P. 1
Histoire Des Faits Et Idees Economiques Notes 2008

Histoire Des Faits Et Idees Economiques Notes 2008

|Views: 518|Likes:
Publicado porIkram Chakir

More info:

Published by: Ikram Chakir on Nov 13, 2011
Direitos Autorais:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/07/2012

pdf

text

original

Les croisades sont des expéditions militaires menées par les chrétiens d’Occident
pour tenter de soustraire, à la demande de la papauté, les lieux saints (tombeau du
Christ, Jérusalem) à l’occupation musulmane. Il y a eu huit croisades successives, la
première en 1095 et la dernière en 1270.

38

En tentant de comprendre le phénomène des croisades, certains historiens
spécialistes du Moyen Âge ont mis l’accent sur l’importance de la croissance
démographique et commerciale en Europe, entre le XIIe et le XIVe siècle. Les
croisades s’expliqueraient par la recherche d’une zone d’expansion territoriale, pour
une partie de cette population, et d’un débouché aux ambitions de seigneurs avides
d’exploits, de richesses et d’aventures. Elles ont également offert de riches
opportunités commerciales aux marchands des cités méditerranéennes d’Occident,
en particulier Gênes, Pise et Venise.

b) La peste noire

La peste noire est apparue en 1334 en Chine (1320 selon certaines sources), dans
la province du Hubei et se répand rapidement. Elle va s’étendre à tout l’Occident en
moins de 15 ans, transmise par les marchands, les pèlerins et les voyageurs. Cette
peste, qui se manifestait par l’apparition de bubons autour du cou et sous l’aisselle, a
décimé massivement les populations d’Europe. Un malade sur quatre seulement
survivait. Les causes de son apparition sont aussi mystérieuses que celle de sa
disparition. De nombreuses hypothèses ont été émises, mais aucune ne suscite
l’adhésion générale. La plus fréquemment évoquée est l’état sanitaire et alimentaire
des populations. Une population où le niveau d’hygiène est élevé et les carences
alimentaires faible auraient moins de chances de voir la peste apparaître et se
développer. Plusieurs auteurs contemporains, dont Alfred SAUVY19

ont dès la

seconde moitié du 20ème

siècle, bien avant l’apparition du HIV et de la grippe aviaire,
mis en garde contre la réapparition de phénomènes épidémiques de grande ampleur
dans le monde contemporain et souligné son impuissance probable ou son efficacité
tardive.

Le Moyen Âge fut traversé par de nombreuses épidémies. On cite la « Peste de
Justinien » qui dès le VIème siècle ravagea l'Empire romain d'Orient et contribua
largement au déficit démographique du Haut Moyen Âge en Europe. La peste noire
a provoqué la mort d'au moins un tiers de la population européenne, soit autour de
25 millions de victimes, et probablement le même nombre en Asie. La peste noire,
qui affecte l’Europe entre 1347 et 1350 a des conséquences durables. Elle tue
environ le tiers de la population européenne de cette époque (soit 25 millions de
morts). Elle refait ensuite régulièrement surface dans les différents pays touchés
par la première vague (par exemple entre 1353 et 1355 en France ou entre 1360 et
1369 en Angleterre).

Deux cartes de l’extension de la peste noire de la Chine à l’Europe sont disponibles
sur Internet :

1) http://historymedren.about.com/library/atlas/natmapasiabd.htm
2) http://historymedren.about.com/library/weekly/aapmaps4.htm

19

Alfred SAUVY, 1958, De Malthus à Mao-Tsé-Toung, éditions Denoël.

39

C - Le monde musulman

L’économie des pays de l’Islam est façonnée par la géographie, plus précisément
par la rareté de l’eau. Cela explique le développement des techniques d’irrigation et
la structure particulière du monde agricole. C’est le calife qui possède les terres et
qui les exploitent, directement le plus souvent, ou en concédant l’exploitation à des
métayers qui lui versent en retour une partie de la récolte. Les cultures sont
variées
: blé, riz, canne à sucre, des dattes, des olives, du raisin, des bananes, des
oranges, des légumes et des plantes aromatiques. L’élevage, souvent extensif,
occupe une place importante.

Le commerce est florissant et se fait à dos de chameau, en caravanes. L’or du
Soudan est ainsi transporté dans tout l’empire Ottoman jusqu’à Bagdad. L’artisanat
connaît une période faste : production d’armes (Damas, Tolède), métallurgie (à partir
de techniques importées d’Inde), industrie textile (mousselines et soieries), travail du
cuir (Cordoue, Maroc). Bagdad est un carrefour prodigieux d’échanges où les
caravanes revenant d’Asie croisent celles provenant d’Egypte ou du Sénégal. C’est
un empire commercial immense qui se décline en myriades d’activités locales
reliées entre elles par le commerce. L’unité du monde musulman se fait par la
religion. Le commerce, contrairement à ce qui se passe en occident au même
moment, n’est pas méprisé. Le chèque, mot d’origine arabe, alors inconnu en
occident, est inventé et fréquemment utilisé dans les transactions, conjointement à la
découverte et à l’utilisation du papier. Le taux d’intérêt est cependant condamné, tout
comme dans le monde chrétien à la même époque. L’or en provenance d’Afrique
circule en abondance dans tout le monde musulman et jusqu’à la Chine. Les arabes
contrôlent aussi, à cette époque, la totalité du commerce des esclaves sur les trois
continents. La richesse économique aura pour conséquence le développement de la
vie artistique, culturelle, littéraire (Les mille et une nuits), philosophique (la
bibliothèque de Cordoue compte 400 000 volumes), religieuse et technique (de
nombreuses inventions arabes et chinoises seront transmises à l’occident par le biais
des réseaux de caravanes, comme la poudre et le papier).

Les grands centres économiques du monde musulman sont Cordoue, Grenade,
Tunis, Marrakech, Damas, Alep, Alexandrie, Le Caire, Bagdad et Bassora. Les
régions d’Asie ont joué un rôle important dans l'économie du monde musulman. Qui
ne se souvient des légendes rapportées par les caravanes au sujet de « la route de
la soie » ou « route du jade », qui reliait le Proche-Orient à la Chine depuis
l'Antiquité. C’est elle que les caravanes de chameaux suivaient et qui est à l’origine
des premières colonies de marchands musulmans en Asie centrale et en Chine. Elle
faisait halte à Bagdad, qu’elles approvisionnement en produits de luxe orientaux :
« Après les invasions mongoles et la chute de Bagdad en 1258, l'activité économique
du monde musulman se déplaça vers le sud avec trois points d'ancrage : l'Égypte,
l'Inde et l'archipel insulindien. L'Inde et le détroit de Malacca, carrefours obligés de
tous les échanges maritimes transcontinentaux, ne furent pas loin alors d'être les
centres de gravité de l'économie du monde musulman
» écrit Marc GABORIAUX20
.

20

Marc GABORIAUX, 2001, in préface de L’islam en Asie, du Caucase à la Chine, Les Études de la
documentation française.

40

Bagdad : un des carrefours des échanges sur la route de la soie

Source : http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/aa/Silk_road.jpg

L’invasion mongole de 1258, puis la peste noire au quatorzième siècle donnent le
coup d’arrêt à l’essor économique du monde musulman, qui après diverses amorces
de renouveau, déclinera à mesure que l’Atlantique ravira à la Méditerranée la place
centrale dans les échanges mondiaux.

You're Reading a Free Preview

Descarregar
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->