.13 Vitrage simple - Cristaux liquides
Fiche C-1.21 Vitrage isolant - double vitrage
Fiche C-1.22 Vitrage isolant - triple vitrage verre
Fiche C-1.23 Vitrage isolant - double vitrage + films tendus
Fiche C-1.24 Vitrage isolant transparents
Fiche C-1.3 Vitrage Chauffant
Fiche C-1.4 Vitrage Organique
Fiche C-1.5 Produits en polyester renforcé verre (PRV)
Fiche C-1.6 Éléments de remplissage vitrés opaques
Fiche C-3 Menuiseries
Fiche C-3.1 Menuiserie bois
Fiche C-3.2 Menuiserie PVC
Fiche C-3.3 Menuiserie aluminium
Fiche C-3.4 Menuiserie acier
Fiche C-3.5 Menuiserie mixte
Fiche C-4 Fermetures, stores et coffres
Fiche C-4.1 Fermetures
Fiche C-4.2 Stores
Fiches C-4.3 Coffres de volets roulants
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-1.1.1

Performance Énergétique des Éléments transparents Vitrage simple

τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%) U (W/m²K) R dB(A)


v e v e v e v e Route Rose
0,84 0,84 87 5,9
90 85 8 7 8 7 2 8 27 29

Tableau C-1.1.1.1 - Caractéristiques thermo-optiques et acoustiques du verre clair de 4 mm


v : lumineux - e : énergétique

Le vitrage simple est caractérisé par un seul type de verre Les caractéristiques acoustiques des vitrages simples sont
(simple ou à couche) associé à une menuiserie. présentées dans le tableau C-1.1.1.2 ci-dessous. Pour les
verres teintés ou à couches montés en simple vitrage, les
caractéristiques acoustiques sont identiques à celle d'un simple
vitrage.

Épaisseur Poids RRoute RRose RRoute,fenêtre


(mm) (kg/m²) (dB(A) (dB(A) (dB(A)
3 7,5 24 27 24-27
4 10 27 29 27-28
5 12,5 28 29 28-30
6 15 29 31 29-32
8 20 30 32 30-34
10 25 31 33 31-35
12 30 32 35 32-36
15 37,5 33 36 33-37

Tableau C-1.1.1.2 - Caractéristiques acoustiques du simple vitrage


Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-1.1.2

Performance Énergétique des Éléments transparents Vitrage simple - Verre feuilleté

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%) R dB(A)
(W/m²K)
v e v e v e v e Route Rose
0,84 0,84 65-80 5,6
29-88 35-75 5-8 5-7 5-8 5-7 7-62 12-55 30-38 32-42

Tableau C-1.1.2.1 - Caractéristiques thermo-optiques et acoustiques du verre feuilleté


v : lumineux - e : énergétique

Caractéristiques Caractéristiques
Facteur solaire g R (dB(A)
Type lumineuses (%) énergétiques (%)
(%)
τ ρ1 τ ρ1 α1 Route Rose
33.2 clair 6.8 mm 88 8 76 7 17 80 30 33
33.2 bronze 6.8 mm 29 5 34 5 61 50 30 33
444.2 12.8 mm 85 8 66 6 28 73 33 35
666.2 19.5 mm 82 7 57 6 37 67 35 39
Tableau C-1.1.2.2 - Caractéristiques spectrophotométriques et acoustique de verre feuilleté
transmission

Longueur d’onde (nm)


Figure C-1.1.2.1 - Transmission spectrale de verre feuilleté (3/0,76/3 mm)

Épaisseur Poids RRoute RRose RRoute,fenêtre


Type (mm) (kg/m²) (dB(A) (dB(A) (dB(A)
33.1 3,4 15,4 30 32 30-33
33.2 6,8 15,8 30 33 30-33
44.2 8,8 20,8 31 34 31-35
55.2 10,8 25,8 33 35 33-35
66.2 12,8 30,8 33 35 33-36

Tableau C-1.1.2.3 - Caractéristiques acoustiques du vitrage simple feuilleté


Le verre feuilleté est une association d'au moins deux feuilles de 2 Feuilletage à partir d'un liquide
verre liées par une matière plastique intercalaire caractérisée par Pour ce type de fabrication, les verres sont en position verticale et
son épaisseur, son adhésivité au verre et son absorption d'énergie écartés par un intercalaire périphérique dont l'épaisseur correspond
mécanique. Cet assemblage est considéré comme un vitrage de à l'épaisseur du produit final injecté. Le remplissage s'effectue par
sécurité. gravité. La polymérisation est obtenue par des moyens thermiques
Différentes natures de matière servent à l'association des verres ou optiques (UV).
suivant les propriétés recherchées. Le nombre de feuilles de verres
peut varier de 2 à 4 pour des épaisseurs s'échelonnant de 3 à 15
3 Nomenclature
mm. Le verre utilisé peut être recuit, trempé, plan ou bombé, clair,
coloré ou à couches. La couche intercalaire entre deux feuilles de Les verres feuilletés sont généralement désignés par une série de
verre peut être teintée ou décorée. Deux principes de fabrications chiffre. Ces chiffres correspondent aux nombres de feuilles de verre
sont possibles soit à partir d'un film, soit à partir d'un liquide. et à leurs épaisseurs, ainsi qu'au nombre d'intercalaires.
Par exemple :
1 Feuilletage à partir d'un film - un verre feuilleté 33-1 correspond à deux feuilles de verre de 3 mm
d'épaisseur et d'un intercalaire PVB de 0,38 mm ;
Le film le plus utilisé est le PVB (polyvinyle buthyral) d'une épaisseur
de 0,38 mm. Après préparation de la surface du verre (nettoyage, - un verre feuilleté 888-4 correspond à trois feuilles de verre de 8 mm
lavage), les feuilles de verre et de PVB sont assemblées dans un d'épaisseur et de 4 intercalaires en PVB de 0,38mm.
espace conditionné en température, hygrométrie et hors poussière.
Après assemblage, cette composition est soumise à un traitement
thermique (130° à 150°C) sous pression (6 à 12 bars) pendant un
temps variable de 3 à 8 heures dans un autoclave.
Après refroidissement contrôlé dans l'autoclave l'adhésion du PVB
au verre est voisine de la force de cohésion du verre.
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-1.1.3

Performance Énergétique des Éléments transparents Vitrage simple - Cristaux liquides

Le vitrage à cristaux liquides permet de faire varier la privacité


d'un lieu sans diminuer fortement les apports lumineux. Les
deux états du vitrage sont : transparence ou diffusion de la
lumière par application d'un champ électrique.

Verre
Figure C-1.1.3.1 - Représentation schématique d'un vitrage Cristaux
à cristaux liquides liquides Electrode
transparente

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%) R dB(A)
(W/m²K)
v e v e v e v e Route Rose
0,84 0,84 69-61 5
48-76 53-77 18-27 14-20 18-27 14-20 25-34 20-33 30 32

Tableau C-1.1.3.1 - Caractéristiques thermo-optiques et acoustiques du vitrage à cristaux liquides


v : lumineux - e : énergétique
On appelle cristal liquide ou état mésomorphe, l'état de la
matière qui possède simultanément les propriétés du solide
cristallin (anisotropie spatiale des propriétés physiques) et
celles des liquides (fluidité, coalescence des gouttes par
contact).
Cet état peut être obtenu de deux façons :
- pour les corps purs, la seule façon est de faire varier la
température. La phase mésomorphe existe entre deux
températures caractéristiques : ce sont les cristaux liquides
thermotropes.
- pour les corps en solution, le paramètre concentration vient
s'ajouter à la température : ce sont les cristaux liquides
lyotropes.
Pour les applications qui nous intéressent, nous nous limiterons
aux cristaux liquides thermotropes. Suivant la forme des
molécules constituant les thermotropes, on distingue trois
grandes catégories :
A les calamitiques : molécules de forme allongée Figure C-1.1.3.2
sensiblement rectiligne. Différentes phases des cristaux liquides calamitiques
B les cristaux plastiques : molécules sphériques.
C les disquotiques : molécules en forme de disques. 2 Cholestériques
Les cristaux liquides utilisés pour des applications afficheurs, Ces cristaux liquides cholestériques ressemblent aux cristaux
display et vitrage font partie de la famille des cristaux liquides liquides nématiques mais présentent une distorsion hélicoïdale
calamitiques. Cette famille de cristaux liquides est à grande distance. Les centres de gravité des molécules n'ont
généralement divisée en trois phases, nématiques, pas d'ordre à grande distance et l'orientation moléculaire est en
cholestériques et Smectiques (figure C-1.1.3.2). moyenne parallèle à une direction . Mais cette direction n'est
pas constante dans l'espace. La structure est donc périodique.
1 Nématiques
Le signe du pas p permet de distinguer les hélices droites des
La structure de la phase nématique est représentée sur la
hélices gauches. Le pas p dépend du cristal liquide et de la
figure C-1.1.3.2. Les centres de gravité des molécules sont
température.
répartis aléatoirement, comme dans un liquide ordinaire, mais
les molécules sont parallèles entre elles. 3 Smectiques
Cette direction commune d'alignement est appelée directeur Les cristaux liquides smectiques sont caractérisés par une
du cristal liquide. On peut distinguer les deux sens + et - et structure stratifiée ; les centres de gravité des molécules
théoriquement, la direction peut être quelconque ; mais en répartis dans des plans parallèles et équidistants. Suivant
pratique des forces très faibles telles que celles qu'imposent l'arrangement des molécules dans ces couches, on distingue
les parois du contenant suffisent pour déterminer la direction trois types principaux de cristaux liquides smectiques :
d'alignement. Cette phase nématique n'existe qu'avec des - smectique A pour lesquels les molécules sont
molécules non chirales (c'est-à-dire identiques à leur image perpendiculaires aux couches
dans un miroir). - smectique C pour lesquels les molécules font un angle w
avec la perpendiculaire des couches
- smectiques B et H qui sont des smectiques A et C pour
lesquels il existe une périodicité des centres de gravité des
molécules à l'intérieur des couches.
Pour des applications en grande surface, on parle généralement de 4.2 Absorption de la lumière (Effet Guest-Host)
cristaux liquides dispersés (PDLC, Polymer-Dispersed Liquid L'effet "guest-host" relié au champ électrique contrôle l'absorption
Cristal) et des cristaux liquides encapsulés (NCAP, Nematic de molécules de colorant dichroïques dissoutes dans les cristaux
Curvilinear Aligned Phase). Ces systèmes sont issus de cristaux liquides. Les molécules de colorants dichroïques ont un axe
liquides nématiques enfermés dans des microcavités. Les PDLC et d'absorption. La lumière polarisée est fortement absorbée le long de
les NCAP ont des caractéristiques très semblables, mais sont définis cet axe, tandis que la lumière polarisée perpendiculairement à cet
différemment dans la littératures des brevets par leur mode de axe est très faiblement absorbée. L'absorption des molécules de
préparation. Les films NCAP sont préparés à partir d'une émulsion, colorants dichroïques dépend de l'orientation, de la polarisation et
tandis que les films PDLC sont issus d'une solution isotrope qui de la direction de propagation de la lumière.
forme des phases séparées pendant le séchage.
Les colorants dichroïques sont solubles dans de nombreux cristaux
4 Effets électrooptiques des cristaux liquides liquides à faible concentration. Les molécules alignent généralement
Un grand nombre d'effets électrooptiques sont utilisés par les leur axe de structure avec l'axe des molécules de cristaux liquides.
cristaux liquides : Comme l'absorption des molécules de colorant dépend de leur
- diffusion de la lumière orientation, l'absorption des systèmes "guest-host" peut être
- absorption de la lumière. contrôlée par le champ électrique. Les effets de "guest-host" sont
observés avec les cristaux liquides nématiques, smectiques et
4.1 Diffusion de la lumière
cholestériques. Quelques systèmes "guest-host" requièrent un
Sans application de champ électrique, les gouttelettes de cristaux polariseur, d'autres non.
liquides nématiques ont une orientation aléatoire dans le polymère et
la lumière qui traversent le film est diffusée. A partir d'une tension de Les systèmes à cristaux liquides sont toujours montés dans des
seuil Vs, les gouttelettes de cristaux liquides s'orientent suivant les verres feuilletés et sont composés d'une couche active prise entre
lignes de champ et permettent la transparence (Figure C-1.1.3.3). deux conducteurs électroniques transparents de type ITO (Indium
Tin Oxyde). On distingue deux grandes familles de produits ; les
Les tensions électriques alternatives appliquées sont d'environ NCAP (Nematic Curvilinear Aligned Phase) et les PDLC (Polymer-
100 V. Les courbes spectrales de transmission Dispersed Liquid Cristal). Ces matériaux permettent de passer d'un
normale/hémisphérique pour les deux états sont donnés figure C- état transparent à diffusant par application d'une tension électrique
1.1.3.4. La transmission normale/hémisphérique est plus importante d'environ 100 Volts en courant alternatif. Le temps de réponse est de
lorsque la tension électrique est appliquée. L'épaisseur de la l'ordre de 100 ms. La consommation électrique est d'environ
couche de cristaux liquides influence la vision angulaire à travers ce 20W/m². Il n'existe pas d'effet mémoire sur ce type de vitrage,
type de vitrage. En effet, plus la couche active est épaisse, plus lorsque la tension électrique n'est plus appliquée, le système
l'angle de vision se réduit. retrouve sont état diffusant.

1.0

0.8 Circuit ouvert


120 Volts
(a) Sans champ électrique
Transmission n/h

0.6

0.4

0.2

0.0
0 500 1000 1500 2000 2500
Longueur d'onde (nm)

Figure C-1.1.3.4 - Spectre de transmission n/h


Verre d’un système à cristaux liquides entre diffusant et transparent.
Cristaux
Electrode
liquides 1.0
transparente Circuit ouvert Hém isphérique
120 Volts AC Diffus

(b) Avec champ électrique 0.8 Direct

0.6
Transmission

0.4

0.2

0.0

500 1000 1500 2000 2500

V Longueur d’onde (nm)

Figure C-1.1.3.3 - Principe des films NCAP et PDLC Figure C-1.1.3.5 - Spectre de transmission d’un système PDLC
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-1.1.3

Vitrage simple - Cristaux liquides (suite)

Le tableau C-1.1.3.2 ci-dessous présente les caractéristiques


optiques d'un vitrage PDLC. Les courbes spectrales de
transmission normale/hémisphérique, normale/directe et
normale/diffuse pour des tensions appliquées de 0 et 100 Volts sont
données figure C-1.1.3.5.

Tableau C-1.1.3.2 - Caractéristiques optiques d'un système PDLC. (feuilleté de deux verres de 3 mm).
PDLC τv (%) τe (%) ρv (%) ρe (%)
120 Volts 0 Volt 120 Volts 0 Volt 120 Volts 0 Volt 120 Volts 0 Volt
76 48 77 53 18 27 14 20

Les spectres de transmission en fonction de la tension appliquée


montrent que la totalité de la transmission est diffuse lorsque la
tension est nulle, alors que la transmission est directe pour une
tension de 120 V a.c.
Le tableau C-1.1.3.3 présente les caractéristiques du produit Priva-
Lite commercialisé par la société Saint-Roch (Filiale du groupe
Saint Gobain).

Tableau C-1.1.3.3 - Caractéristiques thermo-optiques du produit Saint Gobain (Priva-Lite)


Simple vitrage Double vitrage
ON OFF ON OFF
τv (%) 78 48 69 40
ρv (%) 14 14 19 20
Facteur U / / 2,80 2.80
Diffus (%) 6 100 6 100
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-1.2.1

Performance Énergétique des Éléments transparents Vitrage isolant- double vitrage

Le double vitrage est composé de deux produits de base : un


verre et une lame de gaz. Les combinaisons multiples de ces
deux produits permet de faire varier le facteur U en limitant les Extérieur Intérieur
échanges par rayonnement (ε des verres) et par convection
(nature des gaz et épaisseur).

