Você está na página 1de 68

 

 
 
 
2008‐2009 

Notes de cours hydraulique et 
pneumatique

Elaboré par : Ben Saïd Lotfi
 
 
 
 
Première année Licence en Génie 
Mécanique Semestre 2 
Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gabès

DEPARTEMENT GENIE MECANIQUE

Plan de cours
MATIERE OPTION:

HYDRAULIQUE ET PNEUMATIQUE

Niveau : LM1 semestre 2

2008/2009
Cours hydraulique et pneumatique

Profil : Mécanique Options : Tous


Niveau : LM1 Nombre d’heures : 22,5 h cours intégré
Pré requis : NIVEAU BAC Matière : Hydrauliques et pneumatiques
But du cours : Acquérir des connaissances sur :

• Les technologies des systèmes hydrauliques et pneumatiques.


• La conception des installations hydrauliques et pneumatiques.
Objectifs généreux Conditions de réalisation de la performance Critères d’évaluation de la performance

A partir des notions présentées à l’étudiant, celui ci doit comprendre :


¦ OG1- Acquérir des connaissances générales
- la structure d’un circuit hydraulique.
sur l’hydraulique.
- les régimes d’écoulement dans des tels circuits et les notions de perte de
charge.
¦ OG2 : Développer chez l’étudiant La maîtrise A partir des notes de cours et les travaux pratiques, l'étudiant devra être

des technologies des circuits hydrauliques de capable de :


- Reconnaître la technologie des composants hydrauliques et
transmission de puissance ainsi que les - 90% des notions doivent être connues.
pneumatique (organes de transmissions de puissance, récepteurs ou
circuits de transport des liquides - Choix convenable des composants lors de
actionneurs, appareils de distribution et de régulation…).
- Concevoir et réaliser, à partir d’un cahier de charge, une installation la conception d’une installation.
hydraulique ou pneumatique (travaux Dirigés). - Réussir à 80% des applications et des
¦ OG3 : Initier les connaissances sur les A partir des notes de cours, l'étudiant devra être capable de : exercices.
installations pneumatiques - Comprendre les installations de production d’air comprimé.
- Reconnaître la technologie des composants pneumatiques
- Concevoir, à partir d’un cahier de charge, une installation
pneumatique.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 2


Cours hydraulique et pneumatique

Enoncé de l’objectif général : OG1 : Acquérir des connaissances générales sur l’hydraulique
Objectifs spécifiques Eléments du contenu Méthodologie Vs-moyens Durée (heures)
OS11 - Reconnaître la structure d’un circuit 1 - Introduction
hydraulique. 2 - Applications
3 - Généralités Exposé informel 3
4 - Transformations de l’énergie dans les installations +
Polycopies
hydrauliques
5 - Structure d’un circuit hydraulique
6 - Les circuits de transport de liquide
7 - Les circuits de transmission de puissance
Enoncé de l’objectif général : OG2 : Développer chez l’étudiant La maîtrise des technologies des circuits hydrauliques de transmission de puissance

Objectifs spécifiques Elément de contenu Méthodologie Vs-moyens Durée (heures)


OS21 - Identifier les différents types ainsi que les 1 - Définition

caractéristiques des pompes hydrauliques de 2 - Symbole


3 - Principe de fonctionnement
type volumétrique.
4 - Caractéristiques des pompes
OS22- Reconnaître le principe de
5 - Les différents types
fonctionnement, la technologie des pompes
• Les pompes à engrenages Exposé informel
hydraulique de type cinétique.
• Les pompes à palettes Diapositives (vidéo projecteur)
• Les pompes à piston 4
Polycopies
• Autres types.
Matériels didacticiels
6 - Pompe centrifuge
• Principe de fonctionnement
• Utilisation
• Caractéristiques d’une pompe centrifuge
• Installation d’une pompe centrifuge

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 3


Cours hydraulique et pneumatique

OS23 - Reconnaître le principe de 1 - Les vérins 2


fonctionnement, technologies des Vérins • Introduction Exposé informel

hydrauliques • Symboles Diapositives (vidéo projecteur)

OS24 - Reconnaître le principe de • Travail et rendement d’un vérin Polycopies


• Puissance d’un vérin Matériels didacticiels
fonctionnement, technologies des Moteurs
hydrauliques
TRAVAUX DIRIGES N°1 1.5
2 - Les moteurs hydrauliques
• Introduction 2
• Symboles
• Les différents types
• Caractéristiques des moteurs hydrauliques

Objectifs spécifiques Eléments du contenu Méthodologie Vs-moyens Durée (heures)


OS25- Identifier les différents organes 1- Clapet de non retour
intermédiaires d’un circuit hydraulique ou 2- Clapet limiteur de pression
pneumatique. 3- Valve réductrice de pression
4- Valve régulatrice de débit
Exposé informel
5- Valve de séquence
Diapositives (vidéo projecteur) 3
6- Accumulateurs hydrauliques
Polycopies
7- Les filtres
Matériels didacticiels
8 - Raccords pour canalisations hydrauliques
9 - Canalisations rigides
10 - Canalisations flexibles
11 - Distributeurs
TRAVAUX DIRIGES N°2

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 4


Cours hydraulique et pneumatique

Enoncé de l’objectif général : OG3 : Initier les connaissances sur les installations pneumatiques
OS31 - Analyser une installation de production et 1 - Utilisation de l’air comprimé
conditionnement d’air comprimé. 2 - Analyse d’une installation Exposé informel 3
OS32- Reconnaître la technologie des 3 - Bloc de conditionnement de l’air Diapositives (vidéo projecteur)
composants pneumatiques 4- Les compresseurs Polycopies
• Compresseur à pistons Matériels didacticiels
• Compresseur rotatif
• Compresseur centrifuge

Evaluation de l’apprentissage :
L’évaluation sera : - Formative durant chaque séance
- Sommative; (reste à déterminer par l’administration de l’ISET de Gabès selon le calendrier des devoirs surveillés et des examens)

Références bibliographiques :
C.ROUX – Hydraulique pratique – Ed PVC DUNOD J.FAISANDIER et Collaborateurs – Mécanismes hydrauliques et
pneumatiques – 8eme Edition 1999 - DUNOD.
A.CAVIN, H.GEEREE – Eléments hydrauliques Ed EYROLLES Michel Portelli – Technologie d’hydraulique Industrielle
J.FAISANDIER et Collaborateurs – Mécanismes hydrauliques R. DEBORDE, A.GEORJON - Maintenance des systèmes industriels –
HACHETTE Technique.
C.DUCOS – Recueils de schémas et de problèmes hydrauliques – J.FAISANDIER – Hydraulique et électro-hydraulique Ed DUNOD
Edition Techniques et documentation.
C.DUCOS – Automatismes oleo-hydrauliques et pneumatiques – Cours A.CHEVALIER – Guide du dessinateur industriel- Edition 2004 –

problèmes et schémas. HACHETTE Technique

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 5


Cours hydraulique et pneumatique

TABLE DES MATIERES


Chapitre 1 Généralités sur les circuits hydrauliques ................................................. 9
I - Introduction........................................................................................................... 10
II - Applications ......................................................................................................... 10
III - Généralités ......................................................................................................... 10
IV - Transformations de l’énergie dans les installations hydrauliques ..................... 10
V - Structure d’un circuit hydraulique ....................................................................... 11
VI - Les circuits de transport de liquide .................................................................... 12
VII - Les circuits de transmission de puissance ....................................................... 12

Chapitre 2: Les pompes ou générateurs de pression ............................................. 13


I - Définition............................................................................................................... 14
II - Symbole............................................................................................................... 14
III - Principe de fonctionnement................................................................................ 14
IV - Caractéristiques et calcul des pompes .............................................................. 15
V - Les différents types............................................................................................. 16
5.1- Les pompes à engrenages............................................................................ 16
5.1.1- Engrenage externe.............................................................................. 16
5.1.2- Engrenage interne............................................................................... 16
5.2- Les pompes à palettes .................................................................................. 17
5.2.1- Fonctionnement................................................................................... 17
5.2.2- Effet de l'excentricité ........................................................................... 17
5.3- Les pompes à pistons ................................................................................... 17
5.3.1- les pompes à pistons radiaux.............................................................. 17
5.3.2- les pompes à pistons axiaux ............................................................... 19
5.3.3- les pompes à pistons en ligne............................................................. 19
5.4- Autres types .................................................................................................. 19
5.4.1- les pompes à lobes ............................................................................. 19
5.4.2- les pompes à vis ................................................................................. 20
5.4.3- les pompes à cavité progressive......................................................... 20
V - Les pompes centrifuges...................................................................................... 20
6.1- Utilisation....................................................................................................... 21
6.2- Carctéristique d'une pompe centrifuge ......................................................... 21
6.3- Installation d'une pompe centrifuge .............................................................. 21

chapitre 4: Les recepteurs hydrauliques ................................................................. 23


I - Les vérins ............................................................................................................. 24
1.1- Introduction.................................................................................................... 24
1.2- Symboles....................................................................................................... 24
1.3- Effort developpé par le vérin ......................................................................... 25
1.4- Détermination des vitesses de sortie et de rentrée de la tige ....................... 25
1.5- Travail et rendement d'un vérin..................................................................... 25
1.6- Puissance d'un vérin ..................................................................................... 26
1.7- Puissance hydraulique .................................................................................. 26

Travaux dirigés N°1 .................................................................................................. 27


