Você está na página 1de 44

Bretanha (em bretão Breizh, em francês Bretagne) é uma região administrativa do oeste


da França com uma larga costa litoral entre o Canal da Mancha e o Oceano Atlântico. Sua
capital é Rennes e seus habitantes chamam-se bretões[1].

O bretão (Brezhoneg, código ISO 639 br ou bre) é uma língua celta falada na zona ocidental


da Bretanha, conhecida como Baixa Bretanha (Breizh Isel). Intimamente relacionado com
o córnico e com o galês, um pouco mais distante do gaélico irlandês e gaélico escocês, o
bretão é a única língua celta sem estatuto oficialmente reconhecido. Faz parte da familia indo-
européia.

Dicionário

 Minidicionário Bretão-português & Português-bretão, Yoran Embanner, 2005, ISBN : 2-


914855-13-3
História
A área era conhecida pelos romanos como Armórica, foi renomeada "PequenaBretanha por
causa do povo que veio da Grã-Bretanha, especialmente na Cornualha, no século VI D.C.
Entre 1880 e meados do século XX, o ensino do "Bretão" foi banido das escolas e as crianças
eram punidas se falassem a língua. Isso mudou, porém, em 1951 com a promulgação da Lei
Deixonne, que passou a permitir o ensino da cultura e da lingua Bretã por uma três horas por
semana na educação pública, se os professores assim o quisessem e conhecesem a língua.
Desde então muitas escolas e mesmo faculdades foram preparadas para educação em Bretão
ou bilingual Bretão / Francês.. OBretão teve sua primeira aparição na forma escrita em 790
num Manuscrito de título Manuscrit de Leyde(Leida), um tratado de Botânica em Bretão e
em Latim. O primeiro texto impresso em Bretão, uma peça romântica, surgiu em 1530. No
século XIX marcou o renascer da literatura Bretã, a qual floresce até hoje.

Situação recente
Durante muito tempo houve consideráveis variações na grafia dos sons da língua Bretã. Então,
em 1908 aortografia de três dos Dialetos da língua na Bretanha, Kerneveg (Cornouaille),
Leoneg (Léon) e Tregerieg (Trégor), foi unificada. Outro dialeto, Gwenedeg (Vannetais), não foi
incluído na reforma, mas foi inserido quando da reforma ortográfica de 1941.

Hoje, o Bretão pode ser ouvido em um bom número de estações de rádio por algumas horas e
há um programa semanal bretão de uma hora na TV. Há ainda algumas revistas semanais e
mensais escritos na língua.

Escrita
A língua Bretã utiliza o Alfabeto latino com as seguinte características:

 sem Q, sem X; o C não aparece sozinho, só como Ch e C'h. No mais tem as mesmas
letras Latinas.
 Vogais: As 5 padrão, mais as combinações ae, ao, eo, eu, ou; Usam-se
os Diacríticos - ê, où; Há as nasalizações añ, eñ, euñ, iñ, oñ, uñ
 Consoantes: há as combinações gn, lh, zh, ch, c'h
Amostra de texto
Dieub ha par en o dellezegezh hag o gwirioù eo ganet an holl dud. Poell ha skiant zo dezho ha
dleout a reont bevañ an eil gant egile en ur spered a genvreudeuriezh.

Português

Todos seres humanos nascem livres e iguais em dignidade e direitos. São providos de razão e
consciência e devem agir uns em relação aos outros num espírito de fraternidade.

(Artigo 1 da Declaração Universal dos Direitos Humanos)

LANGUE BRETONNE
 Voici l'alphabet Breton avec le nom de chaques lettres

» Consonnes
CH, comme dans "chat"
C'H, comme dans "loch" en Scots, ou la Jota espagnole
G, toujours dur comme dans "gare"
H, parfois prononcé
J, comme dans "jeu"
S, comme dans "son"
V, comme dans "voyage", en finale il peut se prononcer
Ñ, nasalise la voyelle précédente
ÑV, nasalise la voyelle précédente, peut être faiblement suivi du son /w/
ZH, est prononcé comme un /z/ français, sauf en Pays Vannetais où il est prononcé /h/

» Voyelles
AE, comme dans "baie", en Léon il est écrit 'ea' et se prononce de la sorte
EU, comme dans "je"
OÙ, comme dans "cou", en Trégor il est prononcé comme dans "beau" et en Pays de Vannes, le
plus souvent diphtongué en /ew/
U, comme dans "tu"

» Semi-voyelles
W, en Basse-Cornouaille il se prononce comme un V à l'initiale, autrement et autrepart il se
prononce comme dans "ouate"
Y, comme dans "yeti"

Degemer mat!
Bienvenue dans les leçons de Breton, la première leçon commence simplement par des
dialogues et quelques exercices de prononciation afin de se familiariser à la langue et à sa
sonorité...

Pennad kaoz  
Gwenole Mat an traoù ganit, frei kozh? mad'n trow genit, frèy kous?
Veig Mat a-walc’h, ha ganit? mad-wac’h, ha genit?
Traoù a ya mat ivez? trow ya mad ve?
Gwenole Atav e-giz atav, mersi dit. tou-gis-tou, mersi dit.
Veig Ma, poent eo din mont bremañ, kenavo! ma, pwèn din mon brèm'n, kenavo!
 

mat an traoù ganit? » ça va bien? mersi dit » merci à toi


frei » pote, frère ma » bon (exclammation)
kozh » vieux poent eo » il est temps
mat » bien din » à moi
ha » et dit » à toi
ganit » avec toi da » à
gant » avec mont » (s'en) aller
traoù a ya mat? » ça va bien? bremañ » maintenant
ivez » aussi kenavo » au revoir
Atav e-giz atav » comme toujours
   
Mat an traoù? / Traoù a ya mat?
L'expression "mat an traoù?" se traduit mot à mot par "Bonnes (sont) les choses?". Il
existe une autre expression synonyme qui est "traoù a ya mat?" et qui signifie "les choses
vont bien?". Ces deux expressions pour se saluer en demandant comment on va ne sont
qu'un aperçu des nombreuses expressions qui existent dans ce domaine.

Pour découvrir d'autres façons de se saluer, n'hésitez pas à consulter la page de la partie
"Brezhoneg Bev" qui est consacrée aux salutations...
» Voir la page des salutations

Poent eo din + verbe à l'infinitif


Cette expression signifie "il est temps que je ...". Il suffit d'y ajouter un verbe à l'infinitif
pour dire ce qu'on doit aller faire.

Naturellement, il est possible de décliner cette tournure aux différentes personnes en


conjuguant la préposition "da", ainsi on aura "poent eo dit", "poent eo dezhañ", ... On peut
aussi faire suivre la préposition "da" par un sujet, par exemple "an dud" (les gens), ce qui
donne: "poent eo da'n dud".

Les prépositions "da" (à) et gant (avec)


En Breton, les prépositions se conjuguent, voici la conjuguaison de la préposition "da" et
"gant":

DA da GANT ga
à moi din dign avec moi ganin genign
à toi dit dit avec toi ganit genit
à lui dezhañ dañ avec lui gantañ gañtañ
à elle dezhi dei avec elle ganti gatig

à nous deomp dom avec nous ganeomp genom


à vous deoc'h doc’h avec vous ganeoc'h genoc’h
à eux dezhe de avec eux gante gat'n

Les nombres de 0 à 10

0» mann 6 » c’hwec'h
1» unan 7 » seizh
2» daou 8 » eizh
3» tri 9 » nav
4» pevar 10 » dek
5» pemp
Notenn : Au féminin, les nombres daou, tri et pevar deviennent div, teir et peder.

Pennad kaoz  
Gwenole Salud dit! Pe anv out? salud dit! pe anou out?
Yann Yann a vez graet deus outon, yann ve grwèt dezoutoñ,
ha te, petra eo da anv? a te, per d'anou?
Gwenole Gwenole eo ma anv. gwenole m'anou.
Ha deus pelec’h out? a deus palèc’h out?
Yann Deus Penmarc’h on, ha te? deus pennmarc’h on, ha te?
Gwenole Me? Deus KerAvon eveljust! me? deus keravon vèljust!

salud » salut petra eo da anv? » quel est ton nom?


pe anv out? » comment t'appelles-tu? ... eo ma anv » je m'appelle ...
pe » quel deus » de
... a vez graet deus outon » je m'appelle ... pelec’h? » où?
ha » et me » moi
te » toi eveljust » biensur

Conjugaison du verbe "bezañ" (bout)


Le verbe "bezañ", prononcé "bè" dans le Pays Bigouden, a une forme infinitive ancienne,
toujours utilisée en Vannetais qui est "bout". Cependant, bien que ce verbe possède deux
formes infinitives différentes, la conjugaison de ce verbe se fait sur le même modèle.

Voici la conjugaison du verbe "bezañ" au présent:

Forme négative
Forme affirmative 
(je) suis on (je) ne suis pas n'on ket
(tu) es out (tu) n'es pas n'out ket
(il) est eo (il) n'est pas n'eo ket
(elle) est eo (elle) n'est pas n'eo ket
 
(nous) sommes omp (nous) ne sommes pas n'omp ket
(vous) êtes oc'h (vous) n'êtes pas n'oc'h ket
(ils) sont int (ils) ne sont pas n'int ket
Cependant, si le pronom personnel ou un sujet se trouve en première position, à la place
du verbe "bezañ" conjugué on utilisera une forme, "zo", invariable à toutes les
personnes:

je suis   ni zo nous sommes


me zo tu es c'hwi zo vous êtes
te zo il est int zo ils sont
eñ zo elle est
hi zo
Observez ces phrases d'exemple pour comprendre quand on emploi le verbe "bezañ"
conjugué et quand on emploi la forme "zo":

» brav eo an amzer : beau est le temps. (insistance sur l'aspect du temps)


» an amzer zo brav : le temps est beau. (c'est le temps qui est beau)

» gwenn eo ar c'hazh : blanc est le chat.


» ar c'hazh zo gwenn : le chat est blanc.
» bras on : grand (je) suis.
» me zo bras : Je suis grand.

A la forme négative, on commence en général la phrase par la négation:

» n'eo ket brav an amzer : n'est pas beau le temps


» n'eo ket gwenn ar c'hazh : n'est pas blanc le chat
» n'on ket bras : ne suis pas grand

Cependant, à l'oral, il n'est pas étrange d'entendre le sujet avant la négation:

» an amzer n'eo ket brav anezhañ : le temps n'est pas beau lui


» ar c’hazh n'eo ket gwenn anezhañ : le chat n'est pas blanc lui
» me n'on ket bras : moi je ne suis pas grand

Comme il est possible de le remarquer dans les deux premières phrases ci-dessus, aux
troisièmes personnes, il est utile de rajouter une sorte de rappel du sujet en prenant la
préposition "a" conjuguée à la personne du sujet:

» ar paotr n'eo ket bras anezhañ : le garçon n'est pas grand lui


» ar plac’h n'eo ket bras anezhi : la fille n'est pas grande elle
» ar vugale n'int ket bras anezhe : les enfants ne sont pas grand eux

Notenn: "anezhañ" se prononce "nañ", "anezhi" se prononce "ney" et "anezhe" se


prononce "né".

