Você está na página 1de 17

Page 1

Le guide des baisers


et des caresses
Tous contacts physiques entre deux partenaires, qu’ils soient
tactiles ou buccaux sont libérateur d’hormones, lesquelles apportent
à la fois équilibre et bonheur. Il ne saurait être question de s’en
passer. Ces hormones, les endorphines sont des substances
semblables à la morphine, antagonistes de l’adrénaline. Elles
procurent bien-être et sérénité, tandis que leur absence conduit à
la souffrance psychique. Elle éveillent en vous un sentiment psycho-
physique de chaleur et de sécurité provoqué par des relations
intimes caressantes.

Par l’expérience de la caresse, nous recherchons à revivre notre


première expérience tactile d’avec notre mère.

Ce petit ouvrage a été rédigé afin de vous offrir les conseils


indispensables pour libérer de façon optimale la force de
rayonnement qui émane naturellement de tout votre être, et vous
apprendre à l’utiliser au maximum pour un plaisir partagé.

Si le besoin de toucher et d’être touché est intense, notre


civilisation ne permet de le faire totalement que dans une seule
circonstance : les rapports conjugaux. Quiconque manque de ca-
resses et de baisers voit ses sensations s’étioler, se renferme sur lui-
même et perd sa chaleur émotionnelle ainsi que sa sensualité.

Nous n’aborderons pas ici l’acte sexuel à proprement parler,


qui n’apporte de totale satisfaction, que s’il est accompagné d’une
tendresse, trop souvent oubliée. Certes, la sexualité est apte à libérer
les tensions liées à la libido, mais non pas à procurer l’harmonie
hormonale, composante tout aussi importante lors des rapports
physiques entre deux êtres que l’est l’orgasme en lui-même.
Page 2

Êtes-vous un adepte des


caresses ?
• Porter de l’amour à votre propre personne est-il un défaut ?

• Pensez-vous que la masturbation est une chose à réprimer ?

• Êtes-vous pressé de jouir, lors d’une relation sexuelle ?

• Le plus important est-il votre plaisir ou un plaisir partagé ?

• Êtes-vous rebuté par l’amour oral ?

• Vous estimez-vous être un(e) amoureux(se) complet ?

Vous avez répondu par l’affirmative à la majorité de ces ques-


tions ? Votre plaisir passe avant tout ? Vous ne vous êtes encore
jamais remis en question ?

Aujourd’hui, nous vous proposons de faire le point sur vos


atouts et vos lacunes en matière de baisers et de caresses.

De l’importance du
narcissisme
Qui pourrait prodiguer de la tendresse et de l’amour à autrui
s’il n’éprouve pas de l ‘amour-propre ?

L’amour de l’autre commence bel et bien par l’amour de soi.


D’ailleurs, pour plaire, il faut d’abord SE PLAIRE À SOI-MÊME.

L’estime de soi, l’amour-propre et le narcissisme ne doivent


pas être mis dans le même sac que l’égocentrisme, l’égoïsme et
l’individualisme. Le terme de “narcissisme” est généralement
Page 3

employé de façon péjorative, on pense automatiquement à la


légende de Narcisse alors qu’il s’agit en fait d’une notion tout à
fait positive dont dépend la solidité de votre personnalité et de
votre aptitude amoureuse. C’est le moteur indispensable pour
affronter la vie et lui donner une certaine qualité.

Le narcissisme puise dans deux sources différentes : l’apparence


et l’intériorité, entre lesquelles l’équilibre de l’individu s’établit.
Un manque d’intériorité et d’assurance peut être compensé par
une apparence qui nous fait briller dans le regard de l’autre.

Les 3 façons de vous caresser


vous-même
“C’est grâce à notre image du corps, portée par notre schéma corporel
que nous pouvons entrer en communication avec autrui”.
Françoise Dolto

Pour “bien caresser” l’autre, sachez d’abord vous caresser vous-


même, au sens propre, comme au sens figuré :

Caressez-vous mentalement

Caressez mentalement l’image de votre corps, image subjec-


tive que vous devez rendre satisfaisante à vos propres yeux. Si celle-
ci est appauvrie, c’est toute votre vie relationnelle qui en est atteinte
: vos aspirations, désirs et fantasmes sont complètement étouffés.
Vous perdez l’estime de vous. Vous n’êtes pas en condition pour
aller vers l’autre. Donc, caressez votre image en aimant votre corps,
en développant votre narcissisme lié à l’apparence.