II - Les moteurs hydrauliques ................................................................................... 46
2.1- Introduction.................................................................................................... 46
2.2- Symboles....................................................................................................... 46
2.3- Les différents types ....................................................................................... 46
2.3.1- Les moteurs à engrenages ................................................................. 46
2.3.2- Les moteurs à pistons ......................................................................... 46
2.3.3- Les moteurs à palettes........................................................................ 47
2.4- Caractéristiques des moteurs hydrauliques.................................................. 47
2.4.1- Cylindrée ou volume par tour .............................................................. 47
2.4.2- Débit d'un moteur ................................................................................ 47
2.4.3- Rendement volumétrique .................................................................... 47

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 6


Cours hydraulique et pneumatique

2.4.4- Couple moteur..................................................................................... 47


Exercice d'application ............................................................................................... 48
2.5- Défaillance sur un moteur ............................................................................. 48
Exercice d'application ............................................................................................... 48
Chapitre 5: Les organes intermédiaires .................................................................. 50
1 - Clapet de non retour............................................................................................ 51
1.1- Role .............................................................................................................. 51
1.2- Clapet anti-retour simple .............................................................................. 51
1.3- Clapet anti-retour pilotée .............................................................................. 51
2 - Clapet limiteur de pression.................................................................................. 52
2.1- Role .............................................................................................................. 52
2.2- Limiteur à action directe ............................................................................... 52
2.3- Limiteur piloté ............................................................................................... 53
3- Valve reductrice de pression ................................................................................ 53
3.1- Role .............................................................................................................. 53
3.2- Fonctionnement............................................................................................ 54
3.3- Valve à commande directe........................................................................... 54
3.4- Valve à commande pilotée........................................................................... 54
4- Valve régulatrice de débit..................................................................................... 55
4.1- Role .............................................................................................................. 55
4.2- Valve régulatrice de débit non compensée .................................................. 55
4.3- Valve régulatrice de débit compensée ......................................................... 55
5- Valve de séquence............................................................................................... 55
5.1- Role .............................................................................................................. 55
6- Accumulateurs hydrauliques ................................................................................ 56
6.1- Role .............................................................................................................. 56
6.2- Symbole ....................................................................................................... 56
6.3- Les différents types ...................................................................................... 56
7- Les filtres .............................................................................................................. 57
7.1- Role .............................................................................................................. 57
7.2- Les différents types ...................................................................................... 57
8- Raccords pour canalisations hydrauliques........................................................... 58
8.1- Les différents types ...................................................................................... 58
9- Canalisations rigides ............................................................................................ 58
9.1- Cintrage........................................................................................................ 58
9.2- Montage ....................................................................................................... 59
10 - Canalisations flexibles....................................................................................... 59
10.1- Role ............................................................................................................ 59
10.2- Montage ..................................................................................................... 59
11- Distributeurs ....................................................................................................... 60
11.1- Fonction...................................................................................................... 60
11.2- Symbolisation ............................................................................................. 60
11.3- Principe de symbolisation .......................................................................... 60
11.4- Désignation des distributeurs..................................................................... 61
11.5- Choix d'un distributeur................................................................................ 63
Travaux dirigés N°2 .................................................................................................. 66
Chapitre 6: Production de l'air et conditionnement ................................................. 70
I - Utilisation de l'air comprimé ................................................................................. 71
II - Analyse d'une installation.................................................................................... 71
III - Bloc de conditionnement de l'air ........................................................................ 73
IV -Les compresseurs............................................................................................... 74
4.1- compresseurs à pistons ............................................................................... 74
4.2 - compresseurs rotatifs .................................................................................. 75
4.3 - compresseurs centrifuges ........................................................................... 76
IV - Maintenance ...................................................................................................... 76
5.1- Au niveau du compresseur .......................................................................... 76
5.2- Au niveau des tuyauteries............................................................................ 76
5.3- Au niveau du bloc de conditionnement ........................................................ 76
ANNEXE ................................................................................................................... 77
Comparaison entre les énergies .............................................................................. 78
Informations techniques ........................................................................................... 78

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 7


Cours hydraulique et pneumatique

Symboles .................................................................................................................. 79
Transmission de l'énergie et appareils de conditionnement ............................... 79
Transformation de l'énergie................................................................................. 80
Source de l'énergie.............................................................................................. 81
Organe de reglage de débit................................................................................. 81
Appareils complémentaires ................................................................................. 81
Organe de réglage de pression........................................................................... 82
Lexiques Français- Anglais - Allemand .................................................................... 82

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 8


Cours hydraulique et pneumatique

Chapitre 1 :

Généralités sur les circuits hydrauliques

• Objectifs spécifiques :
L’étudiant doit être capable de :
- Reconnaître la structure d’un circuit hydraulique.
- Identifier le principe de fonctionnement d’un tel circuit.

• Pré-requis :
- Niveau Bac

• Eléments du contenu :
1 - Introduction
2 - Applications
3 - Généralités
4 - Transformations de l’énergie dans les installations hydrauliques
5 - Structure d’un circuit hydraulique
6 - Les circuits de transport de liquide
7 - Les circuits de transmission de puissance

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 9


Cours hydraulique et pneumatique

Généralités sur les circuits hydrauliques

I. Introduction :
A la question de savoir "Qu'est-ce que l'hydraulique ?". La technique répond comme suit: Par
hydraulique, on comprend la transmission et la commande des forces et des mouvements par des
liquides.

II. Applications :
L’hydraulique est une énergie sous grande puissance ; possibilités de réglage, transformation aisée
des mouvements ont trouvé toute leur efficacité dans les divers domaines d’application :
- La construction des machines outils.
- Les presses (presses de coupe, d’emboutissage, les presses d’injection…)
- Automobile…

III. Généralités :
Le vérin hydraulique et le moteur hydraulique permettent de démarrer en charge, même avec des
charges élevées, peuvent être également actionnés à distance, l'inversion des sens s’opère très
rapidement. Du fait qu'ils sont autolubrifiés, ces appareils sont fiables. Mais cela exige une très grande
propreté.
La principale cause des pannes en hydraulique, c'est la pollution des huiles.
A ces avantages sont liés certains inconvénients. Les pressions élevées présentent certains risques
d'accidents. Il faut donc veiller à ce que tous les raccords soient bien serrés et étanches. Le
rendement diminue par suite des pertes de charges et des fuites d'huile.
L’hydraulique exige de l'utilisateur certaines conditions :
- La connaissance des lois fondamentales hydrostatiques et hydrodynamiques.
- La connaissance des unités de mesure et des grandeurs physiques utilisées.
- La connaissance des composants des installations hydrauliques et de leurs interactions dans
les systèmes hydrauliques.

IV. Transformations de l’énergie dans les installations hydrauliques :

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 10


Cours hydraulique et pneumatique

V. Structure d’un circuit hydraulique :

Le circuit hydraulique de base se compose :

Du réservoir : permet de stocker


Le bac
l'huile à pression atmosphérique.
C'est une réserve de fluide. Il doit La trappe de visite
protéger l'huile contre la pollution
Le couvercle
mais il reste l'un des éléments les
plus en contact avec l'air ambiant La tuyauterie d'aspiration
donc avec les polluants
extérieures. La tuyauterie de refoulement

De la pompe : génératrice de Pompe à engrenage


débit. Elle fournie le débit d'huile
Pompe à palette
sur l'installation. Il en existe
différentes technologies : à Pompe à piston
engrenage, à palette, à pistons,...

D'un limiteur de pression : c'est Limiteur de pression à action directe


une soupape de sûreté qui
protège l'installation contre les sur Limiteur de pression à action pilotée
pressions ou les surcharges c'est
le fusible de l'installation
hydraulique.
Exemples :

D'un distributeur : il permet


Distributeur 4/2 à commande
d'aiguiller l'huile vers les
électrique directe
actionneurs, vérins ou moteurs
hydrauliques Les distributeurs les Distributeur 4/3 à commande
plus couramment utilisés sont les électrique directe
distributeurs à tiroir ou à clapet.
Distributeur 4/3 à commande
électro-pilotée

D'un vérin : on les appelle


également les actionneurs Il
transforme l'énergie hydraulique Les vérins
en énergie mécanique. Il est
animé d'un mouvement de OPLes moteursOP
translation.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 11


Cours hydraulique et pneumatique

Nos systèmes hydrauliques comportent trois essentielles parties :

a) Le générateur de pression ou pompe qui reçoit l’énergie du milieu extérieur (moteur


électrique…) et qui la communique au fluide
b) Le récepteur, moteur ou vérin, qui reçoit l’énergie du fluide et la rend au milieu extérieur.
c) Les organes de liaisons entre la pompe et le récepteur (les tuyaux, les distributeurs, les
clapets dont une des fonctions est de diriger le fluide sous pression vers le récepteur que l’on
veut commander.
Dans les systèmes hydrauliques on distingue deux types de circuits :
- Les circuits de transport des liquides
- Les circuits de transmission de puissance.

VI. Les circuits de transport de liquide :


Pour transporter un liquide d’un lieu à un autre, on a deux possibilités :
- Soit par gravité :

- Ou par pompage :

Une pompe assure le transport du liquide.


Pour le transport des liquides, les pompes les plus utilisées sont de type centrifuges qui sont
caractérisées par des débits importants st des pressions faibles.
VII. Les circuits de transmission de puissance :
Dans ce type de circuit, une pompe de type volumétrique entraînée par un moteur (électrique si
l’installation est fixe, thermique si l’installation est mobile) génère une puissance hydraulique (un débit
d’huile sous pression). Cette puissance est transmise à un récepteur hydraulique (vérin ou moteur
hydraulique) pour la transformer en puissance mécanique. Ce type de circuit est caractérisé par des
pressions importantes et des débits faibles à moyens.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 12


Cours hydraulique et pneumatique

Chapitre 2 :

Les pompes ou générateurs de pression

• Objectifs spécifiques :
L’étudiant doit être capable de :
- Identifier les différents types des pompes hydrauliques.
- Reconnaître le principe de fonctionnement, technologies des pompes

• Pré-requis :
- Généralités sur les circuits hydrauliques.