ε1 ε2

Figure C-1.2.1.1
ε3 ε4
Représentation schématique d'un double vitrage

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%) R dB(A)
(W/m²K)
v e v e v e v e Route Rose
0,84-0,05 0,84-0,05 25-66 2,8-1,1
20-75 15-55 7-40 8-45 7-40 8-45 10-60 10-60 28-40 33-46
Tableau C-1.2.1.1 - Caractéristiques thermo-optiques et acoustiques d’un double vitrage à base de verre clair de 4 mm
v : lumineux - e : énergétique

La figure C-1.2.1.2 présente la variation du facteur U au centre 4.5


du vitrage en fonction de l'épaisseur de la lame de gaz (ici de
l'air). Cette courbe présente un minimum pour une épaisseur de
4.0
14 mm.
U (W/m²K)

3.5

3.0

Figure C-1.2.1.2 - Évolution du facteur U


en fonction de l'épaisseur de la lame d'air 2.5
0 5 10 15 20 25 30
Epaisseur (mm)

La figure C-1.2.1.3 donne la variation du facteur U au centre du gaz du verre intérieur ε3 à 0,05 et on fait varier l'émissivité de la
double vitrage en fonction des émissivité de surface des verres. face coté gaz du verre extérieur ε2 de 0,84 à 0,05. Dans ces
Il est rappelé que la position respectivement en face 2 ou en conditions, le facteur U au centre du double vitrage n'évolue
face 3 de la couche faiblement émissive n'affecte pas la valeur que de 1,65 W/m²K à 1,59 W/m²K.
de U mais modifie le facteur solaire du vitrage.
Dans la première partie de la courbe, on fixe l'émissivité de la
face coté gaz du verre extérieur à ε2=0,84 et on fait varier Vitrage 4mm /air 12 mm / 4
l'émissivité ε3 de la face coté gaz du verre intérieur de 0,84 à 3.0
0,05. Le facteur U varie de 2,8 W/(m²K) à 1,65 W/(m²K). Dans la
2.8
seconde partie de la courbe, on fixe l'émissivité de la face coté
2.6 ε2=0.84 ε3=0.05
0.84>ε3>0.05 0.84>ε2>0.05
2.4
U (W/m²K)

2.2
2.0
1.8
1.6
Figure C-1.2.1.3 1.4
Évolution du facteur U en fonction 5 10 15 25 30 35 40
des émissivités des deux verres. 1/ε2 +1/ε3 -1
Le tableau C-1-2.1.2 résume les variations du facteur U au centre du vitrage en fonction de la nature du gaz et des émissivités corrigées des
faces internes du double vitrage.

Tableau C-1.2.1.2 - Facteur U au centre d'un double vitrage en fonction de la nature du gaz et de l'émissivité
Ug (W/(m²K)) Ug (W/(m²K))
Vitrage 4/12/4 mm
ε2=ε3=0,84 ε2=ε3=0,05
Air 2,8 1,7
Argon 2,7 1,4
Krypton 2,6 1,2
Air (44%)
Argon (22%) 2,7 1,5
Krypton (34%)

Tableau C-1.2.1.3 : Caractéristiques acoustiques du vitrage double

Épaisseur Poids RRoute RRose RRoute,fenêtre


(kg/m²) (dB(A) (dB(A) (dB(A)
Type (mm)
4/6/4 14 25 28 33 28-33
4/6/8 18 30 29 33 29-34
4/6/10 20 35 31 35 31-35
9/6/8 23 41 35 39 35-38
9/12/10 31 46 37 42 37-40
11/20/9 40 48 40 46 40-43

Tableau C-1.2.1.4 : Caractéristiques acoustiques du vitrage double avec feuilleté

Épaisseur Poids RRoute RRose RRoute,fenêtre


Type (mm) (kg/m²) (dB(A) (dB(A) (dB(A)
4/6/33.1 25,4 30 34 30-33
4/6/44.2 30,8 30 34 30-33
4/6/55.2 35,8 33 37 33-35
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-1.2.2

Performance Énergétique des Éléments transparents Vitrage isolant- triple vitrage verre

Comme dans le cas des doubles vitrage, la diminution du facteur


Extérieur Intérieur
U peut être obtenue en limitant le rayonnement (ε) et la
convection (épaisseur et nature de la lame de gaz).

ε1 ε2 ε5 ε6
Figure C-1.2.2.1 ε3 ε4
Représentation schématique
d'un triple vitrage

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε2-ε3 ε4-ε5 g (%)
(W/m²K)
v e v e v e v e
0,84-0,05 0,84-0,05 25-60 1,9-0,6
20-75 15-55 7-40 8-45 7-40 8-45 10-60 10-60
Tableau C-1.2.2.1 - Caractéristiques thermo-optiques d’un triple vitrage à base de verre clair de 4 mm
v : lumineux - e : énergétique

4.0

3.5

3.0

U (W/m ²K)
2.5

2.0

1.5
5
10
5 15
10
15 20
Epaisseur lame 1 (mm) Epaisseur lame 2 (mm)
20

Figure C-1.2.2.2 - Représentation 3D de l'influence de l'épaisseur des lames d'air dans le cas d'un triple vitrage
La figure C-1.2.2.3 présente l'évolution du facteur U au centre du On remarque dans cette courbe deux parties ou le facteur U, au
triple vitrage en fonction de l'émissivité des différents verres. Le centre du triple vitrage, décroît rapidement. Ces deux parties
triple vitrage étudié se compose de trois feuilles de verres de 4 mm correspondent à la variation de l'émissivité de 0,84 à 0,05 d'un verre
séparées par une lame d'aie de 12 mm d'épaisseur. La variation du dans uns des deux lames d'air. Comme pour un double vitrage, la
facteur U au centre du vitrage en fonction de l'épaisseur de lame variation de l'émissivité du deuxième verre de la même lame de gaz
d'air est présenté sur la figure C-1.2.2.2. Comme dans le cas du a peu d'effet sur la réduction du facteur U.
double vitrage, on fixe dans un premier temps les émissivités des
faces des verres les plus éloignés de la surface extérieure et on fait
varier l'émissivité du verre intérieur.

2.0

1.8 ε 3 , ε 4 , ε 5 =0.84 ε 2 =0.05


0.84< ε 2 <0.05 ε 4 , ε 5 =0.84
0.84< ε 3 <0.05 ε 2 , ε 3 =0.05
1.6
ε 5 =0.84
U (W /m²K)

0.84< ε 4 <0.05

1.4

ε 2 , ε 3 , ε 4 =0.05
1.2
0.84< ε 5 <0.05

1.0

0.8
0 10 20 30 40 50 60 70

1/ε2 + 1/ε3 + 1/ε4 + 1/ε5 - 1

Figure C-1.2.2.3 - Évolution du facteur U en fonction des émissivités des verres

Le facteur U, dans le cas d'un triple vitrage, peut être inférieur à la


valeur de 1,0 W/m²K si les émissivités des verres constituants le
triple vitrage sont faibles comme le montre le tableau C-1.2.2.2

U (W/m²K) U (W/m²K)
Vitrage 4/12/4/12/4 mm
ε2 = ε3 = ε4 = ε5 = 0,84 ε2 = ε3 = ε4 = ε5 = 0,05
Air 1,9 0,9
Argon 1,8 0,7
Krypton 1,7 0,6
Air (44%)
Argon (22%) 1,8 0,7
Krypton (34%)

Tableau C-1.2.2.2 - Facteur U au centre d'un vitrage en fonction de la nature du gaz et de l'émissivité
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-1.2.3

Performance Énergétique des Éléments transparents Vitrage isolant- double vitrage + films tendus

Pour les doubles vitrages à films tendus comme dans le cas des
doubles vitrage, la diminution du facteur U peut être obtenue en
limitant le rayonnement (ε) et la convection (épaisseur et nature Extérieure Intérieure
de la lame de gaz). L'avantage de ce système est de pouvoir
obtenir des caractéristiques thermiques équivalentes à celles
d'un triple vitrage en conservant l'encombrement et le poids
d'un double vitrage. Il existe également des systèmes à deux
films tendus dans le double vitrage.
Dans ce type de montage, les couches basses émissivités sont
généralement placées sur le film tendu. La figure 1-2.3.1
présente le schéma d'un film tendu dans un double vitrage
symétrique (les épaisseurs de lames de gaz sont identiques).

Figure C-1.2.3.1
Représentation schématique
d'un double vitrage à films tendus

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%) R dB(A)
(W/m²K)
v e v e v e v e Route Rose
0,84-0,05 0,84-0,05 25-80 2,9-0,7
40-85 20-75 8-40 8-35 8-40 8-35 35-50 12-70 28 33

Tableau C-1.2.3.1 - Caractéristiques thermo-optiques et acoustiques du vitrage à films tendus


v : lumineux - e : énergétique

Caractéristiques Caractéristiques
Type Facteur solaire g U
lumineuses (%) énergétiques (%)
(%) (W/m²K)
τ ρ1 τ ρ1 α
4/15/4 Standard 85 8 74 8 18 79 2,9
4/15/4 1 film 38-71 18-41 19-48 8-10 42-73 26-53 1,5-1,2
4/7/3/7/4 2 films Krypton 64 20 32 33 12 44 0,7

Tableau C-1.2.3.2 - Caractéristiques thermo-optiques de double vitrage à films tendus

Pour obtenir des facteurs U inférieurs à 1 W/m²K, deux films


minces recouverts de couche basse émissivités peuvent être
insérés entre les deux verres.
Ce produit n'est pas très développé en France, mais en Europe,
on trouve de nombreuses réalisations soit au Nord (Finlande),
soit dans le sud (Espagne et Italie). Ce procédé est trop jeune
pour que l'on puisse connaître le comportement à long terme
des films tendus dans le double vitrage.
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-1.2.4

Performance Énergétique des Éléments transparents Vitrage isolant transparents

Les vitrages isolants transparents peuvent être classés en quatre


catégories ; les absorbeurs verticaux, les absorbeurs horizontaux,
les structures à cavités et les quasi homogènes (Figure C-1-2.4.1).
- Les absorbeurs horizontaux sont des verres feuilletés et des
Absorbeur horizontal
verres recouverts de films qui ont pour but soit de diffuser la
lumière, soit de réduire les apports énergétiques du rayonnement
solaire. Les films "solaires" ne modifient que très peu la
transmission thermique des vitrages (sauf dans le cas des films
basse émissivité). En revanche, leur absorption énergétique
entraîne un échauffement du substrat.- Absorbeur vertical
Les absorbeurs verticaux correspondent à des doubles vitrages
où la lame d'air est remplacée par des matériaux tubulaires en Lamelles parallèles
produit de synthèse. Leurs épaisseurs varient de 30 mm à 100 Nids d'abeilles
Tubes capillaires
mm.-
Les structures à cavités sont assez rigides (excepté pour les
mousses) pour ne pas être prises entre deux feuilles de verre.
Elles sont généralement en polycarbonate. Leurs épaisseurs
varient de 8 mm à 60 mm.-
Structures à cavités
Les systèmes quasi homogènes sont des verres feuilletés
contenant des fibres pour diffuser la lumière. Multiparois nervurés
Mousse

Quasi homogène
Fibres de verre
Figure C-1.2.4.1 - Classification géométrique
des isolants transparents

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%) R dB(A)
(W/m²K)
v- e v e v e v e Route Rose
0,84 0,84 25-80 2,9-0,7
14-85 15-80 5-25 2-25 2-25 5-25 10-50 10-50 / /

Tableau C-1.2.4.1 - Caractéristiques thermo-optiques et acoustiques du vitrage isolant transparent


v : lumineux - e : énergétique

Le tableau C-1.2.4.1 présente les variations des caractéristiques


optiques de transmission énergétique des absorbeurs
horizontaux, verticaux et quasi homogènes en fonction de
l'angle d'incidence. La transmission normale/normale est
quasiment égale à 100% dans le cas d'un absorbeur vertical, et
elle décroît à 68% pour une incidence de 60°.

Absorbeur horizontal Absorbeur vertical Quasi homogène


Angle d’incidence
(°) (%) (%) (%)

0 85 95 80
15 85 89 80
30 85 85 78
45 80 78 75
60 68 68 68
75 39 46 56
Tableau C-1.2.4.2 - Caractéristiques optiques de transmission énergétique des absorbeurs
Le tableau C-1.2.4.3 présente différentes compositions chimiques
pour les absorbeurs verticaux constitués de tubes cylindriques de
différents diamètres. Sur des structures de ce type, l'angle
d'incidence pour la mesure et le calcul des facteurs de transmission
lumineux et énergétiques est important.

Densité Diamètre de cellules Température maximum


Matière
(kg/m3) (mm) (°C)
Polyméthyle méthacrylate PMMA 31 3 90-105
Polycarbonate PC 30 3 120
Pyloéthylène 18 3 160
Polytétrafluoréthylène 48 3 150
Polyestercarnonate 30 3 175
Polyesthersulfone PES 36 3 215
Polycarbonate PC 36 4.2 120

Tableau C-1.2.4.3 - Caractéristiques physiques des structures capillaires.

Les structures à cavités sont généralement des produits à base de


polycarbonate dont l'épaisseur peut varier de 8 à 60 mm pour un
nombre de parois variant de 2 à 5. Un exemple de transmission
lumineuse et énergétique est donné tableau C-1.2.4.4.

Type (16 mm)


(%) (%) (%)
Triple paroi
Transparent 76 82 23
Blanc opale 48 71 21
Bronze 35 55 14
Tableau C-1.2.4.4 - Facteur de transmission et de réflexion pour une structure de 16 mm d'épaisseur en 3 parois.
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-1.3

Performance Énergétique des Éléments transparents Vitrage Chauffant

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%) R dB(A)
(W/m²K)
v e v e v e v e Route Rose
0,05 0,10 51 1,1 à 1,6
69 44 16 27 / / 15 28 26 30

Tableau C-1.3.1 - Caractéristiques thermo-optiques et acoustiques du vitrage chauffant


v : lumineux - e : énergétique

Le double vitrage chauffant est généralement constitué d'un


double vitrage dont un des verres est recouvert d'une ou de
plusieurs couches d'oxydes. La couche chauffante est placée
sur le verre intérieur. Traversée par un courant électrique, cette
couche métallique s'échauffe par effet Joule. Par conduction la
température du verre interne augmente et le verre rayonne vers Intérieur
Extérieur
l'intérieur, mais aussi vers l'extérieur. Pour cette raison une
couche réfléchissante au rayonnement infrarouge peut être
déposée sur la face interne du verre extérieur pour renvoyer
cette énergie vers l'intérieur.
Ce type de solution permet d'éviter les parois froides et les
risques de condensations sur les vitrages qui leurs sont
associés. A notre connaissance, deux types de solutions sont
envisagés : la première avec une seule couche basse émissivité
sur le verre intérieur et une circulation d'air. La couche basse Source de chaleur
émissivité chauffée par le passage d'une tension électrique
permet de réchauffée l'air qui pénètre dans la pièce (ce système
nécessite une ventilation forcée car en cas d'inversion de Figure C-1.3.1 - Schéma de principe de la fenêtre chauffante.
température entre l'intérieur et l'extérieur, le sens du flux d'air est
inversé). Dans ce type de solution, le bâti de la fenêtre est
spécifique à cause de l'écoulement d'air. La seconde solution,
avec deux couches d'oxydes métalliques, s'intègre comme un
double vitrage classique. La seule contrainte est la possibilité
de réaliser une amenée de courant dans le châssis de la fenêtre
ou de la baie vitrée. Concernant les caractéristiques électriques
pour les deux solutions, nous avons peu de données. Les
puissances maximales dissipées peuvent varier de 250 à 600
W/m². Les données optiques de ce type de vitrage (transmission
lumineuse et énergétique) sont fonction du type de couches
métalliques déposées sur les verres ainsi que le nombre de
couches.
Le principal intérêt des vitrages chauffants est l'amélioration du
confort thermique, particulièrement sensible dans les locaux
comportant de grandes surfaces vitrées (vérandas par
exemple). En termes énergétiques, l'intérêt est plus limité. Si le
coefficient U du produit utilisé de manière passive (non
chauffant) est très bas, sa valeur résultante en fonctionnement
s'accroît notablement, du fait de la proximité de la surface
chauffante de l'ambiance extérieure. De plus, les échanges
convectifs et radiatifs sont accrus dans le vitrage en mode
chauffage, et les déperditions finales équivalent à celles de
vitrages plus classiques.
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-1.4

Performance Énergétique des Éléments transparents Vitrage Organique


A la différence du verre, il s'agit de matériaux de synthèse issus
de la chimie organique. Cette différence leur confère un certain
nombre de propriétés qui, par rapport à celles du verre,
constituent soit des avantages, soit des inconvénients. Il existe
deux grandes familles de produits les polycarbonates (PC) et
les polyméthacrylates (PMMA)

Figure C-1.4.1 - Représentation


schématique de différents

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%) R dB(A)
(W/m²K)
v e v e v e v e Route Rose
0,84 0,84 0,7-0,4 2,9
74-22 / / / / / / / 20 20
Tableau C-1.4.1 - Caractéristiques thermo-optiques et acoustiques d'un vitrage organique triple parois
v : lumineux - e : énergétique

 Caractéristiques physiques  Caractéristiques thermiques


Parmi les avantages, on peut citer la non fragilité au choc (les Ces produits se caractérisent par une forte dilatation thermique
polycarbonates sont pratiquement incassables), la légèreté et la et par une sensibilité à la température, du point de vue des
résistance mécanique. Parmi les inconvénients, on note surtout déformations sous charge.
la faible dureté de surface qui conduit à une sensibilité certaine - Coefficient de dilatation : 6,5 à 7 10-5 (soit 7 à 8 fois celui du
à la rayure, à l'abrasion et à la combustibilité. Alors que le verre verre)
présente une inertie chimique quasi absolue (seuls les bases Température de fléchissement sous charge (ASTM D 648) :
fortes et l'acide fluorhydrique l'attaquent) ; les polyméthacrylates - PMMA 90 à 100 °C
et les polycarbonates sont attaqués par un certain nombre de - PC 135 à 140 °C
produits chimiques, parmi lesquels des solvants, des acides et Température maximale d'utilisation :
des bases. Ces produits existent sous plusieurs formes : - PMMA : 80 °C
plaques planes ou ondulées et plaques nervurées de deux à six - PC : 120°C
parois. Les plaques peuvent être également teintées ou Au niveau de la transmission thermique, ils présentent tous un
opalines. coefficient de conductivité thermique λ de 0.19 à 0.21 W/m.K,
soit environ 5 fois plus faible que le verre. Quand ils sont utilisés
en paroi simple, la faible valeur de ce coefficient ne leur confère
pas un avantage déterminant par rapport au verre, le coefficient
U se trouvant seulement amélioré de 10% environ.