Gwenole Demat deoc’h, penaos ema an demat-toc’h, penoz men


ton ganeoc’h hiziv? ton gènoc’h hiyou?
Soaz Atav e-giz atav, mersi dit. tou-gis-tou, mersi dit.
Gwenole Hag an eur zo ganeoc’h? hag  en_eur zo gènoc’h?
Soaz Pemp eur nemet kard eo. pemeur-met-kard_ew.
Gwenole Mersi deoc'h, kenavo! mersi doc’h, kenavo!
Soaz Gant plijadur! ga plijadur!

digarezit ac’hanon » excusez-moi kard » quard


an eur zo ganeoc'h? » avez vous l'heure? mersi deoc’h » merci à vous
eveljust » biensûr gant plijadur » avec plaisir
nemet » moins
L'heure en Breton
Voici un dessin pour expliquer comment se donne l'heure en Breton:

__ eur da'n eurier  


 
__ eur ha pemp
__ eur nemet pemp

__ eur nemet dek __ eur ha dek

__ eur nemet kard __ eur ha kard


__ eur nemet ugent
__ eur hag ugent
__ eur nemet pemp warn-ugent
__ eur ha pemp warn-ugent

  __ eur hanter  
L'heure se divise en deux parties, celle d'avant la demi-heure (à droite) où l'on
comptepositivement en donnant l'heure suivi des minutes, par exemple pour 5e10 on dira
"pemp eur ha dek". La seconde partie est celle d'après la demi-heure (à gauche) où l'on
comptenégativement à partir de l'heure qui arrive, dans cette façon de faire, on emploie
le mot "nemet" qui signifie "moins", ainsi pour 5e50 on dira "c'hwec'h eur nemet dek".

Pour donner une heure juste, on pourra dire "pemp eur da'n eurier" (5h à l'horloge,
identique à l'anglais o'clock). Pour la demi heure on dira simplement "pemp eur hanter" si
il est 5h30, "pemp eur ha kard" si il est 5h15 et "c'hwec'h eur nemet kard" si il est5h45.

Les nombres après 20


Le Breton est une langue qui compte sur la base de 20, cette particularité se retrouve aussi
en Français qui par l'influence du Gaulois a gardé cette façon de compter.

Cependant, en Breton on peut compter à base de 20 jusqu'à neuf-vingts dix (190) alors
qu'en Français on s'arrête à quatre-vingts dix (90). Voici la liste des dizaines jusqu'à 200 en
Breton:

Dek
10 Ugent
20 Tregont
30 Daou-ugent
40 Hanter-kant
50 Tri-ugent
60 Dek ha tri-ugent
70 Pevar-ugent
80 Dek ha pevar-ugent
90 Kant (pemp ugent)
100 Dek ha pemp-ugent
110 C'hwec'h-ugent
120 Dek ha c'hwec'h-ugent
130 Seizh-ugent
140 Dek ha seizh-ugent
150 Eizh-ugent
160 Dek ha eizh-ugent
170 Nav-ugent
180 Dek ha nav-ugent
190 Daou c'hant
200
On peut voir qu'il y a quand même quelques exceptions (tregont, hanter-kant, etc...)
cependant le système à base de 20 est plus important que celui qui existe actuellement en
Français. Cependant, certains locuteurs de Breton ont tendence à s'arrêter aussi après 100,
ce qui est aussi possible mais moins pratique quand on est habitué à la logique des
vingtaines.

Entre 20 et 30, 30 et 40, etc...


Une originalité du Breton par rapport au Français est sa façon de placer les unités, en
effet, elles sont placées avant les dizaines, ce qui se trouve aussi en Cornique et en Gallois
mais aussi en Allemand et dans d'autres langues encore!

De 21 à 29, on place d'abord l'unité, suivi de "warn" puis de la vingtaine, par exemple pour
21 on aura: "unan warn ugent".

Après 29, on n'utilise plus "warn" mais "ha(g)", ainsi pour 31 on aura "unan ha tregont", ce
qui marche pour les nombres placés entre 41 et 49 et ainsi de suite...

Les nombres et les Bretons


Les Bretons aiment bien jouer sur les nombres, ainsi 99 peut se dire kant nemet unan (cent
moins un), pour découvrir plus en détail ces façons de compter, vous pouvez aller faire un
tour sur la page des nombres cardinaux.

Le Breton peut connaître quelques variantes au niveau des nombres, la majeure partie est
plus utilisée dans la langue courrante mais elle fait partie du patrimoine de la langue
ancienne, en effet, le Breton était une langue qui comptait principalement à base de 20
jusqu'à 390, aujourd'hui il en reste des traces pour les nombres des dizaines, pour les
centaines cette base de 20 a disparu.

On peut aussi noter que le Breton ancien et moyen aime bien donner des chiffres par
multiplications (cf. 18, 45, 49, 1 000 000)

Voici le tableau des nombres cardinaux:

 
Base de 10 Base de 20 Autres
0   Mann  

1   Unan  
Note : si on veut l'utiliser avec un nom, on utilisera l'article indéfini : "ur c'hi" (un chien)
2   Daou (féminin : div)  
Note : après le nombre 2, si il est suivi d'un nom, ce nom subira la mutation adoucissante.
3   Tri (féminin : teir)  

4   Pevar (féminin : peder)  
Note : Après les nombres 3 et 4, les noms subiront la mutation spirante.
5   Pemp  

6   C'hwec'h  

7   Seizh  

8   Eizh  

9   Nav  
Note : Après le nombre 9, les noms subiront la mutation spirante.
10   Dek  

11   Unnek  

12   Daouzek  

13   Trizek  
14   Pevarzek  

15   Pemzek  

16   C'hwezek  

17   Seitek  
Triwec'h (3x6)
18   Eitek
Daounav (2x9)
19   Naontek  

20   Ugent  

21   Unan warn-ugent  

30 Tregont Dek warn-ugent*  

31 Unan ha tregont Unnek warn-ugent*  


* Semble ne pas avoir été utilisé en Breton mais l'est en Gallois moderne » 30 : deg ar
hugain, 31 : un ddeg ar hugain.

40 Pergont Daou-ugent  

45 Pemp ha pergont Pemp ha daou-ugent Pemp nav (5x9)

49 Nav ha pergont Nav ha daou-ugent Seizh seizh (7x7)

50 Pemont   Hanter-kant

60 C'hwegont Tri-ugent  

70 Seikont Dek ha tri-ugent  

80 Eikont Pevar-ugent  

90 Naogont Dek ha pevar-ugent  

99   Naontek ha pevar-ugent Kant nemet unan

100 Kant Pemp-ugent  

110 Kant dek Dek ha pemp-ugent  


C'hwec'h-ugent
120 Kant ugent
(6 x 20)
 
Dek ha c'hwec'h-ugent
130 Kant tregont
(10 + 6 x 20)
 
Seizh-ugent
140 Kant daou-ugent
(7 x 20)
 
Dek ha seizh-ugent
150 Kant-hanter
(10 + 7 x 20)
 
Eizh-ugent
160 Kant tri-ugent
(8 x 20)
 
Dek hag eizh-ugent
170 Kant dek ha tri-ugent
(10 + 8 x 20)
 
Nav-ugent
180 Kant pevar-ugent
(9 x 20)
 
Dek ha nav-ugent
190 Kant dek ha pevar-ugent
(10 + 9 x 20)
 
Note : Pour compter de 120 à 199, on utilise traditionnellement la base des vingtaines, il
est possible d'utiliser aussi la base de 10, en revenche. A partir de 200 c'est cependant la
base de 10 qui prend le dessus (bien que l'on puisse continuer sur la base de 20).
200 Daou c'hant Dek-ugent  

210 Daou c'hant dek Dek ha dek-ugent  

220 Daou c'hant ugent Unnek-ugent  

230 Daou c'hant tregont Dek hag unnek-ugent  

240 Daou c'hant daou-ugent Daouzek-ugent  

250 Daou c'hant-hanter Dek ha daouzek-ugent  

260 Daou c'hant tri-ugent Trizek-ugent  


Daou c'hant dek ha tri-
270 ugent
Dek ha trizek-ugent  

280 Daou c'hant pevar-ugent Pevarzek-ugent  


Daou c'hant dek ha pevar-
290 ugent
Dek ha pevarzek-ugent  

300 Tri c'hant Pemzek-ugent  

310 &c. Dek ha pemzek-ugent  

320 &c. C'hwezek-ugent  

330 &c. Dek ha c'hwezek-ugent  

340 &c. Seitek-ugent  

350 &c. Dek ha seitek-ugent  

360 &c. Eitek-ugent  

370 &c. Dek hag eitek-ugent  

380 &c. Naontek-ugent  

390 &c. Dek ha naontek-ugent  

400 Pevar c'hant    

500 Pemp kant    

600 C'hwec'h kant    

700 Seizh kant    

800 Eizh kant    

900 Nav c'hant    

1 000 Mil    

2 000 Daou vil    

3 000 Tri mil    

10 000 Dek mil    


100 000 Kant mil    

1 000 000 Dek kant mil   Mil mil, ur milion

2 000 000 Ugent kant mil    

1 000 000 000 Ur miliard    

2 000 000 000 Daou viliard    


Compter de 1100 à 1999
Jusqu'à 1099 on commence par "mil" et on ajoute à la suite la valeur souhaitée, par contre
à partir de 1100 jusqu'à 1999, au lieu de dire "mil kant" (mille cent) on peut aussi dire
"unnek kant" (onze cents), voici quelques exemples :

- 1420 : Pevarzek kant ugent


- 1666 : C'hwezek kant c'hwec'h ha tri-ugent
- 1992 : Naontek kant daouzek ha pevar-ugent

Cette technique marche aussi pour les nombres entre 2100 à 2999, 3100 à 3999, etc...
Par exemple :

- 2150 : Kant-hanter warn-ugent
- 3460 : Pevar c'hant ha tregont tri-ugent
- 5630 : C'hwec'h kant-hanter tregont

Compter des objets


Le Breton a une autre façon de compter les objets que le Français, en Français, l'objet se
met après le nombre, par exemple : vingt et une fois.

Etant donné qu'en Breton on dirai "un sur vingt" pour dire "vingt et un", le nom suit
logiquement le chiffre "un", donc pour dire "vingt et une fois" on dirait "ur wech warn
ugent" (une fois sur vingt), cette façon de compter se reproduit pour tous les nombres
étant dans la même situation que 21, par exemple 32, 45, 51, 67, [...], 284, 1648, etc...

Gwenole: Salud dit!
Ael: Pe oad a'z teus?
Gwenole: Triwec'h vloaz a'm eus, ha te?
Ael: Me a'm eus c'hwezek vloaz.

Gwenole: Petra a blij dit?


Ael: C'hoari melldroad a blij din, ha te?
Gwenole: Me zo plijet gant ar c’hlaviata kentoc'h.

salud » salut c'hoari » Jouer


pe oad a'z teus? » quel âge as-tu? melldroad » Football
... bloaz a'm eus » j'ai ... (ans) gant » Avec, par
me a'm eus ... bloaz » idem Klaviata » escrime
petra » Quoi, que (pron. interr.) kentoc'h » Plutôt
plijout » Plaire 

Donner son âge


il y a deux façons de donner son âge en Breton, la première, comme on le voit dans le
dialogue, est d'utiliser le verbe "kaout" (avoir). La seconde, qui est la plus ancienne, est
d'utiliser le verbe "bezañ" (être). On aura donc, soit:
» Pe oad a'z teus?
Ou:
» Pe oad out?

Les mutations de "bloaz" après certains nombres


Le mot "bloaz" subit la mutation adoucissante après tous les nombres sauf après 1, 3, 4 et 9.
Ainsi on dit "daou vloaz" mais "tri bloaz".

Après 5, on entend souvent une mutation durcisante, ce qui donne "pemp ploaz", elle n'est
cependant pas obligatoire à l'écrit mais je recommande de la faire. Ce phénomène se produit
aussi pour des noms autres que "bloaz".

