Você está na página 1de 36

ISET Nabeul

Remerciements

Je tiens à exprimer mes vifs remerciements à M. le Directeur


régional de TUNISIE TELECOM pour m’avoir accepter à passer mon
stage au sein de son établissement.

Je tiens aussi à remercier M. Chokri SOKKAH chef de service du


bureau d’études ainsi que les membres de la salle GIS pour leurs
collaborations.

Ainsi qu à tous ceux qui m’ont directement ou indirectement aidé


à élaborer ce travail.

Stage technicien 1 LEMJID RIM


ISET Nabeul

Introduction

Le stage d’un mois au sein de la société Tunisie Télécom nous a permis de


découvrir le monde du travail au sein de l’entreprise.

Dans ce cadre j’ai passé mon stage à Tunisie Télécom, à la direction régionale
de Nabeul. Durant ce stage j’ai découvert les entités importantes au sein de la société,
à savoir le système d’information géographique GIS et le centre de commutation.

Ce rapport est composé de trois parties. La première partie présentera les


réseaux et on présentera l’architecture du réseau téléphonique. Dans la seconde partie
on parlera du réseau téléphonique public et surtout le centre de commutation. La
troisième partie sera consacrée pour le système d’information géographique.

On finira par une évaluation du stage tout en décrivant ma participation


personnelle en tant que stagiaire.

Stage technicien 2 LEMJID RIM


ISET Nabeul

Stage technicien 3 LEMJID RIM


ISET Nabeul

CHAPITRE I

Stage technicien 4 LEMJID RIM


ISET Nabeul

I - Généralités sur les télécommunications et les


réseaux
1 – Introduction
 Tunisie Télécom est une société étatique chargée de la gestion, l'exploitation et la
maintenance du réseau des télécommunications en Tunisie. Depuis cinq ans, elle a connu une mise
à niveau qui vise l'amélioration des services et des profils, l’office Tunisie Télécom est notamment
chargé de :
 L’installation, l’entretien, l’exploitation et la maintenance des réseaux publics de
télécommunications.
 L’offre de tous les services publics ou privés de télécommunications
correspondants aux divers besoins à caractère social et économique.
 La promotion des nouveaux services de télécommunications.
 La contribution au développement des études et recherches scientifiques
liées au secteur de télécommunications.
 La participation à l’effort national d’enseignement supérieur en matière de
télécommunications.
 L’application des conventions et des traits des organisations internationales et
régionales spécialisées dans le domaine des télécommunications (UIT).
 La promotion de la coopération à tous les niveaux dans le domaine des
télécommunications.

2 - Hiérarchie des centraux


A coté de l’hiérarchie générale, le découpage de territoire national du point de vue
exploitation pour faciliter la construction, l’extension et l’exploitation du réseau, il a été nécessaire
de découper le territoire en zones géographiques dont il a fallu définir l’étendue ainsi que le type et
le rôle du ou des commutateurs qui y sont inclus.
On distingue cinq types de centres
 Centre local : Il connecte l’ensemble des abonnés d’un quartier, d’un village ou d’une ville.
Chaque poste téléphonique est relié par deux fils à un centre téléphonique de rattachement ;
ce centre est appelé centre local.

Stage technicien 5 LEMJID RIM


ISET Nabeul

 Centre de zone ou centre urbain : Dans les agglomérations importantes, une seule zone
locale est insuffisante pour desservir la totalité de l’agglomération qui peut être constituée
de la commune principale et les communes avoisinantes, l’ensemble de ces centres
appartenant à une même agglomération urbaine est appelé zone urbaine
 . Centre de transit régional : Le centre de transit régional réalise l’interconnexion des
circuits régionaux.
 Centre de transit national : Le centre de transit national connecte d’un coté des circuits
nationaux et de l’autre coté des circuits régionaux.
 Centre international : Les abonnés doivent pouvoir téléphoner entre eux, mais aussi
communiquer avec leurs correspondants étrangers. Il y a une différence entre les techniques
utilisées pour le trafic international et celle utilisées pour le trafic national. Ce sont quelques
fois des moyens de transmission différents (câble sous marins, satellites) et presque toujours
des systèmes de signalisations différents.

Stage technicien 6 LEMJID RIM


ISET Nabeul

Centre International
(CI)

Centre de Transit national (CTN)

Centre de Transit national


(CTN)
Centre de Transit national (CTN)

Centre de transit régional


(CTR)

Centre de Zone
(CZ)

Centre Local
(CL)

