Você está na página 1de 77

1

Management, Audit
Financier
Dr. Si Mohamed. EL ILAM
SOMMAIRE
I. DEFINITION
II. CARACTERISTIQUES DE LA FONCTION
III. AUDIT INTERNE vs CONTROLE
INTERNE
IV. PREOCCUPATION DE L’AUDIT
INTERNE
V. LES DIFFERENTS TYPES D’AUDIT
VI. METHODOLOGIE
VII. LA CHARTE D’AUDIT
2
I. DEFINITION

Qu’est-ce que l’audit ?

 Latin: « audire » = entendre


 To audit : vérifier, contrôler

3
I. DEFINITION
Qu’est-ce que l’audit ?

 Une démarche spécifique d’investigation et


d’évaluation à partir d’un référentiel,
incluant un diagnostic et conduisant
éventuellement à des recommandations.
 Fondamentalement, l’audit est une
démarche d’observation, d’analyse et
d’interprétation.

4
I. DEFINITION

 Audit (anglicisme que l'on peut remplacer


par contrôle, vérification, expertise,
évaluation, etc.) vient du verbe latin audire,
écouter. Les Romains employaient ce terme
pour désigner un contrôle au nom de
l’empereur sur la gestion des provinces. Il fut
introduit par les Anglo-Saxons au début du
XIIIe siècle pour la gestion. Le premier
cabinet d’audit fut fondé au XIVe siècle à
Londres
5
I. DEFINITION

 L'Audit est une activité indépendante et


objective qui donne à une organisation une
assurance sur le degré de maîtrise de ses
opérations, lui apporte ses conseils pour les
améliorer, et contribue à créer de la valeur
ajoutée.
 L'audit aide cette organisation à atteindre ses
objectifs en évaluant, par une approche
systématique et méthodique, ses processus
de management des risques, de contrôle, et de
gouvernement d'entreprise, et en faisant des
propositions pour renforcer leur efficacité.
6
I. DEFINITION
 L’audit: pour qui? Et Pourquoi?
 Pour qui?
Les dirigeants(qu’a-t-on fait? peut-on faire mieux?)
Les actionnaires actuels (résultats, situation
financière : peut-on faire mieux? )
Les actionnaires potentiels (doit-on acheter? )
Les salariés (suis-je dans une situation d’emploi
précaire? )
Les fournisseurs (puis-je traiter? serai-je payé? )
Les clients (puis-je traiter? serai-je servi
durablement? )
L’Etat (résultat fiscal? )

7
I. DEFINITION

 L’audit: pour qui? Et Pourquoi?

 Pourquoi?

Nécessité de confirmer la validité des


informations données par l’entreprise.

8
I. DEFINITION

 La notion d’audit est large


 L’audit est un processus objectif et
systématique
 L’audit cherche à évaluer la concordance
entre des assertions et la réalité
 L’audit est avant tout un processus
rigoureux d’identification des problèmes

9
I. DEFINITION

 Audit interne vs Audit externe


 L’audit interne
- permet une certaine continuité des analyses
réalisées,
- possibilité de reprendre les conclusions des
interventions précédentes
- possède une meilleure connaissance de la
culture d’entreprise
- il est moins coûteux.

10
I. DEFINITION

 Audit interne vs Audit externe


 L’audit externe
- permet une plus grande indépendance pour
l’auditeur,
- une plus large gamme de références
extérieures (degré de professionnalisation plus élevé).
- permet de cacher la personnalité du
prescripteur.

11
I. DEFINITION

 Audit financier vs Audit opérationnel


 L’audit financier

C’est l’examen critique des états financiers


d’une entreprise. Dans ce type d’audit, il est
question de voir si les comptes de l’Ese
reflètent son image fidèle. Il peut être conduit
dans une perspective légale.

12
I. DEFINITION

 Audit financier vs Audit opérationnel


 L’audit opérationnel

C’est l’examen critique des performances et


de l’efficacité des fonctions dans l’entreprise;
systèmes d’information, méthodes de
direction, conditions d’exploitation ,
stratégie…

13
I. DEFINITION

 Audit légal vs Audit contractuel


 L’audit légal
Audit légal et le commissariat aux comptes
- mission définie par des textes légaux
(conditions de la désignation du commissaire
aux comptes et les conditions d'exercice de sa
mission).
- aboutit à la certification des comptes
annuels.
- strict respect des règles légales et
déontologiques. 14
I. DEFINITION

