P. 1
Maxence Layet - L'énergie secrète de l'Univers-2006

Maxence Layet - L'énergie secrète de l'Univers-2006

|Views: 1.303|Likes:
Publicado pormatolowan

More info:

Published by: matolowan on Mar 05, 2012
Direitos Autorais:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/16/2013

pdf

text

original

De la théorie, il y en a. Cette somme de connaissances – au moins aussi vieille que la Chine et

sa civilisation plusieurs fois millénaire – se retrouve disséminée dans la littérature médicale,

abondante, produite au fil de la Chine antique puis impériale. La référence la plus illustre est

celle du Nei Jing. Le Traité de Médecine Interne, rédigé entre le Ve siècle av. J.-C. et l'an 300

de notre ère. Il contient une première description des méridiens. Si complète que les bases

n'ont pas changé depuis. (19)

Les méridiens, d'après les textes classiques, l'être humain en a une infinité. Je préfère vous

épargner un exposé magistral sur la question. De nombreux livres y répondent très bien. Et

dans le détail. L'un d'entre eux, le Précis de médecine chinoise distingue ainsi 12 méridiens

réguliers, les plus connus et les plus utilisés ; puis 8 méridiens particuliers, appelés aussi mer-

veilleux ; 12 méridiens distincts ; 15 méridiens collatéraux ; ainsi qu'une foultitude de

méridiens superficiels, capillaires, tendino-musculaires ou cutané. (20)

Pour l'essentiel, les méridiens sont classés en deux groupes.

- D'un côté, la douzaine de méridiens réguliers. Ils relient des points parsemés à la surface de

la peau et leurs cheminements se retrouvent à l'identique des côtés droit et gauche du corps.

Leurs fonctions sont assez claires. Chacun a sous sa responsabilité un domaine envisagé

autant dans son versant physique (la respiration, la digestion, la thermorégulation...) que

mental (la communication, la mémoire, l'émotionnel...). Par commodité, l'Occident a donné à

chacun un nom d'organe : méridien poumon, foie, gros intestin, etc. Par exemple, l'aptitude à

faire le tri dans sa tête et dans son métabolisme – en régulant son taux de sucre – est géré par

un même méridien, dénommé rate/pancréas. (21) Ce sont eux que l'acupuncture et le shiatsu

utilisent le plus fréquemment.

- De l'autre, il y a tous les méridiens restants. Le plus souvent, ces tracés de deuxième

catégorie "empruntent" directement des points et des portions de trajets aux premiers. Sans

complexe, leurs parcours passent, sautent, zigzaguent d'un segment de méridien régulier à un

autre. Parmi ces méridiens secondaires, les "méridiens merveilleux" occupent une place à

part. (22)

L'influence des huit méridiens merveilleux est beaucoup plus globale. Ils traversent le corps

de part en part et chapeautent plusieurs organes à la fois. L'un gouverne la colonne vertébrale

et ses différents étages, un autre régit tout ce qui a trait à la conception, un troisième veille au

52

yin, son partenaire au yang, le suivant s'occupe de relier les moitiés supérieure et inférieure du

corps, etc. Selon les Chinois, ces méridiens apparaissent dès l'embryon, aux premières heures

de la division cellulaire. Les utiliser, c'est pratiquer la médecine chinoise à un niveau

supérieur. "Les méridiens merveilleux, ce sont des autoroutes. Les autres à côté ce sont des

départementales", m'a dit un jour Jean-Claude Guillot Noël, un ostéopathe formé à la

médecine chinoise. Agir sur un méridien merveilleux, par effet domino, c'est agir sur

plusieurs voies en simultané. "Et puis l'avantage des voies rapides, c'est que cela va vite."

Retour à l'oasis. À l'image des méridiens réguliers dans notre corps, une douzaine de cultures

s'y côtoient, délimitant des parcelles dont les besoins diffèrent. Le sol de l'oasis n'est pas

parfaitement plat. Le lopin cultivé se retrouve parfois sur une butte, parfois dans un creux.

L'acheminement de l'eau dans ces conditions est plus difficile. Cela occasionne des problèmes

de pression, de débit, que le système d'irrigation doit compenser d'une façon ou d'une autre

pour garantir un flux constant. La température de l'eau varie, aussi en fonction des parcelles à

irriguer. Parfois légèrement tiède (yang), dans d'autres un peu plus fraîche (yin). Ce qui

n'empêche pas l'ensemble de fonctionner comme un grand circuit fermé.

À l'échelle du corps c'est la même chose. Les méridiens réguliers communiquent entre eux via

leurs extrémités. Là où l'un se termine, l'autre débute à proximité immédiate. À un ou deux

centimètres, sur le doigt ou l'orteil d'à côté. Un seul trait relie ainsi le torse à la main, la main

à la tête, la tête aux pieds et les pieds au torse. Ce grand trajet continu et sinueux forme un

cycle complet que les textes classiques appellent "la grande circulation". Un circuit accompli

par le Qi, le souffle, une cinquantaine de fois par jour. Inlassablement.

Raffinement supplémentaire : les méridiens ont leurs horaires. Déterminant une sorte de

biorythme journalier en phase avec le cheminement de l'énergie au fil des méridiens. Au cours

de ce circuit, apparemment immuable et connu depuis l'antiquité chinoise, les méridiens

connaissent à tour de rôle un pic d'activité. Comme si un arrosage automatique se déclenchait

par tranche de deux heures dans l'une des douze parcelles de l'oasis. Secteur après secteur,

toujours dans le même ordre. De nuit comme de jour.

Continuité, complémentarité, alternance... les méridiens (et à travers eux le corps) se

conforment aux éternels principes du yin/yang et des cinq éléments. Dans la hiérarchie des

méridiens, la surface est reliée à la profondeur, les secondaires servent de "déversoirs" au

"trop-plein" d'énergie des premiers ou s'accumulent dans des collecteurs de Qi , surnommés

les "mers intérieurs". Etc.

Voilà pour la théorie.

You're Reading a Free Preview

Descarregar
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->