P. 1
Maxence Layet - L'énergie secrète de l'Univers-2006

Maxence Layet - L'énergie secrète de l'Univers-2006

|Views: 1.303|Likes:
Publicado pormatolowan

More info:

Published by: matolowan on Mar 05, 2012
Direitos Autorais:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/16/2013

pdf

text

original

"Le bois engendre le feu, le feu engendre la terre... ça doit être ça, non ? — Mais l'eau, elle

engendre quoi ?"

Je souris. Les autres visiteurs déambulent et interrogent les tracés colorés des correspondances

chinoises. Bois, terre, eau, feu, métal... un entrelacs d'énergies qui s'entrecroisent,

s'engendrent ou se tempèrent. Salle suivante. D'autres visiteurs s'arrêtent, lisent, commentent

les différents panneaux de l'histoire du Qi. Nous sommes en juin 2001, à la Villette, expo-

sition Médecines chinoises.

Une ambiance feutrée, studieuse, au parfum de zen... Comme les autres, je prends des notes.

Comme les autres, je suis venu ici pour tenter de comprendre ce mystérieux Qi dont on parle

tant.

16

Le Qi — prononcez Tch'i, ou Ki — est selon la tradition chinoise une énergie qui baigne toute

chose, vivante comme inanimée. Le Qi est à la fois capital et flux. Il circule et peut se stocker.

L'excès de Qi , comme son manque, est source de nuisances. Il regroupe aussi... aussi...

Restons-en là pour l'instant. Gardons simplement avec nous son principe général, celui qui

baigne et soutient toute chose.

Bien qu'il soit ancestral et étayé par une solide théorie, l'énergie du Qi n'est pas reconnue par

les sciences physiques et médicales occidentales. Serait-ce à cause de son origine chinoise,

qui se perd dans l'étude et la tradition d'un savoir immémorial ? Un savoir étranger et bien

éloigné, dans l'espace et dans le temps des terres de Newton et de Descartes ? Pourtant

nombre d'inventions : la poudre, la boussole, l'imprimerie, le sismographe, sont bien issues du

même pays !

Peut-être aussi que le Qi n'est que superstition et qu'il n'existe pas vraiment ? En tant que

fondement énergétique de tous et de tout, que diable !, il devrait pouvoir être détecté, perçu,

analysé... Peine perdue, les rares chercheurs à s'être penchés sur le Qi paraissent avoir fait

chou blanc. Ou peut-être pas. Car l'énergie est bien partout, quelle que soit sa forme.

L'autre équation énergétique universelle, c'est celle d'Einstein. E=mC2, a-t-il calculé il y a

bientôt 100 ans. Selon cette formule plus que célèbre, l'énergie d'un objet est égale à sa masse,

multipliée par la vitesse de la lumière au carré. Une règle de calcul serait à appliquer sans

distinction. Qu'il s'agisse d'un corps humain ou de l'univers dans son entier. Problème de la

physique contemporaine : cette formule clé en main est encore aujourd'hui sujette à d'âpres

discussions entre scientifiques de tous bords. Car rien n'est sûr : plusieurs zones d'ombre

résistent à cette mathématique de haut vol et les relevés d'expériences ne donnent pas toujours

raison à la théorie d'Einstein.

Ainsi l'énergie est partout. Et en même temps insaisissable. Ce qui ne veut pas dire qu'on ne

peut la percevoir. Qui n'a pas senti la chaleur d'un corps assis à proximité du sien ? Qui n'a

pas entendu battre lourdement les percussions de la musique au coeur de ses entrailles ?

Multiple, l'énergie se mesure en décibels, en joules, en électronvolts, en kilomètres/heure, que

sais-je encore...

L'énergie est un jour entrée dans ma vie par mes mains. Comme une sensation de douce

chaleur, de suspension, de picotements, venue entourer mes doigts pour s'étendre jusqu'au

poignet. C'était lors de "jeux", sous forme de tests, que nous faisions entre amis. Face à face,

nous tenions nos paumes à distance l'une au-dessus de l'autre. Vingt secondes plus tard, nous

pouvions sentir "quelque chose" circuler. "Quelque chose" de vivant et joyeux comme un

courant fluctuant. Si l'on continuait, nos mains se crispaient ou, au contraire, semblaient

flotter comme entre deux champs d'énergie.