Hiérarchie des centraux

Stage technicien 7 LEMJID RIM


ISET Nabeul

SOMAA
TAZARKA
BENI
KHIAR
BARAK
ET BOUJRIDA
SAHEL
KORB
HACHE A DIAR
D EL HOUJEJ

MAAMO
URA
URA

OUARDIA
Central DAR
AXE CHAABANE
Nabeul
SIDI
JDIDI
SOUSS
E

KELIBI
A

CIN
NABEU GROMBALIA
L HAMMAMET

WLL
NABEUL
WLL
DAR
CHAABA
NE

HAMMAMET
SUD

hierarchie des centraux dE LA diRECTION REGIONALE DE nabeul

Stage technicien 8 LEMJID RIM


ISET Nabeul

Dans ce modèle la fonction d’acheminement responsable de la transmission sans défaut des


bits sur le réseau se distingue de la fonction de commutation. Ce système d’acheminement sera basé
sur les technologies SDH (Synchronous Digital Hierarchy) ou SONET (Synchronous Optical
NETwork).
La commutation traditionnelle sera remplacée par la commutation par paquets basée sur le
mode ATM (Asynchronous Transfert Mode).
L’offre des services est également isolée de la commutation comme dans le réseau
intelligent où les services sont mis en œuvre dans un nœud de réseau centralisé.
Les fonctions de commutation, d’acheminement et de services sont complétées par un
support d’exploitation et des méthodes d’accès par câble et sans fils (exploitation, maintenance et
gestion centralisées).

3 - Définition du terme télécommunication


D’après L'union Internationale des Télécommunications (UIT), la télécommunication a
été défini comme suit :
«
Toute communication télégraphique ou téléphonique de signes, de signaux, d’écrits et
de sons de toute nature, par fil par radio ou autres systèmes ou procédés de signalisation électriques
ou visuels (sémaphores).
Le contenu d’une communication peut donc être pratiquement de n’importe quelle
nature, mais le moyen de transmission doit être de type électromagnétique.

4 - Définition d’un réseau


Un réseau est un service de communication qui a pour mission de permettre à un certain
nombre d’abonnés d’échanger des communications d’un type donné par exemple le réseau
téléphonique relie ainsi entre elles les personnes qui disposent d’un poste et leur offre la possibilité
de converser.
On a coutume aussi de dénommer réseau, l’ensemble des équipements de
télécommunications interconnectés permettant la transmission et l’aiguillage vers le bon destinataire
des différents types de messages. C’est donc un ensemble d’équipements physiques installés sur un
territoire défini.
Ainsi, le mot réseau désigne tantôt un ensemble d’abonnés reliés entre eux par un
service de télécommunication, tantôt les moyens mis en œuvre pour assurer ce service.

Stage technicien 9 LEMJID RIM


ISET Nabeul

Chacun de ces réseaux se caractérise par son importance (étendue géographique,


nombre d’utilisateurs, volume de trafic) et par le type de trafic qu’il véhicule, c’est à dire le type des
terminaux qu’il connecte (téléphone, télex, données, images)

5 - Les principaux réseaux :


Suivant la façon dont ils sont utilisés, on peut distinguer plusieurs types de réseaux :

 Les réseaux conventionnels


Comme leur nom l’indique ces réseaux permettent une conversation, c’est à dire un
dialogue où chacun des deux participants, alternativement, transmet son message.

Ce réseau transmet la parole, pour le réseau téléphonique commuté public (RTCP) la


parole n’est pas le seul moyen d’entretenir une conversation, il peut être aussi de dialogues par
écrit.

 Les réseaux de radiocommunication cellulaires


L’idée de base des systèmes de radiotéléphonie cellulaire est d’offrir des
communications à des abonnés mobiles, au moyen d’un grand nombre de stations radio, chacune de
ces stations couvrant une surface géographique limitée (cellule).

 Les réseaux spécialises


Ces réseaux permettent, selon leur nature, à des terminaux dépendant d’un même
organisme public ou privé, d’échanger sans passer par le réseau public général, diverses
informations.

Les réseaux sont très nombreux et très variés, qu’ils soient spécialisés à la téléphonie ou
ce qui est de plus en plus fréquent, utilisés pour des transmissions de données.

 Réseau numérique à intégration de services (RNIS\) :


C’est un réseau en prenant comme base de départ la numérisation rapide (aussi bien en
commutation qu’en transmission). Sur ce réseau, on peut acheminer tous les types d’informations
(parole, écrit, données, images), l’idée de base étant que tous ces types d’informations soient, au
préalable, mis sous forme numérique

Stage technicien 10 LEMJID RIM


ISET Nabeul

CHAPITRE II

Stage technicien 11 LEMJID RIM


ISET Nabeul

I – le réseau téléphonique commuté public (RTCP)

1 - Introduction :
On désigne sous le nom de téléphonie l’ensemble des moyens mis en œuvre pour
permettre à deux correspondants d’échanger une conversation ou un message. Le réseau
téléphonique est conçu pour mettre en relation les installations d’abonnés entre elles en utilisant les
renseignements fournis par l’abonné (numérotation), maintenir les connexions établies pendant
toute la durée de la conversation et assurer, au moment du raccrochage la libération des organes qui
ont servi physiquement à permettre l’échange entre les deux postes d’abonnés.
Donc le réseau téléphonique est la base de tous les autres réseaux de
télécommunications et forme un tout et pour assurer des échanges entre abonnés quelconques d’un
réseau, il est nécessaire de raccorder chaque poste à un commutateur téléphonique et de raccorder
les commutateurs entre eux par des circuits.

2 -Différents éléments constitutifs du RTCP


2 – 1 - Les points de concentration (PC) :

Il a la forme d’un coffret situé en haut des poteaux ou à l’intérieur d’un immeuble. Il
peut desservir sept ou quatorze abonnés d’un même quartier, c’est à dire sept ou quatorze paires.

