Você está na página 1de 8

Penser de manière scientifique en psychologie

- Scepticisme
- Humilité
- Eviter les biais

Quels sont les biais les plus communs ?


- Intuition et sens commun
- Biais de l’après coup
- Biais de la confiance excessive

Bonne théorie
- Quantitative : théories qui génèrent des prédictions vérifiables
- Qualitatif : théories qui génèrent des ensembles de probabilité dans des contextes
donnés

Les caractéristiques des trois grandes méthodes en psychologie


- Expérimentale
o Causalité
o Manipulation d’une VI
o Elimination des différence inter-sujets
- Clinique
o Observer, décrire, enregistrer
o Etude de cas (entretient, observation)
o Enquête (questionnaire)
- Corrélation
o Mise en évidence des relations qui surviennent naturellement
o Comparative

Grands paradigmes en compétition : lesquels ?


- Paradigme positiviste (recherche quantitative)
- Paradigme constructiviste (recherche qualitative)

Critiques à la "méthodolâtrie"
- Disparition du sens
- Accentuation de l'écart entre théories et applications dans leur contexte
- Exclusion de l'analyse de la place du chercheur
- Exclusion de la créativité du chercheur (pas d'exploration)

Caractéristiques du model constructiviste qualitatif


- L'homme est producteur de sens (Brunner)
- L'homme est toujours situé dans un milieu de vie contextualisé qui a une histoire
- Le milieu n'est pas une variable ajoutée mais une fondatrice (interraction-
coconstruction)

Critères pour évaluer la validité et les limites d'un travail qualitatif


- Engagement prolongé dans la recherche
- Triangulation (info de différentes sources, méthodes)
- Contrôle des pairs (groupe de travail, analyse croisée du matériel)
- Analyse des cas négatifs (qui contredisent hypothèse de travail)

Limites du model quantitatif


- Absence d'analyse de l'hétérogénéité des concepts
(contexte social, sens indiv, intentionnalité de l'homme)
- Faiblesse d'élaboration des questions épistémologiques
(santé<->normalité, démarche médicale<->pratique psychologique)
- Désintérêts pour la subjectivité

Limites du model qualitatif


- Absence de reproductibilité (expérience concrète, analyse de discours)
- Faiblesse de généralisation (groupes restreint, résultats contextualisés et
individualisés)
- Désintérêt pour la rationalité, l'objectivité

Caractéristiques du paradigme qualitatif (cf critères de validité)


- Primauté d'une psy concrète (sujet = globalité en situation)
- Langage = indicateur privilégié des modes d'expérience humaine
- Modélisation du vécu
- Refus de réduction simpliste à un sujet (bio-psycho-social)
- Construction de méthodes et de dispositifs en cohérence avec ces postulats

Caractéristiques du paradigme qualitatif


- Comprendre, décrire
- Singulier
- Sens et signification
- Contextualisation et situation culturelle
- Intersubjective et située culturellement

Méthodes du paradigme qualitatif


- Analyse de discours naturellement situés
- Observation ethnométhodologique
- Analyse phénoménologique
- Auto-confrontation à l'activité filmée en situation naturelle

Caractéristiques du paradigme quantitatif


- Mesurer, évaluer, prédire
- Universel
- Analyse statistique
- Hors contexte et influence culturelle
- Objectivité, culture-free

Méthodologie du paradigme quantitatif


- Questions standardisées
- Tests et échelles
- Expérimentations
- Mise en situation quasi-expérimentale

3 niveaux à intégrer dans l'intervention qualitative située


- Niveau cognitivo-comportemental
- Niveau phénoménologico-subjectif et intersubjectivité
- Niveau structural des phénomènes de l'inconscient
3 principaux courants qualitatifs en psychologie
- L'interractionnisme symbolique (ethnométhodes, obs. participante, significations
sociales, symbole, sens donné, langue, cachent des processus sous jacents)
- L'analyse de discours et co-construction du sens (contexte -> sens ->contraintes
historico-culturelles -> discours -> analyse)
- L'analyse phénoménologique (expérience consciemment vécue)

2 outils majeurs des méthodes qualitatives


- Entretient-interview (enregistrés)
- Observation (grilles, enregistrement, …)

3 différents types d'entretient


- entretien non-directif
- semi directif
- structuré (entretient d'explication)

