Você está na página 1de 4

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

Partout, les signaux de tension s’accumulent. En


septembre, les investissements dans l’immobilier,
Les ombres chinoises sur l’économie
l’industrie, les infrastructures, qui forment les
mondiale piliers de la croissance chinoise, sont tombés à
PAR MARTINE ORANGE
ARTICLE PUBLIÉ LE MERCREDI 24 OCTOBRE 2018 leur bas niveau, selon les dernières statistiques
officielles. La production industrielle est en baisse.
La consommation est en recul partout : les ventes
automobiles sont en baisse de 12 % depuis le début
de l’année, les ventes sur internet sont en chute,
de même que les ventes au détail. Quant au marché
immobilier, il est en chute nette.

Donald Trump et Xi Jinping en mars 2018. © Reuters


La guerre commerciale lancée par Donald Trump
contre Pékin frappe au moment où l’économie
chinoise, en pleine transition, est la plus vulnérable.
Après avoir tenté d’assainir son système financier,
le gouvernement chinois a desserré de nouveau la
Donald Trump et Xi Jinping en mars 2018. © Reuters
machine à crédit pour soutenir la croissance. Les
États-Unis soupçonnent la Chine de manipuler sa Le malaise s’exprime encore plus fortement sur
monnaie, en chute libre face au dollar, pour contrer les marchés boursiers, à leur plus bas niveau
leurs mesures de rétorsion. depuis la crise de 2015. Cette baisse accélérée
pose des problèmes redoutables pour les autorités
Pour la troisième fois depuis le printemps, la Banque
chinoises. Toute l’épargne de la classe moyenne est
populaire de Chine a modifié, le 8 octobre, la
investie directement ou indirectement sur les marchés
régulation bancaire, en abaissant le montant des
boursiers. Alors que la chute se poursuit, beaucoup
réserves obligatoires pour les banques commerciales.
risquent de vouloir retirer le plus rapidement possible
Ce nouvel assouplissement des règles est censé libérer
leurs économies, comme ce fut le cas en 2015, pour
quelque 750 milliards de renminbis (environ 100
sauver ce qui peut l’être. Au risque d’accentuer encore
milliards d’euros), afin de faciliter le financement de
l'effondrement boursier.
l’économie. Dans quel état se trouve donc l’économie
chinoise pour que le gouvernement et la banque
centrale assouplissent au fil des mois les règles
bancaires, cherchent à tout prix à relancer le crédit ?
Pas dans sa meilleure forme, assurément.
Évolution de l'indice de la bourse de Shanghai sur un an. © Bloomberg
Même si les autorités chinoises maintiennent que la Un scénario de cauchemar pour les autorités chinoises.
croissance chinoise sera de 6,8 % cette année, tout tend Car le système financier et de crédit s’est développé en
à prouver que la machine économique est en train de se donnant comme garantie des actions. « Les régulateurs
dérégler. Les derniers chiffres, publiés le 19 octobre, redoutent un risque systémique. Car si les marchés
traduisent un ralentissement plus fort que prévu. actions continuent de chuter, des banques seront
En apparence, rien encore d’alarmant : l’activité n’a obligées d’appeler les groupes, parce que la valeur
progressé que de 6,5 % au troisième trimestre contre de leurs “collaterals” [titres déposés en garantie
6,7 % au trimestre précédent. Mais c’est le rythme le – ndlr] aura baissé, ce qui risque de provoquer
plus faible depuis la crise de 2009. des ventes massives », explique Jackit Wong,