 Propriétés mécaniques
Caractéristiques à 20°C PMMA PC
Résistance à la traction (daN/mm²) 500 - 800 560 – 700
Allongement de rupture (%) 2 - 10 60 – 130
Module d’élasticité en traction (daN/cm²) 260 – 320 210 – 250
Températures limites d’utilisation (°C) 80 120
Masse volumique(kg/dm3) 1.17 – 1.20 1.20
Résistance au choc Moyenne Excellente
Tableau C-1.4.2

 Caractéristiques optiques épaisseurs et de différentes teintes. Ce type de produits est


Le tableau C-1.4.3 présente des caractéristiques lumineuses et généralement disponible soit transparent (incolore, bronze bleu
thermiques de produits organiques structurés de différentes ou vert) soit diffusant (opalin).

Épaisseur Nombre de Poids apparent Caractéristiques lumineuses (%) U


(mm) parois (g/m²) Plaque Plaque blanc (W/m²K)
Plaque bronze
transparente opale
6 2 1300 82 35 58 3,5
8 2 1500 82 35 54 3,3
10 2 1700 81 35 48 3,0
10 3 2000 73 35 48 2,7
16 2 3000 77 35 48 2,9
16 3 2800 76 35 48 2,4
16 4 3000 71 35 48 2,15
20 5 3300 64 / / 1,8

Tableau C-1.4.3 - Caractéristiques thermo-optiques de plaque


Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-1.5

Performance Énergétique des Éléments transparents Produits en polyester renforcé verre (PRV)

Ces produits sont composés de résines polyester avec  Caractéristiques thermiques


adjuvants, et renforcements en fibres de verre sous forme de Leur coefficient de dilatation est relativement faible : 8 à 20 10-
tissus ou mats, non tissés, fils broyés… 6 /K selon le pourcentage de fibres.
Il existe de très nombreuses formulations. La conductivité thermique de ces produits est de l'ordre de 0,3
Les applications bâtiment sont principalement en bardage ou W/m.K
en couverture, opaque ou translucide, en simple ou double Leur transmission lumineuse est faible.
paroi, sous forme de tôle plastique plane nervurée ou ondulée,
Sauf compositions spécifiques, leur température maximale
opaque ou translucide.
d'utilisation est de 80°C-
Ils peuvent également être utilisés pour la fabrication de portes
Le rayonnement solaire et la chaleur contribuent au
et de châssis de fenêtres,
jaunissement et à la perte de transmission lumineuse des
ainsi que pour de très nombreux produits industriels. éléments translucides, et limitent leur durée de vie.
Certains de ces inconvénients peuvent être réduits par une
 Caractéristiques physiques couche de surface avec ou sans renforcement superficiel, ou un
Leur résistance mécanique est bonne. Ils sont peu fragiles au gel-coat, ou une couche de finition appliquée ultérieurement, ou
choc. encore une feuille thermoplastique.
Ils sont résistants aux acides, mais sont attaqués par les bases L'ensemble des caractéristiques mécaniques et optiques
et les solvants. dépend très largement du rapport résine-fibres de verre, ainsi
que des traitements de surface.
Leur résistance au feu est médiocre.
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-1.6

Performance Énergétique des Éléments transparents Éléments de remplissage vitrés opaques

Éléments de remplissage :
Ces éléments sont un cas particulier des EdR (éléments de Ces éléments sont normalement conçus pour être pris en
remplissage) des façades rideau. Leur mise en œuvre est feuillure. Certains panneaux spécifiques développés par les
proche de celle des produits verriers. fabricants d'EdR en association avec les gammistes aluminium
Ils constituent un sandwich composé de deux peaux collées sur sont destinés aux façades VEP et VEC.
un cadre rigide en bois ou assemblées par un cadre métallique
et comportant une âme isolante d'au moins 25 mm:
- peau extérieure :
glace émaillée trempée
glace trempée traitée réfléchissante
- isolant thermique :
polystyrène expansé
polystyrène extrudé
mousse rigide en PVC
mousse rigide polyuréthane
laine minérale
- peau intérieure
tôle en acier galvanisé
tôle en aluminium anodisé ou prélaqué

Parties opaques pour les façades VEC :

Il s'agit ici plus précisément d'une double peau, comportant : Les vitrages utilisables pour les éléments opaques des façades
- un vitrage simple ou parfois isolant en peau extérieure, collé VEC sont des verres trempés ou durcis de 6 ou 8 mm, pouvant
sur la structure secondaire être opacifiés ou émaillés réfléchissants.
- une lame d'air ventilée ( voir fiches produits P-1.5 et P-1.6)
- un élément de remplissage (EdR) ou un panneau isolant en
laine minérale
- inséré dans un caisson en tôle, ou une paroi béton.
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-2

Performance Énergétique des Éléments transparents Survitrages

Un survitrage est un châssis rapporté sur le vantail d'une fenêtre La fenêtre existante doit pouvoir supporter le poids du
existante. survitrage (12 à 15 kg/m²).
Il est constitué d'un cadre rigide en métal ou PVC enchâssant Cette technique de réhabilitation n'est actuellement plus très
une vitre, et ménageant par rapport au vitrage existant une lame fréquemment utilisée.
d'air de 1 à 4 cm. L'étanchéité à l'air est assurée par un joint
entre le cadre et l'ouvrant de la fenêtre qui est comprimé lorsque
Les performances thermiques sont analogues à celle d'un
le survitrage est fermé.
double vitrage classique de même épaisseur.
L'étanchéité à la vapeur d'eau du joint périphérique étant
généralement imparfaite, le survitrage doit être aisément
démontable pour essuyer les condensations pouvant apparaître
sur la vitre extérieure.
Les survitrages ouvrants sont articulés au moyen de paumelles
ou charnières placées du côté des paumelles de la fenêtre.

Survitrage ouvrant
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-3

Performance Énergétique des Éléments transparents Menuiseries

Dans la plupart des cas, des parties opaques, indispensables à


la tenue mécanique et à l'assemblage des éléments
transparents, sont associées à ces éléments et font partie
intégrante de la paroi transparente. L'ensemble de ces
éléments opaques est connu sous le nom de "menuiserie ".

Le matériau constituant d'une menuiserie doit répondre à


différents critères :
- esthétiques
- économiques
- mécaniques
- de durabilité
- thermiques et acoustiques
- de santé

Parmi les matériaux les plus répandus sur le marché on cite:


- le métal (Aluminium, Acier)
- les matériaux plastiques extrudés (PVC, ...)
- le bois massif
A ne pas oublier les menuiseries mixtes qui peuvent être
constituées de deux ou plusieurs de ces matériaux.
(menuiseries bois-alu, etc.).
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-3.1

Performance Énergétique des Éléments transparents Menuiserie bois


Ce sont des profilés en bois massif qui ont de bonnes Les fenêtres en bois occupent 32 % de la part du marché en
performances thermiques (λbois < 0.2 W/m.K). Cependant ils constructions neuves et 28 % en réhabilitation.
nécessitent un entretien permanent et sont plus fragiles vis à vis
des agressions extérieures.

Performances thermiques :
Les menuiseries bois sont caractérisées par leur coefficient de
transmission thermique surfacique Uf [W/(m².K)].
Celui-ci dépend de l'épaisseur de la menuiserie, et de l'essence
utilisée qui conditionne la conductivité thermique utile du bois :
- 0,13 W/(m.K) pour les essences très légères (sapin) ,
230 ≤ ρs < 500 kg/m3
- 0,15 W/(m.K) pour les essences légères (pin) ,
500 ≤ ρs < 650 kg/m3
- 0,18 W/(m.K) pour les essences mi-lourdes (bouleau)
650 ≤ ρs < 700 kg/m3
- 0,23 W/(m.K) pour les essences très lourdes (chêne),
700 ≤ ρs

Conductivité Épaisseur moyenne de la menuiserie


thermique utile
34 à 40 mm 40 à 50 mm 50 60 mm 60 à 80 mm
(W/m.K)
0,13 2,3 2,1 1,9 1,8
0,15 2,5 2,3 2,1 2,0
0,18 2,7 2,5 2,3 2,1
0,23 3,2 3,0 2,8 2,6
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-3.2

Performance Énergétique des Éléments transparents Menuiserie PVC

Elle est fabriquée par extrusion en continu et son pouvoir isolant Cependant ces renforts métalliques indispensables pour les
ne nécessite aucune opération en post-extrusion. En effet ces performances mécaniques des profilés viennent dégrader ses
profilés sont constitués de parois minces en PVC séparées par performances thermiques, l'ampleur de leur impact étant
une multitude de chambres d'air. fonction de la position et de la forme du renfort.
Un des inconvénients du PVC est sa faible résistance mécanique Les fenêtres PVC occupent 37 % de la part du marché en
par rapport à l'aluminium ou l'acier. Pour remédier à cet constructions neuves et 59 % en réhabilitation.
inconvénient les concepteurs prévoient des renforts métalliques
dans les chambres d'air dans le but de rigidifier le profilé.

Performances thermiques :
Les menuiseries PVC sont caractérisées par leur coefficient de Les coefficients de transmission thermiques surfaciques Um
transmission thermique surfacique Uf [W/(m².K)]. des menuiseries PVC actuelles sont compris entre 1,5 et
2,5 W/m².K.
La performance dépend du nombre de chambres dans
l'épaisseur, et de la présence éventuelle de renforts métalliques.
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-3.3

Performance Énergétique des Éléments transparents Menuiserie aluminium


Parmi les menuiseries métalliques, la menuiserie aluminium est Une coupure thermique se réalise généralement par
majoritaire sur le marché; elle concerne aussi bien le logement incorporation de barrettes de faible conductivité thermique entre
que le tertiaire. les deux profilés extérieur et intérieur de la menuiserie.
On distingue deux types de menuiseries aluminium : avec et Il existe deux types de barrettes à coupure thermique:
sans rupture de pont thermique. - Les barrettes fines (polyamide ou PVC) (épaisseur d'environ
A l'origine, les profilés métalliques étaient tous sans coupure 2 mm) serties dans les profilés.
thermique ce qui donnait lieu à des phénomènes parasitaires de - Les barrettes de résine (polyuréthanne) coulées entre les
condensation superficielle. Une condensation non seulement deux profilés. Ce système est beaucoup moins fréquent que
gênante pour les occupants des locaux, mais à même, dans le premier.
certains cas d'occasionner des désordres dans l'ouvrage. La menuiserie métallique en général n'occupe actuellement que
près de 28 % du marché de la fenêtre en constructions neuves
Outre les risques de condensation, ces profilés, par leur et 13 % en réhabilitation.
coefficient de transmission élevé, sont responsables de
déperditions thermiques conséquentes à travers la baie. La quasi-totalité des façades légères est, par contre, fabriquée
à base de profilés métalliques.
Entre-temps le vitrage a subi des évolutions fort intéressantes où
ses performances thermiques ont été multipliées par quatre.
Ces changements ont placé la menuiserie dans le collimateur
ce qui a mobilisé les concepteurs gammistes autour du concept
de la coupure thermique.

Performances thermiques :
Pour les menuiseries métalliques sans coupure thermique, on Exemples de valeurs de coefficients Uf (menuiserie à rupture de
considère un coefficient de transmission thermique surfacique pont thermique) :
Uf compris entre 7 et 8 W/m².K .
Fenêtre à la française :
Les performances des profilés à coupure thermique sont Montants Uf1 = 3,4 W/(m2.K)
également exprimées en termes de coefficient de transmission
thermique surfacique, en accord avec la méthode de calcul des Traverses Uf2 = 3,4 W/(m2.K)
règles Th-U. Sur une même fenêtre, les différents éléments
constitutifs de la menuiserie peuvent avoir des coefficients Uf Noeud central Uf3 = 3,7 W/(m2.K)
très différents les un des autres, en fonction de leurs reliefs Fenêtre coulissante :
(influence des longueurs développées extérieure et intérieure) Montants Uf1 = 4,9 W/(m2.K)
et de leurs dimensions, ainsi que de l'efficacité réelle de la
coupure thermique. Traverses Uf2 = 4,9 W/(m2.K)
Le cas le plus défavorable est celui des montants et traverses Noeud central Uf3 = 4,5 W/(m2.K)
des fenêtres et portes-fenêtres coulissantes, qui présentent des
développés importants.
Vis-à-vis des risques de condensations, la présence de grands Les coefficients de transmission thermiques surfaciques
développés extérieurs est un facteur défavorable, les moyens Uf des menuiseries aluminium à coupure thermique
développés intérieurs jouant un rôle favorable. pour fenêtres se situent entre 3 et 5 W/(m2.K)
La menuiserie aluminium est utilisée de manière systématique
en façade légère, avec des profils plus massifs se situant
davantage dans la fourchette haute des valeurs de Uf.
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-3.4

Performance Énergétique des Éléments transparents Menuiserie acier

Autrefois aussi fréquemment utilisée que la menuiserie


aluminium dans sa version sans coupure thermique, avec des
performances identiques, la menuiserie acier, qui peut être
également à coupure thermique, est actuellement moins
répandue. Son usage se limite aux bâtiments tertiaires, et à la
façade légère.
Des menuiseries en acier inoxydable équipent parfois des
bâtiments de prestige.
Ses performances sont du même ordre que celles des profilés
aluminium de façade.
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-3.5

Performance Énergétique des Éléments transparents Menuiserie mixte

Elle est constituée, comme son nom l'indique, par deux ou


plusieurs matériaux :
- bois avec parements aluminium
- PVC avec parements aluminium.
- acier inoxydable et aluminium
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-4.1

Performance Énergétique des Éléments transparents Fermetures

Typologie :

Volets battants

Persiennes

Jalousies

Volets coulissants

Volets roulants
Volets battants :

Produits les plus traditionnels du marché, les volets battants, en bois Épaisseurs courantes et résistances thermiques
ou en PVC, équipent toujours une grande partie de l'habitat Tablier bois :
individuel en France.
e = 22 à 34 mm Rf = 0,15 à 0,28 ∆R = 0,19 à 0,26 m².K/W
La classe de perméabilité des volets battants pleins est
Tablier PVC :
habituellement de 3 avec ajustement à l'encadrement de baie.
e = 13 à 24 mm Rf = 0,15 à 0,18 ∆R = 0,19 à 0,21 m².K/W
Les valeurs supérieures sont obtenues , d'une part avec les volets
en sapin de 34 mm,
d'autre part avec les tabliers PVC de 24 mm, ou de 13 mm avec
remplissage de mousse.

Persiennes :

Les persiennes présentent en position fermée un tablier plan. Les Épaisseurs courantes et résistances thermiques
interstices usuels sont de l'ordre de 10 mm haut et bas. Elles situent Persiennes classiques
en classe de perméabilité 2 (forte). Certains produits (persiennes
Tablier acier :
coulissantes) ont des interstices très réduits, et se situent en classe
3. e = 1,5 mm Rf = 0 ∆R = 0,09 m².K/W
Tablier bois :
e = 13 à 14 mm Rf = 0,09 ∆R = 0,11 m².K/W
Tablier PVC :
e = 14 à 15 mm Rf = 0,15 à 0,16 ∆R = 0,13 m².K/W
Persiennes coulissantes
Tablier PVC :
e = 15 mm Rf = 0,16 ∆R = 0,20 m².K/W

Jalousies :

Les jalousies présentent en position fermée un tablier non plan, avec Leur résistance thermique additionnelle est de :
de larges interstices haut et bas. Elles sont donc de classe de ∆R = 0,08 m².K/W,
perméabilité 1 (très forte). quelle que soit la nature de leur tablier.

