Você está na página 1de 4

comportement

Retour aux bases


de l’apprentissage
Les concepteurs de produits
multimédias à vocation
pédagogique ont souvent
surestimé les capacités
d’adaptation des utilisateurs.
A l’Université de Poitiers,
des chercheurs en psychologie
étudient le comportement face
à ces nouveaux médias
d’apprentissage et définissent
des règles pratiques

Entretien Anh-Gaëlle Truong

Dessin Michaël Sterckeman

Photo Claude Pauquet

’utilisation des nouvelles technologies de l’in- médecins opérer à distance, on peut penser que demain

L formation pour l’apprentissage est partout plé-


biscitée. Pourtant, l’efficacité de la formation
en ligne et à distance reste à mesurer. Scientifiquement.
les systèmes de réalité virtuelle seront assez performants
pour simuler des apprentissages gestuels. Mais pour le
moment, c’est très difficile de modéliser ce qui se passe
Le laboratoire de Langage et cognition de l’Université réellement chez l’apprenti. En l’état actuel des savoir-
de Poitiers se penche sur le problème depuis quelques faire, les systèmes en ligne paraissent plus appropriés
années avec le souci de transférer le résultat de ses re- aux apprentissages «déclaratifs», davantage basés sur
cherches chez les concepteurs de produits. Entretien avec la lecture de documents, des exercices et un dialogue
Jean-François Rouet, chargé de recherches au Laco. avec un tuteur. A partir du moment où l’information
sert de support à la formation, on peut imaginer une
L’Actualité. – Comment apprend-on en ligne ? mise en ligne.
Jean-François Rouet. – Dans les systèmes tradition-
nels, la lecture, l’action et l’expérimentation, le ques- Comment peut-on mesurer l’efficacité d’un sys-
tionnement entre élèves ou avec l’enseignant sont autant tème d’apprentissage en ligne?
de manières de construire des connaissances et des sa- Une fois les domaines d’apprentissages définis, il faut
voir-faire. Dans les systèmes en ligne, l’apprentissage se poser la question de la qualité. Il ne suffit pas de
est essentiellement basé sur la lecture de documents et mettre un gros paquet d’informations sur un site web
quelques exercices. On y perd beaucoup de ce que les pour que quelqu’un apprenne. Ça ne marche pas. A
systèmes en présentiel offrent comme moyens de com- partir de ce constat, la nécessité de faire des études
munication et d’apprentissage par l’action. De fait, les détaillées du comportement des apprenants s’impose.
systèmes en ligne ne sont pas encore adaptés pour des Or, jusqu’à ces dernières années, de réelles expéri-
formations fortement procédurales basées sur l’action mentations de ces systèmes, faites en bonne et due
et l’apprentissage de gestes. En voyant aujourd’hui les forme, étaient très rares.