• Eléments du contenu :
1 - Définition
2 - Symbole
3 - Principe de fonctionnement
4 - Caractéristiques et calcul des pompes
5 - Les différents types des pompes volumétriques
6 – Les pompes centrifuges

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 13


Cours hydraulique et pneumatique

Les pompes ou générateurs de pression

I. Définition :
Les pompes sont des organes destinés à transformer une énergie mécanique en énergie hydraulique.
En fonction de sa vitesse de rotation, la pompe fournit un débit : c’est le volume de liquide déplacé par
unité de temps. Une pompe hydraulique n’engendre pas de pression, la pression se crée par suite à la
résistance à l’écoulement de fluide dans le circuit.
Les pompes utilisées pour alimenter la plupart des circuits hydrauliques sont de types volumétriques
c'est-à-dire ou l’étanchéité interne est poussée au maximum.

II. Symbole :
SYMBOLE SIGNIFICATION

Pompe hydraulique à cylindrée fixe


1 – à un sens de flux
2 – à deux sens de flux

Pompe hydraulique à cylindrée variable


1 – à un sens de flux
2 – à deux sens de flux

III. Principe de fonctionnement :

Figure 2.1: principe de fonctionnement

Le principe de fonctionnement se résume au fonctionnement d’un système bielle manivelle en rotation


mettant un piston en mouvement de translation (va et vient) qui provoque l’aspiration et le refoulement
du liquide vers le circuit.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 14


Cours hydraulique et pneumatique

IV. Caractéristiques et calcul des pompes :


Les pompes se repartissent en trois catégories principales :
• Les pompes à pistons.
• Les pompes à palettes.
• Les pompes à engrenages.
Les pompes volumétriques peuvent être :
- à cylindrée constante : fournissent un débit constant pour une vitesse donnée.
- à cylindrée variable : les pompes à cylindrée variable possèdent un dispositif permettant de
faire varier la cylindrée sans modifier la vitesse = débit variable

Lorsque l’énergie mécanique entre sous la forme d’un arbre tournant (ce qui est le cas le plus
général), la loi de conservation de l’énergie donne, au rendement près :

La puissance P = C.w = p.q avec : E1


C : couple sur l’arbre tournant (N.m)
w : vitesse angulaire de rotation (rad/s).
p : pression de refoulement (Pascal)
3
q : débit du liquide refoulé (m /s)
Or la cylindrée d’une pompe est le volume du liquide refoulé à chaque cycle exprimé en m3/tour
D’où débit = Cylindrée x nombre de tours effectué par unité de temps.
q = Cyl.N E2

Avec N : vitesse de rotation en (tr/s)


Or w = 2π .N E3
Portant les équations E2 et E3 dans E1
C .2π .N = p.Cyl.N
p.Cyl
D’où C = (N.m) E4

Exemple :
Considérons une pompe fournissant 60 l/min x (10-3/60 (m3/s)). Sous une pression de 250 bars (x105
Pascals). Sa puissance est :

P = p.q = 250.105.1.10−3
= 25.000 watts.
= 25 Kw.
Si cette pompe tourne à 1450 tr/min (w = 152 rad/s, N = 24,2 tr/s). Son couple est de :
P 25.000
C= = = 165 N .m (16,5 daN .m).
w 152
Déterminons la cylindrée de cette pompe :
q( m3 / s ) 10−3
Cyl = = = 41,5.10−6 m3 = 41,5 cm3
N (tr / s ) 24, 2
Si on vérifie l’équation E4 :

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 15


Cours hydraulique et pneumatique

250.105.41,5.10−6
C= = 165 N .m

V. Les différents types des pompes volumétriques :
5.1. Les pompes à engrenages :
Simples et économiques, elles sont largement utilisées dans les systèmes utilisant le débit constant
5.1.1. Engrenage externe :

Figure 2.2 : pompe à engrenage externe

Un pignon moteur entraîne un autre pignon. L’espace libre entre les dents se remplit d’huile qui se
trouve ainsi transportée vers la sortie. A la fin de la rotation, l’huile est évacuée par les dents de l’autre
pignon qui expulse l’huile.

5.1.2. Engrenage interne :

Figure 2.3 : pompe à engrenage interne


Une couronne dentée est entraînée en rotation par un pignon interne. Cette technologie permet
d’obtenir des pompes plus silencieuses et supportant des pressions importantes dans certains cas.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 16


Cours hydraulique et pneumatique

5.2. Les pompes à palettes :

A rotor équilibré A rotor non équilibré

Figure 2.4 : pompe à palette


5.2.1. Fonctionnement :
Schématiquement une pompe à palettes se compose d’une cage ou stator et d’un rotor excentré par
rapport à la cage. Ce dernier porte des palettes guidées et coulissant radialement dans des rainures.
L’espace compris entre le rotor et le stator varie progressivement en raison de l’excentricité en
augmentant et en diminuant au cours de la rotation.
Le contact palettes - stator est maintenu grâce à l’effet d’inertie centrifuge (assisté quelquefois par
l’huile ou par des ressorts).
Le mouvement des palettes provoque une aspiration et un refoulement alternés du fluide hydraulique
au travers de lumières opposées diamétralement.

5.2.2. Effet de l’excentricité :


En remarque bien d’après les deux figures ci-dessous :
En augmentant l’excentricité (en agissant sur le vis de réglage) on augmente le débit refoulé par la
pompe tout en chutant la pression et contrairement le débit sera minimal sous une excentricité faible.

Figure 2.5 : Effet de l’excentricité

5.3. Les pompes à Pistons:


Comprennent les pompes à pistons radiaux et les pompes à pistons axiaux :

5.3.1. Les pompes à pistons radiaux :


a) Les pompes à cylindrés fixes et à excentrique intérieur :

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 17


Cours hydraulique et pneumatique

Figure 2.6 : pompe à pistons radiaux et à excentrique intérieur (principe)

L’arbre d’entrée 5 est de type à excentrique sur lequel vient prendre appui une série de pistons 4
disposés radialement. Des ressorts 6 de faible raideur maintiennent en contact les pistons sur
l’excentrique. Chaque piston coulisse dans un alésage exécuté dans un corps 1 muni d’un clapet
d’aspiration 3 et d’un clapet de refoulement 2. Compte tenu de l’excentrique e le piston 4A est au
point mort haut. Pendant la rotation de l’arbre d’entrée sur un demi-tour, le piston se déplace vers le
bas et le volume dans la chambre de pompage augmente :
- le clapet 3 s’ouvre, et le clapet 2 se ferme, c’est la phase aspiration. Sur le second demi-
tour, l’excentrique repousse le piston 4A vers le haut et le volume dans la chambre de
pompage diminue :
- le clapet 2 s’ouvre, et le clapet 3 se ferme, c’est la phase refoulement. Chaque piston aspire
et refoule sur un demi-tour.
L’excentrique est en étant déterminé une fois pour toutes, la pompe est à cylindrée fixe

b) Les pompes à pistons radiaux et à bloc cylindre tournant :

Le principe est donné par la figure suivante : l’arbre d’entrée 6 entraîne le rotor 1. Celui-ci est muni
d’alésages radiaux dans les quels coulissent des pistons 5 chaque piston est muni d’un patin 2 en
appui sur la périphérique interne de la couronne cylindrique 3 qui est fixe en rotation. Le rotor et la
couronne sont excentrés d’une certaine valeur e l’axe 4 ne tourne pas il est à la fois l’élément porteur
du rotor et le distributeur d’huile. Pendant le déplacement A2 A3 A0 le volume de la chambre de
chaque piston augmente c’est la phase aspiration, A0 A1 A2 phase refoulement.

Figure 2.7 : pompe à pistons radiaux et bloc-cylindres tournant (principe)


Pour les pompes à pistons radiaux le piston est mǔ par un système bielle manivelle, se déplace dans
un cylindre. Il est mis en communication avec l’aspiration (par un clapet ou par tout autre système de
distribution) pendant la course descendante, et avec le refoulement pendant la course montante.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 18


Cours hydraulique et pneumatique

5.3.2. Les pompes à pistons axiaux :

Figure 2.8: Pompe à pistons axiaux (barillet) Figure 2.9: Pompe à pistons axiaux à débit variable

Il permet la modification de débit par inclinaison du plateau.


L’arbre d’entraînement commande en rotation d’une part le plateau incliné commandant les pistons, et
d’autre part le bloc cylindre à barillet. D’où la génération d’une cylindrée à partir de la combinaison des
mouvements alternatifs et rotatifs de l’ensemble des pistons.

5.3.3. Les pompes à pistons en ligne :

Figure 2.10 : pompe à piston en ligne


Les pistons disposés en ligne sont commandés par un système bielle manivelle mis en rotation
mettant ces pistons en mouvement alternatif qui provoque l’aspiration et le refoulement du liquide.

5.4. Autres types:


5.4.1. Les pompes à lobes :
Deux rotors à lobes qui tournent sans se toucher
Cette pompe a un bon tenu à l’abrasion mais elle est
peu amorçante et elle est inefficace pour des liquides
peu visqueux.
Destinée à la chimie et à l’alimentaire, il existe des
versions particulières pour les pompages de boues
d’épuration.
Il existe des versions à lobes recouverts d’élastomères
(auto-amorçantes).
Figure 2.11 : pompe à lobes

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 19


Cours hydraulique et pneumatique

5.4.2. les pompes à vis :

Pompes à 2,3 ou 5 vis avec contact ou synchronisés


(pas de contact entre les vis)
large gamme de débit et de pression
mais elle est peu utilisées ; réservées à des usages
spécifiques.

