P. 1
Histoire Des Faits Et Idees Economiques Notes 2008

Histoire Des Faits Et Idees Economiques Notes 2008

|Views: 518|Likes:
Publicado porIkram Chakir

More info:

Published by: Ikram Chakir on Nov 13, 2011
Direitos Autorais:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/07/2012

pdf

text

original

Il y a eu des tentatives de création de phalanstères. Elles ont toutes échoué, après
avoir connu des fortunes diverses. La thèse de Pierre MERCLE, "Le socialisme,
l'utopie ou la science ?
" décrit en détails chacune de ces expériences. Il se dégage
quelques généralités du compte-rendu de ces expériences, à savoir notamment que
les obstacles matériels furent considérables. Quand ce n'étaient pas les obstacles
matériels, c'étaient les dissensions individuelles qui ont précipité l'échec de ces
expériences communautaires. Les plus importantes furent :

• Condé-sur-Vesgre près de Rambouillet, dans le canton de Houdan (Seine-
et-Oise), en 1832, du vivant de Charles FOURIER,

170

• le "familistère" que GODIN (1817-1888), fabricant de poêles, installe à
Guise, dans l'Aisne en 1846,
• celui du Texas en 1855, sous l'impulsion de Victor CONSIDERANT (1808-
1893), un polytechnicien exalté qui s'approprie le fouriérisme, et en assure
d'ailleurs le succès.

Mentionnons également une tentative de fouriérisme partiel appelé "commerce
véridique et social». En 1835, une souscription est ouverte par les fouriéristes Blaise
MURAT, Jean RéMOND, Edmond VIDAL et Rivière CADET, ainsi que d'anciens
Saint-simoniens ralliés au fouriérisme, pour la fondation d'une épicerie sociale.
C'est l'ancien Saint-simonien Joseph REYNIER qui apporta l'essentiel des fonds qui
permirent l'ouverture de cette première épicerie d’inspiration fouriériste.

Selon Pierre MERCLE, "Les ventes réalisées la première année furent importantes,
et pendant les deux années suivantes, cinq autres magasins furent ouverts sur le
plateau de la Croix-Rousse, puis dans d'autres quartiers de la ville. Mais des
tracasseries policières et administratives suscitées par des commerçants lyonnais
dissuadèrent peu à peu les consommateurs et obligèrent finalement Michel Derrion,
ruiné, à mettre fin à l'expérience du « Commerce véridique et social » à Lyon, en
1838. Derrion et Reynier n'avaient pas pour autant abdiqué leur volonté de traduire
en pratique les préceptes fouriéristes, et après avoir rejoint les dissidents de l'Union
harmonienne, ils participèrent à la tentative de réalisation conduite au Brésil sous la
direction du docteur Benoît Mure dans la première moitié des années 1840.
"

You're Reading a Free Preview

Descarregar
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->