Gant + article défini


A l'oral, la préposition "gant" se réduit en "ga" devant les articles définis "an", "al" et "ar", qui
eux perdent leur "a", ce qui fait "ga'n", "ga'l" et "ga'r".

Me zo plijet gant ...


Cette expression signifie "j'aime bien ...", littéralement elle se traduirait par "je suis plu
par ..."; on peut aussi commencer par ce qui nous plait, dans ce cas on aura : "... a blij din"
et qui mot à mot veut dire "... plait à moi".

La conjuguaison du verbe "en devout" au présent

Forme négative
Forme affirmative 
J'ai A'm eus Je n'ai pas (Me) ne'm eus ket
Tu as A'z teus Tu n'as pas (Te) ne'z teus ket
Il a En deus Il n'a pas (Eñ) n'en deus ket
Elle a He deus Elle n'a pas (Hi) n'he deus ket
 
Nous avons Hon eus Nous n'avons pas (Ni) n'hon eus ket
Vous avez Ho peus Vous n'avez pas (C'hwi) n'ho peus ket
Ils ont O deus Ils n'ont pas (Int) n'o deus ket

Notennoù:

- Si le sujet ou le complément d'objet direct n'est pas devant le verbe, la conjugaison


de la première et deuxième personne du singulier sera "e'm eus" et "e'z teus" au lieu
de "a'm eus" et "a'z teus".

- Pour la 2ème personne du singulier, au lieu de "a'z teus" on peut aussi trouver "a'z
peus". La forme "a'z teus" se trouve principalement en Trégor et en Cornouaille par
analogie avec le pronom "te" (tu, toi).

- La 2ème personne du pluriel "ho peus" peut aussi se trouver sous la forme "hoc'h eus",
cette forme est d'usage à l'oral comme à l'écrit aux cotés de la forme "ho peus".

- Pour le 3ème personne du singulier, au masculin on peut entendre "neus" au lieu de


"deus", cette forme peut aussi se reproduire sur la troisième personne du féminin
singulier et sur la troisième personne du pluriel.
La conjuguaison impersonnelle au présent
On appelle conjuguaison impersonnelle la conjuguaison qui commence par le sujet, on l'a
déja rencontré avec le verbe "bezañ" (me zo, te zo, eñ zo, &c.).

Son principe est le suivant, elle commence par le sujet et est suivi du verbe conjugué à
la troisième personne du singulier au temps voulu (au présent il suffit d'enlever la
terminaison infinitive du verbe). Entre le sujet et le verbe il est ajouté une particule
verbale, "a", cette particule provoque sur le verbe une mutation adoucissante de sa
première lettre, c'est à dire que la lettre subit un adoucissement phonétique, prenons
l'exemple du verbe "debriñ" (manger):

» Me + debriñ = me a zebr

Voici maintenant la liste des lettres qui subissent cette mutation adoucissante, suivi d'un
verbe conjugué au présent en exemple:

 
K G Kousket (dormir) » me a gousk
G C'H Gortoz (attendre) » me a c'hortoz
Gw W Gwelout (voir) » me a wel
P B Prezeg » me a brezeg
B V Blejiñ (beugler) » me a vlej
M V Merenniñ (dejeuner) » me a verenn
T D Turiiñ (fouiller) » me a duri
D Z Debriñ » me a zebr

Fañch arrive vers la maison de Lom, qui l'aperçoit et l'invite à prendre un verre :

Lom: Sell 'ta! Yann, mat an traoù, frei kozh?

Fañch: Ya ya, mat an traoù!

Lom: Mat, ur banne sistr a yelo ganit marteze?

Fañch: Eveljust!

Lom: Gwenn, degas deomp ur banne sistr mar-plij!

sell 'ta » tiens donc ganit » avec toi


frei » ami, frère marteze » peut-être
kozh » vieu eveljust » biensur
sistr » cidre degas » apporter
a yelo » ira mar-plij » s'il te plait

Articles partitifs: Ur banne (ur bannac'h)  et un tamm


- Pour les choses impalpables, on parle de "banne" (bannac'h en Vannetais), ainsi "du cidre"
se dira "ur banne sistr".
- Pour tout ce qui est solide, on utilise "tamm", par exemple "un tamm bara" signifie "un
morceau de pain".

Petra a yelo ganit?


Cette question sert à demander à l'autre ce qu'il veut (boire ou manger), mot à mot elle se
traduit par "qu'est ce qui ira avec toi?". Une autre alternative existe, qui consiste à
demander "petra a'z to?" et qui signifie "qu'auras-tu?", ici le verbe "kaout" est employé au
futur.

Les articles définis et indéfinis


Au cours des leçons vous avez rencontré quelques articles définis et indéfinis. En Breton,
il existe 3 articles définis et 3 articles indéfinis, cependant ils ne sont pas classés par
genre, ils changent en fonction de la lettre qui commence le mot auquel ils sont reliés.

» Les articles définis (singulier et pluriel)

Devant les voyelles et devant les


Exemple : an dud (les gens)
An lettres H, D, N et T
Al Devant la lettre L Exemple : al loar (la lune)
Ar Devant les autres lettres Exemple : ar c'hi (le chien)
» Les articles indéfinis (singulier)

Devant les voyelles et devant les Exemple : un den (une


Un lettres H, D, N et T personne)
Ul Devant la lettre L Exemple : ul loar (une lune)
Ur Devant les autres lettres Exemple : ur c'hi (un chien)
Au pluriel, les articles indéfinis disparaissent, par exemple "ul levr" (un livre) » "levrioù"
(des livres).

Les numéraux suivis de noms


Tout nom qui suit un numéral sera au singulier, ainsi pour "deux livres" on dira "daou
levr" et non "daou levrioù".

Le pluriel peut s'utiliser à condition de séparer le numéral du nom par la particule "a", on
aura donc : "daou a levrioù". Attention, la particule "a" provoque la mutation par
adoucissement, ainsi "bag" (bateau) donnera "daou a vagoù" (deux bateaux).

Après le numéral 2, tous les noms subissent la mutation par adoucissement, donc pour
reprendre l'exemple avec "bag", pour "deux bateaux" on aura "daou vag".

Après les numéraux 3, 4 et 9 on a une mutation par aspiration, ces mutations ne


concerne uniquement les lettres P, K et T. Voici un exemple pour mieux comprendre le
phénomène avec le mot "troatad" (unité de mesure: pied):

Un troatad, daou droatad, tri zroatad, pevar zroatad, nav zroatad.
Notennig: 1 troatad = 32,5cm

Comme on l'a vu dans la leçon précédente, après le numéral 5, on peut rencontrer


unemutation durcisante. Les mots qui commencent par B, G et D muteront leur
première lettre en P, K et T; par exemple: "gloestr" (boîte) » "pemp kloestr".

La conjuguaison impersonnelle au futur


Elle fonctionne de la même façon que la conjuguaison impersonnelle du présent vu dans
la précédente leçon, cependant, la marque du futur est une terminaison en O, ainsi:

» Au présent : me a zebr (je mange)


» Au futur : me a zebro (je mangerai)

Le verbe irrégulier "mont" (aller)


Voici la conjuguaison du verbe "mont" au présent et au futur:

Futur
Présent   - YELO -
- YA -
- Me a ya   - Me a yelo
- Te a ya - Te a yelo
- Eñ a ya - Eñ a yelo
- Hi a ya - Hi a yelo

- Ni a ya - Ni a yelo
- C'hwi a ya - C'hwi a yelo
- Int a ya - Int a yelo

Fañch demande où est la mairie à Ael:

Fañch: C'hwi a oar ba pelec'h ema an ti-kêr?


Ael: An ti-kêr? BA-tal an ti-post ema, dirak an iliz-veur, e-barzh plasenn Anna Vreizh.
Fañch: Ha penaos mont di?
Ael: Kit gant an hent-mañ, a-zehou, a-gleiz ha kit war-eeun da c’houde.
Fañch: Mersi bras deoc'h, kenavo!

C'hwi a oar » Vous savez / savez vous ? Kit » Allez


Gouzout » Savoir Mont gant » Emprunter (un chemin)
Ti-kêr » Mairie Hent » Chemin, route, direction
Ba-tal » A coté -mañ » -ci
Ti-post » Poste Goude » Après
Dirak » Devant A-zehou » A droite
Iliz-veur » Cathédrale A-gleiz » A gauche
E-barzh » Dans Da c'houde » Ensuite
Plasenn » Place Kit (mont) » Allez
Penaos ? » Comment ? War-eeun » Tout droit
Di » Là (déplacement)
   
Mont gant : emprunter (une direction, un chemin)
Mot à mot on traduirait cette expression par "aller avec" (ou aller par), elle s'utilise
principalement pour parler des directions qu'on emprunte à pied, on peut remplacer le
verbe "mont" par d'autres verbes de déplacement afin de changer le sens de la direction :
"dont gant" (venir par), "diskenn gant" (descendre par), "pignat gant" (monter par),
etc...

Notenn: On utilise le verbe "mont" (aller) quand il s'agit d'éloignement alors que le verbe
"dont" (venir) s'utilise pour parler d'un rapprochement.
Quelques mots pour se situer

» Gauche : kleiz » Droit (direct) : eeun


» Droite : dehou  - à gauche : a-gleiz  - Tout droit : war-eeun
 - à droite : a-zehou
» A coté : e-tal » Sous : dindan
» Derrière : a-dreñv » Dans : e-barzh » Sur : war
» Devant : dirak
Quelques bâtiments publics

C'hoariva : théatre Iliz : église


Ti-bara : boulangerie Kigerdi : boucherie Iliz-veur : cathédrale
Ti-blev : coiffeur Mirdi : musée Kloastr : cloître
Ti-degemer : office du tourisme Ostaleri : auberge Kloc'hdi : clocher
Ti-kêr : mairie Tavarn : bar Kloerdi : séminaire
Ti-post : poste

L'impératif
Former l'impératif est simple, il suffit de prendre la racine d'un verbe et de lui ajouter
les terminaisons de l'impératif. Voici un exemple d'impératif sur le verbe
"debriñ" (manger) :

2ème personne du singulier: debr! (mange!)


3ème personne du singulier (très littéraire): debret! (qu'il mange!)

1ère personne du pluriel: debromp ! (mangeons!)


2ème personne du pluriel: debrit ! (mangez!)
3ème personne du pluriel (très littéraire): debrent ! (qu'ils mangent!)

L'impératif du verbe irrégulier "mont" (aller):

2ème personne du singulier : kerzh! (va!)


3ème personne du singulier : kerzhet! (qu'il aille!)

1ère personne du pluriel : kerzhomp! (allons!)


2ème personne du pluriel : kit! (allez!)
3ème personne du pluriel : kerzhent! (qu'ils aillent!)

Notenn: les formes de l'impératif des troisièmes personnes sont très littéraires, dans la
conversation courrante on a plus souvent recourt à une autre construction avec l'aide du
verbe "ober" (faire) conjugué à l'impératif de la deuxième personne du singulier: ra ma
tebr! (fait qu'il mange).

Le présent de situation : ema (est, se trouve)


Le présent de situation est formé avec la particule "ema", si le sujet est un pronom
personnel (me, te, eñ, &c.), elle se conjugue en fonction de celui-ci. En revenche, si le
sujet est un nom propre ou un nom commun défini (an ti-kêr), on utilise simplement la
forme "ema".

