Você está na página 1de 104

Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Sommaire
INTRODUCTION................................................................................................................. 3
1. MILIEU NATUREL ET PARTRIMOINE : ................................................................ 4
1.1. Les Ressources en eau................................................................................................................ 5
1.2. LES POTENTIALITES EN SOL ........................................................................................................ 9
1.3. LES RISQUES MAJEURS ............................................................................................................. 13
1.3.1. LES RISQUES NATURELS................................................................................................... 13
1.3.2. LES RISQUES INDUSTRIELS............................................................................................... 14
1.4. LES ECOSYSTEMES .................................................................................................................... 16
1.5. Le système patrimonial ............................................................................................................ 18
2. DYNAMISME DEMOGRAPHIQUE ET MODE DE PEUPLEMENT .................. 19
3. STRUCTURATION DE LA REGION ....................................................................... 25
4. LES ENJEUX DE L’EPT - NORD-EST ..................................................................... 26
4.1. LES ENJEUX LIES A LA DURABILITE DU DEVELOPPEMENT ........................................................ 26
4.1.1. L’enjeu de la ressource en eau ........................................................................................ 26
4.1.2. Comment alléger la pression sur le littoral ?................................................................... 26
4.1.3. Quel développement pour le monde rural et notamment la montagne ? .................... 27
4.1.4. Comment protéger les patrimoines naturels et culturels ? ............................................ 27
4.2. LES ENJEUX LIES A LA COMPETITIVITE DES TERRITOIRES ......................................................... 27
4.2.1. Compétitivité pour L’EPT - Nord-Est?.............................................................................. 27
4.2.2. Le processus de métropolisation :................................................................................... 28
4.3. LES ENJEUX LIES A L’INTEGRATION TERRITORIALE................................................................... 28
4.3.1. LES ENJEUX LIES A L’OUVERTURE DES TERRITOIRES A L’INTERNATIONAL...................... 28
4.4. Elaboration des scénarios d’aménagement du territoire de l’EPT-Nord-EST. ......................... 28
4.4.1. LES SCENARIOS DE L’EPT-Nord-EST. ................................................................................ 29
5. LES PROGRAMMES D’ACTION TERRITORIALE POUR LA MISE EN
ŒUVRE DU PARTI D’AMENAGEMENT DE L’ESPACE DE PROGRAMMATION
TERRITORIALE NORD-EST .......................................................................................... 30
5.1. PAT 1 : LA DURABILITE DE LA RESSOURCE EN EAU .................................................................. 30
5.2. PAT 2. CONSERVATION DES SOLS ET LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION. ........................... 32
5.3. PAT 4. LES RISQUES MAJEURS .................................................................................................. 33
5.4. PAT 5. LE PATRIMOINE ET TOURISME ...................................................................................... 34
5.5. PAT 6 : FREINAGE DE LA LITTORALISATION ET L’EQUILIBRE DU LITTORAL DE l’EPT NORD-
EST ………………………………………………………………………………………………………………………………………37
5.6. PAT 10 : UN SYSTEME URBAIN HIERARCHISE ET ARTICULE: .................................................... 38

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 1


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5.7. PAT 11 : LE MAILLAGE INFRASTRUCTUREL DE TRANSORT DE LOGISTIQUE ET DE


COMMUNICATION DE L’EPT NORD-EST ................................................................................... 38
5.8. PAT 12 : LE PROCESSUS DE METROPOLISATION DES GRANDES VILLES DE L’EPT NORD-EST.. 41
A. Objectifs : .............................................................................................................................. 41
5.9. PAT 13: POLES D’ATTRACTIVITE ET ZONES INTEGREES DE DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL DE
L’EPT NORD-EST........................................................................................................................ 45
5.10. PAT 14 : organisation des relations de l’espace de programmation territoriale du nord-est
avec les autres espaces de programmation ............................................................................. 47
5.11. PAT 15 : LE DEVELOPPMENT LOCAL DANS L’EPT NORD-EST.................................................... 48
5.12. PAT N°16 : OUVERTURE DES TERRITOIRES A L’INTERNATIONAL ET INTEGRATION
MAGHREBINE ........................................................................................................................... 49
5.13. PAT 18 : LE RENOUVELLEMENT URBAIN ET LA POLITIQUE DE LA VILLE DANS L’EPT NE.......... 50
5.14. PAT N°19 : LE REVOUVEAU RURAL : AGRICULTURE ET DEVELOPPEMENT RURAL – FORET –
PECHE ....................................................................................................................................... 51
5.15. PAT 20 : LE RATTRAPAGE ET LA MISE A NIVEAU DES ZONES A HANDICAPS AU NIVEAU DE
L’EPT NORD-EST........................................................................................................................ 55
6. LA GOUVERNANCE TERRITORIALE .................................................................. 56
6.1. LE Cadre Institutionnel De L’amenagement Du Territoire ...................................................... 56
6.2. Le principe de la subsidiarité.................................................................................................... 57
6.3. Les échelles territoriales de la gouvernance régionale ............................................................ 59
6.4. LES INSTANCES DE LA GOUVERNANCE TERRITORIALE LOCALE............................................... 63
6.5. LES OUTILS D’INTERVENTION DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE AU NIVEAU DE L’ESPACE
DE PROGRAMMATION TERRITORIALE...................................................................................... 65
6.6. LES INSTRUMENTS DE FINANCEMENT DE L’ESPACE DE PROGRAMMATION TERRITORIALE ... 66
7. LE TABLEAU DE BORD DU SEPT NORD-EST..................................................... 72
7.1. Les territoires pertinents de l‘EPT Nord-Est ............................................................................. 74
7.2. LE CHOIX DES INDICATEURS ..................................................................................................... 79
7.3. La collecte des données.......................................................................................................... 100
7.4. Le traitement et le système de suivi – évaluation des données ........................................... 101

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 2


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

INTRODUCTION

La Loi portant Aménagement et Développement Durable du Territoire impose d’élaborer un


schéma sur l’Espace de Programmation Territoriale – EPT - pour les wilayas du NORD
EST du pays.

A travers l’élaboration de ce schéma le MATE s’est fixé comme objectif de concevoir un


projet de territoire issu d'une démarche de réflexion approfondie et participative.

Il s’est donné pour objectif de construire, d’animer et de promouvoir la définition d’une vision
globale, collective et partagée et d’une stratégie de long terme pour le territoire NORD EST
cohérente avec la vision nationale dégagée par le SNAT et intégrant les enjeux du
XXIème Siècle.

Le S.EPT Nord Est s’inscrit dans une démarche prospective visant, à partir des enjeux
identifiés et des grandes tendances constatées, à définir une vision globale collective et
partagée, à proposer un cadre de référence pour les futures politiques de développement et
d’aménagement du territoire et à promouvoir une stratégie de moyen et long terme pour le
développement territorial durable du Nord est du pays.

Il s’agit d’anticiper les grandes évolutions de l’espace de programmation territoriale, ceci est
indispensable pour définir des politiques qui préservent les équilibres : social, économique,
territorial et environnemental et qui assurent un développement harmonieux de la région.

Le Nord Est du pays est soumis à de fortes et multiples pressions (croissance


démographique, économique, accroissement des déplacements, attrait touristique
considérable), dépendance vis-à-vis du contexte économique, national et mondial (mobilité
des capitaux, « financiarisation » de l’économie, délocalisation des entreprises…) ; ces
pressions multiples le soumettent également au risque d’accroissement des inégalités.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 3


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

1. MILIEU NATUREL ET PARTRIMOINE :

Le diagnostic de l’EPT, met en relief les atouts et potentialités de celui-ci, mais aussi relève
les nombreuses contraintes et menaces qui pèsent sur la durabilité de son développement.
Parmi les atouts et potentialités de la région, en plus d’une situation géographique favorable
(région côtière et frontalière), on cite principalement :

- la diversité des milieux naturels et des écosystèmes (domaine maritime, zones de


montagnes, zones humides, plaines intérieures…) ;
- la richesse des ressources et potentialités naturelles (eau, terres irrigables, substance
utiles, pêche, sites touristiques…) ;
- la richesse et la diversité des patrimoines naturels et culturels.

Les contraintes et menaces se résument quant à elles, comme suit :

- l’érosion, dont les conséquences sur l’appauvrissement des terres agricoles et sur
l’envasement des barrages deviennent de plus en plus inquiétantes ;
- l’urbanisation des plaines, qui réduit sans cesse le potentiel en terres irrigables ;
- la dégradation et le dépérissement du patrimoine forestier ;
- la dégradation du patrimoine archéologique et architectural, qui constitue la mémoire
et l’histoire de la région ;
- la forte littoralisation des activités et du peuplement, dont les conséquences sur
l’écosystème se traduisent par : la pollution des eaux et de l’environnement, la
surexploitation des nappes et l’intrusion des eaux de mer, le mitage des terres
agricoles ainsi que les risques majeurs liés aux installations industrielles ;
- l’aléa sismique, surtout pour les zones littorales à très forte concentration urbaine.

Aussi, l’aménagement du territoire de la région et son développement durable supposent :

- La protection et la préservation du milieu naturel et des écosystèmes ;


- L’exploitation rationnelle et durable des ressources naturelles ;
- L’adéquation entre l’occupation de l’espace et les ressources naturelles disponibles.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 4


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

1.1. LES RESSOURCES EN EAU

Les différents travaux sur la région et notamment ceux réalisés par les services techniques
sous tutelle du MRE, relèvent de nombreuses contraintes et menaces, qui agissent sur le
potentiel hydraulique et la qualité des eaux, que ce soit pour les eaux douces ou marines :

1) Le phénomène de l’envasement, qui affecte la capacité utile des barrages et réduit


par conséquent leur durée de vie, connaît dans l’EPT Nord - Est à l’instar des autres
EPT du pays des proportions importantes, pour ne pas dire inquiétantes et cela pour
trois raisons essentielles :

Une topographie défavorable ;


Des sols fragiles ;
Une protection insuffisante des bassins versants par une action dynamique de
boisement et ou de reboisement.

Selon les directions de l’hydraulique des wilayas concernées, plusieurs barrages en


exploitation sont très sérieusement touchés par ce phénomène. Il s’agit, entre autres,
des barrages de : Zardazas (W. Skikda) ; Bounamoussa (W. El Tarf), Hammam Grouz
(W. Mila), et à un degré moindre, le barrage de Hammam Debbagh (W. Guelma).

2) Le risque de pollution des eaux de surface et des nappes, qui constitue une nouvelle
contrainte produite par l’homme. Les phénomènes de pollution dans l’EPT du Nord
Est, observés depuis déjà longtemps, s’étendent dans l’espace et dans le temps et
touchent la majorité des bassins hydrographiques à des degrés plus ou moins graves
et se manifestent le plus souvent en période d’étiage où les Oueds sont
pratiquement à sec et ne drainent que les rejets. Quatre barrages (en exploitation)
sont sérieusement menacés par ce phénomène de pollution ; il s’agit des barrages
de :
Cheffia (rejets urbains et industriels) ;
Zardazas (rejets urbains),
Guenitra (rejets urbains) ;
Hammam Grouz (E.N.A.D. Chelghoum Laïd).

3) La pollution des principales nappes d’eau souterraines de la région a atteint ces


dernières années un seuil critique au point de devenir source de périls. Les
principales nappes affectées par ce phénomène sont celles du côtier de Jijel, de
Oued Djen Djen, de Oued Endja (W. Mila), de Oued Saf Saf (W. Skikda), de Azzaba
(W. Skikda), de Guelma et Bouchegouf, et de Annaba et El Tarf.

4) Les eaux marines sont polluées par les eaux usées souvent rejetées sans épuration,
les stations d’épuration étant insuffisantes ou à l’arrêt, d’où de fortes pollutions
microbiennes et en métaux lourds au niveau des ports (baies de Skikda et de Annaba,

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 5


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

ports d’El Kala, Collo et Stora) et des plages (35 sur le littoral de l’EPT Nord Est sont
affectées par les rejets).
5) L’urbanisation et l’industrialisation se sont développées sur les terrains accessibles et
plats, à haute valeur agricole, notamment dans les cas de Constantine, Annaba et
Skikda. Ce constat est aussi valable pour Jijel, Mila, Guelma, Souk Ahras et El Tarf, où
l’urbanisation à moindre coût a été presque la règle. Les plaines de l’oued Seybouse,
de El Kébir, de Saf Saf, de Djen Djen et du Rhummel ont été investies par une
urbanisation fragilisant l’activité agricole et les ressources en eau.

Dans l’avenir, l’eau, qui est une ressource rare, sera de plus en plus sollicitée jusqu’aux
limites critiques de son utilisation. Si le secteur de l’eau n’anticipe pas sur la demande et ne
prend pas les mesures qui s’imposent, dans un cadre intégré de la gestion de cette
ressource, l’eau sera exposée à un conflit d’intérêt entre les différents usagers économiques
et sociaux et à un arbitrage quant à sa distribution : entre l’AEP et l’irrigation, entre
l’irrigation et l’industrie, entre les populations urbaines et les populations rurales. Les
actions à mener dans ce contexte devront s’articuler principalement autours des axes
suivants :

1) Plus grande mobilisation des ressources superficielles ;


2) Organisation des transferts et des adductions, dans le cadre d’un schéma hydraulique
régional cohérent ;
3) Utilisation des nouvelles techniques en matière de recyclage des eaux usées et de
dessalement de l’eau de mer ;
4) Adaptation des systèmes de cultures aux conditions climatiques et à la disponibilité
en eau ;
5) Economie de l’eau par l’utilisation des techniques nouvelles d’irrigation ;
6) Diminution au maximum des pertes aux réseaux : adduction, stockage et
distribution ;
7) L’exploitation rationnelle des nappes et l’utilisation adéquate des ressources
disponibles.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 6


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

RESSOURCES EN EAU

ATOUTS CONTRAINTES ET MENACES AXES D’INTERVENTION

Ressources en eau de surface : Appréciables mais peu mobilisées et menacées


Précipitations abondantes ; Menace de pollution par les Mobilisation plus accrue des eaux de surface par la
Réseau hydrographique dense et propice rejets liquides ménagers et réalisation de barrages (Nord de l’EPT) ;
à la réalisation d’ouvrages hydrauliques ; industriels ; Lutte contre toute forme de pollution ;
3
Ecoulements estimés à : 5 422 Hm ; Envasement accéléré des Traitement biologique des bassins versants.
Barrages 2006 : 12 unités ; ouvrages hydrauliques
Mobilisations 2006 : 789,7 Hm3 (14,56%) ;
Mobilisations projetées H 2025 : 1518,4.
Ressources en eau souterraines : insuffisamment connues, inégalement réparties, parfois surexploitées et souvent menacées
Ressources potentielles : 704,1 Hm3 ; Menace de pollution par les Actualisation des connaissances sur les aquifères et
3
Ressources exploitées : 306,1 Hm ; rejets liquides ménagers et réévaluation des ressources ;
Volume extrait au-delà des capacités industriels Programmation de l’exploitation de chaque aquifère ;
déclarées de certaines nappes : 28,4 Hm3 ; Lutte contre toute forme de pollution (réalisation de STEP
3
Disponibilités probables : 301 Hm . pour les principaux centres urbains)
Recyclage des eaux usées pour l’irrigation

Eau de mer
Pollution par les rejets Réalisation de STEP
ménagers et industriels
Potentiel Hydroagricole
Superficie irrigable totale : 776 426 ha, Les superficies irriguées ne Accroissement des superficies irriguées par :
dont : représentent que 5,8% du La préservation des terres irrigables contre l’urbanisation
potentiel irrigable anarchique ;
Plaines (littorales et intérieures) : 291 451 L’accroissement des ressources en eau conventionnelles à
ha Vallées : 67 059 ha; usage d’irrigation : barrages, retenues collinaires, pompage
des oueds ;

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 7


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Hautes plaines : 417 916 L’équipement et l’extension de certains périmètres


existants ;
Grands périmètres: L’épuration des eaux usées urbaines et leur recyclage pour
Superficie en 2006 : 26 000 ha ; l’irrigation ;
Superficie projetée pour 2025 : 96 641 ha L’élimination des pertes dans les réseaux d’adduction et de
PMH : distribution ;
Superficie en 2006 : 21 640 ha L’utilisation des nouvelles techniques d’irrigation
Superficie projetée pour 2025 : 27 503 économisant l’eau (goutte à goutte et aspersion selon le
cas) ;
La préservation de la ressource contre les pollutions

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 8


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

1.2. LES POTENTIALITES EN SOL

L’Espace de Programmation Territoriale Nord-est couvre une superficie planimètrée totale


de 2 447 55O ha (SIG BNEDER), dont seulement 1 070 891 ha de surface agricole utile (SAU),
soit 43,75%. La superficie agricole par habitant est très restreinte : 0,20 ha/habitant, elle est
en constante régression. Au niveau national, elle est passée de 01 ha en 1962 à 0,26 ha en
2003, avec un niveau encore plus bas sur le littoral (0,16 hectares par habitant). La qualité
des sols et leur usage agricole varient d’un milieu physique à l’autre, en fonction de la nature
pédologique, du relief, du climat et de la disponibilité des ressources en eau pour
l’irrigation, nonobstant le marché. Sur le plan physique, l’EPT Nord-est pourrait être
subdivisée en quatre grandes entités morphologiques :

• Les plaines

Elles occupent au niveau de la région une superficie totale de 291 451 ha (SIG BNEDER), soit
11,9% de la superficie totale de la région. Caractérisées par une topographie globalement
plane, les zones de plaines, et plus particulièrement là où les ressources en eau sont
disponibles, offrent des possibilités de développement et d’intensification agricoles très
intéressantes (mécanisation, irrigation).
Compte tenu de la diversité agro-climatique de l’EPT nord-est, on distingue trois types de
plaines :

• Les plaines côtières

A l’image des plaines de Jijel-Taher, de Guerbès, d’El-Tarf, et d’El-Kala, elles bénéficient


de conditions agro-climatiques (topographie, sol et climat) très propices à l’activité
agricole et notamment la pratique d’une agriculture intensive, orientée vers les cultures
maraîchères de primeur, de saison et d’arrière-saison. Toutefois, elles sont soumises à
plusieurs contraintes et menaces :

Problème d’inondations localisées, notamment en période hivernale, ayant pour


origine, d’une part, les excès d’eau de pluie, dus aux grands déversements des
bassins versants qui les surplombent et, d’autre part, les débordements des oueds
au niveau de leurs embouchures, car ces dernières sont souvent obstruées et
envasées ;

Contrainte d’assainissement des terres, le drainage naturel étant souvent limité par
la présence de sols à texture lourde, ce qui implique la nécessité d’un drainage
artificiel ;

Problème de mitage des terres au profit de l’habitat et infrastructures ;

Problème d’érosion au niveau du cordon dunaire situé à l’est de l’EPT.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 9


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

• Les plaines intérieures

Intercalées entre les massifs côtiers du nord et les monts de l’arrière-pays, elles
présentent un potentiel agronomique appréciable, malgré des précipitations moins
abondantes que celles des plaines côtières et, parfois, quelques gelées d’hiver et de
printemps. Ce sont généralement des zones où se pratique une polyculture (céréale-
fourrage-maraîchage-arboriculture) associée à l’élevage bovin moderne.

Parmi ces plaines on peut citer :

- la plaine (dépression) de Azzaba (W. Skikda) ;


- la plaine de Berrahal (W. de Annaba) ;
- la plaine d’Annaba (W. de Annaba) ;
- la plaine de Guelma (W. de Guelma).

A l’image de plaines côtières, ces plaines intérieures sont aussi soumises aux problèmes
des inondations hivernales, avec cependant une moindre intensité.

• Les vallées.

Les vallées couvrent une surface de 67 059 ha, soit 2,7% de la superficie totale de l’EPT
et représentent un potentiel appréciable pour la pratique de l’agriculture intensive
(productions végétales et animales). Parmi les principales vallées de la région, il ya lieu
de citer

- la vallée de l’oued El-Kébir (W. de Jijel) ;


- la vallée de l’oued Guebli (W. de Skikda) ;
- la vallée de l'oued Saf-Saf (W. de Skikda) ;
- la basse vallée de l’Oued Seybouse (W. de Guelma).

Cependant, ces vallées sont soumises à d’intenses déversements d’eaux pluviales,


(provenant des versants qui les surplombent) ce qui se traduit généralement par :

- l’inondation des grandes superficies aux abords des oueds ;


- la stagnation des eaux au niveau des terres de cultures ;
- le sapement des berges.

La préservation et la valorisation de vallées nécessitent des aménagements de protection


au niveau des bassins versants qui les encadrent, ainsi que des travaux de protection et
d’assainissement au niveau du lit ou des terrasses des oueds, tels que les travaux
suivants :

- la construction de digues de protection ;


- le curage et le calibrage d’oueds ;
- la protection biologique des berges ;
- l’assainissement des sols par les travaux de drainage.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 10


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Au niveau des embouchures des oueds, il y a lieu d’opérer des travaux de curage et de
recalibrage pour faciliter les évacuations vers la mer.

• Les hautes plaines.


Situées dans la partie sud, les hautes plaines occupent 417 916 ha, soit 17,1% de la
superficie totale de la région. Elles se caractérisent par leur climat de type semi-aride
(étage supérieur) et une vocation de zone d’intensification céréalière. On cite :

- les hautes plaines de Chelghoum-Laïd (Wilaya de Mila) ;


- les hautes plaines d’El-Khroub (W. de Constantine) ;
- les hautes plaines de Aïn-Abid (W. de Constantine) ;
- les hautes plaines de Oued Zénati (W. de Guelma) ;
- les hautes plaines de Sédrata et de Mouladhem (W. de Souk-Ahras).

• Les zones de montagnes.

D’une superficie totale évaluée à 1 782 935 ha, soit prés de 68.3% de la surface globale de la
région, les zones de montagnes occupent principalement les parties nord et médiane de la
région. Ce sont des zones au relief très contraignant, au climat rude, sensibles à l’érosion, où
l’occupation souhaitable des sols serait une végétation pérenne forestière ou arboricole
selon le cas.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 11


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

ATOUTS CONTRAINTES ET MENACES AXES D’INTERVENTION

Plaines : 291 451 ha (11,9%) ; Vallées : - SAU limitée : 1 070 891ha (43% de la ST et 0,20 - Accroissement des superficies irriguées
67 059 ha (2,7%) ; Hautes plaines: ha/habitant) ; - Préservation des terres à fort potentiel
417 916 ha (17,1%) - Montagne : 1 671 124 ha (68,3%) ; agricole du mitage ;
- Les superficies irriguées ne représentent que 5,8% du
Superficie irrigable totale : 776 426 ha, potentiel irrigable ; - Construction de digues de protection au
niveau des vallées et plaines côtières ;
Superficie irriguée en 2006 : - Crues et inondation des terres agricoles ; - Curage et calibrage d’oueds ;
Grands périmètres: 26 000 ha ; PMH : - Embouchures d’oueds souvent obstruées et envasées ; - Assainissement des sols par des
21 640 ha - Absence ou insuffisance d’assainissement ; travaux de drainage ;
- Mitage des terres; - Traitement biologique des bassins
Superficie irriguée projetée pour 2025 : - Erosion des terres en zone de montagne et du cordon versants et des berges d’oueds.
Grands périmètres: 96 641 ha ; PMH : dunaire au niveau de la côte est de la région.
27 503 ha

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 12


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

1.3. LES RISQUES MAJEURS

Sur 14 risques majeurs pré-identifiés par l’ONU, dix (10) concernent l’Algérie, dont neuf (09)
pourraient concerner l’Espace de Programmation Territoriale Nord-est:

- les séismes et risques géologiques ;


- les inondations ;
- les risques climatiques ;
- les feux de forêts ;
- les risques industriels et énergétiques ;
- les risques portant sur la santé humaine ;
- les risques portant sur la santé animale et végétale ;
- les pollutions atmosphériques, telluriques, marines ou hydriques ;
- les catastrophes dues à des regroupements humains importants.

1.3.1. LES RISQUES NATURELS

Parmi les risques naturels les plus menaçants, il y a lieux de citer : les séismes, l’érosion
sous ses différentes formes et les inondations.