Chaque paire présente à l’intérieur du PC un côté entrée et un côté sortie. Le côté entrée
est relié à une paire de câble, protégé par une armature métallique pour arriver à l’entrée du PC. Le
côté sortie est relié à un câble 5/9 allant vers l’abonné.

2 – 2 - Le sous – répartiteur (SR) :


Le sous répartiteur est installé, soit dans une armoire sur la voie publique, soit dans
un immeuble, soit encore dans une chambre souterraine. Il contient les extrémités du câble de
transport et les extrémités des câbles de distribution.
Le sous répartiteur constitue des points de coupure sur les lignes d’abonnés
facilement accessibles pour la localisation des dérangements et facilitent le transfert.

2 – 3 - Le répartiteur général (RG) :


A l’entrée du central, le répartiteur général sert d’interface entre les câbles de
transport et le commutateur. Il permet de faire correspondre, à volonté, à n’importe quelle paire
d’un câble d’abonné un équipement d’abonné quelconque du commutateur.

Stage technicien 12 LEMJID RIM


ISET Nabeul

Le répartiteur général est un bâti métallique sur lequel sont fixées les extrémités des
câbles de transport et les extrémités de câbles intérieurs venant des équipements du commutateur

Salle de répartiteur
Central SR PC

Position de la salle dans le réseau de Nabeul

2 – 4 - Les chambres souterraines


Ce sont des endroits où se fait la répartition des câbles de grandes capacités (de
distribution ou de transport) en des câbles de plus faibles capacités. Les chambres ont des tailles qui
varient selon celles des câbles à répartir.

3 - Le centre de commutation
3 -1 - généralités
La commutation joue un rôle fondamental dans un réseau de télécommunications, en
réalisant deux fonctions essentielles :
 Concentration du trafic en provenance de sources à faible activité sur des moyens
de transmission communs.
 Aiguillage de l’information d’une source vers une destination selon un itinéraire
fixe ou variable à travers le réseau d’un central à l’autre.
Ce sont les commutateurs qui réalisent ces fonctions, ainsi un commutateur est un
aiguilleur à multiples directions piloté par une logique complexe ; celle-ci est capable d’enregistrer
le numéro de l‘abonné demandé, de déterminer la direction à prendre, de réserver un chemin libre,
de surveiller la communication durant toute sa durée et de taxer l’abonné demandeur.
Le centre de commutation à Nabeul est composé par l’autocommutateur du type
AXE de la société LM ERICSSON. C’est un centre de zone qui connecte 18.000 abonnés. Il
présente une souplesse du coté hardware et du coté software.
3– 2 – Les fonctions d’un centre de commutation
Le centre de commutation remplit plusieurs fonctions, et pour cette raison il est
subdivisé en quatre équipes :

Stage technicien 13 LEMJID RIM


ISET Nabeul

• L’équipe de la table d’essai qui a pour mission de lier les abonnés à la centrale par
une jarretière (liaison entre les réglettes verticales et celles horizontales. De plus elle a
pour mission de vérifier s’il y a un dérangement sur une ligne signalée (boucle,
terre….).
• L’équipe de la gestion d’abonnés qui a pour rôle d’activer ou de désactiver l’organe
de l’abonné, de suspendre une ligne et ce après avoir reçu un avis de construction ou
de résiliation d’une ligne par l’intermédiaire du terminal du GIS existant au central.
• Une équipe sur le champ qui a pour but de compléter le travail de l’équipe CCL dans
les sous répartiteurs en reliant la ligne de l’abonné à la ligne de transport.
• Le chef centre qui a pour mission de coordonner entre les différentes équipes.
3 - 3 - Les commutateurs
Les commutateurs ont pour fonction d’aiguiller les communications dans la direction de
l’abonné demandé. En effet, un commutateur est un aiguillage à multiples directions piloté par une
logique complexe. Celle – ci est capable d’enregistrer le numéro demandé, de déterminer la
direction à prendre. Les commutateurs diffèrent selon leurs fonctionnements :
a) Commutateurs d’abonnés : ce sont des commutateurs sur lesquels aboutissent
directement des lignes d’abonnés et des circuits. Ils permettent aux abonnés rattachés sur le
commutateur de communiquer entre eux (trafic local) et d’accéder au réseau interurbain ou
au réseau international.
b) Commutateurs de transit : ce sont des commutateurs qui raccordent seulement des
circuits.

II – le réseau mobile cellulaire

1 - Introduction :
Un téléphone mobile est un appareil où les fils de raccordement au central téléphonique ont
été remplacés par une liaison radio. Ce genre de téléphone est en théorie utilisable n'importe où : en
voiture, en train, à pied, etc. Des stations radioélectriques raccordées au réseau classique sont à cet
effet déployées sur l'ensemble du territoire, chacune couvrant une petite zone géographique appelée
cellule. De ce fait, les téléphones cellulaires n'ont pas besoin d'une grande puissance, ce qui permet
de les miniaturiser sous la forme d'un combiné muni d'une antenne et intégrant tous les dispositifs
nécessaires. Chaque signal est transmis sur une fréquence porteuse correspondant à la cellule dans
laquelle se trouve l'utilisateur à ce moment-là. La modulation de fréquence à bande étroite est le
mode de transmission le plus courant.