La première chose que vous montrez à l’autre est votre


enveloppe corporelle, alors, mettez-la en valeur, ne craignez pas
de développer votre schéma corporel afin d’accrocher le regard de
l’autre. Être “au mieux de sa personne” ne doit plus être un tabou,
du moment que vous ne vous noyez pas, tel Narcisse, parce que
Page 4

carrément fasciné par votre image !

Sentez-vous tout simplement désirable, attrayant(e). Une


apparence satisfaisante vous donnera confiance en vous. Soyez à
l’aise dans votre corps, bien dans votre peau.

Caressez-vous physiquement

N’hésitez pas à vous prodiguer des AUTO-MASSAGES.


Apprendre à vous masser vous-même est une exploration de votre
propre sensualité et vous prépare à l’érotisme. Ce faisant, vous
offrez à votre propre corps toute l’énergie du plaisir des caresses.
De plus, cela vous permet de découvrir à sa juste dimension la
valeur du “don”. Vous masser vous-même est par conséquent une
étape indispensable pour mieux caresser l’autre.

Commencez pas respirer lentement afin de sentir votre


diaphragme monter et descendre avec votre respiration :

Prenez conscience qu’il s’agit là du tout premier massage in-


terne que vous faites en permanence. Puis, massez-vous doucement
par effleurages, puis malaxages, pressions, en prenant votre temps.

– Asseyez-vous au sol, téléphone décroché. Massez un pied,


la cheville, le mollet, puis passez à l’autre, sans précipitation.
Revenez à la première jambe, au niveau du genou, puis remontez
le long de la cuisse.

– Allongez-vous pour travailler les hanches, l’abdomen. Roulez


sur le côté, genoux repliés pour effectuer le massage de la fesse.
Faites de même de l’autre côté, puis revenez au ventre.

– Assis en tailleur, placez vos main dans le bas du dos pour


remonter, puis finissez par les épaules et le cou.

– Passez ensuite au thorax, à nouveau allongé(e) en


commençant par le plexus solaire, remontant jusqu’à la clavicule.
Le massage des côtes s’effectue de la ligne médiane vers l’extérieur.
Page 5

– Pour les bras, procédez comme pour les jambes : en


commençant par la main, le poignet, remontez jusqu’à l’épaule.

– Terminez par le visage, yeux fermés, en travaillant du centre


vers l’extérieur. Enfin, massez doucement votre cuir chevelu par
petits mouvements concentriques en soulevant la peau du bout
des doigts.

N’effectuez aucun geste machinalement, pensez à tout ce que


vous faites. Aimez votre corps et appliquez-vous en effectuant votre
auto-massage.

Ayez recours à la masturbation

Une autre façon complémentaire de développer votre sensualité


est de CARESSER VOTRE SEXE.

Libre à vous, si le besoin s’en fait sentir, de terminer votre auto-


massage en vous masturbant.

“Si on ne sait pas se faire l’amour à soi-même, on ne peut le faire aux


autres”
David Cooper

L’auto-érotisme ne doit plus être source de culpabilité. Caresser


ses organes génitaux est une école d’éveil des sens, d’auto-
découverte, une façon d’apprendre à se rythmer avec ses futurs
partenaires. Une enquête révèle que les personnes qui se sont
masturbées précocement connaissent moins de difficultés sexuelles
à l’âge adulte que les autres, et sont donc plus épanouies face à
leur conjoint. De plus, cette pratique naturelle favorise chez la
femme le bon développement du muscle pubo-coccygien, dont le
rôle est essentiel dans l’orgasme.
Page 6

Les toutes premières caresses


entre deux êtres
Le premier éveil des sens physiques s’opèrent par de subtiles
caresses qui créent la magie de la rencontre : il s’agit des caresses
prodiguées par les yeux, la voix et les gestes.

Les yeux

Le pouvoir du regard est extraordinaire, il vous révèle


entièrement, reflète votre âme, permet à l’autre de lire en vous.
C’est une caresse silencieuse qui parle.