• Risque sismique

L’Espace de Programmation Territoriale Nord-est est concerné fortement dans toute sa frange
nord avec un maximum d’intensité sur l’axe Jijel – Skikda, une activité non négligeable
autour de Constantine et Guelma, et une activité plus réduite dans la partie sud et à l’est
d’Annaba à la frontière.

• Erosion, glissements de terrain

Il y a beaucoup de glissements de terrain en milieu rural, notamment dans les wilayas de


Constantine, de Mila et de Souk-Ahras, ce qui entraîne des pertes de sols agricoles et surtout
des dégâts sur les infrastructures (routes et canalisations). Les glissements de terrain en
milieu urbain menacent de nombreux logements (15 000 logements menacés sur la partie
sud - sud-est de la ville de Constantine). Les problématiques de glissement de terrain sont
beaucoup moins importantes sur les wilayas plus forestières, qui disposent d’un couvert
végétal important ou d’une nature géologique moins sensible : Annaba, El-Tarf, Skikda, Jijel.
L’érosion des sols représente une perte en terres agricoles et une menace d’envasement
pour les barrages. Elle est importante dans tout l’Espace de Programmation Territoriale Nord-
est, et en lien avec les pluies intensives, mais elle est surtout manifeste dans l’ensemble des
régions les moins boisées.

• Risque inondation

Sur l’Espace de Programmation Territoriale Nord-est, les zones inondables ont en général été
cartographiées pour les grands oueds (terrasses des oueds). Il y a en revanche moins de
données sur le risque pluvial en zone urbaine, pour lequel un manque d’études est constaté.
On peut toutefois noter quelques points sensibles :
- Les inondations liées aux débordements d’oued Mila, Zéghaïa… ;

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 13


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- Les quartiers populaires de la ville d’Annaba ;


- Quelques risques ponctuels d’écoulement pluvial sur la ville de Souk-Ahras.

1.3.2. LES RISQUES INDUSTRIELS

Dans le Nord-est, les industries du pétrole, du gaz, des produits chimiques (engrais,
pesticides, plastiques…) et mécaniques sont relativement développées et présentent
toutes des risques de fuites accidentelles de produits dangereux. Les deux centres les
plus concernés sont Annaba et Skikda. Ils concentrent 11 des 14 installations industrielles
de la région, classées à haut risque (60 à l’échelle nationale).

Les risques concernent essentiellement les explosions, les contaminations d’eaux et les
pollutions atmosphériques. On peut noter, par exemple, le grand complexe
pétrochimique de Skikda, le dépôt régional de carburant et de gaz (Unité Naftal) ou les
différents pipes (gazoducs, oléoducs et multi-produits), qui traversent la région. Ces
pipes représentent des risques d’explosion et de contamination des eaux superficielles
ou souterraines

Enfin, concernant la prise en charge des risques majeurs dans leur globalté, l’Etat a mis en
place une réglementation et des dispositifs régis par la loi n° 04-20 du 25/12/2004 relative à
la prévention des risques majeurs et à la gestion des catastrophes. Cette loi est à appliquer
dans toute sa rigueur par l’ensemble des acteurs concernés, chacun à niveau (Etat,
collectivités locales, etc.).

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 14


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

NATURE DU RISQUE CONTRAINTES ET MENACES AXES D’INTERVENTION

Risque sismique Etude sur la sismicité de la région en vue de l’identification


La région Nord-est est fortement concernée dans toute sa des zones les plus sensibles
frange nord, avec un maximum d’intensité sur l’axe Jijel – Mise en place d’une réglementation parasismique
Skikda et une activité non négligeable autour de Constantine Elaboration d’un plan ORSEC
et Guelma.

Glissement de terrain Les zones les plus menacées : wilayas de Constantine, de Etude géotechnique en vue de proposer des solutions en
Mila et de Souk-Ahras. fonction du niveau de vulnérabilité. Les solutions vont de
l’évacuation à la stabilisation du terrain

Erosion Les zones les plus touchées : zones montagneuses dénudées


(wilaya de Mila) Traitement des bassins versants et plus particulièrement celui
Menace : du barrage de Beni Haroun
Dégradation et désertification des terres agricoles
Envasement des ouvrages hydrauliques
Inondation Inondation des terres agricoles (terrasses en bordure des
oueds) Curage et entretien des oueds ; Traitement des bassins
Inondation de zones d’habitation situées dans des cuvettes versants ; Amélioration des conditions de drainage,
(dépressions) ou sur le flanc des montagnes aménagement de digues de protection, pour les terres
Les zones les plus menacées : agricoles ;
Vallées et plaines côtières de Mila, Jijel et Skikda ;
Agglomération urbaine de Mila ; Amélioration et entretien régulier du réseau d’assainissement
Quartiers populaires de la ville d’Annaba des eaux pluviales et réglementation des zones constructibles
Ville de Souk-Ahras… pour les agglomérations
Les centres les plus concernés sont Annaba et Skikda
Risques industriels Nature des risques : explosions, contaminations d’eaux et Etablissement de rayons de sécurité (zone tampon) sans
pollutions atmosphériques. habitation ;

Délocalisation selon possibilité

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 15


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

1.4. LES ECOSYSTEMES

L’Espace de Programmation Territoriale Nord-est de par son relief, son climat, sa géologie,
etc., présente une multitude de milieux naturels et écosystèmes : littoral, Plaines intérieures,
zones de montagnes, et aires protégées. Ces écosystèmes, qui constituent, par leur diversité
ainsi que par leur richesse floristique et faunique, des réserves de biodiversité importantes
et des paysages d’une grande qualité, sont toutefois menacés dans leur durabilité par les
effets résultants d’un développement socioéconomique anarchique, lui-même résultat d’une
croissance démographique et d’une occupation de l’espace, non maîtrisés.

• Le littoral

Le littoral de l’EPT - Nord-est s’étend du golfe de Bejaïa à la frontière tunisienne, sur une
longueur de 640 Km (Planimétrage Comgéo). Il se distingue par une côte découpée, avec
une alternance de baies (où se sont implantées d’importantes installations portuaires :
Skikda, Annaba, ou plus modestes : Jijel, El-Kala…) et de promontoires rocheux, offrant une
grande diversité écologique, ainsi que de paysages.
Avec l’accroissement urbain et l’essor économique qu’ont connu les principales villes et
ports de la côte Est, la situation est devenue de plus en plus inquiétante. Les conséquences
se traduisent par la manifestation de nombreux indices de perturbation et de
dysfonctionnement de l’environnement côtier : pollution, sur-occupation du rivage marin,
extension du bâti au détriment du foncier agricole et forestier, érosion et dégradation des
sites, déséquilibre des chaînes trophiques…

• Les Zones de Montagnes

Les zones de montagnes de l’EPT - Nord-est sont très habitées et leurs ressources naturelles
soumises à de fortes pressions : allant des labours de terrains très accidentés (érosion), au
défrichement de terrains forestiers, au surpâturage… La couverture forestière de la région
est importante en superficie, mais présente un état de dégradation inquiétant pour la
stabilité des terres, ainsi que pour l’assurance d’une productivité viable.

• Les zones protégées

La grande richesse en biodiversité de l’EPT - Nord-est, notamment par ses ressources


forestières, ses zones humides et son littoral, est institutionnellement reconnue par
différents niveaux d’aires protégées. Le potentiel actuel recensé et classé est constitué
de : deux parcs nationaux et 9 sites Ramsar

Par ailleurs, des aires naturelles ont été recensées et proposées à la classification par le
MATE, il s’agit des projets :
- du parc naturel régional de Guerbès, de la réserve naturelle de Béni-Saleh, du parc
Marin d’El-Kala ; de l’extension du parc national de Taza, de la partie marine du
parc national de Taza.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 16


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

NATURE DE ATOUTS ET POTENTIALITES CONTRAINTES ET MENACES AXES D’INTERVENTION


l’ECOSYSTEME
LITTORAL 640 Km de côte ; Altération de la qualité des eaux
Réalisation de STEP pour le
Importantes installations traitement des eaux usées ;
et des sédiments marins ;
portuaires de commerce et de Recul de la biodiversité ; Réglementation de la pêche et de
pêche: Skikda, Annaba, Jijel, El- l’exploitation du corail ;
Dégradation du corail ;
Kala… ; Mise en œuvre des moyens
Erosion des plages ;
Sites touristiques et paysagers. nécessaires pour une application
Occupation anarchique et non
rigoureuse de la loi sur le littoral
sélective du rivage ;
Mauvaise exploitation des
ressources halieutiques,
Ensablement des ports
MONTAGNE Couvert forestier appréciable Relief très marqué, Amélioration des conditions
Précipitations abondantes enclavement socioéconomiques par la mise en
Implantation humaine Sous-équipement œuvre de programmes de
importante Forte pression sur les ressources développement locaux intégrés
naturelles fondés sur la mise en valeur des
Erosion potentialités et atouts de ces
Dégradation du potentiel de espaces ; création et diversification
production (forets de chêne liège de l’emploi : Agriculture de
et terres agricoles, olivier) montagne, petites unités de
transformation, petites entreprises
de soutien aux activités
productrices, écotourisme
Parcs nationaux : El Kala et Taza Passage de l’Autoroute Est-Ouest Multiplication des parcs et zones
ZONES PROTEGEES Richesse et préservation du en cours de réalisation (20 Km) spécifiques à protéger (classement
patrimoine : faune, flore, et fonds national et international)
marins Etudes d’impact de l’Autoroute et
Zones humides d’El Tarf mesures d’atténuation des effets du
tracé.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 17


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

1.5. LE SYSTEME PATRIMONIAL

Le patrimoine culturel de l’EPT - Nord-est est riche et diversifié, allant des vestiges de la
préhistoire aux monuments les plus récents des temps modernes. Il constitue, en
association avec la composante paysagère (des sites pittoresques parfois encore à l’état
« sauvage ») un atout pour le développement du tourisme et par conséquent des activités
touristiques.

Mal connu, peu exploité et en déperdition, ce patrimoine doit être protégé et sauvegardé
non seulement parce qu’il représente un intérêt sur le plan économique mais surtout parce
qu’il représente l’histoire et la mémoire de la région.

ATOUTS ET POTENTIALITES CONTRAINTES ET MENACES AXES D’INTERVENTION

Sites archéologiques,
vestiges et monuments : Dégradation des sites, des Recensement du patrimoine à
Traces de civilisation vestiges archéologiques et classer et à sauvegarder,
aurignacienne néolithique monuments historiques ; Rassemblement, reconstitution
(préhistoire) Pillage des sites restauration, et archivage des
Monuments mégalithiques : archéologiques fonds documentaires de la
Monuments antiques : Dégradation du patrimoine région pour sauvegarder son
Monuments Arabes architectural ; histoire,
Patrimoine culturel riche et Déperdition des fonds Formation d’une main d’œuvre
diversifié documentaires anciens, spécialisée dans les métiers
Composante paysagère et Régression et menace de relatifs à la restauration des
sites pittoresques disparition à terme du monuments, la sauvegarde des
patrimoine immatériel local sites archéologies et la
(folklore ; fêtes religieuses…) protection de la nature…
Régression des activités Lancement d’ateliers et
artisanales et du savoir faire chantiers de restauration, et
propre à la région (tapis à appel au soutien des
points noués de Annaba, organisations internationales
Guelma et Skikda, dentelle compétentes en la matière ;
de Skikda, dinanderie de Promotion des boucles et circuits
Constantine. touristiques, etc. Diffusion et
vulgarisation des connaissances
sur la région à travers des
ouvrages et brochures destinés à
un large public national et aux
organes étrangers spécialisés
dans le tourisme ;

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 18


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

2. DYNAMISME DEMOGRAPHIQUE ET MODE DE


PEUPLEMENT

Considérée comme le troisième ensemble le plus peuplé du pays, après ceux du Nord-
centre et du Nord-ouest, l’EPT - Nord-Est abrite une population totale évaluée au RGPH
2008 (résultats préliminaires) à 5 174 719 habitants, ce qui correspond à 15,26% de la
population totale du pays pour une superficie qui ne représente que 1,03% du territoire
national.

Wilaya Population 2008


Nombre %
Constantine 938 475 18,14
Skikda 899 816 17,39
Mila 766 354 14,81
Jijel 632 621 12,23
Annaba 609 499 11,78
Guelma 481 376 9,30
Souk-Ahras 438 127 8,47
EL-Tarf 408 451 7,89
NORD-EST 5 174 719 100
SOURCE DPAT Wilayas (Base: RGPH 2008)

• Une répartition déséquilibrée de la population, où :


- Trois wilayas : Constantine (18,14%), Skikda (17,391%) et Mila (14,81%) abritent à
elles seules 50,34 % de la population totale de la région ;
- Deux wilayas : Annaba (11,78%) Jijel (12,23%) abritent 24,01%
- Trois wilayas : El Tarf (7,89%), Souk Ahras (8,47%) et Guelma (8,47%) n’abritent quant
à elles que 24,43%.

La population de l’EPT - Nord-Est a connu une évolution remarquable ces dernières


décennies, elle est passée de 1 949 911 personnes en 1966, à 4 552 617 en 1998, puis à 5
174 719 en 2008, soit prés du triple (2,65 fois plus) sur une période de 42 ans. Cependant, le
taux moyen annuel de la croissance démographique accuse une régression constante et
évolue en deçà de la moyenne nationale :

- 1987 /1998 : 1,98%, contre 2,15% pour la moyenne nationale.


- 1998/2008 : 1,20%, contre 1,72% pour la moyenne nationale.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 19


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Population (RGPH) Croît Moyen Annuel (%)

1987 1998 2008 1987-98 1998-2008


NORD-EST 3 651 319 4 552 621 5 174 719 1,98 1,20
NATIONAL 29 100 867 34 229 692 2,15 1,72
A l’intérieur de l’EPT - Nord-Est, cet accroissement varie selon les wilayas et selon la
décennie considérée.

Taux annuel moyen d’accroissent démographique par wilaya :

Wilayas 1987-1998 (%) Wilayas 1998-2008 (%)


Mila 2,73 Souk-Ahras 1,8
El-Tarf 2,44 El-Tarf 1,5
Skikda 2,30 Constantine 1,36
Souk-Ahras 2,13 Skikda 1,26
Annaba 1,98 Annaba 0,9
Constantine 1,96 Mila 1, 17
Guelma 1,93 Guelma 1,2
Jijel 1,90 Jijel 1,40
EPT - Nord-Est 1,98 Zone Nord - Est 1,20
Territoire national 2,15 Territoire national 1,72

Dans la période intercensitaire 1987–1998 :

- Trois wilayas ont connu une très forte croissance démographique (supérieure à la
moyenne nationale), il s’agit de deux wilayas issues la nouvelle réorganisation
administrative de 1984 : Mila (2,73%) et El-Tarf (2,44%), et de la wilaya de Skikda.
Pour les deux premières, ce croît est bien plus le résultat de leur nouveau statut
administratif que de leur croît naturel.

- Une wilaya : Souk-Ahras, a connu un croît (2,13%), qui est très proche du croît moyen
national ;

- Quatre wilayas : Annaba, Constantine, Guelma et Jijel, ont évolué selon un taux
moyen annuel égal ou très proche de la moyenne régionale, mais toujours inférieur à
la moyenne nationale.

Dans la période 1998-2008, le taux annuel moyen d’accroissement a subi globalement une
baisse sensible au niveau de toutes les wilayas et principalement celles créées en 1984. A
l’exception de la wilaya de Souk-Ahras où ce taux est légèrement supérieur au taux observé
au niveau national, partout ailleurs il est toujours inférieur à ce dernier. Selon l’importance
du taux de croissance moyen annuel, on distingue pour cette décennie trois types de
wilayas :

- Les wilayas de Souk Ahras et El Tarf, qui avoisinent le taux moyen national ; moyen ;

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 20


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- La wilaya de Annaba, qui prsente un taux largement inférieur au taux moyen de la


région,
- Les autres wilayas dont le taux avoisine le taux moyen de la région.

• Une densité de peuplement relativement forte, Les résultats préliminaires du RGPH


2008 permettent d’évaluer la densité de peuplement de l’EPT - Nord-Est à 213
habitants au Km². Comparée aux autres régions du pays, cette densité est
relativement élevée, elle se situe au deuxième rang après celle de l’EPT - Nord-
Centre. De même, en constante augmentation, elle est passée entre 1966 et 2008 de
80,7 à 213 habitants /Km², soit 2,63 fois plus.

• Selon leur densité de peuplement les wilayas de la région sont classées en trois
catégories :

- Les wilayas à forte concentration et à augmentation constante: Annaba et


Constantine avec respectivement 437 et 408 habitants au Km2 ;
- Les wilayas à concentration moyenne : Jijel, Skikda et Mila avec respectivement
267, 217 et 219 habitants au Km2 ;
- Les wilayas à faible concentration: El-Tarf, Guelma et Souk-Ahras avec
respectivement 140, 131 et 100 habitants au Km2.

• Une tendance à l’agglomération de plus en plus forte :


Le taux d’urbanisation est passé entre les deux RGPH de 1966 et de 1998 de 33,3% à
64,15% (65,58 % au niveau national). Cette tendance reste toujours valable en 2008
comme l’indiquent si bien les chiffres des DPAT.

L’interprétation des données du RGPH de 1998, car plus complètes, montre qu’hormis la
wilaya de Mila, où la ruralité était encore dominante (50,60%), toutes les autres wilayas
sont à majorité urbaine.

- Constantine, en tant que Grande Ville nationale et son niveau d’équipement le plus
développé de l’EPT - Nord-Est, est de loin la wilaya la plus urbanisée (85,08%) ;

- Guelma, qui est à priori une wilaya agricole est peu industrialisée, est fortement
urbanisée. Avec 74% de population urbaine, elle se classe tout juste après
Constantine ;

- Annaba avec un taux d’urbanisation de 66,63% s’inscrit dans la moyenne régionale


(64,15%). En effet, bien qu’abritant une grande ville bien équipée et développée sur
le plan économique, la wilaya d’Annaba reste rurale et sous équipée dans son arrière
pays ;

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 21


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- Mila, wilaya montagneuse, sous équipée, faiblement développée sur le plan


économique et en retrait des grandes infrastructures de liaison (autoroute, rail, port
et aéroport), demeure à caractère rural malgré une tendance forte à l’urbanisation
depuis son passage au statut de wilaya en 1984 ;

- El-Tarf, bien que son taux d’urbanisation (52,50%) est inférieur à celui de la l’EPT -
Nord-Est, il serait souhaitable de le maintenir dans ses proportions actuelles, voire
même le réduire au vu du caractère écologique de la wilaya.

- Jijel, malgré son littoral et son nouveau port de Djendjen, n’arrive toujours pas
attirer les investisseurs et développer son économie principalement industrielle et
touristique, ce qui serait une alternative pour atténuer la pression qui s’exerce
actuellement sur ses espaces montagnes surpeuplés, fragiles et qui présentent un
intérêt certain pour l’environnement et la biodiversité.

- Skikda et Souk-Ahras, deux wilayas, l’une montagneuse et portuaire et l’autre


montagneuse et frontalière, ont un taux d’urbanisation qui s’inscrit dans la moyenne
régionale.

Les centres ruraux agglomérés de la zone rurale ont connu une forte attractivité,
principalement au cours des années soixante et à la suite de l'émergence des villages
agricoles. Actuellement, la tendance a été légèrement renversée surtout au niveau des deux
aires métropolitaines de Constantine et d’Annaba où le rythme d'accroissement des
populations rurales agglomérées est quasi – stationnaire. Par contre, la tendance est encore
forte dans certaines wilayas de la région, à l’image de Mila, qui se distingue par une
croissance importante et continue des petits centres ruraux agglomérés

• Un solde migratoire légèrement positif et plus marqué par les mouvements de


population internes à la région, plutôt qu’externe. La wilaya la plus attractive est
sans conteste celle d’El Tarf, et dans une moindre mesure les wilayas de : Annaba,
Mila et Constantine. Les quatre autres wilayas sont plus ou moins répulsives avec un
solde négatif notable pour la wilaya de Jijel.

• Un niveau de fécondité à peu près égal au niveau national, puisque les femmes
âgées de 15 à 50 ans auront eu chacune en moyenne 2,53 enfants (contre 2,56 au
niveau national). Cependant :

- les wilayas de cet espace connaissent des variations importantes en ce qui


concerne l’indicateur synthétique de fécondité, il est à son maximum à Jijel
avec 3,1 enfants/femme et à son minimum à Annaba (2,0 environ), la
variation intra-régionale du niveau de fécondité étant de 1,5 fois ;

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 22


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- Pour les moins de 30 ans la fécondité est globalement plus faible dans la
région Nord-est qu’au niveau national, cependant, elle devient plus forte au-
delà de cet âge.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 23


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

ATOUTS ET POTENTIALITES CONTRAINTES ET MENACES AXES D’INTERVENTION

Une tendance à l’agglomération Faible taux d’accroissement moyen


de plus en plus forte annuel principalement au niveau des Rééquilibrage de l’occupation territoriale et du
Un solde migratoire légèrement wilayas de Jijel, Guelma et Mila ; dynamisme démographique par des actions de
positif et des migrations internes à Une répartition déséquilibrée de la rattrapage de développement social et
la région, plutôt qu’externes. population, où les wilayas les moins économique des wilayas les moins loties, à
Attractivité des wilayas : d’El Tarf, peuplées sont : El Tarf, Souk Ahras et savoir les wilayas à caractère agricole et les
Constantine et Souk Ahras Guelma (wilayas agricoles) wilayas à caractère montagneux très marqué.
Une densité de peuplement
relativement forte, avec concentration
élevée pour les deux wilayas
industrialisées : Constantine et Annaba
Répulsion des wilayas de : Jijel, Mila et
Guelma

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 24


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

3. STRUCTURATION DE LA REGION

La région Nord-est est organisée en : 08 wilayas, 76 chefs-lieux de Daïra et 206 chefs-lieux de


Communes, comprenant 583 agglomérations (RGPH de 1998) de taille et rang urbain très
disparates. C’est aussi la seule région au niveau du territoire national à abriter deux
métropoles : Constantine (418 672 habitants) et Annaba(257 359 habitants) , elles sont les mieux
équipés de l’EPT - Nord-est. Par rapport au recensement de 1998, il n’y a pas eu d’agglomérations
nouvelles ayant accédé à ce rang.
La hiérarchie des agglomérations de région, établie selon leur taille de la population en 2008 (RGPH),
met en relief les traits suivants :
- Une armature urbaine peu structurée, organisée autour:

o Des deux métropoles (Constantine et Annaba) ;


o D’un réseau de grandes villes (100 000 habitants et plus) constitué de
chefs lieux de wilaya, à l’exception de d’El-Tarf et de Mila ;
o D’un réseau de villes moyennes (50 000 à 100 000 habitants) composé de
cinq villes : El Khroub (89 251 hab.), Sidi Amar (83.254 hab.), Mila (63 177
hab.), Taher (59 428 hab.),
o Chelghoum Laid (55 343 hab)

- L’existence de 26 petites villes de 20 000 à 50 000 habitants, qui constituent le moteur


du développement local, notamment au niveau des wilayas les moins développées.

- L’existence de 40 grandes agglomérations de 10 000 à 20 000 habitants, qui en général


des chefs lieux de Dairas, occupent un rôle important dans l’encadrement du monde
rural. Elles sont relayées par une multitude de petites agglomérations correspondant aux
chefs lieux de communes et agglomérations secondaires.
- Un développement des agglomérations situées à la périphérie des chefs lieux de
wilaya et des agglomérations situées sur les axes majeurs de circulation ;
- Une urbanisation anarchique, où les grandes villes, ou chefs lieux de wilaya, sont
confrontées à de gros problèmes de maitrise de la croissance urbaine et de
foncier, et où l’arrière pays ne dispose pas de relais efficaces pour diffuser le
développement à leur espace de rayonnement.