Stage technicien 14 LEMJID RIM


ISET Nabeul

Les premiers téléphones mobiles étaient analogiques : l'équipement était encombrant et


coûteux, si bien qu'ils étaient surtout utilisés en voiture. Au cours des années 1980, des recherches
furent menées en Europe pour remplacer ces téléphones analogiques par des équipements à
transmission numérique, plus efficaces et plus légers. La norme GSM (Global System for Mobile
Communications) fut à cet effet adoptée par les différents partenaires européens en 1992.

2 – Notion de cellule :
Le principal obstacle que doit surmonter un système de radiotéléphonie mobile à grande
capacité comme le GSM est l'étroitesse de la bande de fréquence au spectre radioélectrique
disponible. Comment, dans ces conditions, offrir une couverture nationale à un grand nombre
d'abonnés ?
Pour résoudre ce problème, le GSM assure la couverture du territoire au moyen d'une
juxtaposition de zones élémentaires appelées "cellules". Toutes ces cellules sont contiguës et dans
chacune d'elle est installée une station de base datée d'émetteurs-récepteurs radio et d'une antenne.
Les cellules peuvent varier en taille, notamment selon la topographie du terrain, et peuvent
être subdivisées en secteurs de façon à pouvoir accommoder le nombre voulu d'utilisateurs.
A chaque cellule est attribué un nombre bien déterminé de canaux radio. Conséquence
logique, puisque la frontière fictive d'une cellule n’arrête pas la propagation des ondes
radioélectriques: les cellules adjacentes ne peuvent pas utiliser les mêmes canaux de fréquence sans
perturbations, au contraire des cellules non contiguës. Toutes les cellules ont accès à des liaisons
téléphoniques spéciales pour les systèmes radio cellulaires. Ces liaisons connectent les appels au
réseau téléphonique fixe commuté ou à d'autres réseaux téléphoniques mobiles. Il suffit à l'abonné
cellulaire de former un numéro d'appel pour obtenir automatiquement l'utilisation exclusive d'un
canal radio dans la cellule où il se trouve.
Bien entendu, les radiotéléphones cellulaires sont en général utilisés en déplacement. Or,
comme deux cellules contiguës n'utilisent pas les mêmes canaux radio, la transmission doit donc
changer de canal chaque fois que le mobile traverse la frontière séparant deux cellules. Ce processus
de transfert automatique d'un canal radio à un autre est appelé handover (transfert). Concrètement,
le système cellulaire contrôle en permanence la puissance du signal entre le mobile et la station de
base la plus proche. Dès que la puissance tombe sous un niveau donné, le système attribue
automatiquement un nouveau canal au mobile, qu'il soit ou non en cours de communication. En fait,
le système commande au téléphone mobile de passer sur le nouveau canal et de libérer l'ancien pour
un nouvel utilisateur éventuel. Le transfert de canal s'effectue en une fraction de seconde.
L'utilisateur ne s'en rend pas compte.

Stage technicien 15 LEMJID RIM


ISET Nabeul

Il peut naturellement arriver qu'il y ait saturation dans une cellule, ce qui signifie que tous
les canaux radio disponibles sont occupés simultanément par un nombre équivalent d'utilisateurs.
Dans ce cas, soit la communication ne peut pas avoir lieu tant qu'un canal n'a pas été libéré,
l'abonné étant averti par une tonalité spécifique, soit la communication en cours devient de plus en
plus faible au fur et à mesure que l'abonné s'éloigne de la station de base, pour finalement être
interrompue. Un autre abonné mieux situé par rapport à la station peut alors disposer du canal ainsi
libéré. Cela dit, l'un des grands avantages du concept de radiotéléphonie cellulaire est qu'il est
suffisamment souple pour s'adapter à l'accroissement du nombre d'abonnés.
Le fait de diminuer le rayon d'une cellule de moitié permet de quadrupler le nombre de
canaux disponibles par MHz. Un opérateur peut dès lors développer progressivement son réseau en
ajoutant de nouvelles cellules plus petites au gré de l'accroissement du nombre d'abonnés.
C'est en vertu de ce principe que le GSM peut s'accommoder aux services de
communication personnelle (PCS). Puisqu'il utilise efficacement les ressources limitées du spectre
radio et qu'il autorise la mise en place de cellules très petites (jusqu'à quelques centaines de mètres
de diamètre). Ces "micro cellules" peuvent couvrir des zones urbaines à très forte densité de
population. Les systèmes de radiotéléphonie cellulaire analogique n'autorisent pas la réduction des
cellules à moins de 700 mètres de rayon, ce qui les empêche d'accepter plus de 1.000 abonnés par
kilomètre carré. Grâce notamment aux microcellules, les réseaux PCN à la norme GSM seront
capables de servir plus de 30.000 abonnés par kilomètre carré.

L’infrastructure de base, c'est l'équipement fixe nécessaire au fonctionnement du réseau.