Lorsqu’une personne est intéressée par une autre, sa pupille


se dilate. Lors d’une première rencontre amoureuse, gardez vos
yeux bien centrés, sans vaciller, sans vous troubler. Dévorez l’autre
du regard pendant qu’il s’exprime, suivez le mouvement de ses
lèvres et laissez aller vos émotions. Faites de vos yeux une douce
caresse qui fait vibrer l’autre.

La voix

Musique de l’âme, la voix constitue également l’intensité de


votre être. Tout comme les yeux, elle caresse le cœur de votre
interlocuteur et son timbre est largement aussi important que les
mots prononcés. Elle doit être bien assurée et naturelle. Une voix
agréablement posée est encore plus significative que votre discours.
En revanche, mal assurée, elle vous révèle négativement, tout
comme un regard fuyant.

Les gestes

Les gestes trahissent fréquemment notre être. Un tremblement


est aussi peu séducteur qu’une vanité notoire.

La gestuelle amoureuse relève d’un rituel, comme dans la pa-


Page 7

rade des animaux. Tout comme la voix et les yeux, ils caressent
votre futur partenaire par leur magnétisme et leur délicatesse. Un
geste trop hardi, déplacé, peut remettre en question la tournure
des événements.

Le premier baiser

La première relation d’un enfant est le contact de la bouche sur


le sein maternel, et c’est aussi sa toute première sensation de bien-
être. C’est ce bien-être que nous recherchons alors dans le baiser
sur la bouche. Elle demeure l’organe par lequel s’échange l’amour
et l’affection. Ce premier baiser revêt une importance primordiale,
c’est souvent lui qui augure de la suite du rapport amoureux. Tout
comme les organes sexuels le seront lors de l’étape finale, la bouche
est la toute première porte d’entrée sur la volupté.

La réussite d’un premier baiser dépend d’une certaine habileté,


bien que tout le monde n’apprécie pas la même chose.

Certains préfèrent la fougue, d’autres la douceur. Mais


généralement :

– Les lèvres molles ne sont guère appréciées.

– Il en est de même d’un excès de salive.

– Prenez garde à ce que l’autre ne sente pas vos dents.

– Le baiser réussi doit se faire en progression : la bouche fermée


opère une douce pression puis s’entrouvre peu à peu.

– L’intromission de la langue doit être discrète dans un pre-


mier temps, car c’est la première intrusion dans le corps de l’autre.

– Lorsque les langues s’enlacent, chaque partenaire doit re-


specter le rythme de l’autre pour finir dans un voluptueux tourbil-
lon.
Page 8

– L’idéal est une tactique à la fois douce et énergique. Dans un


premier contact buccal, vous ne pouvez savoir si l’autre appréciera
un baiser goulu, il est donc préférable de différer cette façon de
procéder.

La réussite de ce contact d’importance cruciale dépend de trois


facteurs-clefs : elle révèle déjà à l’autre votre degré de sensualité,
votre technique et l’intensité de votre tendresse.

Les premières caresses physiques

Le premier baiser est l’occasion rêvée pour prodiguer les toutes


premières caresses. Trop de hardiesse à ce stade, loin d’exacerber
le désir, ne ferait que l’amoindrir. Alors patience : ne brûlez pas les
étapes en allant de but en blanc vous égarer sur les zones érogènes
primaires. Prenez tout votre temps pour explorer les parties du
corps de votre partenaire qui sont déjà dénudées : le lobe de l’oreille,
la nuque, la main, l’épaule, le creux du coude. Procédez avec
volupté et nuances. Remarquez à quels endroits l’autre est le plus
réceptif et attardez-vous-y. En revanche, n’insistez pas aux endroits
qui semblent ne produire aucune réaction.

Accompagnez vos caresses de baisers.

Léchez et mordillez, mais toujours avec délicatesse, et accordez


une attention particulière aux manifestations de plaisir de votre
partenaire. Laissez courir vos lèvres sur toutes les parties du vis-
age. Les hommes sont particulièrement friands de myriades de
petits baisers voltigeants dans le cou, sur le thorax. Chaque baiser,
chaque câlin, chaque étreinte vraiment ressentis ont la même sig-
nification qu’un “je t’aime”.

C’est seulement lorsque vous serez tous deux fort excités que
vous pourrez passer à l’étape du déshabillage.

En effet, les premiers baisers et premières caresses ont attisé la


flamme du désir au maximum si vous avez procédé sans
précipitation : le désir naît du manque. Pour la même raison, ne
Page 9

précipitez pas non plus l’effeuillage des corps sous peine de faire
retomber le charme que vous avez su créer.