- Un niveau d’équipement appréciable, mais avec une forte polarisation au


niveau des deux métropoles :
- Un réseau routier dense et bien maillé ;
- Un réseau ferroviaire appréciable, bien développé, mais à renforcer et à
rénover ;
- Trois grands ports commerciaux : Annaba, Skikda et Jijel,
- Deux aéroports de classe internationale et un de classe nationale
- Une assise industrielle très appréciable, avec émergence de trois grands
pôles industriels : Annaba pour la métallurgie et l’industrie chimique,

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 25


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Constantine pour l’industrie mécanique et Skikda pour l’industrie


pétrochimique
- Importants équipements du tertiaire supérieur (universités, hôpitaux,
organismes financiers,… ;

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 26


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

ATOUTS ET POTENTIALITES CONTRAINTES ET MENACES AXES D’INTERVENTION

Existence de deux métropoles Armature urbaine peu structurée Rééquilibrage de l’armature urbaine par des
(Constantine et Annaba) dotées Faiblesse du maillon relatif aux grande actions de rattrapage de développement
d’importants équipements du villes et leur absence au niveau de deux socioéconomique des wilayas à caractère
tertiaire supérieur (universités, wilayas : Mila et El Tarf ; agricole ;
hôpitaux, organismes Faiblesse pour ne pas dire absence des Mise en œuvre d’une réglementation stricte
financiers,… ; maillons relatifs aux villes moyennes et pour le développement urbain de la partie Nord
Un réseau routier dense et bien petites villes (pôles relais de (Annaba) pour juguler sa congestion;
maillé ; développement entre les grandes villes Ralentissement du développement urbain des
Un réseau ferroviaire appréciable, et les espaces ruraux) villes situées dans et /ou au voisinage des
bien développé, mais à renforcer Dysfonctionnent du système, avec périmètres agricoles : région de Annaba -El
et à rénover ; apparition de quatre sous-systèmes Hadjar, le Nord de la wilaya d’El Tarf, Guelma ;
Trois grands ports commerciaux : urbains déséquilibrés organisés autour Encouragement et développement des centres
Annaba, Skikda et Jijel, de Annaba, Constantine, Skikda et Jijel. urbains organisateurs des espaces ruraux ;
Deux aéroports de classe Absence de maîtrise de la croissance Promotion des centres relais support du
internationale et un de classe urbaine des grandes villes développement des zones enclavées de la
nationale Sous équipement des petites villes et région ;
Une assise industrielle très agglomérations rurales Promotion du monde rural, des zones de
appréciable, avec émergence de montagne et de la bande frontalière.
trois grands pôles industriels :
Annaba pour la métallurgie et
l’industrie chimique, Constantine
pour l’industrie mécanique et
Skikda pour l’industrie
pétrochimique

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 27


BRL ingénierie
4. LES ENJEUX DE L’EPT - NORD-EST

Même si elle possède ses propres spécificités en termes d’enjeux et de défis, l’EPT - Nord-est
s’inscrit globalement dans les enjeux majeurs identifiés par le SNAT 2025-30. Ces enjeux sont
eux même sous tendus par les implications de la mondialisation et ses effets sur les
territoires notamment en terme de durabilité, de compétitivité, d’intégration et
d’attractivité.

Les enjeux majeurs de l’EPT - Nord-Est se déclinent eux-mêmes en enjeux thématiques ou


sectoriels qui permettent d’affiner le niveau de proposition et d’opérationnalité du schéma
de l’EPT- Nord-Est.

Les six enjeux majeurs du SNAT 2025 :

1- L'épuisement des ressources naturelles et principalement de l'eau ;


2- Le décrochage démo-économique ;
3- La crise du rural : le risque d’un territoire délaissé ;
4- La crise urbaine ;
5- La rupture du lien territorial et la non gouvernance territoriale ;
6- La divergence par rapport au monde et le décrochage par rapport aux pays
développés.

4.1. LES ENJEUX LIES A LA DURABILITE DU DEVELOPPEMENT

La durabilité du développement est entendue dans son sens paradigmatique pour tout ce
qui relève de la gestion durable des ressources naturelles. Elle est entendue aussi dans son
sens sociétal c'est-à-dire « une société organisée et agissant sur elle-même par ses propres
moyens » en vue de rechercher une cohésion sociale fondée sur l’équité et la solidarité
territoriale.

4.1.1. L’ENJEU DE LA RESSOURCE EN EAU

Si la question de la ressource en eau ne se pose pas à l’EPT - Nord-est avec la même acuité
que pour les autres EPT du pays (sauf dans le cas d’une hypothèse d’une longue période
sèche) ; l’enjeu pour l’EPT - Nord-est sera de prévoir les arbitrages nécessaires quant aux
niveaux de transferts vers les EPT limitrophes (les HP EST notamment), la gestion et le coût
de l’eau en fonction des choix stratégiques pour l’alimentation des populations et les besoins
pour les activités industrielles et agricoles.

4.1.2. COMMENT ALLEGER LA PRESSION SUR LE LITTORAL ?

Le littoral Est, comparativement au littoral Centre et Ouest du pays, est relativement mieux
conservé. Toutefois, avec l’accroissement urbain et l’essor économique qu’ont connu les
principales villes et ports de la côte Est, la situation est devenue de plus en plus inquiétante.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Face à cette problématique, les défis de l’EPT - Nord-est sont vitaux ; il s’agira d’inscrire les
stratégies de développement économique et industriel de la zone dans une démarche de
durabilité qui devra garantir l’équilibre des espaces littoraux. Comment réussir le
redéploiement vers l’intérieur du tell et les hauts plateaux quand la zone est entraîné par son
arrimage à l’économie mondiale vers une littoralisation de plus en plus importante ?

4.1.3. QUEL DEVELOPPEMENT POUR LE MONDE RURAL ET NOTAMMENT LA


MONTAGNE (CRISE DU RURAL) ?

l’EPT - Nord-est est à 75% montagneuse soit plus 1 782 935 ha, Jijel, Constantine, Guelma, et
27
Skikda, ont plus de 80 % de leurs territoires situés en zone de montagnes. Les zones de
montagne sont à l’origine de mouvement important de migration intrarégionale. L’enjeu
pour la zone est de promouvoir un développement rural fondé sur une économie 25 de
montagne viable autour de l’agriculture de montagne, des ressources naturelles et des
savoir-faire locaux.

4.1.4. COMMENT PROTEGER LES PATRIMOINES NATURELS ET CULTURELS ?

La grande richesse, en biodiversité de l’EPT - Nord-est notamment par ses ressources


forestières et ses zones humides, est internationalement reconnue au niveau de ses aires
protégées. Le défi pour la zone sera de promouvoir une stratégie de développement
économique adapté à la spécificité de ces espaces fragiles uniques dans le pourtour
méditerranéen.

4.2. LES ENJEUX LIES A LA COMPETITIVITE DES TERRITOIRES

Une compétitivité au niveau d’une région ou d’une nation ne sera efficiente que si elle
intègre les impératifs de durabilité et de cohésion sociale ce qui permet d’établir une
articulation vertueuse avec la durabilité. Pas de compétitivité sans durabilité.

4.2.1. COMPETITIVITE POUR L’EPT - NORD-EST?

L’EPT - Nord-Est possède des atouts indéniables permettant de renforcer sa compétitivité.


Pour cela, la reconfiguration de l’armature urbaine, la qualification des métropoles de la
région, la requalification des tissus urbains, la mise à niveau des infrastructures ainsi que la
mise en réseau des acteurs des pôles (entreprises, universités, centre de formation,
collectivités locales etc.) sont autant d’enjeux qu’il faudra concrétiser si l’on veut aboutir à
terme à la construction d’une économie compétitive.

A. LA CONCRETISATION DE L’ENJEU COMPETITIVITE/DURABILITE

En mettant en œuvre une politique de développement endogène imaginative fondée sur la


valorisation des ressources naturelles locales, la promotion des savoirs faire locaux et la
densification des tissus PME/PMI. La concrétisation de cet enjeu permettra d’arriver à un
équilibre durable du peuplement et des activités sur toute l’étendue des différents
« territoires » de l’EPT - Nord-Est.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 27


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

B. L’ENJEU LIE A LA COMPETITIVITE DES GRANDES VILLES DE L’EPT - NORD-EST

L’EPT - Nord-Est est caractérisé par un déséquilibre dans le maillage de son réseau urbain, où
les villes moyennes et petites villes sont faiblement représentées. C’est la seule région du
pays où l’armature urbaine est structurée autour des deux grandes villes Constantine et
Annaba, qui forment avec Skikda, les trois grands pôles industriels, assises du
développement de la région.

4.2.2. LE PROCESSUS DE METROPOLISATION :

Deux options se présentent :

1. Le renforcement du bicéphalisme métropolitain ;


2. Les Grandes Villes « moteurs » de croissance de l’EPT-Nord-Est

4.3. LES ENJEUX LIES A L’INTEGRATION TERRITORIALE

Une intégration territoriale au triple niveau :

- Le niveau infrarégional ;
- Le niveau interrégional ;
- Le niveau international.

4.3.1. LES ENJEUX LIES A L’OUVERTURE DES TERRITOIRES A


L’INTERNATIONAL

On ne peut concevoir aujourd’hui des stratégies d’aménagement et de développement


durable du territoire sans tenir compte de la mondialisation de l’économie et de la
globalisation des facteurs de production.

Pour l’Algérie de manière générale et pour l’EPT-Nord-Est de manière particulière quatre


enjeux relatifs aux espaces régionaux et à l’ouverture internationale sont identifiés.

o l’enjeu euro-méditerranéen,
o l’enjeu relatif à la réactivation de l’union du Maghreb arabe
o l’enjeu relatif à l’intégration économique arabe,
o l’enjeu relatif à l’intégration de l’Algérie dans le continent africain

4.4. ELABORATION DES SCENARIOS D’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DE


L’EPT-NORD-EST.

La démarche prospective, fondée sur l’étude diagnostic, les points forts de la zone en matière
d’aménagement du territoire, mais aussi les points faibles, permettra de faire ressortir les
idées forces à retenir dans une perspective d’aménagement du territoire de l’EPT-Nord-Est .
Ainsi, à l’horizon 2025, plusieurs futurs possibles peuvent s’offrir au devenir de la région Nord
Est.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 28


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

La « vision » des ces futurs possibles est représentée par l’élaboration de quatre scénarios
réalisables compte tenu des tendances lourdes observées, des futuribles entrevus ainsi que
des ruptures ou inflexions qui pourront apparaître à l’horizon 2025.

- Trois hypothèses ont permis l’élaboration des quatre scénarios :

1. H1 : niveau haussier durable des prix des hydrocarbures et un secteur public productif
fort, l’Etat imprime une démarche volontariste.
2. H2 : récession des prix des hydrocarbures, l’Etat sera dans l’obligation de mettre en
œuvre une stratégie urgente de partenariat public/privé (PPP). Le secteur privé aura
la responsabilité de contribuer de manière puissante au développement de
l’économie régionale.
3. H3 : les zones littorales du pays de façon générale et l’EPT-Nord-est plus
particulièrement devraient contribuer à la prise en charge du redéploiement vers les
hauts plateaux, dans une optique de rééquilibrage territorial conforme aux
orientations du SNAT.

4.4.1. LES SCENARIOS DE L’EPT-NORD-EST.

1. Scénario A : Rééquilibrage territorial et peuplement ;

2. Scénario B : le territoire compétitif ;

3. Scénario C : Poursuite des tendances passées et exacerbations des déséquilibres ;

4. Scénario D : Souhaitable équilibre du territoire et compétitivité.

Les scénarios sont certes réalistes, mais aucun d’eux à lui seul ne sera l’image de L’EPT Nord-
Est à l’horizon 2025. Aussi, au moment du choix, une démarche « éclectique » (de
l’éclectisme, c’et à dire « emprunter aux divers systèmes les thèses les meilleures quand elles
sont conciliables » devra permettre de choisir dans chacun des scénarios ce qu’il y a de
positif ; avec cet assemblage de facteurs favorables, positifs on construits, à travers une
combinatoire de scénarios, un scénario souhaité.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 29


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5. LES PROGRAMMES D’ACTION TERRITORIALE


POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PARTI D’AMENAGEMENT DE
L’ESPACE DE PROGRAMMATION TERRITORIALE NORD-EST

5.1. PAT 1 : LA DURABILITE DE LA RESSOURCE EN EAU

La lutte anti-érosion, par des techniques adaptées à chaque type de milieu, et l’utilisation
rationnelle des nappes (pour éviter l’intrusion de l’eau de mer et la salinisation des terres
côtières) s’imposent comme impératif dans la préservation et la pérennisation des
ressources en sol et en eau.

Projet Objectifs Actions Localisation Organismes


concernés
Connaissances des Identification, localisation et Etudes Toutes les wilayas non MRE
ressources en eau évaluation du potentiel en hydrogéologiques ; dotées d’étude
souterraines eau mobilisable ; Hydrogéologiques récentes ANRH
Travaux de
Planification de modélisation des DHW
l’exploitation des aquifères nappes ;
et suivi de l’évolution du
niveau piézométrique ; Installation de
piézomètres ;
Planification de l’usage de la
ressource en eau (AEP, Mise en place d’une
Irrigation et industrie) en banque de données
fonction de la disponibilité régionale ;
et des priorités
Mise place d’une
structure régionale,
sous tutelle du MRE,
dont les missions, à
définir, consisteraient
à veiller sur la
durabilité de la
ressource en eau et
constituer une
banque de données
harmonisées et
fiables
Lutte anti pollution Préservation de la qualité de Identification des Ensembles des nappes et MRE
l’eau nappes et oueds principalement les nappes :
polluées et ou côtières de Jijel ; de Oued ANRH
menacés de pollution, Djen Djen ; de Oued Endja
ainsi que des sources (W. Mila) ; de Oued Saf Saf DHW
de pollution ; (W. Skikda), de Azzaba (W.
Skikda) ; de Guelma et
Réalisation de STEP Bouchegouf ; ainsi de
au niveau des Annaba et El Tarf.
principales

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 30


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

agglomérations ; Principaux oueds de la


région : Rummel ; Kébir ;
Mesures périodes de Djen Djen ; Endja ; Saf saf ;
la qualité des eaux Seybous, Medjerda,
des nappes et des Melleg…
principaux cours
d’eau ;

Mise en place de Baies de Skikda et de


mesures coercitives Annaba ; ports d’El Kala,
contre les pollueurs Collo et Stora ; Plages (35
plages sont affectées par
les rejets)
Préservation des Lutte contre l’érosion des Traitement biologique Bassins versants du MRE
capacités de stockage des sols et l’envasement des des bassins versants Rummel-Kébir (protection
barrages en exploitation barrages du barrage de Beni DHW
et projetés Harroun) ;
DGF
Curage des barrages à
fort taux
d’envasement Hamman grouz (W. de Mila)

Zardazas (W. de Skikda) ;

Bounamoussa (W. d’El


Tarf) ;

Hammam Debbagh (W. de


Guelma).
Utilisation rationnelle de Economie de l’eau et lutte Rénovation des Grandes agglomérations et MRE
l’eau contre le gaspillage systèmes périmètres d’irrigation ;
d’adduction, de DHW
stockage et de
distribution de l’eau ; MADR

Identification des DSA


forages illicites et OPI
mise en place de me
mesures coercitives ;
Secteur agricole

Adaptation des
systèmes de culture
aux conditions
climatiques locales ;

Développement des
Techniques
d’irrigation peu
consommatrices
d’eau

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 31


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5.2. PAT 2. CONSERVATION DES SOLS ET LUTTE CONTRE LA


DESERTIFICATION.

Projet Objectifs Actions Localisation Organismes


concernés
Conservation des sols et Sauvegarde et préservation - Préservation des terres à fort Plaines littorales : de MADR
lutte contre l’érosion en des terres à forte valeur potentiel Jijel, Skikda, Annaba et El
zones de plaines agricole et amélioration de agricole des effets d’une Tarf ; DSA
leur potentiel productif croissance urbaine
Non maîtrisée : Révision des DGF
Sauvegarde des éco et agro instruments
Systèmes (plaines, vallées D’urbanisme et application
DHW
Montagnes) stricte, par la
Police de l’urbanisme, des
orientations des
PDAU ainsi révisés
-Assainissement des sols par
des
travaux de drainage ;
-Lutte contre la salinité des sols
côtiers par la mise en
place d’un système de
Surveillance des nappes
côtières (suivi permanent de
leur niveau piézométrique) et
la prise de décisions
opportunes et en temps voulu,
si nécessaire, quant au niveau
de restriction de leur
exploitation
- Fixation des cordons dunaires
par traitement
biologique ou mécanique
- Travaux de CES : construction Vallées et terrasses
de murettes, curage
et calibrage d’oueds, Alluviales des oueds :
-Assainissement des sols par Rumel,
des
travaux de drainage ; Kébir, Djedjen, Guebli,
Safsaf,

basse vallée de l’Oued

Seybouse.
Traitement biologique des Ensembles des zones
bassins
versants et des berges d’oueds, montagneuses avec une
.Adaptation des systèmes de priorité
production aux
Spécificités de la montagne pour celles de Mila et
(développement de
l’arboriculture rustique et
Souk Ahras
fourragère au détriment
des cultures céréalières et de
la jachère par exemple

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 32


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5.3. PAT 4. LES RISQUES MAJEURS

L’EPT-Nord-Est concerné par neufs des 14 risques majeurs pré-identifiés par l’ONU, dont dix
(10) touchent l’Algérie :

- les séismes et risques géologiques ;


- les inondations ;
- les risques climatiques ;
- les feux de forêts ;
- les risques industriels et énergétiques ;
- les risques portant sur la santé humaine ;
- les risques portant sur la santé animale et végétale ;
- les pollutions atmosphériques, telluriques, marines ou hydriques ;
- les catastrophes dues à des regroupements humains importants.

Projet Objectifs Actions Localisation Organismes


concernés

Risque Identification et Etude sur la sismicité de Ensemble de la région et GRAAG


sismique évaluation des risques ; la région en vue de particulièrement la partie
l’identification nord et les villes à fortes MATE
Elaboration d’un plan concentrations de
d’intervention d’urgence ; des zones les plus population : WILAYAS
sensibles
Mise en place d’une Axe Jijel-Skikda, Villes de : PROTECTION
stratégie préventive de la Mise en place d’une Constantine ; Annaba et
gestion des risques réglementation Guelma ; Chefs lieux de
CIVILE
parasismique wilayas.

Elaboration d’un plan


ORSEC
Glissements Etudes géotechniques Villes de : Constantine, MATE
de terrains devant déboucher sur Mila et Souk-Ahras.
MHU ; CTC
Le niveau de
vulnérabilité et les WILAYAS
mesures à

Prendre (actions de
stabilisation des terrains

Concernés,
renforcement de la
structure des

habitations, évacuation
des populations)

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 33


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Inondation Amélioration et Agglomération urbaine de DHW


entretien régulier du Mila ;
réseau d’assainissement DUCH
des eaux pluviales ; Quartiers populaires de la
ville d’Annaba APC
Curage, calibrage et
entretien permanent Ville de Souk-Ahras…
des oueds traversant les
agglomérations

Réglementation des
zones constructibles
Ensemble des chefs lieux MATET
Risques Etude portant sur : de wilayas avec une
industriels l’identification des sites priorité pour les villes de : MIPPI
à risques, l’évaluation Annaba, Skikda et
des risques, ainsi que les Constantine WILAYA
mesures à mesures à
prendre :
PROTECTION

Mesures d’urgence ;
CIVILES

Mesures préventives ;

Rayons de sécurité
(zone tampon sans
habitations) ;

Sites impérativement à
délocalisés.

5.4. PAT 5. LE PATRIMOINE ET TOURISME

Lorsqu’on parle de développement durable, il est essentiel de considérer sans dissociation la


conservation et la valorisation des ressources naturelles et patrimoniales du développement
des activités touristiques et culturelles.

De par son cadre géographique et son patrimoine matériel et immatériel, l’EPT-Nord-Est se


distingue par :

- sa composante paysagère associant entre sites pittoresques de montagne et sites


balnéaires ;
- ses sites archéologiques et monuments historiques rappelant un passé faste et
glorieux, qui a connu plusieurs civilisations dont les plus anciennes remontent au
temps les plus lointains (de la préhistoire aux temps modernes) ;
- ses traditions et sa culture : folklore, musique andalouse, fêtes religieuses, art
culinaire, artisanat, etc.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 34


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Projet Objectifs Actions Localisation Organismes


concernés

Patrimoine Sauvegarde du Recensement du patrimoine Ensemble de la région MATET


historique et patrimoine à classer et à sauvegarder, et principalement :
archéologique historique et Constantine et ses Ministère de la
archéologique Rassemblement, environs, Guelma et ses culture
reconstitution restauration, environs ; Mila ; Skikda,
et archivage des fonds Annaba, Souk Ahras DGF
documentaires de la région
pour sauvegarder son Wilaya
histoire,
Formation d’une main
d’œuvre spécialisée dans les
métiers relatifs à la
restauration des
monuments,

la sauvegarde des sites


archéologies ; Lancement
d’ateliers et chantiers de
restauration, et appel au
soutien des organisations
internationales compétentes
en la matière

Concrétisation des actions


projetées le ministère de la
culture consacrées à la
réalisation de musées et la
restauration du patrimoine
Sites paysagers Préservation des Etude portant sur Constantine (Djebel
sites paysagers et de l’identification des sites à ouach, gorges du
la nature aménager et à classer Khenecg situées à
comme zones protégées Tddis))

Guelma (Les grottes de


Taya à Bouhamdène et
Bouzioune à
Bouhachana)

Jijel (Parc naturel de


Taza,Bois des oasis,
Forêt de Beni Said,
Djebel Mezritane, forêt
d’El Guerroudj, grottes
merveilles, gouffre de
Ghar El Baz , plages …)

Skikda (forêts de chêne


liège de Collo, plages…)

Annaba (forêt

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 35


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

d’Eddough, plages…)

El kala (Plages et zones


humides classées)
Culture et artisanat
Soutien des activités
culturelles par les services
publics à travers :

Un fonds de soutient pour


les activités culturelles
artisanales ;

La mise à disposition de
locaux et matériel spécifique
à chaque activité;

La multiplication de
manifestations culturelles et
foires régionales et
nationales,
Thermalisme Mila
Aménagement des sources
thermales en stations dotées Guelma
de toutes les commodités :
hôtels, restaurants, prises en
charge médicale…
Tourisme Valorisation du
patrimoine Promotion des boucles et
circuits touristiques
Création d’emploi intégrant l’ensemble des
composantes patrimoniales,
Ouverture de la
région Diffusion et vulgarisation des
connaissances sur la région à
travers des ouvrages et
brochures destinés à un
large public national et aux
organes étrangers
spécialisés dans le tourisme ;

Développement des
structures d’accueil (hôtels,
restaurants,…);

Formation de guides et
animateurs.

De par sa situation littorale, ses précipitations appréciables, ses températures clémentes, et


sa diversité paysagère, la région programme Nord-est bénéficie de conditions favorables
pour le développement d’activités économiques articulées autour de ses potentialités et
ressources naturelles : pêche, agriculture et élevage, sylviculture.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 36


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5.5. PAT 6 : FREINAGE DE LA LITTORALISATION ET L’EQUILIBRE


DU LITTORAL DE L’EPT NORD-EST

A. OBJECTIFS

-Maîtrise de la croissance de la frange littorale de l’EPT-Nord-Est en lui assurant un


Développement plus qualitatif.

- Rééquilibrage du Tell par une articulation renforcée entre le littoral, les piémonts,
la montagne et le rétablissement des équilibres au sein du Tell entre zones
urbaines, rurales et espaces naturels.

B. STRATEGIE

Le littoral constitue un patrimoine commun naturel et culturel précieux. Sa gestion durable


exige une stratégie globale qui doit se traduire par une gestion intégrée et concertée entre
tous les acteurs à tous les niveaux, tout en prenant en considération la diversité des zones
existantes.
La protection et la gestion intégrée du littoral sont ainsi indissociables de l’exigence d’une
gouvernance efficiente.

C. PLAN D’ACTION :

- Le freinage de la littoralisation et l’encadrement de l’urbanisme :


- Freinage de l’extension urbaine de l’agglomération d’Annaba
- Contrôle de l’extension urbaine sur les terres à haute valeur agricole
- Freinage et contrôle de la conurbation de la zone côtière
- Mise en concordance des instruments d’aménagement et d’urbanisme

- La promotion de la vocation touristique et de loisirs du littoral dans une


Approche de développement durable des ressources côtières.