Voici le tableau de conjuguaison de cette particule de situation:

Conjuguaison 'ema' Traduction


Sujet    
 
Me emaon je suis
Te emaout tu es
Eñ emañ (ema eñ) il est
Hi emei (ema hi) elle est
An ti ema an ti la maison est

Ni emaomp nous sommes


C'hwi emaoc'h vous êtes
Int emaint ils sont
Notennoù:

- On emploi surtout la forme "ema" pour parler d'un état passager ou


d'une localisationdans l'espace.

- Certaines grammaires ont réduit par choit la troisième personne du singulier à une seule
forme, celle du masculin singulier, le résultat est que les autres formes viennent à se
perdre voir à ne plus être connues alors qu'elles étaient employées dans presque toute la
Basse Bretagne.

- Cependant, si vous êtes du Trégor, la forme "emei" y est inconnue, donc à vous de faire
le choix, l'utiliser ou non, où utiliser les formes en circonstances.

Gwennole entre dans une boutique (stal) pour acheter une carte postale:

Gwenole: Pegement eo ar gartenn-bost-mañ?
Ar gwerzher: Un euro eo. Un timbr a yelo ganti?
Gwenole: Ya, mar-plij.
Ar gwerzher : Setu amañ, petra ho po c'hoazh?
Gwennole : Netra, mat eo e-mod-se.
Ar gwerzher : Mat, un euro hanter neuze.
Gwennole : Setu.
Ar gwerzher : Gras, ar c'hentañ 'vo!
Gwennole : Kenavo deoc'h!

Pegement » Combien (prix) Setu amañ » Voici


Kartenn-bost » Carte postale E-mod-se » Comme ça
C'hoazh » Encore Hanter » Demi (ici : cinquante)
Netra » Rien  Setu » Voila
 
Un timbr a yelo ganti?
Comme on l'a vu dans la leçon 5 dans "petra a yelo ganit?" (qu'est-ce qui ira avec toi? =
qu'est-ce que tu prendras?), "a yelo" est le futur du verbe "mont" (aller).
La phrase "un timbr a yelo ganti?" signifie "un timbre ira avec elle?" soit "vous voulez
un timbre pour votre carte?".

Mutations des noms féminins singulier après l'article


Après les articles définis et indéfinis, les noms féminins singuliers subissent une mutation
adoucissante. C'est à dire que leur première lettre subit un adoucissement, voici la liste
des mutations adoucissantes pour les noms féminins singuliers:

 
K G Kartenn, ar gartenn (la carte)
G C'H Gro, ar c'hro (la grève)
Gw W Gwreg, ar wreg (l'épouse)
P B Pikez, ar bikez (la femme acariâtre)
B V Bag, ar vag (le bateau)
M V Mamm, ar vamm (la mère)
T D Taol, an daol (la table)
Notenn: Contrairement aux reste des mutations adoucissantes, ici il n'est pas fait la
mutation pour la lettre D.

1- Les mots commencant par D

On a vu que la lettre D ne connaîssait pas de mutation adoucissante après l'article, ceci


pour des raisons phonétiques. On a la preuve qu'autrefois, cette lettre D subissait une
mutation nasale, elle devenait N.

Aujourd'hui, seul le mot "dor" (porte) a concervé cette mutation nasale, apès l'article il
devient "an nor". Il existe d'autres exemples mais ils ne sont pas valables pour tous les
dialectes bretons.

2- Les mots commencant par G

Généralement, après l'article, les mots féminins commencant par la lettre G subissent la
mutation adoucissante (G » C'H), cependant dans certaines régions, le G ne mute jamais
au féminin, voici (en rouge) les endroits ou l'on ne fait pas la mutation G » C'H :
3- Les mutations non écrites

A l'oral il est fait d'autres mutations après l'article, ces mutations n'étant pas faite en
Vannetais, elles ne sont donc pas mises à l'écrit en Peurunvan. Voici la liste de ces
mutations, attention de ne les faire qu'à l'oral.

 
S Z Silienn, ur zilienn (l'anguille)
CH J Chadenn, ar jadenn (la chaîne)
Notenn : la mutation S » Z est neutralisée si après le S se trouvent les lettres P, K et T.
On entendra donc "ur stal" (un magasin) et non "ur ztal".

4- Exceptions

Certains mots féminins ne subissent pas de mutation après l'article, ainsi:


- Plac'h (fille) restera : ar plac'h;
- Greg (cafetière) restera : ar greg;
- Gar (gare) restera : ar gar.

Techniques d'apprentissage des mutations


Il est parfois impossible de deviner le genre d'un mot (féminin ou masculin), mis à part la
mutation qui peut s'y produire, c'est pourquoi, pour faciliter l'apprentissage des genres,
lorsque vous apprennez un mot nouveau, si il est féminin et que sa lettre peut muter,
essayez de l'apprendre avec l'article défini, par exemple pour le mot "kartenn", vous
devez mémoriser l'ensemble "kartenn, ar gartenn" afin que ca devienne un automatisme.

Les noms masculins singulier après l'article


Après l'article, les noms masculins ne mutent pas, seuls les noms qui commencent par
un Ksubissent une mutation spirante » ki, ar c'hi.

Notenn : Cette mutation spirante pour les noms masculins singulier après l'article ne se
trouve ni en Gallois (ci, y ci) ni en Cornique (ki, an ki).

1- Les mots commencant par la lettre S


Pour des raisons phonétiques, les mots masculins commencant par la lettre S
subissentoralement la mutation adoucissante après l'article, comme il en est le cas pour
les mots féminins. Sac'h (sac) est un mot masculin, cependant après l'article on entendra
"ar zac'h", mais attention de ne pas faire cette mutation par écrit.

Tout comme au féminin, après les lettres P, K et T, la mutation orale S »


Z estneutralisée.

2- Des mots masculins se comportant comme des féminins


Les mots "dra" (chose) et "mad" (biens) sont masculins, cependant ils subiront les mêmes
mutations que les mots féminins.

Kaout au futur

 
 
Forme affirmative  Forme négative
J'aurais a'm bo Je n'aurais pas (Me) ne'm bo ket
Tu auras a'z to Tu n'auras pas (Te) ne'z to ket
Il aura en do Il n'aura pas (Eñ) n'en do ket
Elle aura he do Elle n'aura pas (Hi) n'he do ket
 
Nous aurons hon bo Nous n'aurons pas (Ni) n'hon bo ket
Vous aurez ho po Vous n'aurez pas (C'hwi) n'ho po ket
Ils auront o do Ils n'auront pas (Int) n'o do ket
     
Notenn : Les remarques de la Kentel 6 sur le verbe "kaout" sont aussi valables pour cette
conjugaison.

Gwenole: Penaos ema'r bed ganit, Riwanon?


Riwanon: Mat, ha ganit? Petra a rez bremañ?
Gwenole: Labourat a ran evel kelenner war ar C'herneweg.
Riwanon: Oh mat!
Gwenole: Ha te, petra a rez?
Riwanon: Hiziv ne ran tra ebet mes e-pad ar sizhun e labouran en un ti-bara.
Gwenole: Ha da vignon, petra a ra-eñ?
Riwanon: Emañ o klask war lerc'h ul labour mes labourat ne ra ket kalz!
 

Evel » comme Sizhun » semaine


Kelenner » professeur Ti-bara » boulangerie
War » sur Mignon » ami
Kerneweg » Cornique Klask (war lerc'h) » chercher
Rien, aucune chose » tra ebet Labour » travail
E-pad » pendant Kalz » beaucoup
   
 

Emploi de l'auxiliaire "ober"


Si on veut marquer l'insistance sur le verbe d'une phrase, on le met en première position
et pour le conjuguer on utilise l'auxiliaire "ober" (faire) comme il est fait en Anglais avec
"to do". Voici deux exemples de verbes ayant "ober" pour auxiliaire, le premier à la forme
affirmative et le second à la forme négative:
- Debriñ a ran bara. (je mange du pain)
- Debriñ bara ne ran ket. (je ne mange pas de pain)

Voici la conjugaison complète avec pour support le verbe "debriñ":

Forme négative
Forme affirmative
Debriñ a ran Debriñ ne ran ket
Debriñ a rez Debriñ ne rez ket
Debriñ a ra Debriñ ne ra ket

Debriñ a reomp Debriñ ne reomp ket
Debriñ a rit Debriñ ne rit ket
Debriñ a reont Debriñ ne reont ket
La particules verbales "a", "e" et "ne"
Quand une phrase ne commence ni par le sujet ni par le COD, au lieu d'utiliser la
particule verbale "a", on utilise la particule "e", cette particule entraîne une mutation
mixte sur le verbe qui suit.

A la forme négative, on utilise la particule "ne" qui entraîne une mutation adoucissante.

Étant donné que le sujet ne se trouve pas en première position, le verbe doit être
conjugué à la personne en question, voici cinq façons de former une même phrase en
changeant le premier élément sur lequel on insiste, regardez l'emploi des particules
verbales ainsi que les cas ou le verbe est conjugué:

- Sujet en premier: Me a zebr bara bemdez.


- COD en premier: bara a zebran bemdez.
- Avec "ober" en auxiliaire: Debriñ a ran bara bemdez.
- Autre élément: bemdez e tebran bara.
- Forme négative: ne zebran ket bara bemdez.

La conjugaison personnelle du présent régulier


Comme on vient de le voir, si la phrase commence par autre chose que le sujet, le verbe
doit être conjugué à la bonne personne, voici le tableau de conjugaison du présent
régulier à la forme affirmative et négative avec pour exemple le verbe "debriñ":

Forme Forme négative


affirmative 
Bez' e tebran Ne zebran ket
Bez' e tebrez Ne zebrez ket
Bez' e tebr Ne zebr ket

Bez' e tebromp Ne zebromp ket


Bez' e tebrit Ne zebrit ket
Bez' e tebront Ne zebront ket
Notenn: en Breton, tous les verbes, mis à part "ober, mont, dont, kaout/en devout et
gouzout".

Yannig: Sa! Gweven!
Gweven: Oh, Yannig! Petra emaout oc'h ober amañ?
Yannig: Oc'h ober prenadennoù emaon, traoù marc'had-mat zo amañ!
Gweven: Traoù zo e-laez, gwir eo, n'eo ket kaer mes n'eo ket gwall vrav!
Yannig: Pertioul emaout o lâr amañ?!! Marc'had ar Gelveneg zo an hani brasañ ba'r vro!
Gweven: Marteze mes hani Pont 'n Abad zo dedennusoc'h memestra!
Yannig: Fougaser 'ta!
Gweven: Bigouter on, ma'r plij! N'eo ket memes tra!
Yannig: Ya, eston!

Ober » faire Hani » celui, le


Sa! » tiens! Bro » pays
Prenadennoù! » achats Marteze » peut-être
marc'had-mat » bon marché Dedennus » interessant
E-laez » en grande quantité Memestra! » tout de même
Gwir » vrai Fougaser » crâneur
Kaer » cher Bigouter » Bigouden
Gwall (+ adj) » très, guère Memes tra » pareil
Pertioul » Que diable Eston! » tu parles!
Marc'had » marché
   
Gwall + adjectif
En tant qu'adverbe, ce mot donne un sens péjoratif qui signifie "guère, très". Il entraîne
une mutation adoucissante sur l'adjectif qui le suit, par exemple: "n'eo ket gwal vrav!"
signifie "ce n'est pas très beau".