1/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

analyste à la banque d’investissement Mitsubishi La Chine n’est plus, depuis une bonne décennie, une
UFJ Financial Group. Manifestement inquiètes, les économie dépendante de ses seules exportations :
autorités de la banque de Chine et de régulation ont deux tiers de ses productions ont pour objet de
publié un communiqué commun le 20 octobre, pour répondre à la demande intérieure. Mais les attaques
rappeler leur soutien aux marchés. Elles promettent de de Donald Trump contre Pékin frappent à un moment
nouvelles mesures d’assouplissement financier, afin où l’économie chinoise se trouve dans une situation
d’aider les groupes en difficulté, particulièrement ceux de grande vulnérabilité.« Toutes sortes de risques
qui ont mis en nantissement leurs actions. et de problèmes qui se sont accumulés dans le passé
Pékin insiste beaucoup sur la responsabilité du resurgissent maintenant. C’est unprocessus inévitable
gouvernement américain dans les difficultés actuelles. mais qui doit être abordé rationnellement», a expliqué
Chaque jour, le ton monte entre Washington et Pékin. dans un entretien à l’agence de presse Xinhua
Après avoir taxé l’acier, le gouvernement américain News, Liu He, principal conseiller économique du
a imposé en août une surtaxe sur 200 milliards président Xi Jinping. Avant d’assurer qu’en dépit des
de dollars d’importations chinoises. Donald Trump difficultés du moment, la Chine avait « un avenir
menace d’imposer de nouvelles taxes sur d’autres brillant devant elle ».
produits importés de Chine, si Pékin ne se montre pas Depuis plusieurs années, les autorités chinoises tentent
plus conciliant. de changer de modèle. Ce dernier lui a permis
Pour l’instant, cette guerre économique entre les États- une expansion sans précédent historique mais en
Unis et la Chine ne se traduit pas encore dans les s’appuyant sur une accumulation de dettes, elle aussi
chiffres. Les transporteurs maritimes font état de historique. Les dettes privées s’élèvent à plus de 250
hausses spectaculaires de cargaisons au cours des % du PIB, selon le calcul du FMI. Pour calmer le
dernières semaines. Les exportations totales de la jeu, le gouvernement essaie de reprendre en main
Chine ont augmenté en moyenne de 11,7 % au cours graduellement le système financier.
du troisième trimestre. Le déficit américain à l’égard Mi-2017, la banque centrale a fermé le robinet
de Pékin a encore augmenté en octobre pour atteindre des liquidités, en mettant un terme à sa politique
le niveau record de 31,05 milliards de dollars (26,88 monétaire ultra laxiste qu’elle avait dû reprendre à
milliards d'euros) en août, soit près de 19 % de plus l’été 2015 pour prévenir une nouvelle crise financière.
qu'en août 2017. De nouvelles règles prudentielles ont été imposées
Pour certains analystes, ce n’est qu’une question aux banques, afin de mieux contenir le crédit et
de temps : les rétorsions américaines vont la spéculation, et les obliger à provisionner leurs
immanquablement se faire sentir sur l’économie mauvaises créances.
chinoise. Le surcroît d’exportations ces dernières Ce resserrement monétaire, même graduel, a
semaines serait en fait la traduction d’achats de déstabilisé la finance chinoise. D’autant que toute
précaution, avant que les surtaxes douanières entrent une finance de l’ombre, hautement spéculative, s’est
en vigueur. Des analystes comme ceux de la banque développée aux côtés des banques commerciales
Macquarie Capital pensent que les exportations classiques et menace l’ensemble. Au moindre faux
chinoises vont chuter entre 5 % et 10 % dans les mois pas, le périlleux échafaudage financier chinois peut
qui viennent. Ceux de JP Morgan prédisent que les imploser.
exportations vont commencer à faiblir à partir de 2019 Dès le début de l’année 2018, le gouvernement chinois
et la croissance chinoise pourrait tomber autour de 6 a commencé à s’alarmer : la croissance donnait de
%. dangereux signes de faiblesse. Le marché immobilier
semblait sur le point de caler ; les investissements dans
les infrastructures, conduits par les autorités locales,

2/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

diminuaient drastiquement, alors que le gouvernement Depuis, elles pilotent à vue, tentant par tous les
central avait limité leurs capacités d’emprunt ; des moyens de réaliser un atterrissage en douceur. Sans
entreprises, notamment des groupes publics locaux, vraiment y parvenir.
ne pouvaient plus faire face à leurs échéances de
remboursement et certaines ont fait faillite.
Par contrecoup, le système financier était pris à son
tour de convulsions. Les marchés boursiers chutaient,
les marchés obligataires se fermaient, et les banques Évolution du renminbi face au dollar sur un an. © Boursorama
voyaient leur stabilité financière dangereusement se Car toutes les tensions qui se sont accumulées dans
dégrader, alors que les créances douteuses et les crédits l’économie et le système financier trouvent leurs
impayés s’accumulaient dans leurs bilans. traductions sur le marché des changes : le renminbi ne
La chute du renminbi cesse de perdre de sa valeur, notamment par rapport au
dollar. Pour enrayer la fuite des capitaux, les autorités
ont considérablement durci les règles de change. Dans
le même temps, elles interviennent quasiment tous
les jours, allant jusqu’à ressortir un dispositif utilisé
du temps de Mao Zedong pour soutenir la monnaie
chinoise. Avec un succès limité. Le renminbi a perdu
encore 5% de sa valeur depuis l’été, pour atteindre 6,92
renminbi pour un dollar. Les marchés spéculent à la
© Reuters
Plus grave : la Chine faisait face à une véritable fuite baisse, anticipant le passage de la barre symbolique
des capitaux, liée à la fois à une peur d’une récession des 7.
et à la crainte de nombre d’oligarques et de grandes La dépréciation du renminbi a suscité une nouvelle
fortunes de voir le système chinois se durcir au fur et charge de Donald Trump contre Pékin. Le président
à mesure que le président Xi Jinping renforçait son américain accuse la Chine d’organiser une dévaluation
pouvoir absolu sur le pays. En quelques mois, plus compétitive en vue de contrer les mesures de
de 200 milliards de dollars ont ainsi quitté le pays pour rétorsion commerciales américaines. Le secrétaire
trouver refuge dans quelque place offshore ou paradis américain au Trésor Steven Mnuchin, dénonçant lui
fiscal jugé plus sûr. Conséquence de ces fuites : le aussi la faiblesse du renminbi, demande même que
renminbi s’est déprécié rapidement, perdant près de 10 désormais le taux de change soit inscrit dans les
% de sa valeur face au dollar. traités commerciaux, afin de couper court à toute
Face à une dégradation rapide et inattendue de la manipulation de la monnaie. La réponse de Pékin
situation économique, les autorités n’ont vu qu’une n’a pas tardé. « Pékin n’a pas d’autre choix que de
solution : desserrer les freins de la machine à crédit, en répondre à une guerre commerciale qui a été engagée
injectant à nouveau des milliards dans l’économie par par les États-Unis », a rétorqué l’ambassadeur de
le biais de l’assouplissement des régulations bancaires. Chine aux États-Unis.
L’escalade entre les deux pays a baissé d’un ton
dans la semaine, après que le Trésor américain
a déclaré qu’après enquête, il n’y avait pas de
manipulation de la monnaie chinoise par Pékin. Les
autorités américaines ont annoncé, cependant, qu’elles
continuaient à mettre Pékin sous surveillance. Les
autorités chinoises ont répliqué en indiquant qu’elles