- La gestion intégrée des ressources en eau et assainissement :


- Arbitrer entre les différents usages de l’eau à l’horizon 2025 et réduire sensiblement
les prélèvements sur les ressources en eau souterraines.
- Assainir environ 684.000 m3/j d’eaux usées par an, à l'horizon 2025 et assurer des
eaux de baignade de qualité.
- Aménagement et dépollution de Oued Bounamoussa

- La gestion des déchets solides :


- Délocalisation des activités économiques polluantes ou dangereuses situées en
milieu urbain et sur la frange littorale.

- La protection des sites sensibles naturels :


- Protection de la biodiversité marine et conservation des habitats remarquables.

- La gestion et la valorisation des patrimoines historique, culturel, archéologique

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 37


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- Protection et valorisation de sites historiques et culturels de la région PACMAN dans


une approche d’intégration au milieu naturel et socioéconomique.

5.6. PAT 10 : UN SYSTEME URBAIN HIERARCHISE ET ARTICULE:

A. OBJECTIFS

- Mise en place d’un système urbain polarisé, hiérarchisé et articulé capable de


structurer un territoire équilibré et compétitif par :

- la maîtrise de la croissance des métropoles méditerranéennes de Constantine,


et d’Annaba, notamment à la faveur d’une urbanisation en profondeur et la constitution
d’une ville Nouvelle pour desserrer la pression sur Constantine notamment.

- le freinage de la littoralisation et un développement du Tell dans sa profondeur


par la constitution des Villes relais, de Guelma, de Souk Ahras et de Mila

- Articulation des relations urbain – rural équilibrées : La promotion de relations villes


campagne denses et dynamiques par :

- la promotion d’une économie de montagne viable autour de l’agriculture de


montagne, des ressources naturelles et des savoir-faire locaux.

B. Actions

- Viabilité des zones rurales en améliorant les conditions d’emploi, en revitalisant le


tissu économique et en assurant un niveau de vie équitable pour les communautés
rurales.

- Stabiliser les populations et maintenir le monde rural de la zone actif en


améliorant les conditions de vie et de travail des populations rurales.

5.7. PAT 11 : LE MAILLAGE INFRASTRUCTUREL DE TRANSORT


DE LOGISTIQUE ET DE COMMUNICATION DE L’EPT NORD-
EST

A. Objectifs

Un des objectifs du SNAT à travers la ligne directrice 3 est de créer la compétitivité et


l’attractivité des territoires en affirmant leurs capacités à produire et à échanger selon les
règles de l’économie libérale et à attirer les investissements, notamment étrangers (IDE). 4
objectifs :

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 38


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

• priorité aux dessertes nationales et internationales et l’accessibilité aux grands


réseaux de transport ;

• amélioration de la qualité des services rendus à l’usager ;

• la valorisation de l’EPT-Nord-Est comme plateforme aéroportuaire, maritime et


touristique ;

• achever le désenclavement routier de l’EPT-Nord-Est, liaisons interurbaines et


intercommunales à l’intérieur de wilayas.

B. STRATEGIE :

Mise en œuvre des schémas directeurs sectoriels au niveau de l’EPT-Nord-Est

Ces chaînes logistiques sont traduites dans les schémas directeurs sectoriels élaborés en
cohérence avec le SNAT 2025. Il s’agit essentiellement du :

- Schéma directeur routier et autoroutier ;

- Schéma directeur des infrastructures ferroviaires ;

- Schéma directeur portuaire et aéroportuaire ;

- Schéma directeur des Technologies de l’Information et de la Communication

- Schéma directeur des plates-formes logistiques.

C. ACTION :

1/ Actions retenues au titre du réseau autoroutier :

- le renforcement de la liaison autoroutière Constantine-Mila-Jijel,

- la réalisation des pénétrantes Nord-Sud suivantes :

 Port de Djen-Djen –Autoroute Est -Ouest

 Constantine –Batna

 Skikda-Autoroute Est- Ouest

 Guelma –Autoroute Est-Ouest

 Annaba –Tébessa

- La réalisation de l’autoroute côtière Tarf, Annaba, Skikda, Jijel permettra le développement


du tourisme et la valorisation du littoral inscrite dans le schéma directeur touristique
notamment et le Plan d’Aménagement Côtier Est.

1. Actions retenues au titre du réseau ferroviaire :

Les actions suivantes sont programmées en réalisations:

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 39


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

o Annaba –Ramdane Djamel 96 km


o Annaba –Tarf 80 km
o Ramdane Djamel- El Ghourzi 120 km

La reprise des tronçons ferroviaires abandonnés :

• Guelma-Bouchegouf- Souk Ahras


• Modernisation du réseau Ramdane Djamel -Skikda

2. Actions retenues au titre du réseau portuaire

 le développement de la capacité portuaire (accès nautiques, quais, hangars,


équipements de manutention) en relation avec les perspectives de trafic ;
 l’aménagement des abords immédiats et plus lointains des ports afin de limiter les
conséquences du trafic sur la circulation. Ces questions sont à traiter en coordination
avec les collectivités concernées.
3. Actions retenues au titre du réseau aéroportuaire :

• Le renforcement de la piste de l’aéroport de Jijel

• L’extension du parking de Annaba

4. Actions retenues au titre du réseau énergétique :

- Le Schéma directeur de l’électricité 2025 prévoit pour l’EPT-Nord-Est la construction de


nouvelles centrales de production d’électricité pour répondre aux besoins induits par la
demande

- Le schéma directeur de transport de gaz prévoit le recours en cas de besoin au réseau GK,
GK2, GK3, et au GALSI qui va en Italie ainsi que la réalisation du Bouclage de Constantine –
JiJjel en diamètre 20 pouces.

5. Actions en matière de plateformes logistiques et de Technologie de


l’information et de la Communication

• Pour les plateformes logistiques : raccordement aux infrastructures, et au corridor


autoroutier Est Ouest, par une insertion des transports collectifs dans une vision
globale et une articulation des objectifs. Une plateforme logistique Annaba –
Constantine est retenue.

• Pour les TIC : faire une entrée dans la société de l’information et de la connaissance
par le haut débit au niveau des entreprises, des collectivités locales, des
établissements d’éducation et de formation supérieure et des citoyens de l’EPT-
Nord-Est.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 40


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5.8. PAT 12 : LE PROCESSUS DE METROPOLISATION DES


GRANDES VILLES DE L’EPT NORD-EST

A. OBJECTIFS :

LE PROCESSUS DE MÉTROPOLISATION

L’EPT-Nord-Est dispose d’une METROPOLE reconnue CONSTANTINE, qui veut jouer un rôle
dans la compétition maghrébine et internationale.

Cependant cette métropole reste en deçà du niveau des métropoles comparables pour de
nombreux indicateurs.

Parallèlement, ce phénomène de métropolisation entraîne un risque d’inégalités et de


divergences croissantes entre les territoires et la métropole.

L’objectif est de réaliser la métropolisation de l’EPT-Nord-Est dans le cadre des aires


métropolitaines du SNAT

Les aires d’influence des grandes villes de l’EPT-Nord-Est renseignent sur la métropolisation
dans cette espace. En effet, s’il est de tradition de considérer Constantine et Annaba comme
métropoles certaines dans la région, Skikda est devenue une ville attractive notamment
pour les constantinois, ce qui, si l’amplification du mouvement se poursuivait, Skikda
gagnerait en influence dans la région, en concurrence avec Annaba, notamment par ses
activités portuaires.

Les infrastructures en cours de réalisation, notamment l’autoroute Est Ouest, seront d’une
primordiale importance dans le rôle joué par l’une ou l’autre de ces villes et donc dans la
métropolisation au niveau de cette région.

B. Stratégie :

- Les tendances dégagent que la métropolisation se réalisera autour du triangle


Constantine- Annaba –Skikda.

D’autre part, la ville de Constantine, tout comme la wilaya, vont se trouver confrontés à des
limites d’extension et les relations avec celle de Guelma devraient s’intensifier et d’autant
que cette dernière prendra en charge son propre développement. Avec les axes routiers en
cours plus directs et plus rapides liant les deux villes, Guelma serait en quelque sorte un
satellite de Constantine et un relais entre cette dernière et Annaba, et inversement. Et d’une
certaine manière la métropolisation pourrait se jouer entre ces quatre villes, avec des rôles
d’importances différentes, évidemment.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 41


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- Les fonctions métropolitaines des trois grandes villes du Nord Est.

Les premiers contours des fonctions métropolitaines de ces quatre villes font ressortir les
principales fonctions dans le projet :

Constantine Annaba Skikda

Petite et moyenne industrie Industrie lourde Pétrochimie

Services divers Services Services

Médecine et chirurgie Centres médicaux spécialisés Agro-alimentaire

Culture Culture Tourisme


(innovante/Constantine)
Affaires Activités maritimes et
Tourisme et Ecologie (El-Tarf) portuaires

Activités maritimes et
portuaires

- Positionnement de chaque aire d’influence

Constantine, la métropole du Nord-Est sera tournée à la fois vers l’Europe, mais aussi vers la
Tunisie et la Libye, aux caractéristiques commerciales quelque peu différentes de celles du
Maroc.

La métropole Constantine est peuplée de près de 508.000 habitants.

L’influence de Constantine s’exerce sur le territoire de la Wilaya, mais aussi sur tout ou une
partie des territoires des Wilayas voisines (Mila, Skikda, Guelma, Oum El Bouaghi) soit un
territoire de prés de 7 millions d’habitants.

En outre Constantine est sollicitée également (et à des niveaux différents) par les autres
Wilayas de l’Est Algérien (Sétif, Batna, Jijel, Biskra, Tébessa, etc...).

C’est en effet un territoire peuplé de 7 millions habitants qui se trouve directement ou


indirectement influencé par Constantine, ce qui impose la définition et la mise en œuvre
d’une planification des programmes de développement et d’aménagement.

- La Stratégie d’action, les quatre espaces homogènes qui composent la région


Constantinoise :

a/- l’aire métropolitaine de Constantine : est composée par les agglomérations de


Constantine, El Khroub, Ain S’Mara, Hamma Bouziane et Didouche Mourad.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 42


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Sa situation est au coeur de l’Est Algérien, au contact tell / hautes plaines. Carrefour de trafics
nombreux, croisement des grands axes Nord-Sud et Ouest - Est. Cette situation est un atout
incontestable pour jouer un rôle très important à l’échelle nationale, voir même à l’échelle
maghrébine.

Pour prendre en charge une partie de la croissance urbaine de Constantine (site saturé et en
attendant le report de cette croissance sur le nouveau site d’urbanisation Ain El Bey, il est
recommandé de développer les pôles El Khroub, Ain Smara et Didouche Mourad.

Par contre pour le pôle de Hamma Bouziane et dans le but de préserver les terres agricoles,
son développement est appelé à être ralenti et son expansion urbaine à maîtriser.

b/- Espace Mila - Constantine (sans la Métropole) : Un espace caractérisé au Nord par un
ensemble montagneux; à relief accidenté difficilement accessible. Le reste est compris dans
l’ensemble céréalier, des hautes plaines de l’Est, il forme ainsi la richesse de ce deuxième
espace.

Afin d’atténuer l’enclavement des zones montagneuses, il est recommandé le renforcement


du quadripôle « Mila, Ferdjioua, Chelghoum Laid et Oued Athmania. Par leur poids et leur
fonction tertiaire, ces pôles augmenteront leur rayon d’influence. Il en est de même pour les
sous pôles Grarem, Teleghma et Tadjenanet. Au Sud de la zone le développement de Ain
Abid, par sa position excentrique à la métropolitaine, offre un intérêt certain pour l’équilibre
de cet espace.

c/- Espace Jijel - Collo : Il est composé par deux ensembles :

1/- Le littoral riche sur le plan pêche, forêt et tourisme, comme il recèle de très excellentes
aptitudes agricoles.

2/- La zone de montagnes (massif de Collo) : densément peuplé et fortement enclavé.

Les agglomérations à promouvoir sont les suivantes : Jijel, El Milia, Tahir, El Ancer, Collo,
Tamalous, El Aouama, Texenna, Sidi Abdelaziz, Oued Adjoul, Ain Kechera, Zitouna, El Ouloudj
et El Maad.

Le développement de cet espace est conditionné par : la valorisation des potentialités


naturelles :

- Le développement des activités diverses le long de la corniche Jijeliène aux ressources


halieutiques ;

- Des forêts aux possibilités récréatives et productives ;

- Les sites balnéaires actuellement inexploités.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 43


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

d/- Espace de Skikda : C’est un espace naturellement très riche (eau, forêts, terres agricoles,
littoral). Cette richesse naturelle se trouve aujourd’hui menacée par le rôle assigné à Skikda,
ce qui a engendré une forte concentration au niveau du Chef lieu de Wilaya des activités
industrielles et autres, ceci a entraîné des consommations des terres agricoles et la
prolifération des bidonvilles du fait de l’exode rural etc...).

Pour cet espace il est recommandé :

- Le renforcement du pôle industriel de Skikda par le pôle Azzaba

- Le ralentissement de la croissance des agglomérations se trouvant sur l’axe Skikda -


Constantine (zone à haute potentialité agricole)

- En zone de montagne, les deux agglomérations : Oum Toub et Sidi Mezghiche sont à
développer.
e/- Espace de Annaba

De par son port, son potentiel économique (principalement industriel) et ses équipements du
tertiaire supérieur, la ville d’Annaba rayonne, en plus de son arrière pays, sur le territoire
comprenant les wilayas El Tarf, Guelma et Souk Ahras. Elle entretient aussi d’importants
échanges avec la wilaya de Tébessa (Hauts Plateaux Est). Le relais entre Annaba et le reste de
son aire d’influence est assuré par les trois villes chefs lieux de wilaya, et par huit petites
agglomérations : El-Hadjar, El-Bouni, Berrahal, Serraidi, El Kala, Sedrata, M’daourouche et
Oued Zenati, ainsi que par de nombreux centres urbains et ruraux.

En ce qui concerne le chef-lieu de wilaya d’El Tarf, excentré par rapport au reste l’EPT-Nord-
Est, il rayonne sur un territoire aux spécificités écologiques reconnues mondialement.
L’orientation principale consiste à préserver ces milieux naturels et à les valoriser d’une
manière rationnelle sans porter préjudice à l’environnement. Se conférer au Pat 6 :
freinage de la littoralisation et rééquilibre du littoral

Les nouveaux atouts de la Métropole Constantine : L’importance des projets


d'infrastructures et d'équipements lancés ou en cours de lancement

Un processus de mise à niveau est mis en œuvre entre 2005 et 2009 de manière efficiente à
travers un lancement massif et concomitant d'une multitude d'opérations et de projets, qui
permettront à court, moyen terme de rendre Constantine à son rang de Métropole
régionale. On peut citer :

- Le secteur de l'enseignement supérieur et de l’l'habitat avec la réalisation de plus de


17 000 logements ;

- Le secteur des travaux publics : la réhabilitation du réseau routier et la réalisation de


nouveaux équipements, trémies, Ceci sans omettre d'évoquer les projets liés à
l'autoroute Est-ouest ;

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 44


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- Le téléphérique : Projet permettant de relier la rue Tabache au CHU et la cité Emir El


Abdelkader au parking du CHU de Constantine ;
- Le Tramway : Le lancement de ce projet comme alternative en mesure de désengorger
radicalement le centre ville de Constantine et d'apporter les aménagements urbains et
les équipements nécessaires à une ville moderne d'autre part ;

- La nouvelle ville universitaire: Un autre projet d'envergure qui consacrera dûment à


Constantine son statut de ville et pôle universitaire, (Achèvement des travaux de la cité
universitaire Ali Mendjeli, Réalisation du rectorat de l'université des sciences islamiques) ;

- Le nouveau viaduc transrhumel : Un projet futuriste qui modifiera radicalement le visage


de la ville de Constantine et reliera les deux rives du Rhumel , du plateau Mansourah, au
carrefour de la place de l'ONU prévoyant des dessertes de liaison avec plusieurs quartiers et
cités de la ville.

- Les équipements culturels :

o Aménagement du site du tombeau de Massinissa ;


o Réhabilitation de la grande mosquée ;
o Réhabilitation de l'institut de Ben Badis.

5.9. PAT 13: POLES D’ATTRACTIVITE ET ZONES INTEGREES DE


DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL DE L’EPT NORD-EST

A. Objectifs

Les objectifs du Programme d’Action Territoriale de L’EPT NORD-EST à l’horizon 2025/30 sont
les suivants :

- RENFORCER LES CAPACITES DU Nord-Est A S’INSCRIRE DANS LES DYNAMIQUES D’UNE


ECONOMIE MONDIALE DEJA PRESENTE,
- MAILLER LE TERRITOIRE PAR UN RESEAU D’INSTITUONS DE RECHERCHE ET DE PARCS
TECHNOLOGIQUES DEVANT ABOUTIR A TERME A LA MISE EN PLACE D’UNE VERITABLE
ECONOMIE DE LA CONNAISSANCE.
- la régénération et le développement des activités industrielles en déclin
depuis les années 1980
- création de richesses nouvelles à forte valeur ajoutée et la création
d’emplois plus diversifiés,
-
1) Des Pôles d'Attractivité et des ZIDI :

Il s'agit de mettre en place les conditions de la relance industrielle et de la diversification


économique en renforçant la compétitivité des territoires au sein des Pôles d'Attractivité
regroupant plusieurs wilayas, où évolueront des Zones Intégrées de Développement
Industriel et des Technopoles.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 45


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

2) Des Technopoles :

Il s'agit de mettre en place des technopôles lorsque la Zone abrite une ou plusieurs
entreprises de grande envergure opérant dans une activité précise (agro alimentaire- Bejaia,
électronique de masse -Sidi Bel Abbés) autour de laquelle existent et s'établissent des
capacités de formation et de recherche de haut niveau et des relations entre ces structures
et l’entreprise.

3) Des Districts, des Parcs Technologiques au sein des Villes Nouvelles :


Cela consiste à optimiser les territoires dotés d'équipements de connexions mondiales qui
leur confèrent des atouts dans la maîtrise des technologies avancées qui leur permettent de
s'amarrer à l'économie mondiale.
C'est le rôle levier des parcs et des districts technologiques au sein notamment des Villes
Nouvelles. Ces leviers technologiques, sont en nombre limité et sont dédiés au
développement sur un même territoire de structures modernes et innovantes de spécialités
technologiques.

B. STRATEGIE :

L’Algérie doit valoriser de manière plus qualitative des potentiels et des ressources
l’inscrivant dans les dynamiques globales.

L’enjeu est ainsi d’insérer les capacités du tissu productif algérien dans des réseaux
d’innovation s’appuyant sur des territoires attractifs et compétitifs

C. Actions :

- Choix et justification des pôles à créer

- Caractérisation et localisation des pôles d’attractivité et des ZIDI de l’EPT Nord-


EST :

Le SNAT 2025 a retenu ANNABA-SKIKDA-CONSTANTINE comme pôle d’attractivité pour


l’EPT Nord-Est.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 46


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5.10. PAT 14 : ORGANISATION DES RELATIONS DE L’ESPACE DE


PROGRAMMATION TERRITORIALE DU NORD-EST AVEC LES AUTRES
ESPACES DE PROGRAMMATION

A. Objectifs

Le SNAT 2025 rappelle que « L'espace de programmation territoriale » est :

• « un espace constant, un territoire d’influence et de polarisation autour des 04


grandes villes, villes relais du Tell, villes d’équilibre des Hauts Plateaux, villes de
développement du Sud et une chaîne de croissance établissant
complémentarités et échanges avec les autres espaces du territoire,
• un espace levier : d’intégration au niveau spatial par l’entraînement territorial
et la diffusion »

Le diagnostic établi à partir des résultats de la typologie des territoires, de l’étude et de la


mise en cohérence des différents schémas sectoriels, ainsi que des tendances à long terme
ont révélé que cette démarche fondée sur une logique de « trois grandes strates
transversales » fortement cloisonnées entre elles par les montagnes de l’Atlas tellien et
saharien : le Nord tellien, les Hauts Plateaux, le Sud, risque d’exacerber les déséquilibres
constatés aboutissant ainsi à une marqueterie de territoires évoluant de manière dispersée.

Ainsi les objectifs de la nouvelle reconfiguration régionale sont :

• Le décloisonnement et intégration des 03 grandes strates Nord – Sud : en cassant


la logique Nord – Sud, Hauts Plateaux – Sud »
• La diffusion en profondeur de la croissance à partir des systèmes métropolitains,
• La métropolisation et l’irrigation des territoires complémentaires
• la complémentarité fonctionnelle de territoires à ressources diversifiées
• l’intégration maghrébine
• l’intégration à l’espace euro-méditerranéen

B. Stratégie

Les espaces de programmation territoriale autour des trois axes suivants :

1. Un territoire d’influence et de polarisation autour des :


• Grandes villes ouvertes à l’international
• Villes relais du Tell,
• Villes d’équilibre des Hauts Plateaux
• Villes de développement du Sud
2. Une logique de croissance à travers les complémentarités et les échanges avec les
autres territoires
3. Un effet levier par l’intégration, l’entraînement et la diffusion du développement à
tout le territoire

3. Actions :

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 47


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Les nouveaux espaces de croissances de l’EPT Nord-Est seraient organisés de la manière


suivante : D’Ouest en Est, on peut structurer deux grands espaces de croissance qui
tiendraient compte des facteurs énoncés supra notamment pour tout ce qui relève de
l’extension des effets de polarisation des deux grandes villes (Constantine et Annaba) vers
l’intérieur de l’EPT Nord-Est et les villes relais des Hauts Plateaux Est

1. Le système Constantinois :

La grande ville de Constantine avec Skikda et Jijel en appui, au nord, comme principales
infrastructures portuaires et les villes relais du tell Mila, Oued Othmania, Chelgoum El Aid,
Tadjnanet. Il s’agit généralement de centres urbains situés au centre de zones agricoles de
haute productivité et dotées de fonctions administratives rayonnant sur des territoires assez
vastes.

La relation avec les Hauts Plateaux Est se réalisera avec Batna au sud, Oum El Bouaghi et
Khenchela à l’Est.

Cet espace de croissance est illustré de manière particulière par le système Beni Haroun qui
irriguera sur son passage les wilayas de Constantine, Mila jusqu’à Batna et Khenchela au sud
des hauts Plateaux Est.

• Le système Annabi :

Annaba et son espace de polarisation sont l’un des territoires les mieux dotés et le plus
diversifié du pays. Ils comprennent au Nord la riche plaine irriguée de la Bounamoussa qui se
prolonge le long de la mer vers la wilaya d'El Tarf. El Tarf est la région la plus arrosée
d'Algérie et comporte des zones humides classées dans RAMSAR. Elle comporte aussi de
magnifiques massifs forestiers où domine le chêne liège. La région se continue
immédiatement au Sud par les riches terroirs agricoles de la wilaya de Guelma et les plaines
céréalières de Souk Ahras.

5.11. PAT 15 : LE DEVELOPPMENT LOCAL DANS L’EPT NORD-


EST

A. OBJECTIFS

- Nécessite de définir le niveau local

1.2. Les objectifs du Programme d’Action Territoriale à l’horizon 2025 de l’EPT Nord-Est :

Donner les moyens de se développer à l’ensemble des territoires de l’EPT Nord-est,


notamment les zones de montagnes, les zones frontalières, le sud de la zone en relation et en
synergie avec les pôles de croissance métropolitains et les villes relais.

• à partir des futurs pôles d’attractivité et des et des zones de développement


industriel intégré (ZIDI), inscrire l’ensemble des territoires de l’EPT Nord-est dans les

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 48


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

chaînes de croissance en s’appuyant sur les vocations locales qui restent très peu
valorisées

B. STRATEGIE

• le développement de l’économie locale en conjuguant facteurs exogènes et endogènes.


• appuyer le développement local par les interventions de l’Etat et des collectivités locales ou la
nécessaire implication des acteurs publics locaux

C. Actions

• l’organisation du développement local ;


• Ressources naturelles et développement local ;
• La valorisation des ressources naturelles ;
• L’industrialisation locale ;
• La gouvernance territoriale ;
• Nature des actions proposées.