Le présent de situation
Quand on est en train de faire une action ou quand elle est en train de se produire à
l'instant, on utilise le présent de situation, il est similaire au présent progressif en
Anglais. En Breton, il se marque par l'emploi du verbe "bezañ" à la forme de situation
(vue dans la leçon 6) ainsi que de la particule verbale "o" qui entraîne une mutation
mixte. En Breton il est possible de commencer ses phrases par l'élément sur lequel on
veut insister, ainsi on peut avoir plusieurs formulation pour une même phrase, voici ce
qu'on peut avoir avec le présent de situation:

- Commencer par l'action: O pourmen war an aod emaon.


- Commencer par le verbe "bezañ": Emaon o pourmen war an aod.
- Commencer par le complément: War an aod emaon o pourmen.

On peut aussi commencer par le sujet pour insister dessus, dans ce cas, on aura pas le
verbe "bezañ" au présent progressif mais la forme "zo":

- Commencer par le sujet: Me zo o pourmen war an aod.

Notenn: devant une voyelle, la particule "o" devient "oc'h".

Une chose importante à noter aussi est que dans certaines régions, on n'emploi pas cette
particule mais la particule "é(n)" (souvent prononcé /i/), cet emploi est identique au
Gallois qui lui emploi la particule "yn". Par exemple, avec cette particule, on aurait:
"Emaon é pourmen war an aod". Cette façon de faire est reconnue et acceptée en
Peurunvan, vous pouvez donc l'utiliser sans soucis.

A la forme interrogative, on retrouve cette même souplesse, cependant, le mot


interrogatif sera toujours en début de phrase (ou presque), voici des exemples
reprennant la phrase ci-dessus comme modèle:

- Questionner sur l'action: Oc'h ober petra emaout?


  » Dans ce cas on peut aussi avoir: Petra emaout oc'h ober?
- Questionner sur le lieu: Pelec'h emaout o pourmen?
- Questionner sur le sujet: Piv zo o pourmen war an aod?

Pour ce qui est de la forme négative, les choses sont beaucoup moins diverses, on doit
commencer par le verbe à la forme négative suivi de l'action puis du reste de la phrase:

- Forme négative courrante: N'emaon ket o pourmen war an aod.

Cependant, il peut exister une autre forme, assez idiomatique, commence par le verbe
progressif et qui met la négation à la fin de la phrase avec le verbe "ober" (faire) à la
forme progressive, cette façon de faire donne une idée d'insistance sur le fait qu'on ne
fait pas cette action:

- Forme négative intensifiée: O pourmen war an aod n'emaon ket oc'h ober!

Le superlatif
Le superlatif se fait simplement en ajoutant la terminaison "-añ" à l'adjectif en question,
par exemple: "ar paotr-mañ zo an hani brasañ" (ce garçon est le plus grand).

Attention, pour les adjectifs qui se finissent par "zh", ce "zh" devient "sh" et est prononcé
comme un /s/ et non comme un /ch/: "an hani koshañ" (le plus vieux).

Le comparatif de superiorité
Pour ce qui est du comparatif de superiorité, il suffit d'ajouter la terminaison "-oc'h" à
l'adjectif. Pour ce qui est du "que" comparatif, il se traduit selon les régions, soit par
"evit" soit par "eget", ainsi on aura: "Yannig zo brasoc'h evit Gweven" (Yannig
est plus grand queGweven).

Comme pour le superlatif, le "zh" deviendra "sh": "Yannig zo koshoc'h evit Gweven".

Gwenole: Penaos ema'r bed ganit, Riwanon?


Riwanon: Mat, ha ganit? Petra a rez bremañ?
Gwenole: Labourat a ran evel kelenner war ar C'herneweg.
Riwanon: Oh mat!
Gwenole: Ha te, petra a rez?
Riwanon: Hiziv ne ran tra ebet mes e-pad ar sizhun e labouran en un ti-bara.
Gwenole: Ha da vignon, petra a ra-eñ?
Riwanon: Emañ o klask war lerc'h ul labour mes labourat ne ra ket kalz!
 

Evel » comme Sizhun » semaine


Kelenner » professeur Ti-bara » boulangerie
War » sur Mignon » ami
Kerneweg » Cornique Klask (war lerc'h) » chercher
Rien, aucune chose » tra ebet Labour » travail
E-pad » pendant Kalz » beaucoup
   
 

Emploi de l'auxiliaire "ober"


Si on veut marquer l'insistance sur le verbe d'une phrase, on le met en première position
et pour le conjuguer on utilise l'auxiliaire "ober" (faire) comme il est fait en Anglais avec
"to do". Voici deux exemples de verbes ayant "ober" pour auxiliaire, le premier à la forme
affirmative et le second à la forme négative:
- Debriñ a ran bara. (je mange du pain)
- Debriñ bara ne ran ket. (je ne mange pas de pain)

Voici la conjugaison complète avec pour support le verbe "debriñ":

Forme négative
Forme affirmative
Debriñ a ran Debriñ ne ran ket
Debriñ a rez Debriñ ne rez ket
Debriñ a ra Debriñ ne ra ket

Debriñ a reomp Debriñ ne reomp ket
Debriñ a rit Debriñ ne rit ket
Debriñ a reont Debriñ ne reont ket
La particules verbales "a", "e" et "ne"
Quand une phrase ne commence ni par le sujet ni par le COD, au lieu d'utiliser la
particule verbale "a", on utilise la particule "e", cette particule entraîne une mutation
mixte sur le verbe qui suit.

A la forme négative, on utilise la particule "ne" qui entraîne une mutation adoucissante.

Étant donné que le sujet ne se trouve pas en première position, le verbe doit être
conjugué à la personne en question, voici cinq façons de former une même phrase en
changeant le premier élément sur lequel on insiste, regardez l'emploi des particules
verbales ainsi que les cas ou le verbe est conjugué:

- Sujet en premier: Me a zebr bara bemdez.


- COD en premier: bara a zebran bemdez.
- Avec "ober" en auxiliaire: Debriñ a ran bara bemdez.
- Autre élément: bemdez e tebran bara.
- Forme négative: ne zebran ket bara bemdez.
La conjugaison personnelle du présent régulier
Comme on vient de le voir, si la phrase commence par autre chose que le sujet, le verbe
doit être conjugué à la bonne personne, voici le tableau de conjugaison du présent
régulier à la forme affirmative et négative avec pour exemple le verbe "debriñ":

Forme Forme négative


affirmative 
Bez' e tebran Ne zebran ket
Bez' e tebrez Ne zebrez ket
Bez' e tebr Ne zebr ket

Bez' e tebromp Ne zebromp ket


Bez' e tebrit Ne zebrit ket
Bez' e tebront Ne zebront ket
Notenn: en Breton, tous les verbes, mis à part "ober, mont, dont, kaout/en devout et
gouzout".

Gwenole: Penaos ema an traoù ganit, Gweven?


Veig: Mat tre, mont a ri da'r Fest Noz Disul?
Gwenole: Ne rin ket.
Veig: Ha perak 'ta?
Gwenole: Kalz a labour a'm eus gant ar skol-veur!
Veig: Memestra, labourat a rez da Sul, te?
Gwenole: Ya, dre an abeg e teuio ma eontr ba'r gêr Disadorn!
Veig: Ha ne'z to ket amzer evit labourat Disadorn?
Gwenole: Oc'h nann, ne'm bo ket, graet e vo ur veurzenn vraz, te 'oar!
Veig: Mat eo, kompren a ran! Spi 'm eus e c'helli labourat Disul memestra!
Gwenole: N'ouzon ket ma c'hellin!
Veig: Mat, kalon vat dit!
Gwenole: Mersi!

Ne rin ket » non Beurzenn » fête


Dre an abeg » parce-que Te 'oar » tu sais
Eontr » oncle Mat eo » OK
Er gêr » à la maison Gallout (gellout) » pouvoir
Amzer » temps Kalon vat » bon courage
   
Dire "non"
Il y a plusieurs façons pour dire "non" en Breton, tout dépend de la phrase, si
l'interrogation est négative, si on approuve, on peut répondre par "nann" suivi ou non de
la répétition du verbe à la négative, par exemple:
- Ne'z to ket amzer?
- Nann, ne'm bo ket.
Cependant, si l'interrogation est négative mais qu'on la désaprouve, on répond par "geo"
(parfois prononcé "yeo") qui signifie "si":
- Ne'z to ket amzer?
- Geo!

Si l'interrogation n'est pas négative, on répond soit par "ket", soit on reprend le verbe à la
forme négative ou bien encore, on répond par "ket" et on le fait suivre du verbe à la
forme négative:
- Dont a ri?
- Ket, ne rin ket!

Les différences entre "mont" et "dont"


Le verbe "mont" signifie "aller" et "dont" signifie "venir", le premier a un sens
d'éloignement tandis que l'autre a un sens de rapprochement du locuteur, par exemple:
- Dont er gêr (venir à la maison)
- Mont da'r Fest Noz (aller au Fest Noz)

On remarque aussi un changement de prépositions, avec "dont" on emploi la préposition


"e(n)" (dans) alors qu'avec "mont" on emploi la préposition "da" (à). Ce changement se
fait aussi sentir quand, avec ces verbes, on ne répète pas l'endroit où l'on va mais qu'on
utilise un adverbe de rappel:
- Mont di (y aller)
- Dont eno (y venir)

Le futur du verbe "ober"


Voici la conjuguaison irrégulière du verbe "ober" qui peut aussi servir d'auxiliaire à un verbe
à l'infinitif, comme on l'a vu dans la leçon précédente.

Forme négative
Forme affirmative
Bez' e rin Ne rin ket
Bez' e ri Ne ri ket
Bez' e raio Ne raio ket

Bez' e raimp Ne raimp ket


Bez' e reoc'h Ne reoc'h ket
Bez' e raint Ne raint ket
Le futur des verbes "mont" et "dont"

- Dont -

Forme affirmative Forme négative


Bez' e teuin Ne zeuin ket
Bez' e teui Ne zeui ket
Bez' e teuio Ne zeuio ket

Bez' e teuimp Ne zeuimp ket


Bez' e teuoc'h Ne zeuioc'h ket
Bez' e teuint Ne zeuint ket

 
- Mont -
Forme affirmative Forme négative
Bez' ez in Ne'z in ket
Bez' ez i Ne'z i ket
Bez' e yelo Ne yelo ket

Bez' ez aimp Ne'z aimp ket


Bez' ez eoc'h Ne'z eoc'h ket
Bez' ez aint Ne'z aint ket

Liz: Oc'h, glav a ra c'hoazh! Pegen brein eo an amzer hiziv!


Yann: Ni zo o vont e-barzh revr an amzer, 'm eus aon!
Liz: Gast ya, pebezh amzer! N'ouzon ket pezavare e vo brav an amzer adarre!
Yann: Un amzer evit chom e korn an oaled o tebriñ krampouezh, me 'lar dit!
Liz: Oc'h pa lâran, 'benn arc'hoazh e fardin krampouezh er gêr, dont a ri?
Yann: Sistr a vo war an daol?
Liz: Eveljust!
Yann: Mat, neuze e teuin eno d'ober un dro!
Liz: Mat tre, ken na vi gwelet 'benn arc'hoazh neuze!
 

Pegen » combien! Chom » rester


Revr » cul Korn » coin
'm eus aon » je crains Oaled » foyer (de cheminée)
Gast ya! » ha ca oui! Pa lâran » au fait
Pebezh » quel! Fardañ » préparer
Pezavare » quand Eveljust » biensur
Adarre » de nouveau Ober un dro » faire un tour
   
Glav a ra
En Breton, quand il pleut ou qu'il neige, on dit qu'il "fait" (ober) de la pluie ou de la
neige, cet emploi se retrouve aussi en Français de Basse Bretagne.