Volets coulissants :

Assez peu répandus sur le marché français, les volets coulissants Épaisseurs courantes et résistances thermiques
sont usuellement en bois, et se situent en classe de perméabilité 2 Tablier bois :
(forte).
e = 13 à 14 mm Rf = 0,09 ∆R = 0,11 m².K/W

Volets roulants :

Très utilisés dans l'habitat collectif mais également dans l'habitat Tablier aluminium :
individuel, en particulier en rénovation (produits minces), les volets Rf = 0 ∆R = 0,14 m².K/W
roulants, initialement réalisés en bois, sont le plus souvent en PVC
Tabliers PVC :
ou en aluminium.
e = 8 à 9 mm Rf = 0,06 à 0,08 ∆R = 0,19 à 0,20 m².K/W
Les volets roulants bois, généralement non pourvus de joints en
coulisses, sont de perméabilité 3 (moyenne). e = 13 à 15 mm Rf = 0,08 à 0,13 ∆R = 0,20 à 0,25 m².K/W
La majorité des volets roulants PVC et aluminium actuels se situent PVC 13 avec mousse polyuréthane
en classe 4. Rf = 0,18 ∆R = 0,28 m².K/W
Certains produits, dont l'étanchéité est renforcée par des joints bas id en classe 5 ∆R = 0,35 m².K/W
et haut en coffre, peuvent atteindre la classe 5. Il s'agit alors de Des résistances additionnelles de 0,20 à 0,25 m².K/W peuvent donc
produits étanches, non compatibles avec des entrées d'air être obtenues normalement avec des volets battants pleins bois ou
incorporées aux châssis des fenêtres. PVC, des persiennes PVC coulissantes, des volets roulants à tablier
Épaisseurs courantes et résistances thermiques PVC.
Tablier bois : Des valeurs de ∆R atteignant ou dépassant 0,30 peuvent être
e = 13 à 14 mm Rf = 0,09 ∆R = 0,16 m².K/W obtenues avec des tabliers PVC de 13 à 15 mm avec remplissage
de mousse polyuréthane.

Facteur solaire des baies équipées de fermetures :

S'agissant de produits extérieurs opaques, le facteur solaire d'une


baie vitrée équipée d'une fermeture en position fermée est de l'ordre
de 0,05 à 0,010.
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-4.2

Performance Énergétique des Éléments transparents Stores

Typologie :
Stores extérieurs : Stores intérieurs
- Stores vénitiens rigides - Stores vénitiens
- Stores bannes - Stores verticaux
- Stores à projection - Stores à enroulement
- Stores à enroulement - Stores plissés
- Stores de véranda
Stores incorporés au vitrage
- Stores vénitiens
- Stores à enroulement

Résistance thermique additionnelle due aux stores :


Certains stores peuvent avoir un rôle habituel de protection Une attention particulière doit être apportée au cas des stores
nocturne en toutes saisons : incorporés au vitrage, c'est-à-dire situés entre les deux verres.
Les mêmes règles de calcul que pour les fermetures peuvent L'utilisation de ce type de stores, en rapide croissance sur le
être appliquées aux stores intérieurs et extérieurs, en tertiaire et en particulier sur les bâtiments hospitaliers, nécessite
considérant une résistance de tablier nulle. des doubles vitrages à lame d'air épaisse (25 à 35 mm).
Pour les stores extérieurs, seuls les stores vénitiens rigides - peu Les verres peuvent comporter des couches faiblement
employés sur le marché français, mais plus présents en Suisse, émissives de type pyrolitique.
Allemagne et Autriche - peuvent être comptabilisés avec une Les faces du store peuvent elles-mêmes être revêtues de
classe de perméabilité 2 ou 3, soit un ∆R de 0,09 ou 0,11. couches faiblement émissives.
La résistance thermique additionnelle due à l'utilisation Les valeurs du coefficient Uc du vitrage en partie courante, avec
systématique d'un store intérieur est comprise entre 0,08 et
store incorporé, peuvent ainsi se situer entre 2,05 -sans couche
0,14 m².K/W - cette dernière valeur correspondant au store
faiblement émissive- et 1,2 W/(m².K) environ - avec un verre et
d'occultation avec glissières (classe 4) - , et peut se cumuler
une face du store à faible émissivité.
avec celle due à une fermeture.
L’effet des stores ne doit pas être pris en compte pour le calcul
La conjonction - Store d'occultation+ volet roulant PVC - permet
de Ujn, sauf indication contraire figurant dans un document
ainsi de justifier d'un ∆R compris entre 0,34 et
0,40 m².K/W. d’Avis Technique.

Facteur solaire des baies équipées de stores :


Le calcul du facteur solaire des baies équipées de stores les stores intérieurs les plus efficaces sont les plus
s'effectuera selon les normes européennes prEN 13363-1 réfléchissants.
(Méthode simplifiée) ou -2 (Méthode détaillée), qui couvrent le Le facteur solaire de la baie protégée dépend bien entendu de
cas de stores plans parallèles au vitrage, et des stores vénitiens celui du vitrage, surtout avec des protections solaires
en position intermédiaire. intérieures.
L'efficacité d'une protection solaire dépend avant tout de sa Avec un double vitrage clair, les gammes de facteurs solaires
position par rapport au vitrage : pouvant être obtenues en fonction des caractéristiques
par ordre d'efficacité décroissante : énergétiques des toiles usuelles vont de :
- les stores extérieurs - g = 3 à 20 % avec des stores extérieurs
- les stores incorporés - g = 30 à 65 % avec des stores intérieurs
- les stores intérieurs
Les stores extérieurs les plus efficaces sont les stores opaques,

Les toiles de protection solaire :


Les performances thermiques et lumineuses des stores Types de tissus :
dépendent essentiellement de celles des toiles utilisées. Les Coton
caractéristiques mécaniques et la durabilité des toiles
Synthétiques (acrylique, polyester)
conditionnent en partie celle des stores.
Fibres de verre enduites et tissées (screen)
Fibres de verre non enduites
la marque NF TOILSE :

Une certification NF TOILES est en cours de mise en place au CSTB. Energétique :


L'affichage des principales caractéristiques et de leur classification
permet de sélectionner plus aisément le produit en fonction de
l'usage auquel il est destiné, et d'en assurer l'aptitude à l'emploi.
transmission
La certification s'adresse aux producteurs de toiles, l'information
étant destinée aux storistes ainsi qu'à l'utilisateur final.
réflexion ρe
Classification T.O.I.L.E absorption αe
T - Thermique indice de protection solaire
O - Optique transmission lumineuse
I - Mécanique résistance à la traction
résistance à la déchirure amorcée
stabilité au fluage
résistance à la pliure visible :
L - Longévité stabilité des couleurs
stabilité dimensionnelle transmission τv
E - Étanchéité à l'eau

Avec la certification des toiles sont déterminées leurs réflexion ρv


caractéristiques thermo-optiques, qui sont nécessaires à tous coefficient
calculs : d'ouverture
(% de trous)

Le classement thermique des toiles (T), est fonction de leur position


d'utilisation par rapport au vitrage, et défini par un Indice de
Protection Solaire (I.P.S.), qui représente le pourcentage de
l'énergie solaire transmise par un vitrage de référence qui est
éliminée par la présence de la protection solaire.
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 3. Fiches composants C-4.3

Performance Énergétique des Éléments transparents Coffres de volets roulants

Les coffres de volets roulants destinés à être intégrés à la paroi Le coefficient Uc exprime l’ensemble des déperditions par unité
extérieure en imposte de la baie sont généralement réalisés en de surface projetée du coffre et par un Kelvin d’écart de
PVC. température entre les ambiances interieure et extérieure.
Il est difficile d'obtenir des solutions performantes en coffres Les performances se situent dans les fourchettes suivantes :
aluminium. Coffres non isolés : U = 4,0 à 6,5 W/(m².K)
Les coffres sont constitués de profilés PVC sur toutes leurs Coffres isolés : U = 1,5 à 3,5 W/(m².K)
faces, avec le cas échéant un renfort métallique en sous-face et
une isolation thermique/phonique côté intérieur.
La performance thermique d’un coffre de volet roulant s’exprime
sous la forme d’un coefficient surfacique Uc qui inclu l’effet des
joues latérales.

Coffres PVC sans et avec isolation (doc .S.K.S.)


Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - État de l’art - 4. Fiches produits 77

4. Fiches Produits

Fiche P-1.1 Verre clair


Fiche P-1.2 Verre Teinté
Fiche P-1.3 Verre à couches
Fiche P-1.4 Verre extra-clair
Fiche P-1.5 Verre émaillé
Fiche P-1.6 Verres opacifiés
Fiche P-2 Couches : Techniques de fabrication
Fiche P-3.1 Films de protection solaire
Fiche P-3.2 Films de "sécurité"
Fiche P-3.3 Films anti-décoloration
Fiche P-3.4 Films basse émissivité
Fiche P-4 Gaz
Fiche P-5 Intercalaires
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 4. Fiches produits P-1.1

Performances Énergétiques des Éléments transparents Verre clair

τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%) U (W/m²K) R dB(A)


v e v e v e v e Route Rose
0,84 0,84 87 5,9
90 85 8 7 8 7 2 8 27 29

Tableau P-1.1.1 - Caractéristiques thermo-optiques et acoustiques du verre clair de 4 mm


v : lumineux - e : énergétique

1.0

0.8
Transmission

0.6

0.4
3 mm
6 mm
0.2 12 mm
25 mm

0.0
500 1000 1500 2000 2500

Longueur d'onde (nm)

Figure P-1.1.2 - Transmission spectrale de verres clairs de différentes épaisseurs

Caractéristiques lumineuses Facteur


Épaisseur Caractéristiques énergétiques (%) R dB(A)
(%) solaire g
(mm) (%)
Transmission Réflexion Transmission Réflexion Absorption Route Rose
3 91 8 86 7 7 88 24 27
4 90 8 85 7 8 87 27 29
5 89 8 83 7 10 85 28 29
6 88 8 81 7 12 84 29 31
8 87 8 78 7 15 82 30 32
10 86 8 74 7 19 80 31 33
12 85 8 72 7 21 78 32 35
15 84 8 61 6 33 69 33 36
18 82 7 55 6 39 65 / /
25 78 7 49 6 45 60 / /
Tableau P-1.1.2 - Caractéristiques thermo-optiques et acoustiques du verre clair

Les caractéristiques acoustiques des vitrages simples sont


présentées dans le tableau P-1.1.3 ci-dessous. Pour les verres
teintés ou à couches montés en simple vitrage, les
caractéristiques acoustiques sont identiques à celle d'un simple
vitrage.

Épaisseur Poids RRoute RRose RRoute,fenêtre


(mm) (kg/m²) (dB(A) (dB(A) (dB(A)
3 7,5 24 27 24-27
4 10 27 29 27-28
5 12,5 28 29 28-30 Tableau P-1.1.3
6 15 29 31 29-32 Caractéristiques acoustiques du vitrage simple
8 20 30 32 30-34
10 25 31 33 31-35
12 30 32 35 32-36
15 37,5 33 36 33-37
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 4. Fiches produits P-1.2

Performances Énergétiques des Éléments transparents Verre teinté

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%) R dB(A)
(W/m²K)
v e v e v e v e Route Rose
0,84 0,84 42-74 5,9
21-82 24-67 4-7 4-6 4-7 4-6 11-75 27-72 27 29

Tableau P-1.2.1 - Caractéristiques thermo-optiques et acoustiques du verre teinté


v : lumineux - e : énergétique
1.0

0.8
Transmission

0.6
Figure P-1.2.1
0.4 Transmission spectrale de verre teinté
(épaisseur 6 mm)
clair
bronze
0.2 vert
gris

0.0

0.5 1.0 1.5 2.0 2.5

Longueur
Longueurd'onde
d’onde( (µm)
m)

Type de verre (6mm) (%) (%)

Glace clair 88 81
Tableau P-1.2.2
Glace teintée bronze 50 50
Caractéristiques optiques de glace teintée dans la masse (6 mm)
Glace teintée verte 73 42
Glace teintée grise 43 46

Épaisseur Caractéristiques lumineuses (%) Caractéristiques énergétiques (%) Facteur solaire g


(mm) Transmission Réflexion Transmission Réflexion Absorption (%)
3 68 6 67 6 27 74
4 61 6 61 6 33 69
5 55 6 55 6 39 65
6 50 5 50 5 45 61
8 41 5 41 5 54 55
10 33 5 34 5 61 49
12 27 4 28 5 67 42
Tableau P-1.2.3 - Caractéristiques thermo-optiques de verre teinté bronze

Épaisseur Caractéristiques lumineuses (%) Caractéristiques énergétiques (%) Facteur solaire g


(mm) Transmission Réflexion Transmission Réflexion Absorption (%)
3 82 7 59 6 35 68
4 79 7 52 6 42 63
5 76 7 47 6 47 59
6 73 7 42 5 53 56
8 67 6 35 5 60 51
10 63 6 30 4 66 47
12 58 6 26 4 70 44
Tableau P-1.2.4 - Caractéristiques thermo-optiques de verre teinté vert

Épaisseur Caractéristiques lumineuses (%) Caractéristiques énergétiques (%) Facteur solaire g


(mm) Transmission Réflexion Transmission Réflexion Absorption (%)
3 63 6 64 6 30 72
4 56 6 57 6 37 67
5 49 5 51 5 44 62
6 43 5 46 5 49 58
8 34 5 36 5 59 51
10 26 5 29 5 66 46
12 21 4 24 4 72 42
Tableau P-1.2.5 - Caractéristiques sthermo-optiques de verre teinté gris
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 4. Fiches produits P-1.3

Performances Énergétiques des Éléments transparents Verre à couches

Les couches déposées sur verre sont de deux types :


- couches réfléchissantes
- couches basse émissivité

P-1.3.1 : Verre à couches réfléchissantes :


Ces couches sont obtenues par le procédé pyrolytique.