5.12. PAT N°16 : OUVERTURE DES TERRITOIRES A


L’INTERNATIONAL ET INTEGRATION MAGHREBINE

A. OBJECTIFS

Ce Programme d’Action Territoriale contribue à l’ouverture de l’Algérie à


l’international. Il a pour objectif de faire émerger, conforter et développer les
territoires de l’ouverture (métropoles, pôles de croissance et de compétitivité, zones
frontalières ...) dans l’ensemble de leurs dimensions. Ses objectifs sont :

- De renforcer les territoires clés de l’ouverture et considérer les impacts territoriaux à


l'espace maghrébin, positifs comme négatifs, et les accompagner, amplifier, limiter ou
compenser selon leur nature,
- De permettre aux territoires de tirer le meilleur profit de leur ouverture, notamment
en en définissant les horizons et potentiels (échelle d’ouverture, secteurs
potentiellement concernés ...),

B.STRATEGIE

Pour l’Algérie de manière générale et pour l’EPT Nord-Est, de manière particulière, deux
enjeux relatifs aux espaces régionaux et à l’ouverture internationale sont identifiés.

o l’enjeu euro méditerranéen,


o l’enjeu relatif à la réactivation de l’union du Maghreb arabe

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 49


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

L’Algérie a conclu ces dernières années un accord d’association avec l’Union Européenne.
L’accord de partenariat Euro – méditerranéen, entré en vigueur en septembre 2005 relève
de cette démarche régionale. Les principaux impacts de l’accord d’association sur
l’économie algérienne sont :

o le démantèlement tarifaire ;
o Impact budgétaire ;
o Impacts sectoriels.

C. Actions

- Donner aux territoires les moyens de l’ouverture


- Assurer le développement des zones frontalières dans le cadre de l’intégration
maghrébine :

- La réactivation de l’union du Maghreb arabe

5.13. PAT 18 : LE RENOUVELLEMENT URBAIN ET LA


POLITIQUE DE LA VILLE DANS L’EPT NORD-EST

Ce programme s’inscrit dans les objectifs de la quatrième ligne directrice à savoir : assurer
le rattrapage des territoires à handicap et anticiper la mise à niveau des zones qui peuvent se
voir distancer par le jeu de la compétitivité, et à prendre en charge dans le cadre de l’équité
territoriale laquelle concilie la cohésion sociale avec la compétitivité des territoires.

La ville reste un élément-clé de la maîtrise de l'équité territoriale dans le processus de


l'aménagement du territoire.

A. Objectifs :

- Mise en place d'une ville productive, qualitative, compétitive, attractive et durable capable
de répondre aux besoins de ses habitants et aux mutations productives et de contribuer à
une véritable culture et identité urbaine.
B. STRATEGIE

1/ Assurer la qualité et le renouvellement de la forme urbaine.

- La maîtrise foncière, une politique de l’habitat articulée aux activités,


équipements et services constituent des outils de la restructuration urbaine.

- Le développement d’une ingénierie urbaine permettant de mettre en


œuvre le programme de renouvellement urbain.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 50


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

2/ Adapter la ville aux exigences des activités économiques

3/ Mettre la ville à l’abri des risques majeurs (sismicité, glissement de terrain,


érosion, inondation, industriels et technologiques) par des mesures de prévention,
de protection et de gestion.

4/ Lutter contre les inégalités et mettre à niveau les « Zones Urbaines à Handicaps »
(Z.U.H) en assurant un niveau de services et d’équipements équitables.
5/ Améliorer la gestion urbaine par la mise en œuvre des instruments de la politique
de la ville
C. Actions

- La régénération urbaine, la qualité de l’urbanisme, de l’architecture, des espaces


verts et du patrimoine culturel

- La sécurité, la qualité des services publics : eau, déchets, éducation, santé …

- Le développement par la promotion des systèmes productifs, des activités et des


emplois

- Le rattrapage et l'intégration des zones urbaines à handicaps

- La réforme de la gouvernance et de la gestion urbaine par la mise en place d’une


autorité d'agglomération adossée à des instruments de régulation, afin de rayonner
sur tout l'espace urbain.

5.14. PAT N°19 : LE REVOUVEAU RURAL : AGRICULTURE ET


DEVELOPPEMENT RURAL – FORET – PECHE

De par sa situation littorale, ses précipitations appréciables, ses températures clémentes, et


sa diversité paysagère, la région programme Nord-est bénéficie de conditions favorables
pour le développement d’activités économiques articulées autour de ses potentialités et
ressources naturelles : pêche, agriculture et élevage, sylviculture, auxquels pourrait s’associé
le tourisme vert.

L’EPT Nord-Est se caractérise par une superficie agricole utile limitée et des milieux naturels
diversifiés, caractérisés par reliefs variés et différenciations pluviométriques et pédologiques,
ce qui implique une problématique spécifique à chaque milieu.

Préserver le potentiel : agricole, forestier et marin, améliorer les performances, créer de


l’emploi et améliorer les conditions de vie des populations rurales, sont les principaux défis à
relever par les pouvoirs publics.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 51


BRL ingénierie
Projet Objectifs Actions Localisation Organismes
concernés
Mise en valeur Extension de la SAU en Mise en valeur des terres par l’irrigation: MADR
des terres irrigué et en sec ; Plaines littorales et MRE
Amélioration de la qualité intérieures ANRH
agricoles des sols ; - Augmenter les surfaces irriguées par une
Augmentation de la mobilisation plus accrue des eaux (Mise en œuvre
production ;
des actions programmées dans le cadre du PNE) ;
Création de l’emploi et
amélioration des revenus. Plaines littorales et
Mise en valeur des terres agricoles par des vallées
actions d’aménagement et bonification :
Zones de montagne
- Réalisation d’ouvrages de protection et travaux
Hautes plaines
de drainage au niveau des terres inondables
situées en zones de dépression et en bordure des
oueds ;

- Extension de la SAU par mise en valeur des


terres marginales dans le cadre des concessions
- Aménagement des parcours de montagne

-Amélioration de la fertilité des terres par des


actions de bonification

Développement Augmentation de la -Poursuite du programme de mise à niveau et de


et valorisation de production ;
modernisation des exploitations agricoles ;
Création de l’emploi et
la production amélioration des revenus -Elargissement des programmes de soutien et
d’appui à la production à la culture de l’olivier en

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

montagne et à la production apicole ;


-Substitution de la jachère en plaines (toutes
confondues) par des cultures fourragères et les Plaines côtières
légumes secs ; Plaines et
Développement des activités liées à la intérieures et
transformation des productions locales (industrie vallées
agroalimentaire) Hautes plaines
-Labellisation de certains produits de la montagne Montagne
(huile d’olive, miel, viande Bio)
-Exploitation des terres en adéquation avec les
spécificités physiques du milieu :

Maraîchage (primeur, saison et arrière


saison);

Polyculture associée à l’élevage bovin


intensif ;

Grandes cultures (céréales, légumes


secs, fourrages) associées à l’élevage
ovin ;
Arboriculture rustique associée à l’élevage
extensif

Développement Amélioration des conditions -Poursuite et renforcement de la politique de Zones rurales


Rural sociales et économiques des l’Etat sur le renouveau rural (PPDRI, mécanismes
populations rurales de financement, accompagnement des projets
par les structures techniques de l’Etat et les
infrastructures sociales) ;
-Diversification des activités

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 53


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

-Soutien, dans le cadre de l’emploi des jeunes


(financement ANSEJ), à la création de micro
entreprises en rapport avec l’appui en amont et
en aval des productions agricoles et pastorales
(commercialisation, approvisionnement, petits
outillages, appui techniques par les jeunes
diplômés etc.)

Préservation des Sauvegarde des forêts Connaissance du potentiel existant et de son état Massifs forestiers DGF
forets et naturelles de chêne liège et actuel, à partir d’une série d’études : Wilayas
valorisation de amélioration de leur -Schémas directeurs d’aménagement, de
leur production production ; réhabilitation et d’exploitation des forêts
Création d’emplois en milieu naturelles de chêne liège ;
rural -Diagnostic sur l’état des différents reboisements
existants, par les services techniques locaux des
forets, en vue de définir un programme d’action
pour leur sauvegarde.
Mise en place d’un réseau de surveillance et de
veille pour prévenir et lutter contre les facteurs
de dégradation des forets : maladies, pacage
illicite, incendies, et autres.
Soutien au développement de PME spécialisées
dans la valorisation du liège, du bois et des sous
produits de la forêt.
Développement de la Augmentation de la Concrétisation des projets initiés et projetés par le Zones côtières Ministère de
pêche secteur matière de développement des infrastructures la pêche
production de poisson
MRE
de pêches (ports de pêche, abris et plages d’échouage)
Barrages
et de renouvellement de la flotte ;
Appui de l’Etat à la profession ;
Développement de l’aquaculture au niveau des
principaux barrages de la région ;
Sensibiliser la consommation du poisson d’eau douce.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 54


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

5.15. PAT 20 : LE RATTRAPAGE ET LA MISE A NIVEAU DES


ZONES A HANDICAPS AU NIVEAU DE L’EPT NORD-EST

A. OBJECTIFS

Assurer le soutien des territoires en difficulté, notamment les territoires de montagne, les
territoires ruraux isolés, les territoires urbains défavorisés cumulant des handicaps
économiques et sociaux.

* ZONES A HANDICAPS :

a) Définition de la Banque mondiale :

Le rapport 2003 de la Banque Mondiale définit le territoire fragile et/ou à handicaps pour
reprendre la terminologie du SNAT par les aspects institutionnels et les inégalités de
dotation en capital de toute nature (humain, naturel, matériel, financier, de connaissance,
social). Tous ces capitaux ne sont pas parfaitement substituables. Le territoire fragile est
celui qui cumule des handicaps dans sa dotation en capitaux naturels, sociaux, humains,
physiques, immatériels et financiers. Il peut être montagneux, aride, de sol pauvre, forestier.
Pour chacune de ses caractéristiques, une valeur critique est utilisée : par exemple, le
territoire fragile montagneux est défini par une pente supérieure à 8 %.

Les territoires fragiles sont des territoires avec des systèmes productifs non durables. Le
rapport 2003 de la Banque Mondiale met l’accent sur une dynamique non durable
particulière, qui mène à l’exclusion à l’isolement et parfois même aux conflits dus à la
mobilité pour un trouver un meilleur cadre de vie (exode rural et désertification des espaces
isolés).

b) Définition de l’union européenne :

Les zones caractérisées par des handicaps géographiques, économiques ou sociaux :

1. Les zones caractérisées notamment par leur faible niveau de développement


économique et par l'insuffisance du tissu industriel ou tertiaire.
2. Les territoires ruraux défavorisés caractérisés par leur faible niveau de
développement économique sur la base de critères tels que :

- Un taux de chômage supérieur au taux national ;


- Une variation annuelle moyenne négative de la population entre les deux
derniers recensements
- Une variation annuelle moyenne négative de l'emploi entre les deux derniers
recensements

3. Les zones urbaines sensibles sont caractérisées par la présence de grands ensembles
ou de quartiers d'habitat dégradé et par un déséquilibre accentué entre l'habitat et
l'emploi. Les critères d’appréciation suivants sont utilisés :

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 55


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- Nombre d'habitants du quartier,


- le taux de chômage, de la proportion de jeunes de moins de vingt-cinq ans,
- la proportion des personnes sorties du système scolaire sans diplôme
- le potentiel fiscal des communes intéressées.

B. STRATEGIE

Promouvoir les activités agricoles, pastorales ou forestières de manière à ce quelles puissent


remplir une triple fonction économique, sociale mais aussi environnementale par leur rôle
d’entretien des territoires et de maintien des paysages ouverts qui sont un gage de
préservation de la biodiversité

C. ACTIONS

- les aides à l’investissement ;


- la formation professionnelle ;
- les aides spécifiques aux territoires ayant des handicaps reconnus comme
naturels et permanents
- La diversification de l’activité économique

6. LA GOUVERNANCE TERRITORIALE

6.1. LE CADRE INSTITUTIONNEL DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

Le SNAT précise que la nouvelle conception de l’aménagement du territoire se réalisera dans


le cadre d’une « logique partenariale entre les quatre grands acteurs de la gouvernance
territoriale : l’Etat, les collectivités locales, le secteur économique (privé notamment) et les
citoyens ».

Dans ce cadre, la gouvernance territoriale va donc se construire à partir :

• de l'évolution des fonctions relevant de l'Etat


• des compétences de planification conférées aux Régions-Programme et de décision aux
collectivités territoriales : wilayas et communes.
• de la constitution d'un Partenariat Public - Privé
• du développement de la participation de la population aux projets d'aménagement et de
développement du territoire et à leur mise en œuvre

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 56


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

• du rétablissement du lien territorial à la faveur du renforcement du sentiment


d’appartenir à une communauté.

Le schéma national d’aménagement du territoire à l’horizon 2025, précise que la


gouvernance est « la dimension transversale qui permettra la mise en place des circuits de
décision à la hauteur des ambitions affichées par le SNAT à travers ses lignes directrices et
ses programmes d’action territoriale »

La gouvernance détermine l’organisation des relations entre les différents acteurs publics et
privés ; elle détermine la place et la pertinence des institutions à différentes étapes de la
stratégie d’aménagement du territoire du pays, elle prévoit les espaces de concertation, de
participation et d’arbitrage; elle définit les phases de la mise en œuvre, elle prévoit, enfin,
les modalités d’évaluation de la politique d’aménagement du territoire.

La gouvernance constitue un facteur clé de la compétitivité des territoires et est un élément


constitutif du capital du territoire. La répartition des compétences et des moyens entre les
administrations et les collectivités chargées de l’aménagement du territoire, les outils dont
elles disposent pour mettre en œuvre leurs projets se répercutent sur leur dynamisme
global et déterminent par voie de conséquence la compétitivité de leur territoire.

6.2. LE PRINCIPE DE LA SUBSIDIARITE

L’Etat ne peut plus se poser en un seul acteur et en une seule dimension de la gouvernance.
La globalisation de l’économie a permis de mettre en évidence la pertinence de la
gouvernance à des échelles aujourd’hui infra étatiques, demain supra étatiques avec la
redynamisation de l’UMA, l’Union Pour la Méditerranée, la Zone de Libre Echange Arabe, le
NEPAD etc. La réorganisation de l’échelon local doit permettre de revoir les modes de
gouvernance centralisée ce qui implique, comme le propose le SNAT 2025, la redéfinition du
rôle de l’Etat.

Les évolutions récentes de la gouvernance publique, notamment dans les démocraties


occidentales ont permis d’affirmer « le principe de subsidiarité ». Ce principe a permis de
redéfinir la redistribution des compétences et des échelles de décisions publiques face aux
limites et aux interventionnismes étatiques.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 57


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Le SNAT s’inspire dans son architecture institutionnelle du principe de subsidiarité. En effet,


dans le cadre d’une logique partenariale, le SNAT reconnaît quatre grands acteurs de la
gouvernance territoriale :

- L’Etat,

- Les collectivités locales,

- Le secteur économique notamment le privé,

- La société civile

La loi sur l’aménagement et le développement durable du territoire ainsi que le SNAT 2025
permettent de préciser les nouveaux modes de gouvernance territoriale et de proposer de
nouvelles échelles de planification.

Dans cette nouvelle configuration, l’Etat garde un rôle central notamment pour ce qui relève
de la définition des lois, la régulation, la cohésion, l’équité et la solidarité nationale. Il définit
également le cadre du partenariat entre les différents acteurs notamment les collectivités
locales à travers la contractualisation et par voie de conséquence les politiques de
décentralisation et de déconcentration.

Dans sa fonction de régulation l’Etat met en place les dispositifs financiers qui vont
permettre la promotion du développement économique dans le cadre de la politique
d’aménagement du territoire. Il veille à la concrétisation des politiques sectorielles
nécessaires à l’équipement et à la structuration de l’espace national. La fonction de
régulation implique également la mise en œuvre de dispositifs d’incitation et de partenariat.

Enfin, l’état restera le garant de la cohésion et de la solidarité nationale face à la


mondialisation et aux différentes crises qui en découlent telles les crises du nationalisme, de
la légitimation et de la représentativité.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 58


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

6.3. LES ECHELLES TERRITORIALES DE LA GOUVERNANCE REGIONALE

- L’espace de programmation territoriale l’échelon pertinent de la


planification stratégique

Le document portant SNAT 2025 définit le concept d’espace de programmation territoriale.


Ainsi il est entendu par espace de programmation territoriale « le territoire constitué par
plusieurs wilayas limitrophes et présentant des caractéristiques physiques et des vocations
de développement similaires ou complémentaires »

L'espace de programmation territoriale: approche moderne de l’aménagement du


territoire.

Toute politique d’aménagement du territoire, qu’elle soit énoncée en tant que telle ou
constituée par un ensemble de politiques publiques non intégrées, est la combinaison de
trois approches complémentaires : sectorielle, zonale et territoriale

L’approche de territoire de projet permet de répondre aux orientations du SNAT en matière


de proposition d’une nouvelle configuration du territoire fondée sur les nouveaux espaces
de croissance autour des métropoles nationales.

Le SNAT précise que la région programme n’est ni «un nouveau découpage administratif, ni
de nouvelles institutions ». Il insiste sur le fait que l’espace de programmation territoriale
« n’est pas un regroupement d’ordre institutionnel mais une configuration géographique du
territoire national entendu en tant que territoire de concertation, de projets et de
programmes d’aménagement et de développement communs à plusieurs wilaya. A travers
cette nouvelle configuration, le SNAT vise, en premier lieu, la synergie, la convergence des
visions, la mutualisation des moyens et l’économie d’échelle que l’on peut atteindre dans la
planification, la conception et la réalisation des différents programmes de développement.

Le SNAT précise que l’espace de programmation territoriale est un espace d’études,


d’aménagement du territoire ; ilest également un espace de projet.

Dans ce cadre les fonctions principales de l’espace de programmation territoriale sont :

- La planification stratégique : l’espace de programmation territoriale permet de


prendre en charge de manière cohérente le développement de grands territoires
fonctionnels. En vue de dépasser la logique sectorielle, fondée sur le principe de

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 59


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

programmation d’équipements à l’échelle nationale et la logique zonale fondée sur


la proximité des actions donc forcément réductrice.
- L’espace de programmation territoriale comme projet de territoire : c’est au niveau
de l’espace de programmation territoriale que s’inscrivent les nouvelles dynamiques
en matière de développement économique et social. Intégrant toutes les initiatives
régionales, aussi bien publiques que privées, gouvernementales que non
gouvernementales (société civile et ONG), la démarche fondée sur le concept de
projet de territoire demande des efforts de coordination importants entre les
différents acteurs intervenants d’une région aussi grande que l’EPT Nord-Est.
L’espace de programmation territoriale tel qu’énoncé par le SNAT est également un espace
de coordination, de cohérence, d’arbitrage, de concertation et de médiation. Ces fonctions
sont la clé de réussite de l’action publique.

Le SNAT inscrit le rôle des collectivités locales dans une double évolution, « décentralisation
et déconcentration, deux processus institutionnels complémentaires mais distincts :

• « la décentralisation c'est le transfert de compétences et de moyens aux collectivités


territoriales crées de plein droit telles que les wilayas et les communes, en tant que
collectivités dotées d’une assemblée élue, avec des compétences spécifiques
accompagnées de moyens techniques, financiers et humains nécessaires. »

Comme toute décentralisation suppose une bonne déconcentration, le SNAT définit la


déconcentration.

• « La déconcentration c'est la délocalisation des structures administratives de l'Etat


central vers les territoires administratifs : wilayas, communes. C'est aussi le transfert
de certaines prises de décisions. notamment celles concernant l'aménagement du
territoire, du siége du pouvoir central : Alger, vers les territoires. C'est enfin la
délocalisation des entreprises publiques et parapubliques des différents organismes
et institutions d'Etat à vocation économique. sociale, environnementale, culturelle. à
compétence nationale, vers les territoires ».

Ainsi les deux institutions locales consacrées par la constitution algérienne, la commune et la
wilaya verront leur rôle renforcé en vue de prendre en charge les nouvelles compétences
proposées par le SNAT.

- La Wilaya :

La wilaya aura un rôle important avec l’espace de programmation territoriale qui


restera le lieu d’expression de la planification stratégique régionale notamment pour
B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 60
BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

ce qui relève des grands projets d’infrastructures et des politiques de développement


économique.

- La Commune :

C’est au niveau de la commune que s’exprime par définition le rapport administration


citoyen. Elle demeure l’institution de base qui accompagne le citoyen dans toutes ses
activités « de la naissance au décès ». Institution de proximité par excellence, elle est
chargée notamment de :

- la production du service public de base,

- la gestion de l’utilisation des sols,

- l’organisation et la gestion des cadres de vie,

- l’aide sociale de proximité,

- la prise en charge des préoccupations du secteur économique et de l’accueil


des entreprises.

Pour la réalisation de toutes ces missions, la commune est considérée à juste titre, par le
SNAT, comme l’unité de base de l’aménagement et du développement du territoire.

2.2 Les nouveaux échelons de gouvernance territoriale induits par la globalisation et


les nouveaux espaces de production de biens et de services :

1) Les villes comme espaces économiques intégrés à la mondialisation

On sait que l’économie se déploie à partir des villes, que l’innovation et les activités
économiques les plus complexes y trouvent leur « habitat naturel ». On sait également que
la productivité est beaucoup plus élevée dans les villes que dans le monde rural et qu’elle est
encore plus élevée dans les grandes villes que dans les petites. On sait aussi que ces villes se
connectent entre elles et enjambent, voire ignorent, le reste de l’espace. Mais en réalité, les
territoires de la mondialisation ne recouvrent pas seulement les villes. Ils relèvent d’une
mosaïque d’espaces qui constituent un système complexe.

L’extension de l’espace urbain se caractérise par l’émergence de lieux différents : campus et


universités, espaces de la finance et des affaires (sièges sociaux, banques, assurances
services d’excellence, etc.), espaces de consommation et de loisirs (mode, culture), lieux de
production (zones franches, points francs, villes franches, corridors de transport).

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 61


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Les espaces de la mondialisation sont donc de différents types, et le fonctionnement du


système économique nécessite aujourd’hui ces différents espaces pour fonctionner. Les
périphéries métropolitaines avec leurs espaces périphériques présenteraient aujourd’hui
plus d’avantages pour les services supérieurs. Ce mouvement est un des aspects de la
métropolisation d’une économie mondiale en archipel, qui se déploie entre les grands
centres urbains du nord comme du sud, des pays développés comme des pays émergents,
pour leur potentiel de main d’oeuvre qualifiée et niveau technologique à moindre coût dans
un environnement relié en temps réel au réseau mondial.

2) Les grandes villes et les ports

Les ports en relation avec des aires métropolitaines (pour L’EPT NORD EST le cas d’Annaba –
Skikda, dans une moindre mesure Jijel - Bellara) facilitent la mise en place de corridors de
développement. Ainsi, l’économie s’arrime à des corridors qui représentent de très fortes
concentrations d’activités industrielles et tertiaires dont le développement est lié à
l’agglomération.

La présence d’infrastructures de transport (rail et autoroutes) permet d’amplifier les effets


d’agglomération et d’associer ainsi plusieurs pôles qui fonctionnent alors en
complémentarité. La route prend aujourd’hui de l’importance avec le développement des
industries de pointe, et ses nombreux avantages en termes de flexibilité. Le rail, grâce ses
performances en termes de capacité, de transport de pondéreux, de vracs, et le
développement de la conteneurisation, devient un facteur déterminant dans l’attractivité
(le cas aussi des aires métropolitaines de la région Nord Est). Il en est de même du corridor
aérien, par essence international, entre les grands centres maghrébins, européens et
mondiaux.