 Audit financier vs Audit opérationnel


 Audit contractuel
- “service” modulable en fonction des besoins
spécifiques de l’entreprise.
- accès facile à l’information
- rapport final
– synthèse des recommandations

15
I. DEFINITION

 L’étendue de l’audit : évolution du champ


d’application

 Audit de conformité / régularité

 Audit d’efficacité

 Audit de management

 Audit stratégique
16
I. DEFINITION

 Normes et responsabilités
 Normes applicables à l’auditeur
 Normes applicables au choix de l’auditeur
- La compétence
- L’indépendance

17
I. DEFINITION

 Normes et responsabilités
Normes relatives aux travaux de l’auditeur
(respect des diligences minimales)
- La planification et la supervision

- La justification de l’opinion

- L’appréciation des sécurités en place

- La rédaction d’un rapport

18
I. DEFINITION

Normes et responsabilités
 Normes applicable par l’auditeur

- Normes comptables
- Normes d’audit

19
I. DEFINITION

 Normes et responsabilités

 Responsabilités de l’auditeur
- responsabilité civile (fraude ou négligence)
- responsabilité pénale (inf.mensongères, non
respect du secret professionnel)
- responsabilité disciplinaire (déontologie)

20
I. DEFINITION

 PROPOSITION DE THEMES
 Audit et Ethique
 Audit des institutions de microfinance
 Audit social
 Audit informatique
 Audit qualité
 Audit de référencement
 Audit externe des organisations publiques
locales
 Pratique d’audit dans les banques
21
I. DEFINITION

 Une fonction universelle

 Application à toutes les organisations

 Application à toutes les fonctions

22
I. DEFINITION

 Une fonction Périodique

 L’audit interne est une fonction permanente


dans l’E/se.

 Les activités d’audit interne sont conduites


suivant un plan d’audit

23
I. DEFINITION

 Les fondements de l’audit interne

 Assistance au management

 Sans jugement des hommes

 En toute indépendance

24
I. DEFINITION

 Définition à l’attention des


managers…(Renard, 2000)
 « L’audit interne, c’est tout ce que
devrait faire un responsable pour
s’assurer de la bonne maîtrise de ses
affaires
– S’il en avait le temps,
– Et s’il savait comment s’y prendre »

25
I. DEFINITION

 Définitions de l’audit interne

 I.F.A.C.I (Institut Français des Auditeurs et


Consultants internes)
•« Fonction d’expertise indépendante
au sein de l’entreprise, assistant la
direction de celle-ci pour le contrôle
général de ses activités » (1999)

26
I. DEFINITION
 Définition approuvée le 21 mars 2000 par le
Conseil d'Administration de l'IFACI
 L'audit interne est une activité indépendante et
objective qui donne à une organisation une
assurance sur le degré de maîtrise de ses
opérations, lui apporte ses conseils pour les
améliorer, et contribue à créer de la valeur
ajoutée. Il aide cette organisation à atteindre ses
objectifs en évaluant, par une approche
systématique et méthodique, ses processus de
management des risques, de contrôle, et de
gouvernement d'entreprise, et en faisant des
propositions pour renforcer leur efficacité.
27
I. DEFINITION

 Finalité de l’audit interne : le contrôle


interne
 Définition:
• « fonction d’investigation et d’appréciation
du contrôle interne, exercée de façon
périodique au sein de l’organisation pour
aider les responsables de tous niveaux à mieux
maîtriser leurs activités »

 Le concept de contrôle interne

28
I. DEFINITION
 Le contrôle interne
 Définition de l’OEC (1977)
• « ensemble des sécurités contribuant à
la maîtrise de l’entreprise »
• « but: assurer la protection, la
sauvegarde du patrimoine et la qualité
de l’information…l’application des
instructions de la direction et favoriser
l’amélioration des performances »
• « se manifeste par l’organisation, les
méthodes et les procédures de chacune
des activités de l’entreprise pour
maintenir la pérennité de celle-ci »
29
I. DEFINITION

 Objectifs du contrôle interne


 Sécurité des actifs
 Qualité des informations
 Respect des directives
 Optimisation des ressources

30
I. DEFINITION

 Démarche générale du contrôle interne


 Appréciation des préalables
 Identification des dispositifs
spécifiques
• 1. Découper l’activité
• 2. Identifier et évaluer les risques
• 3. Identifier les dispositifs
• 4. Qualifier les dispositifs
 Validation de la cohérence

31
I. DEFINITION

 Les normes de l’audit interne


 Documents fondamentaux
• Normes pour la pratique professionnelle de
l’audit interne
• Bulletins des normes professionnelles
Déclaration des responsabilités de l’audit
interne
• Code de déontologie
• Documents interprétatifs des normes