■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 55 ■ 39
Au Laco, nous menons ce type de recherches depuis Même si on s’en tient à un objectif très raisonnable d’une
quelques années mais un changement s’opère depuis cinquantaine de pages, on a quand même intérêt à faire
quatre ou cinq ans. Jusqu’alors, les laboratoires de de la qualité en terme d’édition.
psychologie et les concepteurs de dispositifs d’appren- Nous avons testé un ou deux procédés supposés amélio-
tissage ne se rencontraient presque jamais. A présent, rer cette sensation de savoir où on est. Les expériences
quand on dit que la recherche est interrogée et que la ont fourni un certain nombre d’hypothèses sur la ma-
demande sociétale se manifeste, c’est une réalité. Des nière de faire un site rapidement utilisable y compris par
gens viennent nous demander de travailler ensemble. des gens qui n’avaient jamais utilisé Internet. Nos résul-
tats ont montré que c’était possible, à condition de struc-
Le Laco va créer turer fortement les pages et les liens hypertextes.
cette année une
équipe de Pouvez-vous nous citer quelques règles qui dé-
recherche terminent le confort de l’utilisateur ?
technologique Nous disposons de données ergonomiques précises.
(ERT) Par exemple, Jakob Nielsen a recensé plusieurs dizai-
actuellement nes de règles à observer pour faciliter la lecture et
évaluée par le l’interactivité d’un site. Or, ces règles ne sont utili-
ministère, dont le sées que par une minorité des sites.
but est de La qualité d’un produit est d’abord déterminée par la
travailler avec des lisibilité du texte qui est, elle-même, déterminée par
entreprises et des plusieurs contraintes. Sachant que l’œil est sensible
institutions dans aux contrastes, il convient de les préserver en faisant
le domaine de attention au choix de la couleur du texte et du fond.
l’éducation, plus Un mauvais choix de police de caractère peut aussi
exactement dans avoir des effets dévastateurs sur la lecture : les poli-
le domaine des ces les moins fatigantes sont les plus simples. Plus on
médias De fait, à côté de nos programmes de recherche fon- parvient à utiliser des métaphores du texte imprimé,
d’apprentissage. damentaux, nous conduisons des recherches pour plus on rend le produit facile à utiliser. Dans cet es-
Des discussions donner des informations pratiques à des développeurs. prit, plutôt que mettre tout le contenu sur une seule
sont entamées page qu’on est obligé de dérouler sur l’écran, il vaut
avec l’académie Sur quels principes repose la qualité d’un mieux le placer sur plusieurs pages. Si le codex était
car ces produit ? mieux que le livre, on le saurait.
expériences Pendant dix ans, on a fait de l’édition électronique Il faut aussi que l’utilisateur s’oriente facilement dans
demandent des avec des principes presque contraires à l’édition pa- un site. Dans notre expérience, nous avons choisi une
terrains pier. Par exemple, on a vu des CD-Rom sans entrée ni option qui tend à se répandre, où le plan est toujours
d’expérimentation sortie. Personne ne s’amuserait à faire un manuel sco- visible, même s’il occupe un quart de la page. Par
qui seront les laire sans numéros de pages ou sans sommaire ! C’est ailleurs, plus on multiplie le nombre de pages, plus le
lycées, les tout à fait caractéristique d’une vision de l’homme site est profond. C’est un aspect redoutable pour la
collèges et les véhiculée par les sociétés technologiques : grâce à la recherche d’informations. Deux stratégies coexistent
écoles primaires. technologie, on transforme l’homme et, dans une es- sur le net : certains sites sont plus en profondeur (avec
pèce de romantisme électronique, on ne doute pas qu’il une liste de départ très simple mais il faut beaucoup
puisse s’y adapter. Pourtant, l’homme a des capacités cliquer pour atteindre la catégorie souhaitée), d’autres
cognitives qui ne sont pas extensibles à l’infini. En en largeur (avec beaucoup d’informations sur le même
outre, si on veut démultiplier les moyens d’apprentis- écran, mais où deux clics suffisent pour atteindre l’in-
sage, on a plutôt intérêt à utiliser les canaux connus formation souhaitée). Guillaume Jégou, étudiant en
et donc multiplier les analogies avec l’édition papier. DEA, a montré dans son mémoire que la stratégie en
Nous avons mené une expérience avec des étudiants de largeur donne accès à l’information en moins de temps
deuxième année de psychologie. Nous avons mis le con- et avec moins d’erreurs.
tenu des cours en ligne et nous nous sommes demandé Par contre, on ne va pas se limiter à mettre des livres en
si aller piocher de l’information dans un site était acces- ligne. Les sites permettent de faire énormément de cho-
sible à l’étudiant moyen qui révise pour ses examens. ses impossibles sur le papier. Si on respecte les contraintes
En question subsidiaire, nous nous sommes demandé de base du système cognitif avec des dispositifs clairs et
comment organiser les informations à l’écran. En effet, lisibles, on peut alors y introduire les animations graphi-
l’édition en ligne est moins contraignante que l’édition ques, les liens hypertextes, des systèmes de références
imprimée, on peut donc faire le meilleur comme le pire. croisées, des systèmes d’historique et de traces pour re-