3) La grande ville et l’aire urbaine. Quelles Gouvernance

Il a été constaté que dans les villes de l’EPT Nord Est (le cas de Annaba a été cité comme
exemple), à cause de la pression sociale exercée sur le logement, la production de l’espace
urbanisé ne procède plus de l’enchaînement logique des trois séquences : viabilisation,
construction et occupation. Souvent, la construction et l’occupation précédent une
éventuelle viabilisation aux normes légales, et dans le cas des bidonvilles, c’est même la
phase d’occupation qui est première. Les deux grandes villes, Constantine et Annaba et la
quasi-totalité des villes de l’EPT Nord Est ont connu ce phénomène.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 62


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

4) Le cas des Grandes villes de l’EPT Nord Est

Conscient de l’importance des villes - et notamment des plus grandes d’entre elles – dans le
développement économique et social grâce à leur arrimage au processus de mondialisation,
sachant également que c’est ces mêmes grandes villes qui constituent des leviers puissants
pour impulser l’innovation et le développement à travers l’ensemble du territoire, le
Ministère de l’Aménagement du Territoire a engagé, dans le cadre de la mise en œuvre du
SNAT, de schémas d’aménagement des deux grandes villes l’EPT Nord-Est: Constantine et
Annaba.

5) La gouvernance des espaces transfrontaliers

L’EPT Nord-Est est également concerné par les modes de gouvernance des espaces
frontaliers. La gestion des espaces transfrontaliers obéit à des modes de gouvernance fondés
sur le principe de « corridor d’intégration » pour désigner un axe selon lequel une ou
plusieurs actions d’aménagement du territoire fondées sur les modes de transport
modernes doivent être favorisées (Les corridors énergétiques constituent un cas particulier
dans ce contexte).

6.4. LES INSTANCES DE LA GOUVERNANCE TERRITORIALE


LOCALE

-Au niveau l’Espace de Programmation Territoriale du Nord-Est : Elle devrait regrouper les
walis de la région programme concernée, les élus, les représentants de la société civile, les
universitaires, les organisations professionnelles. Elle a pour mission d’assurer la cohérence
entre le SNAT et le SEPT et de permettre l’articulation entre le SEPT et les logiques
sectorielles à l’initiative des administrations avec les préoccupations locales.
a) La Délégation chargée de l’animation de l’Espace de Programmation Territoriale:

La Délégation, administration de mission de planification territoriale, sera une structure


déconcentrée du MATE, elle sera chargée de l’animation de l’Espace de Programmation
Territoriale. Elle aura à assurer la mise en œuvre des actions prévues dans le cadre des
programmes d’actions territoriale (PAT), la planification, la programmation et le suivi des
SEPT, la mise en œuvre des SEPT, leur suivi et leur évaluation. Jouissant d’une mission
d’ingénierie territoriale, la Délégation assure le conseil et l’appui auprès du secteur
économique et des entreprises. Les principales missions de la DRAT sont :
- Conseil et assistance aux collectivités locales qui ont des sujets communs,
- Elaboration des projets de contrats entre collectivités locales

- La mise en œuvre, le suivi et l’évaluation du SNAT et du SEPT ;

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 63


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- La planification, la programmation des études de dimension régionale ;


- Une mission d’appui, de conseil d’accompagnement auprès du secteur
économique ;
- Une mission d’incitation et d’appui à la concertation ;

b) La Délégation et le dialogue territorial


La Délégation aura donc pour mission d’instaurer le dialogue territorial. Parce que les
territoires se transforment rapidement sous l’effet de plusieurs phénomènes,
mondialisation, industrialisation, désertification, dévitalisation, extension des
agglomérations urbaines, etc. parce que la gestion du territoire devient de plus en plus
complexe ; parce que aussi, la société elle-même devient de plus en plus complexe. Toutes
ses tensions agissent sur des espaces qui se superposent, qui s’emboîtent, se croisent ou
s’ignorent.

-Le niveau de wilaya :

-La Direction de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (DPAT)

Le SEPT Nord-Est propose deux hypothèses :

a) Redonner à la DPAT ses attributions originelles en matière d’aménagement du


territoire. Cela permettra de développer au niveau local une compétence et une
expertise en matière d’aménagement et de développement durable du territoire,
d’ingénierie territoriale, de prospective et d’intelligence territoriale. La DPAT,
structure experte de Wilaya, élabore, en étroite concertation avec les acteurs du
développement et de l'aménagement de la Wilaya, le Plan de Développement et
d’Aménagement de la wilaya (PDAW) qui fixe les orientations et les programmes
d’action du développement local et propose au wali les politiques, les programmes et
les actions à mener en matière d’aménagement du territoire en cohérence avec les
instruments SNAT, SEPT, PAW et SA des grandes villes.
b) Créer sous l’autorité du wali un Comité de Développement Local dont la mission
strictement consultative serait de :

o donner son avis sur les projets de développement et d’aménagement qui lui
sont soumis ;
B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 64
BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

o prendre l’initiative de proposition de projets ;


o constituer une base pour la formation d’un réseau partenarial entre les
acteurs publics et privés du développement de la wilaya ;
o fournir un cadre de concertation et de débat.

« Ce comité présidé par le wali comprendrait les représentants, en plus des élus, des
universitaires, des organisations professionnelles, des chefs d’entreprises ».

6.5. LES OUTILS D’INTERVENTION DE L’AMENAGEMENT DU


TERRITOIRE AU NIVEAU DE L’ESPACE DE PROGRAMMATION
TERRITORIALE.

- Les Etablissements Publics d’Aménagement (EPAM) sont des Etablissements Publics à


caractère Industriel et Commercial (EPIC). Ils ont l’avantage d’une part, de bénéficier de
la souplesse financière des EPIC, ce qui favorise le montage, toujours complexe, de
grandes opérations d’aménagement et d’autre part, d’assurer une fonction essentielle
de gestion et de coordination du projet.
- Les Sociétés d’Economie Mixte d’Aménagement (SEMA) auront, selon le SNAT, un
caractère spécifique adapté à la gestion des grands projets d’infrastructures régionaux
et/ou locaux. Par ailleurs, leur caractère de société mixte, orienté vers la commercialité,
leur permet de mettre en œuvre de véritables opérations de partenariat dans le cadre du
PPP. A ce titre les principaux acteurs/ partenaires de ces sociétés sont l’Etat, (y compris
les établissements publics EPAM, les collectivités locales (wilayas, communes), le secteur
privé (banques, entreprises). Les SEMA interviennent d’ailleurs fréquemment dans les
grandes opérations menés par les EPAM. Les SEMA ont l’avantage de pouvoir bénéficier
de plusieurs sources de financement tout en maintenant un contrôle effectif des
pouvoirs publics sur l’élaboration, le montage et la réalisation du projet d’aménagement.
La SEMA est un outil privilégié de la politique de développement régional et local.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 65


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

6.6. LES INSTRUMENTS DE FINANCEMENT DE L’ESPACE DE


PROGRAMMATION TERRITORIALE

La plupart des instruments de financement sur lesquels s’appuieront le SNAT et le SEPT Nord
Est existent déjà. Il s’agira d’imaginer une architecture d’ensemble qui permettra de les
moduler en fonction des actions identifiées par les différentes politiques d’aménagement
du territoire en l’occurrence le SNAT, le SEPT, le SA des grandes villes et les PAW de l’EPT
Nord Est.

Cette démarche est confirmée par le document SNAT qui stipule que les PAT seront dotés de
budgets spécifiques. Le mode de financement de ces budgets spécifiques sera précisé par
des articles de lois de finances et des textes réglementaires qui définiront les dispositifs
d’aides et de subvention prévus par la loi n° 2001-20 du 12 décembre 2001 relative à
l'aménagement et au développement durable du territoire qui prévoit des aides et des
subventions pour un certain nombre de programmes et d’actions, des aides à
l'investissement et des fonds en rapport avec les Programmes d’Action Territoriale.

a) LES INSTRUMENTS DE FINANCEMENT EXISTANTS


1. Les dispositifs à caractère généraux pour le développement de
l’investissement :
- le dispositif de développement de l’investissement prévu par l’ordonnance du 20
Août 2001, modifiée, relative au développement de l’investissement.
- le fonds d’appui aux investissements et à l’action de l’Agence Nationale de
Développement de l’Investissement (ANDI) ;
- le fonds de garantie des crédits à la PME.
- Le compte d'affectation spéciale n°302-062 intitulé " Bonification du taux d'intérêt
sur les investissements

2. Les dispositifs sectoriels pour le développement des investissements :

- Les aides à la promotion des énergies nouvelles et renouvelables ;


- Le fonds national du patrimoine public minier ;
- Le fonds national de la promotion et de compétitivité industrielle (qui est chargé
notamment du financement de la réhabilitation des zones industrielles et d’activités)
Le fonds national de partenariat ;

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 66


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- Le fonds national de régulation et de développement agricole remplacé par le


compte d’affectation spéciale n°302-067 intitulé “Fonds national de développement
de l’investissement agricole” (25 octobre 2005).
- Le fonds national pour la maîtrise de l’énergie ;
- Le fonds national pour l’environnement et la dépollution
- Le fonds national routier et autoroutier ;
- Le fonds national d’aide à la pêche artisanale et à l’aquaculture ;
- Le fonds national de la promotion des activités de l’artisanat traditionnel
- Le fonds national de recherche scientifique et du développement technologique ;
- Le fonds spécial pour la promotion des exportations ;
- Le fonds national de l’eau potable.

o Les Fonds de développement, de promotion et de mise à niveau des


territoires :
- Le Fonds spécial pour le développement économique des Hauts Plateaux ( la partie
Sud de l’EPT Nord-Est pourrait être concernée). Alimenté par les dotations
budgétaires de l’Etat, à concurrence de 3% des recettes de la fiscalité pétrolière,
destiné, en appui des dispositifs financiers existants ; il contribue au financement des
actions suivantes :

• les infrastructures et équipements structurants ;

• les études de développement et de recherche scientifique sur les milieux


sensibles de la région ;

• les actions d’information et de sensibilisation en vue de la promotion de la


région.

- Le Fonds de développement rural et de la mise en valeur des terres par la concession


(revitalisation rurale).

- Le Fonds de lutte contre la désertification et de développement du pastoralisme et


de la steppe (la partie Sud de l’EPT Nord-Est pourrait être concernée).

o Les dispositifs de soutien et d’aide aux catégories sociales en difficulté

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 67


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- Le Fonds spécial de la solidarité nationale : Ce fonds prévoit :


• des aides au titre du soutien des catégories sociales défavorisées;
• des aides au titre de l’action sociale de proximité;
• des subventions à la création d’emplois dans le cadre des chantiers de travaux
d’utilité publique et d’intérêt général;
• des subventions à la création de micro-entreprises.

o Les fonds d’intervention spécifiques


- Le Fonds de calamités naturelles et de risques technologiques majeurs,

- Le Fonds de garantie contre les calamités agricoles

- Le fonds national pour la protection du littoral et des zones côtières

b) LES NOUVEAUX DISPOSITIFS


La loi relative à l’aménagement et au développement durable du territoire du 12 décembre
2001 prévoit des dispositifs d’aides et d’incitation financière. Ces dispositifs feront appel soit
aux fonds d’affectation spéciale existants qu’il faudra reformuler conformément aux
directives de la loi et aux orientations du SNAT, soit à de nouveaux fonds qu’il faudra prévoir
en vue de prendre en charge les nouvelles missions prévues par le SNAT 2025. Il s’agit
notamment des instruments suivants :
-Le Fonds National d’Aménagement du Territoire (FNAT) :
Le compte d’affectation spéciale n°302-081 Le Fonds National d’Aménagement du Territoire
(FNAT) créé par loi de finances (1995) n’a enregistré aucune consommation en termes de
crédits. Le SNAT propose de réorganiser le FNAT en Fonds National d’Aménagement et
d’Attractivité du Territoire : (FNAAT) et sera chargé des missions suivantes :
 La prime d'aménagement et développement du territoire
 La création d'emplois
 La création et les extensions d'activités.
 Le soutien aux programmes intégrés de développement
 L'accueil aux activités de recherche et d'expérimentation en matière
d'aménagement et de développement du territoire.
 La création d'une ingénierie territoriale

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 68


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- La Caisse Nationale d’Equipement et de Développement (CNED)

Le CNED est un nouvel outil qui sera créé sous la forme d’un EPIC. Il devrait permettre de
faciliter le financement des grandes infrastructures et des équipements structurants.

- Les Dotations aux Programmes d’Aménagement du Territoire (PAT)


La réalisation des PAT repose en partie sur le volume des dotations directes de l’Etat. Celle-ci
pouvant s’effectuer soit directement auprès du MATE, soit auprès du FNADT quand celui-ci
fonctionnera. Elle peut aussi être répartie entre le MATE et le FNAAT.

- Primes d’Aménagement et de Développement du Territoire (PADT)


Le SNAT prévoit deux niveaux d’affectation des PADT:

- Au niveau national
Destinée aux investisseurs qui créent ou développent ou maintiennent des entreprises et
donc des emplois dans les régions et zones déterminées par les objectifs d’aménagement du
territoire

- Au niveau local (wilaya)

Les wilayas selon leurs capacités financières, peuvent accorder une PADT qui :

- cumulera ses effets avec la PADT nationale (quoi que de manière générale, les
cumuls d’avantages n’ont pas d’effets important sur l’efficacité économique);
- favorisera la réalisation de projets locaux souhaités par les responsables de la wilaya
mais ne bénéficiant pas de la PADT nationale, à condition bien entendu que le projet
soit conforme aux objectifs de la politique nationale d’aménagement du territoire.

- De la nécessaire réforme budgétaire


Par le biais des politiques d’équipement, de soutien à l’investissement, aux entreprises en
activités, à certaines catégories de citoyens désirant créer leur propres entreprises, à travers
le développement local et régional, l’Etat procure des aides précieuses et conséquentes,
sinon indispensables, au développement économique et social. Or, l'efficacité de ces aides
dépend largement de la bonne compréhension qu'ont les administrations centrales, les
organismes de gestion des dispositifs, les collectivités locales des conditions d'éclosion, de

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 69


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

développement et de durabilité de l'activité économique et sociale sur le territoire et aussi


de l'à-propos des programmes et mesures mis à leur disposition.

L’élaboration du SNAT représente une réelle opportunité pour esquisser une logique
d’ensemble ou une « ligne directrice » qui permet d’entrevoir les possibilités de convergence
et de coordination des différents dispositifs.

Tout en adhérant pleinement à la réforme budgétaire dont l’application est prévue pour
2011/2012, Le SEPT Nord-EST fait les recommandations suivantes :

- la proposition des instruments de référence unifiés ;


- réformer l’architecture d’ensemble des dispositifs en en renforçant la dimension
locale ;
- la révision des modes opératoires de ces instruments en relation avec les organes
de coordination prévus par la loi sur l’aménagement et le développement durable
du territoire ;
- créer une instance nationale de coordination et d’évaluation des dispositifs de
développement de soutien d’aide ;
- Prévoir les mesures à entreprendre ou les conditionnalités à envisager pour que
les dispositifs de soutien répondent aux objectifs définis par la loi sur
l’aménagement et le développement durable du territoire ;
- Prévoir les modes d’évaluation des politiques publiques et des dispositifs
d’application en relation avec la politique nationale d’aménagement du territoire

Parallèlement aux transferts de compétences prévus par le SNAT, l’Etat devra transférer
les moyens financiers vers les collectivités locales. Ces transferts feront l’objet de contrats
entre l’Etat et les collectivités locales (voir plus loin les modalités d’élaboration des contrats)

Permettre aux collectivités locales de se doter de ressources propres : impôts, taxes,


redevances, produits propres.

Permettre aux collectivités locales de faire appel au marché bancaire d’emprunter et de


rembourser ce qui implique la refonte de la loi sur la comptabilité publique.

- Les Contrats de Développement Territorial (CDT)


De tels contrats sont prévus par la loi d'Aménagement du Territoire dans le cadre de la
section 5 consacrée aux instruments de partenariat de l'aménagement du territoire, mais ces
dispositions n'ont jamais été mises en application. L'article 59 de la loi stipule :

« Art. 59. - La mise en ouvre des schémas, schémas directeurs et plans d'aménagement
peut donner lieu, et notamment dans les zones à promouvoir, à des contrats de
développement liant l'Etat, et/ou les collectivités territoriales et les agents et partenaires
économiques.
B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 70
BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Le contrat de développement, est une convention associant l'Etat et une ou plusieurs


collectivités territoriales, et un ou plusieurs agents et partenaires économiques, dans des
actions et programmes définis à partir des schémas directeurs et des plans d'aménagement,
pour des périodes déterminées.

Art. 60. - Les conditions d'élaboration des différents types de contrats de développement
visés à l'article 59 ci-dessus sont précisées par voie réglementaire ».

Cette disposition législative est en totale conformité avec la logique d’élaboration du SNAT
qui repose sur :

- La logique territoriale fondée sur le territoire projet ;


- L’implication des échelons locaux dans l’atteinte des objectifs fixés par la
planification stratégique régionale ;
- La concrétisation du contrôle populaire dans l’évaluation et le suivi des actions de
développement. ;
- La mise en place progressive d'une logique partenariale dans la mise en oeuvre de la
politique nationale d’aménagement et de développement du territoire ;

Le SNAT précise, par ailleurs, que les contrats de partenariat, les Contrats de Développement
du Territoire (CDT) peuvent concerner de nombreuses actions du SNAT, notamment dans le
cadre des PAT.

Ainsi, peut être engagé rapidement un CDT « Aide au redéploiement». Ce CDT serait passé
entre l'Etat et une ou plusieurs wilayas, une ou plusieurs communes.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 71


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

7. LE TABLEAU DE BORD DU SEPT NORD-EST.

Une bonne gouvernance devrait permettre de maîtriser de façon adéquate le facteur temps,
tant dans les processus de prise de décisions que dans celui de leur mise en oeuvre. Il est un
fait acquis que la globalisation de l'économie et l'avènement des technologies de
l’information et de la communication voire de la connaissance ont accéléré fortement les
cycles économiques et par voie de conséquence leurs impacts sur le territoire.

C’est à ce titre que le tableau de bord d’aide à la décision devient un outil précieux dans le
suivi et l’évaluation périodique des objectifs définis par le SEPT. Ce tableau de bord ou
dispositif de suivi du SEPT Nord-Est. devra être constitué comme l’indique le SNAT d’un
arbre d’objectifs et d’un cadre logique.

Cet « arbre d’objectifs» permet de mesurer les objectifs qualitatifs et quantitatifs définis
dans le SEPT. Il a pour mission de fournir des données permettant de suivre l’évolution du
territoire, notamment au niveau des espaces fragiles et des sites présentant des degrés de
dangerosité importante.

Le tableau de bord établi annuellement (c’est l’intervalle de temps qui est la plus indiquée)
devra donner une lisibilité du territoire, des populations, des activités et des conditions de
durabilités affichées par les SEPT Nord-Est. La méthodologie permettant l’élaboration des
indicateurs repose, d’abord, sur une définition claire de ce que l’on entend par le terme
indicateur qui peut prendre, selon les situations de nombreuses significations

La méthodologie doit également permettre de répondre de manière objective aux éléments


suivants :

- le choix des indicateurs :


- l’objectivité dans le choix des indicateurs
- le degré de pertinence des indicateurs choisis ;
- le degré de fiabilité
- la définition de la période de mise à jour
- l’échelle territoriale.
B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 72
BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

L’identification des institutions chargées de l’élaboration du tableau de bord doit être


également précisée de manière réglementaire. Le tableau de bord pourrait être élaboré par
les directions de wilaya de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (DPAT) qui sont
chargées de la gestion de la statistique et du système d’information de la wilaya.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 73


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

7.1. LES TERRITOIRES PERTINENTS DE L‘EPT NORD-EST

Ville relais Villes report Commune Commune Commune Commune commune


wilaya métropoles du tell de croissance Ville nouvelle CL de wilaya CL de Daïra littorale de plaine de montagne agropastorale
urbaine
Annaba Annaba El Hadjar Annaba Annaba Annaba
Seraidi
El Hadjar EL Hadjar
Sidi amer
Berrahal Ouled EL Aneb Berrahal
Treat
EL Bouni EL Bouni
Chebaita Chetaibi
Ain Berda Ain Berda
Cheurfa
El Eulma
Jijel Emir Abdelkader Jijel Jijel Jijel
Kaous EL Milia ELMilia Ouled Yahia Khedrouche
Chekfa EL Ansar Kimir Oued Adjoul EL Ansar Bouraoui Belhadef
Ziama Djemaa Beni Habibi
Taher Taher Ouadjana
EMIR AEK Chahna
Ouled Askeur Boucif
Texena Kaous Texena
EL Aouana EL Aouana Selma Beziada
Ziama Mansouriah Ziamma Mansouriah Erraguene
Sidi Marouf Sidi Marouf
Ouled Rabah
Chekfa Chekfa Bordj Taher
Sidi Abdelaziz
EL Kenar Nouchfi
Settara Settara Ghebala
B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 74
BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Djimla Djimla
Boudria Beni Yadjis
Skikda Collo Skikda Skikda Skikda Hamadi Krouma
Tamalous FILFila
El Harrouche Azzaba Djendel Saadi MED Azzaba Ain Cherchar
ES Sebt
EL Ghedir
Ramdane Djamel Ramdane Djamel
Beni Bachir
EL Harrouch Salah Bouchaour EL Harrouch
Emdjaz Edchich Zerdasas
Ouled Hebaba
Tamalous Tamalous Bir EL Ouiden
Kerkera
Collo Collo Beni Zid
Cheraia
Benazouz Benazouz Bekkouche Lakhdar
EL Marsa
EL Hadaik Ain Zouit EL Hadaik
Bouchtata
Zitouna Kanoua Zitouna
Sidi Mezghiche SidiMezghiche Ain Bouziane
Beni Oulbane
Oum Toub Ouled Attia Oum Toub
Ouled Attia Oued Zehour
Khenea Mayoun
Ain Kechra Ain Kechra Ouldja Boulbalout
El Taref El Taref EL Taref EL Taref Zitouna
Ain EL Assel Bougous
Drean Drean
Chebaita Mokhtar
Chihani
Ben M'hidi BenM'hidi
Echaatt

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 75


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Berrihane
Bouhadjar Bouhadjar
Oued Zitoun
Ain Kerma
Hammam Beni Salah
EL Kala EL Kala EL Aioun
Souarekh Raml Souk
Besbes Besbes
Asfour
Zerizer
Bouteldja Bouteldja
Lac des Oiseaux
Chefia
Guelma Guelma Oued Zenati Guelma Guelma Guelma
Bouchegouf Ben Djerah
Heliopolis Guelaat Bou Sbaa Boumahra Ahmed Guelaat Bou Sbaa
Belkheir Nechmaya
Djebala Khemissi
Beni Mezline
Bouchagouf Bouchagouf
Medjez Sfa
Oued Fragha
Ain Ben Beida
Khezares Khezares
Bouhachana
Ain Sandel
Oued Zenati Oued Zenati
Ain Regada
Borj Sabet
Hammam Debagh Hammam Debagh Bouhamdane
Roknia
Heliopolis Heliopolis
EL Fedjouj
Bouati Mahmoud
Hammam Nbail Hammam Nbail
B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 76
BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Oued Cheham
Dahouara
Ain Makhlouf Ain Makhlouf Ain Larbi
Tamlouka
Ain Hassania Medjaz Amar Houari Boumedienne
Ras EL Agba
SEellaoua Announa
Constantine Constantine Didouche Mourad Ain El Bey Constantine Constantine Constantine
Zighoud Youcef EL Khroub EL Khroub Ouled Rahmoune
Ain Abid Ain Samra
Ain Smara Zighoud Youcef Zighoud Youcef
Beni Hamidene
Ain Abid Ain Abid
Ibn Badis
Hamma Bouziane Hamma Bouziane Didouche Mourad
Ibn Ziad Ibn Ziad
Messaoud Boujeriou
Souk Ahras Souk Ahras Souk Ahras Souk Ahras Souk Ahras
Merahna Ouillen Merahna
Sidi Fredj
Sedrata Sedrata Khemissa
Ain Soltane
M'daourouch Tiffech M'daourouch
Ragouba
Taoura Taoura
Zaarouria
Drea
Ouled Driss Ouled Driss
Ain Zana
Haddada Kheddara Ouled Moumen Haddada
Mechroha Mechroha
Hanancha
Bir Bouhouche Zouabi Bir Bouhouche
Safel EL Ouiden