32
I. DEFINITION

 Les normes professionnelles


 Normes de qualification
Caractéristiques des auditeurs
 Normes de fonctionnement
Nature des activités et critères de qualité
 Normes de mise en œuvre
Application à des missions spécifiques

33
I. DEFINITION

Les normes de qualification


 Indépendance

 Compétence professionnelle

 Assurance et amélioration qualité

34
I. DEFINITION

 Les normes de fonctionnement


 Gestion de l’audit interne
 Nature du travail
 Planification de la mission
 Accomplissement de la mission
 Communication des résultats
 Surveillance des actions de progrès

35
I. DEFINITION
 Audit interne – Audit externe: Différences et
Complémentarités
 Différences:
o Statut,
o Bénéficiaires de l’audit,
o Objectifs de l’audit,
o Champ d’application de l’audit,
o Prévention des fraudes
o Indépendence,
o Périodicité des audits,
o Méthode.
36
I. DEFINITION
 Audit interne – Audit externe: Différences et
Complémentarités
 Complémentarités
o L’audit externe est un complément de l’audit
interne,
o Echange de rapports,
o Réunions de travail périodiques,
o Etablissement en commun de planning
d’intervention,
o Utilisation d’outils identiques,
o Interdiction de tte immixtion dans la gestion…
 management des risques, de contrôle, et de
gouvernement d'entreprise, et en faisant des
37
propositions pour renforcer leur efficacité.
I. DEFINITION
 Le domaine le plus connu est l'audit
comptable et financier, à savoir l'examen de
la validité des écritures comptable , des états
financiers et fiscaux émis par une
entreprise. Il existe d'autres types d'audit
dans les contextes où il existe des normes et
une réglementation forte (sécurité de
l'homme au travail, environnement, hygiène
et sécurité alimentaire...)

38
I. DEFINITION
(Suite)

METHODE:
 approche systématique et
méthodique
 d’évaluation et amélioration

 des procédés de:

– gestion de risques
– contrôle
– gouvernement d’entreprise
39
II. CARACTERISTIQUES
DE LA FONCTION

ACTIVITE

1.d’évaluation indépendante

2.d’assistance du management

3.d’appréciation du contrôle
interne
40
II. CARACTERISTIQUES
DE LA FONCTION
(Suite)

Soit:
« Tout ce que devrait faire un
manager pour s’assurer de la
bonne maîtrise de ses
activités, s’il en avait le
temps et les moyens »

41
II. CARACTERISTIQUES
DE LA FONCTION
(Suite)

1. Activité d’évaluation indépendante


L'auditeur interne

doit être rattaché au niveau le plus


haut de la hiérarchie
ne peut pas intervenir comme
opérationnel
ni exercer un contrôle des personnes
(contrôle interne ou inspection)

42
II. CARACTERISTIQUES
DE LA FONCTION
(Suite)

2. Activité d’assistance du management


 Optimaliser le fonctionnement de
l’organisation
 Encourager un contrôle efficace à un
coût raisonnable
Par des:
enquêtes et analyses
évaluations
recommandations et avis
informations
43
II. CARACTERISTIQUES
DE LA FONCTION
(Suite)
2. Activité d’assistance du management
(suite)

 Le manager a une obligation de


résultats

 L'auditeur interne a une obligation de


moyens:
méthodologie et normes
indépendance
pas d’implication opérationnelle
44
II. CARACTERISTIQUES
DE LA FONCTION
(Suite)
3.Activité d’appréciation du
contrôle interne
 Le contrôle interne c’est
l’ensemble des actions
entreprises par le management et
le personnel en vue de fournir
une assurance raisonnable quant
à la réalisation des objectifs.

45
II. CARACTERISTIQUES
DE LA FONCTION
(Suite)
3. Activité d’appréciation du
contrôle interne (Suite)

 L'AUDIT INTERNE est une


fonction d’appréciation et
d’évaluation dont la tâche
essentielle est, notamment, la
validation du contrôle interne.