Caractéristiques générales d'un entretien


- objectif (tel qu'il est vécu par le sujet)
- sens (de ce que S raconte)
- qualitatif
- descriptif (sans a priori)
- spécifique
- naïf (sans schème interprétatif)
- focalisation (pas ndr)
- sensibilité (du chercheur, différents résultats sur le même sujet)
- situation interpersonnel
- expérience positive (pour le S)

6 critères évaluatif du bon entretien


- discours spontané, riche et spécifique
- intervention rare et courtes et réponses longues et détaillées
- interventions précises
- vérification des interprétation en cours d'entretien
- entretien parlant en lui-même
- permet large procédure d'interprétation

7 étapes générales dans l'entretien (2 avant, 1 pendant, 4 après)


- construction de l'objet de recherche -> méthode adaptée
- conception et organisation
- conduite de l'entretien (guidage souple)

- transcription
- analyse
- vérification (généralisation, fidélité, validité)
- transmission (éthique, confidentialité)

5 étapes pour l'analyse de l'entretien (3 durant, 2 après)


- facilité la description et l'interprétation/analyse par le sujet lui-même
- inciter le sujet à faire des liens entre vécu et propos et à déterminer le sens
- chercheur = miroir laisse liberté au sujet

- interprétation de la transcription (structuration, analyse -> sens)


- vérification (nvo entretien)

L'entretien: définition du contexte selon Bateson


- ensemble de textes qui entourent l'unité de langue et donne un sens
- ensemble de circonstances dans lesquels s'insère un fait
- Ensemble d'informations verbales et non-verbales qui connotent le discours

Le contexte est un système de référence qui permet


- repérer la place de l'ensemble des faits
- repérer les interférences entre faits généraux et actes conversationnel

4 différents contextes (ou aspects qui contiennent un contexte)


- C. circonstanciel (factuel, existentiel, référentiel, identité, env phys, lieu, temps)
- C. situationel (env culturel, finalités dans les représentations sociales, sens donné à
l'env)
- C. interactionnel (enchaînement des actes de langage)
- C. pré-suppositionnel (croyances, valeurs, attentes)

Plan et arrières plans qui influent sur le contexte


- Effet physique, atmosphérique, climatique (heure, temps, saison)
- Effet de lien (convivialité ou mal a l'aise du au bruit, odeur, mobilier, couleur,…)
- Effet de temps (cycle de vie, autres unités temporelles)
- Effet de forme (de la communication, caractère formel ou informel)
- Effet de position (présentation par un tiers ou pas, présupposé du tiers)
- Effet de métacommunication (apparence phys, tonalité, posture, expressions verbales)

4 avantages de l'entretient non-directif


- Lève certaines résistances des interlocuteurs
- Accès efficace au représentations et opinions individuels
- Outils de base pour l'étude qualitative et exploratoire
- Outil de base lorsqu'on s'intéresse aux contenus de la parole
Spécificité de l'entretient non directif de recherche
- Contrat de communication particulier
- Référence à des croyances communes des interlocuteurs
- Croyances validées en cours d'échange communicationnel renforce contrat de comm.
- Deux discours spécifique (interviewé et interviewer qui relance)

Attitudes et type de discours de l'intervieweur


- Attitude interprétative destabilisatrice
- Utilise relance (souligne, synthétise, reformule, demande)
- Visée d'analyse et de deconstruction
- Mise en question de la cohérence discursive de l'interviewé

Attitude et discours de l'interviewé


- Stratégie d'ajustement discursif et d'opacification (avec modalisation p.ex)
- Discours linéaire (sans interruption)
- Discours structuré (auto-théorisation
- Moyen: langage

3 fonctions essentielles du discours (dans l'ordre de subordination)


- Fonction d'acte (altérer l'état de l'auditeur)
- Fonction modale (traduire l'état du locuteur)
- Fonction référentielle (dire comment sont les choses)

A quoi renvoie la référence et la réferencialisation ?


- Au objets du monde
- Dire comment sont les choses, décrit, raconte, attribue des propriétés à des objets et
des temps précis

A quoi renvoie la modalité ? en quoi consiste la modalisation ?