Mont e-barzh revr an amzer


Cette expression signifie qu'on va vers le mauvais temps, mot à mot elle se traduit par
"aller dans le cul du temps", c'est donc une expression idiomatique à sortir uniquement
dans un cadre familial et non en pleine société!

Les exclamatifs "pegen" et "pebezh"


Ces mots servent à marquer l'exclamation, l'adverbe "pegen" est employé si le mot qui
suit est un adjectif tandis que "pebezh" s'emploie quand le mot suivant est un nom, voici
deux exemples de phrases employant "pegen" et "pebezh":
- Avec un adjectif: pegen fall eo an amzer! (qu'est ce le temps est mauvais!)
- Avec un nom: pebezh amzer! (quel temps!)
Dans cette leçon on va simplement approfondir la conjuguaison au futur en voyant la
conjuguaison du verbe "bezañ" et celle des verbes réguliers.

Le verbe "bezañ" au futur


Voici d'abord la conjuguaison du verbe "bezañ" au futur:

Forme affirmative Forme négative


Bez' e vin Ne vin ket
Bez' e vi Ne vi ket
Bez' e vo Ne vo ket

Bez' e vimp Ne vimp ket


Bez' e voc'h Ne vioc'h ket
Bez' e vint Ne vint ket

Conjuguaison personnelle des verbes réguliers au futur


Voici la conjuguaison des verbes réguliers au futur (avec le verbe fardañ):

Forme affirmative Forme négative


Bez' e fardin Ne fardin ket
Bez' e fardi Ne fardi ket
Bez' e fardo Ne fardo ket

Bez' e fardimp Ne fardimp ket


Bez' e fardoc'h Ne fardoc'h ket
Bez' e fardint Ne fardint ket

Ar Bibl a zo ennañ 66 levr (39 levr en Testamant Kozh ha 27 en Testamant


Nevez). Setu roll al levrioù o frammañ ar Bibl

TESTAMANT KOZH
Geneliezh
Ermaeziadeg
Leviegezh
Niveroù
Adlezenn
Jozue
Barnerien
Rud
1 Samuel
2 Samuel
1 Rouaned
2 Rouaned
1 Danevelloù
2 Danevelloù
Ezra
Nehemia
Ester
Job
Salmoù
Krennlavarioù
Prezeger
Kanenn ar C'hanennoù
Izaia
Jeremia
Klemmganoù Jeremia
Ezekiel
Daniel
Ozea
Joel
Amoz
Abdia
Jona
Mika
Nahum
Habakuk
Sofonia
Agae
Zakaria
Malaki

TESTAMANT NEVEZ
Mazhev
Mark
Lukaz
Yann
Oberoù an Ebestel
Romaned
1 Korintiz
2 Korintiz
Galated
Efeziz
Filipiz
Koloseiz
1 Tesalonikiz
2 Tesalonikiz
1 Timote
2 Timote
Tit
Filemon
Hebreed
Jakez
1 Pêr
2 Pêr
1 Yann
2 Yann
3 Yann
Jud
Diskuliadur

YANN 3:1-36

Pennad 3
Jezuz ha Nikodem: "Ret eo bezañ ganet eus an nec’h"
1  Hogen e oa un den e-touez ar farizianed, anvet Nikodem, unan eus re
vras ar Yuzevien.
2  Hemañ a zeuas en noz da gavout Jezuz hag a lavaras dezhañ: Mestr, ni a
oar ez out un doktor deuet a-berzh Doue, rak den ne c'hell ober ar
mirakloù-se a rez, nemet e vefe Doue gantañ.
3  Jezuz a respontas dezhañ: E gwirionez, e gwirionez, me a lavar dit, ma
ne vez ket ganet un den eus an nec'h, ne c'hell ket gwelout rouantelezh
Doue.
4  Nikodem a lavaras dezhañ: Penaos e c'hell un den bezañ ganet pa'z eo
kozh? Hag e c'hell distreiñ un eil gwech e kof e vamm ha bezañ ganet?
5  Jezuz a respontas: E gwirionez, e gwirionez, me a lavar dit, ma ne vez
ket un den ganet a zour hag a Spered, ne c'hell ket mont e rouantelezh
Doue.
6  Ar pezh a zo ganet eus ar c'hig a zo kig, ar pezh a zo ganet eus ar Spered
a zo spered.
7  Na vez ket souezhet ma lavaran dit: Ret eo ma viot ganet eus an nec'h.
8  An avel a c'hwezh e-lec'h ma kar hag e klevez an trouz, met n'ouzout ket
nag a-belec'h e teu na pelec'h ez a. Evel-se e c'hoarvez gant pep den a zo
ganet eus ar Spered.
9  Nikodem a lavaras dezhañ: Penaos e c'hell c'hoarvezout kement-se?
10  Jezuz a respontas dezhañ: Te a zo doktor Israel, ha n'ouzout ket an
traoù-se?
11  E gwirionez, e gwirionez, me a lavar dit, e lavaromp ar pezh a ouzomp
hag e roomp testeni eus ar pezh hon eus gwelet, ha ne zegemerit ket hon
testeni.
12  Ma ne gredit ket pa gomzan deoc'h eus traoù douarel, penaos e kredot
pa gomzin deoc'h eus traoù neñvel?
13  Den n'eo pignet en neñv, nemet an hini a zo diskennet eus an neñv,
Mab an den a zo en neñv.
14  Hag evel ma savas Moizez an naer el lec'h distro, evel-se eo ret e vo
savet Mab an den,
15  evit na vo ket kollet piv bennak a gred ennañ, met m'en devo ar vuhez
peurbadus.
16  Rak kement en deus Doue karet ar bed m'en deus roet e Vab nemetañ,
evit na vo ket kollet piv bennak a gred ennañ, met m'en devo ar vuhez
peurbadus.
17  Rak Doue n'en deus ket kaset e Vab er bed evit barn ar bed, met evit ma
vo salvet ar bed drezañ.
18  An hini a gred ennañ n'eo ket barnet, met an hini na gred ket a zo dija
barnet, abalamour n'en deus ket kredet en anv Mab nemetañ Doue.
19  Ha setu ar varnedigezh: ar sklêrijenn a zo deuet er bed hag an dud o
deus karet muioc'h an deñvalijenn eget ar sklêrijenn, abalamour ma oa fall
o oberoù.
20  Rak piv bennak a ra an droug a gasa ar sklêrijenn ha ne zeu ket d'ar
sklêrijenn, gant aon na vefe rebechet e oberoù.
21  Met an hini a ra hervez ar wirionez a zeu d'ar sklêrijenn, evit ma vo
diskuliet e oberoù, rak e Doue ez int graet.
Yann-Vadezour a zoug testeni adarre
22  Goude-se, Jezuz a yeas gant e ziskibien e douar Judea. Eno e chomas
ganto hag e vadeze.
23  Yann a vadeze ivez en Enon tost da Salim, abalamour ma oa eno kalz a
zour. Hag ez aed di evit bezañ badezet,
24  rak Yann ne oa ket bet c'hoazh lakaet er prizon.
25  Hogen un tamall a savas etre diskibien Yann hag ar Yuzevien diwar-
benn ar c'hlanidigezh.
26  Dont a rejont da gavout Yann hag e lavarjont dezhañ: Mestr, an hini a
oa ganit d'an tu all d'ar Jordan hag ac'h eus roet testeni dezhañ, setu, e
vadez hag an holl a ya d'e gavout.
27  Yann a respontas: Den ne c'hell resev tra ebet, nemet roet e vefe bet
dezhañ eus an neñv.
28  C'hwi hoc'h-unan a zo testoù din em eus lavaret: N'eo ket me eo ar
C'hrist, met kaset on bet a-raok dezhañ.
29  An hini en deus ar wreg eo an ozhac'h. Met mignon an ozhac'h, a zo
eno hag en selaou, a zo laouen bras pa glev mouezh an ozhac'h, hag al
levenez-se a zo va hini ha peurvat eo.
30  Ret eo dezhañ kreskiñ ha din bihanaat.
31  An hini a zeu eus an nec'h a zo dreist an holl. An hini a zeu eus an
douar a zo eus an douar hag e lavar a zeu eus an douar. An hini a zeu eus
an neñv a zo dreist an holl,
32  hag a ro testeni eus ar pezh en deus gwelet ha klevet, ha den ne
zegemer e desteni.
33  An hini a zegemer e desteni en deus siellet penaos eo Doue gwirion,
34  rak an hini en deus Doue kaset a lavar komzoù Doue, rak Doue ne ro
ket dezhañ ar Spered dre vuzul.
35  An Tad a gar ar Mab hag en deus lakaet pep tra etre e zaouarn.
36  An hini a gred er Mab en deus ar vuhez peurbadus, met an hini na sent
ket ouzh ar Mab ne welo ket ar vuhez, met fulor Doue a chom warnañ.

1 KORINTIZ 13:1-13

Pennad 13
Ar garantez
1  Pa gomzfen yezhoù an dud hag an aeled, ma ne'm eus ket ar garantez, ez
on evel un arem a son, pe evel ur simbalenn a dregern.
2  Pa em befe an donezon a brofediezh, pa anavezfen an holl visterioù hag
an holl c'houiziegezh, pa em befe an holl feiz betek dilec'hiañ ar menezioù,
ma ne'm eus ket ar garantez, n'on netra.
3  Pa ginnigfen va holl vadoù evit boued, pa rofen va c'horf evit bezañ
devet, ma ne'm eus ket ar garantez, kement-se ne servij din da netra.
4  Ar garantez a zo habask ha leun a vadelezh, ar garantez n'eo ket avius, ar
garantez n'eo ket fougasus, n'en em c'hwez ket a ourgouilh,
5  n'eo ket dizonest, ne glask ket he mad hec'h-unan, ne drenk ket, ne soñj
ket e droug,
6  n'en em laouena ket eus an direizhder, met en em laouena eus ar
wirionez,
7  digareziñ a ra pep tra, krediñ a ra pep tra, esperout a ra pep tra, gouzañv
a ra pep tra.
8  Ar garantez ne baouezo biken. Diwar-benn ar profediezhioù, ec'h
echuint, ar yezhoù e ehano, ar c'houiziegezh a echuo.
9  Rak ec'h anavezomp en un doare diglok, hag e profedomp en un doare
diglok,
10  met pa zeuio ar pezh a zo peurvat, neuze ar pezh a zo diglok a echuo.
11  Pa oan bugel, e komzen evel ur bugel, e komprenen evel ur bugel, e
soñjen evel ur bugel, met pa'z on deuet da vezañ un den, em eus echuet
gant ar pezh a oa eus ar bugel.
12  Bremañ e welomp dre ur melezour, en un doare teñval, neuze e welimp
dremm ouzh dremm. Bremañ ec'h anavezan en un doare diglok, met neuze
ec'h anavezin-tre, evel ma'z on bet anavezet-tre.
13  Bremañ eta, e chom an tri dra-mañ: ar feiz, an esperañs, ar garantez.
Met ar brasañ anezho eo ar garantez.
 
Bro-C'hall, pe Gall a-wechoù er skridoù kozh, pe Frañs, a zo ur riez hag emañ
he ziriadmetropolek en Europa ar c'hornôg. Gallaoued, pe Frañsizion (pe Frañsizien), eo an
dud zo o chom enni.

Pariz eo kêr-benn Bro-C'hall ha sez padus ar riez abaoe an XIIIvet kantved.

Anvet e vez Frañs ivez, diwar ar ger gallek "France", a oa deuet en anv


ar rouantelezh kozhRoyaume de France (a oa bet Rouantelezh  ar Franked un tamm a-raok).