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%) R dB(A)
(W/m²K)
v e v e v e v e Route Rose
0,84 0,84 35-60 5,9
20-43 23-50 30-35 25-30 10-25 8-20 20-50 20-50 27 29
Tableau P-1.3.1.1 - Caractéristiques thermo-optiques et acoustiques du verre avec couche réfléchissante (6 mm)
v : lumineux - e : énergétique
1.0

0.8
Transmision/Réflexion

0.6

Transm ission

0.4 R éflexion Face 1 Figure P-1.3.1.1


R éflexion Face 2
Transmission spectrale de verre teinté
réfléchissant (épaisseur 6mm)
0.2

0.0

500 1000 1500 2000 2500

Longueur d'onde (nm)

Facteur solaire g
Épaisseur Caractéristiques optiques (%) Caractéristiques énergétiques (%)
(%)
(mm)
τ ρ1 ρ2 τ ρ1 ρ2 α1 α2 g1 g2
4 44 31 23 52 25 18 23 30 58 60
5 44 31 22 50 25 18 25 32 57 59
6 43 31 22 49 25 17 26 24 56 58
8 43 31 22 46 25 16 29 38 54 56
10 42 31 21 44 25 15 31 41 52 55
Tableau P-1.3.1.2 - Caractéristiques thermo-optiques de verre clair avec couche réfléchissante

Facteur solaire g
Épaisseur Caractéristiques optiques (%) Caractéristiques énergétiques (%)
(%)
(mm)
τ ρ1 ρ2 τ ρ1 ρ2 α1 α2 g1 g2
4 29 30 12 37 25 11 38 52 47 50
5 26 30 11 33 24 10 43 57 44 48
6 24 30 10 29 24 9 47 62 41 45
8 19 30 8 24 24 7 52 69 37 42

Tableau P-1.3.1.3 - Caractéristiques thermo-optiques de verre teinté bronze avec couche réfléchissante
Facteur solaire g
Épaisseur Caractéristiques optiques (%) Caractéristiques énergétiques (%)
(%)
(mm)
τ ρ1 ρ2 τ ρ1 ρ2 α1 α2 g1 g2
5 24 30 10 33 24 9 43 58 44 48
6 21 30 8 29 24 8 47 63 41 45
8 16 30 7 23 24 7 53 70 37 41

Tableau P-1.3.1.4 - Caractéristiques thermo-optiques de verre teinté gris avec couche réfléchissante

Facteur solaire g
Épaisseur Caractéristiques optiques (%) Caractéristiques énergétiques (%)
(%)
(mm)
τ ρ1 ρ2 τ ρ1 ρ2 α1 α2 g1 g2
4 33 34 20 30 28 13 42 57 40 44
5 31 34 20 26 28 12 46 62 37 42
6 30 34 19 23 28 11 49 66 35 40
8 28 34 17 19 28 9 53 72 32 37

Tableau P-1.3.1.5 - Caractéristiques thermo-optiques de verre teinté vert avec couche réfléchissante

P-1.3.2 : Verre à couches basse émissivité :

Il existe une gamme très étendue de verre clair ou teinté génération permet d'atteindre des émissivité de 0,15-0,17.
recouvert d'une couche basse émissivité. La première Actuellement des produits avec des émissivités inférieures à
génération de verre à couches basse émissivité permettait 10 %, voir inférieures à 5 % sont disponibles sur le marché.
d'obtenir des émissivité de l'ordre de e= 0,30. La deuxième
U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%) R dB(A)
(W/m²K)
v e v e v e v e 0,045 Route Rose
0,84 / 5,9
50-80 25-60 2-15 25-45 7-15 15-40 5-48 5-45 -0,84 27 29
Tableau P-1.3.2.1 - Caractéristiques thermo-optiques du verre à couche basse émissivité

1 .0

T ra n sm issio n

0 .8 R é fle x io n F a c e 1
R é fle x io n F a c e 2
T ransm ision/R éflexion

0 .6

Figure P-1.3.2.1
0 .4
Transmission spectrale
de verre clair basse émissivité
0 .2 (ε = 0,17, épaisseur 6 mm)

0 .0

500 1000 1500 2000 2500

Longueur d'onde (nm)

Type Facteur solaire g


Caractéristiques optiques (%) Caractéristiques énergétiques (%)
Épaisseur (%)
(mm) τ ρ1 ρ2 τ ρ1 ρ2 α1 α2 g1 g2
Clair 2,3 mm 78 4 9 55 25 21 20 24 / /
Clair 3 mm 77 4 9 54 24 20 22 26 / /
Vert 3 mm 70 3 8 40 24 10 34 50 / /
Bronze 3 mm 59 2 7 42 24 15 34 43 / /
Gris 3 mm 53 2 7 41 24 15 35 34 / /

Tableau P-1.3.1.3 - Caractéristiques thermo-optiques de verre clair et teinté avec couche basse émissivité (ε=0,124)
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 4. Fiches produits P-1.3

Performance Énergétique des Éléments transparents Verre à couches (suite)

Type Facteur solaire g


Caractéristiques optiques (%) Caractéristiques énergétiques (%)
Épaisseur (%)
(mm) τ ρ1 ρ2 τ ρ1 ρ2 α1 α2 g1 g2
Clair 2 mm 76 11 14 43 45 39 12 18 / /
Clair 3 mm 75 11 14 42 45 37 13 21 / /
Clair 4 mm 75 11 14 41 45 35 14 24 / /
Clair 5 mm 75 11 14 40 45 33 15 27 / /
Clair 6 mm 74 11 14 40 45 31 15 29 / /
Vert 2 mm 71 10 13 35 45 21 20 44 / /
Vert 3 mm 69 10 12 32 45 17 23 51 / /
Vert 4 mm 66 10 12 30 45 14 25 56 / /
Vert 5 mm 65 10 11 28 45 12 27 60 / /
Vert 6 mm 62 10 11 26 45 10 29 64 / /

Tableau P-1.3.1.4 - Caractéristiques thermo-optiques de verres clairs et teintés avec couche basse émissivité (ε = 0,045)

Les couches basse émissivité sont des couches qui Ce type de couches permet d'obtenir les meilleures
réfléchissent les longueurs d'onde comprises entre 5 et 50 µm. performances en basse émissivité. Généralement, ces couches
Deux matériaux sont disponibles pour obtenir ces propriétés : ne résistent pas à la trempe thermique. Ces couches sont
- les métaux qui sont de bons réflecteurs dans l'infrarouge, fragiles et elles sont considérées comme tendre.
- les semi-conducteurs renforcés en conductivité électrique
(dopage).
P-1.3.2.2 Les couches semi-conductrices
Certains oxydes métalliques transparents sont semi-
conducteurs. Pour des raisons économiques, c'est l'oxyde d'étain dopé au
fluor qui est très développé. Les couches d'oxydes d'étain,
sous forme cristalline sont très dures et très stables
P-1.3.2.1 Les couches métalliques chimiquement. Elles ne nécessitent pas de couches de
protection. L'adhérence est très forte, en particuliers si la
Les métaux, bons conducteurs de l'électricité, sont également méthode de fabrication est la pyrolyse. Pour des modifications
bons réflecteurs dans l'infrarouge et généralement bon de propriétés optiques, il peut exister une sous couche de silice
réflecteur de la partie visible du spectre solaire si l'épaisseur est (SiO2).
suffisamment élevée (miroir). Pour conserver une bonne
L'émissivité des couches semi-conductrices est un peu plus
transmission lumineuse mais obtenir une forte réflexion dans
élevé que celle des couches métalliques. Elles supportent les
l'infrarouge, les épaisseurs ne doivent pas dépasser une
opérations de trempe. La grande durabilité permet de les traiter
centaine d'Angstrom. Cette fine couche est très vulnérable, il est
comme les verres de base obtenus par le procédé de flottage.
nécessaire de la protéger par une sur-couche dure et résistante
Ces couches sont considérées comme dures.
à la corrosion.
Les métaux n'adhèrent pas au verre, une couche d'accrochage
est donc nécessaire. La basse émissivité à partir des métaux
impose donc un système multicouche. La pulvérisation
cathodique à magnétron est bien adaptée à cette fabrication. Le
tableau P-1.3.2.2 donne quelques exemples de couches basse
émissivité.

TiO2/Cu/TiO2 Oxyde de Titane/Cuivre/Oxyde de Titane


SZn/Au/BiO3 Sulfure de Zinc/Or/Oxyde de Bismuth
SnO2/Ag/Al2O3/SnO2 Oxyde d’Étain/Argent/Oxyde d’Aluminium/Oxyde d’Étain

Tableau P-1.3.2.2 - Exemple de couches basse émissivité


Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 4. Fiches produits P-1.4

Performances Énergétiques des Éléments transparents Verre extra-clair

Le verre extra-clair est un verre qui se caractérise par une faible


teneur en oxydes de fer. Cette composition confère au verre
extra-clair une transmission lumineuse plus élevée qu'un verre
clair. Ce produit est généralement utilisé pour des applications
ou les propriétés optiques sont primordiales (montage verrier de
forte épaisseur, sérigraphie et émaillage blanc ou de couleur
pastel).

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%) R dB(A)
(W/m²K)
v e v e v e v e Route Rose
0,84 0,84 89-91 5,9
91-90 85-91 7-8 6-8 7-8 6-8 <2 1-4 27 29
Tableau P-1.4.1 - Caractéristiques thermo-optiques et acoustiques du verre extra clair.
v : lumineux - e : énergétique

1.0

0.8

Figure P-1.4.2 :
Transmission/Réflexion

Transmission spectrale d'un verre 0.6


extra- clair de 4 mm d'épaisseur.

0.4 Transmission
Réflexion Face 1
Réflexion Face 2

0.2

0.0

500 1000 1500 2000 2500

Longueur d’onde (nm)


Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 4. Fiches produits P-1.5

Performance Énergétique des Éléments transparents Verre émaillé

Le verre émaillé est un produit fabriqué à partir d'un verre Il existe plusieurs type de produits émaillés de translucides à
trempé dont une face est revêtue d'un émail ou de plusieurs opaques. Les transmissions lumineuses et énergétiques
émaux pour donner un aspect monochrome ou polychrome. peuvent être très variées, pour cette raison nous ne donnons
Dans cette famille de produit, on trouve également les verres aucune valeur, il en est de même pour les réflexions optiques.
émaillés par sérigraphie. Du point de vue thermique et de l'affaiblissement acoustique les
valeurs sont identiques à celle d'un simple verre.

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%) R dB(A)
(W/m²K)
v e v e v e v e Route Rose
0,84 0,84 / 5,9
27 29
Tableau P-1.5.1 - Caractéristiques thermo-optiques et acoustiques du verre émaillé de 4 mm
v : lumineux - e : énergétique
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 4. Fiches produits P-1.6

Performances Énergétiques des Éléments transparents Verres opacifiés

Il s'agit d'un traitement réalisé sur la couche réfléchissante en Pour les applications en VEC, il s'applique sur un verre à couche
face 2 d'un verre. trempé ou durci afin de résister aux chocs thermiques.
L'opacification du verre est obtenue par dépôt d'une couche de Ce verre est destiné à être utilisé en remplissage opaque devant
peinture, généralement une laque cuite à 200°C environ. des parties pleines pour obtenir une façade ayant une parfaite
Le but de ce traitement est de rendre opaque le verre à couche homogénéité de teinte.
afin qu'il garde, vu de l'extérieur, le même aspect de couleur Les épaisseurs des verres vont de 6 à 10 mm.
que celui qu'il a sans traitement. Ils ont généralement une absorption énergétique très élevée.

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%) R dB(A)
(W/m²K)
v e v e v e v e Route Rose
0,84 0,89 / /
0 0 5-45 5-37 5-45 5-37 55-94 63-95 / /

Tableau P-1.6.1 - Caractéristiques thermo-optiques et acoustiques de verres opacifiés


v : lumineux - e : énergétique
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 4. Fiches produits P-2

Performances Énergétiques des Éléments transparents Couches : Techniques de fabrication


Une multitude de procédés et de principes existent pour
déposer des couches minces, mais deux méthodes principales
sont employées pour les dépôts sur verre, la pyrolyse et les
techniques du vide.

P-2.1Pyrolyse :
Dans le procédé par pyrolyse, la matière à déposer sur le - pyrolyse en phase liquide (Spray)
substrat de verre est mise en contact sur le verre. Sous l'action Un liquide est pulvérisé sous forme d'un aérosol sur le verre. Le
de la température, il se produit une transformation de la matière gaz vecteur peut être également réactif et intervenir dans le
sur le verre pour donner une couche. On distingue deux types processus.
de procédure, à partir du substrat chaud ou froid.
- pyrolyse en phase solide (Powdering)
Des poudres sont projetées sur le verre par un gaz vecteur.
P-2.1.1 Substrat chaud Ces formes de pyrolyse sont particulièrement adaptées à un
procédé en continue sur ligne de fabrication de verre flotté. Au-
Le verre est à une température d'environ 600°C et on distingue delà de deux couches superposées, le procédé devient difficile.
trois types de pyrolyse suivant l'état de phase de la matière
première à déposer (Figure P-2.1.1)
- pyrolyse en phase gazeuse (CVD, Chemical Vapor Deposition)
Un gaz est dirigé vers la surface du verre et à son contact, se
dissocie thermiquement.

Matière première (précurseur)

Figure P-2.1.1 - gaz


Propulseur - liquide
- poudre

Décomposition

Films

Verre

P-2.1.2 Substrat froid


Par enduction sur la surface du verre d'un liquide, d'une pâte,
d'un gel et après chauffage, la matière se décompose et laisse
une couche mince sur le verre. Ces procédés portent le nom de
"dipping".
P-2.2 Les techniques du vide :
P-2.2.1 Evaporation thermique P-2.2.2 Pulvérisation cathodique
Une substance évaporée sous vide, par un procédé thermique, Dans une enceinte sous pression de gaz réduite, on déclenche
se condense sur le substrat froid en formant une couche mince. une décharge électrique entre deux électrodes lorsque le
Il faut autant de cycles d'évaporation que de couches à obtenir. potentiel est élevé. Les électrons produits sont accélérés par un
champ électrique. La décharge contient des électrons mobiles
et rapides, des ions et atomes lents. Le processus de
pulvérisation est la conséquence du bombardement d'une
électrode (cathode) par les ions. Celui-ci provoque l'éjection
d'atomes du matériau constituant la cathode qui se condensent
sur une surface placée en regard (cible) (figure P-2.2.1).

+ 100 V

- 800 V GAZ

+ +
DC Cible
e-

Ions +
Plasma

Vide
10-3 mbar

Verre

Figure P-2.2.1 - Pulvérisation cathodique

P-2.2.3 Pulvérisation cathodique à magnétron (Sputtering)


L'adjonction d'un champ magnétique permet de mieux Anode Anode
guider les trajectoires des ions et d'améliorer le
rendement du dépôt. Réfrigération
Les techniques de vide permettent l'emploi de
pratiquement toutes matières, contrairement à la s N N S
aimant
pyrolyse qui est plus adaptée à la formation d'oxydes N S S N
métalliques. Le "sputtering" est un procédé hors des
Cible
lignes de verre flotté. C'est un procédé souple pour les
applications multicouches.

Verre

Figure P-2.2.2 - Pulvérisation cathodique à magnétron


Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 4. Fiches produits P-3.1

Performances Énergétiques des Éléments transparents Films de protection solaire

Ces films sont généralement déposés sur un substrat verre en


face interne ou externe. Ils permettent par leurs caractéristiques
optiques de limiter les apports lumineux et énergétiques. Ils
n'ont aucune influence sur le facteur U du vitrage ainsi que sur
l'indice d'affaiblissement acoustique R.

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%)
(W/m²K)
v e v e v e v e
0,6-0,84 0,6-0,84 / 5,9
10-45 10-70 5-60 5-75 5-60 5-75 10-45 10-45

Tableau P-3.1.1 - Caractéristiques thermo-optiques de films de protection solaire


v : lumineux - e : énergétique

1.0

0.8
Transmision/Réflexion

0.6

0.4 Transm ission


R éflexion Face 1
R éflexion Face 2

0.2

0.0

0.5 1.0 1.5 2.0 2.5

Longueur d’onde (µm)

Figure P-3.1.1 - Exemple de spectres de transmission et de réflexion de film de protection solaire (épaisseur de 0.038 mm)

Facteur solaire g
Épaisseur Caractéristiques optiques (%) Caractéristiques énergétiques (%)
(%)
(mm)
τ ρ1 ρ2 τ ρ1 ρ2 α1 α2 g1 g2
Neutre
8 3 4 49 5 6 46 45 / /
(0,038 mm)
Ambre
35 4 4 62 6 6 32 32 / /
(0,025 mm)
Bronze
33 7 8 39 10 10 51 51 / /
(0,038 mm)

Tableau P-3.1.2 - Caractéristiques thermo-optiques de film de protection solaire


Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 4. Fiches produits P-3.2

Performances Énergétiques des Éléments transparents Films de "sécurité"

Ces films dits "films de sécurité" sont déposés sur un substrat


verre pour maintenir en place les morceaux de verre en cas de
bris. Ils évitent au verre de voler en éclats en cas d'explosion ou
de vandalisme. Ils n'ont aucune influence sur le facteur U du
vitrage ainsi que sur l'indice d'affaiblissement acoustique R. Ils
sont généralement de teinte neutre ou claire.

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%)
(W/m²K)
v e v e v e v e
0,84 0,84 / 5,9
30-90 30-85 10-20 10-20 10-20 10-20 3-10 5-10

Tableau P-3.2.1 - Caractéristiques thermo-optiques de film de " sécurité "


v : lumineux - e : énergétique

1.0

0.8
Transmision/Réflexion

Figure P-3.2.1 0.6

Exemple de spectres de transmission et de Transm ission


réflexion de film de sécurité 0.4 R éflexion Face 1
(épaisseur de 0.139 mm) R éflexion Face 2

0.2

0.0

0.5 1.0 1.5 2.0 2.5

Longueur d’onde (µm)

Facteur solaire g
Épaisseur Caractéristiques optiques (%) Caractéristiques énergétiques (%)
(%)
(mm)
τ ρ1 ρ2 τ ρ1 ρ2 α1 α2 g1 g2
Neutre
33 19 17 31 19 17 50 52 / /
(0,076 mm)
Clair
(0,051 mm) 88 8 8 86 7 8 7 6 / /
Clair
(0,102 mm) 87 9 9 84 9 9 7 7 / /

Tableau P-3.2.2 - Caractéristiques thermo-optiques de verre clair avec couche réfléchissante


Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 4. Fiches produits P-3.3

Performances Énergétiques des Éléments transparents Films anti-décoloration

Ce type de film permet d'éviter ou de réduire les effets nocifs


des rayonnements ultra violet. Ils n'ont aucune influence sur le
facteur U du vitrage ainsi que sur l'indice d'affaiblissement
acoustique R.