- Renvoie au pensées concernant ces objets
- Elle échappe au principe de vérité
- La modalisation traduit l'état psychologique d'un locuteur, sa relation à la situation,
son attitude à l'égard des objets
- Modaliser signifie modifier les valeurs du discours, atténuer, rendre incertain, opaque
(verbal ou paraverbal)

6 différents types de modalisateurs


- M. d'assertion: croire, verbe non descriptifs
- M. d'expression: je comprend que, je rêve que (décrive état psychologique)
- M. verbale conditionnel: atténue la valeur de vérité du discours
- M. adverbiaux d'affirmation: vraiment, tout à fait
- M. adverbiaux d'affirmation2: oui, certainement, sûrement
- M. adverbiaux de négociation: non, pas, aucun

6 types de relances que l'interviewer utilise


- Modale: état psychologique
- Référentielle: objet et faits

- Réitération modale (reflet)


- Réitération référentielle (écho)
- Déclaration modale (interprétation)
- Déclaration référentielle (complément)
- Interrogation modale
- Interrogation référentielle

3 fonctions de la réitération et 2 réaction qu'elle provoque généralement


- Souligne la proposition qui est satisfaisante aux yeux de l'interviewer
- Réitération référentielle: non satisfaction porte sur la valeur de vérité de la proposition
-> provoque neutralisation et modalisation du discours pour le rendre opaque
- Réitération modale: non satisfaction de la valeur de sincérité du propos
-> provoque atténuation de la vérité mais transparence énonciative
2 fonctions de la déclaration référentielle (complémentation)
- Procède à une adjonction d'éléments proposés à la confirmation de l'interviewé
- Propose une déduction incitant l'interviewé à faire un développ. complémentaire
(lacune)

3 fonction de la déclaration modale


- Se focalise sur le sens tel qu'il est constitué par l'intention du sujet parlant
- L'interviewé la perçois comme une prise de pouvoir sur son discours
- Provoque des effets de consentement ou de résistance
 déstructuration ou modalisation

3 effets de l'interrogation
- Demande directement confirmation de la justesse de l'inférence
- Apparaît comme une exigence de vérité
- Ouvre deux voies possibles: demande de savoir ou demande de vérité

3 styles d'interventions
- Déclaratif (l'interviewer donne son point de vue en tant qu'interlocuteur)
- Interrogatif (demande explicitement le point de vue de l'interviewé)
- Réitératif (relance la parole, manifeste une écoute insistante)

3 types d'efficacité des interventions


- Schématique (redéfini un nouveau champs de parole)
- Expressif (incite, favorise exhaustivité, cohérence)
- Réflexif (conduit le locuteur à évaluer son propre cas)

Analyse de contenu: définition et objet


- Ensemble de techniques d'exploitation de documents utilisés dans les sciences
humaines
- Objet: réorganiser les documents traités en fonction d'un objectif de recherche
Qu'est ce qui permet l'analyse de contenu ?
- Le dépassement de l'incertitude (ce qu'on croit entre dans le message y est il
vraiment?)
- Apporte une validité de généralisation possible des contenus interprétatifs
- Enrichissement de la lecture grâce à une lecture attentive
- Augmente la pertinence de l'analyse d'entretient
- Met à jours les signification présentes dans l'entretient

6 étapes dans l'analyse de contenu


- Préanalyse (choix des documents, formulation, hypothèse et objectifs de travail)
- Définition de l'unité (mots, thème, groupe de mot, division du texte)
- Etablissement des catégories (classement)
- Interprétation du matériel (suivent fréquence d'apparition mais reste lié à la
subjectivité)
- Validation du travail (croisement, retour aux sujets, données statistiques)
4 règles à respecter dans la préanalyse (lecture flottante)
- exhaustivité (tout les éléments du corpus sont pris en compte)
- représentativité (tout l'échantillon est examiné)
- homogénéité (documents comparables entre eux)
- pertinence (lien doc et objectifs de la recherche)

Qu'est ce qu'un thème ?


- Unité de signification complexe, de longueur variable
- Sa réalité n'est pas linguistique mais psychologique
- Dépend du niveau d'analyse et du type de recherche effectué

Qu'est ce qu'une catégorie ? (problème du codage)


- classe qui rassemble un gp de thème sous un titre générique en raison de caractères
commun

2 formes de catégorisations
- préalable à l'analyse
- émerge du discours par regroupement des thèmes

5 qualités de cette catégorisation


- exclusion mutuelle (entre catégories)
- homogénéité (catégories exclusives mais comparable)
- Pertinence (adaptée à la recherche)
- Objectivité et fidélité (plusieurs analystes: même codage)
- Productivité (apporte résultats)

5 critiques au codage et la la création de catégories


- aspect déstructurant du discours (on le sors du contexte)
- ne tient pas comte du message caché (contexte)
- analyse impressionniste et subjective (ne tient pas compte de l'organisation linguist)
- peu de résultats nouveaux et intéressants sortent de cette analyse