Figure 2.12: pompe à vis

5.4.3. Les pompes à cavité progressive :


Le rotor est à pas large et tourne dans un stator
(généralement élastomère)
Applications :
Industrie vinicole, laiterie, traitement de l’eau,…
Applications dans presque tout les domaines :
I. Pompe
limitation = usurecentrifuge:
de l’élastomère.
2.1. Principe de fonctionnement :
Figure 2.13 : pompe à cavité progressive

VI. Les pompes centrifuges :

Figure 2.14 : pompe centrifuge

Une pompe centrifuge est constituée par :


- Une roue à aubes tournantes autour de son axe, appelé impulseur.
- Un distributeur dans l’axe de la roue.
- Un collecteur de section croissante, en forme de spirale appelée volute.
Le liquide arrive dans l'axe de l'appareil par le distributeur et la force Centrifuge le projette vers
l'extérieur de la turbine. Il acquiert une grande énergie cinétique qui se transforme en énergie de
pression dans le collecteur où la section est croissante.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 20


Cours hydraulique et pneumatique

6.1. Utilisation:
Ce sont les pompes les plus utilisées dans le domaine industriel à cause de la Large gamme
d'utilisation qu'elles peuvent couvrir, de leur simplicité et de leur faible coût.
Néanmoins, il existe des applications pour lesquelles elles ne conviennent pas:
- Utilisation de liquides visqueux: la pompe centrifuge nécessaire serait énorme par rapport aux
débits possibles.
- Utilisation de liquides "susceptibles" c'est-à-dire ne supportant pas la très forte agitation dans
la pompe (liquides alimentaires tels que le vin, le lait et la bière).
- Utilisation comme pompe doseuse: la nécessité de réaliser des dosages précis instantanés
risque d'entraîner la pompe en dehors de ses caractéristiques optimales.
Ces types d'application nécessitent l'utilisation de pompes volumétriques.

6.2. Caractéristiques d’une pompe centrifuge :


Les caractéristiques fournies par les constructeurs sont la hauteur manométrique totale, la puissance
consommée par le moteur (KW), le rendement et le NPSH req. (Neat Positive Suction Head = charge
nette à l’aspiration).
Le NPSH req permet en fonction des caractéristiques du circuit d’aspiration de connaître la valeur limite
de débit avec laquelle la pompe peut fonctionner sans risque de cavitation.

6.3. Installation d’une pompe centrifuge :


Dans les installations on peut trouver les montages suivants :
• Pompe immergée :
Dans ce cas, il n’y a pas de problème mécanique mais on rencontre le problème de corrosion et si le
moteur est aussi immergé, on a le problème d’étanchéité.

Figure 2.15 : pompe immergée

• Pompe en charge :
Pompe au dessous du niveau du liquide.
Ce circuit doit comprendre une vanne pour empêcher
La vidange du réservoir lors de l’entretien de la pompe.

Figure 2.16 : pompe en charge

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 21


Cours hydraulique et pneumatique

• Pompe en dépression :
Pompe au dessous du niveau du liquide.
Ce type de circuit nécessite un amorçage (chasser l’air
qui se trouve dans la conduite d’aspiration) à la
première mise en marche ou après un long temps
d’arrêt.
Figure 2.17 : pompe en dépression

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 22


Cours hydraulique et pneumatique

Chapitre 3 :

Les récepteurs hydrauliques

• Objectifs spécifiques :
- Reconnaître le principe de fonctionnement, technologies des vérins
- Reconnaître le principe de fonctionnement, technologies des moteurs
hydrauliques.

• Pré-requis :
- Généralités sur les circuits hydrauliques.
- Les pompes.

• Eléments du contenu :
1 – Les vérins
2 – Les moteurs hydrauliques

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 23


Cours hydraulique et pneumatique

Les récepteurs hydrauliques

I. Les vérins :
1.1. Introduction :
Les récepteurs sont les organes qui reçoivent l’énergie hydraulique et la restituent sous forme
d’énergie mécanique. Ils comprennent deux groupes principaux : les vérins, ou organes fournissant
une énergie mécanique sous forme de translation, et les moteurs qui fournissent une énergie
mécanique sous forme de rotation.

1.2. Symboles :

SYMBOLE SIGNIFICATION

Vérin à simple effet :


à rappel par ressort

Vérin à double effet :


1 – à simple tige
3 – à double tige

Vérin avec amortisseur :


1 – amortisseur fixe agissant dans un seul sens
2 – amortisseur fixe agissant dans les deux sens
3 – amortisseur réglable agissant dans un seul sens
4 – amortisseur réglable agissant dans les deux sens

Vérin télescopique :
1 – simple effet
2 – double effet

Vérin en coupe

Figure 3.1 : vérin en coupe

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 24


Cours hydraulique et pneumatique

1.3. L’effort développé par un vérin :

S1 S = S1 – S2
S2
B B B B

B B B B

Figure 3.2
π D²
S= ou S = π r ²
4
π D² πd²
S1 = , S2 =
D’où
4 4 avec D : diamètre de l’alésage, d : diamètre de la tige
π ( D ² − d ²)
S =
4
L’effort de poussé du vérin est F = P × S
1.4. Détermination des vitesses de sortie et de rentrée de la tige du vérin :
La vitesse de sortie ou de rentrée de la tige est exprimée comme suite :
Q( m3 / s )
V( m / s ) =
S( m ²)
Q
On aura donc : la vitesse de sortie de la tige du vérin : V1 =
S1
Q
La vitesse de rentrée de la tige : V2 = avec S est la section annulaire
S
Formule pratique :
Q(l / min)
V( cm / s ) =
0.06 × S( cm ²)
Application :
Le piston d’un vérin a un alésage de diamètre 100 mm et une tige de diamètre 20 mm. Ce vérin reçoit
un dédit de 24 L/min. Quelle est :
a) La vitesse V1 de déplacement en sortie de tige.
b) La vitesse V2 de déplacement en entrée de la tige.
c) La durée de la course si celle-ci fait 20 cm.

1.5. Travail et rendement d’un vérin :


Travail d’un vérin :
L’unité de travail est le Joule ;
Formule :
W( Joule ) = F( N ) × Course( m )
Application :
Pour élever une charge de 6 000 N de 1,5 m il faut fournir un travail de :

W=?

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 25


Cours hydraulique et pneumatique

Rendement d’un vérin :


Symbole : η
On appelle rendement (η) le rapport :
Energie utile travail utile Puissance utile
ou ou
Energie depensée travail depensé Puissance depensée
Dans le cas général le rendement d’un vérin est de l’ordre ηv = 0,8 ou 80%
1.6. Puissance d’un vérin :

F F = force utile du vérin

Travail utile effectué par le vérin


c W=Fxc
Figure 3.4
Puissance utile :
W( J )
P= or W = F × c
t( s )

c
D’où P = F × on aura donc P( watts ) = F( N ) × V( m / s )
t
Application :
Un vérin hydraulique a pour section côté piston 40 cm². Il reçoit un débit de 36 l/min. La pression de
service est de 80 bar. Calculer :
a) La puissance fournie par le vérin.
b) La puissance nécessaire au récepteur sachant que le rendement global de l’installation est de 60%.

1.7. Puissance hydraulique :


Pour transporter de la puissance, le fluide hydraulique doit se déplacer sous pression.
On sait qu’une force F = p( pascal ) × S ( m ²)
déplacement c
Que la vitesse = V = =
temps t
Or la puissance mécanique P = F × V

c
D’où P = p × S ×
t
volume S × c
Or le débit Q = =
t t
La puissance hydraulique est donc Phyd = p × Q

Avec p est la pression exprimée en (pascal)


Q est le débit (m3/s)

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 26


Cours hydraulique et pneumatique

Application :
Un vérin hydraulique, dont le but est de soulever une charge, a un rendement de 90 %, le débit du
circuit est de 12 L/min pour une pression de service de 150 bar. Calculer :
a) La puissance hydraulique Phy du vérin.
b) Déterminer la puissance mécanique utilisée en bout de tige du vérin.
c) Sachant que la vitesse de sortie du vérin est de 30 m/min, que sa course est de 300 mm et que
g = 9,81 m/s², déterminer la valeur de la masse à soulever ainsi que la quantité d’énergie utilisée.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 27


Cours hydraulique et pneumatique

Travaux dirigés
Exercice N°1 :
Soit le montage ci-contre :
On envoie de l’huile sous une pression P simultanément S
s
dans les chambres S et s du vérin.
1. Que fait la tige du vérin ? Qu’elle est la force obtenue ?
On donne: P = 150 bar, S = 120 cm², s = 50 cm²
2. Exprimer la vitesse de sortie de la tige du vérin.
3. Comparer la vitesse du vérin par rapport à sa vitesse dans un
Montage classique.
P

Exercice N°2 :
Le piston d’un vérin a un alésage de diamètre 100 mm et une tige de diamètre 20 mm. Ce vérin reçoit
un dédit de 24 L/min. Quelle est :
1. La vitesse V1 de déplacement en sortie de tige.
2. La vitesse V2 de déplacement en entrée de la tige.
3. La durée de la course si celle-ci fait 20 cm.

Exercice N°3 :
Un vérin hydraulique a pour section côté piston 40 cm². Il reçoit un débit de 36 l/min. La pression de
service est de 80 bar. Calculer :
1. La puissance fournie par le vérin.
2. La puissance nécessaire au récepteur sachant que le rendement global de l’installation est
de 60%.