Au contraire, un déshabillage lent sera une source


supplémentaire d’excitation. Les hommes sont toujours troublés
par des sous-vêtements affriolants et les femmes ressentent une
certaine émotion à contempler un torse viril sous une chemise
débraillée. Chacun ne peut résister alors à l’envie d’en voir plus.
Cette étape est l’occasion de continuer l’échange de caresses et de
baisers plus osés : la gouttière de la colonne vertébrale, la voûte
plantaire, les seins, le ventre, le creux des reins. À noter que les
tétons masculins constituent une zone érogène que beaucoup de
femmes négligent. Il est cependant déconseillé de les mordiller sous
peine de provoquer une certaine douleur.

Laissez-vous faire tout en restant actif, aidez-vous


mutuellement, combinez audace et respect. Même si vous savez
pertinemment que le but du jeu est le coït final, freinez vos ardeurs
en pensant qu’il existe bien des délices antérieurs à savourer,
constitués de caresses et de baisers de plus en plus ardents et
intimes. Il serait bien dommage de passer outre !

Sachez doser votre tendresse


“Par manque de tendresse, le plus habile technicien devient alors
l’amant le plus fade”.
Pierre Ives

Certaines personnes se trouvent dans l’impossibilité de faire


preuve de tendresse, c’est comme une infirmité.

Pourtant, il est de tendres caresses qui émeuvent : passer une


main dans la chevelure de l’autre, caresser sa nuque, frotter le bout
de son nez avec le vôtre, effleurer ses lèvres d’un doigt, l’enlacer
par la taille, le (la) serrer dans vos bras. Mais ces tendres caresses
n’ont de valeur que si elles sont sincèrement éprouvées.
Page 10

Point trop s’en faut et un(e) tendre amant(e) ne doit pas non
plus être piètre technicien(ne) pour autant !

Les caresses et baisers préliminaires

À ce stade, vous voilà renseigné sur les capacités érotiques de


l’autre. Son contact charnel vous a appris à qui vous avez à faire.
Sa sensualité vous sied et correspond à la votre ? Vous savez déjà
qu’en allant plus loin, vous avez beaucoup de chance de ne pas
être déçu(e).

L’érotisme chinois dit que l’homme est le feu, la femme est


l’eau. Le but de l’homme est de brûler suffisamment longtemps
pour faire bouillir l’eau.

Effectivement, l’homme est plus rapide que la femme, plus


pressé. S’il n’apprend pas à maîtriser les prémices amoureux pour
“chauffer” convenablement sa partenaire, il ne saura pas plus
maîtriser son éjaculation. D’où l’importance des préliminaires, car
c’est d’eux dont dépendra la parfaite disponibilité sexuelle de la
femme.

La caresse-découverte du sexe de l’autre

Les femmes aiment tout autant les caresses pré-coïtales que les
câlins après l’acte sexuel. Mais de leur côté, elle doivent savoir bien
doser les caresses qu’elles prodiguent, car trop de stimulations sur
le sexe masculin risquent de le faire partir précocement.

Caresses du sexe féminin

Attention : les zones sexuelles féminines externes ne tolèrent


aucune brutalité, contrairement aux zones internes qui apprécient
d’être carrément “fourragées”.

La caresse clitoridienne

Le clitoris n’est autre qu’un minuscule pénis – théorie parfois


Page 11

controversée – qui doit être entrepris avec doigté et finesse.


Commencez par un effleurement, puis caressez-le avec votre
majeur en un va-et-vient régulier tout en dessinant de petits cercles.

N’oubliez pas pour autant de flatter la vulve, soit avec l’autre


main, ou encore le pouce et l’index de la même main.

Il est conseillé de synchroniser cette caresse à la succion des


seins pour intensifier l’excitation féminine.

La caresse vaginale

Pour ce faire, utiliser l’index et le majeur que vous insérerez


dans le vagin, puis pressez la parois ventrale. Le point G est situé
sur la parois antérieure à une distance équivalente à la longueur
du majeur. La pression interne des deux doigts doit être assez
fortement exercée pour obtenir une stimulation efficace. Pour cette
raison, il n’est pas inutile de placer la paume de l’autre main à
l’extérieur pour exercer une pression inverse. Votre sens du rythme
est essentiel pour stimuler efficacement ce point plus endormi que
le clitoris.