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%)
(W/m²K)
v e v e v e v e
0,84 0,84 / 5,9
/ 75 / 9 / / / 16

Tableau P-3.3.1 - Caractéristiques thermo-optiques du verre avec couche basse émissivité


v : lumineux - e : énergétique
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 4. Fiches produits P-3.4

Performances Énergétiques des Éléments transparents Films basse émissivité

Les couches basse émissivité peuvent être déposées sur un substrat souple de type plastique (PET).

U
τ (%) ρ1 (%) ρ2 (%) α (%) ε1 ε2 g (%)
(W/m²K)
v e v e v e v e
0,02-0,84 0,02-0,84 / 5,9
21-88 10-65 10-70 10-80 10-70 10-80 10-20 10-20

Tableau P-3.4.1 - Caractéristiques thermo-optiques des films avec couche basse émissivité
v : lumineux - e : énergétique

Échantillons τv (%) τe (%) ρv (%) ρe (%) ε


A 21.7 10.2 21.7 83.5 0.020
B 32.2 15.5 32.2 76.9 0.019
C 43.8 22.2 47.8 70.3 0.030

Tableau P-3.4.2 - Facteurs optiques et thermiques de trois revêtements basse émissivité sur film plastique
(0.076 mm) Technique D/M/D.

1.0

0.8
Transmission/Réflexion

0.6 A
B
C
0.4

0.2

0.0

1 10

Figure P-3.4.1 - Spectres de transmission et de réflexion de trois couches basse émissivité sur films plastiques.
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 4. Fiches produits P-4

Performances Énergétiques des Éléments transparents Gaz

Dans le cas des doubles vitrages, l'utilisation de gaz dans la transferts thermiques de convection et de conduction. Le
cavité entre les feuilles de verre peut améliorer les tableau ci-dessous résume les caractéristiques physiques des
caractéristiques thermiques d'un vitrage isolant en réduisant les principaux gaz utilisés pour les double vitrages.

Conductivité thermique Viscosité Densité


Type
(W/mK) (kg/ms) *10-5 (kg/m3)
Air 0.0241 1.730 1.290
Argon 0.0162 2.110 1.780
Krypton 0.0086 2.280 3.740
CO2 0.0146 1.390 1.980
SF6 0.0130 1.410 6.60
Air/Argon/Krypton
0.0164 2.122 2.213
44%/22%/34%
SF6/Argon
0.0131 1.428 6.355
95%/5%

Tableau P-4.1 - Caractéristiques physiques des principaux gaz de remplissage des vitrages.
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 4. Fiches produits P-5

Performances Énergétiques des Éléments transparents


SCELLEMENT PÉRIPHÉRIQUE - assurer la liaison mécanique souple et résistante de
Il est intéressant de noter que le calcul du coefficient global d'un l'ensemble
vitrage isolant, prend en compte l'effet du scellement - absorber l'humidité présente dans la lame d'air
périphérique du vitrage. Pour un système de scellement donné, - ne pas altérer d'une manière conséquente les performances
la déperdition supplémentaire, exprimée sous forme de thermiques du vitrage
coefficient linéique, est d'autant plus importante que la
résistance de la lame d'air est plus élevée. Les systèmes de scellement ont fort évolué dans le temps, on
dénombre actuellement près de 5 systèmes différents :
Le scellement périphérique du vitrage isolant doit :
- assurer le rôle d'espaceur entre les deux vitrages
- assurer l'étanchéité de la lame d'air

P-5.1 - La soudure verre - verre :


Le vitrage isolant est obtenu par la soudure des feuilles de verre Ces produits sont très limités quant à leur composition, leurs
à leur périphérie. L'espace entre les vitrages est rempli d'air très dimensions, leurs formes et leurs mises en œuvre en raison de
sec juste avant soudure. la fragilité des bords au niveau de la soudure.

P-5.2 - La soudure verre - métal :


Le principe est similaire au précédent, la seule différence est le Cette technologie présente les mêmes inconvénients que la
ruban métallique (étain, plomb ou cuivre) qui est soudé à la précédente.
périphérie ; Il assure à la fois le rôle d'espaceur et de barrière
étanche.

P-5.3 - Le scellement à espaceur métallique " courant " :


Le principe consiste à poser un déshydratant dans un espaceur (polyuréthannes et polysulfures), soit par l'ajout d'une barrière
métallique en aluminium ou en acier galvanisé de forme supplémentaire en butyle entre l'espaceur et le verre (cas de
tubulaire communicant avec la lame d'air, l'étanchéité étant colle en mastic de silicone).
assurée soit par la colle d'assemblage à elle toute seule

P-5.4 - Le scellement thermofusible :


Ce système a une composition équivalente au précèdent en L'application du scellement thermofusible est faite à 180 °C.
double barrière d'étanchéité.

P-5.5 - Les espaceurs organiques :


Le scellement est constitué de deux cordons de mastic. Le L'avantage de ce système est l'absence d'espaceur métallique
premier cordon est constitué par un mastic extrudé à chaud et par conséquent un coefficient linéique plus faible.
contenant du tamis moléculaire. Le second est extrudé dans la
gorge formée par le premier cordon et les deux vitrages.

P-5.6 - Les espaceurs organiques préformés :


Un cordon en butyle contenant un tamis moléculaire est
préformé. A la fabrication du cordon lui est incorporé un feuillard
en alliage d'aluminium côté mastic de scellement. Ce dernier
peut être soit du silicone soit du polyuréthane.

P-5.7 - Les vitrages intercept :


L'espaceur est en fer blanc sous forme de U. Une barrière en Un cordon déshydratant auquel il a été incorporé un tamis
Butyle est appliquée sur les deux ailes du U. moléculaire est appliqué à chaud à l'intérieur du U.
Un scellement de type polysulfure ou polyuréthane est appliqué
derrière l'espaceur.

Outre la résistance de la lame d'air, le coefficient linéique d'un Les déperditions dues au scellement périphérique d'un vitrage
système de scellement dépend de sa constitution. Les isolant peuvent atteindre 10 % des déperditions globales à
systèmes de scellement organiques, qui ne contiennent pas travers le vitrage.
d'intercalaire métallique, ont un coefficient linéique inférieur de
30 % environ à celui d'un scellement courant.
Règlement Thermique 2000
Performances énergétiques des éléments transparents- États de l’art - 4. Fiches produits

Performance Énergétique des Éléments transparents ADRESSES UTILES

ADOQ 7 rue la Pérouse 75116 PARIS


AFNOR Tour Europe 92049 PARIS LA DEFENSE
APAVE 13-17 rue Salneuve 75854 PARIS CEDEX 17
AVIQ 7 rue de la Pérouse 75116 PARIS
CAPEB 46 av. D’Ivry 75013 PARIS
CATED Domaine de St Paul 78470 ST REMY LES
CHEVREUSE
CEBTP Domaine de St Paul 78470 ST REMY LES
BP 37 CHEVREUSE
CEKAL 7 rue de la Pérouse 75116 PARIS
CFI 12 rue Blanche 75009 PARIS
Ch. Syndicale des Fab. de Verre 3 rue de la Boétie 75008 PARIS
Plat
CIVF 7 rue du Pasteur Wagner 75011 PARIS
CNPP 64 route de la Chapelle 27950 SAINT JUST
Réanville
CSTB 4 avenue du Recteur Poincaré 75782 PARIS CEDEX 16
CSTB 84 avenue Jean Jaurès 77421 MARNE LA VALLEE
BP 2 CEDEX 02
CTBA 10 avenue de St Mandé 75012 PARIS
CTICM Voie Romaine 57210 MAIZIERES LES METZ
Fédé. des chambres synd. de 3 rue de la Boétie 75008 PARIS
l’industrie du verre
FFB 33 avenue Kléber 75116 PARIS
FFPV 10 rue du Débarcadère 75852 PARIS CEDEX 17
GEPVP 89 avenue Louise B – 1050 BRUXELLES
Institut du Verre 41 rue des Chantiers 78000 VERSAILLES
QUALI CONSULT Les Portes de Paris 93196 NOISY LE GRAND
1307 bd des Remparts CEDEX
SNFA 10 rue du Débarcadère 75782 PARIS CEDEX 17
SNFMI 33 rue de Naples 75008 PARIS
SNFPSA 10 rue du Débarcadère 75852 PARIS CEDEX 17
SNI 10 rue du Débarcadère 75852 PARIS CEDEX 17
SNJF 6-14 rue la Pérouse 75784 PARIS CEDEX 16
SOCOTEC Les Quadrants 78182 ST QUENTIN EN
3 avenue du Centre YVELINES CEDEX
UFPVC 7 rue de la Pérouse 75784 PARIS CEDEX 16
UNFCMP 10 rue du Débarcadère 75852 PARIS CEDEX 17
UNPVF 7-9 rue la Pérouse 75784 PARIS CEDEX 16
UNSMF 10 rue du Débarcadère 75852 PARIS CEDEX 17
VERITAS 17 bis place des Reflets 92400 COURBEVOIE
La Défense 2
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - Perspectives et prospective - Sommaire 1

Performances énergétiques
des éléments transparents
Perspectives et prospective

S O M M A I R E
1. Conséquences des évolutions réglementaires . . 1 2 Vers des sauts technologiques . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.1 Vitrages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2.1 Vitrages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.1.1 Vitrages à gaz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2.1.1 Couches chromogéniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.1.2 Vitrages à couches multiples . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2.1.2 Dispositifs géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.2 Menuiseries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2.1.3 Gain énergétique sur le facteur U . . . . . . . . . . . . . . 8
1.2.1 Menuiseries PVC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 2.1.4 Exemple de solution optique et thermique . . . . . . . 11
1.2.2 Menuiseries bois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 2.2 Menuiseries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.2.3 Menuiseries aluminium et acier . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.3 Les protections solaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.3.1 Habitat individuel et collectif . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.3.2 Secteur non résidentiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - Perspectives et prospective - 1. Conséquences des évolutions réglementaires 1

Performances énergétiques
des éléments transparents
Perspectives et prospective

1.2 Menuiseries
1. Conséquences des évolutions
Le principal moteur d'évolution des performances est
réglementaires
l'élévation du niveau des exigences réglementaires, concrétisé
par la RT2000.

1.1 Vitrages 1.2.1 Menuiseries PVC


La situation actuelle met en évidence les avantages
Le renforcement progressif de la réglementation thermique
conséquents des profilés de PVC vis-à-vis des performances
pousse au développement de produits utilisant toutes les
thermiques des menuiseries et laisse prévoir un accroissement
possibilités offertes par le double vitrage. Les verres à couches
sensible de leur part de marché.
devraient d'ici quelques années devenir le nouveau standard
en matières de vitrage. Les menuiseries PVC, qui constituent environ actuellement
55 % du marché de la fenêtre, présentent de très nombreux
atouts :
– performances thermiques et acoustiques
1.1.1 Vitrages à gaz – durabilité (de l'ordre de 50 ans)
– étanchéité parfaite en raison du soudage
Ce type de vitrage permet d'améliorer les performances – faible coût de la matière première
thermiques du double vitrage. En France, les gaz utilisés sont – grande productivité de l'extrusion, donc faible coût du
l'argon et le krypton qui possède de meilleures propriétés produit fini.
physiques. Ce dernier permet, en effet, d'abaisser le coefficient – facilité de fabrication
de déperdition thermique (U) vers des valeurs proches de 1
L'un de leurs inconvénients par rapport aux autres matériaux
W/(m²K) (dans le cas d'un double vitrage munis d'un verre
était le faible rapport de clair
basse émissivité).
(0,65 en moyenne contre 0,75 et plus pour les menuiseries
aluminium).
1.1.2 Vitrages à couches multiples
Cette différence tend à se réduire grâce à la technique dite de
La grande innovation de ces dernières années est l'application "l'ouvrant caché", où la majeure partie de la hauteur de l'ouvrant
de couches minces sur le verre afin de changer ses propriétés s'intègre à celle du dormant.
de transmission, de réflexion, d'émissivité et de couleur. Les Elles disposent encore d'une marge importante d'évolution :
plus grands progrès ont été réalisés sur la réflexion infrarouge Les produits français actuels comportent 2 à 3 chambres dans
des couches qui limitent la transmission thermique sans l'épaisseur. Leurs performances s'alignent sur celles des
influencer la transmission dans le domaine visible du spectre vitrages (Uf = 1,5 à 2,5 W/(m².K)).
solaire.
Leur évolution est préfigurée par les tendances observées en
Les évolutions actuelles dans le domaine des couches ont pour Allemagne, où les produits performants peuvent comporter 4,5
but de diminuer le coefficient d'émissivité ε de surface des ou même 6 chambres dans des épaisseurs de 70 à 80 mm.
verres et d'obtenir ces couches par des procédés techniques
moins onéreux. La marge de travail est faible car les produits Des produits avec remplissage des alvéoles par de la mousse
les plus performants sur le marché ont des émissivités apparaissent de manière encore marginale. Avec des
inférieures à 5 %. épaisseurs de 80 à 100 mm, les coefficients Uf annoncés étant
alors de l'ordre de 1,0 W/(m².K).
Les perspectives d'évolution des produits verriers sont placées
sous le signe de "la fenêtre intelligente". Cette fenêtre Cependant, ni l'épaisseur accrue des menuiseries, ni la
s'adaptera automatiquement à son environnement en fonction présence de remplissage de mousse ne dispensent de renforts
de paramètre prédéfinis. Des voies de recherches dans ces métalliques pour les produits de dimensions importantes.
domaines sont développées dans la suite du rapport.
Isolation Thermique
2 Performances énergétiques des éléments transparents - Perspectives et prospective - 1. Conséquences des évolutions réglementaires

1.2.2 Menuiseries bois 1.3 les protections solaires


Les perspectives d'évolution sont très limitées : l'augmentation
des épaisseurs de menuiseries est envisageable, ainsi que la 1.3.1 Habitat individuel et collectif
combinaison avec d'autres matériaux, et s'accompagne
inévitablement d'une augmentation du coût. Du fait des exigences de la RT2000 en matière de confort d'été,
les perspectives s'orientent naturellement vers une utilisation
systématique des fermetures extérieures, avec un
1.2.3 Menuiseries aluminium et acier développement probable des produits de type projetable à
l'italienne :
Les évolutions actuelles de ces produits présentent les – volets roulants projetables
tendances suivantes : – persiennes coulissantes projetables qui permettent
– généralisation des menuiserie métalliques à rupture de pont l'utilisation de la ventilation naturelle et un apport lumineux,
thermique; l'utilisation de stores extérieurs restant complémentaire de la
– utilisation de la technique de l'ouvrant caché, pour réduire présence des fermetures.
les surfaces développées;.
– utilisation de barrettes de coupure thermique en PVC ou 1.3.2 Secteur non résidentiel
autres matériaux;
– augmentation de la hauteur des barrettes; Avec les mêmes incitations, les solutions amenées à se
– remplissage des alvéoles contenant les barrettes par des développer dans le secteur non résidentiel sont différentes :
mousses isolantes; – regain probable d'intérêt pour les protections solaires
– utilisation de feuillures en PVC. extérieures, qui sont les plus efficaces :
L'ensemble de ces facteurs ne permettant cependant pas stores vénitiens extérieurs rigides
d'atteindre les mêmes niveaux de performances que pour les stores de façade, stores à projection
menuiseries PVC, les perspectives s'orientent vers une
brise-soleil fixes ou orientables
association de ces matériaux, et donc un développement des
cette option nécessitant une forte évolution des tendances
menuiseries mixtes :
architecturales actuelles.
– cœur de menuiserie multi-chambres en PVC,
– parements rigides en aluminium.
– pour les façades lisses, développement des protections
solaires intégrées à la paroi vitrée :
stores vénitiens intégrés au vitrage
façades double peau, avec store dans l'inter espace
associé à une forte ventilation mécanique de cet
espace en été pour éliminer son échauffement.
L'automatisation de fonctionnement des stores en fonction des
conditions climatiques aura tendance à se généraliser :
– reploiement des stores extérieurs en cas d'intempéries
– gestion des apports solaires aux heures de non occupation
des locaux
– ajustement progressif du niveau d'éclairement naturel
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - Perspectives et prospective - 2. Vers des sauts technologiques 3

La figure 1 présente les différents principes de fonctionnement


des systèmes chromogéniques. Le graphique présenté sur la
2. Vers des sauts technologiques droite de la figure illustre les variations de transmission en
fonction du paramètre qui commande le changement d'état
(I : intensité lumineuse, T : température, DQ : charge électrique).
τv et τs sont les transmissions lumineuse et énergétique.
La propriété de base des matériaux chromogéniques est de
changer de propriétés optiques sous l'action d'un champ ou
2.1 Vitrages d'une charge électrique, d'intensité de lumière, et de
température. La variation des propriétés optiques peut
Les axes de recherche pour l'amélioration des vitrages sont les intervenir sur l'absorption, la réflexion ou la diffusion. Les deux
suivants : catégories majeures des matériaux chromogéniques sont les
– modulation des propriétés optiques (gamme de longueur matériaux à activation électrique et les matériaux autres
d'onde visible ou proche infra-rouge du spectre solaire) activations. Les systèmes non électriques sont : le
– diminution de la déperdition thermique (verre et menuiserie). photochromisme, le thermochromisme et les thermotropes. Les
systèmes activés électriquement sont : les cristaux liquides
2.1.1 Couches chromogéniques (PDLC, Phase Dispersed Liquid Crystal, NCAP Nematic
Curvilinear Aligned Phase), les systèmes à particules
Dans cette rubrique, nous nous intéressons aux systèmes dispersées (DPS, Dispersed Particle System) et les
chromogéniques complets qui peuvent compter jusqu'à 5 électrochromes.
couches différentes.