Exercice 4 :
Un vérin hydraulique, dont le but est de soulever une charge, a un rendement de 90 %, le débit du
circuit est de 12 L/min pour une pression de service de 150 bar. Calculer :
1. La puissance hydraulique Phy du vérin.
2. Déterminer la puissance mécanique utilisée en bout de tige du vérin.
3. Sachant que la vitesse de sortie du vérin est de 30 m/min, que sa course est de 300 mm et
que g = 9,81 m/s², déterminer la valeur de la masse à soulever

Exercice 5
1. Un moteur hydraulique consomme 75 cm3 par tour et fait 720 tr/min. La pression est de 200
bars. Calculer la puissance et le moment de son couple :
2. Un moteur hydraulique a une cylindrée de 13,4 cm3/tr. Il reçoit un débit de 16 L/min. Le débit
de fuite est de 1 L/min. Quel est le couple du moteur et sa fréquence de rotation ?

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 28


Cours hydraulique et pneumatique

Exercice 6
Soit le circuit ci dessous :

F
100 bar

Q
S

Le vérin doit fournir une force F de 8 000 daN sur une course de 60 cm parcoure en 3 secondes.
La pression en sortie de la pompe est de 100 bar et le rendement du vérin est ηV = 0,80.
1. Déterminer la section S du vérin :
2. Déterminer la vitesse de sortie de la tige de vérin :
3. Quel est le débit Q de la pompe ?
4. Déterminer la puissance de la pompe
5. identifier les différents composants du circuit

Exercice 7 :

Soit le vérin hydraulique de diamètre d’alésage


D, diamètre de la tige d dont le rôle est de
p
déplacer verticalement une charge de masse M
M

1. Exprimer la pression p (pression sur la section annulaire) en fonction de M, D, d et g


(accélération de la pesanteur) pour que le système ci-dessus soit à l’équilibre
2. Calculer la pression p si on vous donne : g = 9,81m/s², D = 50 mm, d = 28 mm et M = 200 Kg

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 29


Cours hydraulique et pneumatique

II. Les moteurs hydrauliques :


2.1. Introduction :
Les moteurs hydrauliques sont des organes destinés à transformer l’énergie hydraulique sous forme
d’huile sous pression, en énergie mécanique, sous forme d’un couple sur un arbre tournant.
2.2. Symboles :

SYMBOLE SIGNIFICATION
Moteur hydraulique à cylindrée fixe
1 – à un sens de flux
2 – à deux sens de flux
3 - oscillant
Moteur hydraulique à cylindrée variable
1 – à un sens de flux
2 – à deux sens de flux

2.3. Les différents types:


Les moteurs hydrauliques se repartissent en trois principales catégories :
• Les moteurs à pistons.
• Les moteurs à palettes.
• Les moteurs à engrenages.
Ils peuvent être à cylindrée fixe ou variable, ils ont le sens de marche réversible par l’inversion du
sens d’écoulement du fluide.
2.3.1. Les moteurs à engrenages :
Les seuls dont la conception ne permettent pas une cylindrée variable

Figure 3.5: Engrenage à denture extérieure Figure 3.6 : Engrenage à denture intérieure Figure 3.7 : Engrenage à denture intérieure
(trochoïde)
2.3.2. Les moteurs à pistons :

Figure 3.8: moteur à pistons axiaux Figure 3.9: moteur à pistons radiaux Figure 3.10: moteur à pistons axiaux
(Cylindrée fixe) (Cylindrée fixe) (Cylindrée variable)

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 30


Cours hydraulique et pneumatique

2.3.3. Les moteurs à palettes :

Figure 3.11: moteur à palettes équilibré

2.4. Caractéristiques des moteurs hydrauliques :


2.4.1. Cylindrée ou volume par tour :
C’est la quantité théorique de liquide nécessaire pour faire accomplir un tour complet à l’arbre de
liaison.
2.4.2. Débit d’un moteur :
Q( ou q ) = V( m3 / tr ) × N ( tr / s )
v

N : fréquence de rotation du moteur (tour/s).


V : volume par tour (m3/tr)
2.4.3. Rendement volumétrique :
Un moteur hydraulique a des fuites internes dues aux jeux fonctionnels du mécanisme.

Exemple :
Un moteur hydraulique de 200 cm3 de cylindrée reçoit un débit Q = 24 l/min : quelle est sa fréquence
de rotation :

Q entrant 24 l/min)

Qutile (Drainage 2L/min)


ηvolumétrique =
Qdepensée
Qutile = Qentrant − Q fuites = 24 − 2 = 22 l / min
22
D’oùη volumétrique = = 91, 7% , en tenant compte de ce facteur recalculer la vitesse réelle du moteur.
24
2.4.4. Couple moteur :
Un moteur hydraulique est un organe qui transforme l’énergie hydraulique en énergie mécanique de
rotation.
La formule générale pour déterminer le couple est :
P( watts ) = C( N .m ) × w( rad / s ) = C × 2π N
On sait aussi que théoriquement :
Puissance rendue = Puissance dépensée
Puissance mécanique = Puissance hydraulique

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 31


Cours hydraulique et pneumatique

D’où C × 2π N = p × Q
p × Q p ×V
C= =
2π N 2π
Si l’on tient compte du rendement moteur la formule devient :
p × V ×η moteur
C=

P : pression en (pascal)
V : cylindrée du moteur (m3/tr)
Exercices d’application :
1°) Un moteur hydraulique consomme 75 cm3 par tour et fait 720 tr/min. La pression est de 200 bars.
Calculer la puissance et le moment de son couple :
2°) Un moteur hydraulique a une cylindrée de 13,4 cm3/tr. Il reçoit un débit de 16 L/min. Le débit de
fuite est de 1 L/min. Quel est le couple du moteur et sa fréquence de rotation ?

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 32


Cours hydraulique et pneumatique

Chapitre 4 :

Les organes intermédiaires

• Objectifs spécifiques :
- Identifier les différents organes intermédiaires d’un circuit hydraulique.

• Pré-requis :
- Les pompes
- Les récepteurs hydrauliques (vérin et moteur)

• Eléments du contenu :
1 - Clapet de non retour
2 - Clapet limiteur de pression
3 - Valve réductrice de pression
4 - Valve régulatrice de débit
5 - Valve de séquence
6 - Accumulateurs hydrauliques
7 - Les filtres
8 - Raccords pour canalisations hydrauliques
9 - Canalisations rigides
10 - Canalisations flexibles
11 - Distributeurs

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 33


Cours hydraulique et pneumatique

Les organes intermédiaires

1. Clapet de non retour :


1.1. Rôle :
Ne laisse passer le fluide hydraulique que dans un seul sens

1.2. Clapet anti-retour simple :


Le clapet anti-retour simple est un organe interdisant le passage du fluide dans un sens (B vers A) et
l’autorisant dans le sens opposé. On parle d’élément unidirectionnel.

1. Clapet
2. Ressort de rappel
3. Zone d’étanchéité

La pression du fluide doit vaincre l’effort du ressort


(pression de tarage) pour que le clapet s’ouvre. Position fermée Position ouverte

1.3. Clapet anti-retour piloté :


Les clapets anti-retour pilotés sont des appareils qui permettent de maintenir en position un récepteur
hydraulique.

Figure 4.1 : Position verrouillage non-retour Figure 4.2 : Position annulation non-retour
Le pilotage en fermeture (verrouillage non-retour) Le pilotage en ouverture (annulation non-retour) se fait en
se fait en refoulant le fluide dans l’orifice 2. refoulant le fluide dans l’orifice 1.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 34


Cours hydraulique et pneumatique

Exemple :
Soit à maintenir une masse (schéma ci dessous) en position haute

Solution 1 : Solution2 :
Un distributeur 4/3 centre fermé : ne convient pas Le clapet de non retour s’il permet la remontée du
(fuite d’huile par le jeu fonctionnel du tiroir.) vérin, il en interdit la descente.
Conclusion :
Il faut un clapet capable:
1) de maintenir efficacement la charge.
2) De permettre le passage du fluide dans les deux sens.
Donc il nous faut un clapet de non retour piloté

Dans la position flèches droites du distributeur 1V, le fluide est


admis en A, il soulève le clapet et s’écoule vers B. on obtient la
remontée du vérin 1A.
En position centrale de 1V la charge tend à provoquer la descente
de 1A le clapet se ferme, 1A est bloqué en position.
Pour obtenir la descente de 1A. Il faut soulever le clapet. On place
1V en position flèches croisées, le fluide se dirige vers 1A coté fond
et la pression admise aussi en P agira sur le piston de pilotage du
clapet permettant l’ouverture donc le passage de B vers A. l’orifice
A étant relié au réservoir par 1V.

2. Clapet limiteur de pression :


2.1. Rôle :
Limiter la pression à une valeur donnée pour éviter des risques de rupture (mécanique, canalisation).
2.2. Limiteur à action directe :

Figure 4.3 : Position ouvert Figure 4.4 : Position fermé

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 35


Cours hydraulique et pneumatique

Au cours du fonctionnement la pression sur le circuit augmente, lorsque celle-ci devient supérieure à
la pression de tarage (du ressort : réglé par la vis), le clapet s’ouvre pour laisser une partie du fluide
circulant vers le réservoir: ce qui permet de chuter la pression
2.3. Limiteur piloté :

Figure 4.5 : Position ouvert Figure 4.6 : Position fermé

Exemple :

Figure 4.7

Fonctionnement :
Au repos le tiroir T est plaqué sur l’orifice A par le ressort R2 ; le fluide agit sur les surfaces S1 et S2
après être passé par l’orifice O. le clapet C est plaqué sur son siège par le ressort R1 taré à l’aide de
la vis de réglage V. lorsque le débit est bloqué, l’élévation de la pression agit sur le clapet C et l’écarte
de son siège permettant à l’huile de s’échapper. Le tiroir T est alors déséquilibré et se déplace vers le
haut. Le débit retourne alors au réservoir. La surpression est alors évitée. Le déséquilibre du tiroir
peut aussi être provoquée par l’orifice X si le distributeur 1V1 est ouvert.