En Henamzer e veze graet Galia eus un darn eus he zachennad, met e Galia gozh


edo Belgia,kornôg Alamagn, Suis hag hanternoz Italia.

République française (Republik c'hall) eo an anv ofisiel a-hiziv. Stag ouzh Bro-C'hall ez eus bet
un impalaeriezh e-pad kantvedoù. Eus an impalaeriezh-se e chom c'hoazh meur a diriad
strewet er bed a-bezh : an departamantoù ha tiriadoù tramor int.

Ezel eus Unaniezh Europa, eus takad an Euro hag eus Emglev Schengen eo Bro-C'hall. Un


ezel padus eus Kuzul-surentez Aozadur ar Broadoù Unanet eo ivez.

Un emglev milourel pennañ he deus graet Bro-C'hall p'eo bet sinet gant Feur-emglev Norzh-
Atlantel e 1945 hag ezel diazezer eo eus Aozadur Feur-emglev Norzh-Atlantel (AFNA). Aet eo
kuit eus ar renadur milourel enframmet e-pad ur pennad brav war atiz ar jeneral de Gaulle, met
distro eo e-barzh bremañ. Ur galloud nukleel eo.

Diazezet eo bet he zalvoudegezhioù politikel war Disklêriadur Gwirioù Mab-den hag ar


Geodedourien 1789. Ar Marseillaise eo kan broadel Bro-C’hall.

Taolenn
 [kuzhat]

1 An anv, Frañs ha Bro-C'hall

2 Douaroniezh

o 2.1 Kêrioù pennañ

Bro C'hall

o 2.2 Savidigezh an

torosennadur
3 Istor

4 Yezhoù

5 Notennoù ha daveennoù

[kemmañ]An anv, Frañs ha Bro-C'hall
Ar ger "Frañs" a zeu eus an anv gallek "France", deuet eus an anv "Francia", ur ger latin hag a
dalveze kement ha "Bro ar Franked". Ar ger "Frank" zo eus ur yezh c'hermanek kozh bennak.
N'ouzer ket ha talvezout a ra ur "goaf", pe "tud dizalc'h". Testeniet eo ar ger Frañs e brezhoneg
abaoe dibenn ar XVvet kantved[1]

An anv latin Galia a glot gant terouer Frañs a-vremañ (dre vras), gant Belgia, Suis hag un tamm
eus hanternoz Italia.

Graet e vez gant Bro-C'hall evit treiñ "France" e brezhoneg abaoe kantvedoù, daoust ma talvez


kentoc'h ar vro ma vez kaozet galleg, Breizh-Uhel e-barzh. Kavet e vez Frañs er yezh pobl, er
c'hanaouennoù dreist-holl.

Ar ger gall brezhonek n'en deus netra da welet gant ar ger latin Galia. Ur ger keltiek eo hag a
dalvez kement hag estren.

[kemmañ]Douaroniezh

Kartenn kerioù brasañ Bro-C'hall

Emañ Bro-C'hall war ur strizh-douar e-lec'h ma kaver holladoù stummoù


douarel pennañ Europa. Amañ e weler div aradennad-venezioù yaouank, un torosad menezioù
kozh, an diazadoù brasañ ha lodenn ar gompezenn veur a ya eus Mor Breizh betek
menez Oural. Diouzh-se e teu liesseurtegezh armaezioù hag ar gweledvaoù.

[kemmañ]Kêrioù pennañ Bro C'hall


# Kêr Departamant Rannvro D'an 8 a viz D'ar 1añ a D'ar 1añ a viz
Meurzh 1999 viz Genver Genver 2007
2006

1 Paris Paris Île-de-France 2 125 246 2 181 371 2 193 030

Bouches-du- Provence-Alpes-Côte
2 Marselha 798 430 839 045 852 395
Rhône d'Azur

3 Lyon Rhône Rhône-Alpes 445 452 472 305 472 330

4 Tolosa Haute-Garonne Midi-Pyrénées 390 350 437 715 439 453

Provence-Alpes-Côte
5 Nice Alpes-Maritimes 342 738 347 060 348 721
d'Azur

6 Naoned Liger-Atlantel Broioù al Liger 270 251 282 853 283 025

7 Strasbourg Bas-Rhin Elzas 264 115 272 975 272 123

8 Montpellier Hérault Languedoc-Roussillon 225 392 251 634 253 712

9 Bourdel Gironde Akitania 215 363 232 260 235 178

10 Lille Nord Nord-Pas-de-Calais 184 657 226 014 225 789

11 Roazhon Il-ha-Gwilen Rannvro Breizh 206 229 209 613 207 922

12 Reims Marne Champagne-Ardenne 187 206 183 837 183 500

13 Le Havre Seine-Maritime Haute-Normandie 190 905 182 580 179 751

Saint-
14 Loire Rhône-Alpes 180 210 177 480 175 318
Étienne

Provence-Alpes-Côte
15 Toulon Var 160 639 167 816 166 537
d'Azur

16 Grenoble Isère Rhône-Alpes 153 317 156 107 156 793

17 Dijon Côte-d'Or Bourgogn 149 867 151 504 151 543

18 Angers Maine-et-Loire Broioù al Liger 151 279 152 337 151 108

19 Ar Mañs Sarthe Broioù al Liger 146 105 144 016 144 164

20 Nîmes Gard Languedoc-Roussillon 133 424 144 092 143 468

[kemmañ]Savidigezh an torosennadur
Diwar bebeiladur savadigezh ar menezioù hag ar gouelezenniñ eo bet savet an torosennadur :
 En Amzervezh kentañ en em sav ar menezioù herkiniat, uhel-kenañ, diwar oberezh
ar menezioù-tan. Diouzh ober ar c'hrignerezh eo bet kompezet ar menezioù betek dont da
vezañ argompezennoù.
 En Eil Amzervezh ez a uhel live ar morioù ken eo bet goloet an douar gant
gouelezennoù kouezhet kantvedoù-pad, dezho un tevder divent.
 En Trede Amzervezh en em sav menezioù en-dro (an Alpoù hag ar Pireneoù) ken ez a
ar gouelezennadoù d'ober an diazadoù ha menezioù bihanoc'h tro-dro d'an aradennadoù
nevez.
 Er Pevare amzervezh ez eus bet deuet meur a skornadenn vras gant hoaladoù diskorn
pebeilet ken eo bet donaet traoñiennoù 'zo ha krouet meur a lenn, lenn ar Bourget, lenn
Annecy ha lenn Jeneva ar brasañ anezho.
[kemmañ]Istor

Istor riez Bro-C'hall (latin : regnum Francorum e deroù ar Grennamzer) a c'hell bezañ lakaet e
orin e krouidigezh Gallia occidentalis (Galia ar c'hornôg) e 843. Ul lodenn eus an Impalaeriezh
karolingat roet da Charlez ar Moal da-geñver hêrezh e dad-kozh Karl Veur. Met, ma veze graet
eus an tiriad-mañ Gallia e veze graet kement ha kement Francia occidentalis. E brezhoneg e
vez kavet roud an daou hengoun gant Bro-C'hall ha Frañs.

Goude m'eo bet gwanaet galloudegezh roue Bro-C'hall dre savidigezh


ar c'hladdalc'helezh er Grennamzer e talc'has heuliad ar rouaned bodañ dindan o beli muioc'h-
muiañ a diriadoù, da lavaret eo lakaat da greskiñ an domani roueel, bihan a-walc'h
e IXvet kantved-Xvet kantved ha ledanoc'h-ledanañ dre an dimezioù pe dre c'hounidoù ar brezelioù.
Diwar ar rannvroioù bras, lod anezho krouet da vare an impalaeriezh karolingat
(Akwitania, Breizh, Loren, Poatev...) e teuas war-wel ar proviñsoù evel ma oant klokaet
(goude aloubadeg Elzas e 1675) e fin arvonarkiezh. Ar proviñsoù, renet gant priñsed vras
gwechall, a oa deuet da vezañ pastelloù-bro melestradurel, o statudoù liesseurt koulskoude.

[kemmañ]Yezhoù
Ar yezhoù oil (galleg) gant livioù hag arlivioù gwer ha melen (seul velenoc'h seul dostoc'h d'ar galleg “standard");
an okitaneg e ruz ha roz; ar frankoprovañseg e glas; ar yezhoù all e mouk (diell Lexilogos)

Daoust d'ar politikerezh yezh renet abaoe pell 'zo (Skrid-embann Villers-
Cotterêts e1539 paneveken) hag a glask lakaat ar vro da vezañ unyezhek-rik — hag ar yezh-se
eo ar galleg — e vez komzet meur a yezh war diriad Frañs Europa, daoust dezhe bezañ bet
gwallgaset.

 ar galleg end-eeun (ar yezh ofisiel nemeti), diazezet war yezh Enez-


Frañs haTouraine dreist-holl, hag ar rannyezhoù (anvet ivez yezhoù oil);
 yezhoù latin all : okitaneg, katalaneg, korseg, frankoprovañseg.
 yezhoù germanek : nederlandeg, alamaneg (elzaseg, luksembourgeg);
 ur yezh dianav hec'h orin : an euskareg;
 ur yezh keltiek : ar brezhoneg.

A-hend-all ez eus yezhoù all hep tiriad, evel ar yezhoù rom, pe neuze yezhoù deuet da
heul enbroidi, evel ar c'hreoleg, an arabeg, ar c'habileg, ha meur a hini all...

Kêr-benn Bro-C'hall eo Pariz (Paris e galleg, distaget [paʁi]). Departamant ha pennlec'h


departamant eo ivez, ha pennlec'h rannvro Enez-Frañs ivez.

Savet eo bet war unan eus kammdroennoù ar Saena. Anavezet eo er bed a-bezh en abeg


d'hemonumantoù bras ha bihan, niverus an holl anezho, ha d'he buhez sevenadurel ivez. Un
istor kozh ha skedus a zo ganti hag ur roll armerzhel bras-tre kreñvaet gant he saviad ken eo
deuet da vezañ un ahel a-bouez evit ar pellgehenterezh a-dreuz Europa. Ul lec'h brudet evit
ar c'hizhag ar pompad eo ouzhpenn.

Parizianed eo an anv a vez graet eus an annezidi.

Ger-ardamez Pariz, Fluctuat, nec mergitur (O wintañ-diwintañ ned a ket da sankañ) a zo


liammet gant un arouez kozh-tre, hini ar vag, ar "Scilicet" e anv, a zo bet ardamez
marc'hadourien an dour, mistri ar gêr er Grennamzer.

Santez Jenovefa eo patronez Pariz, abaoe m'he doa graet da Attila, roue an Huned, chom hep
tagañ ar gêr, gouez d'ar vojenn.

Hervez an EBSSA e oa 2 144 700 a dud o chom e kêr Pariz e 2004. Dre ma'z eo aet ar boblañs
da leuniañ degadoù a gumunioù tro-dro (erXXvet kantved dreist-holl) eo bet termenet an takad-
kêr Pariz, 11,1 milion annezidi e 1999 ennañ.

