Você está na página 1de 12

Fondations superficielles :

- méthodes basées sur les essais in situ –

L’ESSAI PRESSIOMETRIQUE
 Principe de l’essai :

L’essai pressiomètrique consiste à effectuer, d’abord, un forage préalable destiné à recevoir


la sonde pressiomètrique.
On descend ensuite cette dernière au niveau désiré et on effectue l’essai proprement dit, qui
consiste à gonfler les cellules par paliers égaux de Δt =1min en mesurant à chaque palier le
volume injecté dans la cellule principale à 15s, 30s et 1min avant de passer au palier suivant.
Les caractéristiques déduites de l’essai :

Le résultat de l’essai se traduit par une courbe pressiomètrique; trois caractéristiques du sol
sont déduites :

 Le module pressiomètrique Ep qui définit le comportement pseudo élastique du sol.

 La pression de fluage Pf qui définit la limite entre le comportement pseudo - élastique et


la phase plastique.

 La pression limite Pl qui définit la résistance du sol à la rupture.


La charge limite Ql :

Pour une semelle isolée soumise à une charge verticale centrée, la charge limite est
déterminée par l’expression :

Avec :
Ap : Section droite de la fondation.
qu : la contrainte de rupture.

La contrainte de rupture :

La contrainte de rupture est donnée par la relation suivante :

Avec :
q0 : la contrainte verticale totale des terres au niveau de la fondation

Pl*e : la pression limite nette équivalente : Pl*e = Ple –p0

ple : pression limite équivalente du sol

p0 : contrainte horizontale initiale du sol au repos au niveau de la fondation (contrainte totale)


Kp : Facteur de portance, fonction de la nature de la formation concernée, de la profondeur
d’encastrement relative De/B et du rapport B/L ou De est la hauteur d’encastrement équivalente
définie plus tard.

Le facteur de portance Kp (fascicule 62 V)

La hauteur d’encastrement équivalente : De

La hauteur d’encastrement équivalent De est donnée par l’expression suivante :

Avec :

Ple : la pression limite équivalente sous la base de la fondation.

Pl(z) : est obtenue en joignant par des segments de droite sur une échelle linéaire les différents Pl
mesurés.

d : est généralement pris égal à 0, sauf s’il existe des couches de très mauvaises caractéristiques en
surface.

La pression limite équivalente : Ple

a) Terrain homogène :
Lorsque le terrain sous la fondation est constitué, jusqu’à une profondeur d’au moins 1,5 B, d’un
même sol ou de sols de caractéristiques comparables, on établit un profil linéaire schématique,
représentatif de la tranche du sol [D ; D+1.5 B] de la forme Pl=az+b

La pression limite nette équivalente est prise égale à :

b) Terrain non homogène :


Le terrain est constitué sous la fondation, jusqu’à une profondeur d’au moins 1,5B, de
sols de natures différentes et de résistances mécaniques différentes, mais de même
ordre de grandeur.
Pour le calcul de Ple, après avoir éventuellement éliminé les valeurs singulières, on
procède à une moyenne géométrique sur la tranche de sol [D;D+1,5B] :
La contrainte admissible

La contrainte admissible est donnée par la relation suivante :

Avec :
q0: la contrainte verticale totale des terres au niveau de la fondation
Pl*e : la pression limite nette équivalente :
Kp : Facteur de portance, fonction de la nature de la formation concernée, de la profondeur
d’encastrement relative De/B et du rapport B/L ou De est la hauteur d’encastrement
équivalente définie plus tard.
LE PENETROMETRE STATIQUE
 Le pénétromètre statique

L’appareil est constitué d’un tube extérieur de Ø5 à 10cm à l’intérieur duquel peut coulisser
une tige terminée par un cône.
L’essai consiste à mesurer au moment de l’enfoncement du pénétromètre la charge sur la
tige (détermine la résistance de pointe) et la charge sur le tube (détermine la valeur du
frottement latéral)

La charge limite Ql

Pour une semelle isolée soumise à une charge verticale centrée, la charge limite est
déterminée par l’expression :

Avec :
Ap : Section droite de la fondation.
qu : la contrainte de rupture
La contrainte de rupture :

La contrainte de rupture est donnée par la relation suivante :

Avec :
q0: la contrainte verticale effective des terres au niveau de la fondation
qce : la résistance de pointe équivalente définie ci-après.
Kc : Facteur de portance, fonction de la nature de la formation concernée, de la profondeur
d’encastrement relative De/B et du rapport B/L ou De est la hauteur d’encastrement
équivalente définie plus tard.

Le facteur de portance Kc (fascicule 62 V)

La hauteur d’encastrement équivalente : De

La hauteur d’encastrement équivalent De est donnée par l’expression suivante :


Avec :
qce : la résistance de pointe équivalente.
qcc(z) : est la résistance de pointe corrigée.
d : est généralement pris égal à 0, sauf s’il existe des couches de très mauvaises
caractéristiques en surface.

La résistance de pointe équivalente : qce

C’est une résistance de pointe moyenne autour de la base de la fondation définie, à partir
d’une courbe qcc(z) lissée par :
La contrainte admissible :

La contrainte admissible est donnée par la relation suivante :

Avec :
q0 : la contrainte verticale totale des terres au niveau de la fondation
qce : la résistance de pointe équivalente définie ci-après.
Kc : Facteur de portance, fonction de la nature de la formation concernée, de la profondeur
d’encastrement relative De/B et du rapport B/L ou De est la hauteur d’encastrement
équivalente définie plus tard.

COEFFICIENTS MINORATEURS

L’influence de l’inclinaison de la charge et la géométrie du sol de fondation :

Dans le cas ou la charge sollicitant une fondation superficielle est inclinée, ou lorsque cette
fondation est implantée en crête de talus, on utilise un coefficient minorateur à affecter à la
contrainte limite pour tenir compte de ces cas de figures :
EVALUATION DES TASSEMENTS : METHODE PRESSIOMETRIQUE

Cas d’un sol homogène :

Dans le cas d’un sol homogène, le tassement final se fait à l’aide de la formule :

Les valeurs des coefficients de forme sont données au tableau suivant :

Les valeurs du coefficient rhéologique sont données au tableau suivant :


Cas d’un sol hétérogène :

Dans le cas d’un sol hétérogène, le tassement final se fait à l’aide de la formule :