Você está na página 1de 3

Sociologie I –Classes, stratification et mobilité sociale

Acquis de première: groupe social 1- 1 – Comment analyser la structure sociale?


Notions: catégories socioprofessionnelles

Fiche introductive – La classification de la population par l’INSEE

La classification des PCS a été élaborée par les statisticiens de l’INSEE dans les années 50 (en 1954). Elle
constitue le principal instrument d’analyse de la structure sociale en France.
Cette nomenclature a été modifiée en 1982 lors du recensement au profit de celle des professions et catégories socioprofessionnelles
(PCS). Une nouvelle nomenclature ne remettant pas en cause l’essentiel et conservant le nom de PCS est entrée en vigueur en
2003.En effet, une classification de la population doit évoluer en même temps que cette population.

Les objectifs de la classification de l’INSEE

 Le but de la classification de l’INSEE est de disposer d'un outil statistique pour :


 analyser la société française
 vérifier empiriquement les analyses théoriques de la stratification.
 mettre en évidence les transformations économiques et sociales

 Pour cela, il faut « classer l’ensemble de la population en un nombre restreint de catégories


présentant chacune une certaine homogénéité sociale ». Les individus d’une même catégorie doivent avoir :
 des situations proches : conditions de vie et place dans la hiérarchie sociale à peu près similaires,
 des comportements et attitudes similaires: pratiques communes, goûts, opinions politiques relativement proches,
etc.
 Pour atteindre cet objectif d’homogénéité sociale, il faut classer les individus en fonction de leur situation professionnelle

La nomenclature de l’INSEE

 La construction de la nomenclature :
 La nomenclature PCS 2003 comporte quatre niveaux d'agrégation emboîtés.
 Au niveau le plus fin, un poste de la nomenclature PCS correspond à une profession : 486 postes d'actifs, et 11 postes
supplémentaires pour les personnes sans activité professionnelle
 Les niveaux d'agrégation intermédiaires sont ceux des catégories socioprofessionnelles à deux chiffres : 42 postes avec
une version agrégée en 24 postes.
 Au niveau le plus agrégé se trouvent les groupes socioprofessionnels : 8 postes, correspondant au premier chiffre de la
PCS.

 Les critères utilisés pour classer les individus : la nomenclature des PCS est multidimensionnelle : elle
regroupe les individus en catégories sociales homogènes selon leur activité professionnelle, sur la
base de sept critères :
 la profession
 la position hiérarchique au sein de la profession exercée (ou de l’ancienne profession en cas de
retraite) pour les salariés
 La qualification : le niveau de diplôme requis pour exercer cette profession,
 le statut (salarié ou indépendant),
 l’opposition fonction publique /entreprise
 la taille de l’entreprise (pour les non salariés)
 la nature de l’activité (agricole, artisanale, industrielle).

Remarque : le revenu n’est pas un critère utilisé

 cette nomenclature est basée sur une double hiérarchie :


 la distinction entre salariat et non salariat
 une autre hiérarchie, interne à chacun de ces deux ensembles,
basée sur la qualification et les responsabilités

 Le classement de la population

1
 Le classement des actifs

Groupe socio- Critère(s) utilisé(s) Caractéristiques des individus


professionnel
agriculteurs Statut indépendant indépendants qui exercent à titre professionnel une activité agricole, soit en qualité
exploitants Secteur primaire de chef d'exploitation, soit en qualité d'associé d'exploitation ou d'aide familial non
salarié.
artisans, Statut indépendant actifs qui mettent en valeur un capital économique en tant que chef de leur
commerçants et Secteur secondaire ou propre entreprise, mais travaillent seul ou n'emploient qu'un petit nombre de
chefs d’entreprises tertiaire salariés, dans un domaine où l'aspect "travail manuel est important, en dehors de
de plus de 10 l'agriculture.
salariés
cadres et professions Diplôme élevé actifs qui appliquent directement des connaissances très approfondies dans les
intellectuelles Place dans la domaines des sciences exactes ou humaines à des activités d'intérêt général de
supérieures hiérarchie élevée recherche, d'enseignement ou de santé. Des professionnels de l'information des arts
et des spectacles dont l'activité est liée aux arts et aux médias. Des cadres
administratifs et commerciaux d'entreprise, salariés qui ont des responsabilités
importantes dans la gestion des entreprises. Des ingénieurs et cadres techniques
d'entreprise, salariés exerçant des fonctions de responsabilité qui nécessitent des
connaissances scientifiques approfondies.
professions Statut : salarié Deux tiers des membres du groupe occupe une position intermédiaire entre les
intermédiaires Place moyenne dans cadres et les agents d'exécution, ouvriers ou employés.
la hiérarchie Les autres sont intermédiaires dans un sens plus figuré. Ils travaillent dans
qualification l'enseignement, la santé et le travail social; parmi eux, les instituteurs, les
moyenne infirmières, les assistantes sociales.