3. Valve réductrice de pression :


3.1. Rôle :
Réduire la pression d’une partie d’un circuit hydraulique à une valeur inférieure à celle du circuit
principal.
Les réducteurs de pression sont des appareils du type NORMALEMENT OUVERT. Ils se montent en
série afin de délivrer une pression réduite sur un circuit secondaire.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 36


Cours hydraulique et pneumatique

3.2. Fonctionnement :
En position normalement ouvert, l’huile
Passe de la haute pression (A) vers la
basse pression (B), tant que la pression
basse n’est pas atteinte.
L’action du ressort (4) se compense avec la
basse pression grâce au canal (C).

Lorsque la basse pression dépasse un seuil, le


ressort ne compense plus les actions de pression
et le tiroir se translate vers la droite, réduisant
l’orifice de passage (A).
Cela a pour effet de réduire le débit en B et
par conséquent de faire chuter la pression (B).
Le réglage du seuil de déclenchement se
réalise avec la vis (6) en agissant sur le
tarage du ressort (4).

3.3. Valve à commande directe:

Figure 4.8 : Position neutre Figure 4.9 : Position réduction

3.4. Valve à commande pilotée:

Figure 4.10 : Position neutre Figure 4.11 : Position régulation

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 37


Cours hydraulique et pneumatique

4. Valve régulatrice de débit:


4.1. Rôle :
Contrôler le débit du fluide d’un circuit hydraulique dont la vitesse d’écoulement doit être régularisée
Les organes de réglage du débit permettent de modifier, d’ajuster la vitesse des récepteurs
hydrauliques. Ils sont tous basés sur la modification de la section de passage (étranglement à paroi
mince ou longue).

4.2. Valve régulatrice de débit non compensée :


Ce type de régulateur ne compense pas les variations de débit de la pompe

Position ouvert Position fermé

4.3. Valve régulatrice de débit compensée :


Ce type de régulateur compense les variations de débit de la pompe
4.3.1. Compensation par pression :

Figure 4.12 : Position de régulation sans compensation Figure 4.13 : Position de régulation de débit compensé

4.3.2. Compensation par pression et by-pass :

Figure 4.14 : Position de régulation sans Figure 4.15 : Position de régulation avec by-
compensation pass et débit compensé

5. Valve de séquence:
5.1. Rôle :
Permet de faire fonctionner deux ou plusieurs récepteurs en fonction de la pression atteinte dans le
précèdent.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 38


Cours hydraulique et pneumatique

Figure 4.16 : position fermé Figure 4.17 : position ouvert

Figure 4.18 : pilotage externe

La valve de séquence est normalement fermée qui s’ouvre lorsque la pression tarée par la vis est
atteinte, dans le cas de pilotage interne.
Dans le cas de pilotage externe, la pression pilotée doit être suffisante pour annuler l’effet de tarage
qui n’assure que la fermeture de la valve.

6. Accumulateurs hydrauliques:
6.1. Rôle :
Emmagasiner l’énergie hydraulique d’un circuit pour le restituer au moment où les récepteurs sont
sollicités
6.2. Symbole :

6.3. Les différents types :

Figure 4.19 : Accumulateur à poids mort Figure 4.20 : Accumulateur à ressort

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 39


Cours hydraulique et pneumatique

Figure 4.21 : Accumulateur à membrane Figure 4.22 : Accumulateur à vessie

Figure 4.23 : Accumulateur à piston flottant

7. Les filtres:
7.1. Rôle :
Retenir les particules en suspension dans l’huile pour éviter l’usure rapide des pièces

7.2. Les différents types :

Figure 4.24 : crépine d’aspiration et de remplissage Figure 4.25 : filtre métallique haute pression (placée dans le
(placée avant la pompe) circuit)

Figure 4.26 : filtre en papier avec by-pass de colmatage Figure 4.27 : filtre métallique magnétique haute pression
(placé sur le retour) (placé dans le circuit)

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 40


Cours hydraulique et pneumatique

8. Raccords pour canalisations hydrauliques:


8.1- Les différents types:

Figure 4. 28: Raccord ARELCO I.F.T Figure 4.29 : Raccord OCLAU

Figure 4.30: Raccord ERMETO Figure 4.31: Raccord VABCO

Montage :
Lors du montage, le serrage ne doit pas être exagéré. Utiliser deux clés pour éviter de vriller les
canalisations

9. Canalisations rigides:
Les tubes en acier étiré sans soudure sont généralement employés dans les installations
hydrauliques. Lorsque le système utilise une faible pression hydraulique, les tubes en cuivre ou en
aluminium sont utilisés.

Mauvais écoulement du fluide Bon écoulement du fluide

9.1. Cintrage:
Les tubes sont cintrés à froid. Le rayon de courbure est sauf cas particulier, de 3 à 5 fois le diamètre.
Lorsque le cintrage doit être fait à chaud il est nécessaire de pratiquer un décalaminage intérieur du
tube.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 41


Cours hydraulique et pneumatique

9.2- Montage :

Mauvais montage Montage correct

10. Canalisations flexibles :


10.1. Rôle :
Permettent le mouvement ou le déplacement des récepteurs hydrauliques et absorbent les vibrations.
Un flexible se caractérise par :
- Le diamètre intérieur
- La pression de service
- La température de service

Le nombre de couches de tresses est fonction de la pression de service


10.2. Montage :

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 42


Cours hydraulique et pneumatique

11. Les distributeurs :


11.1. Fonction :
Ils sont utilisés pour commuter et contrôler le débit du fluide sous pression, comme des sortes
d’aiguillage, à la réception d’un signal de commande qui peut être mécanique, électrique ou
pneumatique. Ils permettent de :
- Contrôler le mouvement de la tige d’un vérin ou la rotation d’un moteur hydraulique ou
pneumatique (distributeurs de puissance) ;

- Choisir le sens de circulation d’un fluide (aiguiller, dériver, etc.) ;

- Démarrer ou arrêter la circulation d’un fluide (robinet d’arrêt, bloqueur…)

- Etre des capteurs de position (course d’un vérin).


11.2. Symbolisation :

Un distributeur est caractérisé par :


• par le nombre des orifices : 2, 3, 4 ou 5 ;
• par le nombre des modes de distribution ou positions : 2 ou 3 ;
• par le type de commande du pilotage assurant le changement de position : simple pilotage avec
rappel par ressort ou double pilotage, avec éventuellement rappel au centre par ressort dans le
cas des distributeurs à 3 positions ;

• par la technologie de pilotage : pneumatique, électropneumatique ou mécanique ;


• par la technologie de commutation : clapets, tiroirs cylindriques, tiroirs plans.

11.3. Principe de la symbolisation :

Nombre de cases : il représente le nombre de positions de commutation possibles, une case par
position. S’il existe une position intermédiaire, la case est délimitée par des traits pointillés.
Flèches : dans chaque case ou position, les voies sont figurées par des flèches indiquant le sens de
circulation du fluide entre les orifices.
T : les orifices non utilisés dans une position sont symboliquement obturés par un T droit ou inversé.
Le nombre des orifices est déterminé pour une position et est égal pour toutes les positions.
Source de pression : elle est indiquée par un cercle noirci en hydraulique, clair en pneumatique.
Echappement : il est symbolisé par un triangle noirci en hydraulique, clair en pneumatique.

Figure 4.32 : Principe de symbolisation des distributeurs [1]


Position initiale : les lignes de raccordement entre réseau et distributeur aboutissent toujours à la case
symbolisant la position initiale ou repos ; cette case est placée à droite pour les distributeurs à deux
positions, au centre pour ceux à trois positions.
Le symbole de la pression (cercle) est mis à droite de la case de repos s’il n’y a qu’un échappement

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 43


Cours hydraulique et pneumatique

(triangle), au milieu s’il y a deux échappements.


Les orifices sont repérés par des lettres en hydraulique et par des chiffres en pneumatique (cf. page
suivante).

11.4. Désignation des distributeurs :

Elle tient compte du nombre d’orifices et du nombre de positions.


Exemple : distributeur 5/2 signifie distributeur à 5 orifices et 2 positions.
Distributeur normalement fermé (NF) : lorsqu’il n’y a pas de circulation du fluide à travers le distributeur
en position repos (ou initiale), le distributeur est dit normalement fermé.

Distributeur normalement ouvert (NO) : c’est l’inverse du cas précédent ; au repos, il y a circulation du
fluide à travers le distributeur.

Distributeur monostable : distributeur ayant une seule position stable. Dans ce type de construction,
un ressort de rappel ramène systématiquement le dispositif dans sa position initiale, ou repos, dès
que le signal de commande ou d’activation est interrompu.

Distributeur bistable : admet deux positions stables ou d’équilibre. Pour passer de l’une à l’autre, une
impulsion de commande est nécessaire. Le maintien en position est assuré par adhérence ou par
aimantation.
Leur fonctionnement peut être comparé à celui d’une mémoire à deux états : 0 ou 1, oui ou non.

Centre fermé, pour 4/3 ou 5/3 : en position neutre ou repos à centre fermé, le fluide ne peut pas circuler
entre les chambres et les échappements, ce qui bloque la tige ou l’arbre moteur. Il est intéressant
pour un redémarrage sous charge (ex : charges suspendues, etc.).