Elle regroupe différents éléments qui peuvent être combinés de plusieurs façons pour mettre en
œuvre les fonctions requises, et qui peuvent être classés dans deux grandes familles:
 1e "sous-système radio", dont les éléments assurent 1a 1iaison entre le mobile et le réseau

Stage technicien 16 LEMJID RIM


ISET Nabeul

 Le "sous-système réseau, qui permet la gestion de l'ensemble du système.

3 – Structure de réseau :

Le sous-système réseau comprend un centre de commutation des services mobiles (MSC)


qui relie par des lignes spécialisées tous les éléments du système au réseau téléphonique public. Le
Registre de localisation nominal (HLR) et le Registre de localisation des visiteurs (VLR) sont des
bases de données où sont stockées les informations relatives aux abonnés mobiles. Le Centre
d'authentification (AuC) détient des copies des clés secrètes des abonnés, tandis que les numéros de
série des terminaux mobiles sont stockés dans le Registre d’identification des équipements (EIR).
L'exploitation, la gestion et la maintenance de tous les éléments du réseau sont assurées par le
Centre d'exploitation et de maintenance (OMC).

3 - 1 - Le sous-système radio (BSS)


Le BSS (Base Station Sub-system) qui assure les transmissions radioélectriques et gère la
ressource radio. Il est constitué de :

a) La station mobile (MS) :


La Mobile Station est le terminal radio mobile transporté par l'abonné. Le Base Station
Sub-System effectue le contrôle de la liaison radio avec la MS. Le Network Sub-System effectue le
transfert des appels entre le réseau mobile et le réseau fixe ou vers d'autres réseaux radio mobiles et
effectue aussi la supervision de la mobilité des abonnés. A partir du Network Management Center il
est possible de contrôler toutes les opérations en cours, et aussi d'effectuer la configuration (setup)
du réseau.

Stage technicien 17 LEMJID RIM


ISET Nabeul

La Mobile Station est composée du Mobile Equipment (le terminal GSM) et du


Subscriber Identity Module (SIM), une petite carte douée de mémoire et de microprocesseur, qui
sert d’identifier l'abonné indépendamment du terminal employé; il est donc possible de continuer a
recevoir et d’émettre des appels et d'utiliser tous ces services simplement grâce a l'insertion de la
carte SIM dans un terminal quelconque.
Le Mobile Equipment est identifié (exclusivement) a l'intérieur de n'importe quel réseau
GSM par l'International Mobile Equipment Identity (IMEI).
Outre les fonctionnalités traditionnellement implémentées dans le mobile, la MS assure
les fonctions suivantes:
* Protection des abonnements par réponse à la procédure d’authentification.
* Mesure des signaux émis par les cellules environnantes (permettant le Handover).
* Conversion analogique / numérique de la parole.
* Protection et qualité de la transmission radio.

b) Station de base (B T S) :
La fonction essentielle des BTS est d'assurer la transmission du signal radio de et vers le
mobile. Chaque cellule est couverte par une BTS qui émet et reçoit des signaux. Les BTS sont des
composants relativement simples : ils comportent un émetteur/récepteur relié à une antenne et le
minimum de fonctions en temps réel liées à la
Transmission radioélectrique et à la signalisation. Une même station peut contenir un ou
plusieurs émetteurs pour assurer à la cellule couverte la capacité nécessaire. Chaque BTS a une
portée d'émission et de réception déterminée, mais réglable, avec un maximum de 30 km. Dans les
zones à forte densité de population, un même site peut comporter plusieurs antennes directionnelles
alimentées par autant de stations de base. Dans les zones à faible densité, les cellules ont des rayons
importants (10 à 20 Km ou plus) et sont en général desservies par des sites équipés d'une seule
station de base à antenne omnidirectionnelle. Rappelons enfin que chaque station de base dispose
d'une série spécifique de canaux radio qui ne peuvent être utilisés dans deux cellules contiguës sous
peine de provoquer des interférences.

c) Contrôleur de station de base ( BSC ) :


Un réseau GSM comporte plusieurs BSC, qui commandent chacun une ou plusieurs
stations de base. Le BSC est responsable de toutes les fonctions liées à la transmission radio,
comme le handover, la gestion des ressources du réseau (fréquences occupées, etc.) et les données
relatives à la configuration des cellules. Il contrôle également le niveau de puissance des fréquences
dans les stations de base et les terminaux, mobiles et est capable de gérer plusieurs centaines de

Stage technicien 18 LEMJID RIM


ISET Nabeul

cellules simultanément. En pratique, sa principale fonction est le maintien de la communication


lorsque l'utilisateur du radio-téléphone se déplace d'une cellule à une autre (handover). Grâce au
BSC, avec le GSM, l'interruption qui se produit lors du transfert est plus courte et insignifiante que
sur n'importe quel autre réseau cellulaire, elle est de l'ordre d'une fraction de seconde et l'abonné ne
s'en rend évidemment pas compte. Durant une communication, le terminal mobile écoute chaque
station de base des environs et livre un rapport permanent de la puissance des signaux repus. Ce qui
permet au BSC de choisir le moment le plus opportun du transfert et la station de base la mieux
adaptée. Enfin, le BSC assure le contrôle de la puissance des terminaux mobiles et des stations de
base. Cela réduit le niveau du signal émis, minimisant les interférences avec les autres utilisateurs et
optimisant la durée de vie des batteries du terminal.