Employés Statut : salarié professions très variées et souvent mal définies : secrétaires et les agents de bureau,
Place et qualification mais aussi les agents hospitaliers, les vendeurs, les pompiers ou les gens de maison.
faible dans la
hiérarchie
Ouvriers Statut salaire Le groupe ouvrier est structuré par une série d'oppositions. La qualification instituée
Place et qualification dans les conventions collectives est la première
faible dans la Deuxième clivage, l'opposition entre travail industriel et travail de type artisanal,
hiérarchie qui a été introduite dans la nouvelle nomenclature.

 Le classement des inactifs

7. retraités : personnes âgées de 53 ans ou plus qui n'ont pas d'emploi et ne sont pas au chômage, mais qui ont eu autrefois
(éventuellement pendant une durée minimale spécifiée) une activité professionnelle.
8. autres personnes sans activité professionnelle : la population au chômage et la population inactive

Remarque : Les groupes 7 et 8 ne sont pas utilisés dans les analyses portant sur les actifs, ils le sont en revanche dans les études
portant sur les ménages, ils servent alors au classement à partir de la position du chef de ménage.

Intérêts et limites de la classification des PCS

 Les apports de la classification

• Elle permet d’étudier la structure sociale et son évolution : grâce à la nomenclature, on a pu voir le déclin des travailleurs
indépendants (Groupes 1 et 2), l’essor des ouvriers jusqu’en 1975 puis leur déclin, la progression du nombre de salarié non
ouvriers (employés, PI, cadres)
• Elle facilite la description des pratiques sociales : les différences de modes de vie sont mieux cernées
• Elle permet de mesurer les inégalités : revenus, patrimoine, consommation

 Les limites de la classification

 Des critiques structurelles lors de la création de la nomenclature :


- Certaines PCS sont très hétérogènes :
 La catégorie ouvriers réunit des salariés qualifiés et d’autres très peu qualifiés (manœuvre)
 Les cadres et professions intellectuelles supérieures réunissent des salariés diplômés, mais avec des revenus très
hétérogènes
- C’est un outil français qui ne facilite pas les comparaisons internationales. C’est pour cette raison que depuis le
milieu des années 1990 la commission européenne a commandé une série d’études pour harmoniser les classifications
au niveau européen.

2
 Les sociologues marxistes considèrent que la classification masque la domination liée aux rapports sociaux

 Des critiques qui sont apparues avec les transformations économiques et sociales. En effet, la classification a été créée dans
les années 1950 et elle n’est pas toujours adaptée à la structure sociale actuelle :
- Au niveau de l’emploi :
 le travail rémunéré était la principale source d’identification sociale : la nomenclature est donc basée de manière
essentielle sur le travail, puisque le fondement du classement est la profession. L’augmentation du nombre de
chômeurs depuis le milieu des années 1970 rend le travail moins déterminant dans la définition de l’identité sociale
 à l’époque de sa création, l’emploi normal (CDI à temps plein) était majoritaire. Même si c’est encore le cas
aujourd’hui, des emplois atypiques (CDD, intérim, temps partiel) se sont développés. Or la classification de
l’INSEE ne tient pas compte de la diversité des contrats
- Des distinctions sociales aujourd’hui essentielles ne sont pas prises en compte
 Mode de vie familial (familles monoparentales ou non)
 Lieux d’habitat (centre ville , banlieue, etc.)
 Origines ethniques et pratiques religieuses