46
III. AUDIT INTERNE vs
CONTROLE INTERNE

Contrôle le respect des règles


(audit interne) (contrôle interne)

 Pertinence  Sans interprétation

 Caractère suffisant  Sans remise en cause

47
III. AUDIT INTERNE vs
CONTROLE INTERNE
(Suite)
Privilégie

(audit interne) (contrôle interne)

 le conseil  le contrôle (ou


l ’inspection) formel

 la coopération avec  l ’action de contrôle


les audités (ou d ’inspection)

48
III. AUDIT INTERNE vs
CONTROLE INTERNE
(Suite)

Intervient
(audit interne) (contrôle interne)

 sur mandat de la  sous sa propre


haute direction initiative ou à la
demande de sa
hiérarchie
 pour des contrôles
 dans le cadre d ’une
réguliers et
mission générale
spécifiques

49
III. AUDIT INTERNE vs
CONTROLE INTERNE
(Suite)

Evaluation

(audit interne) (contrôle interne)


 des procédures en vue de  de l’action des hommes
détecter les éventuels
dysfonctionnements
 donc: critique les  donc: détermine les
procédures et pas les responsabilités et fait
“hommes” (le “chef” est éventuellement
toujours responsable) sanctionner les
responsables

50
III. AUDIT INTERNE vs
CONTROLE INTERNE
(Suite)

Conséquences de l’action
(audit interne) (contrôle interne)

 Remédiation  Correction
fondamentale ponctuelle de
l’infraction

 Agit sur le fond  Agit sur la forme

51
IV. PREOCCUPATION DE
L’AUDIT INTERNE
•Que faut-il faire?
•Vers quoi faut-il
tendre?

Procédures
Objectifs

Pratique administrative

•Qui est-ce qui est fait?

52
IV. PREOCCUPATION DE
L’AUDIT INTERNE
(suite)

Objectifs

Procédures

Pratique
administrative

53
V. LES DIFFERENTS TYPES
D’AUDIT

 Audit opérationnel
 Audit de conformité
 Audit financier
 Audit de management
 Audit stratégique
 Audit I.T. & I.S.
 Audit de sécurité

54
VI. METHODOLOGIE

1. Références

2. Déclaration des
responsabilités

3. Code de déontologie

4. Normes

55
VI. METHODOLOGIE
(Suite)

1. Références

 The Institute of Internal Auditors


(IIA)
 La Confédération Européenne des
Instituts d’Audit Interne (ECIIA)
 IIA Belgium
 L’Institut Français des Auditeurs
Consultants Internes (IFACI)
56
VI. METHODOLOGIE
(Suite)
2. Déclaration des
responsabilités
(Statements of
Responsabilities, IIA, 1947)
 Aperçu général des
responsabilités de l ’audit
interne:
 Objectif et étendue
 Responsabilité et autorité
 Indépendance
57
VI. METHODOLOGIE
(Suite)

3. Code de déontologie
 11 règles déontologiques (IIA),
concernant, entre autres:

 l’honnêteté, l’objectivité, la diligence


 la confidentialité
 la compétence professionnelle
 la formation permanente et
l’amélioration de l’efficience
58
VI. METHODOLOGIE
(Suite)
4. Normes

 Indépendance (100)
 Compétence professionnelle
(200)
 Etendue des travaux (300)
 Exécution du travail d’audit (400)
 Gestion du service d’audit interne
(500)

59
VII. LA CHARTE D’AUDIT
 Cf. Déclaration des
Responsabilités
 But, autorité et responsabilités de
l’audit interne définis dans une Charte
 Approbation par la haute direction,
avec accord du conseil d’administration
 Doit définir clairement les objectifs de
l’audit interne, l’étendue de son travail
et dégager les auditeurs de toute
responsabilité opérationnelle

60
VII. LA CHARTE D’AUDIT
(Suite)
 Norme 510 : Objectif, pouvoir et
responsabilité

 “Le directeur de l’audit interne


doit disposer d’un document
(Charte) définissant l’objectif,
les pouvoirs et la responsabilité
du service d’audit interne.”

61
VII. LA CHARTE D’AUDIT
(Suite)

La charte d’audit de la trésorerie


1.Objectif
2.Champ d’action et position
3.Indépendance et objectivité
4.Modalités de fonctionnement
5.Méthodologie
6.Normes
7.Missions spécifiques

62
AUDIT FIANCIER
Cadre conceptuel de comptabilité
Principes comptables
Le cadre conceptuel en retient 8 complétés par le principe de
prééminence de la réalité sur l’apparence (5 applications)
Les principes comptables étudiés dans les lignes qui suivent :
 La prudence
 La permanence des méthodes
 L’intangibilité du bilan
 La spécialisation des exercices
 Le coût historique
 La continuité de l’exploitation
 La transparence
 L’importance significative
AUDIT FIANCIER
Cadre conceptuel de comptabilité
1- Principe de la prudence (article 3 et 6) :
Appréciation raisonnable des opérations à comptabiliser, afin de ne pas transférer
sur l’avenir les risques actuels.

les produits ne sont pris en compte que s’ils sont définitivement acquis à
l’entreprise, les charges sont comptabilisées dés lors qu’elles sont probables, les
moins values sont toujours enregistrées comme charges et les plus values
constatées entre les valeurs actuelles et les valeurs d’entrée des éléments de l’actif
ne sont pas comptabilisées.

