P. 1
Histoire Des Faits Et Idees Economiques Notes 2008

Histoire Des Faits Et Idees Economiques Notes 2008

|Views: 518|Likes:
Publicado porIkram Chakir

More info:

Published by: Ikram Chakir on Nov 13, 2011
Direitos Autorais:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/07/2012

pdf

text

original

Dès la fin des années 1970, la dérèglementation des marchés, et en particulier la
dérèglementation des marchés financiers américains devait susciter une vague
d’innovations financières visant à rendre «plus « liquide » les actifs et les risques et,
par ces nouveaux moyens (titrisation, effet de levier, hedge funds), à faciliter la
transformation de l’épargne en investissement.

273

1) La titrisation

La titrisation est une technique financière qui consiste à transférer des créances
(hypothécaires ou autres) à des investisseurs, à travers une société ad hoc,
transformant ces créances en titres financiers négociables sur le marché des
capitaux.

Une telle titrisation s'opère en regroupant un portefeuille de créances de nature
similaire (prêts immobiliers, prêts à la consommation, ...) que l'on cède alors à une
structure communément appelée « SICAV » ou « FCP » en France et portant
d‘autres noms d’oiseaux ailleurs dans le monde. Rien n’oblige en fait à ce que les
créances soient de nature similaire, ce qui permet de noyer certaines créances au
sein de paquets plus globaux. En outre, une fois titrisée, une créance peut être
combinée au sein d’autres actifs par des organismes de gestion de fonds.

La titrisation est née aux États-Unis dans les années 1980, puis a connu une
expansion importante en Europe à partir des années 2000 (les SICAV ou FCP ont
été créées en France depuis les années 1980 mais ne titrisaient pas les crédits
immobiliers avant 2000).

Les deux sociétés de refinancement FANNIE MAE et FREDDIE MAC sont
l’illustration exemplaire du phénomène de titrisation des créances hypothécaires. En
effet, elles rachètent aux banques américaines leurs prêts et les revendent titrisés,
d’où l’appellation de « refinancement ». Elles peuvent aussi donner leur garantie à la
titrisation directe d’un prêt hypothécaire.

2) L’effet de levier

L'effet de levier consiste à recourir à l'endettement pour financer un projet dont le
taux de rentabilité escompté est supérieur au taux d’intérêt de l’emprunt. Cette forme
de financement s’est beaucoup développée grâce aux nouveaux instruments
financiers issus de la titrisation et à bénéficié de la conjugaison de taux d’intérêt
relativement bas alors même que les opportunités d’investissement profitable étaient
nombreuse du fait de l’essor économique des années 1990.

3) Les hedge funds

Les hedge funds sont des sociétés qui proposent une gestion des fonds de leurs
déposants, basée sur la prise de risque et l’effet de levier précédemment décrit. Ils
sont apparus dans les années 1950 avec les activités de Alfred Winslow JONES113
,
un ancien journaliste du magazine américain Fortune, puis découverts par le grand
public à l'occasion de la dévaluation de la livre Sterling consécutive à l'intervention
du financier milliardaire George SOROS114

. En novembre 2007, près de 10 000

113

Voir http://en.wikipedia.org/wiki/Alfred_Winslow_Jones.

114

George SOROS est un financier américain d’origine hongroise qui devint célèbre, lors du mercredi
noir (16 septembre 1992), en spéculant contre la livre sterling. La Banque d'Angleterre fut alors
contrainte de sortir sa devise du Système Monétaire Européen. Selon la presse financière, la plus-
value réalisée par SOROS fut d'environ 1,1 milliard de dollars. Grâce à ce coup porté à la finance
anglaise, il devint très populaire Outre-Atlantique (et même en France quand il se mit à cracher dans
la soupe libérale) et fut surnommé « l'homme qui fit sauter la Banque d'Angleterre ». Il renouvela ce
type d’activité à plusieurs reprises et notamment lors de la crise financière asiatique de 1997. On se

274

hedge funds étaient recensés dans le monde pour une gestion globale d’environ 1
760 milliards USD (1 250 milliards d'euros). Les gestionnaires de ces fonds tentent
en permanence de « décorréler » les performances de leur fond de l'évolution
générale de la bourse. Ils interviennent pour cela sur tous type de support : marchés
d’actions et d’obligations, devises, matières premières, immobilier (et en particulier
prêts hypothécaires titrisés), entreprises non cotées et marché des œuvres d'art.

4) Les subprimes

Un « subprime » (de l’anglais « subprime loan ») est un crédit à risque, proposé à un
emprunteur qui n'offre pas les garanties pour bénéficier du taux d'intérêt le plus
avantageux (dit « prime rate »). Ce crédit immobilier est gagé sur le logement de
l'emprunteur et se caractérise par un taux d’intérêt élevé, généralement indexé.
« subprime » s’oppose à « prime », vocable que l’on retrouve dans « prime lending
rate », taux d'intérêt accordé aux emprunteurs les plus fiables.

You're Reading a Free Preview

Descarregar
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->