Você está na página 1de 5

LA PROGRESSION THÉMATIQUE

Attention ! Attention ! Patientez au chargement !

PLAN DE LA PAGE :

1. Introduction : qu'est-ce que la progression thématique ?


2. Les trois sortes de progression thématique
3. Relations entre types de progression thématique et sortes de texte (aperçu)
4. Les substituts
NAVIGATION

L'icône vous permet de retourner au sommet de la page


L'icône vous permet d'aller à l'occurrence suivante au sein d'une énumération

1/ INTRODUCTION
Essai de définition :

La progression thématique correspond à la manière dont s'enchaînent les phrases au sein d'un texte : elle
est à l'origine du sentiment qu'a le lecteur de la cohérence d'un texte (les idées se suivent "naturellement"
ou non).

Vocabulaire :

Chaque phrase comporte :

un thème : c'est ce dont on parle. Chacun des interlocuteurs admet ou connaît le thème lorsqu'il le
rencontre. Il fait, en effet, partie ou bien de ses connaissances, ou bien des connaissances que lui a
déjà fournies le texte.

un propos : c'est ce qu'on dit du thème. Il s'agit d'une information nouvelle, donnée sur le thème.

Trouver le thème et le propos d'une phrase :

Pour trouver le thème et le propos d'une phrase, recourir à une question à laquelle on peut répondre par la
phrase analysée. Dans ce cas,

La partie de la phrase que contient la question est le thème (élément sur lequel on cherche à
obtenir une information).

Ce qui constitue l'information donnée en réponse est le propos (information nouvelle apportée sur
le thème)

Exemples :

EXEMPLE 1 :
Au Nord de l'hémisphère nord, le climat est plus froid qu'au Sud de cet hémisphère.
Question : qu'est-ce qui se passe au Nord de l'hémisphère nord ?
Réponse : le climat est plus froid qu'au Sud de cet hémisphère.

THÈME : "au Nord de l'hémisphère nord"


PROPOS : "le climat est plus froid qu'au Sud de cet hémisphère."
EXEMPLE 2 :
Le climat est plus froid au Nord de l'hémisphère nord qu'au Sud de cet hémisphère.
Question : Où le climat est-il plus froid ?
Réponse : au Nord de l'hémisphère nord (comparativement au Sud de cet hémisphère)

THÈME : "le climat est plus froid"


PROPOS : "au Nord de l'hémisphère nord (comparativement au Sud de cet
hémisphère)"

2/ TROIS SORTES DE PROGRESSION THÉMATIQUE


PRINCIPALES
* . Rappel de définition

L'analyse de la PROGRESSION thématique décrit le rapport qu'entretient le thème d'une phrase avec les
éléments de la phrase qui la précède, et ainsi de suite pour toutes les phrases d'un texte.

A. La progression thématique à THÈME CONSTANT.

B. La progression thématique à THÈME LINÉAIRE.

C. La progression thématique à THÈME ÉCLATÉ (ou DÉRIVÉ).


Le "super-thème" est en général exprimé dans une phrase qui précède la partie du
texte utilisant une progression à thème éclaté (ou "dérivé"). Dans cette phrase qui précède, il
peut, comme dans l'exemple ci-dessus, faire partie du propos ; dans ce cas, la première
phrase de la partie de texte suivant une progression à thème éclaté s'enchaîne à la
précédente selon le principe de la progression à thème linéaire.

(retour au début des "Sortes de progression thématique")

3/ RELATIONS ENTRE PROGRESSIONS THÉMATIQUES ET


TYPES DE TEXTE (aperçu)
A. Pas d'unité de progression dans un texte donné

Aucun texte (ou peu s'en faut) ne présente une sorte de progression thématique fixe TOUT AU LONG de
son déroulement. Mais il y a quelques constantes qui peuvent être dégagées : on peut reconnaître des
progressions thématiques majoritaires selon le type de texte.

B. La progression à thème CONSTANT

Elle est fréquente dans les textes :

narratifs (ex. : présentation des actions ou des réflexions successives d'un personnage donné)
de portrait d'un personnage (ex. : notice biographique)
injonctifs, par ex. de type publicitaire (ex. : le thème des phrases rappelle de manière martelée le
produit vanté)

C. La progression à thème LINÉAIRE

On la trouve fréquemment dans les textes :

explicatifs (à enchaînement déductif, en particulier)

D. La progression à thème ÉCLATÉ (ou DÉRIVÉ)

Elle se rencontre beaucoup dans les textes :

descriptifs (ex. : accumulations de détails à propos d'un ensemble qui est décrit)
4/ LES SUBSTITUTS
A. Trois options pour reprendre dans une phrase suivante une idée contenue dans un mot
d'une phrase donnée.

La répétition pure et simple du mot


L'emploi d'un pronom
Les substituts lexicaux (ex. : les synonymes)

B. Quatre sortes de substituts de type lexical

Les synonymes

Son erreur le remplit de confusion. Mais son désarroi resta


parfaitement secret. À ses yeux, que fût perceptible la gêne
qu'il ressentait était totalement impensable.
Les équivalents qui s'appuient sur le passage du particulier au plus général (l'inverse est impossible) (voir
l'hyperonymie)

Vénus a toujours fait rêver les hommes : car cette planète ne


manque pas d'atouts pour délier l'imagination. Un tel astre en
effet est en train de renforcer sa réputation depuis l'envoi récente
de nouvelles sondes photographiques et scientifiques.
Les équivalents qui s'appuient sur certaines qualités, certains attributs supposés connus du lecteur (ou de
l'interlocuteur). Nombreux sont ces équivalents dont la forme est une périphrase.

De source scientifique, nous venons d'apprendre que Vénus


allait recevoir de nouvelles visiteuses : les sondes qu'on vient
d'envoyer vers notre plus proche voisine devraient la rejoindre
d'ici plusieurs semaines. Les mystères de l'Étoile du Berger
devraient être quelque peu malmenés.
Les équivalents qui introduisent un jugement (favorable ou défavorable). Ils sont souvent faits d'une périphrase.

Les rats sont à nouveau aux portes de notre cité : ces êtres
infernaux ont brusquement réapparu en nombre. Et rien ne
permettait jusqu'à maintenant de prévoir l'irruption nouvelle de cet
ennemi.
La métaphore (occasionnellement) et la métonymie peuvent également servir de substituts

L'arbre avait ses branches maîtresses toutes brisées : ce


pauvre être sans bras (métaphore) faisait pitié. Comment bois
(métonymie) si puissant pouvait-il offrir pareil spectacle ?
Pour donner votre opinion ou faire des commentaires...

Retour au haut de la page


Retour au sommaire des fiches de synthèse
Retour au SOMMAIRE GÉNÉRAL
Dernière main : 17 juin 2003