40 ■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 55 ■
venir en arrière. Ces dispositifs, utilisés à bon escient, ques. Sur Internet, tout se ressemble : la page person-
facilitent la recherche d’informations. nelle et le site académique d’une université prestigieuse
peuvent être très proches. Si l’adresse ne donne pas les
L’apprentissage à distance pose la question de informations suffisantes, il faut savoir lire entre les li-
l’autonomie de l’apprenant. gnes et se renseigner sur la source. Dans la vie cou-
L’élève parfaitement «autonome» n’existe pas. Par dé- rante, le repérage des sources est facilité. Quand les
finition, un élève a toujours besoin d’une aide, d’un gens recherchent des informations, ils consultent les
apport extérieur. Certains élèves sont capables de gé-
rer seuls une séquence d’apprentissage pendant un cer-
tain temps, mais arrivera toujours un moment où le PEUT-ON APPRENDRE AVEC DES JEUX VIDÉOS ?
S’il y a apprentissage chez les utilisateurs de jeux, cet apprentissage est
pédagogue devra intervenir. Par ailleurs, l’autonomie
complètement lié au jeu et ne se transfère par forcément. Pour qu’il y ait réel
est aussi liée à l’âge de l’apprenant. Pour le psycholo- apport de connaissance, il faudrait que les acquis liés au jeu soient utiles
gue, l’autonomie renvoie au concept de métacognition par ailleurs. Mais, en caricaturant, ce n’est pas en jouant toute la journée
qui est la capacité d’un individu à connaître son propre qu’un élève saura faire ses exercices de maths. Par contre, on sait
qu’apprendre à jouer aux échecs développe les capacités de réflexion des
état cognitif pour, par exemple, évaluer s’il a bien com-
enfants, parce que les problèmes particuliers qu’on rencontre aux échecs
pris ce qu’il vient de lire. Jusqu’à 12 ou 13 ans, beau- sont transférables à d’autres situations.
coup d’enfants ne savent pas faire ça. Parce qu’il ne L’articulation entre le jeu et l’apprentissage reste cependant un sujet de
mesure pas la part d’informations qu’il n’a pas com- réflexion important car la lecture à l’écran est une activité pénible qui exige
une forte motivation pour maintenir son attention au-delà d’un quart d’heure.
prise, un élève livré à lui-même aura tendance à sures-
Il faut donc intégrer un scénario ou utiliser des techniques extérieures pour
timer son apprentissage et aura très vite l’impression créer cette motivation. Malheureusement, dans les produits éducatifs
d’avoir fini. Le professeur est alors indispensable pour actuels, il n’y a pas de liaison entre le scénario ludique et l’exercice
lui montrer qu’il a encore à apprendre. d’apprentissage. Complètement dissociés, les deux objectifs donnent
l’impression que l’exercice est le prix à payer pour jouer. De plus, un
Une des vertus de l’école, c’est d’aider les gens à cons-
laboratoire de psychologie anglais a récemment publié un article démontrant
truire cette autonomie. Quand on leur fait utiliser le que le scénario de jeu peut aussi détourner l’attention et masquer
site web de psychologie, on voit que les étudiants peu- l’information utile. L’enjeu est de parvenir à marier plus finement l’aspect
vent passer une heure à chercher de l’information en ludique aux objectifs d’apprentissage.