Centre ouvert, pour un 4/3 ou un 5/3 : en position neutre, à centre ouvert, le fluide peut circuler
librement. La purge des chambres et la libre circulation de la tige (libre rotation de l’arbre moteur) sont
ainsi possibles. Ce cas est intéressant pour supprimer les efforts développés et faire des réglages. Il
existe d’autres types de centre pour ces distributeurs.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 44


Cours hydraulique et pneumatique

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 45


Cours hydraulique et pneumatique

11.5. Choix d’un distributeur :


11.5.1. Choix de la fonction (nombre d’orifices) :
Ce choix dépend naturellement de l’actionneur à alimenter :
- 2/2 pour moteur à un sens de marche

- 3/2 pour vérin simple effet

- 4/2 ou 5/2 pour vérin double effet ou actionneur deux sens de marche ;

- 5/3 pour les moteurs pneumatiques, ou les vérins double effet.

- Les distributeurs 4/3 sont très utilisés en hydraulique.

Les distributeurs à 5 orifices permettent des réglages indépendants, pour l’entrée et la sortie de tige,
de la vitesse de la tige en agissant sur le débit d’air à l’échappement.

11.5.2. Choix de la position de repos :


De ce choix dépend le comportement de l’actionneur alimenté lorsque l’énergie de commande est
coupée.
Distributeur monostable :
- 2/2, le circuit est coupé au repos (passage fermé dans les deux sens) ;

- 3/2, le circuit d’utilisation est à l’échappement (purge), donc l’actionneur revient en position de repos
s’il s’agit d’un vérin simple effet, ou est libre s’il s’agit d’un autre type d’actionneur ;

- 4/2, la coupure de la commande provoque l’inversion du mouvement de l’actionneur.


En commande monostable, il faut donc être attentif aux conséquences d’une coupure d’alimentation
sur la sécurité des personnes et des matériels. De plus, il faut prévoir dans la commande de maintenir
l’ordre aussi longtemps que nécessaire, ce qui peut entraîner des consommations d’énergie non
négligeables, voire excessives.
Distributeur bistable (double pilotage) : l’actionneur poursuit son action. Les distributeurs bistables
remplissent, par construction, une fonction mémoire, rendant inutile le maintien de l’ordre sur le pilote,
ce qui réduit la consommation d’énergie, mais peut éventuellement poser des problèmes de sécurité.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 46


Cours hydraulique et pneumatique

11.5.3. Choix de la commande ou du pilotage :


Ce choix concerne principalement trois familles :
Pilote pneumatique : recommandé si atmosphère explosive, humide ou agressive. Ce type de pilotage
est possible même avec une partie commande électrique, grâce à des interfaces électropneumatiques
déportées et en armoire protégée.
Pilote électropneumatique : le déplacement du tiroir du distributeur est assuré par l’air comprimé, mais
celui-ci est admis par l’intermédiaire d’une mini électrovanne à clapet. Ce type de pilotage est le plus
répandu car il est adapté aux parties commandes électriques tout en assurant une consommation
électrique minimale.
Pilote électrique : le déplacement du clapet du distributeur est assuré directement par un électro-
aimant. Ces pilotes sont généralement réservés aux minis vérins, ventouses et interfaces
électropneumatiques.

11.5.4. Choix de la taille du distributeur :


De ce choix dépend la régularité de déplacement, la vitesse maximale et le remplissage du vérin.
Méthode simplifiée : cette méthode est adaptée aux applications les plus courantes, c’est-à-dire pour
des cylindrées inférieures ou égales à 10 litres et des vitesses inférieures ou égales à 0,1 m/s et un
taux de charge de 0,5 ou moins. Elle consiste à choisir un distributeur dont les orifices de
raccordement sont égaux ou immédiatement inférieurs à ceux du vérin à alimenter.
Exemple : Pour un vérin de 40 mm de diamètre, les orifices sont prévus pour des raccords de 1/4", le
distributeur adapté aura des raccords de 1/4" ou 1/8".
Dimensionnement précis : il faut utiliser les abaques des constructeurs, déterminer le débit d’air
traversant un distributeur et vérifier le Kv (Koefficient Ventil).

Détermination du débit d’air, facteur Kv


C’est une caractéristique essentielle. Le débit doit être suffisant pour remplir les chambres du vérin,
ou du moteur, à la cadence voulue. Il dépend des caractéristiques de celui-ci : diamètre D, course C,
temps de course, pression d’alimentation et taux de charge.
Facteur Kv : très utilisé, il permet de déterminer le distributeur à associer à un vérin et exprime le
débit d’eau en litre (dm3) par minute traversant le distributeur sous une perte de charge de 1 bar
(différence de pression amont/aval de 1 bar). Le Kv peut être exprimé en m3/s. Les fabricants
proposent des abaques pour déterminer le Kv et la taille des distributeurs (cf. ci-dessous).

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 47


Cours hydraulique et pneumatique

- A partir du taux de charge et de la pression du vérin, on définit le point Y.


- A partir du temps de course, on obtient le point X.
- La course et le diamètre du vérin définissent sa cylindrée.
- La droite liant le point X et le point caractérisant la cylindrée du vérin permet d’obtenir le Kv minimum
du distributeur.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 48


Cours hydraulique et pneumatique

Travaux dirigés N°2

Exercice N°1 :

Le vérin différentiel (fig1) est à deux vitesse d’avance : l’une est lente et l’autre rapide obtenue par
action mécanique du vérin sur une soupape de freinage. Le retour de la tige du vérin est assuré par
un contact électrique de fin de course.
1) Donner la désignation des différents composants du circuit
2) Expliquer le fonctionnement en indiquant le sens de circulation du fluide.

FC

a b

Figure 1

Exercice N°2:

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 49


Cours hydraulique et pneumatique

L'action sur le bouton poussoir marche fera sortir la tige du vérin 1C à vitesse normale.
A son passage sur 2S, la sortie se fera à vitesse limitée (commande de la bobine 2YV12).
A l'appui sur 3S, le retour de la tige du vérin se fera à vitesse normale.
1°) Donner la désignation complète des éléments désignés ci-dessous:
1C, 1D, 2D et RD1
2°) Indiquer pour les différentes étapes du fonctionnement:
- Le parcours du fluide sous pression
- Le parcours du fluide au retour au réservoir.
- La position de l'actionneur 1C (représenter la position de la tige et indiquer le sens de déplacement
par une flèche, au-dessus du vérin).
- La case active du distributeur 1D (à représenter dans la case centrale).
- La case active du distributeur 2D (à représenter sur la case de gauche).
- Les bobines actives des distributeurs.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 50


Cours hydraulique et pneumatique

Exercice N° 3 :
A1

Problématique :
U U L’action sur un bouton
poussoir de marche fera sortir le vérin à vitesse
normale réglable. Lors de son passage sur CE1
(activation de la bobine a), la sortie se fait en vitesse RD2 RD1

limitée plus faible. En fin de course, FC fait a b


D1 D2
rentrer le vérin en vitesse régulée et le passage
sur CE2 (activation de la bobine b) fait finir la course en
vitesse limitée
1R

1L1
1°/ Identifier les différents composants du circuit en indiquant
leurs fonctions
2°) Indiquer pour les trois figures suivantes (figure 1: sortie du
1P
vérin à vitesse normale ; Figure 2 : lorsque CE1 est actionné ;
Figure 3: lorsque CE2 est actionné)
1F
a/- La position du vérin (représenter la position de la tige et
indiquer le sens de déplacement par une flèche, au-dessus du
vérin).
b/- La case active des 3 distributeurs (à représenter dans la
case centrale).

Figure 1 Figure 2
Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 51
Cours hydraulique et pneumatique

Figure 3
3°) On veut maintenant ajouter un deuxième vérin qui fonctionne en séquence avec le premier.
Ajouter le composant hydraulique (dans la partie vide) nécessaire pour faire fonctionner les deux
vérins en séquence :

Figure 4

4°) L’actionneur A1 est un vérin double effet ayant un alésage de diamètre D = 50 mm et une tige
de diamètre d = 28 mm : déterminer la vitesse de la tige lorsque cette dernière actionne Le contact électrique
CE1, sachant que le débit d’huile à la sortie de l’étranglement RD2 est réglé à 80 l/min.

5°) Le vérin A1 est remplacé par un moteur hydraulique à deux sens de marche :
a) Expliquer comment on inverse le sens de marche du moteur dans un tel circuit :
b) Déterminer le couple moteur sachant que sa cylindrée est V = 80 cm3 /tour, la pression est de
p = 200 bars
c) Déterminer la fréquence de rotation du moteur sachant qu’il reçoit un débit Q = 100 l /min et que
son débit des fuites est de Q fuites = 2 l/min:

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 52


Cours hydraulique et pneumatique

Chapitre 5:

Production de l’air et conditionnement

• Objectifs spécifiques :
- Analyser une installation de production et conditionnement d’air comprimé.
- Reconnaître la technologie de quelques composants pneumatiques.

• Pré-requis :
- Les circuits hydrauliques

• Eléments du contenu :
1 - Utilisation de l’air comprimé
2 - Analyse d’une installation
3 - Bloc de conditionnement de l’air
4 - Les compresseurs

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 53


Cours hydraulique et pneumatique

Production de l’air et conditionnement

Rappels :
Caractéristiques de l’air :
L’air est un mélange gazeux dont les deux principaux composants sont :
- Azote : env. 76%
- Oxygène : env. 23%
Les autres gaz présents sous formes de traces sont : gaz carbonique, argon, hydrogène, néon,
hélium, crypton et xénon,
La masse volumique de l’air à l’état normal est :

ρ air = 1,293[Kg / m 3 ]

I. Utilisation de l’air comprimé :

L’air comprimé utilisé comme source d’énergie est présente dans les installations automatisées par de
multiples raisons :
- Il permet d'obtenir économiquement grâce à des vérins, le mouvement linéaire.
- Il est produit, transporté, mis en œuvre très facilement
- L’air est pratiquement disponible partout et en quantité illimitée.
- Utilisable en milieux dangereux.
- Température : L’air comprimé est pratiquement insensible aux variations de température, d’où
une fiabilité d’utilisation même en condition de travail extrême.
- Structure des équipements : la conception des différents équipements est simple, donc moins
coûteuses.
- Vitesse : l’air comprimé est un fluide qui s’écoule très rapidement, ce qui permet d’atteindre
des vitesses de déplacement très élevées et des temps de réponse très courts.
- Surcharge : les outils et différents équipements pneumatiques admettent la charge jusqu'à
leur arrêt complet, donc aucun risque de surcharge.