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 77


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Oul EL Adhaim Oul EL Adhaim


Terraguelt
Oued Kebrit
Mila Mila Ferdjioua Mila Mila Sidi Khelfa Mila
Oued Athmania Ain Tine
Tadjnent Chelgoum Laid Chelgoum Laid
Telaghma Oued Athmania
Ain Mellouk
Grarem Gouga Grarem Gouga
Hamala
Sidi Merouane Sidi Merouane
Chigara
Oued Endja Ahmed Rachedi Oued Endja
Zeghaia
Ferdjioua Ferdjioua
Yahia Beni Ghecha
Teleghma Teleghma
Oued Seguen
EL Mechira
Tadjenant Tadjenant
Ouled Khelouf
Ben Yahia Abderahmane
Terrai Bainem Terrai Bainem
Amira Arras
Tessala Leltai
Rouached Rouached
Tiberguent
Tassadane Haddada Tassadane Haddada
Minar Zarza
AinBeida Harriche AinBeida Harriche
Elayad Barbes
Bouhatem Bouhatem
Deradji Bousselah

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 78


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

7.2. LE CHOIX DES INDICATEURS

S’appuyant toujours sur le concept du « territoire projet », les indicateurs retenus viendront
ainsi décrire les différentes dynamiques des zones géographiques définies. Le regroupement
des indicateurs utilisés peut se réaliser selon différentes approches :

- soit comme le propose le SNAT, recouper les lignes directrices du SNAT et leur
traduction en programmes d’action territoriale
- soit regrouper les indicateurs en thématiques territoriales, de durabilité et de
différenciation spatiale, économique, sociale et ethno sociale, de compétitivité,
d’attractivité etc.
- soit les classer en indicateurs statiques et dynamiques.
Les thèmes génériques encadrant le tableau de Bord pour le SEPT NORD-EST s’inscrivent
dans les lignes directrices du SNAT et les programmes d’actions territoriales. En effet, il
parait plus opportun et plus pertinent de reconduire et d’adapter, aux spécificités de l’EPT
Nord-est, la grille d’indicateurs proposée pour le renseignement du tableau de bord
national SNAT. C’est une opportunité parce que la grille d’indicateurs nationaux peut
représenter une première étape dans la construction du système national d’informations
géographiques, économiques et sociales dont la mise en place a tant tardé.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 79


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

- GRILLE D’INDICATEURS POUR LE TABLEAU DE BORD SEPT NORD EST

SEPT NORD EST « DE CHAQUE TERRITOIRE SEON SES CAPACITES A CHAQUE TERRITOIRE SELON SES BESOINS »
Ligne directrice 1 : Vers un territoire durable
intitulé Contexte (diagnostic Nord-Eest) Réalisation Résultat Impact
§ PAT.1 : la durabilité de la § RA.1.1.1 capacité nouvelles de mobilisation
ressource en eau des eaux : barrages construits ou remis en
§ CT. 1.1.1 potentiel hydrique par état, captages (nappes phréatiques / nappes
type de ressources : en millions de fossiles) mis en service, dessalement, eaux § RT.1.1.1 diminution de la perte dans § IP.1.1.1 accroissement du potentiel
m³/an épurées les réseaux en AEP mobilisable (toutes sources)

§ CT. 1.1.2 indice de disponibilité § IP. 1.1.2 accroissement du niveau de


par habitant et par an : 600 m³ § RA. 1.1.2 évolution de la mobilisation des § Evolution de la consommation d’eau consommation dans les zones déficitaires telles
(seuil de rareté Banque Mondiale eaux : barrages, captages (nappes phréatiques par habitant et par an globale et selon les que les zones de montagne, le sud de l’EPT/NE
1 000 m³ par habitant et par an) / nappes fossiles), dessalement, eaux épurées. grandes zones de la région (mesure de l’équité)

§ RA.1.1.3 accroissement des capacités de § RT. 1.1.2 Accroissement de l’usage des


production d’eau potable, de production eaux usées recyclées (évolution de la
§ CT.1.1.3 consommation par d’eau industrielle et d’eau agricole (GPI, mobilisation des eaux usées recyclées § IP.1.1.3 réseau de production et de
habitant et par an : 110 m³ PMH). rapportée à la mobilisation globale). distribution performant

§ RT.1.1.3 évolution de la mobilisation


§ CT.1.1.4 pluviométrie par zones : des eaux souterraines rapportée à la
1 100 - 350 mm littoral, Tell, § RA.1.1.4 linéaire de réseaux AEP réalisés et mobilisation globale) = mesure de la § santé publique améliorée : diminution de la
montagnes sud de l’EPT/NE remis en état durabilité des usages prévalence des maladies hydriques

§ CT.1.1.5 eau mobilisée par type


(superficielles, souterraines,
recyclées) : Millions de m³/an § RA.1.1.5 Accroissement de la capacité
(dont eaux souterraines d’épuration des eaux usées en équivalents § RT.1.1.4 Evolution de la part du goutte
…….millions de m³/an) habitants à goutte dans la consommation agricole § IP.1.1.4 nappe souterraine moins mobilisée

§ CT.1.1.6 ventilation des usages : § RT.1.1.5 amélioration de la qualité des


AEP, industrie, agriculture (GPI, § RA.1.1.6 accroissement du coefficient de eaux à l’échelle des bassins
PMH). réutilisation des eaux épurées hydrographiques

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 80


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

§ CT.1.1.7 capacité de mobilisation


des barrages rapportée aux § RA.1.1.7 linéaire et volume des transferts § RT.1.1.6 meilleure distribution : eau
volumes mobilisés interrégionaux 24/24 h

§ CT.1.1.8 Volume des transferts § RA.1.1.8 évolution du nombre de compteurs


rapportés aux volumes mobilisés d’eau posés

§ CT.1.1.9 qualité des eaux des


bassins hydrographiques de
l’EPT/NE

§ CT.1.1.10 nombre de stations


d’épuration (68)

§ CT.1.1.11coefficient de
réutilisation des eaux épurées

§ PAT 2 : la conservation des sols § CT. 1.2.1 nombre d’hectares de § IP.1.2.1 Maintien et amélioration du potentiel
sols dégradés rapportés à la § RA.1.2.1 Nombre de projets de conservation § RT.1.2.1 Part des surfaces de sols remis régional agricole de l’EPT/NE mesuré à travers
surface totale par type d’espace des sols / montants investis / montant moyen en état par rapport aux surfaces totales l’évolution de la productivité de la SAU (PIB
(montagne, steppe) des projets. Données par wilaya. (montagne, steppe) agricole rapporté à la SAU)par wilaya

§ CT. 1.2.2 Nombre d’hectares de


sols menacés de dégradation § RA.1.2.2 Nombre d’hectares de sols remis § RT.1.2.2 Part des surfaces de sols § IP.1.2.2 Maintien et amélioration de la
rapportés à la surface totale par en état selon les types d’écosystèmes préservés par rapport aux surfaces biodiversité mesurée à travers l’évolution du
type d’espaces (montagne, steppe) (montagne, steppe) totales (montagne, steppe) couvert végétal

§ CT. 1.2.3 Part respectives de


l’érosion hydrique et de l’érosion
éolienne dans la dégradation des § RA.1.2.3 Nombre d’hectares de sols § RT.1.2.3 Diminution de l’apport en
sols par types d’espaces préservés selon les types d’écosystèmes sédiments (oued, retenues collinaires,
(montagne, steppe) (montagne, steppe) barrages, mer)

§ CT. 1.2.4 Tonnage de sols par


km² et par an emportés dans les
différents types d’espace (steppe, § RA.1.2.4 Nombre d’opérations d’entretien
montagne) de l’EPT/NE des barrages désenvasement) §

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 81


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

§ CT. 1.2.5 évolution de la surface


agricole utile (SAU) par modes de § RA.1.2.5 Nombre de bassins versants faisant
mise en valeur des sols agricoles l’objet d’opérations de protection

§ Complément : protection des


sols à travers la mise en valeur
agricole (jachère, mise en défend,
travaux agricoles)

§ PAT 3 : les écosystèmes § RA.1.3.1 Nombre de projets de préservation


et de régénération pour les différents types
d’écosystèmes / montants investis / montant § RT.1.3.1 Evolution de la surface des § IP.1.3.1 Maintien des espaces naturels sur la
§ CT. 1.3.1 Surface / population / moyen des projets (reforestation, lutte contre espaces naturels en zone littorale de bande littorale (évolution de leur surface) de
densité du littoral la désertification en steppe, l’EPT/NE l’EPT/NE

§ IP.1.3.2 Maintien des populations et des


§ CT. 1.3.2 linéaire côtier urbanisé § RT.1.3.2 Evolution des surfaces activités liées à l’écosystème de montagne
de la l’EPT/NE. § (renvoi aux indicateurs RA.1.2.2 et RA.1.2.3 forestières par types d’écosystèmes (maintien population et SAU)

§ RA.1.3.2 Nombre et surface d’aires § RT.1.3.3 Evolution des surfaces


§ linéaire côtier en espace naturel protégées mise en place par écosystèmes, en protégées, menacées et dégradées par
de l’EPT/NE précisant espaces forestiers quand nécessaire types d’écosystèmes

§ CT. 1.3.3 Surface des aires


protégées en zone littorale
rapporté à la surface totale des § linéaire côtier faisant l’objet d’une § RT.1.3.4 Evolution des espaces
communes littorale protection règlementaire forestiers protégés

§ CT. 1.3.4 superficie des forêts


littorale (rapportée à la surface des § RA.1.3.3 Nombre et capacité des STEP mises § RT.1.3.5 Evolution du niveau de
communes littorales) en place au niveau de la RNE. densité de population par ecosystèmes § Cf. IP.1.1.4

§ CT. 1.3.5 volume d’eaux usées


des communes littorales faisant § RA.1.3.4 Nombre des opérations de
l’objet d’un traitement rapporté au reforestation par écosystèmes et surfaces § RT.1.3.6 Evolution de la SAU par types
total des eaux usées de l’EPT/NE concernées d’écosystèmes

§ CT. 1.3.6pour
Surface
le /Développement
population / § RA.1.3.5
Rural) Projets de mise en valeur agricoles § RT.1.3.7 Evolution de la part des types
B N E D E R (Bureau National d’Etudes 82
densité des zones de montagne de (type, nombre, surface) selon les écosystèmes de mise en valeur rapportée à la SAU
BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

l’EPT/NE (montagne, steppe) de l’EPT/NE totale de chaque écosystème

§ CT. 1.3.7 Surface des aires


protégées en zone de montagne § RA.1.3.6 Nombre de contrôles relatifs au
rapportée à la surface totale des respect des mesures de protection des
communes de montagne écosystèmes.

§ CT. 1.3.8 superficie des forêts


montagnardes (rapportée à la
surface des communes littorales)

§ CT. 1.3.9 SAU montagnarde


rapportée à l’ensemble agro-sylvo-
pastoral (SAU 831 000 hectares)

§ CT. 1.3.10 Niveau de sensibilité


des espaces montagnards (nb
d'hectares en dégradation) de
l’EPT/NE

§ CT. 1.3.11 Surface / population /


densité des zones de steppe de
l’EPT/NE.

§ CT. 1.3.12 proportion de la


population nomade sur la
population steppique totale

§ CT. 1.3.13 Surface des aires


protégées en zone de steppe
rapportée à la surface totale des
communes de steppe

§ CT. 1.3.14 Niveau de sensibilité


des espaces steppiques de la RNE.

§ CT. 1.3.15 SAU steppique


B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 83
rapportée à l’ensemble de la zone
BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

de steppe de l’EPT/NE.

§ CT. 1.3.16 Proportion des types


de valorisation rapportée à la SAU :
parcours, alfa, céréales.

§ CT. 1.4.1 Nombre d’habitants § RA.1.4.1 Nombre de projets relatifs à la § RT.1.4.1 Evolution du nombre
résidant en zones de risque prévention des risques (cf. infra) / montants d’habitants soumis aux risques (par type
(sismique, inondations, industriel) des projets / montant moyen des projets. de risques)

§ CT. 1.4.2 Nombre de secousses § RA.1.4.2 Nombre de plans de prévention § RT.1.4.2 Evolution du nombre
sismiques significatives au niveau des risques réalisés ou mis à jour (par type de d’habitants couverts par un Plan de
de l’EPT/NE risques) prévention des risques

§ RT.1.4.3 Evolution du nombre de zones


à risques couvertes par des PPR
§ CT. 1.4.3 Nombre de crues § RA.1.4.3 nombre d’opérations de mise aux rapportées à l’ensemble des zones à
significatives normes antisismiques dans l’ancien bâti risques

§ RT.1.4.4 Evolution du nombre de


§ CT. 1.4.4 Nombre de victimes et § RA.1.4.4 Nombre et accroissement des contrôles satisfaisants portant sur la
montant des dégâts par type de contrôles de conformité antisismique de la conformité antisismique des
risque construction neuve constructions (neuve / ancienne)

§ CT. 1.4.5 Nombre d’unités § RT.1.4.5 Evolution des dégâts matériels


industrielles classées à risque au § RA.1.4.5 Nombre et montant des opérations / humains des catastrophes (ramenée à
niveau de l’EPT/NE de lutte contre les inondations, la fréquence et à l’intensité des risques)

§ RA.1.4.6 Nombre et montant des mesures


de sécurisation des sites dangereux,

§ RA.1.4.7 Nombre d’opérations de


délocalisation des établissements dangereux à § IP.1.4.1 Niveau de la population hors risques
§ PAT.4 : risques majeurs l'intérieur de l’EPT/NE et hors EPT/NE rapportée à la population totale

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 84


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

§ CT. 1.5.1 Biodiversité : nombre


d’espèces faunistiques et
floristiques caractérisées selon les § RA.1.5.1 Nombre de projets de protection
niveaux de rareté et de menace et de mise en valeur des patrimoines naturels § RT.1.5.1 Evolution du nombre des
par types d’écosystèmes de et culturels / montants investis / montant espèces faisant l’objet d’opérations de
l’EPT/NE. moyen des projets protection

§ CT. 1.5.2 nombre d’aires § RA.1.5.2 Nombre de zones protégées mises § RT.1.5.2 Evolution du nombre
protégées au niveau de l’EPT/NE. en place. Surfaces couvertes par ces zones. d’espèces menacées

§ PAT 5 : patrimoine naturel,


§ CT. 1.5.3 superficie des aires
culturel et paysages
protégées rapporté à la superficie § RA.1.5.3 Nombre de mesures de protection
totale de l’EPT/NE. prises pour les espèces rares ou menacées § inventaires réalisés

§ CT. 1.5.4 superficie des espaces


sensibles (zones humides, espaces § RA.1.5.4 Nombre d’opérations de § RT.1.5.3 Evolution du nombre et de la
forestiers, etc.) de l’EPT/NE classement et de protection de sites culturels superficie des Aires Protégées

§ CT. 1.5.5 inventaire de sites § RT.1.5.4 Evolution de la surface des


culturels classés selon les types de § RA.1.5.5 Nombre d’inventaire réalisés, en zones humides (sebkhas) et du couvert
classement (UNESCO, national…). cours et projetés forestier

§ CT. 1.5.6 nombre d’équipements


et d’évènements culturels mettant
en valeur le patrimoine (matériel § RT.1.5.5 Evolution du territoire couvert
ou immatériel) par les inventaires patrimoniaux

§ IP.1.5.1 limitation de la destruction des


patrimoines naturels et culturels mesurée à
travers l’évolution de quelques sites
emblématiques de l’EPT/NE.

§ CT. 1.5.7 Inventaire des § RT.1.5.6 Evolution du nombre des sites


ressources patrimoniales classés

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 85


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

SEPT NORD EST « DE CHAQUE TERRITOIRE SEON SES CAPACITES A CHAQUE TERRITOIRE SELON SES BESOINS »
Ligne directrice 2 : Créer les dynamiques du rééquilibrage territorial
intitulé Contexte Réalisation Résultat Impact
§ CT. 2.6.1 Part de la population § RA.2.6.1 montants des dépenses publiques
des wilayas littorales rapportée à la spécifiquement consacrés au freinage du § RT.2.6.1 Evolution du solde migratoire § IP.2.6.1 Evolution des parts relatives de la
population totale de l’EPT/NE, part littoral et à l’équilibrage du Tell, part relative entre les deux grandes zones:les wilayas population entre les deux grandes zones: les
relative entre wilayas du littoral et entre wilayas du littoral et wilayas de du littoral et les wilayas de l'intérieur de wilayas du littoral et les wilayas de l'intérieur de
wilayas de l'intérieur de l’EPT/NE l'intérieur de l’EPT/NE. l’EPT/NE l’EPT/NE

§ CT. 2.6.2 Part des emplois des


wilayas littorales rapportée au
nombre d’emplois totaux, part § RA.2.6.2 Montant des projets hydrauliques § RT.2.6.2 Evolution de la part relative
relative entre wilayas du littoral et (total wilayas du Nord et part relative entre des emplois entre les wilayas du littoral
reste de l’EPT/NE wilayas du littoral été le reste de l’EPT/NE E) et le reste de l’EPT/NE

§ CT. 2.6.3 Nombre de création


d’entreprises dans les wilayas
littorales rapporté au nombre total
de création d’entreprises de la § RT.2.6.3 Evolution du volume des
RNE, part relative entre wilayas du § RA.2.6.3 volumes d’eau supplémentaires transferts dans la ressource en eau des
littoral et reste de l’EPT/NE transférés des wilayas de l’EPT/NE vers les HP wilayas de l’EPT/NE

§ CT. 2.6.4 Part du solde


migratoire dans la croissance des § RT.2.6.4 Evolution de la part relative du
wilayas du littoral, part relative nombre d’établissements industriels
entre wilayas du littoral et reste de entre wilayas du littoral et reste de
§ PAT 6 : le freinage de la
l’EPT/NE § Montant des projets routiers l’EPT/NE
littoralisation et l’équilibrage du

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 86


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

Tell § CT. 2.6.5 Part des établissements


industriels des wilayas littorales
rapportée au nombre
d’établissements total, de la RNE § RT.2.6.5 Evolution de la part relative
part relative entre wilayas du § RA.2.6.4 kilomètres de routes/autoroutes des surfaces irriguées dans la SAU entre
littoral et reste de l’EPT/NE créés dans de l’EPT/NE wilayas du littoral et reste de l’EPT/NE

§ CT. 2.6.6 Surfaces des zones


industrielles et zones d’activité des
wilayas littorales rapportée aux § RT.2.6.6 Evolution de la part relative
surfaces totales, part relative entre des surfaces de zones industrielles et
wilayas du littoral et reste de d’activité entre wilayas du littoral et reste
l’EPT/NE § RA.2.6.5 Montant des projets d’irrigation de l’EPT/NE

§ RT.2.6.7 Evolution de la part relative du


montant des aides à la création
§ CT. 2.6.7 Volume des transferts § surfaces de périmètres irrigués créées dans d’entreprise entre wilayas du littoral et
de l’EPT/NE vers les Hauts-Plateaux l’EPT/NE reste de l’EPT/NE

§ RT.2.6.8 Evolution de la part relative


des capacités d’accueil des universités
§ RA.2.6.6 Montant des aides relatives à la entre wilayas du littoral et reste de
création de zones industrielles et d’activité l’EPT/NE

§ RT.2.6.9 Evolution de la part relative du


§ RA.2.6.7 surface de zones industrielles et nombre de postes de chercheurs entre
d’activité dans l’EPT/NE les wilayas du littoral et reste de l’EPT/NE

§ RA.2.6.8 Montant des aides à la création


d’entreprise

§ RA.2.6.9 nombre d’entreprises soutenues

§ RA.2.6.10 Montant des projets


universitaires

§ RA.2.6.11 capacité supplémentaires


d’accueil des universités (nombre d’étudiant)
dans les wilayas du littoral et du Nord

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 87


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

§ RA.2.6.12 Nombre de postes de chercheurs


créés dans les wilayas du littoral et du Nord

§ RA.2.9.1 Nombre de projets de


§ CT. 2.9.1 Nombre délocalisation de l’EPT/NE vers les Hauts § RT.2.9.1 part des emplois délocalisés
d’établissements potentiellement Plateaux Est et le Sud Est et entre les wilayas dans les emplois totaux entre wilayas du
délocalisables de la l’EPT/NE du littoral et reste de l’EPT/NE littoral et reste de l’EPT/NE

§ CT. 2.9.2 Nombre de services


administratifs potentiellement § RT.2.9.2 répartition entre emplois
délocalisables de la métropole délocalisés administratifs de la métropole
Alger et entre wilayas du littoral et § RA.2.9.2 nombre d’emploi concernés par Alger et entre les wilayas du littoral et
reste de l’EPT/NE ces projets reste de l’EPT/NE

§ CT. 2.9.3 Nombre § RT.2.9.3 part des emplois délocalisés


d’établissements déjà délocalisés dans la croissance totale des emplois
entre les wilayas du littoral et reste § RA.2.9.3 répartition entre établissements entre les wilayas du littoral et reste de
de l’EPT/NE industriels et services administratifs l’EPT/NE
§ PAT 9 : la délocalisation des
activités et la déconcentration § CT. 2.9.4 Nombre de services
administrative administratifs déjà délocalisés §

§ PAT 10 : un système urbain § CT. 2.10.1 Hiérarchisation des


hiérarchisé et articulé principales villes de l’armature
urbaine selon : la population (rang-
taille), nombre d’emplois, nombre
d’emploi dans les services
supérieurs. Identification des villes
relevant des différentes catégories
du SNAT (métropoles, villes relais
du Tell, villes d’équilibre des HP,
villes relais des HP, pôles de § RA.2.10.1 Montant et nombre des projets § RT.2.10.1 Evolution de la population § IP.2.10.1 Evolution des surfaces de bureaux
développement du Sud, villes confortant les différentes catégories de villes des différentes composantes du système construites par le secteur privé dans les
nouvelles). du SNAT au niveau de l’EPT/NE urbain défini par le SEPT NE différentes catégories de villes de l’EPT/NE

§ CT. 2.10.2 Répartition sectorielle § IP.2.10.2 Evolution des surfaces


des emplois dans les principales § RA.2.10.2 Nombre de délocalisations par commerciales construites par le secteur privé
villes de l’armature urbaine de catégories de villes et nombre d’emplois § RT.2.10.2 Evolution de la part des dans les différentes catégories de villes de
l’EPT/NE concernés Au niveau de l’EPT/NE emplois l’EPT/NE

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 88


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

§ RA.2.10.3 Nombre de création


d’équipements publics structurants / montant § RT.2.10.3 Evolution de la part des
selon les catégories de ville secteurs d’activité

§ RA.2.10.4 surface de zones industrielles et


d’activité dans les dans les différentes § RT.2.10.4 Evolution de la part des
catégories de villes / montant des projets emplois supérieurs

§ RA.2.10.5 nombre d’entreprises soutenues


dans les différentes catégories de villes de
l’EPT/NE / montant des projets

§ RA.2.10.6 capacité supplémentaires


d’accueil des universités (nombre d’étudiant)
dans les différentes catégories de villes de
l’EPT/NE / montant des projets

§ RA.2.10.7 Nombre de postes de chercheurs


créés dans les différentes catégories de villes
de l’EPT/NE / montant des projets

SEPT NORD EST « DE CHAQUE TERRITOIRE SEON SES CAPACITES A CHAQUE TERRITOIRE SELON SES BESOINS »

Ligne directrice 3 : Créer les conditions de l’attractivité et de la compétitivité des territoires


intitulé Contexte Réalisation Résultat Impact
§ PAT 11 : Modernisation et § IP.3.11.1 Indicateur d’accessibilité : nombre
maillage des infrastructures de § CT. 3.11.1 linéaire routier par d’habitants situés à moins de 50 kilomètres
transport, de logistique et de types de routes (autoroutes, § RT.3.11.1 Evolution du trafic routier d’une sortie d’autoroute, nombre d’habitants
communication nationales, voies express, § RA.3.11.1 Linéaire routier créé par types de par type de routes, par type d’usagers situés à moins de 50 kilomètres d’une gare
wilayales) routes – montant des investissements (PL/VL) et par axes voyageur

§ IP.3.11.2 Indicateur de performance des


§ RA.3.11.2 Linéaire routier mis à niveau par § RT.3.11.2 Evolution du trafic ferroviaire principaux ports : évolution des ports de la RNE
§ CT. 3.11.2 état des routes par types de routes – montant des par type de voie, par type de trafic en rang et en taille parmi les ports algériens et
types de routes investissements (voyageur/marchandise) et par axe parmi les ports méditerranéens

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 89


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

§ CT. 3.11.3 trafic moyen et niveau § IP.3.11.3 Indicateur de performance des


de congestion (trafic rapporté à la principaux aéroports : évolution des aéroports
capacité) par axes (autoroutes, § RA.3.11.3 Linéaire ferroviaire créé par types § RT.3.11.3 Evolution du trafic portuaire de la RNE en rang et en taille parmi les ports
nationales). de voies– montant des investissements par type de trafic et par port algériens et méditerranéens

§ IP.3.11.4 Indicateur d’ouverture : évolution


§ CT. 3.11.4 linéaire ferroviaire par § RA.3.11.4 Linéaire ferroviaire mis à niveau § RT.3.11.4 Evolution du trafic du nombre de liaisons aériennes internationales
types de voies (UIC/métrique, par types de voies – montant des aéroportuaire par type de trafic et par par grandes régions mondiales (Amérique du
électrifiée…) et par axes investissements type d’aéroport Nord, Extrême Orient etc.)

