P. 1
Histoire Des Faits Et Idees Economiques Notes 2008

Histoire Des Faits Et Idees Economiques Notes 2008

|Views: 518|Likes:
Publicado porIkram Chakir

More info:

Published by: Ikram Chakir on Nov 13, 2011
Direitos Autorais:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/07/2012

pdf

text

original

S'agissant de l'école néo-classique, il existe plusieurs courants en son sein, mais ces
courants ne sont pas forcément opposés. Il vaut mieux les concevoir comme ayant
chacun contribué à la mise en place des "briques" néo-classiques.

183

Les six principaux courants sont :

L'école autrichienne, qui compte parmi elles les pionniers de la "révolution
marginaliste" : Carl MENGER (1840-1921), à l'université de VIENNE,
Friedrich VON WIESER (1851-1926) et Eugen von BÖHM BAWERK (1851-
1914). Leurs héritiers furent Ludwig von MISES (1881-1973) et Friedrich von
HAYEK (1899-1992). L'école autrichienne a rayonné à l'université de Vienne
jusqu'aux années 1930, après quoi ses membres s'exilèrent soit au
Royaume-Uni, soit aux Etats-Unis. Dans ce chapitre, nous n'étudierons qu'un
tout petit aspect de la pensée autrichienne, celle qui concerne son apport à la
théorie de l'utilité marginale, à travers Carl MENGER et Friedrich VON
WIESER et il est bon de préciser que les autrichiens se sont très vite
détachés du courant néoclassique orthodoxe, notamment en ce qui concerne
l’utilisation des dérivées en économie.

L'école de Lausanne, qui compte principalement Léon WALRAS (1834-
1910) et Vilfredo PARETO (1848-1923). C'est l'un des courants les plus
importants de l'école néo-classique, puisque c'est à WALRAS que l'on doit,
entre autres, a) la première formulation de la maximisation de l'utilité sous
contrainte
débouchant sur une fonction de demande et b) la mise en
équation d'un système économique d'équilibre général. Quand à Vilfredo
PARETO, on lui doit la notion d'optimum, que l'on qualifie d'ailleurs
d'optimum de Pareto, c'est-à-dire une situation d'équilibre entre agents
économiques qui, lorsqu'on l'a atteint, ne peut plus être améliorée pour aucun
agent sans nuire à aucun autre.

L'école anglaise et son prolongement Cambridgien qui commence avec
Stanley JEVONS (1835-1882), Philip WICKSTEED (1844-1927), Francis
Ysidro EDGEWORTH (1845-1926) et Henry SIDGWICK (1838-1900)84

. Elle
se poursuit avec Alfred MARSHALL (1842-1924), Arthur Cecil PIGOU (1877-
1959) et nous verrons dans le chapitre 9 que John Maynard KEYNES (1883-
1946) fut d'abord un héritier de MARSHALL, avant d'être un « adversaire
théorique » de PIGOU.

L'école Française avec principalement Nicolas-François CANARD (1750-
1833), Jules Étienne DUPUIT (1804-1866), Augustin COURNOT (1801-1877)
et Joseph BERTRAND (1804-1866). Ils développent des outils de calcul qui
sont encore utilisés aujourd'hui en microéconomie. COURNOT et
BERTRAND sont connus pour l'analyse du duopole.

L'école suédoise et plus particulièrement l'école de Stockholm, dont nous
retiendront seulement quelques noms : Knut WICKSELL (1851-1926), Eli
HECKSCHER (1879-1952), Bertil OHLIN (1899-1979) et Gunnar MYRDAL
(1898-1987).

L’école américaine avec en particulier John Bates CLARK (1847-1938) et
Irving FISHER (1867-1947).

84

Henry SIDWICK est aussi revendiqué par les autrichiens, mais on ne peut nier qu’il a contribué à la
mise en place de l’appareil micro-économique néoclassique.

184

Les 6 écoles du courant néo-classique

2 – Les caractéristiques fondamentales de l’approche néo-classique

Après avoir identifié les différentes écoles, on peut essayer de dégager le noyau
commun à l'analyse néo-classique. De façon générale, c'est une théorie de la valeur
qui se fonde sur l'échange économique. C'est une théorie qui décrit la formation de la
valeur à travers l'échange. De façon quelque peu caricaturale, on a parfois tendance
à ramener l'école néo-classique de la valeur à un diagramme sur lequel une courbe
d'offre croissante croise une courbe de demande décroissante. Mais, caricaturale ou
non, cette vision contient une part importante de vérité. En effet, ce qui caractérise
l'école néo-classique, c'est la conviction que les prix et les quantités d'équilibre sont
simultanément déterminés par des facteurs liés à l'offre et des facteurs liés à la
demande. De façon plus précise, les traits suivants sont typiques une bonne part des
analyses néo-classiques.

You're Reading a Free Preview

Descarregar
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->