sollicitant rarement les tuteurs. Mais ce sont des jeu-


nes adultes de 20 ans ayant passé le bac. S’agissant professionnels que sont les bibliothécaires, les librai-
d’enfants ou de populations moins bien formées, on res ou les marchands de journaux. Internet introduit
constate qu’ils sont moins autonomes, qu’ils ont de une certaine confusion sur la qualité des sources. Je
moins bonnes capacités à planifier, à s’organiser et l’observe sur les étudiants de 3e cycle qui commencent
surtout à comprendre d’où viennent les difficultés. à faire des travaux de recherche. Alors qu’avant, ils
D’autre part, tous les étudiants ne sont pas sur le même allaient chercher leurs sources à la bibliothèque où le
modèle. On a demandé à 80 étudiants à quoi sert un nombre d’ouvrages est limité mais plutôt fiable, main-
index : seuls 30% répondent correctement. tenant ils rapportent des informations trouvées sur
On a cru jusqu’à une date très récente qu’on allait faire Internet. C’est intéressant de voir à quel point ils sont
des systèmes d’apprentissage complètement automa- démunis face à l’évaluation de ce qui est une bonne
tiques. Je pense que l’évolution tend vers des systèmes source ou pas. C’est d’autant plus intéressant que cela
mixtes car des interactions fondamentalement humai- nous amène à expliquer plus en détail ce qu’on n’ex-
nes et essentielles à l’apprentissage ne peuvent être pliquait pas avant sur la diversité des écrits, les formes
assumées par un ordinateur. Sous ces conditions, on de production des textes. Sur Internet, il y a quantitati-
arrivera peut-être à faire des choses intéressantes. L’ob- vement plus d’informations de mauvaise qualité que
jectif n’est donc pas de rendre les élèves autonomes de bonne et la différence est moins facile à faire. Le
mais d’accroître l’espace d’autonomie et de faire en milieu éducatif aurait intérêt à intégrer une formation à
sorte que le recours au tuteur soit moins fréquent que l’évaluation des sources dans les cursus.
dans les systèmes actuels. Si on veut permettre d’ap-
prendre à des gens qui ne peuvent aller dans les écoles Comment cela pourrait-il s’appeler ?
ou dans les lieux de formation, c’est une nécessité C’est de la maîtrise de l’écrit, un prolongement de l’ap-
d’augmenter cet espace d’autonomie. prentissage de la lecture. Mais ce sont des aspects de la
lecture dont on ne percevait pas l’utilité dans une pé-
Comment évaluer la qualité du contenu ? nurie de l’information quand les livres étaient rares et
Sur Internet, on peut accéder à des informations aux- chers. Cette réflexion émerge comme une question pour
quelles on n’aurait pas accès sur papier mais, pour ju- le grand public. A l’heure de la société de l’informa-
ger de la fiabilité d’une information, la confusion est tion, chacun doit plus que jamais être en mesure d’ap-
encore plus grande qu’avec les environnements classi- précier la qualité des sources d’informations. ■

■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 55 ■ 41
compétition
exemple, mettre à leur disposition le
plan du cours, leur donner des pistes de
Universités recherche pour préparer les TD ou
installer un forum pour maintenir un
Vers des intranet pédagogiques contact après les cours. Dans la
troisième, les technologies permettent
Jean-Louis Schaff est cofondateur «Evoluant dans un environnement de réduire les heures de cours en
d’Aska, un cabinet de conseil en incertain et soumises à des pressions «présentiel» et de les remplacer par des
développement de la formation et des externes diverses, les universités sont activités d’apprentissage à distance.
technologies. Ayant accompagné de contraintes d’intégrer les nouvelles Sachant que beaucoup d’enseignants peu
nombreuses universités dans leurs technologies pour optimiser leur familiarisés «craignent la concurrence de
chantiers d’innovation par les technolo- fonctionnement et améliorer les l’outil», Jean-Louis Schaff préconise des
gies de l’information et de la communi- services qu’elles proposent», explique innovations pédagogiques de type
Ci-dessous,
Jean-Louis cation (TIC), il a établi une typologie des Jean-Louis Schaff. «présentiel augmenté», permettant
Schaff. possibilités offertes par les TIC. En effet, avec moins d’étudiants d’élargir l’apprentissage au-delà des
bacheliers et plus de salariés en heures de cours. En effet, il permet
reconversion ou de chercheurs d’introduire les technologies «sans
d’emplois, le public des universités est s’attaquer frontalement aux pratiques
amené à changer. Pour répondre à une habituelles». Ce qu’il appelle un
demande de formation plus qualifiante «intranet pédagogique» permettrait aux
et au manque de disponibilité de ces enseignants et aux étudiants, par une
nouveaux publics, «les universités pratique quotidienne, d’acquérir des
devront proposer des services compétences dans l’usage de ces outils
modulaires, dans des dispositifs et de se rassurer. «Réaliser cela
souples, très consommateurs de aujourd’hui, c’est rendre possible
technologies». Par ailleurs, les demain des pratiques de plus grande
établissements sont confrontés à la complexité. Les technologies et les
concurrence des services de recherche hommes ne fonctionnent pas au même
et développement des entreprises. Afin rythme. Il faut nous engager résolument
de préserver leur compétitivité dans ces et être patients.» A.-G. T.
domaines, Jean-Louis Schaff
recommande le développement des
Claude Pauquet

