P. 1
Maxence Layet - L'énergie secrète de l'Univers-2006

Maxence Layet - L'énergie secrète de l'Univers-2006

|Views: 1.302|Likes:
Publicado pormatolowan

More info:

Published by: matolowan on Mar 05, 2012
Direitos Autorais:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/16/2013

pdf

text

original

Menace fantôme ou pas ? Contre toute attente, les alarmistes ne manquent pas d'arguments.

Prenons l'effet du portable sur la barrière hématoencéphalique par exemple. En temps normal,

cette fine membrane préserve le cerveau des toxines, des déchets et autres molécules que les

vaisseaux sanguins charrient avec eux. Soumis aux rayonnements d'un téléphone mobile, ce

filtre devient poreux, laissant passer des protéines, ou des agents infectieux, qui n'ont rien à

faire au milieu des neurones. Prion de la vache folle ou agent de la méningite par exemple.

Mis en évidence en 1975, cet accroissement de la porosité de la barrière naturelle entre le sang

et le cerveau a été confirmé en 2001, à l'issue du programme COMOBIO (Communications

Mobiles et Biologie) conduit à Bordeaux sous l'égide du Pr Veyret. (101)

L'impact des écrans cathodiques concerne d'abord nos hormones. Depuis 1984, plusieurs

études ont découvert qu'au-delà de 4h passés trop près d'un écran, différents symptômes

apparaissaient : changements d'humeur, augmentation des maux de tête, risque accru de

fausses couches... À qui la faute ? À notre adrénaline semble-t-il. Après 4 heures d'exposition,

142

l'organisme n'élimine plus correctement cette hormone, typique d'une réponse aux agressions.

La courbe est très nette, s'infléchit et remonte au lieu de continuer à baisser comme chez des

personnes loin de tout écran. Problème : cet accumulation d'adrénaline bloque la sécrétion

d'autres hormones. Parmi elles, la mélatonine. La substance fabriquée par la glande pinéale, la

petite glande située au milieu du cerveau associée à la bonne marche du sommeil et du

système immunitaire. (102)

Quatre heures d'exposition à un écran et c'est aussi votre champ d'énergie, le champ vital, qui

en prend un coup. Et 8 heures passées devant l'écran détruisent le champ d'énergie

bioélectromagnétique naturel aux trois quarts. Il faut 12 heures de repos pour le reconstituer à

100 %, 16 heures dans le cas d'un travail avec deux écrans. (103)

Bref, trop d'écrans mettent les batteries de notre système biologique à plat. Est-ce l'origine du

syndrome de fatigue chronique dont souffrent beaucoup de cadres ?

Autre cas : Coutiches, une commune du nord de la France. Malgré la mobilisation de ses

habitants opposés au tracé du projet, EDF construit et met en service en 1989 des lignes à

haute tension au-dessus des maisons. Des analyses sanguines, officiellement prises en charge

par EDF, sont effectuées. Verdict : 45 % des habitants souffrent d'une carence en fer. Mais

l'affaire ne s'arrête pas là.

Voici ce que déclare l'un des habitants, après visite au CHU de Lille : "Un myogramme a mis

en évidence une surcharge en fer dans les cellules de la moelle osseuse. En revanche, une

scintigraphie a révélé que des organes de réserve, comme le foie et la rate n'avaient plus de

stock de fer. Nous ne souffrions pas d'une carence mais d'une mauvaise répartition du fer dans

l'organisme." (104) Diable, auraient-ils été magnétisés par les lignes de 400 000 volts passant

au-dessus de leur tête ?

Depuis les résidants sont partis. Mais les pylônes, eux, restent.

– Si c'est vrai, pourquoi ne le sait-on pas ? J'imagine que des preuves existent ?

J'ai envie de répondre "bien sûr, des quantités". Là, je garde le silence plusieurs secondes, le

temps de trouver les mots. Difficile en quelques minutes de transmettre la somme des 15 000

études, documents, rapports produits à travers le monde en 40 ans de recherches et

d'expériences. Toutes bandes passantes confondues. Nasa. EDF. Émetteurs hertziens.

Opérateurs télécoms. Armées de tous bords ont mené leurs mesures, accumulé les résultats.

Des preuves il y en a. Mais en ordre dispersé.

– Ce qui est prouvé, c'est que les effets biologiques existent. Pas les effets sanitaires, trop

variables en fonction des fréquences, des puissances rayonnées, des individus. Autrement dit

pour les décideurs politiques, les cours de justice, en matière de santé publique, il n'y a pas

aujourd'hui de responsabilité "prouvée" de ces rayonnements en matière de cancers, de leu-

cémies, de maladies de "civilisation". Juste ce que les experts prudents, ou politiquement

corrects, vont appeler un faisceau d'indices convergents. C'est un facteur de risque probable,

143

fondé sur des résultats qui ne sont d'ailleurs pas totalement homologués, pour une raison ou

pour une autre.

Comment cibler, isoler les effets de certaines fréquences et pas d'autres ? Comment conjuguer

dans une même étude, l'influence d'un téléphone mobile, qui rayonne en champ proche –

c'est-à-dire posé contre une zone de la peau – et celle d'une ligne à très haute tension, qui

s'exerce au loin, à plusieurs dizaines de mètres, et irradie l'ensemble du corps ? Comment

relever sur du long terme, les doses reçues en présence d'une télé, d'un portable, et d'un radio-

réveil ? Qui ou quoi faut-il incriminer ?

"C'est comme se demander combien de cigarettes il est possible de fumer par jour avant de

développer un cancer du poumon !" résume à sa façon un chercheur suédois.

À chaque rapport indépendant rendu public, des résultats contradictoires sont mis en avant, à

travers des études financées par les institutions ou les industries du secteur. C'est le cas en

France, mais aussi dans d'autres pays. Il y a des directives, des décrets qui existent mais qui ne

sont pas appliqués. Les enjeux économiques et financiers prédominent. Fin 2004, le nombre

d'abonnés au téléphone mobile dépasse en France les 44 millions de personnes, générant plus

de 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Une véritable manne à destination des opérateurs

télécoms, des revenus trop importants pour être remis en cause par la stricte application du

principe de précaution. Même si depuis le 1 er mars 2003, les compagnies d'assurances ont

pris de leur côté la décision de ne plus couvrir les risques liés aux champs électromagnétiques

des polices de responsabilité civile de ces mêmes opérateurs. (105)

Dans cette bataille sur l'information, on joue sur les mots, on joue sur les normes. Les valeurs

limites fixées par l'Union Européenne ou les États-Unis sont 10 fois supérieures à celles

édictées par des pays comme l'Australie ou le Luxembourg. Qui eux-mêmes tolèrent des

seuils de puissance 10 fois plus importants que ceux toujours en vigueur en Russie ou adoptée

depuis peu par l'Italie. Des divergences internationales, d'un rapport de 1 à 100, simplement

dues aux choix politiques effectués.

L'armée en tout cas est parfaitement au courant de toutes ces émanations. Et elle ne cesse

d'apprendre à les utiliser. Ici, il n'est plus question de pollutions électromagnétiques mais

d'informations stratégiques.

You're Reading a Free Preview

Descarregar
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->