Figure 1 - Principe de fonctionnement des systèmes chromogéniques

I
T
τ S

τv
∆t = 100 s
I
Photochromisme

τ T
τv
τ S

∆t = 10-9 s
θc
Thermochromisme Τ
T

τ
τv
S

∆t = 10-3 s
V
Vc V
Cristaux liquides
encapsulation et dispersion dans un polymère

T
τv
τ S ∆t = 10 s
V ∆Q
Electrochromisme
Isolation Thermique
4 Performances énergétiques des éléments transparents - Perspectives et prospective - 2. Vers des sauts technologiques

A. Photochromisme B. Thermochromisme
Les matériaux photochromes changent leurs propriétés La principale caractéristique des matériaux thermochromes est
optiques lorsqu'ils sont exposés à la lumière et retrouvent leurs que leurs caractéristiques optiques changent avec une
caractéristiques originales dans l'obscurité. Ce changement de variation de température. Ils retrouvent leurs propriétés
caractéristique se produit par absorption de la lumière qui les optiques initiales lorsque la température diminue.
traverse. Ce phénomène est connu depuis 1880. Ce sont généralement des couches minces déposées sur un
Ce phénomène est observé aussi bien dans les matériaux substrat verre ou plastique (PET). Le changement de
organiques qu'inorganiques. Une des applications les plus caractéristiques optiques se traduit par une modification de la
connues est les verres de lunettes en ophtalmologie. transmission lumineuse et énergétique sans modifier la vision
(reconnaissance des formes) à travers le vitrage. Ce
phénomène se traduit par une variation du facteur d'absorption
du vitrage.
Les matériaux en couches minces sont généralement des
oxydes métalliques (VO2, Fe3O4, V2O3 et NbO2) déposés sur
des substrats de verre par la technique de sputtering
magnétron. Les matériaux thermochromes en couches minces
passent d'un état semi-conducteur à un état métallique lorsque
une température critique est dépassée (figures 4 et 5).

Figure 2 : Transmission spectrale d'un verre photochromique


(3 mm)

Figure 4 : Spectre de transmission d'un film de 100 nm de VO2


(au dessus et en dessous de la température de transition Tt)

Figure 3 : Spectre de transmission de spiro-oxanine sur film


plastique

On remarque que le procédé chromogénique n'affecte que la


partie visible du rayonnement solaire (figures 2 et 3).

Figure 5 : Spectre de transmission d'un film de 100 nm de VO2


déposé sur verre (au dessus et en dessous de la température de
transition)
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - Perspectives et prospective - 2. Vers des sauts technologiques 5

Le matériau thermochrome idéal pour une application vitrage C. Matériaux thermotropes


bâtiment devrait avoir un fort changement de propriétés
optiques dans une gamme de température de 10 à 30 °C. La principale caractéristique des matériaux thermotropes est le
Malheureusement, aucun matériau connu ne satisfait cette changement de leurs caractéristiques optiques avec une
exigence. Les variations de conductivité électrique en fonction variation de température. Ils retrouvent leurs propriétés
de la température pour de nombreux matériaux thermochromes optiques initiales lorsque la température diminue.
sont données figure 6. Ce sont généralement des composés chimiques sous forme de
gels qui sont pris entre deux feuilles de verre ou de plastique
(PET). Le changement de caractéristiques optiques se traduit
par une modification de la transmission et de la réflexion
lumineuse et énergétique. D'un état transparent à température
ambiante, le vitrage devient diffusant en transmission et la
réflexion augmente avec la température. Au niveau de la
couleur, ces produits sont généralement blancs.
Les courbes spectrales de transmission d'un vitrage
thermotrope en fonction de la température sont données
figure 7. La variation de la température est surtout sensible
dans la partie visible du spectre du rayonnement solaire.

Transmission

Longueur d’onde (nm)


Figure 7 : Spectre de transmission d'un hydrogel Cloud GEL TM
(Suntek, 1mm d'épaisseur)

Les valeurs des facteurs de transmission, réflexion et


absorption sont regroupées dans le tableau I. On remarque
qu'à température ambiante la transmission lumineuse et très
importante et que l'absorption du vitrage est très faible. Par
Figure 6 : Conductivité électrique en fonction de la température contre, à la température de 50 °C le vitrage devient
pour différents matériaux thermochromes
réfléchissant dans la partie visible et proche infrarouge du
(a, b et c sont des repères de températures intéressants
pour des applications solaires) spectre solaire.
Tableau I : Facteur de transmission, réflexion et absorption sur un
Cloud Gel TM de 1mm d'épaisseur entre deux films polymères
Temp.(°C) τv(%) τe(%) ρv(%) ρe(%) αv(%) αe(%)
25 92 82 6 6 2 12
50 6 5 79 69 15 26
∆ 86 77 -73 -63 / /
Isolation Thermique
6 Performances énergétiques des éléments transparents - Perspectives et prospective - 2. Vers des sauts technologiques

D. Particules suspendues E. Matériaux électrochromes


Ce type de vitrage est très semblable au niveau de son Les systèmes électrochromes sont les plus connus et les plus
comportement avec les systèmes à cristaux liquides. Il est complexes des systèmes chromogéniques.
constitué de particules en forme d'aiguille dans un fluide ou un L'électrochromisme a été observé quelques oxydes mixtes
gel organique pris entre deux conducteurs transparents (ITO, dans les oxydes de tungstène, molybdène, nickel, cobalt,
Indium Tin Oxyde). Sous l'action d'un champ électrique, les iridium, manganèse, chrome, vanadium, niobium, tantale, et
particules s'alignent suivant les lignes de champ électrique. dans des matériaux organiques et polymères. Les matériaux
D'un état diffusant sans application de tension électrique, le électrochromes changent leurs propriétés optiques sous
vitrage devient transparent sous l'application d'une tension l'action d'un champ électrique. Ils retrouvent leurs
électrique de l'ordre de 100 Volts. caractéristiques initiales simplement par inversion de la polarité
Le montage schématique de ce type de vitrage est donné du courant.
figure 8. Les valeurs des facteurs de transmission diffuse et de Dans certains cas on cite les terres rares. Les terres rares sont
transmission directe peuvent être limitées par l'épaisseur de la généralement les éléments de la série des lanthanides dans la
couche active. classification de Mendeleïev (du cérium, Ce, à l'ytterbium, Yb).
Ces matériaux ont la particularité de pouvoir céder facilement
3 électrons (forme ionique 3+). Ils sont principalement utilisé en
optoélectronique pour leur émission dans la gamme de
longueur d'onde visible (rouge pour Pr3+, Eu3+, vert pour
Tb3+ et Er3+, et bleu pour Ce3+ et Tm3+). Aucune application
en afficheur ou vitrage 'grande dimension' n'est envisagé à ce
jour.
L'électrochromisme peut être relié à une double injection ou
"réjection" d'électrons et d'ions dans une structure d'oxyde
métallique.
Le mécanisme d'électrochromisme apparaît dans les matériaux
inorganiques par une injection (anode) ou éjection (cathode)
d'ions (H+)ou d'électrons (e-) (Figure 9).
Coloration
e- H+

e- H+ H+ e-

Conducteur Contre
WO3 HxWO3 ionique Electrode

Décoloration
e- H+

e- H+ H+ e-

Figure 8 : Schéma d'un système à particules suspendues. Conducteur Contre


WO3 ionique Electrode

Figure 9 : Coloration et décoloration d'un système électrochrome

La réaction typique pour une réaction cathodique de coloration


est :
WO3 (transparent) + yH+ + ye- HyWO3 (bleu)
La réaction typique pour une réaction anodique de coloration
est :
Ni(OH2) (transparent) NiOOH (bronze) + h+ + e-

D'autres ions peuvent être utilisés pour la coloration comme :


Li+, H+, Na+, Ag+. Les plus couramment utilisés sont le proton
H+et Li+. Concernant l'électrode de travail (de coloration) les
matériaux les plus utilisés sont : WO3, NiO, MoO3 et IrOx. Ces
composés sont pour la plupart des matériaux de transition.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - Perspectives et prospective - 2. Vers des sauts technologiques 7

Des composés de structures nanocristallines comme TiO2 et Un exemple de spectre de transmission est donné figure 1.11.
NbO2 ont également été étudiés. La figure 12 présente une représentation 3D de l'évolution de la
Un système électrochrome est fabriqué par une succession transmission n/h d'un système électrochrome en fonction de la
d'au moins cinq couches comprenant ; des conducteurs longueur d'onde et de la tension appliquée.
électroniques transparents de part et d'autre du système, un Tableau II : Facteur de transmission lumineux d'un système
électrolyte ou transporteur d'ions et d'électrons, d'une électrochrome
électrode pour le stockage des ions et d'une électrode τv(%)
électrochrome ou électrode de travail. Un schéma du montage
Etat décoloré 50-65
est donné figure 10.
Etat coloré 10-25

Substrat
0.8

Conducteur
électronique
transparent 0.6
0.0 V
0.5 V
1.0 V
Electrolyte

Transmission n/h
1.5 V
0.4

Electrode
électrochrome 0.2

Contre électrode
(stockage d'ions) 0.0

0 500 1000 1500 2000 2500

Figure 10 : Schéma d'un système électrochrome. Longueur d’onde (nm)

Le tableau II présente des valeurs de facteur de transmission Figure 11 : Spectres de transmission d'un système électrochrome
lumineuse pour un système électrochrome dans les états de l'état incolore (0.0 V) à l'état coloré (1.5 V)
colorés et décolorés. Des niveaux plus faibles de transmission Les spectres de transmission sont obtenus après stabilisation
aux alentours de 1 %, peuvent être obtenus, mais pour des de la coloration sous application d'une tension électrique
applications spécifiques. Il est difficile d'obtenir des facteurs de donnée. La diminution de la transmission est entièrement
transmission lumineux supérieurs à 60 % dans l'état décoloré, compensée par l'augmentation de l'absorption car la réflexion
car il faut rappeler qu'un système électrochrome est constitué ne varie pas.
par un empilement d'un minimum de cinq couches sans le On remarque sur la figure 12, que la variation de transmission
substrat. n'est obtenue que sur la partie visible du spectre. Certaines
formes d'oxydes de tungstène
(WO3) peuvent être modulées
1.0
dans la gamme du proche
e /hé misph ériqu

infrarouge. Ces matériaux


spécifiques contrôlent la partie
0.8
infrarouge du spectre solaire. La
forme amorphe du WO3 la plus
0.9 -- 1.0
0.6 commune, a seulement un petit
Tr ans mission no rm ale

0.8 -- 0.9 effet dans la gamme infrarouge.


0.7 -- 0.8 Les pics infrarouges de ce
0.4 0.6 -- 0.7 matériau peuvent commuter
0.5 -- 0.6 entre les deux états, de 20% à
0.4 -- 0.5 plus de 75 %, pour un oxyde
0.2
0.3 -- 0.4 WO3 cristallisé.
0.2 -- 0.3
0.0 0.1 -- 0.2
0.0 -- 0.1
0.0
0.3
0.6
0.9 2500
2000
1500
Tension 1.2
1000
appliquée (V)
1.5 500
Longueur d’onde (nm)

Figure 1.12 : Représentation 3D de la transmission n/h pour un système électrochrome


Isolation Thermique
8 Performances énergétiques des éléments transparents - Perspectives et prospective - 2. Vers des sauts technologiques

Pour tous ces matériaux, il est difficile de donner des valeurs de Certains polymères semis-cristallins présentent les mêmes
facteur de déperditions thermiques et des facteurs solaires. caractéristiques. En effet ces polymères semis-cristallins
Ces produits sont généralement absorbants. Pour limiter possèdent un certain ordre de régularité dans les chaînes de
l'échauffement et la pénétration de chaleur, ils seront placés molécules. Ces films polymères sont généralement diffusants
dans des systèmes verriers à double vitrage. L'élément et blanchâtres. Pour augmenter leur transparence, ces films
"commandable" sera toujours placé sur la face externe du sont étirés et orientés. La valeur de l'angle choisi peut être
double vitrage et associé à un verre basse émissivité. Le adaptée par les conditions de polymérisation pour obtenir une
tableau III présente la comparaison entre un double vitrage structure lamellaire.
(6/12/6 mm) et un double vitrage constitué par un système Une autre possibilité pour avoir une transmission directe ou
électrochrome et un verre basse émissivité. diffuse est la superposition de films polymères avec des
Tableau III : Comparaison entre un double vitrage classique indices de réfraction croissants ou décroissants. La figure 15
et un double vitrage électrochrome. schématise ce type de procédé.
U (W/m²K)
τv ρv g
(%) (%) (%) Glace 1 Glace 2
claire basse ε
Double vitrage 6/12/6 76 23 69 2,8 1,9
Double vitrage Décoloré 64 16 55
1,5
E.C.+basse ε Coloré 20 14 16

2.1.2 Dispositifs géométriques


Les matériaux et couches à angles sélectifs ont des propriétés
optiques directives permettant à la lumière d'être transmise de
Figure 15 : Schéma de principe des vitrages à vision directe
façon directe ou diffuse. Il existe plusieurs axes de recherches variable (les parties grisées sont les zones ou la transmission
sur ce type de matériaux. est directe)
Ce phénomène peut être obtenu par déposition, d'une couche Avec ce type de vitrage, on a une vision directe à l'extérieur
métallique ou d'oxyde métallique à microstructures colonnaires pour une incidence normale, alors que le soleil en position
sur un substrat verre (Figure 13). Les techniques de déposition haute donnera un rayonnement diffus dans le local.
utilisées sont : l'évaporation oblique sous vide, la décharge
Un autre procédé, portant le nom de vitrage à claire-voie,
d'arc électrique sous champ magnétique. Avec ce type de
couple ce principe de diffusion sélective en alternance avec
technique, les épaisseurs déposées sont faibles (de l'ordre de
des zones transparentes. Les zones diffusantes dont les angles
quelques dizaines de nanomètres) pour conserver des
sont prédéfinis (10, 20 ou 30°), sont espacées entre elles par
propriétés optiques de transmission élevées. Un exemple de
des zones transparentes dont le pas est généralement de 3
transmission sélective est donné figure 14.
mm. Les valeurs des facteurs de transmission et de réflexion
dépendent de la sélectivité angulaire des zones diffusantes et
du rapport de surface entre les différentes zones. Un exemple
des valeurs des facteurs de transmission et de réflexion pour
ce type de vitrage est donné dans le tableau IV.
Tableau IV : Facteur de transmission et de réflexion énergétique
pour un vitrage à transmission diffusante et transparente alternée.
τe(%) ρe (%)
16-30 17-23

Figure 13 : Schéma d'une microstructure métallique oblique


de surface. 2.1.3 Gain énergétique sur le facteur U
Le facteur U d'un double vitrage peut être réduit de 2
manières :
– en introduisant dans la lame d'air un matériau plus isolant
que l'air mais qui présente une transparence suffisante :
actuellement seuls les aérogels de silice répondent à ces
exigences.
47 % – en réduisant fortement la pression dans la lame d'air (vide
75 %
partiel).