Plus les caresses du sexe féminin seront longues et appliquées,


meilleur sera le désir de votre maîtresse et plus l’ orgasme qui leur
succédera connaîtra d’intensité.

Caresse du sexe masculin

Il s’agit tout d’abord de bien connaître les organes sexuels


masculins :

– LE GLAND – extrémité du pénis – est la partie vraiment sen-


sible et transmet le plaisir. Il doit être décalotté (s’il n’est pas
circoncis).

– LA HAMPE est envahie par le sang lors de l’excitation,


obligeant le pénis à se redresser. Elle est moins sensible que le gland
mais sa manipulation favorise l’érection.
Page 12

– LES TESTICULES sont recouvertes par le scrotum. Un léger


effleurement de la main provoque une contraction de ce dernier
qui durcit les testicules, mais elles sont moyennement sensibles –
sauf à la douleur – ; il est donc contre-indiqué de les presser.

– On peut ajouter LA PROSTATE – provocatrice de l’expulsion


du sperme –. Cette glande correspondrait au point G féminin et
est située dans le rectum.

Le B-A BA de la masturbation des organes


masculins

L’homme est allongé.

– Commencez pas travailler le scrotum en le massant


doucement par mouvements remontants.

– Tirez doucement sur le prépuce pour dégager le gland.

– Massez la verge dans votre paume de façon rythmée,


fermement, mais non plus brutalement.

– Faites des compressions fortes avec 3 doigts à la base de la


verge en remontant progressivement, puis redescendez de même.

– Promenez la main sur le gland de haut en bas en tournant.

– De l’autre main, saisissez les bourses et caressez-les dans


l’autre sens.

– Pour éviter une éjaculation indésirable, serrez fortement la


couronne du gland 30 secondes.

– Comme pour le baiser sur la bouche, attention à ne pas faire


sentir vos dents.
Page 13

Les baisers sexuels


L’amour oral est tout indiqué pour précédez le coït,
particulièrement chez la femme. Chez l’homme, il risque de
l’éradiquer. L’hommage buccal rendu à son (sa) partenaire est capi-
tal. Celui qui le prodigue rend un hommage complet à l’autre et
l’aime dans sa globalité.

Le cunnilinctus

Ce baiser intime succède naturellement aux effleurement


manuels de la vulve et fait autant partie du prélude amoureux que
de l’acte lui-même, puisque bien mené, il débouche sur la jouissance
féminine. La bouche, la langue sont tout indiquées pour exciter le
sexe de la femme, à cause de leur douceur qui n’irrite pas les
muqueuses.

Pour que cette caresse buccale soit efficace, il est primordial


que la femme sente que son amant à tout son temps. S’il lui semble
pressé, il n’y aura pas de vraie détente. Alors pas de précipitation
! N’hésitez pas à faire de brèves incursions sur la vulve, dans le
vagin. Alternez les stimulations légères et dynamiques avec la
langue.

Mariez l’art du cunnilinctus avec les caresses mammaires, la


stimulation vaginale ou anale.

La fellation

Pour prodiguer la fellation en habile technicienne, vous ne


devrez rien négliger. Tandis que vos lèvres et vos jouent effectuent
des pressions-succions bien rythmées et variées, votre langue lèche
le gland, insiste sur le filet, et tandis qu’une mains s’anime à la
naissance de la hampe, l’autre flatte les testicules tout en explorant
le périnée.

Vous pouvez quitter un moment la verge pour aller sucer les


Page 14

bourses et les prendre en bouche, puis revenir au point de départ.


Lorsque l’éjaculation semble s’annoncer, creusez les joues en
accélérant la cadence des lèvres et en enlaçant la couronne du gland
de la langue.

En parfaite amoureuse, avalez le liquide séminal que vous offre


votre partenaire qui appréciera ce geste, consistant à boire le don
de son orgasme.

Les caresses anales et l’analinctus

Doté de nombreuses terminaisons nerveuses, cette zone très


érogène procure de voluptueuses sensations qui irradient sur toute
la région génitale. Vous pouvez compléter les attouchements
superficiels par la pénétration digitale ou linguale. La technique
de la pénétration du doigt accélère l’orgasme féminin et masse la
prostate chez l’homme. Il faut néanmoins savoir que la réaction
naturelle de ce sphincter est de se contracter dès qu’on le force.