II. Analyse d’une installation :


La production est assurée par une installation qui comprend :
- Un compresseur commandé par un moteur électrique.
- Un réservoir accumulateur d’énergie.
- Des dispositifs de sécurité, de régulation.
- Des circuits de distribution.

Analyse d'une installation

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 54


Cours hydraulique et pneumatique

La figure donne un aperçu d’une installation complète d’air comprimé

Le branchement d’une machine ou installation se fait par piquage au dessus de la ligne principale
d’alimentation.
Chaque machine ou installation est équipée d’un poste de branchement dans lequel se trouvent les
appareils de traitement de l’air comprimé
L’air comprimé est chargé d’impuretés solides (poussières) et liquide (eau) qui proviennent de l’air
aspiré et des dépôts de rouille qui se forment dans les canalisations.
Il faut éliminer ces impuretés pour assurer la longévité du matériel utilisé dans les parties opératives et
commandes.
On utilise toujours un filtre, un régulateur, et un lubrificateur entre l’arrivée d’air sur le réseau
et le mécanisme automatisé.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 55


Cours hydraulique et pneumatique

III. Bloc de conditionnement de l’air :


Il est composé de trois modules.
3.1. Fonctionnement des trois modules :

MANOMETRE : il indique la pression de


l'air comprimé en sortie du régulateur.

1. Le filtre : a pour but


d'épurer l'air comprimé
par élimination
- de l'eau
- des impuretés
solides (rouilles,
3. le lubrificateur : a pour
poussières, etc…)
but d'envoyer dans l'air
épuré un lubrifiant. (Huile)

2. le régulateur : Appelé encore détendeur a pour but de


régler la pression d'utilisation et de la maintenir constante. Il
absorbe les appels de débit en aval et les surpressions
passagères.

Il doit être placé le plus prés possible du mécanisme automatisé à alimenter.

SCHEMAS SYMBOLISATION FONCTIONNEMENT


Le déflecteur 1 provoque un
1F
tourbillonnement de l'air contre la paroi
de la cuve et permet ainsi aux
gouttelettes d'eau de se déposer. Les
particules solides sont filtrées par la
cartouche 3.
La vidange se fait par l'orifice 4.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 56


Cours hydraulique et pneumatique

La pression de l'air fait monter l'huile en 1


1L dont le débit est réglé par une vis
pointeau 2.
Les gouttelettes sont pulvérisées et
entraînées par l'air. C'est ce brouillard
d'huile qui va alimenter les vérins, les
distributeurs, etc..
La manette de réglage 1 permet par
l'intermédiaire du ressort 2 et du
diaphragme 3, de régler l'ouverture de la
soupape 4 qui donne le passage de l'air

1R du circuit primaire à la pression P1 au


circuit secondaire à la pression P2. La
pression s'établit sous le diaphragme 3
qui tout en pilotant la soupape 4 prend
une position d'équilibre et maintien une
pression constante.

Symbolisation du manomètre :
1G

IV. Les Compresseurs :

Ce sont des générateurs d’air comprimé. Ils sont de trois essentiels types :
à pistons, rotatifs et centrifuges.

4.1. Compresseurs à pistons :

Figure 5.1 : compresseur à pistons

Il est constitué par un cylindre et deux couvercles. Le cylindre contient quatre lumières garnies de
clapets : deux d’entre elles communiquent avec l’atmosphère et les deux autres avec le réservoir.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 57


Cours hydraulique et pneumatique

Un piston garni de segments d’étanchéité est actionné par un système bielle manivelle (non
représenté).
Considérons la cavité gauche et le piston au point mort gauche et commençant sa course vers la
droite.
a) Dans l’espace mort il y’avait de l’air comprimé. Le déplacement du piston provoque une
détente.
b) La pression atteint la pression atmosphérique, le clapet A s’ouvre et l’air atmosphérique
entre dans le compresseur : c’est la phase d’aspiration.
Le piston est au point mort droit et commence sa course vers la gauche.
a) Le volume diminue dans une enceinte fermée : c’est la phase de compression.
b) La pression dans la cavité gauche atteint la pression du réservoir : le clapet R s’ouvre : c’est
la phase de refoulement
Il faut donc deux temps et quatre phases pour accomplir entièrement un cycle.
La vitesse de rotation n’est pas très élevée (500 tr/min) ; les débits sont petits mais les
pressions sont élevées. (60 N/cm²).

4.2. Compresseurs rotatifs (type Roots) :

Figure 5.2 : compresseur rotatif

Il est constitué par un cylindre C et deux rotors désaxés R et R’ judicieusement dessinés afin qu’ils
soient constamment tangents au cylindre et tangents entre eux.
La figure 4.2 en donne le fonctionnement.
Les parties colorées montrent l’air aux différents stades.
Position A : aspiration puisque la cavité colorée est en communication avec l’atmosphère.
Position B : l’air (coloré) reste à la pression atmosphérique puisque les cavités colorées ne modifient
pas leur volume malgré la rotation.
Position C : compression puisqu’il y’a diminution du volume des cavités colorées.
Position D : refoulement de l’air puisqu’il y’a communication des cavités colorées avec la lumière de
refoulement.
Le débit est plus important que celui du compresseur à piston mais les pressions atteintes sont moins
fortes (40 N/cm²).

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 58


Cours hydraulique et pneumatique

4.3. Compresseurs centrifuges :

Figure 5.3 : compresseur centrifuge

Il est constitué par une succession de roues à aubes placées en série sur un même arbre.
L’air entre par la tubulure d’aspiration TA, passe dans la première roue R dans laquelle il est
centrifugé, et sa vitesse augmente.
Il passe ensuite dans le diffuseur D dans lequel sa vitesse tombe et sa pression augmente.
Il passe ensuite au collecteur C pour s’engager dans la seconde roue dans laquelle il sera soumis à
une nouvelle centrifugation.
L’air est donc soumis de ce fait à une augmentation progressive de pression depuis l’aspiration
jusqu’au refoulement.
Ces appareils tournent très vite (6000 tr/min) ont un grand débit mais une petite pression de
refoulement (20 N/cm²)

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 59


Cours hydraulique et pneumatique

ANNEXE

I. Comparaison entre les énergies :

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 60


Cours hydraulique et pneumatique

II. Informations techniques :

Composant Informations
Capacité maximale (litre)
Réservoir Capacité minimale (litre)
Type, catégorie et classe de viscosité du fluide
Débit nominal (litre/minute)
Pompe Cylindrée (cm3)
Débit maximal (cylindrée variable)
Débit minimal (cylindrée variable)

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 61


Cours hydraulique et pneumatique

Composant Informations
Puissance nominale (KW)
Moteur d’entraînement
Fréquence de rotation (tr/min)

Appareil de réglage de la pression Pression de réglage (Pa ou bar)


Diamètre alésage
Diamètre tige
Vérin
Course maximale

Cylindrée (cm3)
Couple (N.m)
Moteur
Fréquence de rotation (tr/min)
Sens
Volume total (l)
Pression de pré charge (MPa)
Accumulateur
Pression de fonctionnement minimale (MPa)
Pression de fonctionnement minimale (MPa)
Type de gaz

Filtre rapport de filtration

Diamètre nominal extérieur


Tuyauterie
Epaisseur de la paroi
Diamètre nominal intérieur (flexible)

Manomètre plage de pressions

III. Symboles :
TRANSMISSION DE L’ENERGIE ET APPAREILS DE CONDITIONNEMENT :

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 62


Cours hydraulique et pneumatique

TRANSFORMATION DE L’ENERGIE :

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 63


Cours hydraulique et pneumatique

SOURCE D’ENERGIE :

ORGANE DE REGLAGE DE DEBIT :

APPAREILS COMPLEMENTAIRES :

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 64


Cours hydraulique et pneumatique

ORGANES DE REGLAGE DE PRESSION :

IV. Lexiques Français – Anglais - Allemand


Dans le tableau ci-dessous vous trouvez un lexique des principaux termes qui peut être nécessaire un
jour surtout dans des applications industrielles ;

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 65


Cours hydraulique et pneumatique

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 66


Cours hydraulique et pneumatique

Références bibliographiques :
C.ROUX – Hydraulique pratique – Ed PVC J.FAISANDIER et Collaborateurs – Mécanismes
DUNOD hydrauliques et pneumatiques – 8eme Edition
1999 - DUNOD.
A.CAVIN, H.GEEREE – Eléments hydrauliques Michel Portelli – Technologie d’hydraulique
Ed EYROLLES Industrielle
J.FAISANDIER et Collaborateurs – Mécanismes R. DEBORDE, A.GEORJON - Maintenance des
hydrauliques
systèmes industriels – HACHETTE Technique.
C.DUCOS – Recueils de schémas et de J.FAISANDIER – Hydraulique et électro-
problèmes hydrauliques – Edition Techniques hydraulique Ed DUNOD
et documentation.
C.DUCOS – Automatismes oleo-hydrauliques A.CHEVALIER – Guide du dessinateur

et pneumatiques – Cours problèmes et industriel- Edition 2004 – HACHETTE Technique

schémas.

Enseignant: Ben Said Lotfi Année 2008/2009 Page 67