3/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

continuaient à suivre au jour le jour l’évolution du comme monnaie de réserve face au dollar. « Nous
renminbi – le change de la monnaie chinoise est évalué pensons que la Chine maintiendra la valeur de sa
à partir d’un panier de 24 monnaies – afin de ne pas monnaie qui pourrait être un élément clé lorsque le
perturber les équilibres mondiaux. dollar baissera, ce qui risque d’arriver plus vite que
Si Donald Trump concentre toutes ses critiques sur prévu », estime de son côté la banque Saxo dans une
la monnaie chinoise, c’est qu’il sait qu’il s’agit du récente étude sur l’état du monde. Notant que les
maillon faible de la politique chinoise. Car Pékin autorités chinoises ont desserré à nouveau le crédit,
se retrouve à devoir résoudre une vraie quadrature celle-ci s’attend à une nouvelle politique de relance
du cercle : transformer son modèle et assainir son budgétaire, passant par de nouveaux programmes
système financier gorgé de dettes, tout en assurant une d’investissements publics ou des réformes fiscales.
croissance économique convenable pour le pays, et en « Nous avons encore des marges de manœuvre. Nous
maintenant la valeur de sa monnaie, afin que celle- avons encore beaucoup de moyens et d’outils pour
ci, dans un temps plus ou moins long, puisse servir soutenir la croissance mondiale », a assuré Yi Gang, le
de pilier fondateur à un nouvel ordre monétaire gouverneur de la banque de Chine lors du sommet du
multipolaire, où le dollar ne serait plus la seule FMI à Bali, le 13 octobre. Ses partenaires aimeraient
monnaie de référence internationale. le croire. Tous savent le rôle décisif que la Chine a
Dans une étude, la banque JP Morgan résume les choix joué pendant la crise de 2008, et à nouveau en 2015,
du gouvernement. « Soit la Chine choisit d’intervenir en acceptant de porter pratiquement à elle seule la
sur le marché des changes pour soutenir sa monnaie, charge de relancer l’économie mondiale, en injectant
au risque d’amenuiser ses réserves de change et des centaines de milliards de dollars.
de pénaliser ses échanges commerciaux ; soit elle Mais la Chine ne semble plus vouloir jouer la carte
augmente ses taux d’intérêt pour défendre sa monnaie, de la relance monétaire, devenue trop dangereuse pour
en courant le risque d’affaiblir son économie ; soit son propre système. Le voudrait-elle d’ailleurs que
elle laisse sa monnaie se déprécier au-delà des seuils cette politique risquerait de tourner à l’échec. Car
critiques, en courant le risque d’accélérer la fuite des à la différence de 2008 et 2015, elle serait la seule
capitaux et provoquer des corrections abruptes », écrit à ouvrir les vannes monétaires, alors que toutes les
la banque, avant de conclure que Pékin ne se retrouve autres banques centrales se sont engagées sur la voie
que devant de mauvaises solutions. de la normalisation et du resserrement du crédit.
Pour certains analystes de banque, les autorités Alors que se passera-t-il si, cette fois, la Chine
chinoises ont choisi : elles vont laisser la monnaie n’accepte plus de jouer le rôle de stabilisateur
chinoise se déprécier, mais en en limitant la chute afin mondial ?
de ne pas détruire les chances d’imposer le renminbi Quatrième volet : le temps du chacun pour soi.

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Directeur éditorial : François Bonnet Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, Thierry Wilhelm. Actionnaires peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
directs et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Marie-Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Société des Amis de Mediapart. Paris.

4/4