L’application de ce principe :
 Oblige à procéder aux amortissements et provisions, même en l’absence de bénéfice;
 Interdit la comptabilisation de plus latentes,
 Oblige à rechercher systématiquement tous les passifs susceptibles de grever le
patrimoine dès lors qu’ils trouvent leur origine dans les faits ou évènements
antérieurs à la date d’arrêté des comptes.
AUDIT FIANCIER
Cadre conceptuel de comptabilité
2- Principe de la permanence des méthodes (article 40) :
Adoption des mêmes méthodes de d’évaluation et de présentation
des états financiers d’un exercice à l’autre.
L’objectif est de permettre est la comparaison dans le temps et dans
l’espace de l’info financière.

l’entreprise doit établir ses états de synthèse en respectant les


règles et méthodes d’évaluation et de présentation d’une
année à l’autre.
AUDIT FIANCIER
Cadre conceptuel de comptabilité

Dérogations admises:
En cas de :
 Changements de réglementions comptable et/ou fiscale :
- Conséquences :
* Changements affectant la réglementation comptable : l’incidence est
comptabilisée en capitaux propres;
* Changements affectant la réglementation fiscale : imputation de
l’incidence dans les comptes de résultat ;
Dans les deux cas : informations dans l’Etat annexé.

 Changements dûment justifiés par :


- Une modification substantielles des conditions d’activités,
- Par la recherche d’une image fidèle améliorée.
Imputation de l’incidence dans les comptes de résultat & informations dans l’Etat
annexé
AUDIT FIANCIER
Cadre conceptuel de comptabilité

Dérogations interdites :
Changements non justifiés par :
 Une modification substantielles des conditions d’activités,

 Par la recherche d’une image fidèle améliorée.

Souvent justifiés par un lissage des résultats. Ex. Moduler les


provisions en fonction du résultat souhaité.

- Correction d’erreurs commises au cours d’exos antérieurs:


* Cas d’erreurs simples : imputation dans les résultats de l’exo;
* Cas d’erreurs fondamentales (montants significatifs) : imputation
dans les capitaux propres
AUDIT FIANCIER
Cadre conceptuel de comptabilité
3- Principe de la spécialisation des exercices (article 59):
Rattachement à chaque exercice les produits et les charges qui
le concernent et uniquement ceux là.
Ce principe trouve son application à l’inventaire avec
l’utilisation des comptes de régularisation tels que : charges à
payer, charges constatées d’avance, produits à recevoir etc. Et
aussi, la constatation des amortissements & provisions.
Les difficultés de ce principe existent avec notamment lorsqu’il
s’agira d’apprécier des évènements postérieurs à l’exercice.

Les charges et les produits doivent être rattachés à l’exercice qui les
concerne. Ils sont comptabilisés au fur et à mesure de leur apparition,
compte non tenu des dates de leur encaissement ou de leur paiement.
AUDIT FIANCIER
Cadre conceptuel de comptabilité
4- Principe du coût historique (article 35 et 36) :
comptabilisation et maintien des biens à leur valeur d’entrée dans le
patrimoine.
Avantage : ce principe a le mérite de présenter une objectivité
dans l’évaluation des biens et passifs. Ce qui confère une
certaine sécurité parce qu’évitant le recours à des estimations
contestables
Inconvénients : ce principe lié à l’image que donnent du bilan et le compte
de résultat de la situation de l’entreprise.
Dérogations : Réévaluations des actifs, environnement hyper inflationniste

En vertu de ce principe les éléments du patrimoine restent inscrits en


comptabilité à leur valeur d’entrée exprimée en unités monétaires courantes à
la date d’acquisition.
AUDIT FIANCIER
Cadre conceptuel de comptabilité
5- Principe de continuité de l’exploitation (article 39) :
l’entreprise est présumée poursuivre ses activités dans un horizon temporel
prévisible.