Le 69

Le 69 permet la simultanéité de la fellation et du cunnilinctus.


Certains détracteurs de cette technique prétendent qu’il est ardu
de recevoir tout en donnant et que la frustration est inévitable pour
celui qui est le plus long à jouir, l’idéal étant de parvenir au plaisir
synchronisé.

Ne négligez pas les caresses du pénis entre les seins, entre les
fesses ou sur la vulve.

De toute l’importance des


baisers et des caresses
Finalement, qu’y a-t-il de plus important dans le fait de
prodiguer à l’autre baisers et caresses ? Est-ce la technique qui prime
? La sensualité que vous dégagez ? Le fait d’arriver dans les
Page 15

meilleures conditions possibles à l’acte final en guise de conclu-


sion ?

Certes, tout cela importe, mais demeure une constante qui n’est
que la simple chose suivante :

L’autre doit ressentir profondément qu’il est l’objet d’une at-


tention sans partage. Il est primordial qu’il ait la sensation d’être
unique au monde entre vos bras, mais aussi la personne à la fois la
plus désirable et la plus merveilleuse qui soit.

Ceci tout simplement parce que rien n’est plus excitant pour
un partenaire que de se savoir objet de désir unique et seul
bénéficiaire de votre affection et de votre amour.
Page 16

Bibliographie
BENEDIKTER (Franz), Votre psyché a besoin de caresses,
Entrelacs.
IVES (Pierre), Encyclopédie complète de l’amour et des ca-
resses, Louis Bérald.
Ce que fait un sexologue dans un lit, Louis Bérald.
MUMFORD (Susan), Le bien-être par le massage sensuel,
Hachette.
PENNEY (Alexandra), Comment faire l’amour à un homme,
Louis Bérald.
SOS (Dr Paul), La gym de l’amour, Presse du Châtelet.

Adresses utiles
Société française de sexologie clinique : 32, avenue Carnot, 750I7
Paris (Tél : 01 45 72 67 62). Envoyez un courrier à l’adresse ci-dessus
avec une enveloppe timbrée à votre adresse, afin de connaitre les
sexologues à consulter dans votre région.
Cabinet Michel Meignant – Spécialiste en Amourologie : 2, bis
rue Scheffer, 75II6 Paris (Tél : 01 47 04 37 04).
Cabinet Courcelles – Difficultés sexuelles et affectives : 10, rue
Renaudes, 750I7 Paris (Tél : 01 40 54 00 12).
Aide et assistance sexologique – Centre de thérapie sexologique
: (Tél : 01 45 35 68 41).
Association harmonie et sexualité du couple – Travail
particulier ou en groupe – Hypnose : 17, rue Campagne première,
75014 Paris (Tél : 01 43 27 14 29).
Page 17

Table des Matiéres


Êtes-vous un adepte des caresses ? ........................................................ 2
De l’importance du narcissisme ............................................................. 2
Les 3 façons de vous caresser vous-même ............................................ 3
Caressez-vous mentalement ................................................................... 3
Caressez-vous physiquement ................................................................. 4
Ayez recours à la masturbation .............................................................. 5
Les toutes premières caresses entre deux êtres .................................... 6
Les yeux ..................................................................................................... 6
La voix ........................................................................................................ 6
Les gestes ................................................................................................... 6
Le premier baiser ...................................................................................... 7
Les premières caresses physiques .......................................................... 8
Sachez doser votre tendresse .................................................................. 9
Les caresses et baisers préliminaires .................................................... 10
La caresse-découverte du sexe de l’autre ............................................ 10
Caresses du sexe féminin ....................................................................... 10
La caresse clitoridienne .......................................................................... 10
La caresse vaginale ................................................................................ 11
Caresse du sexe masculin ...................................................................... 11
Le B-A BA de la masturbation des organes masculins ..................... 12
Les baisers sexuels .................................................................................. 13
Le cunnilinctus ........................................................................................ 13
La fellation ............................................................................................... 13
Les caresses anales et l’analinctus ........................................................ 14
Le 69 .......................................................................................................... 14
De toute l’importance des baisers et des caresses .............................. 14
Bibliographie ........................................................................................... 16
Adresses utiles......................................................................................... 16