§ RA.3.11.5 capacités créés par types de ports


(linéaire de quais, équipement et entreposage § RT.3.11.5 Evolution des tonnages par § IP.3.11.5 indicateur de performance du
créés et/ou améliorés) – montant des type traités par les plateformes réseau de télécommunication par rapport aux
§ CT. 3.11.5 état des voies ferrées investissements logistiques normes internationales

§ CT. 3.11.6 état des trafics


(marchandise et voyageur) et § RA.3.11.6 capacités créées par catégories § RT.3.11.6 Evolution du nombre
niveau de congestion des axes d’aérodromes (pistes et équipements) – d’abonnés aux différents services de § IP.3.11.6 indice de performance logistique
(trafic rapporté à la capacité) montant des investissements communication (source : Banque Mondiale)

§ CT. 3.11.7 linéaire de quai par


type de ports (commerce, pêche, § RA.3.11.7 nombre et capacité des
voyageur, plaisance) et type de plateformes logistiques créées par type § RT.3.11.7 Evolution des charges des
trafic (vrac liquide, vrac solide, d’accessibilité modal – montant des infrastructures d’énergie et du nombre
conteneur, roulier, voyageur etc.) investissements d’utilisateurs finaux aux réseaux.

§ CT. 3.11.8 état des


infrastructures et niveau § RA.3.11.8 capacités de communication
d’équipement portuaires par type créées (infrastructures et équipements) –
de ports et type de trafic montant des investissements

§ RA.3.11.9 linéaire d’infrastructures


énergétiques créé par type (électricité,
hydrocarbures etc.) et catégorie
§ CT. 3.11.9 capacités d’équipements (capacité et type d’utilisateur
d’entreposage par types de trafics final) – montant des investissements

§ CT. 3.11.10 trafics portuaires par


B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural)
type et niveau de congestion
90
BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

(trafics rapporté aux capacités)

§ CT. 3.11.11 nombre de pistes par


classe d’aérodromes

§ CT. 3.11.12 état des


infrastructures et niveau
d’équipement par classe
d’aérodromes

§ CT. 3.11.13 trafics


aéroportuaires par type
(voyageur/fret), nombre de lignes
régulières, nombre de liaison

§ CT. 3.11.14 niveau de congestion


des aérodromes par classe (trafics
rapporté aux capacités)

§ CT. 3.11.15 nombre et capacité


des plateformes logistiques en
précisant le niveau d’accessibilité
modale

§ CT. 3.11.16 linéaire


d’infrastructures de
communication et nombre
d’équipements par types (réseau
filaire, câble etc.)

§ CT. 3.11.17 nombre


d’équipements et d’abonnés par
type rapporté par habitants

§ CT. 3.11.18 usage des


équipements par type et niveau de
congestion (usage rapporté aux
capacités).

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 91


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

§ CT. 3.11.19 linéaire


d’infrastructures énergétiques par
type (électricité, hydrocarbures
etc.) et catégorie d’équipements
(capacité et type d’utilisateur final)

§ CT. 3.11.20 niveau d’accès et


d’équipement par habitant

§ PAT 12 : le processus de § RA.3.12.1 nombre du poste de chercheurs


métropolisation de l’EPT N.Est publics créés dans les aires métropolitaines /
§ CT. 3.12.2 Masse et évolution de nombre de postes de chercheurs privés
la population des aires soutenus par fonds publics créés dans les aires § RT.3.12.1 Nombre de brevets déposés § IP.3.11.1 Accroissement du nombre d’emplois
métropolitaines de l’EPT/NE métropolitaines (résultants recherche publique ou privé) tertiaires supérieurs

§ CT. 3.12.2 Evolution relative de § RA.3.12.2 Nombre et montant des


la part de la population équipements de niveau national /
métropolitaine par rapport à la international créés ou soutenus par fonds § IP.3.11.2 Accroissement des capacités de
région pour chaque aire publics (hôtels, palais des congrès, centre § RT.3.12.2 Nombre de nuitées services nationaux et internationaux (surfaces /
métropolitaine de l’EPT/NE d’expositions, aéroport etc.) nationales / internationales emplois)

§ CT. 3.12.3 niveau et évolution


des services supérieurs non
administratifs dans les aires
métropolitaines de l’EPT/NE (en § RA.3.12.3 Montant des mesures incitatives § IP.3.12.3 Montant et évolution des
identifiant recherche - publiques appuyant le développement des § RT.3.12.3 Nombre de jours de congrès investissements nationaux / internationaux
développement) fonctions nationales / internationales nationaux / internationaux dans les aires métropolitaines

§ RA.3.12.4 Montant des investissements


publics dans les fonctions métropolitaines
§ CT. 3.12.4 niveau et évolution supérieures (cycles supérieurs des universités, § IP.3.11.4 Accroissement du nombre de
des services privés supérieurs dans équipements hospitaliers spécialisés, § RT.3.12.4 Fréquentation des salons passagers nationaux / internationaux dans les
les aires métropolitaines équipements culturels etc.) nationaux / internationaux aéroports des aires métropolitaines

§ CT. 3.12.5 niveau et évolution


des services internationaux dans § IP.3.11.5 Accroissement de la fréquentation
les aires métropolitaines des manifestations nationales / internationales

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 92


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

§ CT. 3.12.6 nombre et évolution


de chambres d’hôtels de niveau § IP.3.11.6 Montant et évolution des imports /
international exports

§ CT. 3.12.7 nombre et évolution


des jours de congrès
internationaux

§ CT. 3.12.8 nombre et évolution


des lignes aériennes directes avec
l’étranger

§ RA.3.13.1 Montant des investissements


publics appuyant la réalisation des PA et les
ZIDI par types d’intervention : postes de
§ CT. 3.13.1 nombre d’emploi dans chercheur, incubateurs, équipements, § IP.3.13.1 accroissement du chiffre d’affaire
la recherche dans le PA et les ZIDI bâtiments et infrastructures, opérations de § RT.3.13.1 nombre de brevets déposés des entreprises PA et les ZIDI de l’EPT/NE / dont
de l’EPT/NE promotion etc.) dans le PA et les ZIDI de l’EPT/NE celles qui ont conclu partenariat
§ PAT 13 : Les Pôles d’attractivités
PA – PAR
§ CT. 3.13.2 nombre et évolution § RT.3.13.2 nombre d’étudiants des
des entreprises / des emplois du § RA.3.13.2 nombre de partenariats universités le PA et les ZIDI de l’EPT/NE
Les ZIDI
PA intervenant dans le secteur de entreprises – université conclus - centres de embauchés dans les entreprises le PA et § IP.3.13.2 Evolution des exportations réalisées
recherche PA et les ZIDI recherches les ZIDI de l’EPT/NE par les entreprises du PA et les ZIDI de l’EPT/NE

§ CT. 3.13.2 nombre de brevets


déposés dans le secteur de RA. 3.13.3 ratio R&D/investissement par
recherche considéré branche

CT. 3.134.3 nombre d'emplois dans § RT.3.13.4 Nombre de chercheurs


l'activité dominante le PA et les RA. 3.13.4 ratio formation/investissement par impliqués dans des partenariats
ZIDI branche université / entreprises

§ non mesurable § non mesurable § non mesurable

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 93


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

§ PAT 14 : Les Espaces de


Croissance

L’organisation de nouvelles
relations de l’EPT N.Est avec les
espaces voisins

§ PAT 15 : Le développement § CT. 3.15.1 : estimation des


local potentiels des territoires locaux au
niveau wilayal dans les domaines
du développement local :
ressources naturelles, ressources
humaines, équipements et § RT.3.15.1 : indicateurs de résultats liés § IP.3.15.1 : évolution brute des emplois par
services, accessibilité. à la nature des opérations financées. wilaya/daïra

§ Par exemple : niveau de


population, nombre d’emplois,
emplois par secteurs, nombre
d’entreprises, qualification des § RT.3.15.2 : montant des
ressources humaines, linéaire de § RA.3.15.2 : montant des investissements investissements réalisés suite à des § IP.3.15.2 : évolution du ratio de diffusion
routes (RN, RW) rapporté à la publics ayant une affectation territoriale mesures incitatives publiques / nombre territoriale de l’emploi (% emploi au chef lieu /
surface (niveau wilayal, niveau infra-wilayal) d’emplois créés emploi total)

§ CT. 3.15.1 : évaluation par wilaya


du niveau de
concentration/diffusion du
développement : ratio population
au chef lieu / population totale,
ratio emploi au chef lieu / emploi § RA.3.15.3 : montant des mesures incitatives § RT.3.15.3 : nombre d’emploi créés et
total, ratio entreprises au chef lieu publiques pour l’investissement dans des maintenus au niveau wilayal et infra-
/ nombre d’entreprises total etc. territoires donnés wilayal par les interventions publiques

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 94


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

§ RA.3.15.4 : ratio d’investissements publics Mesure de la capillarité de la croissance


dans le chef lieu de wilaya rapporté au niveau économique et du développement plus général
d’investissement total dans la wilaya § dans l’ensemble des territoires

Mesure des capacités endogènes des territoires

Mesure de la diffusion territoriale de


l’investissement public

§ CT. 3.16.1 Indice d’extraversion :


montant des exportations et des § RA.3.16.1 : montant des investissements § IP.3.16.1 réduction du différentiel de
importations rapporté au PIB de dans les infrastructures portuaires et croissance des zones frontalières par rapport au
l’EPT/NE aéroportuaires aux fonctions internationales § RT.3.16.1 reste de l’EPT/NE

§ RT.3.16.2 : montant des


§ CT. 3.16.2 montant des IDE sur investissements réalisés suite à des
l’investissement total de l’EPT/NE § RA.3.16.2 : montant des investissements mesures incitatives publiques / nombre § IP.3.16.2 Accroissement des échanges
et par wilaya publics dans les territoires frontaliers d’emplois créés frontaliers

§ CT. 3.16.3 nombre et évolution


des liaisons aériennes / maritimes § RA.3.16.3 : montant des mesures incitatives § RT.3.16.3 : nombre d’emploi créés et
internationales et de leur publiques pour l’investissement dans les maintenus par les interventions § IP.3. 16.3 Accroissement des capacités de
fréquentation / tonnage territoires frontaliers publiques dans les territoires frontaliers services internationaux (surfaces / emplois)

§ CT. 3.16.4 Niveau et évolution § RA.3.16.3 : investissements en matière de


des trafics routiers aux postes formation liés aux compétences § IP.3. 16.4 Montant et évolution des
frontières / dont trafics internationales (instituts des affaires § RT.3.16.4 Nombre de nuitées investissements internationaux dans les aires
transfrontaliers internationales) nationales / internationales métropolitaines
§ PAT 16 : Ouverture des
territoires à l’international § RA.3.16.3 Nombre et montant des § IP.3. 16.5 Accroissement du nombre de
§ CT. 3.16.5 niveau et évolution équipements de niveau international créés ou passagers internationaux / tonnages de
des flux entrants d’étranger / des soutenus par fonds publics (hôtels, palais des § RT.3.16.5 Nombre de jours de congrès marchandises internationales dans les ports /
flux sortants de nationaux congrès, centre d’expositions, aéroport etc.) nationaux / internationaux aéroports

§ CT. 3.16.6 Niveau de § RA.3.16.4 Montant des mesures incitatives


développement des zones publiques appuyant le développement des § RT.3.16.6 Fréquentation des salons § IP.3. 16.6 Accroissement de la fréquentation
frontalières fonctions internationales nationaux / internationaux des manifestations internationales

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 95


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

§ CT. 3.16.7 mesure du différentiel


de croissance des zones
frontalières rapportées au reste du
territoire de l’EPT/NE § IP.3. 16.7 Evolution des imports / exports

§ IP.3. 16.8 Accroissement des IDE

SEPT NORD EST « DE CHAQUE TERRITOIRE SEON SES CAPACITES A CHAQUE TERRITOIRE SELON SES BESOINS »

Ligne directrice 4 : Réaliser l’équité territoriale


intitulé Contexte Réalisation Résultat Impact
§ CT. 3.18.1 Part de l’habitat § RT.3.18.1 Accroissement du nombre de
§ PAT 18 : Le renouvellement insalubre / précaire rapporté à § RA.3.18.1 : Investissements dans l’extension logements raccordés aux réseaux AEP / § IP.4.18.1 Diminution de la prévalence des
urbain et la politique de la ville l’habitat total / modernisation des réseaux AEP / eaux usées eaux usées maladies liées aux pollutions urbaines

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 96


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

§ IP.4.18.2 Amélioration de la qualité et du


§ CT. 3.18.2 Part de l’habitat § RA.3.18.2 : Investissements dans la collecte § RT.3.18.2 accroissement des cadre de vie urbain (accroissement du nombre
précaire rapporté à l’habitat total et le traitement des déchets populations urbaines mises hors risque de m² d’espaces verts par habitants)

§ CT. 3.18.3 Part des logements § RA.3.18.3 : Investissements dans


raccordés aux réseaux AEP / eaux l’équipement des zones d’urbanisation § RT.3.18.3 Diminution de taux
usées informelles d’occupation de logement §

§ CT. 3.18.4 Part des logements § RA.3.18.4 : Investissements dans les § RA.3.18.4 : amélioration du confort des
sur-occupés par rapport au total opérations d’éradication de l’habitat insalubre logements

§ CT. 3.18.5 Capacité d’épuration § RA.3.18.5 : nombre de logements § RA.3.18.5 : accroissement de la part
rapportée à la population totale réhabilités des logements réhabilités

§ CT. 3.18.6 Proportion des


habitants dont les déchets sont § RA.3.18.6 : investissements dans la § RA.3.18.6 : Accroissement des
collectés valorisation et la mise en valeur du patrimoine périmètres de sauvegarde urbains

§ CT. 3.18.7 Part des urbains sous § RA.3.18.7 : investissements en matière de


le seuil de pauvreté prévention des risques

§ CT. 3.18.8 nombre de m² § RA.3.18.8 : investissements dans les espaces


d’espaces verts par habitants publics / espaces verts

§ CT. 3.18.9 nombre d’habitants § RA.3.18.9 : investissements dans la mobilité


résidant dans des zones de risque urbaine

§ CT. 3.19.1 : part des ruraux § RT.3.19.1 : accroissement de la part de


§ PAT 19 : la revitalisation rurale raccordés aux réseaux AEP et § RA.3.19.1 : investissements dans les la population rurale disposant § IP.4.19.1 : maintien de la population des
rural électricité équipements de base en zone rurale d’équipements de base zones rurales

§ CT. 3.19.2 : part de la population § RT.3.19.2 : accroissement de la part de § IP.4.19.2 : diversification des bases
rurale vivant sous le seuil de § RA.3.19.2 : investissements dans les réseaux la population rurale raccordée aux productives rurales (accroissement des activités
pauvreté AEP / électricité réseaux AEP / électricité non-agricoles).

§ CT. 3.19.3 : part de la population § RT.3.19.3 : accroissement de la part de


rurale disposant des équipements § RA.3.19.3 : investissements dans la population rurale desservie par les
de base l’accessibilité et les transports en zone rurale transports

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 97


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

§ RT.3.19.4 : accroissement de la part de


§ CT. 3.19.4 : part de la population § RA.3.19.4 : investissements dans les la population rurale vivant dans un
rurale desservie par les transports logements en zone rurale (construction, logement aux normes sanitaires et de
collectifs réhabilitation) confort

§ CT. 3.19.5 : part des activités § RA.3.19.5 : montant des investissements /


non-agricoles dans l’emploi total incitations / dans les activités agricoles en § RT.3.19.5 : amélioration de la
dans les zones rurales zone rurale productivité agricole des zones rurales

§ RA.3.19.6 : montant des mesures


§ Par des logements insalubres / investissements / incitations / au
sur occupés / précaires en zone développement des activités non-agricoles en
rurale zone rurale

§ CT. 3.20.1 : part de la population § RT.3.20.1 : accroissement de la part de


des zones à handicap vivant sous le § RA.3.20.1 : investissements dans les la population disposant d’équipements
seuil de pauvreté équipements de base en zones à handicap de base

§ CT. 3.20.2 : part des populations § RT.3.20.2 : accroissement de la part de


des zones à handicap raccordées § RA.3.20.2 : investissements dans les réseaux la population raccordée aux réseaux AEP
aux réseaux AEP et électricité AEP / électricité en zones à handicap / électricité

§ CT. 3.20.3 : part de la population § RA.3.20.3 : investissements dans


des zones à handicap disposant des l’accessibilité et les transports en zones à § RT.3.20.3 : accroissement de la part de
équipements de base handicap la population desservie par les transports

§ PAT 20 : Le rattrapage et la mise § CT. 3.20.4 : part de la population § RA.3.20.4 : investissements dans les § RT.3.20.4 : accroissement de la part de
à niveau zones à handicap des zones à handicap desservie par logements en zones à handicap (construction, la population vivant dans un logement
les transports collectifs réhabilitation) aux normes sanitaires et de confort

§ CT. 3.20.5 : niveau de chômage § RA.3.20.5 : montant des investissements /


des populations des zones à incitations / dans les activités économiques en § RT.3.20.5 : accroissement du PIB des
handicap zone zones à handicap zones à handicap

§ CT. 3.20.5 : taux de chomage de RT.3.20.6 variation du taux de chomage


long terme des zones à handicap de long terme

RT.3.20.7 variation du taux d'activité (en § Diminution des territoires classés comme
CT. 3.20.6: Part des logements distingant les femmes) zones à handicap
insalubres / sur occupés / précaires
B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 98
BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

en zones à handicap

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 99


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

7.3. LA COLLECTE DES DONNEES

Sous l’égide de la Délégation chargée de l’animation l’EPT/Nord-Est et des Directions de


la Planification et de l’Aménagement du Territoire DPAT des wilayas (pour les niveaux
wilaya Daïra et commune) devra s’organiser le système d’information qui aura pour
objectif de renseigner le tableau de bord. Pour qu’il soit efficient, le tableau de bord doit
être approprié par les acteurs de l’EPT/Nord-Es et des wilayas concernées ; le rôle du
Wali est primordial. Des formations devront être organisées pour familiariser les
institutions et les organismes chargés de la collecte de l’information.

Les collectivités et les administrations déconcentrées suivantes sont concernées :

- Les services déconcentrés du ministère des finances (trésor public, direction des
Impôts) ;
- les travaux publics ;
- les ressources hydriques
- L’agriculture et développement rural
- L’environnement ; le tourisme
- L’éducation nationale ;
- l’enseignement supérieur ;
- Le travail et la formation professionnelle ;
- Les affaires sociales ;
- L’industrie ;
- les mines - l’énergie ;
- Les transports et les télécommunications ;
- Habitat et urbanisme et construction ;
- Les chambres de commerce et d’industrie ;
- Les chambres de l’agriculture
- Les guichets uniques décentralisés de l’ANDI
Par ailleurs, la fourniture d’informations suppose un travail ; elle implique donc des coûts et
une ligne budgétaire.

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 100


BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

7.4. LE TRAITEMENT ET LE SYSTEME DE SUIVI – EVALUATION DES DONNEES

Le système de suivi-évaluation sera mis au point en utilisant les techniques du SIG : ce


système aura pour but (i) d’orienter les actions des principaux opérateurs, (ii) de vérifier la
cohérence et l’adéquation des initiatives sectorielles ou spatiales et, enfin, (iii) d’alerter en
temps opportun les décideurs en cas d’infléchissement inconsidéré de certaines tendances.
Ce document s’apparente à un outil de gestion du SEPT/Nord-Est et devra permettre une
mise à jour aisée des données et indicateurs qui le composeront.

Le traitement de l’information s’effectuera au niveau de La Direction de la Planification et de


l’Aménagement du Territoire qui est, de par son statut, l’institution responsable de la
production des statistiques au niveau local. C’est elle qui prépare, supervise et traite les
données du recensement général de la population et de l’habitat (RGPH). C’est également la
DPAT qui élabore les différentes statistiques sociales et économiques de la wilaya. C’est
elle, enfin, qui suit les projets de développement de la wilaya. Pour que les DPAT puissent
accomplir efficacement toutes ces taches y compris le tableau de bord SEPT/Nord-Est, elles
devront disposer des moyens humains et matériels nécessaires pour mener à bien ses
missions. Les cadres des DPAT doivent bénéficier d’une formation dans les domaines de
l’aménagement du territoire (développement local et développement régional), de
l’ingénierie territoriale, des SIG, de l’analyse des données statistiques (analyse
discriminantes, analyse en composantes principales, analyse factorielle etc.)

La responsabilité de l’analyse, de l’interprétation des résultats et de l’élaboration des


rapports ainsi que des documents de synthèses sera confiée à un comité ad hoc composé
des DPAT de l’EPT/Nord-Est. Le comité ad hoc présentera, en session plénière, leurs
analyses et évaluation au MICL, au MATE et aux walis de SEPT/Nord-Est.

Ainsi établi, le tableau de bord donnera aux principaux responsables et acteurs de la


SEPT/Nord-Est, les informations, les analyses les évaluations et les expertises nécessaires
pour mettre en place les outils d’aide à la décision qu’il faudra prévoir, outils fondés sur les
concepts de l’ingénierie territoriale, de veille territoriale, veille stratégique, veille sociale ;
enfin les instruments permettant de viser une stratégie d’intelligence territoriale.
L'intelligence territoriale est généralement définie comme « la capacité qu'a un territoire à
B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 101
BRL ingénierie
Schéma d’Aménagement de l’EPT Nord-Est 2025 - Rapport de synthèse

anticiper les changements (changements entendus comme : distorsions, ruptures,


croissances, systèmes d’alerte etc. géographiques, environnementaux et socio-
économiques d'une part et à gérer les connaissances qui en découlent d'autre part (donc
tableau de bord d’aide à la décision), en vue de générer des politique de réponses
adéquates, des savoir-faire et des innovations qui in fine en feront un centre de
compétences ou un élément clé de la compétitivité des territoires et des entreprises qui y
sont établies ».

« En d'autres termes, l'intelligence territoriale est la transposition au niveau d'un territoire


donné des avantages que retirent les entreprises des concepts d'intelligence économique,
de la veille technologique, du transfert technologique et d'activités de R&D, avec toutes les
conséquences que cela suppose en termes de management, de prise de décision, de
planification et de mise en œuvre des décisions ».

« En d'autres termes, l'intelligence territoriale est la transposition au niveau d'un territoire


donné des avantages que retirent les entreprises des concepts d'intelligence économique, de
la veille technologique, du transfert technologique et d'activités de RDT, avec toutes les
conséquences que cela suppose en termes de management, de prise de décision, de
planification et de mise en oeuvre des décisions ».

B N E D E R (Bureau National d’Etudes pour le Développement Rural) 102


BRL ingénierie