4 - Sous-système fixe (NSS) :


Appelé aussi réseau fixe. Le NSS (Network Sub-System) réalise les fonctions
d’établissement des appels et de la mobilité.
Avant l’établissement d’une communication vers le mobile demandé, il faut
déterminer le routage à effectuer (roaming). Le sous-système radio regroupe toutes les fonctions de
routage et de communication. il est constitué de:

a) Centre de commutation radio mobile (MSC) :


Les centres de commutation des services mobiles forment le cœur du réseau GSM
car ils assurent les fonctions de commutation (I'inter fonctionnement) reliant les abonnés mobiles
entre eux ou à ceux des réseaux fixes. Les MSC (on en compte en général un pour plusieurs
dizaines de milliers d'abonnés) sont reliés à de nombreux contrôleurs de stations de base. Ils sont
interconnectés (à l'intérieur d'un même réseau et d'un réseau à l'autre ) et fournissent les interfaces
avec les réseaux fixes, c'est-à-dire le réseau téléphonique public commuté (RTC), le réseau RNIS et
les réseaux publics de données à commutation par paquets. Les MSC dépendent donc de la
répartition et du transfert des appels de leur point d'origine vers leur destination. Ils gèrent
l'ensemble des appels, sont responsables de l'établissement des communications, de leur guidage, de
leur contrôle et de leur arrivée à destination, mais aussi du handover. Ils gèrent également les
services supplémentaires (transfert ou blocage d'appels, transmission de données, messagerie
vocale, etc.), et effectuent la collecte des informations relatives à la facturation des
communications. Pour traiter les appels de ou vers les abonnés, les MSCI extraient toutes les
données nécessaires de trois types de bases de données: deux Registres de localisation et un Centre
d’authentification. Chaque MSC contribue en particulier à la mise à jour de ces bases de données en
fonction des dernières informations dont il dispose.

Stage technicien 19 LEMJID RIM


ISET Nabeul

b) Registre de localisation des visiteurs ( VLR ) :


Le VLR, associé à un ou plusieurs MSC, reçoit des HLR les informations concernant
tous les abonnés mobiles qui pénètrent dans son secteur. Cette base de données dynamique échange
en permanence des informations avec tous les HLR concernés: ceux auxquels ses "visiteurs" sont
normalement rattachés. Les données mémorisées par un VLR suivent l'abonné lorsqu'il pénètre une
zone couverte par un autre VLR. Lorsque l'abonné en déplacement veut appeler ou lorsqu'un
correspondant cherche à le joindre, les VLR fournissent aux MSC les données nécessaires au
traitement de l'appel. Le VLR mémorise en outre les informations relatives au niveau
d'abonnement, aux services particuliers et aux zones de localisation successives pour un abonné
régulièrement en visite dans sa zone de couverture. Il peut aussi savoir si un abonné est
régulièrement actif, pour éviter d'occuper inutilement le réseau en essayant d'envoyer un signal vers
un appareil éteint.

5 - Centre d’exploitation (OSS) :


a) Centre d’exploitation et de maintenance ( OMC ) :
Le centre d’exploitation et de maintenance OMC, est l’entité de gestion et
d’exploitation du réseau. Elle regroupe la gestion administrative des abonnés et la gestion technique
des équipements. La gestion administrative et commerciale du réseau s’intéresse aux abonnements
en terme de création, modification, suppression et de facturation, ce qui suppose une interaction
avec la base de données HLR. La gestion technique veille à garantir la disponibilité et la bonne
configuration matérielle des équipements du réseau. Ses axes de travail son la supervision des
alarmes émises par les équipements, la suppression des disfonctionnements, la gestion des versions
logicielles, de la performance et de la sécurité.

b) Registre de localisation nominal (HLR) :


Le HLR est la base de données qui contient et gère les abonnements. II contient un
certain nombre de données statiques: les informations relatives aux abonnés, telles que leur identité,
leur numéro d'appel, les services auxquels ils ont droit, etc. En outre, le HLR mémorise les données
relatives aux abonnés mobiles (données dynamiques): il stocke et réactualise en permanence toute
information relative à la position géographique des abonnés qui lui sont rattachés. Il peut ainsi
fournir aux MSC des informations sur la zone de localisation du mobile itinérant, de sorte que tout
appel entrant peut être acheminé immédiatement jusqu'à l'abonné demandé. Le HLR est donc un
nœud central du système et une porte d'accès pour les futurs services qui seront implantés dans les

Stage technicien 20 LEMJID RIM


ISET Nabeul

réseaux. Le HLR peut être indépendant ou combiné avec le centre de commutation radio mobile
(MSC), cela dépend de la taille du réseau.

c) Centre d’authentification (AuC) :


L'AuC est une base de données qui mémorise les informations nécessaires à la
protection des communications des abonnés mobiles. Elle fournit les clés d'authentification et de
cryptage nécessaires à établir l'identité de l'utilisateur et à assurer la stricte confidentialité de chaque
conversation. I1 s'agit aussi de prémunir l'opérateur du réseau (et, accessoirement, l'abonné) contre
toute fraude éventuelle, carte volée ou facture impayée. Bien entendu, I'AuC est soigneusement
protégé contre tout accès non autorisé. Il travaille en étroite collaboration avec le HLR.