réseaux internes pour optimiser le


transfert de savoir entre les lieux de Repenser
production, c’est-à-dire la recherche, et
les moyens de transmission, la technologie
l’enseignement, pour se transformer Hervé Fischer est professeur de technolo-
DÉRIVES AMÉRICAINES réellement en organisation apprenante. gies numériques et beaux-arts à l’Univer-
Aux Etats-Unis, les universités qui entretiennent déjà «En outre, il appartient à l’université de sité Concordia au Québec. Selon lui, à
une forte compétition entre elles doivent par ailleurs familiariser les étudiants aux usages des l’instar du feu ou de la roue, le numérique
faire face à la concurrence des sociétés privées, des environnements électroniques de transforme profondément l’humanité et
éditeurs et des écoles à charte sur le marché de travail, faute de quoi ils seront transcende les cultures. «Cette nouvelle
l’éducation. Robert Lafayette, doyen de la faculté de handicapés sur le marché du travail.» technologie sera bientôt déclinée dans
lettres de l’Université de Louisiane, souligne Face à ces pressions, les universités toutes les cultures et dans toutes les civi-
notamment l’absence de contrôle sur les
cherchent à innover et à intégrer les lisations, sans même qu’on y voie un
qualifications des enseignants recrutés par ces
technologies dans leurs pratiques symbole américain ou occidental. La plu-
entreprises qui vendent des contenus de cours.
quotidiennes. Pour ce faire, nombre part des pays aspirent aujourd’hui incon-
Prenant l’exemple d’Harcourt Higher Education, il
note que la plupart des 600 professeurs adjoints, d’entre elles (Paris V, Poitiers, testablement à adopter les technologies
recrutés par cet important éditeur de manuels Grenoble, Aquitaine…) ont fait appel à numériques. C’est leur niveau de richesse
scolaires pour dispenser des cours à 900 $ les six Aska pour les accompagner dans ces et non pas leur culture qui est le paramètre
semaines, n’ont pas un niveau suffisant pour être chantiers. Afin de leur fournir un outil discriminatoire.»
titularisés dans les universités. d’aide à la décision et de pilotage des Cependant, cette «révolution» doit susci-
Robert Lafayette s’inquiète également de la récente projets, il a contribué à établir une ter une réflexion critique. Hervé Fischer
décision du ministère de l’Education de favoriser le typologie des projets envisageables où met en garde contre une vision idéaliste
développement des écoles à charte. Financées par les distinctions entre les familles de de ces développements technologiques.
des fonds publics, ces écoles fonctionnent
projets s’opèrent autour de trois axes «Il faut repenser philosophiquement la
indépendamment des autorités locales chargées de
principaux. Dans la première optique, technologie et retrouver la distance criti-
l’éducation. Par exemple, dans certains Etats, elles
les technologies sont utilisées pour que pour remettre l’homme au centre du
sont exemptes de règles telles que la nécessité de
recruter des enseignants certifiés. Par ailleurs, la enrichir et animer des cours tradition- processus. Sans ce réflexe, nous ouvrons
gestion de 10% d’entre elles est confiée à des nels. Dans la seconde, par le biais d’un la porte aux fantasmes et à la “pensée
sociétés à but lucratif. «Ce qui signifie qu’à partir du intranet, l’enseignant accompagne les magique”, à l’image de ces gourous qui
moment où l’école ne fait pas de profit, elle peut étudiants dans leur travail personnel, pensent que l’intelligence artificielle sur-
fermer à tout moment.» A.-G. T. avant et après les cours. Il peut, par passera l’intelligence humaine.» A.-G. T.

42 ■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 55 ■