Taolenn
 [kuzhat]

1 Istor

o 1.1 Orin anv Pariz

o 1.2 Ragistor

o 1.3 Henamzer

o 1.4 Krennamzer

o 1.5 Eus Herri IV betek

Monarkiezh Gouere

o 1.6 Pariz modern

2 Brezhoneg

[kemmañ]Istor

[kemmañ]Orin anv Pariz


Anvet eo bet Pariz diwar anv meuriad galian, ar Parisii. Un nebeud martezeadennoù a zo bet
kinniget evit displegañ an anv :

 Ar wrizienn c'halianek "kwar" a dalvezfe evit mengleuz, rak meur a hini a zo bet kleuziet


er rannvro.
 An doueez egiptat Isis, rak e talvezfe "per Isis" kloz pe templ Isis e egipteg.
 Par a c'hellfe bezañ ur ger galianek evit lestr hag ul lestr eo ardamez Pariz.
 Hervez ur vojenn anavezet mat e Breizh e vije liammet Pariz gant Kêr-Is ha Pariz ur ger
par da hini Is.
[kemmañ]Ragistor

An ostilhoù koshañ evit kleuziañ bet kavet war ribl ar Saena a zo bet deiziataet 40 000 bloaz.
War takad Bercy eo bet kavet roudoù urgêriadenn, savet war-dro 4000 war vrec'h sec'h ar
Saena. Lakaet eo bet war-wel pirogennoù, priajoù, gwaregoù gant o biroù, ostilhoù graet e korn
koulz hag e maen

[kemmañ]Henamzer

Feunteun Wallace

N'eus kazi keloù ebet eus ar prantad etre ar ragistor ha mare ar galianed-romaned. M'eo bet
graet ul liamm etre ar Parisii, ur meuriad galian, hag ar gêr a vo anvet Pariz, ne anavezer ket
pelec'h ha pegoulz o deus savet ar "Parisii" o c'hêr-benn. Gwelet eo bet "Lutetia", ar gêr seizet
gant Labienus, letanant Kezar e - 52 (troet e vez "Lutetia" da "Lutèce "e galleg). N'eus roud ebet
eus ar gêr galian-se. Klasket e 'z eus bet e inizi ar Sen, enez ar Geoded, enez Saint-Loeiz pe
war un enezenn a zo bet e genou ar stêr Bièvres. Nevez'zo eo bet kinniget ma vije bet ar
gêriadenn e plas hini kavet e Nanterre tost d'ar Menez-Valerian. Ne oa ket Lutetia kêr-benn
Galia, met Lugdunum (Lyon) eo bet hini ar C'halianed.

Ne oa ket kustum d'ar Romaned sevel o geodedoù e plas ar gêrioù galian ha setu perak ez eus
bet ur gêr roman savet er c'hantved kentañ war ar riblenn gleiz war dinaou ar Menez Sant-
Jenovefa. Ar c'hibelldioù a zo bet kavet war ar boulouard Sant-Jermen, an arena e-kichen ar
straed Monge, ar c'hoariva e-kichen Skol ar vezegiezh hag ar vered e plas abati Port-Royal
kozh. An ahel Norzh-Su (ar "cardo"") a oa ar straed Sant-Jakez troch'et gant an ahel Kornôg-
Reter war-dro an niverennoù 172-174. Ar forom a oa e Norzh ar c'hroazhentbetek ar straed
Cujas. Kavet eo bet ur villa hag pevar di etre ar straed Sant-Jakez hag ar straed Gay-Lussac
e 2006.

[kemmañ]Krennamzer

Ardamez Pariz

Anv ez eus eus Paris e fin ar 4re kantved hag e 508 e teu Hlodvig, roue ar Franked da staliañ e
gêr-benn. Meneget eo iliz Sant-Jervaz er 4re kantved (war ar riblenn zehou a-dreñv d'an Ti-
kêr a-vremañ). Er 9vet kantved ez eus anv eus ar mogerioù savet evit gwareziñ parrezioù Sant-
Jervaz ha Sant-Jermen-eus-Auxerre. Koulskoude e tismanstras an Normaned an holl
savadurioù war ar riblenn gleiz. Pa yeas d'an tron ar Gapeted e 987 e oa aparchant dezho daou
gêr a-bouez, Pariz hag Orleans. O zad-you, Euzen Iañ, en doa klasket difenn Pariz diouzh an
Normaned.

War ar riblenn zehou e kaver kêriadennoù bihan savet en XIvet kantved : Sant-Marzhin-ar
Maezhioù, San-Jermen-eus-Auxerre, Sant-Jervaz. Dibab a reas Loeiz VI, roue Bro-C'hall
(e1108) evel sez pennañ e veli ha chom a reas di muioc'h Fulup II (1190-1220). Er mare-se e
oe adsavet karterioù ar riblenn gleiz hag e savas Fulub II ur c'hlozadur mogerioù evit pevar
rannger war ar riblenn zehou : ar C'hastellig (Châtelet), ar C'hrohu, ar Grev ha Sant-Jermen-
eus-Auxerre hag ar ranngerioù etre ar Menez Sant-Jenovefa ha straed ar Sen. Er XIVvet
kantved e savas Charlez V (1371-1380) ur c'hlozadur ledanoc'h war ar riblenn zehou ha betek
Port-Royal war ar riblenn gleiz.

Er Grennamzer e teu da vezañ Pariz ur gêr m'eo kalz artizaned, micherourien, marc'hadourien


enni hag ivez studierien. Broudet eo an diorroadur gant ezhommoù al lez ha re an Iliz. Temz-
spered ar re vihan koulz hag hini ar vourc'hizien a lak anezho da abegiñ. Renet e vez dizurzhioù
bras gant ar studierien ivez.
E 1358 e tarzhas kentañ devezh reveulzi ma 'z eus bet e Pariz : dre ma ne c'helle ket rediañ
an Daofin (a vo Charlez V a Vro-C'hall) da zoujañ ouzh e venozhioù e vroudas Étienne
Marcelur reveulzi evit kemer kontrol ar palez roueel (daou guzulier an Daofin muntreet) hag ar
gêr. Hemañ, penn ar vourc'hizien en doa kendrec'het ar bobl ma veze gouarnet fall
ar rouantelezh. Trec'het e oe gant al lu roueel pelloc'h. E 1382 ez eus bet emsavadeg ar
"Maillotins" (kas a raent melloù ganto) pa nac'he pobl bihan Pariz ma vo paeet un tell nevez.
E 1413, Simon Caboche, penn an tuad bourgognat, a renas ur reveulzi bras gant meur a
lazhadeg tuidi an Armagnac e-doug Brezel ar C'hant bloaz. Seizet e oe kreñvlec'h ar Bastille,
met trec'het e oe ar "Cabochidi" gant tuad an Armagnac e 1414.

[kemmañ]Eus Herri IV betek Monarkiezh Gouere


Dindan Herri IV e oe savet savadurioù bras gant un raktres savouriezh (Plasenn ar Roue,
Plasenn ar Vosges hiziv). E warlec'hiad Loeiz XIII a astennas klozadur ar riblenn zehou betek ar
"boulouardoù" (ar re-se digoret goude m'eo bet dismantret ar mogerioù nevez gant Loeiz XIV)
(1643-1715). En 18vet kantved e oe savet ur c'hlozadur evit kontrolliñ an telloù-kêr diwar intrudu
ar Feurmerien jeneral. Enklozet e oa an unneg arrondisamant kentañ, met ne goloe ket
an tolpad-kêr nemet ar c'hwec'h kentañ.

E 1648 e krogas ur prantad trubuillhoù e Bro-C'hall pa veze Anna a Aostria ha Mazarini, he


c'hentañ ministr, o verañ ar rouantelezh en anvLoeiz XIV, hag eñ ur bugel. Anvet eo bet ar seurt
emsavadeg padus-se, ar "Fronde" (fronder = abegiñ). Krogañ a reas un emsavadeg dibar e
Pariz, devez ar bardelloù d'an 26 a viz Eost 1648 diwar abeg harzherezh tri guzulier-parlamant.
Evit gwir ez eus bet meur a zevezh ar bardelloù e Pariz
(1588, 1648, 1830, 1832, 1848, 1851, 1871, 1944). E 1652 e klaskas ar priñs a Gondé kemer
Pariz gant harp ar Spagnoliz. Harzet gant ar Barizianed dindan urzhioù Turenne ez eas Condé
da benn mont tre gant harp dugez a Vontpensier a lakaas kanolioù arBastille tennañ war lu ar
Roue.

Ne blije ket Paris da Loeiz XIV en doa miret en e soñj devezh ar bardelloù pa oe rediet e vamm,
ar Rouanez hag e vugale, kuitaat al Louvreevit klask repu e kastell Sant-Jermen, pemp lev
pelloc'h. Bihan e oa deuet palez al Louvre pa glaske ar roue bodañ an noblañs en-dro dezhañ.
E 1685 e kuitaas Pariz al lez evit en em staliañ e Versailhez. Koll a reas Pariz darn eus e
boblañs aet tostoc'h da greiz ar galloud.
Emsavadeg an ebenourien e penn ar straed Sant-Anton e-kichen kastell ar Bastille a zo bet ar
darvoud a roas lañs d'an Dispac'h gall d'an14vet a viz Gouere 1789. Ar vicherourien, kounnaret
gant diviz ar Roue gervel rejimantoù evit evezhiañ ar gêr a lakaas ar sez dirak ar Bastille e-lec'h
ma veze kaset tud hep bezañ barnet, met ne chome nemet pemp prizoniad ennañ. E-pad ur
c'hantved e oe Fabourz Sant-Anton ul lec'h birvilh politikel dre ma veze meur a stalioù-labour
eno. Betek 1794, bodad ar Gumun staliet en ti-kêr hag harpet gant kevrennoù ar "Sans-
Culottes" a vroudas ar renad nevez mont pelloc'h-pellañ war an tu kleiz.

Dizfiz a vage Napoléon Bonaparte ouzh "Pariz hag he zudachoù" ("populace") hag en deus


soñjet staliañ ar gêr-benn e Lyon, met lakaat a reas da sevel monumantoù bras (Bolz-enor ar
Steredenn, Bolz-enor ar C'harigellerezh, Trepas meur Norzh al Louvre) a lakas da greskiñ brud
ar gêr e Europa.

Er bloavezhioù 1830 e vez leuniet ar spas a chome betek mogerioù ar Feurmerien jeneral a


oa harz melestradurel ar gêr. E 1840 e tivizas argouarnamant renet gant Adolphe Thiers sevel
ur voger-tro nevez c'hwec'h kilometr pelloc'h c'hoazh er maezhioù.

[kemmañ]Pariz modern
E-doug an XIXvet kantved e voe savet aveadurioù brasoc'h ha modernoc'h (koc'huioù, lazhtioù,
kanioù-skarzh, degas dour-evañ). E-pad an Eil Impalaeriezh (1852-1870) e voe anvet
gant Napoleon III ar baron Haussmann da brefed Pariz. Hemañ a renas steuñvioù modernaat
divent. Dismantret e voe karterioù kozh evit krouiñ straedoù ledanoc'h. War bep bali vras e voe
staliet kazarnioù evit bezañ prest da derriñ kement emsavadeg pobl. E savadurioù nevez mod
ar vourc'hizien ne voe ket mui posupl da gavout tud a renkadoù disheñvel o chom
asambles.Gant kresk prizioù al lojeiz e voe rediet an dud vunut da vont e karterioù ar Reter hag
ar Su pa'z ae ar vourc'hizien da chom e kartieroù ar C'hornôg, darn anezho nevez-flamm.
Krouet e voe liorzhoù publik bras (Buttes-Chaumont, Parc Monceau, Bois de Boulogne et de
Vincennes).
E 1860 e voe bodet gant ar gêr-benn ar c'humunioù a-raok ar mogerioù savet e 1840 (Auteuil,
les Batignoles, Belleville, Bercy, Charonne, Grenelle, Ménilmontant, Passy, Vaugirard)

Você também pode gostar