d) Registre d'identité des équipements (EIR) :


L'EIR peut être intégré à l'AuC ou implanté séparément. Cette base de données contient
les informations relatives aux équipements mobiles (terminaux) et a pour but d'empêcher
l'utilisation frauduleuse d'appareils mobiles non reconnus par le réseau. Chaque mobile possède son
propre numéro d'identification, que l'on désigne par Identité internationale d'équipement de station
mobile (IMEI), et dont la validité peut être vérifiée dans des listes de stations mobiles autorisées par
le réseau. Si l'appareil identifié n'y figure pas ou si l'EIR constate qu'il a été volé, qu'il n'est pas
agréé ou comporte un défaut qui pourrait gêner le réseau, le mobile se verra refuser l'accès.

Stage technicien 21 LEMJID RIM


ISET Nabeul

6 - Les caractéristiques radio de la norme GSM:


Les principales caractéristiques de la norme GSM sont les suivantes:
• Fréquence d’émission du terminal vers la station de base: 890-915 MHz
• Fréquence d’émission de la station de base vers le terminal: 935-960 MHz
• Bande de fréquence disponible: 25+25MHz
• Espacement des canaux radio: 200khz
• Nombre des canaux radio par sens: 124
• Nombre des canaux de parole plein débit: 8
• Type de transmission: numérique
• Débit brut d’un canal radio: 270kbit/s
• Débit brut d’un canal de phonie à plein débit: 228 KBit/s
• Puissance maximale d’une station mobile: 8w
• Puissance maximale d’un portatif 2w
• Rayon maximum d’une cellule: 35 Km
• Rayon minimum d’une cellule: 350 m

Stage technicien 22 LEMJID RIM


ISET Nabeul

• Débit maximal de transmission de données: 9600bit/s

Stage technicien 23 LEMJID RIM


ISET Nabeul

CHAPITRE III

Stage technicien 24 LEMJID RIM


ISET Nabeul

I – Structure du réseau GIS

1 – Définition
Le système d’information géographique est un système de base de donnée informatisé
permettant de :
 capturer et manipuler des données
 récupérer et analyser des données
 créer et mettre a jour des projets de système d’information géographique
 gérer des données spécial
 visualiser des données géographique

2– Structure et caractéristiques du système d’information


géographique
a) Structure matérielle

Les protocoles utilisés dans le réseau informatique GIS

TCP/IP (Transmission Control Protocole/Internet Protocole): C’est le protocole utilisé


dans le réseau local du GIS, ce protocole se base sur l’adressage IP c’est à dire il fournit une adresse
IP a chaque machine du réseau afin de pouvoir acheminer des paquets de données.
La suite de protocoles TCP/IP répond à un certain nombre de critère parmi lesquels :
♦ Fractionnement des messages en paquets
♦ Utilisation d’un système d’adresse
♦ Acheminement des données sur le réseau (routage)
♦ Contrôle des erreurs de transmission de données

Frame Relay : C’est la méthode utilisée pour communiquer avec le centrale de Tunis, on a
pu utiliser le protocole TCP/IP pour réaliser cette opération longue distance mais on a préféré le
relay de trame parce qu’il nous permet de gagner beaucoup de temps, ce gain de temps viens du fait
qu’on n’effectue pas le contrôle d’erreur et le contrôle de flux dans les commutateurs mais on les
pousse aux extrémités de la connexion.
Dans ce protocole on ne remonte pas dans le troisième niveau du modèle OSI ou on permet
de réaliser le contrôle d’erreur, le contrôle de flux et l’adressage.
Les grands principes déterminés par cette recommandation sont les suivants :
♦ Délimitation, alignement et transparence des trames

Stage technicien 25 LEMJID RIM


ISET Nabeul

♦multiplexage et démultiplexage des trames


♦ inspection de la trame pour vérifier qu’elle n’est ni trop langue ni trop courte.

Stage technicien 26 LEMJID RIM


ISET Nabeul

Stage technicien 27 LEMJID RIM


ISET Nabeul

b) Structure logicielle
Le système d’information géographique présente une architecture modulaire. Le logiciel est
hiérarchisé sur six niveaux fonctionnels.

Modules Applicatifs
MGAD MGMAP
MGE Base Administration MGE Base Mapper

MGNUC
MGE Base Nucleus

R I S server MCSO
Relation Interface System MGE Coordinate System

SGBDR Microstation
INFORMIX Noyau Graphique PAO/CAO

Système d’Exploitation
Serveur : Linux Terminaux : Windows NT

Définition des différentes Modes :


• MGAD (MGE Base Administration) : C’est le mode administrateur ou notre administrateur peut

créer et modifier les différentes entités graphique utilisées dans les différentes cartes a créer, c’est le
mode qu’on trouve sur le serveur.
• MGMAP (MGE Base Mapper) C’est le mode modification ou le mode mise ajour , il permet
d’ajouter des entités graphique sur les cartes a crées et de les définir .
• MGNUC (MGE Base Nucleus): C’est le mode vérification il permet de rechercher les erreur
éventuel sur les différentes cartes et il vous donne la possibilités de les corrigées.
• RIS (Relation Interface Système V5.05): C’est une interface qui communique directement avec
la base de données relationnelle que l’on utilise avec MGE. Il assure le transfert des données entre
un projet MGE et la SGBDR du projet.
L’utilisation du RIS permet la transparence entre la base de relationnelle et l’utilisateur, il permet
ainsi la cohérence des données quelle que soit la base de données utilisées.