Figure 14 : Exemple de transmission sélective


avec des microstructures de surface.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - Perspectives et prospective - 2. Vers des sauts technologiques 9

A. Aérogels de silice • Xérogels de silice


Ces produits sont obtenus par le procédé sol-gel pour Si l'opération de séchage est effectuée par évaporation du
fabriquer des matériaux ayant de bonnes propriétés optique et solvant soit sous pression réduite et à température ambiante,
thermique simultanément. soit par chauffage et à pression atmosphérique, on obtient des
solides appelés xérogels. Ces produits présentent le plus
A.1 Préparation des gels souvent une texture poreuse effondrée par rapport au gel initial.
Un gel est une solution colloïdale d'une phase dispersée L'évaporation du solvant dans les pores conduit à
constituée de particules extrêmement divisées dans une phase l'établissement à l'intérieur des pores, aux interfaces
dispersante liquide. On peut aussi le définir comme un réseau liquide/vapeur, de tensions considérables dues à la tension
tridimensionnel interconnecté, expansé dans un milieu liquide. superficielle du solvant. Ces produits ont des masses
Le passage du sol (phase dispersée) au gel correspond à la volumiques importantes (ρ > 0.3 g/cm3).
transformation brutale d'un liquide visqueux en solide. Le sol
est converti en une masse rigide et poreuse qui constitue le gel.
• Aérogels de silice
Les précurseurs pour la fabrication des aérogels et des
Une solution sécher des gels, sans modifier leur structure, est
xérogels peuvent être inorganiques ou organiques.
de se placer dans les conditions supercritiques du solvant
organique. Le tableau V donne les paramètres critiques des
• Les inorganiques solvants les plus utilisés (Tc : température critique, Pc :
Le plus utilisé est le métasilicate de sodium (Na2SiO3) qui pression critique).
acidifié donne par une réaction d'hydrolyse de l'acide Tableau V : Paramètres critiques de quelques solvants.
orthosilicique [1]. Cet acide instable se polymérise par Nom Formule chimique Tc (°C) Pc (MPa)
élimination d'eau pour donner le gel [2]. Méthanol CH3OH 240.0 7.93
Na2SiO3 + 2 HCl + H2O Si(OH)4 + 2 NaCl [1] Ethanol C2H5OH 243.1 6.36
nSi(OH)4 nSiO2, 2nH2O [2] Eau H2O 374.0 22.0
Acétone (CH3)2O 235.0 4.66
Gaz carbonique CO2 31.0 7.36
• Les organiques
Le plus courant est le tétra-alcoxysilane Si(OR)4, ce type de Le passage en conditions supercritiques permet d'éviter la
précurseurs est obtenu par action du tétrachlorure de silicium fissuration et le rétrécissement des gels. Le séchage s'effectue
SiCl4 sur les alcools suivant la réaction [3] dans un autoclave. Dans ces conditions, le solvant devient un
SiCl4 + 4ROH Si(OR)4 + 4HCl [3] fluide supercritique (ni gaz, ni liquide). En pratique, on chauffe
Dans cette famille, les plus connus sont : l'autoclave à une température légèrement supérieure à la
– TMOS : tétraméthoxysilane, température critique du solvant utilisé, puis on dégaze
– TEOS : tétraéthoxysilane lentement pour faire chuter la pression interne jusqu'à la
– les nouveaux précurseurs (PEDS-Px, polyéthoxydisiloxane) pression atmosphérique et enfin on refroidit. La figure 16
présente un diagramme de l'évolution des températures et des
Les PEDS-Px sont ceux qui sont développés par le PACTE pressions pour obtenir une extraction supercritique.
ADEME. Ce sont des composés de silicium prépolymérisé à
partie de monomère TEOS dans l'acide sulfurique H2SO4,
composé par des chaînes plus ou moins longues de pont Pression A B C D E Température
siloxanes ( º Si - O - Si º ) et contenants différents pourcentages (bar) (°C)
de silice. Ils répondent à la formule brute suivante : 200
OR1 OR2 90

150
( Si O Si ) m
60
OR3 OR4 100
où R1, R2, R3 et R4 peuvent être -C2H5 ou -H.
A la fin de l'étape de préparation des gels qui sont des 30
squelettes de silice tridimensionnels dans une matrice de
solvant. Ensuite il faut extraire le solvant sans endommager le
support rigide. 0 12 24
Temps (heures)
A.2 Séchage
Figure 16 : Diagramme de températures et pressions lors d'une
L'évacuation du solvant hors du gel par séchage produit des extraction supercritique.
matériaux poreux constitués d'une phase solide et d'air
contenu dans les pores. Plusieurs techniques de séchage (A : Montée en température et pression, B : Etape de stabilisation,
C : Dépressurisation isotherme, D : Balayage avec courant d'azote,
permettent d'obtenir des matériaux différents. E : Refroidissement)
Isolation Thermique
10 Performances énergétiques des éléments transparents - Perspectives et prospective - 2. Vers des sauts technologiques

• Les carbogels de silice Le coefficient d'extinction E permet de comparer les facteurs


Les carbogels sont des aérogels de silice fabriqués avec le de transmission des matériaux transparents en s'affranchissant
même procédé que le squelette de silice dans le solvant de de l'épaisseur (plus ce coefficient est faible, meilleur est la
type alcool. Pour réaliser des économies d'énergie durant la transmission lumineuse, pour un verre "float" de 4 mm,
période de séchage, une substitution de l'alcool par du CO2 E = 7 m-1).
liquide est réalisée. La procédure de séchage pour les (%) (%) (%) (%)
T.R. E (m-1)
carbogels de silice nécessite une température de seulement
40 °C.. 90.8 89.2 84.2 83.2 92.8 16.4

Les caractéristiques morphologique des aérogels et des Tableau VII : Caractéristiques optiques d'un aérogel obtenu à l'aide
carbogels de silice sont présentées dans le tableau VI. Il faut de précurseur PEDS-Px.
noter que ces valeurs dépendent de la nature du précurseurs ( τ nh
v
: facteur de transmission lumineux normale/hémisphérique,
nd
ainsi que des concentrations lors de la préparation des gels. τ v : facteur de transmission lumineux normale/directe).
Tableau VI : Caractéristiques morphologiques des aérogels et
carbogels préparés à partir des PEDS-Px A.3 Caractéristiques thermiques de l'aérogel de silice
Aérogels Carbogels
Les aérogels de silice font parti des cette classe de matériaux
Densité apparente (g/cm3) 0.12-0.37 0.08-0.28
maintenant appelée : nanomatériaux ou matériau
Porosité (%) 89-95 89-96
nanostructuré, car la taille caractéristique de leurs composants
Surface spécifique (m²/g) 251-1183 401-833 de base est inférieure au micron. Dans le cas des aérogels
Rayon des pores (Å) 25-35 50-120 poreux, on rencontre donc des cavités (pores) entre 10 et
Un exemple de spectre de transmission est donné figure 17. 100 nm.
Comme ce type peut être plus ou moins diffusant suivant le Les transferts thermiques dans ce type de matériaux sont
mode de préparation, il est important de donner les décrits dans l'annexe du rapport sur les éléments d'enveloppe
transmissions directe et diffuse. opaques.
1.0 La figure 18 présente l'évolution de la conductivité thermique
d'un aréogel en fonction de la pression.
0.8 On constate que la conductivité équivalente décroît très
rapidement et atteint des valeurs inférieures à 10 mW/mK pour
Transmission

des pressions de 10 hPa.


0.6
Pour des pressions de 0,1 hPa, la conductivité équivalente
approche les 8 mW/mK.
Conductivité thermique (mW/m K)

Normal / Hémisphérique
0.4 Normal / Diffus
20
Normal / Direct

0.2 18

16
0.0
500 1000 1500 2000 2500
14
Longueur d'onde (mm)

Figure 17 : Spectres de transmission normale/hémisphérique, 12


normale/directe et normale/diffuse d'un aérogel de silice obtenus à
l'aide de précurseur PEDS-Px (40 % précurseur et 60 % acétone). 10

Les caractéristiques optiques typiques (facteur de transmission 8


lumineux et visible, taux de transparence et coefficient
d'extinction) d'un aérogel sont donné dans le tableau VI. Le 6
0.01 0.1 1 10 100 1000
taux de transparence donné dans le tableau VII est T.R. Il est
Pression (hPa)
le ratio du facteur de transmission normale/direct et du facteur
de transmission normale/hémisphérique. Il permet de Figure 18 : Conductivité thermique en fonction de la pression
comparer la transparence des aérogels entre eux. En effet plus pour un aérogel monolithique à la température de 20 °C
ce rapport est proche de 100, plus l'aérogel de silice est
transparent. Dans le cas d'un verre "float" de 4 mm, T.R. = 97.
E exprimé en m-1 est le coefficient d'extinction à la longueur B. Vitrage sous vide.
d'onde de 550 nm. Cette longueur d'onde de 550 nm
La figure 19 présente le schéma d'un vitrage sous vide
correspond à la sensibilité maximum de l'œil. La définition de E
développé à l'Université de Sydney. Le vitrage sous vide est
est :
formé de deux feuilles de verre de 4 mm d'épaisseur. Avant
1 nd
E = − log(τ550 ) assemblage, les écarteurs sont disposés sur un des verres.
d Ces écarteurs sont des petits piliers en Inconel 718 à base
d : épaisseur de l'aérogel (m) d'alliage de nickel et ont typiquement un diamètre de 0.25 mm
nd et une hauteur de 0.15 mm. Le scellement sur le bord des
τ 550 : transmission normale/directe à la longueur d'onde de verres et autour du point de pompage est réalisé par une
550 nm. soudure de verre. Cette soudure est réalisée avec une fritte de
verre à bas point de fusion et un coefficient de dilatation
thermique voisin du verre. Le joint est réalisé par chauffage de
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - Perspectives et prospective - 2. Vers des sauts technologiques 11

l'ensemble à une température d'environ 450 °C dans un four et 2.1.4 Exemple de solution optique et
refroidi lentement jusqu'à la température
Soudure ambiante.
sur les bords du vitrage thermique
Verres
Tous les vitrages que nous avons mentionnés précédemment
ne sont pas disponibles sur le marché à l'exception d'un vitrage
électrochrome récemment commercialisé.
Nous présentons deux exemples qui intègrent les solutions
techniques exposées précédemment. Le vitrage de demain
devra cumuler les évolutions en optique et en thermique. Les
figures 20 et 21 présentent deux exemples.
intercalaire Raccord de la pompe à vide
Elément chromogénique

Aérogel de silice
monolithique

Figue 19 : Schéma du vitrage sous vide. Elément


transparent/diffusant
Durant le pompage, l'ensemble est chauffé à une température
de 100-250 °C pour évacuer les gaz absorbés et adsorbés.
Après chauffage, le tube de pompage est fondu pour rendre le
système étanche.
Le tableau VIII : type de vitrage.
Type de double vitrage U (W/(m²K))
Verre clair + verre basse ε (4 mm) 1.30
Verre basse ε + verre basse ε (4 mm) 0.85
Couche anti-réflexion

Intérieur

Figure 20 : Composition schématique du vitrage S1

Le vitrage S1 se compose de quatre éléments :


– couche anti-réflexion,
– élément chromogénique,
– aérogel de silice en dépression,
– élément diffusant /transparent.

• La couche externe anti-réflexion est nécessaire car il faut


augmenter au maximum la transmission lumineuse et
énergétique lorsque le système chromogénique est dans
un état décoloré.
• Le système chromogénique placé sur la vitre externe
permet de moduler la transmission énergétique du
vitrage complet. La position externe du système
chromogénique permet d'évacuer les calories
emmagasinées par absorption énergétique du
rayonnement solaire dans un état coloré. Plusieurs
solutions de matériaux chromogéniques sont
envisageables, mais la plus pertinente est un système
électrochrome.
• L'aérogel de silice permet de fixer un coefficient de
déperdition thermique faible.
• Le système de transmission directe/diffuse placé en
partie interne du complexe verrier permet de moduler la
vision. Plusieurs solutions sont possibles (thermotropes,
particules suspendues et cristaux liquides). Les cristaux
liquides sont les plus simples d'utilisation et ils ont
l'avantage d'être disponibles commercialement.
Isolation Thermique
12 Performances énergétiques des éléments transparents - Perspectives et prospective - 2. Vers des sauts technologiques

Ce vitrage ne nécessite pas de couche basse émissivité parce La figure 22 représente la position de différents éléments
que l'aérogel de silice est en contact avec le verre. Le verriers selon le facteur de déperdition thermique et le facteur
coefficient U d'un tel vitrage est évalué à 0.66 W/(m².K). Cette solaire g. Du double vitrage clair au triple vitrage composé de
valeur peut être encore améliorée en réduisant la conductivité deux verres basse émissivité, les éléments sont directement
thermique de l'aérogel de silice monolithique en diminuant la comparables. Les deux zones oblongues grisées définissent
pression partielle de gaz dans le squelette de silice. les domaines de la fenêtre de demain. En effet, si la modulation
de la transmission devient possible, le facteur solaire pourra
fluctuer entre ces deux valeurs. Le coefficient de déperdition
Elément chromogénique
thermique U devrait rester inférieur à 1 W/(m².K).
De tous les vitrages présentés qui permettent d'améliorer les
Vide propriétés optiques et thermiques, un seul est actuellement
commercialisé : le vitrage électrochrome. Il est très difficile de
donner des indications précises sur les dates de mise sur le
Elément marché des différentes autres solutions techniques que nous
transparent/diffusant avons évoquées.
Pour les vitrages à faibles déperditions thermiques, les produits
qui apparaîtront le plus rapidement sur le marché sont ceux qui
Couche basse ε permettront de réaliser une chute importante du facteur U.
Certains assemblages de produits permettent aujourd'hui
Couche anti-réflexion d'obtenir des coefficients U proche de 1W/(m².K). La seule
possibilité connue à ce jour qui réduise le facteur de
déperdition thermique U de moitié (U < 0,5 W/(m².K)) est
l'utilisation d'aérogel de silice en dépression. Il semble
néanmoins difficile d'envisager un délai inférieur à cinq ans
environ pour la mise sur le marché de ce type de solutions.
Extérieur Intérieur
Enfin, pour ce qui concerne les vitrages sous vide, une
première mise sur le marché pourrait se concrétiser dans un
Figure 21 : Composition schématique du vitrage S2
délai d'un à deux ans.

Le vitrage "futuriste" S2 présente cinq éléments :


100
– couche anti-réflexion,
– élément chromogénique, 90
– le vide,
80
– couche basse émissivité,
Facteur solaire g

– élément transparent/diffusant. 70

L'épaisseur totale de ce type de vitrage peut être inférieur à 60


8 mm (système électrochrome de 3 mm, vide inférieur à 1 mm
50
et 3 mm pour le système de transmission lumineux
direct/diffuse. 40
• La couche externe anti-réflexion est obligatoire pour les
30
raisons indiquées dans la description du vitrage S1.
20
• Le système chromogénique est identique au vitrage S1.
• Le vide entre le système chromogénique et le système de 10
transmission lumineuse directe/diffuse permet de fixer 0
une déperdition thermique très faible. Son épaisseur peut 0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0
être réduite à l'épaisseur des écarteurs (0.15 mm). Coefficient U (W/m²K)
• La couche basse émissivité limite la transmission
énergétique du complexe verrier. Elle est déposée sur le Aérogel granulaire
système de transmission lumineux directe/diffuse. On Double vitrage clair
peut ajouter une autre couche basse émissivité en vis à Triple vitrage clair
vis. Nid d'abeille
• Le système interne de modulation de la transmission Capillaires
lumineuse directe/diffuse est identique au vitrage S1. Double vitrage 1 bas ε
Triple vitrage 2 bas ε
Le coefficient U d'un tel vitrage est évalué à 0.85 W/(m².K)
Vide 2 bas ε
(solution avec deux couches basse émissivité). Le coefficient U
pour une seule couche basse émissivité ne permet pas de Aérogel monolithique + vide
descendre sous la barre des 1W /(m².K).
Pour ces deux types de double vitrage, il est difficile de donner Figure 22 : Comparaison des performances
des valeurs du facteur solaire g, toutefois, la modulation de la de différents types de vitrage
transmission devrait permettre d'obtenir des valeurs comprises
entre 15 et 50.
Isolation Thermique
Performances énergétiques des éléments transparents - Perspectives et prospective - 2. Vers des sauts technologiques 13

2.2 Menuiseries
Différents matériaux sont à l'étude pour éviter la présence de
chlore, présentant des dangers vis-à-vis du comportement au
feu :

ABS, polypropylène haute densité


Polyester renforcé de fibres de verre
(qui éviterait la présence de renforts)
Polyuréthane
Composites avec fibres de carbone

Ils ne présentent actuellement par rapport au matériau PVC


aucun avantage thermique notable.
Leur développement se heurte principalement aux avantages
économiques du PVC, dont par ailleurs tous les aspects
technologiques sont bien maîtrisés.