17

C'est bien plus tard, à la faveur de livres et d'articles de presse, que j'allais découvrir que cette

énergie si étrange, si invisible et pourtant tellement palpable, n'était pas qu'un simple "effet de

chaleur". Sous la peau notre corps fonctionne comme une véritable usine thermique. Sa

température se régule en permanence – en général sans que nous en soyons vraiment

conscients – aux alentours de 36,7 °. Ce fonctionnement interne est à l'origine d'un

dégagement naturel de chaleur. Plus ce rayonnement d'énergie organique s'accroît, plus il

devient perceptible en surface. Un mécanisme appelé fièvre par exemple.

Mais cette énergie que j'avais ressentie, de la main à la main en quelque sorte, était tout autre.

Elle pouvait être due, par exemple, au biomagnétisme. Un effet causé par la présence de

grains de magnétite – de minuscules cristaux de fer – disséminés par paquets de quelques

milliers dans notre corps, les arcades sourcilières, le cou, les genoux, les poignets...

Ou encore au champ électrique qui accompagne et entoure tout être vivant. Qu'il soit animal,

insecte, bactérie, humain ou végétal. Enfin, autre possibilité, la présence dans la paume de la

main de plusieurs centres d'énergie, dénommés chakras, à travers lesquels l'énergie circule et

s'échange. À moins qu'il ne s'agisse d'émissions de Qi, telles que savent le provoquer et le

décrire les maîtres taoïstes chinois ? Ou bien encore, en dernière hypothèse... un subtil

mélange de tout cela ?

Titillé par de telles perspectives, depuis, je suis resté curieux de toutes les considérations

énergétiques. Plongeant sans vergogne ni a priori dans les sujets les plus "ésotériques" comme

la radiesthésie ou l'alignement des mégalithes, aux derniers mystères des sciences de pointe...

Des recherches portant par exemple sur la fusion froide ou les particules à très hautes énergies

pour citer les derniers casse-tête des physiciens. Il y en a bien d'autres.

En Espagne, des médecins soignent des brûlures graves à l'aide d'une lampe de poche et de

simples filtres colorés aux tons de l'arc-en-ciel...

En Australie, des ingénieurs veulent construire une tour de plusieurs centaines de mètres de

haut pour générer de l'électricité à l'aide de courants d'air chaud...

Un peu partout, des astronomes traquent sans relâche les ondes radio qui viennent de

l'espace...

En France, un agronome étudie le rendement des chênes truffiers en les plantant à la croisée

de lignes "cosmo telluriques"

Aux États-Unis, des biologistes ont fait repousser la patte d'un rat. Comment ? En utilisant des

champs électriques micro dosés...

18

Un physicien chinois a découvert dans les molécules d'eau le secret des méridiens

d'acupuncture...

Des astronautes ont constaté dans les océans la présence de tourbillons marins longs de

plusieurs centaines de kilomètres...

En 1995, des militaires français ont montré à la presse comment, à distance et sans fil, afficher

à l'identique un texte écrit sur un autre ordinateur...

Un appareil russe, une caméra numérique un peu spéciale, est capable de tirer le portrait de

notre énergie vitale...

Au-dessus de nos têtes, un petit satellite écoute les crépitements de l'atmosphère à la

recherche des tremblements de terre de demain...

Autour de la planète, une cinquantaine d'ordinateurs en réseau fabriquent des chiffres au

hasard pour écouter la "température psychique" du globe...

La régénération, les hologrammes, les cures de lumière, la supraconductivité, la machine de

Prioré... Autant d'exemples, de sujets scientifiques un peu "marginaux" où j'accumulais les

références. Des domaines passionnants, apparemment formidablement éloignés les uns des

autres mais entre lesquels, peu à peu, j'en avais l'intuition, des correspondances persistantes se

tissaient. Des rapprochements fondés sur des principes physiques connus et éprouvés, mais

répétés, déclinés à des grandeurs et des échelles différentes.

Pur hasard, simple conviction, ou véritable convergence ?

Et le Qi dans tout ça ? Je l'ai retrouvé quelque temps plus tard, au bout de mes doigts, en

décidant d'apprendre le shiatsu. Cette technique de massage venue du Japon est aussi appelée

acupressure, car le shiatsu utilise la pression des pouces et "s'appuie" (au sens littéral comme

au sens figuré) sur les points et méridiens d'acupuncture présents sur le corps du patient, en

surface. La finalité de cette pression est de "dénouer", stimuler ou disperser des énergies qui

ne circulent plus suffisamment et restent bloquées en certains points du corps.