Stage technicien 28 LEMJID RIM


ISET Nabeul

• Microstation : C’est le moteur graphique du système, il offre des capacités graphique complète
d’un logiciel de PAO et CAO qui permet de dessiner une géométrie vectoriel de l’information.
• SGBDR (INFORMIX V2.5): Le système de gestion de base de données relationnelle utilisées
dans notre système d’information géographique est l’INFORMIX qui est un système de gestion de
base de données utilisées pour stocker des informations d’attributs d’ordres descriptifs
alphanumérique lesquelles sont généralement associées aux données graphiques.

II – Données et étapes de configuration d’un projet


MGE

1 - Les différentes sources de données


géographiques dans MGE :

Stage technicien 29 LEMJID RIM


ISET Nabeul

Création et
Configurer un Création des

Stage technicien
définition des
fichier prototype catégories features
création d’un projet MGE :

30
Création d’une
Création des Création des
carte de
Label Manager MAP
situation

Création des
jointures et des
vieus Intégration des
données

LEMJID RIM
2 - Les différentes étapes de configuration pour la
ISET Nabeul

III - Création d’un projet du système d’information


géographique :
Chaque projet MGE ( Modular Géographique Environnement ) doit comporter :
• Une carte fond : comportant le fond du plan vectorisé de la zone géographique

correspondante au répartiteur général RG.


• Une carte rue : comportant les entités graphique des nom de rues ,immeubles, numéros des
maisons, résidences, numéros de lots .

Stage technicien 31 LEMJID RIM


ISET Nabeul

• Une carte SR: comportant les entités graphique Sous Répartiteur SR, Point de Concentration PC ,
et les gains de paires .

carte génie civil : Un plan de génie civil d’un sous répartiteur SR comporte les entités

graphique des chambres et des canalisations.

Stage technicien 32 LEMJID RIM


ISET Nabeul

• carte d’association : chaque plan d’association d’un sous répartiteur SR comporte les
entités graphique des câbles , des attentes et des zéro .

IV – Etapes de Création et d’installation d’un nouvel abonne


Le client désirant établir une nouvelle installation téléphonique se présente à l’agence
commerciale de Tunisie Télécoms accompagné des papiers nécessaires.
La demande sera enregistrée dans un répertoire approprié (saisie de la demande).
Les données seront envoyées sur le réseau au bureau FTA (Fiche Technique d’Abonnés)
Le rôle de la fiche technique d’abonnés est de déterminer la possibilité de réalisation de
l’installation de la nouvelle ligne. On aura deux cas :
- s’il n’y a pas possibilité de réaliser l’installation par faute de non disponibilité de point
de concentration à proximité du domicile du client (le plus proche PC est loin à une
distance qui est supérieure à 120 mètres), ou par saturation du PC le plus proche.
- Si l’installation est réalisable, le dossier contenant la position sur le réseau (position
technique) est envoyé a l’agence commerciale qui éditera le contrat lequel sera envoyé à
l’agent du guichet abonnement pour règlement des frais de l’installation.
Après payement, un avis de travaux est envoyé au central ou on affecte le numéro
d’appel de l’abonné après vérification de la position et un ordre de travaux est envoyé
au CCL .qui confirmera la connexion.

Stage technicien 33 LEMJID RIM


ISET Nabeul

Stage technicien 34 LEMJID RIM


ISET Nabeul

Conclusion
Le stage était une occasion qui m’a permis de consolider mon acquis
théorique par un autre pratique dans le domaine des télécommunications et
pendant lequel j’ai appris tant de notions nécessaires concernant le
fonctionnement du réseau téléphonique.

De plus il m’a offert une chance de découvrir la vie professionnelle, de


contacter tant de personnes du système d’information géographique (GIS) ; tout en
participant à tout les travaux effectués afin d’avoir le plus intérêt pour cette
initiation à s’adapter et s’intégrer avec l’ambiance du travail.

Enfin, je souhaite que ce rapport soit convainquant et englobe tout ce qui


concerne le système d’information géographique.

Stage technicien 35 LEMJID RIM


ISET Nabeul

Sommaire
REMERCIEMENTS......................................................................................................................................1

INTRODUCTION..........................................................................................................................................2

3 - LE CENTRE DE COMMUTATION............................................................................................................................13
1 – DÉFINITION.....................................................................................................................................................25
2– STRUCTURE ET CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME D’INFORMATION GÉOGRAPHIQUE........................................................25
III - CRÉATION D’UN PROJET DU SYSTÈME D’INFORMATION GÉOGRAPHIQUE : ...........................................................31
IV – ETAPES DE CRÉATION ET D’INSTALLATION D’UN NOUVEL ABONNE ....................................................................33

CONCLUSION.............................................................................................................................................35

Stage technicien 36 LEMJID RIM