Appréciation du critère de continuité: situation à apprécier sur la période


suivant la clôture de l’exercice contrôlé. A titre d’exemple, on peut citer les
situation ci-après :
 Situation nette négative,
 Recours à d’importants emprunts à CT pour financer des investissements non
susceptibles d’être réalisés rapidement,
 Impossibilité d’honorer ses créances à l’échéance,
 Mise en péril de la poursuite de l’exploitation du fait, par exemple, de la fin d’un de
francise, des procédures judiciaires, de la rupture de l’approvisionnement en matières
ou de graves conflits sociaux

l’entreprise doit établir ses états de synthèse dans la perspective d’une


poursuite normale de ses activités.
AUDIT FIANCIER
Cadre conceptuel de comptabilité

6- Principe de l’importance significative (article 33) :


Tout élément susceptible d’influencer le jugement des destinataires des
états Financiers doit être communiqué.

Selon ce principe les états de synthèses doivent révéler tous les éléments dont
l’importance peut affecter les évaluations et les décisions .ces états ne doivent
faire apparaître que les informations d’importance significative, c’est-à-dire
celles qui sont susceptibles d’influencer l’opinion que les lecteurs peuvent
avoir sur le patrimoine, la situation financière et les résultats de l’entreprise.
AUDIT FIANCIER
Cadre conceptuel de comptabilité
7- Principe de transparence ou clarté (articles 6 à 11, sauf 7) :
fournir une information claire et loyale. Ce principe
renvoie également aux concepts de régularité et sincérité :

 Régularité : conformité aux règles et procédures

 Sincérité : présentation et communication de manière claire et loyale, sans intention


de dissimiler la réalité derrière l’apparence,

 Le respect de la non compensation pour ne pas entrainer des confusions juridiques et


économiques qui fausseraient l’image des EF.

les opérations et les informations doivent être enregistrées dans le les comptes
et sous la rubrique adéquate, les éléments des états se synthèse doivent être
inscrits dans les postes adéquats sans compensation ni entre les comptes ni
entre les postes et les éléments d’actif et de passif doivent être évaluer
séparément.
AUDIT FIANCIER
Cadre conceptuel de comptabilité

8- Principe d’intangibilité du bilan (article 34) :


Correspondance bilan de clôture / bilan d’ouverture.
Conséquences de l’application de ce principe : Cf. correction d’erreurs
antérieures.
AUDIT FIANCIER
Cadre conceptuel de comptabilité

Principe de prééminence de la réalité sur l’apparence


(5 applications retenues).
• Concession de services publics,
• Crédit bail,
• Personnel intérimaire,
• Bien acquis avec clause de réserve de propriété,
• Effets escomptés non échus.
AUDIT FIANCIER
Cadre conceptuel de comptabilité

Objectifs à atteindre : l’image fidèle


L’objectif assigné aux principes : donner une image fidèle du patrimoine, de la
situation financière et du résultat de l’entreprise c-à-d donner une image
aussi objective que possible de la réalité de l’entreprise.
Image fidèle représente un test final permettant de juger l’application des
principes comptables.
a) Présomption lorsque les règles comptables sont appliquées de bonne
foi, cela conduit à obtenir des EF reflétant l’image fidèle de la situation
de l’E/S,
b) Guide pour le comptable, lorsqu’il confronté à des situations délicates,
de prendre une décision. Ex:
 En l’absence de règles comptables, quelle solution apporter ?
 Lorsque plusieurs méthodes sont possibles, comment choisir ?
AUDIT FIANCIER
Cadre conceptuel de comptabilité

Les méthodes d’évaluation


Le Syscoa (Le système comptable ouest africain) et le
Système francophone en générale distingue :
 La valeur d’entrée au patrimoine,

 La valeur actuelle à une date quelconque,

 La valeur nette au bilan.


AUDIT FIANCIER
Cadre conceptuel de comptabilité

A) La valeur d’entrée
Cette valeur d’entrée est :
- Le coût d’achat ou d’acquisition pour les biens achetés,
- Le coût de production pour les biens produits.
B) La valeur actuelle
Elle s’apprécie en fonction des deux critères : marché et utilité.
En hypothèse de continuité d’exploitation, la valeur actuelle d’un bien correspond au
prix qu’accepterait d’en donner, dans l’état où se trouve ce bien, un acquéreur de
l’entreprise (et non du bien isolé) car un tel acquérir envisage nécessairement à la fois
le prix du marché et l’utilité pour l’entreprise.
En l’absence de continuité, on retiendra la valeur de marché ou à la valeur vénale (prix
potentiel de vente, valeur dite de négociation)
A la clôture de l’exercice, la valeur d’inventaire correspond à la valeur actuelle