Le shiatsu est une pratique fondée sur l'écoute. Celle de l'autre, vers celui qui reçoit les

pressions. Mais aussi pour celui qui donne le shiatsu, une écoute de son propre ressenti. Des

sensations qui vont alors pulser, stagner, ou s'écouler. Dans un mince filet frais ou au

contraire avec force débit et chaleur.

Mais au fait, c'est quoi au juste l'énergie ? Prenons un dictionnaire. On y découvre

l'explication suivante : "force capable de fournir un travail". Voilà pour le sens occidental,

19

orienté vers l'action. Pour le Qi, c'est un peu plus compliqué. Je crois que la meilleure

définition m'en a été donnée un jour par un acupuncteur chinois. D'après lui, le Qi serait ni

plus ni moins "la substance essentielle qui compose notre univers".

Dans un cas, l'énergie travaille, ou se prépare à produire un effet. Dans l'autre, elle existe et se

satisfait simplement d'être là. Deux approches fondamentalement différentes... mais sont-elles

véritablement contradictoires ? Pourquoi ne pas imaginer qu'il puisse s'agir d'une seule et

même énergie. Une substance essentielle composant notre univers et capable de fournir un

travail ? Cela rejoindrait d'ailleurs l'origine du mot énergie. Dont l'étymologie vient du grec en

orgos et qui signifie "contient l'action en puissance".

Face à tant de manifestations, de questions, une seule solution : explorer cette réalité

énergétique en gestation. Prendre la route et rencontrer ceux, qui, quelque part, savent quelque

chose. Raconter ces découvertes, ces mouvements, mais pas seulement d'un oeil extérieur. En

privilégiant le contact direct. Par le vécu, l'échange, le ressenti. Il ne s'agissait pas simplement

de se plonger dans des ouvrages de renom mais aussi d'éprouver ces techniques. D'aller

pleinement à leur rencontre, d'essayer ce qu'il était possible d'expérimenter.

Cet ouvrage est à la fois la somme et le fruit de mes rencontres. Une histoire de plusieurs mois

qui combine l'écrit à l'oral, la personne à l'écran. L'objectif et le subjectif. En toute

connaissance de cause. Lucide et sincère.

Pour ce voyage, j'ai dû accepter de parcourir et de regarder le monde autrement. De sortir du

confort des sentiers rebattus. Tout d'abord, me soumettre à un grand rattrapage accéléré, tous

azimuts, des bases scientifiques auxquelles j'avais échappé au lycée : chimie, physique,

biologie. Des matières premières à comprendre et assimiler précieusement pour être en

mesure d'aborder correctement le seuil des potentiels d'action, des courbes sinusoïdales et des

micro teslas.

Penser autrement, c'est aussi accepter le hasard des rencontres et la nécessité des silences.

Accepter que les choses vous échappent, du moins pour un temps. Des interviews reportées

aux sourires entendus, restés sans éclaircissements. Des ribambelles d'indices tronquées ou

d'ignorances involontaires qui m'ont entraîné sur d'autres voies, à contretemps. Comme une

part d'espace pour laisser l'imprévu s'exprimer. Comme des préalables pour accéder à une

meilleure compréhension, soudaine et plus personnelle.

Pour voir l'énergie comme elle est, il faut d'abord changer de lunettes. Et parfois fermer les

yeux.

20

Que l'on se réfère à la tradition chinoise ou aux démonstrations scientifiques les plus récentes,

les deux connaissances tombent d'accord : nous sommes constitués d'énergie et l'énergie nous

environne.

Choc des cultures ou abîme d'incompréhension, le Qi semble participer au fossé

philosophique séparant deux visions du monde. Celle de notre culture et celle de l'Asie.

D'ailleurs, à y réfléchir un peu plus, comment envisager une seule seconde que des décennies

de recherches obstinées de la science moderne n'aient pas, à un moment ou un autre, croisé le

flux du Qi ? Ou l'une de ses multiples manifestations ?

Cela paraît bien improbable.

Aujourd'hui, comme la juste illustration de la loi chinoise d'alternance des contraires, le Qi ,

l'énergie omniprésente qui se répand, traverse et baigne toutes choses, qui relie et s'échange,

pourrait devenir la source d'une nouvelle compréhension du monde. Alliant les perspectives

de l'Orient et de l'Occident.

Et si nous acceptions de remonter les chemins du Qi ? L'énergie secrète de l'univers ? Que se

passerait-il en chacun de nous ?

You're Reading a Free Preview

Descarregar
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->